Science Fiction Studies numéro 127

Le numéro 127 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

J.P. Telotte. « Animation, Modernism, and the Science Fiction Imagination » . (présentation en anglais)

Cet article étudie une absence curieuse dans les récits du développement cinématographique de la science-fiction – les nombreux exemples de film d’animation ayant des thèmes de SF pendant les années 1920 et 1930. Pendant cette période de formation, alors que la science-fiction peinait à trouver sa place dans le cinéma en prises de vue réelles, beaucoup de ses manifestations se limitant aux serials, l’imagination de science-fiction s’est vigoureusement implantée dans les travaux des studios d’animation les plus important de la période, qui ont tous produit des dessins animés sur les sujets alors en vue dans les nouveaux pulps – voyage spatial, rencontres du troisième type, robots, inventions fantastiques. Envisagés dans la perspective d’un « modernisme conservateur », ces dessins animés reflètent et critiquent en même temps  la présence de la science et de la technologie et leur influence sur la vie moderne, et du même coup apportent au genre émergent de la science-fiction un terrain tout à fait adéquat et fertile pendant les décennies précédant la Seconde Guerre mondiale.

Adam Stock. « The Blind Logic of Plants: Enlightenment and Evolution in John Wyndham’s The Day of the Triffids ». (présentation en anglais)

Dans le roman qui a fait connaître John Wyndham, Le Jour des Triffids (The Day of the Triffids, 1951), la dissolution de l’État-nation moderne du fait d’une cécité de masse sert de point de départ pour explorer toute une gamme d’angoisses sociales et culturelles, ainsi que des préoccupations politiques de l’après-guerre. Dans cet environnement post-apocalyptique, le récit montre au lecteur une succession de méthodes d’organisation sociale, en remettant en cause les présupposés et les valeurs de chacune d’elle. Le roman est également frappant dans la mesure où Wyndham remet en cause les idées scientifiques sous-jacentes, y compris les théories concurrentes de l’évolution et des mutations génétiques du milieu du XXe siècle. À partir de l’étude des trois versions publiées du roman et de documents d’archive, l’auteur analyse le développement du style wellsien de Wyndham, ses idées politiques et sa vision des théories de l’évolution.

Słavomir Kozioł. « “Those Clunky Things You Have to Carry Around”: Textual Materiality in Vernor Vinge’s Rainbows End » . (présentation en anglais)

Cet article analyse la matérialité textuelle dans Rainbows End, un roman de science-fiction de Vernor Vinge de 2006, situé dans un futur proche. Le point de départ théorique de l’analyse est fourni par les recherches de  Katherine Hayle sur « la tendance contemporaine à la dématérialisation »  (“the contemporary pressure toward dematerial-ization”) provoquée par la popularité croissante des machines numériques et la cynbernétique, qui, outre l’influence qu’elle a sur notre notion de ce qui est humain, affecte aussi notre perception de l’incarnation textuelle. De ce fait, la matérialité des livres commence à être perçue comme quelque chose d’inessentiel, une sorte d’interface à l’ancienne sans signification aucune. A contrario de cette perspective, Hayles défend l’idée que la matérialité textuelle est l’une des caractéristiques essentielles des livres, dans la mesure où la forme physique joue un rôle important dans la chaîne culturelle de production, d’assimilation et d’influence de ces textes. En partant des travaux de Hayles et d’autres auteurs s’intéressant à l’histoire du livre, de l’édition, de l’étude des archives et de la révolution numérique en général, l’article entreprend d’analyser, d’abord le conflit à propos de la numérisation d’une bibliothèque universitaire tel qu’il est décrit dans le roman de Vinge, et ensuite la crise créatrice qui en découle, traversée par le personnage principal, un poète.  En fin de compte, veut-on montrer ici, la relation entre auteur, texte et lecteur, telle qu’elle est présentée dans le roman, éclaire les débats sur la matérialité textuelle qui préoccupe les études d’humanités numériques contemporaines.

Chuck Robinson. « Minority and Becoming-Minor in Octavia Butler’s Fledgling ». (présentation en anglais)

La critique des oeuvres d’Octavia Butler a suivi les développements contemporains des politiques de l’identité et de la rhétorique de la différence. Il existe des lectures importantes de Butler suivant les perspectives de la théorie critique des races, de l’afrofuturisme, du féminisme noir, de la théorie queer, et plus récemment des études sur le handicap. Cet article défend l’idée que ces lectures fondées sur une rhétorique de l’identification positive (« enpowering identification ») risque de négliger le concept de minorité tel que la plupart des oeuvres de Butler l’explore. En commençant par l’exemple de son dernier roman publié, Fledgling (2005), cet article met au jour la conception de Butler faisant d’une minorité un processus continu et dynamique d’acomplissement plutôt qu’un mode statique d’identification. Cette interprétation emploie la terminologie de Deleuze et Guattari du « devenir-mineur » pour souligner le manque d’intérêt des minorités émergentes de Butler dans les ontologies politiques majoritaires. Enfin, cet article fait de Butler une sorte de romancière-philosophe du changement, se préoccupant moins de l’identification et de la reconnaissance des minorités contemporaines que du potentiel bénéfique pour l’humanité de futurs « devenirs-mineurs ».

Scott Selisker. « “Stutter-Stop Flash-Bulb Strange”: GMOs and the Aesthetics of Scale in Paolo Bacigalupi’s The Windup Girl ». (présentation en anglais)

Cet article soulève des questions concernant l’esthétique de l’échelle, telle qu’elle se manifeste en rapport avec les organismes génétiquement modifiés dans la science-fiction et en particulier dans La Fille automate de Paolo Bacigalupi (the Windup Girl). Bacigalupi fait le choix peu commun de représenter les OGM en utilisant plutôt les tropes science-fictionnels de l’automatisation plus que du grotesque. De ce fait, La Fille automate permet de manière originale au lecteurs de s’intéresser à des échelles spatiales très petites, et aux longues échelles temporelles qui permettent de rendre visibles le génome et ses effets. Cet article suggère que la science-fiction a une affinité particulière concernant l’esthétique de l’échelle, en particulier lorsque des phénomènes technoscientifiques ont des conséquences profondes qui se déroulent à des échelles non-humaines.

Hua Li. « The Political Imagination in Liu Cixin’s Critical Utopia: China 2185 ». (présentation en anglais)

Cet article porte sur la science-fiction chinoise contemporaine, plus spécifiquement les éléments politiques du roman d’utopie critique de Liu Cixin (né en 1963), China 2185 [Zhongguo 2185], écrit en 1989 pour critiquer l’environnement politique et sociale de la Chine des années 1980. L’auteur analyse China 2185 à un « niveau iconique », un « niveau discret », et au niveau de la « forme générique », en reprenant les cadres de l’étude de Tom Moylan sur le roman d’utopie critique. L’auteur associe aussi ce roman à d’autres récits de science-fiction chinois contemporains, de même qu’à d’autres oeuvres de Liu. L’utopie critique du roman fait partie d’une vision et d’une pratique politiques que Liu partage avec les intellectuels chinois contemporains, à la fin des années 1980, qui rejettent la domination d’un seul parti et le régime autoritaire, et qui en appellent à un système démocratique en Chine. Le roman prévoit d’importants enjeux d’une Chine post-socialiste, comme les conséquences du vieillissement de la population et la gérontocratie qui en découle, ainsi que l’impact des ressources d’information numérique et de l’Internet sur le système politique de la Chine.  Liu exagère à la fois les problèmes sociopolitique et le potentiel de changement de la Chine continentale et suscite une transformation future imaginaire pour créer une distance critique avec le présent.

Ian Campbell. « Prefiguring Egypt’s Arab Spring: Allegory and Allusion in Amad Khālid Tawfīq’s Utopia ». (présentation en anglais)

Cet article étudie le roman Yūtūbiyā [Utopia] (2008) d’Amad Khālid Tawfīq en partant des nombreuses allusions littéraires que fait l’un de ses narrateurs. Le roman projette deux personnages problématiques et peu aimables, mais cohérents et frappants, dans la dystopie qu’est devenu Le Caire en 2020 après la fin de l’économie pétrolière. L’Égypte de Tawfīq correspond à une extrapolation cognitivement plausible des conditions actuelles – inégalité de classe, corruption et violence. Nous pouvons entreprendre de lire Utopia moins comme l’histoire de deux personnages à la psychologie réaliste que comme l’histoire de différences de classe dans une extrapolation à partir de la société égyptienne. Cela nous permet de percevoir la mise en cause de la classe intellectuelle égyptienne qui affleure sous le récit en surface. Utopia étudie les conditions qui en quelques années conduiraient aux manifestations publiques de 2011-2012; il montre aussi, bien avant que cela n’arrive, que ces manifestations ne conduiraient  qu’au renforcement de l’emprise du régime autoritaire.

REVIEW-ESSAYS

  • Arthur B. Evans. Culminating a Decade of Scholarship on Jules Verne: Noiset’s New Translation of The Self-Propelled Island, Taves’s Hollywood Presents Jules Verne, and Butcher’s Jules Verne inédit: les manuscrits déchiffrés.
  • John Rieder. Utopia, SF, and the Ideology of Form: Moylan’s Demand the Impossible (2nd ed.), Tally Jr.’s Utopia in the Age of Globalization, and Wegner’s Essays on Science Fiction, Globalization, and Utopia.
  • David M. Higgins. The Cutting Edges of SF Scholarship: Bould/Williams’s SF Now.

BOOKS IN REVIEW

  • Eller’s Ray Bradbury Unbound (Ezekiel Crago)
  • Grace’s The Science Fiction of Phyllis Gotlieb (Adam Guzkowski)
  • Lavender III’s Black and Brown Planets (Graham Hall)
  • Link/Canavan’s The Cambridge Companion to American Science Fiction (Carl Freedman)
  • Milburn’s Mondo Nano (Paweł Frelik)
  • Montross’s Science Fiction, Space Travel, and Postwar Art of the Americas (Rob Latham)
  • Shanahan’s Philosophy and Blade Runner (Jeffrey Hicks)
  • Tanaka’s Apocalypse in Japanese Science Fiction (Peter Y. Paik)

NOTES AND CORRESPONDENCE

  • Sawyer Seminar Year Begins at UCR (Sherryl Vint)
  • The SF Music of Steve Reich (Conor Reid)
  • Tracing the New Wave (Michael Butterworth)
  • Triffid Alley (David Ketterer)
  • CFP: H.G. Wells Society (Paul Malcolm Allen)
  • UCR Hires New SF Librarian (Alison Scott)