La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de « l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction », un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen « Formation des adultes: champ de recherches », à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : « l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé », comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Yvon Corain cherche à vérifier une hypothèse complexe, selon laquelle la lecture de la science-fiction aurait un effet sur la construction de soi (expérience biographique), en offrant l’accès à un apprentissage informel spécifique. En master, son travail s’est appuyé sur une lecture rigoureuse d’ouvrages théoriques sur la science-fiction et sur un travail d’enquête (des entretiens avec un petit échantillon de lecteurs).  Il propose une traversée de nombreux systèmes d’interprétation de l’acte de lecture, et identifie les aspects qui peuvent être utiles à sa perspective dans les approches de la science-fiction (psychanalyse, philosophie, études littéraires, sociologie).  Cette perspective concerne toutefois moins l’étude de la science-fiction en tant que telle que l’examen de ce que la science-fiction peut faire à son lecteur, ou du moins ce que le lecteur est susceptible de retirer de la fréquentation d’oeuvres de science-fiction (hormis un plaisir de lecture) : la « singularité biographique » de la science-fiction offrirait à ses lecteurs la possibilité d’effectuer un travail de construction de soi spécifique.

Yvon Corain : Appel à collaboration

Je recherche des lecteurs/lectrices de SF qui seraient prêts à s’impliquer dans une recherche de type collaborative et biographique.

Je suis inscrit comme doctorant en sciences de l’éducation à l’université Paris 13.

Mon objet de recherche se décline en plusieurs couches : la SF / la littérature de SF / la lecture de SF / le lecteur/la lectrice de SF / le discours que peut produire un lecteur/une lectrice de SF sur la modernité et sur le devenir du monde moderne.

Mon champ de recherche est double : celui des apprentissages informels (on apprend même dans des situations qui ne sont pas au départ formalisées pour cela, par exemple la lecture de SF), et celui de la recherche biographique (qui s’intéresse aux façons dont l’individu se construit et s’oriente par le biais de la narration de soi – autobiographie – ou par le biais de la narration de l’autre – hétérobiographie).

Une première hypothèse de recherche est que la lecture de SF peut être l’occasion d’un travail hétérobiographique et d’un apprentissage informel singulier ; une seconde hypothèse de recherche est que lorsque la SF fait expérience pour un individu c’est qu’il existe un rapport biographique de cet individu à la littérature de SF.

Ma question de recherche de départ est donc : quelle est la singularité de ce que peuvent dire des individus du monde moderne / postmoderne et de son devenir relativement à leur expérience lectrice science-fictionnelle.

Pour se faire je propose une double méthodologie de recherche : collaborative (qui est enseignée notamment par S. Desgagné) et biographique (qui est enseignée notamment par C. Delory-Momberger) :

1/ collaborative : il s’agit d’associer un groupe de lecteurs/lectrices aux trois étapes de la recherche collaborative

a/ cosituation : il s’agit de se mettre d’accord sur un certain nombre de points : quel est l’objet de cette recherche, quelle est sa problématique, quelles sont les hypothèses retenues, comment on s’y prend (constitution du groupe, rôle de chacun dans le groupe, rythme du groupe, etc.)

b/ coconstruction : on rentre dans le vif du sujet, par le biais de divers moyens prévus d’avance … ou en progressant dans le travail de recherche : discussions thématiques, débat après le visionnage d’un film de SF ou la lecture à voix haute d’un passage de SF, entretien avec un auteur de SF ou un chercheur ; tout cela fait normalement l’objet d’un enregistrement audio ou vidéo

c/ coproduction : c’est le moment délicat de l’interprétation des données recueillies ;

S. Desgagné indique que ce moment est double : un temps d’interprétation collective, puis un temps où le chercheur produit son analyse finale, avec le souci de respecter au mieux les éléments d’interprétation collective.

J’insiste sur ce dernier point : derrière la méthodologie collaborative se dessine en fait un certain positionnement de chercheur qu’on peut rattacher à la théorie dite « ancrée » (qui vient de la Grounded Theory enseignée notamment par A. Strauss) : en reprenant S. Desgagné, il s’agit non pas de faire de la recherche sur mais avec (le lecteur/la lectrice de SF) ; autrement dit, il s’agit non pas de partir des hypothèses pour aller les vérifier sur le terrain de recherche, mais de partir du terrain de recherche pour construire avec lui des hypothèses qui ensuite deviendront « un savoir partagé » produit par les différents acteurs de cette recherche.

C’est pourquoi les hypothèses que j’ai énoncées plus haut sont assez larges pour permettre de les affiner voire de les modifier, en fonction du travail de terrain …

2/ biographique : il s’agit ici d’accepter de parler non seulement de la SF et du monde moderne, mais surtout de parler de son rapport à la SF et au monde moderne ; de parler mais aussi d’écouter la parole de l’autre exprimer son propre rapport à la SF et au monde moderne ; l’intérêt de la démarche biographique, qui s’associe à la démarche collaborative, est donc de partager les expériences (celles de la SF, celles de la modernité) dans des dimensions multiples (affectives, cognitives, sociales, etc.), et éventuellement de repérer en quoi et de quelle manières ces expériences font sens pour chacun, voire sont constitutives de nos vies …

L’hypothèse est donc que c’est en croisant les différentes narrations, individuelles et collectives, socio-historiques et science-fictionnelles, qu’un savoir partagé peut émerger quant à la question de notre rapport à la (post)modernité, dans un monde qui semble devenir de plus en plus science-fictionnel … mais cela sera sans doute à discuter !

Je suis bien entendu disponible pour fournir de plus ample informations et précisions concernant cette recherche qui débute ; je mets ici à disposition à la fois mon mémoire de Master 2 en sciences de l’éducation, intitulé :

« L’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on de la littérature de science-fiction ? »

et mon projet de thèse, dont le titre provisoire est :

« Le travail de biographisation dans l’expérience lectrice science-fictionnelle : Une mise en récit et en sens du devenir du sujet dans la modernité »

PS : vivant en région parisienne (dans le 95), j’aurais une préférence pour des lecteurs de SF de la même région ; cependant si un groupe de lecteurs de SF se constituait dans une autre région de France, cela pourrait s’envisager …

Pour contacter Yvon Corain :  ycor1_at_orange.fr