Science Fiction Studies numéro 130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : « special issue on indian science fiction », dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Cela ne fait que quelques années que le public international de la science-fiction s’est aperçu de la richesse de ce genre dans le monde post-colonial, en particulier dans les nombreuses langues vernaculaires de l’Asie du Sud. Cet article propose une lecture de l’œuvre de science-fiction post-coloniale Bengali Manu Dwadosh [The Twelfth Manu, 1964] de Premendra Mitra, peu connue mais très caractéristique. Il s’agit d’un rare exemple de dystopie post-apocalyptique dans la science-fiction Bengali. Ce court récit s’inspire de la cosmologie des Puranas qui fait écho aux mégatextes de la science-fiction en employant des séries de novums qui affrontent des préoccupations sociales contemporaines et des questions philosophiques comme l’holocauste nucléaire, la banalisation de la violence et l’avenir de l’humanité comme espèce vivante. Il interroge en parallèle les notions d’historicité et d’héroïsme en effaçant de façon ironique l’acteur de l’action. J’ai interprété la constructive narrative de l’histoire à partir de Michael Oakeshoft et Hayden White, et le lien entre le monde mis à distance et la figure héroïque ratée et conventionnelle en m’appuyant sur  la poétique rasa (esthétique émotionnelle) mise en place dans Nā yaśāstra (c 200 BCE-200CE) de Bharata. Dans mon interprétation, cette mise en cause des rôles de l’historien et du héros conventionnel permet au récit de souligner l’importance de l’histoire et de l’héroïsme dans ce monde mis à distance, et par extension, dans notre monde contemporain aussi.

Cet article se penche sur quatre récits de science-fiction écrits en anglais par des auteurs indiens qui décrivent le futur de l’Inde après des explosions nucléaires, sous un gouvernement fasciste, une apocalypse zombie et des guerres futures. Il analyse ces anticipations comme des manières de réagir à des événements historiques précis et établit des liens entre la réalité du développement actuel de l’Inde et les thèmes de ces récits dystopiques. Je me concentre sur les aspects socio-politiques de ces anticipations, en y identifiant les fondements épistémologiques de l’altérité et en analysant la façon dont les appareils socio-économiques érigés autour des sociétés de demain sont les manifestations directes de la façon dont ces auteurs interprètent,  retravaillent et abordent des problèmes de l’Inde d’aujourd’hui.

Dans cet article, j’explique comment River of Gods (2004) et Cyberabad Days (2008) de l’auteur Irlandais Ian McDonald, dont l’action se situent en Inde sortent des clichés de la science-fiction occidentale mainstream. En faisant appel aux théories sur les représentations multi-culturelles de Shameem Black et Peter Heehs, j’affirme que malgré quelques défauts conceptuels, McDonald parvient à s’approprier efficacement la culture indienne dans cette ère de mondialisation. J’avance l’hypothèse que s’il faut une connaissance profonde d’une culture pour pouvoir la représenter efficacement, trop dépendre d' »informateurs locaux » peut en fait mener à des attentes faussées.

Cet article s’intéresse au court roman de science-fiction “Of Love and Other Monsters” (2007) de Vandana Singh à travers la critique du « matérialisme démocratique » d’Alain Badiou et de sa réinvention de l’amour comme une force socio-ontologique qui, s’opposant à l’hybridité et à la suspension permissive de la vérité par le postmoderne, exige un esprit de décision transgressif. Plutôt que de se plaindre ou de se lamenter de la modification de la faculté d’action (agency), la science-fiction postcoloniale de Singh adopte un retour à ce qu’Amar Acheriou nomme un « binarisme résistant » (« resistive binarism ») sous l’égide universelle de l’amour. La science-fiction postcoloniale de Singh nous invite à nous pencher sur la façon dont l’émergence de nouvelles formes peut révéler les limites de certaines théories postcolonialistes au XXIe siècle.

  • Malisa Kurtz. “Alternate Cuts”: Interview with Vandana Singh 

 

REVIEW-ESSAYS

  • Veronica Hollinger. “Some Real Mothers …”: Revised edition of Bammer’s Feminism and Utopianism in the 1970s     
  • Amy Ransom. Playing Dice with the Universe: Meillassoux’s After Finitude, The Number and the Siren, and Science Fiction and Extro-Science Fiction
  • Sherryl Vint. Possibilities for a Science-Fiction Cinema: Bould’s Solaris, Butler’s Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Conolly’s The Thing, Forshaw’s The War of the Worlds,Kermode’s Silent Running, Krämer’s Dr. Strangelove, Le Blanc/Odell’s Akira, Luckhurst’s Alien, McAuley’s Brazil, Newman’s Quatermass and the Pit, and Wilson’s They Live

BOOKS IN REVIEW

  • Bast’s Agency in Writings by Octavia Butler (Rebecca Evans)      
  • Burton’s The Philosophy of Science Fiction: Henri Bergson and the Fabulations of Philip K. Dick (Steven Shaviro)                
  • Freedman’s Art and Ideas in the Novels of China Miéville (Joan Gordon)
  • Ginn/Leitch’s Time-Travel Television (James Hamby)     
  • Gregory’s Science Fiction Theology (Gerry Canavan)       
  • Lee’s Historical and Cultural Readings of Star Wars (Nathan Fredrickson)            
  • Beus/Evenson’s new translation of Gustave Le Rouge’s Prisoner of the Vampires of Mars (Sean Matharoo)        
  • Murphy’s Persuasive Aesthetic Ecocritical Praxis (Alan Lovegreen)
  • Paddy’s The Empires of J.G. Ballard (Valentina Polcini)  
  • Rogers/Stevens’s Classical Traditions in Science Fiction (Lisa Raphals)   
  • Scroggins’s Michael Moorcock (Benjamin Robertson)    
  • Swirski/Osadnik’s Stanisław Lem in the Eyes of the World and Swirski’s Stanisław Lem: Philosopher of the Future (Brittany Roberts)          
  • Vint’s Science Fiction and Cultural Theory (David Wittenberg)   
  • Zinos-Amaro’s Conversations with Robert Silverberg (Rjurik Davidson)

NOTES AND CORRESPONDENCE

  • R.D. Mullen Fellowship Winners (SFS Editors)   
  • Changes to the R.D. Mullen Fellowship (SFS Editors)      
  • SFRA 2016 Conference Report (Leimar Garcia-Siino)
  • Between Fact and Fiction: Climate Change Fiction (Emanuel Herold, Sina Farzin, and Susan M. Gaines)
  • Science Fiction Studio (Ruth Wylie)        
  • Flag Flying Aspidistras and Triffids (David Ketterer)        
  • CFPs and a Farewell to an SFS Editor      
  • Notes on Contributors