En attendant la revue… (2)

Une fois acquis l’accord du CLEO, la mise en ligne de la revue reste encore à l’horizon… Et de multiples questions restent à régler. Questions de détail, assurément, mais essentielles, comme dans un ouvrage de bonne couture: ce sont les finitions qui feront la qualité du résultat.

L’été dispersant les troupes de la revue aux quatre coins du territoire, on monte un espace de travail en ligne en espérant favoriser quelques pulsions rédactionnelles… entre mille distractions estivales…

Dans le wiki, cette liste, sûrement incomplète…:

  • la feuille de styles, et son cortège ordinaire d’usages divergents. L’utilisation de LODEL simplifie agréablement le cadrage de la titraille, des notes de bas de page, des styles de paragraphes. Mais laisse entière, par exemple, la question des abréviations, des nombres, des dates… et surtout des normes bibliographiques. Quel système utiliser? Et dans ce dernier, comment faire figurer, notamment, l’indication de la collection, si cruciale dans l’univers éditorial de la SF?
  • la SF, tiens, justement, son trait d’union français, son signe en majuscules (là où la revue partenaire, Science Fiction Studies, impose à ses auteurs des minuscules), son adjectivation hésitante (« science-fictif » ici, « science-fictionnel » là)… SFS elle-même a évolué, sur cette question du trait d’union: encore présent dans son titre jusqu’au début des années 2000, il en disparaît ensuite (à la faveur, également, d’une légère transformation typographique), ainsi que le montre par exemple cet article consacré à son numéro 100 par l’université DePauw.

 

SFS en 1975...
... en 1997...
... et dans le dernier numéro (mars 2012)

  • Plus largement, comment harmoniser les multiples emplois de ces termes spécifiques, sigles quasi lexicalisés, mots étrangers plus qu’à demi (mais toutefois pas tous entièrement) entrés dans l’usage francophone, noms de sous-genre, mots-fictions typiques? Majuscules, italiques, guillemets, tirets… La palette de moyens typographiques est aussi large que le répertoire de termes (cyborg, cyberpunk, space opera, SF, sf, fantasy, hard science, speculative fiction…)
  • le logo et la maquette: agréablement libre dans ce carnet, le bandeau de la revue demande un design plus strict, qui devra durer longtemps. La typographie connotée SF compte des dizaines de polices, nombreuses en libre accès (par exemple ici). Que choisir? SFS présente depuis son origine (1972) une couverture des plus austères, résolument accordée à son ambition académique. Faut-il s’en inspirer?