Amazing Science aux Utopiales

L’Inserm et le CEA présentent Amazing Science, une expo pulp… et scientifique

En clin d’oeil à la culture SF des magazines américains des années 30, l’Inserm et le CEA proposent à travers l’exposition Amazing Science une exploration en territoire inconnu, à la frontière entre la culture pulp, la science-fiction et la recherche scientifique.

L’écrivain Claude Ecken met sa plume au service d’Amazing Science, par la création d’une œuvre originale de courtes nouvelles de science-fiction formant un parcours littéraire de 26 tableaux.

Chaque panneau de l’exposition assemble des visuels scientifiques autour d’une thématique spécifique  de recherche. Les montages d’Alexandre Cheyrou sont une invitation à plonger dans les mystères du vivant, de la matière ou de l’univers et à comprendre les enjeux scientifiques et technologiques de notre époque.

Présentée pour la première fois à l’édition 2012 des Utopiales de Nantes, l’exposition Amazing Science est inaugurée le 7 novembre.

Présentation sur le site de l’INSERM

Présentation sur le site des Utopiales

AMAZING SCIENCE
Une expo « pulp » et scientifique proposée par l’Inserm et le CEA
Du 7 au 12 novembre 2012
 
Utopiales de Nantes / Festival international de science-fiction
 
La Cité Nantes Events Center, 5 rue de Valmy, 44000 Nantes
Public : à partir de 7 ans

Amazing Science, une exposition conçue et réalisée par les directions de la communication de l’Inserm et du CEA
Chef de projet, Claire Lissalde, responsable du pôle audiovisuel de l’Inserm
Coordination pour le CEA, Florence Klotz
Sur une idée originale d’Eric Dehausse, iconographe de l’Inserm
Relecture, Maryse Cournut de l’Inserm
Nouvelles écrites par Claude Ecken
Direction artistique, Alexandre Cheyrou
Rédaction scientifique, Charles Muller

Illustrations des pulps provenant des fonds de l’Agence Martienne et de la Maison d’Ailleurs.
Photos scientifiques de la banque d’images Serimedis de l’Inserm et de la photothèque du CEA.

Les Pulps – précisions historiques

Apparus à la fin du XIXe siècle, les pulps, magazines bon marché imprimés sur du mauvais papier (la « pulpe » de bois), ont connu une forte expansion entre 1905 et 1940. Support de publication pour genres peu légitimés, depuis les aventures exotiques d’un magazine comme Adventure jusqu’aux récits fantastiques ou aux histoires d’horreur d’un Weird Tales, en passant par le western, les enquêtes policières et les aventures héroïques, ils voient l’apparition de la science fiction à l’américaine pendant la deuxième moitié des années 1930.

Amazing Stories, fondé par Hugo Gernsback en 1926, publie les aventures spatiales du Skylark of Space d’E. E. Smith. Thrilling Wonder Stories (également fondé par Gernsback, qui avait été obligé de revendre son premier titre), ainsi qu’Astounding Stories, offrent des lieux de publication spécifiques pour des nouvelles et des romans parus en feuilleton (La Légion de l’espace, de Jack Williamson, en 1934, les Lensmen d’E. E. Smith en 1936).

C’est dans les pulps que s’est développé ce style si particulier, d’action vive mêlée de spéculation sur des états de la science, qui caractérise la science-fiction de l’« Âge d’Or », entre 1938 et 1946.

La fécondité de cette période, qui a vu apparaître les noms symboliques d’écrivains et d’œuvres formant les premiers grands classiques de la science-fiction, doit tout au modèle éditorial des pulps, qui permettent de mettre à l’épreuve très vite de nouvelles idées et favorisent l’émulation entre des auteurs qui ne cessent de se lire entre eux. Ces revues bon marché se multiplient alors : Startling Stories, Unknown, Fantastic Adventures et Planet Stories s’ajoutent aux précédentes.

Sous le patronage de John W. Campbell, rédacteur en chef d’Astounding (rebaptisé en Astounding Science Fiction), qui exige de ses auteurs un plus grand respect de la cohérence scientifique dans leurs récits, naissent dans les pulps le cycle des robots et de Fondation d’Isaac Asimov, les Slans et le Non-A d’A. E. van Vogt, les histoires du futur de Robert A. Heinlein et de Clifford D. Simak. Parmi les autres figures remarquables faisant alors leurs premiers pas, on peut citer Arthur C. Clarke, Fritz Leiber et Hal Clement. C’est également Astounding qui accueille la fameuse nouvelle de Cleve Cartmill, « Deadline », qui a attiré l’attention de l’armée américaine en décrivant le mécanisme d’une bombe atomique en parallèle du projet Manhattan.

L’empire de (mauvais) papier des pulps est ébranlé par les pénuries de la guerre. Le modèle de publication évolue après 1945, les pulps disparaissent ou se transforment en magazines de plus petite taille, mieux imprimés, tandis que les meilleures nouvelles se voient offrir une seconde vie dans les « fix-up » (selon le terme de Van Vogt), les romans bricolés à partir de récits plus courts, qui se sont transmis jusqu’à nous. Néanmoins, c’est dans ces pages mal imprimées, dans ces récits souvent naïfs et grandiloquents, que s’est formée et consolidée une certaine manière d’écrire le futur, celle de la science-fiction contemporaine.

 Simon Bréan