“Ce que l’écologie fait à la pensée”: annonce de journée d’études (13 avril 2013)

Samedi 13 avril aura lieu la première journée d’étude du programme  « Ce que l’écologie fait à la pensée. Refigurer, redistribuer, ré-élaborer », dirigé par Emilie Hache et Elie Kongs, en partenariat avec le Collège International de Philosophie.

Cette première journée , intitulée Fictions/Figurations, permettra notamment de voir le film d’Armin LinkeAlpi, auquel était consacré un des entretiens du numéro Ecologiques.

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie. Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Informations pratiques et programme: 

Amphitéâtre de l’Institut de paléontologie humaine, 1 rue René Panhard 75013 Paris

Fictions/figurations

Avec : Christian Chelebourg, Peter Szendy. Projection du film d’Armin Linke, Alpi, en présence du réalisateur.

Est-ce que la métaphore de l’Île de Pâques est pertinente pour nous aider à comprendre les enjeux de la crise écologique actuelle ? Que nous apprend la réitération des discours apocalyptiques ? La littérature de science- fiction n’a-t-elle que des dystopies à nous proposer ? C’est à la fiction que nous consacrerons cette première journée, en questionnant comment ce mode de création et de réflexion propose en propre des ouvertures pour la réflexion écologique. La question d’un possible changement d’imaginaire politique appelé par la crise écologique est ici cruciale.

9h30 accueil

10h : Présentation Emilie Hache

10h30 : Alain Musset : “ Le vaisseau-terre est mal parti : écologie, fin du monde et science-fiction ”
11h30 : Peter Szendy : “ L’effiction filmique de la fin ”

14h : Christian Chelebourg : “ Climatologie et pensée écofictionnelle ”
15h : Yannick  Rumpala : “ Science fiction et spéculations écologiques : pas d’alternative au pessimisme ? ”
16h : Frédérique Ait-Touati : “ Voir l’invisible : fictions, figures, récits ”
17h : Armin Linke (sous réserve) projection du film “ Alpi 
18h : discussion autour du film

Repris du carnet de la revue Tracés