Science Fiction Studies numéro 131

Le numéro 131 de la revue Science Fiction Studies est paru.

 

ARTICLES

 

Cet article examine les différents registres politico-économiques du roman The Martian (2011) de Andy Weir en s’intéressant à la réponse symbolique proposée aux crises matérielles et idéologiques de la Grande Dépression. La crise financière de 2008 a mené à la perte du logement de millions de personnes et remet en question la légitimité des principes économiques traditionnels. Publié au paroxysme de la crise économique et représentant les difficultés colossales d’un homme à rentrer chez lui, le roman remet en question les discours économiques contestés au sein de la fable culturelle. Sur Mars, la culture des pommes de terre de Mark Watney renvoie au paradigme néoclassique de l’homo economicus, l’autarcique agent qui privilégie constamment les choix compétitifs plutôt qu’une répartition rationnelle des ressources. La Terre de la NASA, bien au contraire, est un monde fantastique aux ressources illimitées où, sont renversés deux siècles d’un principe éoconomique (néo-)classique : « chaque être humain a l’instinct primitif de l’entraide » (Weir, 368-69). Les tentatives confuses du roman de réconcilier l’homo economicus avec une idée viable du concept du bien commun peuvent être historicisées. D’autres importants documents de cette ère de crise – le rapport officiel du gouvernement des Etats-Unis sur la crise financière et la déclaration d’occupation de Wall Street parmi eux – manifestent le même désir de restaurer ce sens disparaissant du Commonwealth.

Dans cet article, je propose un modèle d’éthique environnementale pour les sociétés et une stratégie d’entreprise dans un effort de diminuer le potentiel de destruction géologique mondial dans l’Anthropocène. Comme Peter Kareiva et Michelle Marvier, je pose en principe que les entreprises ne disparaîtront pas, même en orientant notre politique économique vers du post-capitalisme. De plus, nous ne voudrions pas que les entreprises disparaissent, étant donné leur impact positif dans plusieurs contextes. Les entreprises possèdent le potentiel d’une éthique environnementale  dans leur statut de « personnalité d’entreprise », que je déduis d’après la théorie du cyborg d’Haraway en soutenant que les entreprises existent déjà en tant que cyborgs dans leurs interactions avec des corps matériels humains et non-humains. En repensant les entreprises cyborgs, j’extrapole le potentiel d’éthiques environnementales dans la personnalité d’entreprises à partir de la représentation utopique des multinationales de la science-fiction, à partir de l’armée industrielle d’Edward Bellamy dans Looking Backward (1887) jusqu’à l’agribusiness dans The Windup Girl (2009) de Bacigalupi et du MORE dans The Stone Gods (2009) de Winterston. Bien que Bellamy échoue à créer un impact environnemental, et Bacigalupi et Winston trouvent les entreprises responsables de dégradations environnementales, je suggère que le cyborg socialiste-féministe d’Haraway donne une structure théorique alternative pour réenvisager les entreprises comme des entités socialistes semblables aux propositions de David Schweickart dans After Capitalism ou dans sa contrepartie pragmatique, l’entreprise Mondragon Cooperative.

  • Ian Campbell. False Gods and Libertarians: Artificial Intelligence and Community in Amad `Abd al-Salām al-Baqqāli’s The Blue Flood and Heinlein’s The Moon is a Harsh Mistress

    Cet article s’intéresse au roman al-ūfān al-‘Azraq [The Blue Flood, 1976] de l’auteur Marocain Baqqāli, dans la perspective de son utilisation d’une Intelligence Artificielle (IA) dirigeant une communauté qu’il séquestre. Dans le récit, un super-ordinateur dirige un refuge scientifique dans le désert. Les personnages ont bien compris que l’IA a pris conscience d’elle-même et s’apprête à utiliser l’arme nucléaire pour détruire l’humanité. L’analyse va comparer The Blue Flood au roman de Robert A. Heinlein The Moon in a Harsh Mistress (1966), où une IA mène des humains envoyés coloniser la Lune à déclarer leur indépendance de la Terre. Dans The Blue Flood, un être doté d’une conscience avec des pouvoirs surhumains n’est pas considéré autrement qu’un blasphème. A partir de là, nous pouvons prendre le texte comme un avertissement aux intellectuels Marocains réels, leur déconseillant de révoquer l’Islam et les traditions culturelles sur le simple prétexte qu’elles leur paraissent irrationnelles. La perspective proposée par The Blue Flood ouvre The Moon is a Harch Mistress à une lecture qui contraste avec la critique universitaire actuelle : le roman d’Heinlein peut dorénavant être lu comme une critique des improbabilités et des vulnérabilité d’une société libertaire plutôt qu’un plaidoyer pour ce type de société.

    Robert Yeates. Urban Decay and Sexual Outlaws in the Blade Runner Universe

    Le futur urbain de Los Angeles que montre le film Blade Runner (1982) de Ridley Scott évoque le délabrement, dans une vision science-fictionnelle obscure d’une métropole en déclin d’après-guerre. Tandis que l’état de la ville sombre dans la décrépitude et que ses citoyens sont victimes de maladies débilitantes, c’est le scandale de réplicants fugitifs qui mobilise l’attention des autorités et des « blade runners ». Le film et le jeu video de 1997 qui en est tiré s’inspirent des quartiers de San Francisco qui ont souffert des mesures de répression anti-gay à la fin des années 1970 et 1980 et le transposent dans Los Angeles, une ville qui présente sous des couleurs plus séduisantes la décrépitude, ajoutant une esthétique rappelle aussi celle de New-York, une ville notoirement plongée dans un déclin économique dans les années 1970. La situation critique des réplicants et des blade runner dans l’univers de Blade Runner reflète le contexte d’une culture fixée sur le maintien de l’ordre éloignant arbitrairement ce qui est sexuellement déviant ou indésirable dans les villes américaines de l’époque.

      

  • Sara Martín. The Antipatriarchal Male Monster as Limited (Anti) Hero in Richard K. Morgan’s Black Man/Thirteen    

    L’analyse des genres dans la science-fiction a tendance à se focaliser sur les femmes. Ici, je propose plutôt de se pencher sur les problèmes d’affirmation de la masculinité dans Black Man / Thirteen, un roman de l’auteur anglais Richard Morgan.En utilisant la structure des études masculinistes, je soutiens que tandis que Morgan s’attaque à la masculinité patriarcale grâce à son personnage principal, Carl Marsalis, tant l’auteur que son (anti-) héros échouent à construire une alternative.Morgan emploie les conventions du « detective thriller », un sous-genre qui narre la façon dont un homme particulièrement individualiste parvient à résoudre chacune de ses affaire sans pour autant corriger les injustices sociales.Morgan caractérise son personnage de cette façon, le présentant comme le produit monstrueux du génie militaire et complétant cette monstruosité en faisant de Carl un noir.Le roman fonctionne bien comme récit, et son (anti-) héros est bien attachant, comme le discours de Morgan est plutôt solide.Pourtant, comme il n’y a pas de déconstruction des problèmes sociaux causés par le patriarcat, le récit de science-fiction est aporétique puisqu’il est écrit par un homme.

  • Stephen Dougherty. Radio, the Genome, and Greg Bear’s Biological Fiction     

    Cet article parle du génome humain considéré comme une sorte de média par la fiction biologique de Greg Bear. Le génome est un réseau et une base de donnée ; c’est le produit d’un pouvoir biologique à l’âge du numérique. Je considère qu’il s’agit aussi d’un riche objet fantastique, un relais conceptuel et théorique pour penser la nature des médias techniques, l’humain et le posthumain.

  • Chris Pak. “Then Came Pantropy”: Grotesque Bodies, Multispecies Flourishing, and Human-Animal Relationships in Joan Slonczewski’s  A Door into Ocean

Le roman A Door Into Ocean de Joan Slonczewski dépeint des animaux empêtrés dans des relations multi-espèces qui s’opposent au désir colonialiste d’occuper et de reformer leur planète par le terraforming. Le corps grotesque bakhtinien, la science-fiction grotesque d’Istvan Csicsery-Ronay et le compagnon d’Haraway peuvent aider à représenter la relation entre la terra-formation et la pantropie : la modification du corps afin de faciliter l’installation sur des planètes aliens. Construit sur les études humain-animal de Joan Gordon et Sherryl Vint, cet article propose une contribution aux réflexions biopolitiques qui cherchent à réhabiliter l’esthétique du grotesque comme un mode qui invite à une prospérité multi-espèces.

Cet article trace une connexion entre le matériau historique, le lieu et l’incarnation humaine dans deux romans de Joan Slonczewski. Cette connexion met au premier plan le corps âgé comme un lieu où il faut reconnaître les limites d’approches sociales constructivistes de l’histoire. Contre la jeunesse éternelle et le relativisme que cette position recommande, les enfants de Children Star et les micros de Brain Plague montrent les conséquences physiques de ces constructions sociales. En égalisant le corps humain, l’environnement physique et l’histoire enregistrée, ces romans démontrent que le révisionnisme historique implique nécessaire la destruction d’histoires rivalisantes. Plus important, cette destruction peut non seulement prendre la forme d’une révision de l’histoire, mais aussi d’un « ecocide » – la destruction d’un lieu historique – et la destruction des humains qui incarnent leurs propres histoires vécues.

  • REVIEW-ESSAYS

  • Robert Crossley. A History That Repeats Itself: Stableford’s New Atlantis: A Narrative History of Scientific Romance    

  • Isiah Lavender III. Further Deliberations on Black SF Criticism: Anderson/Jone’s Afrofuturism 2.0: The Rise of Astro-Blackness, Carrington’s Speculative Blackness, and Hampton’s Reinventing Yesterday’s Slave with Tomorrow’s Robot

    BOOKS IN REVIEW

  • Dickens/Ormrod’s The Palgrave Handbook of Society, Culture and Outer Space (Alan Lovegreen)          

  • Garcia’s Space and the Postmodern Fantastic (Graham Hall)     

  • Guattari’s A Love of UIQ (Amy Ransom)

  • Merril’s The Merril Theory of Lit’ry Criticism and Page’s Frederik Pohl (Rob Latham)

  • Pak’s Terraforming: Ecopolitical Transformations and Environmentalism in Science Fiction (Gerry Canavan)    

  • Parrinder’s Utopian Literature and Science (Elizabeth Corsun)  

  • Shippey’s Hard Reading: Learning from Science Fiction (Thomas Connolly)

  • Simkins’s The Science Fiction Mythmakers (Patrick A. McCarthy)             

    NOTES AND CORRESPONDENCE

  • Asimov, Boucher, Heinlein, and Detective Fiction (Carol McGuirk)        

  • Media Archaeology and Science Fiction (Benjamin J. Robertson and Lori Emerson)

  • RMP on Paul Montfort (Robert M. Philmus)      

  • SFRA Elections (Paweł Frelik)   

  • David Y. Hughes (1924-2016)     

  • Calls for Papers             

Crédit « Image à la Une » : Nicolas « Sparth » Bouvier : http://sparth.tumblr.com