Le mois de la SF et le Sceptre du hasard de Manchu

Manchu mois de la SFPour son deuxième numéro, ReS Futurae reprendra pour illustration l’affiche du mois de la SF à l’ENS en 2006, qui reprenait elle-même la couverture par Manchu de la réédition du Sceptre du hasard de Gérard Klein. Maintenant, comme alors, nous lui sommes reconnaissants de son aimable autorisation.

Manchu fait partie des illustrateurs de science-fiction français les plus en vue aujourd’hui. Après avoir travaillé sur les dessins animés Il était une fois… l’espace et Ulysse 31, il est engagé par Gérard Klein pour illustrer, avec d’autres, la grande anthologie de la science-fiction et les couvertures du Livre de poche SF. Il impose immédiatement ses visions et sa technique uniques. Les larges aplats de couleurs pures s’opposent à la minutie des détails, révélant l’immensité de l’espace ou déployant des paysages jamais vus. C’est ainsi que, outre les classiques Philip K. Dick, Philip José Farmer, Robert Silverberg, John Brunner, Jack Vance ou Frank Herbert, il a surtout accompagné les space operas et les romans de hard science fiction contemporains d’innombrables auteurs : Iain M. Banks, Greg Bear, Gregory Benford, Greg Egan, Neal Stephenson, Charles Stross, Vernor Vinge… Parmi les auteurs français, on compte bien sûr Gérard Klein, mais aussi Michel Jeury ou Kurt Steiner. Il a travaillé pour presque tous les éditeurs de science-fiction français, passant de Denoël « Lunes d’encre » (pour Isaac Asimov, Robert Charles Wilson ou Laurent Genefort) à Pocket SF, l’Atalante (pour Andreas Eschbach, Sylvie Denis ou Olivier Paquet), Le Bélial’, Mnémos, Bragelonne ou Mango.

Les images de l’espace étant un de ses domaines de prédilection, ses illustrations et couvertures pour la revue Ciel & Espace, véritables ballets cosmiques, ont également contribué à le faire connaître.

La couverture du Sceptre du hasard qui a servi d’affiche pour le mois de la SF à l’ENS montre un appareil volant reflétant la lumière sous le feuillage doré d’un sous-bois en automne. Au premier plan, un personnage est assis sur une balustrade de pierre qui ferme le bas de l’image et délimite l’espace. Ce paysage naturel apprivoisé, contenu, fait penser à un parc dans un lieu vénérable, et n’est pas sans rappeler la « cour aux Ernests » de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, carré de verdure et de calme au centre du bâtiment principal.

La présence du petit vaisseau spatial de verre et de métal en paraît d’autant plus incongrue, comme pouvait l’être celle de la science-fiction dans un espace plus habitué aux études classiques. Le raffinement des arabesques sur l’engin futuriste vient cependant montrer que l’objet de science-fiction est tout aussi élaboré et digne d’attention que les antiques ornements de pierre. Une observation attentive révèle, de plus, la présence de rayonnages sous le dôme du vaisseau. Cette bibliothèque volante a symbolisé l’ambition du Mois de la SF à l’ENS :  introduire en des lieux d’étude et de recherche une forme de culture susceptible de véhiculer des savoirs pertinents sous une forme nouvelle et élégante.