Les mille morts de la science-fiction selon Roger Luckhurst

Philip K. Dick, A Maze of Death, Pan Science Fiction, 1973. Couverture d'Ian Miller.
Philip K. Dick, A Maze of Death, Pan Science Fiction, 1973. Couverture d’Ian Miller. Source : http://www.listal.com/viewimage/703634

Créée en 1970 aux États-Unis, la Science Fiction Research Association est l’une des plus importantes organisation à promouvoir l’étude de la science-fiction. Elle décerne plusieurs prix, dont le plus connu est le Pilgrim Award, qui récompense des personnalités ayant œuvré toute leur vie en faveur de la recherche en science-fiction. Deux Français l’ont obtenu, Pierre Versins en 1991 et Gérard Klein en 2005.

Un autre prix, le Pioneer Award, récompense l’auteur de la meilleure étude de l’année. Fondé en 1990, il couronne les approches les plus actuelles. En 1995, le prix revient à un article paru dans Science Fiction Studies, « The Many Deaths of Science Fiction: A Polemic », qui paraîtra, traduit en français, dans le deuxième numéro de ReS Futurae.

Cet article revient sur les sempiternelles annonces de la « mort de la science-fiction », qui font échos aux tout aussi régulières «morts de la littérature »1, sans parler de la mort des études littéraires2. Le paradoxe d’une littérature dont l’on déclare le décès alors même qu’elle semble plus vivante que jamais a déjà été étudié par William Marx3. L’idée d’une mortalité de la littérature va de pair avec l’idée d’une authenticité perdue, d’une fragilité intrinsèque, d’une spécificité à protéger. La science-fiction, comme la littérature, serait victime d’un mal qui la ronge et la mène à sa perte.

L’auteur de cet article, Roger Luckhurst, enseignant à Birkbeck College, université de Londres, avait soutenu en 1993 à l’université Hull une thèse sur l’œuvre de J. G. Ballard, « ‘Between two walls’: Postmodernist Theory and the ‘Problem’ of J.G. Ballard ». La connaissance de cette œuvre atypique informe son texte : il en tire l’exemple d’une image de dissolution dans un courant plus général. Son article porte en effet sur deux voies opposées sur lesquelles semble se diriger la science-fiction, toutes deux identifiées comme deux périls pour le genre : la dissolution dans la littérature générale ou mainstream (notamment dans la science-fiction postmoderne), et la stagnation comme sous-genre populaire délégitimé.

Il recourt également à l’instinct de mort théorisé par Freud comme fantasme de retour à un état originel, et qui hanterait plusieurs commentateurs de l’état de la science-fiction. En revenant sur l’histoire du genre, Luckhurst montre comment cette idée de mort de la science-fiction provient de la structure même de légitimation, qui ne peut que vouloir la réduire pour l’assimiler, tout en renvoyant ce fantasme à ce qu’il est.

Roger Luckhurst a depuis publié plusieurs ouvrages, dont « The Angle Between Two Walls »: Fiction of J.G. Ballard (Liverpool University Press, 1997), The Invention of Telepathy (Oxford University Press, 2012), Science Fiction (Polity Press, 2005) ou encore The Mummy’s Curse: The True History of a Dark Fantasy (Oxford University Press, 2012).

 

1 Cf. le dossier « Tombeaux de la littérature » de la revue Littérature Histoire Théorie, n° 6, juin 2009.

2 Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003.

3 William Marx, L’Adieu à la littérature : Histoire d’une dévalorisation, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Minuit, 2005, coll. « Paradoxe ».

 


3 réflexions sur « Les mille morts de la science-fiction selon Roger Luckhurst »

  1. Je n’ai pas lu avec une attention suffisante l’article de Luckhurst faute de temps (mais j’y reviendrai). Toutefois, si je suis d’accord avec deux de ses idées: prédire la mort de LA littérature n’a pas grand sens, et on a trop souvent prédit la mort de la science-fiction, je suis en désaccord total avec ses conclusions, en particulier celles qui relèvent du psychanalysme. En fait, certaines annonces de la mort de la sf ont correspondu à des crises profondes des supports, par exemple la quasi disparition des magazines dans les années 1950 aux USA et leur remplacement par les collections de poche. C’est la formulation qui était fautive, pas la perception d’un changement.
    En second lieu, des littératures ou plutôt des formes littéraires ont bel et bien disparu (comme des langues). On n’écrit plus beaucoup de tragédies en vers et en cinq actes de nos jours. J’ai personnellement assisté à la « mort » de la poésie en tant que directeur transitoire des éditions Seghers. De dizaines, voire de centaines de milliers d’exemplaires (Prévert) on est passé à quelques milliers puis quelques centaines puis des dizaines sans plus.On ne peut pas dire que la poésie ait disparu, soit morte, mais c’est tout comme.
    En ce qui concerne la science-fiction, j’observe depuis une quinzaine d’années assez précisément l’évaporation de son lectorat et par extension de son édition et de sa production. Si l’on prolonge la courbe, de façon tout à fait empirique et non pas philosophique, on peut prédire le même destin que pour la poésie. Il suffit de regarder la rubrique des « livres intéressants » dans Locus.
    Évidemment, tout dépend de ce qu’on appelle science-fiction. Si on étend le genre à englober Twilight (je l’ai lu et entendu: c’est de la sf) ou Le Passage de Cronin qu’on vient de m’offrir (avec en prime sa suite), il est possible que, dans cette définition pour le moins extensive, le domaine ne disparaisse jamais. Encore que…
    Le Trégor publie dans presque chacun de ses numéros des poèmes de ses lecteurs que je lis toujours avec intérêt. Mais ce n’est pas du Hugo (Victor).

  2. Je voudrais ajouter un point singulier et intéressant. C’est que Luckhurst publie son article en 1994, à peu près exactement l’année d’où je fais partir ma courbe de décroissance. C’est très bien (et très nécessaire) de le rééditer et traduire aujourd’hui mais la question que je me pose est de savoir ce qu’il aurait écrit l’an dernier. Et plus encore en 2014.
    Vingt ans après.

  3. Sur certains points, Luckhurst rejoint mon « Procès en dissolution de la science-fiction » qu’il ne connaissait évidemment pas.

Les commentaires sont fermés.