Tous les articles par Simon Bréan

Hommage à Isabelle Périer

La rédaction de ReS Futurae souhaite se joindre aux hommages dédiés à Isabelle Périer, en adressant ses condoléances à sa famille, ses proches et ses amis.

C’est une personnalité harmonieuse et sereine qui s’efface de nombreux réseaux et lieux où elle a apporté sa passion et ses compétences, notamment la communauté des jeux de rôle (en particulier pour le jeu Nephilim et ses abords, avec un intérêt constant pour la création française contemporaine), l’enseignement des lettres et des humanités classiques (un exemple parmi d’autres dans la collection Etonnants Classiques). Outre l’amie chaleureuse qu’elle était pour beaucoup, les chercheurs en science-fiction et en fantasy perdent en elle une collègue et une camarade engagée, qui s’est investie avec enthousiasme et sincérité au côté de plusieurs laboratoires (CRI, 3L.AM) et associations de recherche, en particulier comme secrétaire du CERLI et membre active de la LPCM.

Ses recherches ont d’abord porté sur la science-fiction, avec sa thèse de littérature comparée soutenue en 2010 et portant sur « Mythe et épopée en science-fiction. Technoscience, sacré, idéologie dans les cycles de Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal » (dir. Michel Viegnes, CRI, Grenoble-Stendhal 3). Outre les rapports entre épopée et science-fiction, elle avait depuis étendu considérablement le champ de ses intérêts pour y inclure « la mythocritique, la science-fiction, la fantasy, la littérature contemporaine, les séries TV, les jeux de rôle et les jeux vidéo, la transmédialité et d’une manière générale les cultures de l’imaginaire » (source LPCM), et dans tous ces domaines, avait entrepris de faire entendre sa voix singulière.

Isabelle Périer a régulièrement contribué à ReS Futurae, avec deux articles sur Maurice G. Dantec, l’un de ses auteurs de prédilection : l’un s’interroge sur les mécanismes d’hybridation postmoderne à l’œuvre dans ses romans, l’autre explore le présentisme paradoxal du diptyque Liber Mundi. Un troisième article doit paraître dans le n° 10 de la revue, « Imaginaire informatique et science-fiction » : il approfondit une communication sur l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk.

RESF n°9 La Science-fiction en Asie du Sud-Est

Le prix Hugo à Liu Cixin, pour Les Trois Corps, a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs. Ce numéro examine, avec une perspective transculturelle, l’évolution (du XIXème au XXIème s.) de la SF en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

Altérité et étrangeté dans le récit bref de science-fiction – Journée d’études 8 juin 2017

Responsables scientifiques : Yves Iehl, Jean Nimis

Télécharger le programme

L’altérité est explorée dans le récit bref de science-fiction ou d’anticipation avec des analyses dans quelques-unes des facettes proposées par les textes : «terres étrangères», «temps parallèles», «figures de l’autre», questions philosophiques et scientifiques posées par l’identité en tant que telle.

Il s’agit d’observer comment le récit bref de science-fiction et d’anticipation donne «un visage neuf à de vieilles questions» (Roger Bozzetto), dans le cadre de narrations qui se présentent et comme regards sur les cultures et comme sources de contre-culture.

Les convergences entre œuvres d’aires linguistiques diverses (et dans des supports comme la narration littéraire ou la série TV) permettent de voir comment se mettent en place les représentations de phénomènes de changement de paradigme (linguistique, stylistique, philosophique, social, politique, technologique) au fil des XXe et XXIe siècles.

ReSF N°8 Michel Houellebecq

Le numéro 8 de ReS Futurae est paru.

Depuis la parution de son premier roman en 1994, Michel Houellebecq n’a eu de cesse de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffracte et se réfléchit la condition de l’homme postmoderne. Ces utopies empruntent des motifs et procédés aux traditions discursives de l’utopie et de la science-fiction pour permettre à ses romans de critiquer, grâce à l’hybridation générique, le substrat utopique d’une « Modernité sans gouvernail » (Heisenberg).

Irène Langlet : Éditorial

LES UTOPIES DE MICHEL HOUELLEBECQ

Sous la direction de Marc Atallah

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

LECTURES

Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

captureLe colloque « Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » doit se tenir du 16 au 18 novembre 2016 à Lyon. Consacré à l’étude des représentations associées à l’énergie et aux appareils électriques, ce colloque inclut notamment des contributions sur Raymond Roussel et Jules Verne, et explore de manière générale les liens entre science, littérature et culture médiatique.

Le programme peut être consulté ici

Continuer la lecture de Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

resfuturae 7
Daylon, CLEER, 2010

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueille un dossier issu de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXe et XXIe siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015), enrichi par de nouvelles contributions. Il s’agit d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre.

Irène Langlet, Éditorial

LE PRÉSENT ET SES DOUBLES

Continuer la lecture de ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

Science Fiction Studies numéro 128

Le numéro 128 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction numérique : « special issue on digital science fiction », dirigé par Pawel Frelik et Rob Latham.

ARTICLES

Paweł Frelik. Introduction: Digital Science Fiction(s) (texte en anglais)

Symposium on Digital SF

Lisa Swanstrom. « External Memory Drives: Deletion and Digitality in Agrippa (A Book of The Dead) » (présentation en anglais)

Bien que la fiction cyberpunk de Williamn Gibson soit essentielle pour saisir la relation entre la « digitality » [« condition numérique »] et la science-fiction, je postule que l’œuvre « numérique » [« digital »] la plus importante de Gibson n’est ni du cyberpunk, ni de la science-fiction, ni même de la fiction. C’est plutôt un poème autobiographique, « Agrippa:(A Book of the Dead) », publié en 1992. « Agrippa » correspond à un moment de basculement pour l’écriture de Gibson du fait de son implication avec des techniques d’édition numériques réelles – plutôt que spéculatives – non seulement en ce qui concerne le disque qui contient le poème qui y est encodé, mais en ce qui concerne la tendance de Gibson à établir une relation triangulaire entre la numérisation, l’identité et la mémoire. « Agrippa » dans son ensemble – c’est à dire comme œuvre poétique, livre imprimé, et objet numérique destiné à s’auto-effacer – fonctionne au départ comme un monument moderniste élevé à la subjectivité au moment même où elle est démantelée et, à cet égard, se trouve en parfaite cohérence avec la fiction cyberpunk de Gibson, qui tend à traiter la technologie numérique de manière analogique. Pour autant, durant les vingt ans et plus qui ont passé depuis sa publication initiale, « Agrippa » a continué à évoluer, et une analyse de ce texte étrange de nos jours apporte différentes possibilités. Dans ce qu’on pourrait appeler l’au-delà d’« Agrippa », une forme plus fluide de mémoire s’est manifestée, une forme collective, participative, collaborative, et bien plus en harmonie avec la nature de la « digitality » [« condition numérique »].

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 128

Comptes rendus et recensions

La revue ReS Futurae accueille à chaque numéro des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction. Vous trouverez en suivant ce lien une liste, que nous tiendrons à jour régulièrement, des ouvrages reçus et/ou publiés, et qui pourront donner lieu à compte rendu.

N’hésitez pas à nous faire part d’ouvrages susceptibles de faire l’objet d’une étude dans un de nos numéros, ou à nous proposer des recensions ou comptes rendus spécifiques.

Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

Appel à contributions pour un colloque organisé du 20 au 22 mai 2016 à l’Espace théâtre de Mont-Laurier (Montréal).

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2016

Contact : villeneuve.mathieu.3@courrier.uqam.ca

Responsables : Mathieu Villeneuve (Université du Québec à Montréal), Paul Kawczak (Université du Québec à Chicoutimi), Amy Ransom (Central Michigan University), Samuel Archibald (Université du Québec à Montréal)

Programme détaillé et informations complémentaires, en particulier sur le Congrès Boréal, qui accueille le colloque.

Veuillez noter que le colloque ne peut s’engager à rembourser les dépenses des participants.

Argument

En septembre 2013, la sonde Voyager 1 devient officiellement le premier objet de fabrication humaine à sortir de notre système solaire. Porteuse d’un message symbolique de l’Humanité, elle devrait être, dans 40 000 ans, la première sonde spatiale à passer à proximité d’une autre étoile. Déjà, au IIe siècle, Samosate envoyait au moyen d’une vague géante, dans son Histoire véritable, ses héros humains dans l’espace, au-delà des limites du monde connu. En 2016, ce colloque aimerait interroger, des premiers rêves d’ailleurs aux réalisations actuelles, l’idée de voyage radical et infini dans les littératures et les pratiques de l’imaginaire. Continuer la lecture de Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

Science Fiction Studies numéro 127

Le numéro 127 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

J.P. Telotte. « Animation, Modernism, and the Science Fiction Imagination » . (présentation en anglais)

Cet article étudie une absence curieuse dans les récits du développement cinématographique de la science-fiction – les nombreux exemples de film d’animation ayant des thèmes de SF pendant les années 1920 et 1930. Pendant cette période de formation, alors que la science-fiction peinait à trouver sa place dans le cinéma en prises de vue réelles, beaucoup de ses manifestations se limitant aux serials, l’imagination de science-fiction s’est vigoureusement implantée dans les travaux des studios d’animation les plus important de la période, qui ont tous produit des dessins animés sur les sujets alors en vue dans les nouveaux pulps – voyage spatial, rencontres du troisième type, robots, inventions fantastiques. Envisagés dans la perspective d’un « modernisme conservateur », ces dessins animés reflètent et critiquent en même temps  la présence de la science et de la technologie et leur influence sur la vie moderne, et du même coup apportent au genre émergent de la science-fiction un terrain tout à fait adéquat et fertile pendant les décennies précédant la Seconde Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 127

RESF n°10 : Imaginaire informatique et science-fiction

Appel à contributions pour le numéro de l’été 2017

Responsables du dossier : Cédric Chauvin et Éric Villagordo

Échéances

Date limite des propositions : 15 avril 2016.

Les propositions de contribution devront être adressées à Cédric Chauvin (cedric.chauvin@univ-montp3.fr) et Éric Villagordo (eric.villagordo@univ-montp3.fr) avant le 15 avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée avant fin mai 2016.

Les articles seront à rendre avant fin octobre 2016.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argumentaire général

Dès 1993, John Clute et Peter Nicholls écrivaient dans leur Encyclopedia of Science Fiction que « la science-fiction a dû lutter âprement pour rendre compte des développements concrets[1] » d’une révolution informatique ausi récente que rapide. De fait, le motif déjà ancien du grand ordinateur personnifié et souvent menaçant, puis celui de l’espace virtuel fondé par William Gibson dans Neuromancer,semblent encore prégnants dans nombre d’œuvres de science-fiction contemporaines. La question est d’abord de déterminer quelles sont les formes historiques de l’imaginaire informatique en science-fiction. Il s’agit ainsi d’en juger la pertinence référentielle autant que symbolique, depuis le début des années 80, qui ont vu simultanément la commercialisation des personal computers et l’apparition de l’imaginaire cyberpunk. Cette question en croise au demeurant une autre qui semble liée à la nature de l’objet informatique lui-même : comment représenter ce dernier, qu’Yves Michaud décrit selon un « hermétisme technologique du fonctionnement[2] » ? Comme il apparaît dans l’ouvrage publié en 2010 Machines à écrire : littérature et technologies du XIXe au XXIe siècled’Isabelle Krzywkowski, les objets techniques, et l’ordinateur de façon sans doute aiguë, ont en effet placé la littérature face à un triple dilemme, toujours plus crucial[3] : risquer une complexité éventuellement décourageante pour un public non spécialisé, dans le cas d’une approche purement descriptive ; anthropomorphiser ou naturaliser, par divers jeux de métaphores, la représentation d’une machine dès lors décrite par la bande ; ou privilégier l’écriture de ses effets sur l’homme et son milieu, l’enjeu se trouvant alors déplacé vers des interrogations sur la place de l’informatique dans la vie sociale et individuelle.

Continuer la lecture de RESF n°10 : Imaginaire informatique et science-fiction

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

Super-Héros, une histoire française

SH2

Ce que l’on peut désigner comme « le genre super-héroïque » constitue un domaine s’inscrivant tout à la fois en plein dans la science-fiction tout en en étant une marge mixant SF, fantastique et polar. C’est à ce titre que l’ouvrage de Xavier Fournier consacré à l’histoire de la création des super-héros français apparait comme doublement référentiel : il s’inscrit dans le cadre de recherches renouvelées sur le comic book de super-héros tout en émettant l’hypothèse que les super-héros français sont nés au sein de la littérature populaire du 19ème siècle. Au-delà du cas français, la figure américaine du super-héros est devenue depuis les années 80 un objet critique désigné comme le « metacomic ». Pour Camille Baurin, auteur d’une thèse de référence en France en sur le sujet, « Le super-héros est né dans le comic book, appellation anglo-saxonne traditionnellement employée pour désigner le support de la bande dessinée, mais qui se dissocie de ses homologues européens et asiatiques par la spécificité de ses critères. Le comic book est en effet un fascicule paraissant par les moyens de la presse et répond, à l’instar d’une revue traditionnelle, à une logique de périodicité. Le super-héros s’est donc développé en fonction de cette nature, ce qui a favorisé son retour régulier et l’instauration progressive d’une dynamique sérielle dans ses intrigues. Et de fait, s’il est un phénomène qu’on peut remarquer concernant cette figure, c’est bien sa faculté à épouser toutes formes de stratégie de relance et de duplication de sa fiction : d’un contexte à un autre, d’un médium à un autre, d’une mode à une autre, sa spécificité réside dans son pouvoir de résistance au temps, expliquant par là sa traversée du 20ème siècle et du début 21ème, ainsi que son accès au rang d’icône populaire. »[1] Le metacomic prend ainsi pour objets de sa fiction le comic book, la figure du super-héros et le genre qui lui est consacré, à travers le développement d’une diversité de stratégies, de l’intertextualité à la mise en abyme, en passant par des phénomènes transfictionnels ou des réflexions d’ordre ontologique sur les personnages. L’enjeu fondamental du metacomic est de travailler sur l’identité du genre auquel il appartient, par la revendication et la légitimation de son histoire et de son évolution au cours du 20ème siècle. Le travail de Xavier Fournier, qui fut précédé par celui de Jean-Marc Lainé, Super-héros ! La Puissance des masques, publié en 2011, révèle toute la profondeur générique et symbolique du super-héros, nourri d’une intertextualité historique, politique ou esthétique. Natacha Vas-Deyres a proposé à Xavier Fournier en 2015 cet entretien que nous vous livrons en intégralité.

 

Continuer la lecture de Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

B. R. Bruss, ou l’humanisme résilient

 

Jean-Guillaume Lanuque analyse ici la récente anthologie de B.R. Bruss, Le Fleuve obscur de l’avenir (Paris, Critic, collection « La Petite bibliothèque SF », 2014, 704 pages), éditée et présentée par Laurent Genefort (avec lequel notre revue vient de publier un entretien).           le-fleuve-obscur-de-lavenir

Après l’arrêt malheureux de la collection « Trésors de la SF » chez Bragelonne, dont l’ultime fait d’arme fut la publication d’une belle intégrale des œuvres de Stefan Wul, Laurent Genefort semble avoir trouvé un nouveau havre chez les jeunes éditions Critic. Le Fleuve obscur de l’avenir est en effet conçu de la même manière qu’Escales en utopie pour Michel Jeury : une sélection de trois romans, que complète l’ajout d’une nouvelle et d’une étude critique signée de Genefort lui-même, « L’étrange Galaxie Bruss ». Dans ce texte aussi riche que passionnant, il passe en revue l’ensemble de la production science-fictive de B.R. Bruss, proposant des résumés des romans et des analyses, dont une des plus importantes concerne le positionnement politique de l’auteur, fait de « moralisme vieille France »[1] et d’un humanisme libéral affirmé[2]. A travers cette brève note de lecture, nous essaierons pour notre part d’effleurer la carrière et la singularité de l’œuvre de B.R. Bruss, alias Roger Blondel, de son vrai nom René Bonnefoy (1895-1980), familier de l’écriture dès l’entre-deux-guerres, mais qui s’efforça de se relancer sous pseudonyme après une période de la Seconde Guerre mondiale marquée par la collaboration, et qui se solda dans un premier temps par une condamnation à mort par contumace ; tant il est vrai que ce passé trouble ne suffit pas à juger et caractériser un individu, la collaboration répondant elle-même à une pluralité de motivations et d’explications… Si l’écriture fut, pour René Bonnefoy, dans l’après-guerre, un moyen de gagner sa vie, à travers des genres variés (fantastique horrifique, érotique, littérature blanche), la science-fiction devint un de ses terrains d’exercice privilégiés, en particulier à partir de son entrée au Fleuve noir, au mitan des années 1950.

Continuer la lecture de B. R. Bruss, ou l’humanisme résilient