ROSNY ET SES VISIONS DU FUTUR DE L’HOMME DANS LES NAVIGATEURS DE L’INFINI (1925).

« Les Hommes ne sont que des bestioles… mais quelles bestioles ! », Rosny et ses visions du futur de l’Homme dans Les Navigateurs de l’Infini (1925).

rosny-aine

J.-H. Rosny aîné est souvent considéré comme l’unique auteur de romans dits « préhistoriques » tels que Vamireh (1891) et La Guerre du feu (1911) ou encore de romans sociaux qui ont fait son succès au début de sa carrière littéraire. Pourtant sa plus importante facette d’écrivain et son plus grand legs à la littérature française vient indéniablement de ses nombreux récits de merveilleux scientifique  que l’on qualifie souvent aujourd’hui « d’anticipation ancienne » de « science-fiction primitive » ou encore de « proto-SF » (Richard Saint Gelais). Tout autant d’étiquettes dont il s’est toujours défendu, leur préférant des thèmes ou des scènes préhistoriques, sociales, merveilleuses qui peuvent se croiser, s’interpénétrer. Sa nouvelle Les Xipéhuz (1887) le propulse au-devant des premiers auteurs de science-fiction française : la reconnaissance de cette stature se marque par l’attribution d’un prix à son nom qui récompense depuis 1980 les œuvres de science-fiction francophones.

ob_bb825399d00b4a5870047e899af82c8f_scan611

Rosny aîné attache dans ses récits un soin tout particulier à décrire des mondes merveilleux, imaginaires, dans lesquels il serait capable de décrire ce que Jean-Michel Pottier nomme des « situations sociales complexes [1] ». Ces situations sociales complexes seraient ainsi observées par un narrateur-expérimentateur qui étudierait minutieusement des sociétés humaines mises en scène dans un récit comme le ferait le scientifique qui observerait des reptiles au sein d’un vivarium.

Ainsi, si les récits préhistoriques permettent de découvrir les prémisses des premières civilisations humaines grâce à l’apprentissage du langage dans Vamireh ou de l’échange de savoirs dans La Guerre du feu, c’est dans la spéculation de la destinée du règne humain que se pose l’auteur de La Mort de la Terre en 1910. Dans ce récit de fin du monde, les hommes ont su domestiquer la Terre, jusqu’à en maîtriser les territoires, les énergies et vaincre les autres règnes. Dans une très lointaine projection vers le futur, Rosny suggère qu’à l’image des empires millénaires, l’humanité va entrer dans une décadence faute de défis nouveaux à relever, pour se replier sur elle-même, incapable de faire face à la potentielle extinction totale des derniers hommes menacés par une Terre devenue aride et l’émergence d’une espèce nouvelle, les Ferromagnétaux, mystérieux produit des déchets métalliques laissés par l’activité humaine. Métonymie de ces Derniers Hommes, un personnage, Manô, est ainsi décrit :

Sa vie restait directe. Il ne songeait guère au passé, moins encore à l’avenir. Il goûtait la douceur uniforme des jours ; il vivait auprès de sa femme une existence aussi insoucieuse que celle des oiseaux argentés dont les groupes, chaque matin, planaient sur l’oasis. […] A peine si une mélancolie fugitive le saisissait en songeant au dépérissement des Hautes-Sources. [2] ob_9c567a_scan430

Ce personnage du temps présent ne désire que de mener une existence paisible avant de mourir en même temps que l’espèce humaine. Il contraste évidemment avec le personnage principal du récit, Targ, qui lui se bat jusqu’à ses dernières forces pour trouver un moyen de sauver les bribes d’humanité parsemées autour du globe. Opposés dans leur dualité, ils n’en connaîtront pas moins le même sort fatal. Le premier pourtant, résigné à son sort, se laissera avaler par le désert pour nourrir l’espèce minérale naissante, tandis que le second choisira de s’abandonner aux Ferromagnétaux : le fer présent dans son organisme sera absorbé par leur magnétisme, lui causant une anémie fatale. Alors que Manô s’abandonne à une fatalité sinistre, Targ fait le choix d’un sacrifice symbolique, ultime pulsion de vie permettant de transmettre à la nouvelle espèce son instinct et son désir de survie. Deux assimilations différentes mais dans un cas une assimilation nutritive et dans l’autre la promesse symbolique d’un futur glorieux et d’une réincarnation d’une espèce au sein d’une autre.

ob_86d432_scans298

Une quinzaine d’années après cet émouvant récit, Rosny aîné renouvelle ce dispositif dans un court roman, Les Navigateurs de l’Infini (1925). Sa suite, Les Astronautes, sera annoncée en même temps mais ne sera publiée que de façon posthume pour la première fois en 1960, conjointement avec son aîné, au Rayon Fantastique.

Cette fois, les hommes sont en pleine exploration spatiale et une équipe de scientifiques est envoyée sur Mars pour y chercher des traces de vie extra-terrestre. Ils y découvrent deux formes de vie inconnues, les Ethéraux et les Zoomorphes. Si les Ethéraux, créatures célestes, ne seront considérés que dans le second épisode, les Zoomorphes, bien que primitifs, seront une menace persistante pour les protagonistes à cause de leur proximité mortelle. A l’image des Ferromagnétaux pour les hommes, la nature de ces derniers met en péril la survie d’une troisième espèce intelligente, les Tripèdes. Les explorateurs parviennent à communiquer avec eux, apprenant qu’ils sont proches de l’extinction à cause des Zoomorphes d’une part, et de l’autre d’un long déclin provoqué par un fort atavisme inhibant leur instinct d’initiative et leur volonté de survie. Pierre Versins établit également un autre parallèle dans ces deux textes :

Quant aux Zoomorphes, ils sont dans le règne protoplasmique ce qu’étaient les Ferromagnétaux pour le règne métallique, et le danger qui accompagne leur progression est semblable. [3]

Ces récits répondent à une dialectique sur l’avenir de l’humanité et sa place en tant qu’espèce dominante commencée par Rosny depuis Les Xipéhuz où la civilisation humaine primitive est attaquée par des créatures nées de l’électricité. Suite à un affrontement massif des deux espèces et l’extermination des Xipéhuz, la conclusion célèbre de la nouvelle sera laissée à Bakhoûn, le personnage principal du récit :

J’ai enterré mon front dans mes mains, et une plainte est montée de mon cœur. Car, maintenant que les Xipéhuz ont succombé, mon âme les regrette, et je demande à l’Unique quelle Fatalité a voulu que la splendeur de la Vie soit souillée par les Ténèbres du Meurtre. [4]

Les aventures du trio d’explorateurs consisteront à aider matériellement cette espèce décadente à s’éteindre paisiblement en lui donnant de quoi se défendre contre leurs adversaires. Au début de Les Astronautes, sur Terre, un personnage leur déclare « vous avez hâte de le revoir [5], allez, chacun à votre manière : Jean avec exaltation, Antoine avec une curiosité insatiable, et vous, Jacques, avec amour.» [6]  Cette suite verra leur retour sur Mars et l’aboutissement d’une conclusion inattendue. Contrairement à La Mort de la Terre qui est un roman sur la survie des hommes dans un monde devenu inhospitalier, Les Navigateurs de l’Infini est un récit paisible à peine parsemé de quelques péripéties sans grande importance. A travers la bouche du narrateur Jacques et ses échanges avec ses compagnons et les Tripèdes, Rosny émet un certain nombre de réflexions sur la place des Hommes dans l’univers, confrontant la vision d’une espèce perdue dans l’immensité du monde à l’importance de la mémoire et du souvenir de ce qui aura marqué l’histoire d’une planète.ob_c96ce1f72f4bc39d1aa5c33b999187c5_scan431

Pour ce faire, Rosny utilise à plusieurs reprises un même dispositif romanesque qui consiste à faire disserter des personnages suite à une découverte ou un événement. L’intérêt de ces scènes consiste dans la multiplicité des points de vue entre les personnages humains ou non. Les habitants de la planète Mars ne s’exprimant pas par la parole, un code par geste est mis en place ; de plus, autre différence physiologique, les Tripèdes ne ressentent pas non plus les couleurs et les sons de la même façon que nous. Ce qui passe au début pour une difficulté de compréhension devient vite le sujet d’interprétations nouvelles et originales.

Jean-Guillaume Lanuque voyait chez Rosny un « fatalisme de l’évolution dont le caractère inexorable semble s’imposer au collectif. » [7] En étudiant ces scènes réflexives, véritables temps morts narratifs, nous verrons comment à cette idée très séduisante d’une fatalité du darwinisme chez Rosny il est possible de lui préférer l’exposition d’une pulsion de vie portée par la civilisation – non exclusivement occidentale – humaine.

Les Navigateurs de l'infini, adapté en feuilleton-bande dessinée par Raymonde Borel-Rosny et illustré par Jacques Bressy, paru dans L'Humanité du 5 décembre 1974 au 16 mai 1975. Tous droits réservés.
Les Navigateurs de l’infini, adapté en feuilleton-bande dessinée par Raymonde Borel-Rosny et illustré par Jacques Bressy, paru dans L’Humanité du 5 décembre 1974 au 16 mai 1975. Tous droits réservés.

Contempler, s’émerveiller

Dès le début du récit, avant qu’il n’y soit confirmé la présence de vie, Mars apparaît comme une grande sœur de la Terre dont l’âge avancé lui conférerait une beauté éternelle. Le narrateur imagine des paysages extraordinaires qui procurent une épiphanie à un des scientifiques, Jean, décrit au seuil du roman comme « vaguement artiste [haïssant] la métaphysique ».

Dans l’air raréfié, le crépuscule devait être plus bref encore que dans les régions tropicales de notre Terre. Au fond de l’occident, la fournaise croulait ; elle demeure un moment suspendue entre deux montagnes et à peine eut-elle disparu que les étoiles scintillèrent dans un ciel incomparablement pur. Ce spectacle était semblable, en somme, à celui que nous avions vu pendant tous les jours de notre voyage, mais, sur cette terre lointaine, il détermina une petite crise de poésie chez Jean, un flux d’épithètes et, je crois, la récitation de quelques vers. [8]

Et derechef, en découvrant l’existence de formes de vies éthérées que le narrateur peine à décrire, celui-ci déclare :

Donc, vous ne doutez plus de la vie de ces formations… si dissemblables de tout ce qui avait été imaginé par les plus imaginatifs de nos savants et de nos artistes. [9]

Les explorateurs-scientifiques arrivent sur la planète non pas en conquérants ou en premiers colons, mais avec un cœur artiste, conscients de découvrir des territoires inédits et de précéder une nouvelle ère d’exploration spatiale humaine. Ce sentiment artiste est renforcé par les spéculations fictionnelles de Rosny sur la beauté de ces paysages qu’aucun savants ni artistes n’a su imaginer jusqu’alors. Pourtant, si les explorateurs sont fascinés par la beauté de la planète, ils constateront au retour de leur rencontre avec les Tripèdes que ces derniers sont attirés par les paysages terrestres. L’attrait est ainsi moins causé par l’expression de la beauté que par la poésie de l’altérité.

Au cours du récit, les deux races intelligentes vont vite dépasser leurs différences physiologiques et les problèmes pouvant en découler (anthropomorphisme, langage et communication différents) pour ne plus se différencier fondamentalement que sur des aspects culturels. Comme leurs planètes respectives, une culture est jeune, l’autre âgée et elles échangeront de la sagesse d’un côté et une force revigorante de l’autre. Les scientifiques partageront aussi leur savoir-faire et leur matériel pour aider les martiens à se défendre contre les présences hostiles. Une idylle surprenante va même commencer entre une martienne, Grâce, et le narrateur, subjugué par son exceptionnelle beauté, mais qui doit moins à son élégance et son rayonnement qu’à son anthropomorphisme.

navtop

Comme au seuil du récit celui-ci évoquait l’incapacité  des « plus imaginatifs de nos savants et de nos artistes » à spéculer sur la beauté du paysage martien, il est victime à nouveau de cette perte de mots :

Il ne faut pas tenter de dépeindre leur grâce et leur séduction ; quand j’épuiserais toutes les métaphores des poètes, quand je ferais appel aux fleurs, aux étoiles, aux forêts, aux soirs d’été, aux matins de printemps, aux métamorphoses de l’eau, je n’aurais rien dit ! Aucun rappel de la beauté humaine ni de la beauté animale. En vain mon imagination cherchait les repères de l’évocation et les prestiges du souvenir. Pourtant, comme le charme était sûr ! [ 10]

En observant avec bienveillance cette idylle naissante, le chef des Tripèdes et père de Grâce ressent la flamme du souvenir de la jeunesse perdue. « Notre venue avait éveillé en lui des rêves ataviques et rendu à l’avenir, aux possibles, une séduction naguère éteinte. », [11] déclare le narrateur. L’occasion de comparer à nouveau Mars et la Terre dont l’évocation n’est pas celle du souvenir visuel mais de l’impression poétique résiduelle :

– Notre ciel est-il aussi beau que le vôtre ?

– Il est incomparablement plus beau la nuit, répondis-je ; nous n’avons rien de pareil à ces vies lumineuses qui s’agitent sous des étoiles plus brillantes que les nôtres… Vos nuits l’emporteraient en tout si elles étaient plus tièdes, comme le sont les nôtres, en été, jusque dans les pays où les hivers sont rudes.

– Et vos jours ?

– Je les trouve préférables aux vôtres, mais peut-être ne les aimeriez-vous point. Nos plantes sont plus colorées et plus nombreuses… Elles produisent des fleurs d’où naîtront d’autres plantes, et qui sont presque aussi éclatantes que vos compagnes… Les trois quarts de la Terre sont couverts d’eaux qui coulent ou qui palpitent ; l’heure qui précède le jour et celle qui le suit ont bien plus d’éclat que sur Mars.[12]

Identifiable très facilement comme une métonymie de son peuple, le chef Tripède ressent ce sursaut de jeunesse amorcé par les explorateurs terrestres, s’exprimant, sans surprise, par un désir de renouveau ravivé, mais étranglé par un engourdissement millénaire. Ce qui ne l’empêche pas de demeurer rêveur en observant le feu crépitant, image ô combien évocatrice sous la plume de l’auteur de La Guerre du feu. Présenté dans le roman comme l’historien dépositaire de la mémoire ancestrale de son peuple, il permet au narrateur et à ses compagnons de faire un point historique de la civilisation Tripède, expliquant leur déclin :

En somme les Tripèdes décelaient les vestiges d’une civilisation jadis comparable à la civilisation terrestre du 19e siècle ; nous conjecturâmes que, après l’abandon successif de maintes industries leur science avait décru de cycle en cycle.[13]

Mis à part des différences physiologiques et perceptives, Rosny achève ici de rapprocher les Tripèdes des Hommes ; si ce n’est dans l’état d’évolution, au moins dans l’état de civilisation. Mais alors, si l’apogée des Tripèdes serait l’équivalent de notre dix-neuvième siècle industriel, les Hommes sont-ils proches de la décadence de leurs cousins ou un brillant avenir leur est-il ouvert ?

nav072

La science et l’espoir

Alors que Rosny développe d’un côté la décadence d’une espèce et sa disparition programmée, le récit s’attarde à de nombreuses reprises, dans ces temps morts que sont les scènes contemplatives, à évoquer le futur glorieux de la jeune race humaine. Il faut remettre en contexte l’Histoire du futur voulue par Rosny dans son roman : si le contexte est celui de l’exploration spatiale au sein du système solaire (ce qui n’est pas sans faire allusion, sans doute, aux fictions de Camille Flammarion), le narrateur ne donne pas d’informations précises ou allusives dans l’ensemble du roman sur la projection dans le futur là où, généralement, une date éloignée peut constituer un novum littéraire. Pourtant, ses personnages sont tout aussi bien des savants érudits, des scientifiques que des explorateurs ; des aventuriers en somme, que rien ou presque ne distinguerait des membres de l’expédition du Docteur Samuel Fergusson ou de ces aventuriers perdus sur L’Île mystérieuse dans les romans de Verne. Avec un esprit d’aventures et une croyance aveugle en leurs moyens technologiques presque contemporains du temps de l’écriture, il semble difficile de croire que le narrateur et ses compagnons fussent nos lointains descendants. Si des vers de Hugo sont cités au cours du récit, attribués à un « poète de jadis », une mention à la toute fin du roman vient relativiser cet éloignement temporel :

Par une nuit claire, nous lançâmes les premiers signaux d’appel, selon le système des longues et brèves que nous ont transmis les hommes du dernier siècle, système si parfait et si simple qu’il peut traduire le langage humain d’autant de manières différentes qu’il y a de sens et presque de formes d’énergies.[14]

Mention qui est suivie d’une note de bas de page de la main de l’auteur :

Le système Morse, qui peut s’adresser à la vue, à l’ouïe, au tact, même à l’odorat et au goût, qui peut utiliser tous nos mouvements, employer presque toutes les énergies perceptibles.[15]

La question de la période à laquelle se déroule le récit ne sera tranchée que dans Les Astronautes, où le narrateur déclare à propos de ses contemporains : « La férocité native de nos semblables persiste encore en ce XXIe siècle. » [16] Bien sûr, sous la plume de Rosny aîné, l’utilisation du code Morse n’est pas anodine, ayant lui-même officié en tant que télégraphiste pour les services postaux londoniens dans sa jeunesse. Cette note personnelle en marge du texte reflète l’affection de l’auteur vieillissant (il a 70 ans à l’écriture du roman) pour ce langage alternatif créé artificiellement par les hommes et qu’il aura pratiqué toute sa vie dans ses documents personnels. Cette invention reflète sous sa plume l’ingéniosité des Hommes, maîtres des énergies et des communications et agit comme une métonymie de leur science.

Cette confiance, presque aveugle, en l’espoir d’un avenir brillant pour l’humanité passe ainsi essentiellement dans sa maîtrise de la nature et sa capacité à imaginer des inventions sans cesse meilleures. C’est ainsi qu’au début du récit le narrateur déclarait dans un poignant monologue intérieur :

Chaque soir, nous nous tournions vers Elle [la Terre] ; bientôt elle deviendrait une resplendissante étoile. La reverrions-nous, pauvres atomes vainqueurs de l’éther, humbles navigateurs de l’océan impondérable…

N’importe, nous ne regrettions rien ; la nostalgie n’éteignait pas la passion de connaître.

– Un temps viendra où des escadres de Stellarium [le vaisseau des explorateurs] iront de planète en planète ! … Les hommes ne sont que des bestioles… mais quelles bestioles ! [17]

Son regard est l’occasion d’exprimer un vitalisme puissant que Rosny n’a jamais renié. En effet, si l’auteur de La Guerre du feu et des Xipéhuz a souvent puisé son inspiration dans les thèses évolutionnistes du siècle précédent[18] en inventant des races nouvelles ou présentant des états d’évolution de l’Homme différents de l’homo sapiens, il ne prône nulle part la supériorité de l’Homme sur les autres. Ainsi par exemple les Hommes-Des-Eaux dans Nymphée (1893) et leur système de respiration sous-marin proche des branchies ou la conclusion de Bakhoûn à la fin des Xipéhuz suite à la victoire des Hommes sur leurs ennemis mortels que nous évoquions plus haut.

A nouveau dans Les Navigateurs de l’Infini, Rosny brouille tout manichéisme où il y aurait d’un côté les Zoomorphes et de l’autre les Hommes qui aident les Tripèdes à se défendre contre le danger qu’ils représentent. L’analogie des conflits est en effet évidente et suggère d’ailleurs chez Rosny la récurrence de thèmes dans son Histoire globale de l’humanité. S’il associe l’avenir glorieux des Hommes au développement des sciences, la même confiance paraît en évoquant les jeunes races martiennes :

La surface occupée par les Zoomorphes était plus étendue et remontait bien plus loin vers le nord ou vers le sud : l’avenir leur appartenait. [19]

Les pulsions de vitalité reviennent toujours à la conclusion que malgré les évolutions et les règnes (terrestres ou extra-terrestres), les êtres vivants ne sont que des animaux. On retrouve ce même émerveillement zoologique dans La Guerre du feu :

Maintenant qu’il connaissait les mammouths, il les trouvait moins durs, moins incertains, plus équitables que les hommes. Leur chef n’était pas, tel Faouhm, redoutable à ses amis mêmes : il conduisait le troupeau sans menaces et sans perfidie. […] Le fils du Lépoard [Naoh] hait la puissance de sa race. Il la sent plus implacable, plus venimeuse plus destructive que la puissance des félins, des serpents et des loups. [20]

De même dans Le Trésor dans la neige où l’explorateur Alglave, personnage récurrent des fictions de Rosny, découvre dans une enclave une tribu d’hommes préhistoriques. Alglave, explorateur occidental ayant parcouru presque tous les continents du globe parle de :

l’humanité blanche […] dont la puissance féroce asservit presque trois continents » et poursuit un peu plus loin : « Neuf fois sur dix (je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué) on peut s’entendre avec les sauvages [sic]. La brutalité vient presque toujours du côté des Blancs. [21]

En constatant la relative passivité de l’action dans Les Navigateurs de l’infini au profit d’une succession de réflexions sur le potentiel d’un avenir glorieux des espèces, on pourrait considérer ce roman comme un essai narrativisé, à l’image de La légende sceptique (1889) ou de Les Compagnons de l’univers (1934) [22]. Mais ce serait omettre sa suite directe, dont la lecture offre d’importantes clefs de compréhensions. Si du point de vue de l’enchaînement du récit cette suite est vraiment stupéfiante, elle perd de sa dimension discursive et réflexive. De retour sur Mars les scientifiques trouvent un moyen pour communiquer, en Morse, avec les Ethéraux en s’apercevant qu’ils ne vivent pas dans la même fréquence temporelle qu’eux; ils parviendront à les convaincre de les aider à freiner l’avancée des Zoomorphes et retourneront son Terre, accompagnés de Grâce et du chef Tripède. Pourtant la conclusion du roman revient à cette question entêtante de l’avenir de l’humanité sur le très long terme. Fort de leurs expériences inédites, les scientifiques y envisagent son destin :

– L’humanité ne vivra peut-être pas davantage [qu’un million d’années].

– Tels que nous sommes, sûrement non… D’ici un million d’années, nous pouvons avoir subi une transformation considérable…

– Progrès ou décadence ?

– Je ne sais… Pour mon compte, j’opine pour une décroissance d’activité mentale, comme chez les Martiens, mais certes pas de la même forme.

– Et moi, je crois à une activité supérieure pendant quelques millions d’années encore.images

En dépit des nombreuses analogies entre les Hommes et les Tripèdes dans Les Navigateurs de l’Infini et La Mort de la Terre, l’Histoire du futur que propose Rosny n’est pas nécessairement celle des hommes plutôt qu’une autre espèce intelligente. A la différence des théories évolutionnistes, c’est moins la faculté de l’espèce à survivre qui est valorisée que celle d’une civilisation. Réflexion évidemment très optimiste dans un climat d’écriture d’entre-deux guerres mais qui fait sens au sein de la globalité de sa production. Le diptyque Navigateurs de l’InfiniAstronautes fonctionne ainsi comme une œuvre matricielle où la pérennité d’une espèce intelligente est soumise à son respect des autres vies. Plutôt que la force et la bestialité, la connaissance et la science sont les outils nécessaires à une civilisation pour prospérer, cette civilisation qui traverse les étoiles grâce à sa vigoureuse jeunesse et son génie scientifique pour toujours parvenir à s’émerveiller.

Clément HUMMEL

[1] « La recherche d’un manifeste », Cahiers Naturalistes n° 80, 2006, p. 136

[2] J.-H. Rosny aîné, La Mort de la Terre, Récits de science-fiction, Paris, Marabout, 1975, p. 148. Sauf mention contraire, il s’agit de l’édition de référence.

[3] Pierre Versins, L’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires, L’Age d’homme, Lausanne, 1972, p.778. Voir l’article que nous avons consacré à Pierre Versins: http://resf.hypotheses.org/977

[4] Nous avons déjà fait l’étude de quelques spécificités de ce récit dans une réflexion lisible en ligne sur le blog dédié aux frères Rosny : http://jhrosny.overblog.com/2014/12/clement-hummel-variances-des-formes-et-formes-des-variants-2014.html.

[5] Mars, dans le récit, est masculin.

[6] Les Astronautes, in La Guerre des règnes, Bragelonne, 2012, p.606.

[7] Jean-Guillaume Lanuque, « Le fatalisme darwinien d’un vitaliste empathique », Quinzinzinzilli n°18, 2012.

[8] Les Navigateurs de l’infini, in Récits de science-fiction, op. cit., p. 46.

[9] Ibid. p. 48.

[10] Ibid. p. 72.

[11] Ibid. p. 83.

[12] Ibid.

[13] Ibid. p. 67.

[14] Ibid. p. 90.

[15] Ibid.

[16] Les Astronautes, in La Guerre des règnes, op. cit., p.625.

[17] Ibid. p. 69.

[18] Lire notamment le chapitre qui lui est consacré dans la thèse de Thomas F. Glick, The Literary and Cultural Reception of Charles Darwin in Europe, « Situating J.-H. Rosny ».

[19] Les Navigateurs de l’Infini, op. cit., p67.

[20] La Guerre du feu, in La Guerre des règnes, op. cit., p97 à p112

[21] Le Trésor dans la neige, in La Guerre des règnes, op. cit., p. 205.

[22] Versins écrivait d’ailleurs : « Rosny […] a l’avantage de n’avoir composé qu’un seul livre, et, qui mieux est, un roman dont la préface serai La légende sceptique et la conclusion Les Compagnons de l’univers. », op. cit.

Deux sites à consulter pour avoir accès à des documents inédits et des analyses de l’oeuvre rosnienne:

– le Blog de Fabrice Mundzik: http://jhrosny.overblog.com/

– le site de Jean-Luc Boutel Sur l’autre face du monde consacré au merveilleux scientifique: http://www.merveilleuxscientifique.fr/