La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe « para » réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Deuxième axe : Histoires et origines de la littérature de SF dans le monde arabe et occidental

Adoptée par le langage courant, le mot science-fiction, popularisé aux Etats-Unis dès les années 30, désigne un secteur massif de la production culturelle de plusieurs pays hautement développés qui sont principalement les USA, la Grande-Bretagne et la France. Science-fiction nous renvoie à toute une culture moderne qui a pour supports la littérature, les journaux, la bande dessinée, les revues, les films, la musique, la peinture. La littérature et le cinéma de SF sont les plus représentatifs, voire les plus populaires. Ce sont essentiellement le roman et la nouvelle qui dessinent les traits de la littérature de SF.

Mais, tous les critiques semblent être d’accord pour dire et affirmer qu’il s’agit d’une littérature occidentale à part entière, une empreinte culturelle porteuse de l’identité d’une civilisation scientifiquement et techniquement avancée. Reste que ces affirmations pourraient être sérieusement remises en question puisque la SF, née en occident, s’est épanouie non seulement aux USA et dans les pays du Nord, mais aussi dans des pays arabes et ce depuis 1950.

Mais, peut-on véritablement s’aventurer à parler d’une histoire propre à la SF arabe ? N’est-ce pas aller trop vite dans la démarche descriptive et analytique d’un phénomène littéraire, relativement récent dans le monde arabe ? Il est vrai que c’est autour des années 50 et 60 que les écrits de SF (parus au départ sous le nom de romans scientifiques) commencent à paraître dans l’espace culturel arabe. Mais est ce que cette littérature aurait été influencée par la culture arabe ou aurait-elle été calquée sur le modèle occidental ?

L’objectif de ce colloque c’est de créer une dynamique entre auteurs et chercheurs dans le domaine de la science-fiction venus des deux rives de la méditerranée. Une rencontre qui noue les liens et qui faire ressortir le genre du contexte occidental.

 Les propositions de communications (un titre et un résumé d’une page maximum) accompagnées de quelques lignes de présentation du parcours personnel de l’auteur, sont à envoyer avant le 20 mars 2016  à l’adresse suivante :

Kawthar.ayed@laposte.net

ayedhedi@yahoo.fr

Les propositions qui nous auront été adressées seront discutées fin mars.

RESPONSABLE :

Délégation Régionale de la Culture de Jendouba/Université de Jendouba

Crédit « Image à la Une » : http://sparth.artstation.com/projects/Qz4kl