Mort de Ray Bradbury

Couverture d'Enki Bilal pour "Chroniques martiennes"

L’écrivain de fantastique et de science-fiction Ray Bradbury est mort le 6 juin 2012 à Los Angeles à l’âge de quatre-vingt onze ans.

Auteur de nouvelles fantastiques dans des fanzines puis des pulp magazines, il publie son premier recueil chez Arkham House. Il publie aussi des nouvelles de science-fiction, dont un premier ensemble autour de la planète Mars, paru en 1950, Chroniques martiennes. Son écriture poétique lui permet de se faire remarquer par les critiques littéraires, qui voient en lui le représentant le plus qualifié pour représenter la science-fiction aux yeux du grand public. Ses recueils de nouvelles (L’Homme illustré, Les Pommes d’or du soleil, Je chante le corps électrique) ont eu une forte influence sur les débuts d’auteurs français comme Gérard Klein. Ses œuvres suivantes relèvent surtout du fantastique, de l’horreur ou de l’autobiographie. Dès son article de 1956, Gérard Klein loue le style de l’auteur américain : « Bradbury est certainement l’un des meilleurs stylistes américains contemporains. Il s’est assimilé avec un rare bonheur la langue populaire et la manie avec une virtuosité paradoxalement aristocratique. […] Il n’y a pas chez lui ce souci constant de la préciosité et de la recherche propre à certains jeunes écrivains américains, comme Truman Capote. [P]arce qu’il est émerveillé par le monde, il sait à son tour émerveiller. »

Son roman dystopique Fahrenheit 451 (1953) est adapté au cinéma par François Truffaut en 1966. Les Chroniques martiennes font elles aussi l’objet d’une série télévisée en 1980. Plusieurs nouvelles de ce livre avaient aussi été adaptées sous forme de comics, entre autre par Wallace Wood, Al Williamson et Frank Frazetta, parus en recueil sous le titre Planète rouge. Il a aussi inspiré une compositrice de musique contemporaine, Olga Neuwirth, qui a composé Construction in Space d’après la nouvelle « The Long Rain ».

Commandeur de l’ordre des arts et des lettres en France, il était entré en 1999 dans le Science Fiction Hall of Fame, il avait reçu en 1988 le titre de grand maître du prix Nebula, et en 2004 un prix Hugo rétrospectif pour Fahrenheit 451. Il avait aussi donné son nom à un prix récompensant le meilleur scénario de film de science-fiction en 1992, qui remplace depuis 2009 le prix Nebula du meilleur scénario. Un astéroïde découvert en 1992 porte aussi son nom.

Couverture d'Enki Bilal pour "Fahrenheit 451"

Fin 2009 était paru en France le recueil Léviathan 99. Le premier volume d’une biographie en trois tomes, écrite par Jonathan Eller, est paru en 2011, Becoming Ray Bradbury. Un article du New York Times passe en revue sa carrière. On peut aussi (re)lire l’entretien qu’il avait accordé à Philippe Curval en 1978. L’écrivain français résumait la même année dans une chronique littéraire l’avis du milieu de la science-fiction française à son égard : « Réactionnaire dans les années 40, parce qu’il parlait d’un ton désenchanté de la conquête de l’espace et de la pollution qui menaçait, il est désormais poussé vers la gauche par les adversaires de la technologie. » Nul doute que la postérité retiendra surtout le styliste et le créateur de mondes enchanteurs ou inquiétants.

Néanmoins, cette défaveur, qui a suivi un grand succès, explique peut-être pourquoi les études sur son œuvre, nombreuses dès les années 1950, se sont raréfiées et restent rares ces dernières années. Ray Bradbury avait pourtant lui-même participé à un colloque de Cerisy dirigé par Simone Vierne et François Raymond sur Jules Verne en 1978. En France, la revue Fiction lui consacre un dossier dans son numéro 123, en 1964. Denise Terrel publie « Images de Mars chez Bradbury » dans le 7ème numéro de la revue Métaphores (Publication de l’Université de Nice) en 1983, puis Annette Goizet « Altérité et normalité dans Fahrenheit 451 de R. Bradbury » dans Images de l’autre, le 24ème numéro de la même revue, en 1994. Enfin, la revue Poétique accueille en février 1997 l’article d’Irène Langlet « L’écart futuriste comme donnée métalittéraire. Une lecture des Chroniques martiennes de Ray Bradbury ».