ReS Futurae n°1 : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui »

Caza, illustration de couverture pour « Le Robot qui rêvait » d’Isaac Asimov, J’ai lu, 1988.

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 1 (avec une maquette provisoire) : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ».

Au sommaire :

Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui
Sous la direction de Irène Langlet

Irène Langlet – Étudier la science-fiction en France aujourd’hui
Cédric Chauvin – Statut de la littérature et science-fiction
Simon Bréan – Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène
Simon Bréan – L’érudition de science-fiction en France : repères bibliographiques

En direct de Science Fiction Studies : Une histoire de la critique de science-fiction

Arthur B. Evans – Les origines de la critique de science-fiction : de Kepler à Wells
Gary Westfahl – La tradition populaire de la critique de science-fiction, 1926-1980
Donald M. Hassler – Les pionniers universitaires de la critique de science-fiction, 1940-1980
Veronica Hollinger – Tendances contemporaines en critique de science-fiction, 1980-1999

Entretien
Gérard Klein : « Penser l’histoire de la science-fiction »

Lectures
Cédric Chauvin – Jean Bessière, Quel statut pour la littérature ? (2001) et Le Roman contemporain ou la Problématicité du monde (2010)


2 réflexions sur « ReS Futurae n°1 : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui » »

  1. J’ai lu l’interview de Gérard Klein, qu’en général j’aime beaucoup, et il a raison sur plusieurs points, notamment le lien entre la science-fiction française et le surréalisme : André Breton a soutenu la science-fiction et son disciple Charles Duits a été publié dans une collection de science-fiction, par exemple ; Gustave Le Rouge a été très lu et admiré par les surréalistes, etc. Il a raison aussi sur l’université qui ne joue pas son rôle, qui ne commande aucune histoire de la science-fiction française digne de ce nom, alors qu’elle en a les moyens, et qu’au vu de la qualité de certains auteurs (à commencer par Gérard Klein lui-même), il est nécessaire d’établir une telle histoire. En revanche, l’idée que la science-fiction doit surtout être « problématique » me paraît elle-même problématique. L’exemple de Jules Verne est-il bien choisi ? Il est évident que le Nautilus est aussi un prétexte pour sembler explorer de façon vraisemblable le monde inconnu du fond des mers, un outil rhétorique lié à la nécessité de la vraisemblance. Or, dans le même temps, cette vraisemblance n’aurait aucune utilité littéraire si elle ne permettait pas d’aborder des mondes nés de l’imagination. Mais cette imagination n’est pas forcément spéculative au sens le plus rigoureux, ce n’est pas vrai : elle est profondément liée aux « archétypes », elle est reprise par eux, et est mue, consciemment ou non, par des sentiments purement subjectifs – le désir, ou la crainte. Ce qui réhabilite la science-fiction de la « Guerre des étoiles », laquelle correspond à une rêverie, à une activité du sentiment. Mais cela explique, même, les récits de science-fiction de Gérard Klein, qui ne sont quand même pas si purement « objectifs ». Ils peuvent bien reprendre des idées de Schrödinger ou d’autres savants reconnus, ils ne les reprennent en fait que quand ces idées non seulement n’ont pas été étayées par des preuves formelles, mais en plus donnent à rêver, parce qu’elles vont plus loin que les apparences : l’imagination alors se met en marche, chargée de volupté ou d’effroi selon les cas. J’essaie, sur mon blog de « La Tribune de Genève », de faire un feuilleton sur « l’exploration spatiale », dans laquelle je montre, je crois, que même quand ils se voulaient « scientifiques », les auteurs ne pouvaient pas s’empêcher de choisir, entre plusieurs hypothèses, presque toujours la plus fantastique – et en même temps la plus erronée. Dans « Autour de la Lune » de Jules Verne, cela apparaît clairement. Il ne faut pas, à mon avis, réduire la science-fiction à des problématiques, il s’agit aussi de « merveilleux scientifique », comme on disait à l’origine.

Les commentaires sont fermés.