Mort de Boris Strougatski

« Stalker » d’Arkadi et Boris Strougatski, illustration de Lasth, éditions Denoël, 2010.

L’écrivain de science-fiction russe Boris Strougatski est mort le 19 novembre 2012, à l’âge de 79 ans, des suites d’une pneumonie.

Astrophysicien, il est surtout célèbre pour les romans qu’il a écrit avec son frère interprète Arkadi Strougatski, mort en 1991. Le plus connu est certainement Stalker (1972, d’abord traduit sous le titre Pique-nique au bord du chemin), qu’Andreï Tarkovski a adapté au cinéma en 1979. Les Mutants du brouillard ont aussi inspiré le film Les Vilains Petits Canards (2006) de Konstantin Lopouchanski.

« Il est difficile d’être un dieu » d’Arkadi et Boris Strougatski, illustration de Lasth, éditions Denoël, 2009.

Parmi leurs nombreuses œuvres, il est nécessaire de citer le cycle de l’univers du Midi, qui comporte Les Revenants des étoiles (1962), Tentative de fuite (non traduit), Il est difficile d’être un dieu (1964), L’Île habitée (1971), Le Scarabée dans la fourmilière (1979), Les vagues éteignent le vent (1985), Un gars de l’enfer (1974), L’Arc-en-ciel lointain (1963) et L’Inquiétude (première version de L’Escargot sur la pente).

Souvent critiques envers le régime soviétique en place, leurs écrits sont touchés par la censure et certains paraissent clandestinement. Ils gagnent une grande renommée en dehors de l’URSS, notamment dans le monde anglo-saxon.

Leur dernier livre traduit en français était Destin boîteux en 1991, mais plusieurs de leurs œuvres sont encore inédites en français.

Après la mort de son frère, il a publié encore deux romans dont Les Impuissants de ce monde en 2003. Il avait accordé en 2008 un entretien très éclairant à Patrice Lajoye et Viktoriya Shirkova pour la revue Lunatique.

 

Mise à jour

Vadim Nesterov, « Disparition de l’écrivain Boris Strougatski », La Russie d’aujourd’hui, 21 novembre 2012.
Philippe-Jean Catinchi et Marie Jégo, « La mort de Boris Strougatski laisse la science-fiction russe orpheline », Le Monde, 22 novembre 2012.