L.L. Kloetzer, double et présent-e

Lors des journées d’étude « Le présent et ses doubles », les deux organisateurs (Simon Bréan et Irène Langlet) proposèrent l’étude d’une œuvre résolument double et présente : celle de L.L. KLoetzer, jeune écrivain-e suisse formé-e de Laure et Laurent Kloetzer, époux à la ville. Pour d’évidentes raisons de conflit d’intérêt, les auteurs étant tout à la fois les organisateurs de la journée d’étude et membres de la rédaction de ReSF, l’étude de L.L. Kloetzer paraîtra ailleurs ; on donne ici seulement son introduction. La revue Res Futurae publie dans son numéro 7 un entretien avec Laurent Kloetzer, issu de cette rencontre.

Daylon mandala1

 

Bréan S. et Langlet I., « L. L. Kloetzer, double et présent » [introduction d’un article à paraître]

L. L. Kloetzer est une persona littéraire qui s’est manifestée principalement dans deux romans récents : CLEER, sous-titré « une fantaisie corporate » (Kloetzer, 2010), et Anamnèse de Lady Star (Kloetzer, 2013). Même si le redoublement de l’initiale L. associe dans un relatif anonymat les deux plumes à l’œuvre ici, il est difficile d’y voir tout à fait un pseudonyme, dans la mesure où l’identité de ce couple d’écrivains est rendue transparente par la reprise de leur nom de famille, qui permet à Laure et Laurent Kloetzer de dévoiler tout autant que de dissimuler leur dynamique d’écriture. Entité double, mais gestalt unifiée, L. L. Kloetzer existe avant tout en fonction de ce qu’ille a écrit.

Ses deux romans posent eux aussi des questions d’identité, à fois dans leur mode de composition, dans leur identification générique et dans le rapport ambivalent qu’ils établissent avec notre présent. Construits initialement à partir d’un ou deux textes plus courts amplifiés et recontextualisés, ces deux volumes exploitent les potentialités esthétiques des « fix-up » pratique ainsi nommée en science-fiction consistant à réunir en une continuité linéaire des nouvelles dont les épisodes composent autant de facettes d’un même univers et d’une même enquête : « un livre composé de [plusieurs] récits qui se suivent et qui décrivent un arc narratif, avec un départ et une chute » (Kloetzer, [2010]). Ce mode de composition a par ailleurs les faveurs de Laurent Kloetzer, dont les récits, appartenant pour l’essentiel à la fantasy, qu’elle soit épique ou urbaine, s’organisent en arcs narratifs par épisodes suivis ou enchâssés. Parus dans une collection de science-fiction, « Lunes d’encre » chez Denoël, les romans de L. L. Kloetzer associent à une logique d’anticipation des éléments discordants, tendant vers une forme de fantastique, notamment sous la forme d’entités à l’ontologie indéfinie, qu’il s’agisse du mystérieux « Board » de CLEER réunissant des individus surnommés les « anges », ou des extraterrestres nommés « élohims » dans Anamnèse de Lady Star, dont le coefficient d’existence dépend de la subjectivité des observateurs. Ceux-ci trouvent d’ailleurs leur parangon cette Lady Star, dont les noms, les apparences, mais aussi les personnalités, se révèlent multiples – le nom « Lady Star » n’apparaissant jamais dans le texte même. Si la mise en perspective du présent que propose ces récits s’accommode sans mal de cette incertitude générique, c’est notamment parce que s’y inscrit de manière centrale un questionnement sur les notions de création et d’interprétation, à la fois d’un texte et de la signification du monde, qui transforme radicalement l’enjeu des références fictionnelles.

À partir de modalités proches, ce questionnement est construit de manière distincte dans les deux romans. Dans CLEER, la problématique de la construction d’un sens par les personnages s’articule aux modalités d’un storytelling d’entreprise[1] : les deux protagonistes, Charlotte Audiberti et Vinh Tran, sont chargés de préserver l’image de marque et la réputation du Groupe donnant son titre au roman. Les filiales de CLEER sont pourtant engagées dans des expérimentations peu éthiques, susceptibles de pousser leurs employés au suicide, de contaminer l’environnement et d’instrumentaliser le génome humain. Tandis que le cynique Vinh fait en sorte d’arranger l’interprétation des faits pour garantir la continuité du discours officiel sur CLEER, Charlotte, sans être idéaliste, en défend en grande partie les valeurs affichées d’humanité et de bonnes pratiques. La fabrication de preuves et le mensonge font partie de l’arsenal servant à tresser les « stories » destinées à l’extérieur du groupe ; en outre, ils pratiquent des techniques – dites « Karenberg », du nom de leur concepteur – qui permettent effectivement d’influencer l’esprit, pour contrôler les autres aussi bien que pour augmenter ses capacités de perception et d’intellection  : la maîtrise du discours et l’instrumentalisation des émotions ne se limite pas à déguiser le réel, mais contribue à le forger.

Anamnèse de Lady Star procède de manière parfaitement inverse. Là où les employés de CLEER s’efforcent d’orienter la perception des événements, de manière à donner une forme satisfaisante à un flux continu d’informations, les personnages d’Anamnèse tentent de reconstituer sens et vérité à partir d’informations partielles, contradictoires, trafiquées. Le récit reconstitue la trajectoire d’un personnage féminin, en partie sous forme de dossier d’enquête, en partie sous forme de récits dont la nature reste souvent incertaine : s’agit-il du verbatim de témoignages, ou bien de versions synthétiques, rendant compte des expériences effectivement vécues, qui échappent sous cette forme aux enquêteurs ? Ce travail de mémoire reprend les méthodes et les valeurs des chasseurs de nazis, puisque cette criminelle de guerre, désignée sous le nom de code de « Nomen Rosae », est recherchée pour avoir participé à la mise au point d’une arme de destruction massive ayant entraîné la mort de millions d’êtres humains, une « bombe iconique » constituant l’aboutissement d’un fantasme d’instrumentation de la linguistique. Stéphane Aberlour, raffinant les techniques Karenberg, est parvenu avec l’aide de cette « élohim » à mettre au jour un fonctionnement symbolique lié à des constantes anthropologiques ; en d’autres mots, à affecter directement la biologie humaine par l’usage du langage. Chaque épisode raconté, reconstitué, puis analysé, constitue ainsi une étape de plus dans la traque de Nomen Rosae, dont l’identité et la culpabilité se révèlent en fait aussi floues l’une que l’autre : pas plus que le Groupe CLEER, cette « Lady Star » ne peut avoir de centre, car son existence est multiple, et dépend du discours qu’on tient à son sujet.

L’importance du langage, de la voix, du point de vue, rencontre ici la volonté de capter un esprit du temps présent, préoccupé par les décentrements du sens induits par la multiplication des flux d’information, et contre lesquels les techniques de storytelling et d’interrogation des archives se révèlent partiellement impuissants. Il s’agira donc ici d’étudier la manière dont les langages du présent sont mis en jeu et reconfigurés dans la fiction d’anticipation de L. L. Kloetzer, en examinant les dispositifs éditoriaux et textuels qui président à cette anamorphose (tant dans l’objet imprimé, dont Daylon a proposé un design surprenant, que dans le monde numérique, agité par un double lancement parodique en 2010), puis en analysant les thèmes et les procédés formant la matière de ces œuvres, autour de la question cruciale de l’information.

Pour citer ce texte: Bréan S. et Langlet I., « L. L. Kloetzer, double et présent » [introduction], Carnet de la revue ReS Futurae, juin 2016; en ligne, URL (consulté le 28 juin 2016): https://resf.hypotheses.org/3035

Daylon mandala3

[1] « En écrivant Cleer j’ai découvert le vertige de la double pensée, façon novlangue orwellienne. Écrire une chose pour dire son contraire. Parler de l’humain comme si on était humain alors qu’on réifie les autres. » (Kloetzer, [2010])