Pour rendre hommage à Jacques Goimard

“Critique de la science-fiction”, Pocket “Agora”, illustration de Siudmak, 2002.

Jacques Goimard nous a quittés le 25 octobre 2012, après des années de maladie qui l’ont éloigné du milieu de la science-fiction et des littératures de genre. Il a écrit sur de nombreux domaines, du cinéma à la littérature, du fantastique à la fantasy, mais c’est sur sa contribution à la science-fiction, et en particulier à la critique et à la lecture du genre, que cet hommage va se concentrer. Il est l’un de ceux qui ont le plus œuvré en France à la reconnaissance de la science-fiction et à l’instauration du genre, par ses activités de critique, d’anthologiste et d’éditeur.

Il lit depuis 1956 la revue Fiction, et Alain Dorémieux, avec qui il entretient une correspondance, le fait entrer dans les colonnes de la revue à partir du centième numéro, en 1962. Il s’y fait remarquer par son érudition, sa culture classique qui reflète la formation qu’il a reçue en tant que normalien et agrégé d’histoire (pour parler de science-fiction, il mentionne aussi bien Platon que Racine, Corneille et Balzac), par sa connaissance de la science-fiction ou de la critique spécialisée outre-Atlantique. Cette érudition tous azimuts est déjà une première stratégie pour légitimer le genre, en appliquant les connaissances de la littérature classique et légitimée à des récits encore peu considérés du côté académique. Il y tient la rubrique critique de cinéma, qu’il partage avec F. Hoda (Fereydoun Hoveyda), puis Bertrand Tavernier (et occasionnellement avec Alain Dorémieux, Michel Demuth ou Philippe Curval), mais il critique aussi les récits d’A. E. van Vogt, le space opera ou la bande dessinée. Il y cède aussi à son goût du jeu de mots et du néologisme (avec des mots-valises comme « rococosmique » ou « mythrobolant »). Jacques Goimard entre ensuite au Monde, mais livre des articles dans de nombreux autres périodiques, y compris sa fameuse rubrique « La nuit du Goimard » dans Métal hurlant, où il peut donner libre cours à son humour pince-sans-rire.

“Histoires de voyages dans le temps”, Le Livre de poche, réédition de 1993, illustration d’Adamov.

C’est ensuite en tant qu’anthologiste, avec Demètre Ioakimidis et Gérard Klein (deux autres fers de lance de Fiction), qu’une autre stratégie de reconnaissance de la science-fiction est mise en œuvre. Le projet d’une grande anthologie de la science-fiction au livre de poche est finalisé dès 1967, mais les aléas de l’édition en reportent la publication à 1974. Gérard Klein en écrit une introduction générale, et les trois anthologistes préfacent alternativement chaque volume. Les nouvelles choisies appartiennent toutes au domaine anglo-saxon et datent principalement des années 1950, dans une volonté délibérée de présenter la « science-fiction classique ». C’était une manière de patrimonialiser la science-fiction en un genre clairement identifié linguistiquement, situé chronologiquement et thématiquement cohérent.

“Encyclopédie de poche de la science-fiction”, Pocket S-F, illustration de Siudmak.

Mais c’est aussi et surtout comme éditeur que Jacques Goimard a pu promouvoir le genre. À partir de 1977, il a l’occasion de créer une collection de science-fiction aux Presses de la cité, qu’il dirigera jusqu’en 2006. Sous les fameuses couvertures surréalisantes de Wojtek Siudmak, l’unique illustrateur de la collection, il y publie aussitôt des auteurs français, en édition originale (Curval, Jeury, Pelot) ou en réédition (Carsac, Klein, Steiner, Wul), et bien entendu la plupart des classiques américains. Il publie ainsi en poche plusieurs volumes de Heinlein, Herbert, Vance, puis Le Guin, Leiber, Moorcock. À travers ces derniers auteurs, il ouvre la collection à la science fantasy et à la fantasy, suivant ses propres goûts et centres d’intérêt. Il lance aussi une intégrale des récits de Cordwainer Smith, dans un projet totalisant qui rejoint la présence croissante dans la collection de cycles de SF ou de fantasy. À cette initiative s’ajoute une volonté encyclopédique qui se traduit en 1986 par la publication d’une Encyclopédie de poche de la science-fiction coécrite avec Claude Aziza, et surtout par la création dès 1978 du « Livre d’or de la science-fiction », une série d’anthologies (principalement par auteur) soigneusement conçue. Il s’agit de créer un véritable panthéon, entreprise rendue plus manifeste encore par la réédition de certains volumes dans une collection nommée « le grand temple de la science-fiction » (aussi ouvert à la fantasy que le reste des collections).

Kuttner & Moore, “Ne vous retournez pas”, Pocket S-F, illustration de Kervevan.

Enfin, en tant qu’universitaire rompu à l’écriture d’articles académiques, il s’est fait l’introducteur et le vulgarisateur du genre au sein de l’université française ou de revues intellectuelles comme Esprit ou Europe. Sans avoir participé à la théorisation de la science-fiction comme Darko Suvin ou Marc Angenot, il a su appliquer à ses analyses d’œuvres les outils de la critique universitaire. Aussi bien au fait de l’analyse structuraliste que de la critique psychanalytique, il rédige les entrées « science-fiction » et « merveilleux » de l’Encyclopaedia universalis, tandis que Roger Caillois prend en charge le fantastique. Il participe également avec Marcel Thaon, Gérard Klein et Tobie Nathan à l’ouvrage collectif Science-fiction et psychanalyse qui contribue à inscrire le genre dans un vaste champ d’études : psychologie, sociologie, littérature ou études filmiques. De même, ses préfaces-fleuves aux éditions omnibus d’Asimov, Barjavel, Boulle, Clarke, Philip K. Dick, Silverberg sont de véritables essais, combinant l’information biographique et l’analyse critique. À ce titre, les quatre recueils de textes critiques publiés en 2002-2003 représentent des jalons précieux dans la connaissance des genres. La science-fiction y a une place particulièrement importante : non seulement elle occupe un volume de 600 pages, mais elle fait retour dans le volume dédié à la critique du merveilleux et de la fantasy, dans un chapitre sur la science fantasy (de Burroughs à Anderson), dans celui qui traite de Star Wars et enfin dans les articles sur la bande dessinée ou l’illustration. Amoureux du cinéma, il voyait en 2001, l’Odyssée de l’espace un chef-d’œuvre indépassable. Il a longtemps continué à participer aux colloques consacrés à la science-fiction, comme ceux de Cerisy ou du CERLI. Il y fascinait par son érudition, sa curiosité toujours en éveil, son esprit de synthèse, sa vivacité intellectuelle, mais aussi son humour irréductible mâtiné d’autodérision.

“Science-fiction et psychanalyse”, Dunod/Bordas, 1986, illustration de Mézières.

Sous ses multiples casquettes de critique, d’universitaire, d’anthologiste et d’éditeur, Jacques Goimard n’a eu de cesse de promouvoir et légitimer la science-fiction en tant que genre avec son histoire, mais aussi sa relation avec d’autres genres, en particulier la fantasy. Si son autorité et son prestige éditorial ont tellement compté, c’est parce que derrière tout cela veillaient un intellect brillant, un esprit universel et une personnalité originale et profondément attachante.

Sources

Entretiens
« Jacques Goimard ou la tentation de l’histoire », entretien avec Richard Comballot, Bifrost, n ° 62, avril 2011, p. 138-172.
« Interview de Jacques Goimard », par Romain Lucazeau, 16 mai 2008, [en ligne], [URL] <http://textesromainlucazeau.blogspot.fr/2008/05/interview-de-jacques-goimard.html >
« Un peu de fantaisie, que diable ! », propos recueillis par Yvonne Maillard, Présences d’esprits, n ° 10, avril 1996, p. 7-10.

Bibliographie
http://www.noosfere.com/icarus/livres/auteur.asp?NumAuteur=539

Article de presse
http://www.liberation.fr/culture/2012/10/29/la-nuit-de-jacques-goimard_856922


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ Pour rendre hommage à Jacques Goimard ”

  1. Merci d’avoir relayé ce texte, il n’y a pas de problème à partir du moment où la source est mentionnée.

Les commentaires sont fermés.