Pour Chris Marker : l’« À bientôt » d’un Américain

Pour Chris Marker : l’« À bientôt » d’un Américain

Le cinéaste français Chris Marker (Christian-François Bouche-Villeneuve) est mort le 30 juillet 2012 à l’âge de 91 ans. Ses contributions au cinéma comprennent La Jetée (1962), Si j’avais quatre dromadaires (1966), Le fond de l’air est rouge (1977), Sans soleil (1983), parmi d’autres.

Quand j’ai regardé Sans soleil pour la première fois il y a quelques années, j’ai été frappé tout de suite par le sentiment direct de quelque chose qui n’est pas dans les autres films. Vraiment, les premiers photogrammes balaient les approches inutiles du cinéma du passé. Dans Sans soleil, la narratrice dit : « II me parlait de Sei Shônagon, une dame d’honneur de la princesse Sadako au début du XIe siècle, la période de Heian… « Shônagon avait la manie des listes… Elle eut un jour l’idée d’écrire la liste des choses qui font battre le cœur. Ce n’est pas un mauvais critère, je m’en aperçois quand je filme1. »

Bien sûr les événements que Marker a tournés font battre le cœur. Il y a une partie du film Le Fond de l’air est rouge où deux voix expliquent la raison de leur prise de vue tremblante pendant le tournage : « Ben moi, ça m’est arrivé en mai 68, boulevard Saint Michel. — Ben moi, ça m’est arrivé à Prague en … l’été 68. Quand j’ai vu les rushes, ben j’ai … tremblements … j’avais maîtrisé mes mains, mais la caméra a tout capté2 ». On pourrait dire que les films de Marker « tremblent » parce qu’il pouvait se rendre compte des événements de l’histoire. Marker dit dans un entretien avec Libération  : « Ce qui me passionne, c’est l’Histoire, et la coupe de l’Histoire dans le présent3 ». C’est cette concentration sur l’Histoire qui lui fait libérer le cinéma des narrations usées héritées du roman bourgeois du 19e siècle, qui ont les yeux fermés sur le mouvement le plus important de l’Histoire. Dans Sans Soleil la narratrice dit : « Franchement, a-t-on jamais rien inventé de plus bête que de dire aux gens—comme on enseigne aux écoles de cinéma—de ne pas regarder la caméra ?4 ». Les films de Marker n’ont pas peur de regarder la caméra. Et pourquoi pas—s’adresser directement aux gens comme Walt Whitman l’a fait il y a plus d’un siècle avec ses vers libres : « Je suis avec vous, hommes et femmes d’une génération ou d’autant de générations que ce soit après moi5 ».

Donc, pour Marker, ce n’est pas un accident que l’histoire du film de la science-fiction, La Jetée, se soit produite sous le poids du temps, sous le poids de la guerre anéantissante. Avec son film, il a créé une histoire d’amour entre deux personnes et pour le genre humain.

Bien que Marker fût connu comme un homme solitaire, sa connexion aux gens étaient toujours réelle. Son travail avec le Groupe Medvedkine montrait son attachement aux luttes du milieu ouvrier—en particulier lorsqu’il aborde les caractéristiques politiques de la culture.

Après avoir entendu la triste nouvelle de sa mort, j’ai écrit les mots, « Chris Marker is dead » mais je ne pouvais pas les comprendre. Il semblait que Marker était resté avec nous—continuant à nous expliquer le monde. Malheureusement, ce n’est pas possible, et nous avons perdu un grand esprit.

Louis Sterrett

Notes

1. Sans Soleil, DVD, réalisé par Chris Marker (1983 ; Les États Unis : The Criterion Collection, 2007).

2. Le Fond de l’air est rouge, DVD, réalisé par Chris Marker (1977 ; Paris : Arte France développement: Iskra, 2008).  (53-54 minutes.)

3. Chris Marker, « Rare Marker », par Samuel Douhaire et Annick Rivoire, Libération (5 mars 2003) : http://next.liberation.fr/cinema/0101466984-rare-marker

4. Sans Soleil, Marker.

5. Walt Whitman, « Sur le bac de Brooklyn », dans Feuilles d’herbe, trad. Léon Bazalgette (Paris : Mercure de France, 1922), p. 212, ligne 21.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ Pour Chris Marker : l’« À bientôt » d’un Américain ”

Les commentaires sont fermés.