Mort de Frederik Pohl

Frederik Pohl et Cyril Kornbluth, Planète à gogos et Les gogos contre-attaquent, réédition, Gallimard, folio SF, 2008. Couverture de Martin Verdier.

L’auteur de science-fiction Frederik Pohl, né en 1919, est mort le 2 septembre 2013.

Il est connu pour avoir eu une double carrière dans la science-fiction. D’abord rédacteur de revues « pulps » dès 1940, il a été l’époux de la femme de lettres et critique Judith Merril. Il a écrit plusieurs romans en collaboration  avec Jack Williamson, et d’autres avec  Cyril Kornbluth, dont Planète à gogos (The Space Merchants, 1953) qui est devenu un classique. Membre du parti communiste dès 1936, il s’était ensuite rapproché des démocrates. Il faisait partie des Futurians, groupe d’auteurs de science-fiction vivant à New York, d’opinions progressistes, qui comprenait Isaac Asimov, James Blish, Virginia Kidd, Damon Knight ou encore Donald Wollheim.

Frederik Pohl, La Grande porte, J’ai lu. Couverture de Caza.

Dans les années 1960, pris par son activité de rédacteur en chef de Galaxy et d’If, il publie surtout des nouvelles. Il retrouve le succès plus tard avec des romans neufs, comme Homme Plus (Man Plus, 1976) et surtout La Grande Porte (Gateway, 1977), qui reçoivent tous deux le prix Nebula. Avec ce dernier titre, qui décroche également les prix Hugo et Locus, il amorce le cycle de la civilisation des Heechees. Sa carrière connaît alors à nouveau une grande fécondité avec la parution de nombreux romans comme L’Avènement des chats quantiques. Parmi ses dernières publications, citons la trilogie d’Eschaton (1996-1999) et The Last Theorem écrit avec Arthur C. Clarke (2008).

Auteur de dystopies puis d’un cycle ambitieux, figure de « l’âge d’or » aussi bien que de la science-fiction des années 1970, Frederik Pohl a reçu les hommages de plusieurs auteurs de science-fiction qui déclarent lui devoir beaucoup,