Tous les articles par resf

Au secours: la SF intéresse les Editions Universitaires Européennes

Un billet pour ajouter une voix aux alertes régulièrement lancées au sujet d’un éditeur peu recommandable.

Nouveau terrain de chasse pour les ratisseurs de contenus?

Dans le cadre de mes recherches sur la SF, j’ai écrit en 2015 un article pour la revue en ligne de l’APEF (Association Portugaise d’Etudes Françaises), Carnets: http://www.apef.org.pt/fr/revista_carnets.php. Cette revue est en accès ouvert, et tout un chacun peut lire le numéro concerné en PDF à cette adresse: http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/13690.pdf.

Or je reçois ce matin un courriel me proposant de publier cet article sous forme de « livre broché » (ça ferait un livre assez mince, quand bien même l’article tasse une bonne vingtaine de pages: un fascicule, dirions-nous). Voici le courriel:

De: Christina Muchi <c.muchi@editions-ue.com>
Objet: Invitation à publier chez nous, Madame IRENE LANGLET
Date: 19 juillet 2016 11:39:03 UTC+2
À: IRENE LANGLET <irene.langlet@unilim.fr>

Chère Madame IRENE LANGLET,

Au nom des Éditions Universitaires Européennes, je voudrais vous inviter à publier votre travail
« GUERRES DU FUTUR , CONFLITS DU PRESENT » sous forme de livre broché. Qu’en pensez-vous?

Étant basée en Allemagne, notre maison d’édition se donne pour objectif de développer les échanges entre chercheurs,
enseignants et simples curieux afin de dessiner les contours du monde scientifique, technique et culturel de demain.

Dans ce contexte, nous serions honorés de vous compter parmi nos auteurs.

A cet effet, aimeriez-vous en savoir plus sur le processus de publication?

En espérant une réponse rapide de votre part, je vous prie d’agréer, Madame IRENE LANGLET,
l’expression de mes salutations distinguées.
Cordialement,
Christina Muchi
Lectorat
e: c.muchi@editions-ue.com
w: www.editions-ue.com

Je reste un moment interloquée par la goujaterie du procédé, puis me remémore le nom de cet « éditeur » aperçu dans des alertes diverses lancées ici et là:

et j’en oublie certainement. Mais tout le monde s’accorde à mettre en garde les jeunes docteurs qui seraient tentés de venir grossir les rang du « stock d’auteurs » de cet « éditeur ». Lésant leurs auteurs, selon le dernier des articles cités, les contrats des EUE, selon les PUQ, ne sont toutefois pas une fraude en soi, lorsqu’il s’agit de récupérer des thèses ou des mémoires et de les imprimer à la demande après annonce sur de grandes librairies en ligne.

Mais aujourd’hui, je découvre que cette entreprise peut aller plus loin, et venir piller les contenus des revues en accès ouvert. C’est franchir un pas de plus – et afficher le plus souverain mépris du travail éditorial mené par lesdites revues, qui, pour avoir choisi l’accès ouvert et la gratuité des contenus, n’en sont pas moins le résultat d’un effort considérable de la communauté universitaire publique et seraient énormément dévoyées par une redistribution commerciale.

Je songe aux articles de ReS Futurae, tous disponibles de la même façon, et me dis que les EUE inaugurent peut-être un nouveau terrain de chasse. C’est pourquoi je diffuse ma réaction, pour joindre ma voix à la vigilance nécessaire. ReSF va, sans tarder, envoyer un courrier à tous ses auteurs, et systématiser avec eux le contrat de licence CC BY-NC-ND.

De: Langlet Irène <irene.langlet@unilim.fr>
Objet: Rép : Invitation à publier chez nous, Madame IRENE LANGLET
Date: 19 juillet 2016 12:24:11 UTC+2
À: Christina Muchi <c.muchi@editions-ue.com>
Cc: Maria Cristina Daniel Álvares <calvares@ilch.uminho.pt>

Bonjour,

Il est totalement hors de question que je publie quoi que ce soit chez vous, a fortiori un texte écrit pour une revue identifiée. Je mets la responsable de la revue Carnets en copie de ma réponse.

Votre proposition témoigne d’un mépris total pour le travail accompli par la revue Carnets, qui possède les droits d’exploitation de l’article que vous citez, et pour qui publier en libre accès ne signifie aucunement accepter de se faire piller par des marchands de papier. Cela en dit long sur votre modèle éditorial et commercial: vous cherchez à faire du profit à partir de travaux financés par l’argent public des universités européennes, et comme tels libres d’accès à toute la communauté.

Comme je dirige moi-même une revue en ligne dont les textes sont en libre accès, je vais immédiatement prévenir tous mes auteurs de l’indignité de ce type de démarche, au cas où vous auriez le front de leur faire une proposition du même type.

Comme d’autres avant moi, qui ont analysé vos campagnes de démarchage, je diffuserai mon point de vue largement, sur les réseaux universitaires et auprès de mes étudiants et thésards. Salutations


Irène Langlet
Professeur de littérature contemporaine

Responsable du master Lettres et Arts
http://lettunilim.hypotheses.org

Directrice de la revue ReS Futurae
http://resf.revues.org

Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Limoges
39E, rue Camille Guérin
87036 Limoges cedex

RESF 12 (CFP): Science-fiction et jeu vidéo

Appel à contributions pour le n°12 de ReS Futurae (2ème semestre 2018)

Dossier dirigé par Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, université de Liège.

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016  à Julie Delbouille (jdelbouille@ulg.ac.be), Björn-Olav Dozo (bodozo@ulg.ac.be) et à Lison Jousten (Lison.Jousten@ulg.ac.be).

La date de remise des articles est fixée au 30 septembre 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Lorsque Spacewar!, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. À l’heure où l’informatique est encore fort peu micro, la thématique spatiale que ce précurseur exploite présente en effet un avantage certain : celui de déployer à l’écran un « espace dont la principale caractéristique est le vide […] un lieu qui exige moins de puissance de calcul » (Triclot, 2011). Cette thématique traverse d’ailleurs toujours une grande partie de la production vidéoludique, comme en témoignent Dead Space (EA, 2008) ou Mass Effect (Microsoft Game Studio, 2007). De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford qui interrogent la place occupée par la science-fiction au sein des industries du divertissement, en prenant en compte le contexte socio-politique (Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., 2003).

Par ailleurs, les médias entretiennent aujourd’hui des rapports de plus en plus nombreux, en perpétuelle évolution – et expansion –, entraînant la circulation d’un imaginaire, de formes, de figures et de récits. Cette perméabilité autorise les glissements de contenu fictionnel entre jeu vidéo d’une part, et cinéma, littérature, bande dessinée,… d’autre part. La thématique sur laquelle se centre ce numéro se prête ainsi particulièrement bien à une approche intermédiale. En effet, le jeu vidéo est devenu un motif récurrent pour d’autres objets culturels – comme dans No pasarán, le jeu de Christian Lehman (L’école des Loisirs, 1996) en littérature (sur les rapports entre jeu vidéo et livre, voir Barnabé et Dozo, 2015), Tron réalisé par Steven Lisberger au cinéma (voir Blanchet, 2010), ou encore à travers la figure du jeune « geek » dans Kid Paddle, en bande dessinée. A contrario, le jeu vidéo s’exporte également sous une forme littéraire (avec, par exemple, la novellisation de la série Halo) ou filmique (comme en témoigne l’adaptation de l’univers de Silent Hill) ; enfin, il peut lui-même reposer sur l’adaptation d’œuvres préexistantes (comme le jeu The Walking Dead [Telltales Games, 2012] dérivé des comics de Kirkman et Moore).

Ce numéro de ReS Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique. Afin de dessiner les problématiques envisagées dans cet appel, nous proposons de construire notre champ d’investigation sur la base des axes suivants, mentionnés à titre indicatif :

  • Contenus et représentations. Cet axe veut faire la part belle aux analyses d’œuvres vidéoludiques, replaçant dans une perspective globale l’exploitation de la science-fiction au sein du jeu, par l’intermédiaire de différentes approches (esthétique, poétique, sociologique, sémiotique, etc.).
  • Questions d’intermédialité. Complémentaire au premier, cet axe propose d’étendre la réflexion aux rapports entre le jeu vidéo de science-fiction et d’autres médias, comme le cinéma, la littérature, la bande dessinée, ou la musique. Il concerne autant les adaptations, que les emprunts ou transferts de formes et motifs d’un objet culturel à l’autre.
  • Marges du jeu. Cet axe permet d’évoquer des thématiques connexes aux analyses d’œuvres, comme la création amateur, les expérimentations ludiques, ou encore les études de fans liées au jeu vidéo de science-fiction.
  • Analyses contextuelles. Au-delà des œuvres, cet axe recouvre les réflexions théoriques ou empiriques permettant, grâce aux outils de la sociologie, de l’économie, ou des sciences historiques, de contextualiser la création et la réception des œuvres.

Bibliographie indicative

Berry V., L’expérience virtuelle : jouer, vivre, apprendre dans un jeu vidéo, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Besson A., “Les envahisseurs de l’espace sont parmi nous : vers une esthétique quotidienne du pixel”, dans ReS Futurae, vol. 5, mai 2015, [en ligne], http://resf.revues.org/634.

Blanchet A., Des Pixels à Hollywood. Cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle, Paris, Pix’n Love, 2010.

Blanchet A., Les jeux vidéo au cinéma, Paris, Armand Colin, 2012.

Carr D., Ability, Disability and Dead Space, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1402/articles/carr.

Delbouille J., “Jeu vidéo, avant-garde et science-fiction. Le cas de Rez et Child of Eden”, dans ReS Futurae, vol. 5, mai 2015, [en ligne], https://resf.revues.org/672.

Barnabé F. et Dozo B.-O. (dir.), Jeu vidéo et livre, Liège, Bebooks, coll. Culture contemporaine, 2015.

Gibbons W., Wrap Your Troubles in Dreams : Popular Music, Narrative, and Dystopia in Bioshock, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1103/articles/gibbons.

Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., Digital Play : The Interaction of Technology, Culture, and Marketing, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2003.

“Special Section: SF and Video Gaming” dans Foundation. The International Review of Science Fiction, Volume 44.1, number 120, 2015, p. 11-104.

Triclot M., Philosophie des jeux vidéo, Paris, La Découverte (Zones), 2011.

Tringham N. R., Science Fiction Video Games, Boca Raton, CRC Press, 2014.

Voorhees G., Play and Possibility in the Rhetoric of the War on Terror : The Structure of Agency in Halo 2, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1401/articles/gvoorhees

 

L.L. Kloetzer, double et présent-e

Lors des journées d’étude « Le présent et ses doubles », les deux organisateurs (Simon Bréan et Irène Langlet) proposèrent l’étude d’une œuvre résolument double et présente : celle de L.L. KLoetzer, jeune écrivain-e suisse formé-e de Laure et Laurent Kloetzer, époux à la ville. Pour d’évidentes raisons de conflit d’intérêt, les auteurs étant tout à la fois les organisateurs de la journée d’étude et membres de la rédaction de ReSF, l’étude de L.L. Kloetzer paraîtra ailleurs ; on donne ici seulement son introduction. La revue Res Futurae publie dans son numéro 7 un entretien avec Laurent Kloetzer, issu de cette rencontre.

Daylon mandala1

 

Bréan S. et Langlet I., « L. L. Kloetzer, double et présent » [introduction d’un article à paraître]

L. L. Kloetzer est une persona littéraire Continuer la lecture de L.L. Kloetzer, double et présent-e

RESF N°9: Asie de l’Est (CFP)

Appel à contributions pour le numéro du printemps 2017

Echéances

Date limite d’envoi des propositions: 1er avril 2016

Les propositions d’articles sont à envoyer à Gwennaël Gaffric: ggaffric@gmail.com avant le 1er avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée le 1er mai 2016. Les articles seront à rendre pour le 1er  novembre 2016.

Nous invitons les personnes intéressées à consulter en ligne le processus d’évaluation et les normes de la revue Res Futurae.

Argumentaire général

L’obtention du dernier prix Hugo par l’auteur chinois Liu Cixin pour son roman Les Trois Corps (premier tome de la trilogie des Chroniques de la terre) a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs.

La science-fiction asiatique connaît en effet actuellement un essor sans précédent, comme en témoigne la popularité toujours plus grande des mangas SF, la croissance significative de la production de films SF et leur exportation réussie (on pense aux longs-métrages du Sud-coréen Bong Joon-ho ou au Japonais Mamoru Oshii), l’émergence de jeunes auteurs populaires, les nombreuses traductions dans des langues européennes ou les prix littéraires internationaux… Il apparaît aujourd’hui nécessaire de proposer une réévaluation de la vitalité et de l’histoire d’un genre longtemps négligé tant par les études sur la littérature et le cinéma que par les spécialistes des aires culturelles concernées. Bien qu’un nombre croissant d’études paraissent aujourd’hui dans les pays d’émission des œuvres et en langue anglaise (les études sur la SF asiatique sont d’ailleurs aujourd’hui bien représentées dans les conventions scientifiques internationales sur la science-fiction), celle-ci n’a pour l’heure pas encore fait l’objet d’un grand nombre d’études en langue française. Il en est de même pour les traductions littéraires en français, à l’exception notable du secteur des bandes dessinées.

 

Or, depuis ses prémisses, la littérature et le cinéma de science-fiction d’Asie de l’Est peuvent être envisagés comme de formidables portes d’entrée par lesquelles entrer au cœur de l’évolution des sociétés asiatiques modernes depuis l’aube du XXe siècle. Comme partout ailleurs, la science-fiction y exprime aussi depuis son émergence les fantasmes, les angoisses et les espoirs d’une époque, témoignant de cette capacité singulière de la science-fiction à penser en même temps avec et contre son temps.

Ce numéro sera circonscrit à l’étude de la science-fiction en Asie de l’Est (Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, Hong Kong, Taïwan), ce moins par souci de délimitation géographique qu’en vertu de cohérence socio-historique au sujet de l’émergence et de l’évolution du genre science-fictionnel dans la région. Le genre fait ainsi une première percée au Japon, en Chine et en Corée par l’intermédiaire de la traduction via l’anglais puis le japonais, notamment des œuvres de H.G. Wells et de Jules Verne (dont les premières traductions, effectuées par certains des plus grands intellectuels de leur temps, paraissent en 1879 au Japon, en 1902 en Chine et en 1907 en Corée), dates qui correspondent avec la naissance de la littérature moderne dans ces pays. Les intellectuels nationalistes de l’époque perçoivent en effet la science – au même titre que la démocratie – comme des avatars naturels de la modernité occidentale appelée à triompher des vieilles idéologies féodales (en Chine, on appelle ainsi « Monsieur Science » et « Monsieur Démocratie » à prendre la place de « Monsieur Confucius »). Ce qu’on appelle alors les « romans scientifiques » apparaissent dès lors comme des œuvres réformistes, susceptibles de favoriser l’avènement d’une nation et d’un homme nouveaux.

L’appel à l’écriture d’une science-fiction aux particularités nationales pour guider le pays vers la route de la modernité lancé au début du XXe siècle se prolongera durant toute la seconde moitié du siècle, en suivant certes des trajectoires diverses – quoique souvent en miroir les unes des autres – sous l’influence des traductions d’œuvres américaines (à Taïwan, en Corée du Sud et au Japon) et soviétiques (en Chine et en Corée du Nord). Bien souvent, il lui faut répondre aux impératifs politiques des utopies et des dystopies officielles (l’anticommunisme à Taïwan, le techno-capitalisme au Japon et en Corée du Sud, le maoïsme en Chine, l’idéologie du Juche en Corée du Nord…). Les modèles de propagande science-fictionnels prennent d’ailleurs principalement la forme d’utopies destinées à un public enfantin (comme c’est le cas de la revue Adong Munhak (Corée du Nord) ou le bestseller Le voyage de Xiao Lingtong dans le futur (Chine)). À d’autres moments de son histoire, il lui arrive parfois même d’être mise au ban des pratiques littéraires et cinématographiques, comme c’est le cas dans les années 1980 en Chine où elle est traitée, au même titre que d’autres formes d’expression artistique, de « pollution spirituelle » car opposée à la « véritable science » : le matérialisme dialectique.

Pour autant, dès les années 1960, le cinéma et les récits science-fictionnels parviennent également à se développer indépendamment de la doxa officielle, notamment grâce à l’essor des revues spécialisées et de la popularité nouvelle d’autres médias, comme les bandes dessinées au Japon. Les années 1980 et 1990 voient elles la science-fiction asiatique engager des stratégies fictionnelles nouvelles : space operas, univers parallèles, uchronies, cyberpunk, etc. Elle entreprend d’explorer des thématiques privilégiées de la science-fiction : crise environnementale, espoirs et dangers de la technoscience, paradoxes temporels, contact et communication avec des « intelligences » extraterrestres, interactions et fusions entre humain, non-humain et post-humain… sans négliger d’investir des thématiques plus géographiquement situées (narrations de catastrophes naturelles et/ou artificielles régionales, réappropriations d’une tradition textuelle ou religieuse, réécritures uchroniques…). Elle se retrouve enfin à l’avant-garde des luttes sociales qui secouent les sociétés asiatiques dans les années 1980 et 1990 : revendications ethniques, postcoloniales, féministes ou encore homosexuelles et queer, accordant à des voix jusqu’alors marginales un espace d’expression alternatif. À l’opposé, la science-fiction sert parfois la logique des soft power nationaux (ainsi en est-il de Liu Cixin – qui au lendemain de la réception du Hugo – est invité par le vice-président chinois à diffuser à travers le monde la puissance du « rêve chinois »).

Et qu’elles se mettent ou non au service d’un nationalisme culturel, certaines de ses productions, notamment en bande dessinée (on pense aux œuvres de Miyazaki Hayao ou Shirō Masamune au Japon), influencent en effet profondément la littérature et le cinéma mondial depuis les années 2000. Aujourd’hui, elle va même jusqu’à réinventer les frontières du genre en élaborant de nouvelles grammaires narratives. Ainsi en est-il par exemple du nouveau « sous-genre » créé par le Sino-américain Ken Liu qui, avec le néologisme cryptoculturaliste de « silkpunk », suggère une esthétique science-fictionnelle marquée par les récits de l’Asie pré-moderne ou de Bong Joon-ho qui réoriente l’esthétique du film de catastrophe.

Cse numéro ne se donne pas pour projet de contraindre la science-fiction asiatique, riche d’une histoire façonnée par les traductions, les adaptations et les réinventions, dans une sphère autoréférentielle qui ferait le jeu des projections culturalistes et orientalistes les plus simplistes et généralisantes. Ce numéro propose au contraire d’examiner avec une perspective transculturelle et historiquement située l’introduction et l’évolution (du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle) de la science-fiction en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique possédant ses propres ressorts poétiques qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

Dans ce cadre, diverses interrogations, non exclusives, pourront être explorées :

–  Quels ont été les liens entre la naissance et le développement de la science-fiction en Asie de l’Est et la croyance dans le mythe du « progrès scientifique », perçu à l’époque comme une émanation de l’Occident ?

–  Quelle écriture de la science dans la SF en Asie de l’Est ? Existe-t-il une « hard SF » asiatique ? La science apparaît-elle comme une discipline géographiquement et historiquement située ou comme un système universel ? Depuis les prémisses du genre jusqu’à l’ère contemporaine, la science et la technique y sont-elles envisagées comme inéluctablement liées au progrès social ?

–  Quels rôles ont joué les utopies et les dystopies dans le développement socio-historique et les processus de démocratisation des pays et comment celles-ci se sont-elles élaborées en complicité ou en rupture avec les idéologies officielles ?

–  Comment la littérature et le cinéma science-fictionnels d’Asie de l’Est négocient-ils les tensions entre local et global à l’ère de l’Anthropocène ? On pourra à ce sujet s’interroger sur l’omniprésence de thématiques éminemment globales, alors même que les critiques de science-fiction asiatique revendiquent souvent paradoxalement le caractère « authentiquement » national de celle-ci.

–  Comment l’imaginaire de la catastrophe s’exerce-t-il dans la science-fiction est-asiatique ? (séismes, tsunamis, catastrophes nucléaires, épidémies bactériologiques…)

–  Quelle visibilité et quelles représentations des populations marginales (minorités ethniques, communautés LGBT, immigrants…) dans la science-fiction est-asiatique ?

–  Comment appréhender le rôle de la bande dessinée SF dans la construction d’une culture de la science-fiction en Asie et de son influence au niveau mondial ?

–  Est-il possible de distinguer dans la production science-fictionnelle asiatique des mécaniques narratives et/ou visuelles spécifiques ou bien la tentative de créer des schémas supposés propres à la science-fiction en Asie de l’Est relève-t-elle d’un projet orientaliste globalisant ?

–  Comment expliquer l’intérêt récent des études littéraires et cinématographiques asiatiques pour le genre science-fictionnel et comment lier cette tendance aux paradigmes épistémologiques contemporains (philosophie postmoderne, posthumanités, humanités numériques, écocritique…) ?

 

Liste indicative d’auteurs et de réalisateurs susceptibles d’être étudiés

CHINE : Han Song韩松, Liu Cixin刘慈欣, Wang Jinkang王晋康, Ye Yonglie叶永烈…

COREE DU SUD : Bong Joon-ho봉준호, Kim Kyung-uk김경욱, Lee Si-myung이시명, Djuna…

HONG KONG: Dung Kai-cheung董啟章, Ngai Hong倪匡, Peter Mak麥大傑, Wong Kar-wai王家衛…

JAPON : Abe Kōbō安部公房, Komatsu Sakyō小松左京, Ōtomo Katsuhiro大友克洋, Yoshihara Rieko吉原理恵子,…

TAIWAN : Chang Hsi-kuo張系國, Chi Ta-wei紀大, Egoyan Zheng伊格言, Wu Ming-yi吳明益…

 

Bibliographie indicative (en langues occidentales)

Perspectives Chinoises, Numéro spécial « Fictions utopiques et dystopiques en Chine contemporaine », Wang Chaohua and Song Mingwei (ed.), n°1, 2015

Science Fiction Studies, “Special Issue on Chinese Science Fiction” (ed. by Wu Yan and Veronica Hollinger), #119, Vol. 40, Part 1, 2013.

Science Fiction Studies, “Special Issue on Japanese Science Fiction” (ed. by Tatsumi Takayuki, Christopher Bolton, and Istvan Csicsery-Ronay, Jr), #88, Vol. 29, Part 3, 2002.

BERTHELLIER Benoît, “From Pyongyang to Mars: Sci-fi, Genre, and Literary Value in North Korea”, Sino NK, 2013, URL: http://sinonk.com/2013/09/25/from-pyongyang-to-mars-sci-fi-genre-and-literary-value-in-north-korea/.

COLSON Raphaël et RUAUD André-François, Science-fiction. Les Frontières de la modernité, Lyon : éd. Mnémos, 2008.

JAMESON Frederic, Archaeologies of the Future: The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, Verso, 2007.

KUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction, trad. de Gilles Hénault, Qéubec : Presses de l’Université du Québec, 1977.

LAMARRE Thomas, The Anime Machine: A Media Theory of Animation, Minneapolis: University of Minnesota Press, 2009.

LYNN Daneel, “The Long and Winding Road to Science Fiction: A Brief Overview of SF Development in Taiwan”, Foundation: The International Review of Science Fiction, n°94, 2005.

LANGLET Irène, La science-fiction : Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006.

PACQUET Darcy, New Korean Cinema: Breaking the Waves, Wallflower Press, 2010.

RAGONE August, Eiji Tsuburaya: Master of Monsters: Defending the Earth with Ultraman, Godzilla, and Friends in the Golden Age of Japanese Science Fiction Film, San Francisco: Chronicle Books, 2014.

SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction, Montréal : Nota Bene, 2005.

SARDAR Ziauddin and CUBITT Sean (ed.), Aliens R Us: The Other in Science Fiction Cinema, London: Pluto Press, 2002.

TANAKA Motoko, Apocalypse in Contemporary Japanese Science Fiction, New York: Palgrave Macmillan, 2014.

WANG David Der-wei, Fin-de-siècle Splendor: Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1849-1911, Stanford: Stanford University Press, 1997.

WONG Kin Yuen, WESTFHAL Gary and CHAN Amy Kit-sze (ed.), World Weavers: Globalization, Science Fiction, and the Cybernetic Revolution, Hong Kong: Hong Kong UP, 2005.

WU Dingbo and MURPHY Patrick D. (ed.), Science Fiction From China, Westport: Praeger, 1989.

ZUR Dafna, “Let’s Go to the Moon: Science Fiction in the North Korean Children’s MagazineAdong Munhak, 1956–1965”, The Journal of Asian Studies, Vol.73, Issue 02, 2014, p.327-351.

Continuer la lecture de RESF N°9: Asie de l’Est (CFP)

RESF n°8: Houellebecq (CFP)

Les utopies de Michel Houellebecq : hybridation générique et poétique de l’ailleurs (ReS Futurae n°8, automne 2016)

Date limite d’envoi des propositions: 27 février 2016.

Dossier dirigé par Marc Atallah.

Depuis la parution de son premier roman, Extension du domaine de la lutte (1994), Michel Houellebecq n’a eu de cesse, outre sa posture parfois provocatrice, de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffractait et se réfléchissait la condition de l’homme postmoderne : la boîte de nuit (Extension du domaine de la lutte), l’esprit unique (Les Particules élémentaires, 1998) le club de vacances (Plateforme, 2001), les cellules monastiques des clones (La Possibilité d’une île, 2005) ou encore la maison de campagne (La Carte et le territoire, 2010). Il s’avère que ces utopies, bien loin d’être de simples artifices littéraires, rejoignent la tradition des récits qui, depuis le célèbre texte de Thomas More, cherchent à fabriquer un miroir à la fois herméneutique et heuristique qui renvoie une image distanciée de la société à partir de laquelle cette utopie est formée, en l’occurrence la nôtre.

Continuer la lecture de RESF n°8: Houellebecq (CFP)

Stage: traduction d’articles issus de Science Fiction Studies

Un stage de 3 mois est proposé par la revue Res Futurae, revue d’études sur la science-fiction.

OBJET DU STAGE

La revue Res Futurae (ReSF) propose un stage au sein de son comité de rédaction. La/le stagiaire aura à traduire en français de 3 à 4 articles scientifiques d’étude de la science-fiction , issus de la revue partenaire Science Fiction Studies. Elle/il travaillera en équipe avec au moins un membre du comité de rédaction de la revue ReSF. Continuer la lecture de Stage: traduction d’articles issus de Science Fiction Studies

RESF n°7: Le présent et ses doubles (CFP)

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueillera des articles issus de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXè et XXIè siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015). Nous souhaitons, grâce au présent appel à contributions, enrichir encore les perspectives ouvertes lors de ces premiers travaux.

[Lire le CFP et consulter le programme de la journée d’études]

Cette journée de la SELF XX-XXI a permis d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre : dans l’anticipation et l’uchronie, le rapport au présent se fait anamorphose, extrapolation, jeu symbolique ; l’exploration des possibles contemporains se glisse dans les interstices des représentations courantes, pour y susciter des figures nouvelles, dérangeantes et stimulantes ; le rapport au présent s’y fait alternativement ou simultanément intime, conflictuel, collectif.

Continuer la lecture de RESF n°7: Le présent et ses doubles (CFP)

Sur quelques infortunes dans les représentations de la circulation des âmes : à propos de « Transcendance »

transcendance afficheUn billet de Yannick Rumpala (université de Nice)

En dépit des critiques peu encourageantes, on peut décider d’aller voir un film en raison du sujet traité, en espérant malgré tout y trouver matière à réflexion. Prenons le récent Transcendance, par exemple. Le récit est en effet censé aborder la thématique de l’intelligence artificielle et traiter l’hypothèse du « mind uploading », autrement dit du téléchargement de l’esprit humain sur un support informatique. C’est en l’occurrence le sort que va connaître le personnage central du film, dont le ressort dramatique va tourner autour des doutes sur les véritables intentions de ce scientifique, une fois « téléchargé » dans une machine multipliant ses capacités. Au lieu de mourir après avoir été touché par une balle irradiée, tirée par le membre d’un groupe de résistance aux technologies de type NBIC (nano- et biotechnologies, informatique, sciences cognitives), le Dr. Will Caster, ou plutôt son esprit, va avoir la possibilité d’entrer dans une nouvelle existence : en fait, s’il peut survivre, c’est en étant transféré par sa femme dans un ordinateur qui laissait entrevoir une possibilité proche de devenir la première forme d’« intelligence artificielle ». Mais le mari (son avatar, plus exactement) entraîne alors la tout aussi brillante scientifique dans un projet qui semble finir par la dépasser, jusqu’à éroder profondément sa confiance initiale.

Alors que le film a majoritairement suscité des commentaires plutôt condescendants, on peut aussi trouver des raisons d’être plus clément, malgré ses défauts évidents (scénario bancal, incohérences narratives, sentimentalité envahissante, surcharges symboliques, etc.). Faire de la science-fiction, ou plus justement de l’anticipation, dans un contexte d’évolution technologique rapide n’a rien de facile. Comment rendre visuellement des recherches en « intelligence artificielle » et leurs avancées ? Leurs possibilités supposées ? Comment donner à voir les travaux qui ont lieu dans les laboratoires informatiques (mais pas seulement), notamment les travaux qui sont les plus exploratoires ? Idem pour l’agencement proliférant de connexions informatiques : ce qui se passe dans les réseaux, ce qui y circule ne se voit pas. Dans notre monde à la densité technologique croissante, beaucoup de dispositifs techniques n’apparaissent plus que comme des « boîtes noires », qui de fait demandent souvent un investissement important avant d’arriver à un début de compréhension de leur fonctionnement.

Un des services rendus par le registre hypothétique de la science-fiction est justement d’amener à se poser des questions. Et, de ce point de vue, Transcendance est un film qui peut au moins avoir quelques arguments à faire valoir (au-delà de la citation d’Albert Einstein pompeusement reprise sur l’affiche). Par exemple, comme métaphore de l’absorption ou de la dissolution de l’humain dans la technique. Que reste-t-il encore d’humain dans cette transplantation machinique, a fortiori lorsqu’elle peut augmenter par elle-même ses capacités ? Qu’est-ce qu’un contact de plus en plus intime change dans le rapport aux machines ? Le philosophe Günther Anders, inquiet de certaines avancées techniques, avait déjà souligné l’enjeu qu’il y a à pouvoir représenter les conséquences des inventions humaines.

Maladroitement, les concepteurs du film essayent aussi de rentrer dans les débats éthiques, voire les interrogations métaphysiques, que ces technologies peuvent susciter. Les humains, avec plus ou moins de conscience, semblent prêts à faire confiance à des algorithmes ou des artefacts hautement évolués. Aux limites des évolutions envisageables, l’intelligence ultime touche au divin (d’où les nombreuses et parfois lourdes allusions christiques dans le film). Comme si, en devenant une puissance transcendante, une intelligence en croissance exponentielle finissait par pouvoir saisir l’ensemble des paramètres du monde, agir sur eux, dominer la matière…

Et encore, le film n’aborde qu’une partie de certains enjeux, comme la surveillance généralisée et les prolongements médicaux des nanotechnologies. En creux, par l’opposition violente des activistes du R.I.F.T. (« Revolutionary Independence From Technology »), le groupe néo-luddite qui décime quelques équipes de chercheurs et tue le personnage joué par Johnny Depp, le film permet de pointer l’absence d’espace de débats sur ces nouvelles technologies. Quelles capacités vise ce type de recherches ? Pour quels usages ? Avec quels risques ?

Comparé à la littérature de science-fiction, le film souffre d’ailleurs d’un retard notable. Cette dernière a de fait déjà problématisé la question de la régulation du niveau d’intelligence des machines. Dans l’univers de Neuromancien de William Gibson (1984), c’est le rôle de la « police de Turing ». Toutes les intelligences artificielles sont en effet censées être inscrites dans un « registre » et leurs capacités sont contrôlées pour pouvoir être maintenues dans certaines limites. Dans Le fleuve des dieux, roman d’Ian McDonald (2004), les intelligences artificielles ont été classées en trois niveaux et celles du niveau le plus élevé (la « Génération Trois ») sont interdites et même pourchassées par un service policier spécialisé.

En définitive, on peut comprendre que beaucoup de spectateurs partis voir Transcendance terminent les presque deux heures de film avec une espèce de frustration. Peut-être en s’interrogeant alors sur ce qui n’a pas fonctionné et sur les raisons pour lesquelles le film n’a pas été poussé plus loin (y compris dans la forme, qui reste relativement plate). Mais idéalement, et comme souvent pour les objets étudiés en sciences sociales, il ne faudrait pas analyser simplement une œuvre cinématographique comme un produit fini ; il faudrait pouvoir aussi rentrer dans ses conditions d’élaboration.

Yannick Rumpala
rumpala@unice.fr

Les super-héros à la Maison d’Ailleurs (Yverdon, Suisse)

comics yverdon

Les univers colorés des super-héros nous sont aujourd’hui familiers, du moins dans leur veine cinématographique : Superman, Batman, Spider-Man et autres Avengers se rencontrent sur grand écran – sans oublier de se disputer, saison après saison, la première place au box-office. Il faudrait vraiment choisir de se tenir en marge des salles obscures pour ne pas reconnaître que ces films constituent un phénomène sans précédent – un phénomène qui a d’ailleurs modifié le paysage culturel contemporain, comme le rappelle Jean-Marc Lainé (in Super- héros ! La Puissance des masques, 2011) : « il n’y a pas un été sans qu’un grand film de super- héros n’attire les foules, ni une semaine sans que la télévision n’en propose des rediffusions ».

Tout droit sortis de ce que l’on appelle les comic books, ces personnages hauts en couleur – au croisement des aventuriers qui ont fait la gloire des pulp magazines de science-fiction au début du XXe siècle, des monstres de foire et des héros de la littérature populaire – se sont en effet emparés des blockbusters hollywoodiens. Or, s’ils investissent autant notre quotidien, si leurs signes distinctifs se déclinent dans tant d’horizons différents (jouets, publicités, vêtements, anthologies…) et s’ils sont devenus les sources de l’imaginaire d’un nombre croissant d’artistes – pensons à Adrian Tranquilli (IT), Gilles Barbier (FR), Mathias Schmied (CH/FR), Alexandre Nicolas (FR) et Audrey Piguet (CH) –, c’est apparemment parce qu’en eux se joue quelque chose d’essentiel à propos de la condition humaine.

La Maison d’Ailleurs a décidé de rendre hommage à cette « culture comics »… lire la suite sur le site de la Maison d’Ailleurs

Télécharger le dossier de presse en PDF: Yverdon 2014 Dossier de presse

Contact: Marc Atallah, directeur du musée.

Mesurer les traductions en langue française des littératures de l’imaginaire – HTLF 20 / EPOP 3

wordle

Récapitulation au 6 fév. 2014

Le projet HTLF 20 est une grosse ANR [projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche] pilotée par les universités de Paris-4, Tours et Nantes.

http://www.crlc.paris-sorbonne.fr/FR/Page_axe_recherche.php?P1=9

Un volume collectif par siècle. Le volume XXè siècle comportera un chapitre « Littératures de genre », traitant essentiellement des genres suivants : aventure, sentimental, policier, noir, fantastique, SF et fantasy.

Techniquement, il relève de la recherche en littérature à l’ancienne (terrain : bibliothèques ; logiciel : cerveau des chercheurs ; matériel : crayon, papier, tableau dans Word et internet pour les détails) : comparer des traductions, relever les phénomènes saillants, repérer les langues peu ou pas représentées, donner des analyses concrètes et significatives selon les problématiques de chaque chapitre.

Pour « Littératures de genre », on repère surtout les problèmes suivants

  • Effets stylistiques, poétiques (architextuels) et institutionnels (génériques au sens large) des genres populaires et médiatiques
  • Production industrielle sectorisée en genres dominants et sous-genres dynamiques
  • Cycles contrastés de prise de domination de l’anglais et d’affirmation d’autres langues

Exemples d’analyse de détail :

–       la traduction française de Do Androids Dream of Electric Sheep ? remplace le terme bounty hunter par le terme blade runner dans l’édition J’ai Lu 1985 après le film de Scott. Cela fait de la version française un objet insolite, puisque dans le texte original cette substitution ne sera pas faite avant la suite de Jeter en 1995, et n’est de toute façon pas faite dans le texte original de DADES.

–       les mots-fiction caractéristiques de la SF (et son onomastique) donnent lieu à un éventail varié de solutions :

  • transposition étymologique savante : dans Earthsee > Terremer : rain-tree transposé par ondier [pluvier étant déjà attribué à un volatile de la famille des Charadriidae]
  • apposition explicative rajoutée au texte original
  • reprise du mot tel quel : conapt, passé dans le xéno-lexique partagé.

 

Le projet EPOP 3 est basé à l’université de Limoges, et a l’ambition de faire du data mining dans le domaine des littératures populaires. Il consiste à moissonner les catalogues de bibliothèques nationales européennes pour produire des études quantitatives de circulation, répartition culturelle, influences, etc.

Techniquement, on utilise des butineurs bibliographiques de type Endnote ou Zotero pour composer des collections de données pertinentes. Ensuite on synchronise ces collections dans un CMS spécialisé : Omeka. Quand on a de la chance on peut moissonner directement à partir d’Omeka, si les bibliothèques nous ouvrent la passerelle de leur base. Pourquoi ces choix ? Pour pouvoir travailler à partir du standard bibliographique Dublin Core et rendre les données interopérables.

Ensuite, c’est là que ça se complique. Omeka n’est en effet pas prévu pour faire du traitement quantitatif et de la dataviz. On doit donc lui adjoindre des champs supplémentaires pertinents, essentiellement des champs de liaison entre champs existants. Exemples :

  • champ « titre original » pour un titre traduit
  • champ « langue d’origine »
  • etc.

Ce ne serait pas tellement difficile si les moissons de fiches de bibliothèque étaient correctes. Ce n’est pas le cas, parce que le Dublin Core n’en est qu’à sa phase de déploiement et qu’un nombre important de catalogues ont été numérisés à partir de données organisées selon des protocoles locaux.

Du coup, on doit nettoyer les collections, réorganiser les champs, enrichir et rectifier les données. C’est l’un des objectifs du projet : renvoyer aux bibliothèques des données corrigées. Ça pose déjà des problèmes nombreux, car

  • il faudrait que le remplissage fiche par fiche soit réduit au minimum, sur ces corpus industriels (par exemple le numéro de collection, le titre original) ; or
  • les données répétitives connaissent des variations considérables selon les bibliothèques, voire au sein de chaque bibliothèque selon les opérateurs de saisie. On étudie la possibilité de modules auto-apprenants, pour générer au moins un menu déroulant pour chaque occurrence à variantes (exemple : « R. Laffont » et « Robert Laffont »)
  • la correction des données dans Zotero ou Omeka ne peut se faire que fiche par fiche. On étudie la possibilité de faire une extraction Excel pour faire du remplacement de champs en masse et réinjecter ensuite les données corrigées dans Zotero, Omeka, ou les deux.

On en est là (au bout de 3 ans, quand même). Il ne faut pas se cacher non plus que c’est franchement nouveau pour nous à l’univ. de Limoges, qui a de très bons ingénieurs en SIG (géographie, atlas, carto) mais découvrent tout en termes d’analyse de données littéraires. Bref, on ne va pas très vite et le partage d’expériences serait utile.

Application test, février-mars 2014
Langlet / Noosfere

Sur la base de l’association Noosfere, dont les données sont fiables, remarquablement complètes et organisées de façon stable :

http://www.noosfere.com/icarus/livres/livres.asp

On peut essayer des tests sur un corpus ciblé : littératures de l’imaginaire traduites en français.

  • ça peut faire avancer HTLF 20, déjà. Si le test est concluant, on pourrait approcher d’autres bases spécialisées associatives dans le domaine du sentimental ou du policier.
  • ça peut aider EPOP 3 à trouver ses solutions.

Exemple : voici ce que donne une moisson Zotero effectuée sur le catalogue en ligne de la BNF :

exemple zot

La collection est relativement propre, les champs sont assez bien remplis. Mais dans chaque fiche il manque le titre, la date et la langue originaux qui permetraient de lier la fiche automatiquement à la fiche, dans l’exemple, de Helliconia Winter. Sans cette liaison, on n’a rien à étudier ; avec la liaison, on pourrait produire les stats et les cartes de vitesse de traduction, de proportion de langues originales par collection ou année. On pourrait aussi visualiser des « nodes » de connexions entre éditeurs, auteurs et traducteurs. Je pense (fantasme ?) qu’un bon informaticien pourrait même créer le script de génération automatique de la fiche Zotero de l’oeuvre originale, en disant à Zotero d’aller moissonner Helliconia Winter dans la British Library (par exemple) et l’intégrer dans une collection de type « Ailleurs et Demain VO » par exemple. Il faudrait juste que les données contiennent ce champ-là (titre original), le moins sujet à variantes, par définition (encore que: je m’avise que les normes typographiques pourraient nous donner du fil à retordre; mais en ignorant les majuscules, ça devrait aller). Ça peut se remplir à la main, ça, sur un tableau Excel, en allant assez vite.

Si la base de Noosfere, qui a déjà tout ça, parvient à générer ces statistiques, à partir de ses protocoles « maison » (dont j’ignore tout, mais  Zotero ne peut pas butiner leurs fiches) ce sera un bon signal. Qu’en pensez-vous?

La science-fiction à la BNF (pour débuter)

musnikOn vous en parlait déjà ici:

http://resf.hypotheses.org/1609

Comme les années précédentes, la Bibliothèque nationale de France continue son cycle science-fiction. Il s’agit de tracer un panorama historique des collections de Science-Fiction en France. Cela peut permettre aux curieux et aux amateurs, qui s’intéressent à l’histoire du genre, de parcourir d’un pied léger cinquante ans de production en France à travers l’évolution des grandes collections spécialisées. Ce survol, du Rayon fantastique à Folio SF, en passant par Présence du Futur, Ailleurs et demain ou Anticipation, donne une idée de l’histoire, l’iconographie et l’évolution du genre en France, en tentant d’éviter le cours théorique ou l’historique exhaustif.

Voici les trois séances, gratuites, pour 2014 : le samedi 1er mars de 14 h 30 à 17 h, le mardi 13 mai de 17 h 20 à 20 h, et le samedi 14 juin de 14 h 30 à 17 h.

Pour participer à cet atelier il faut s’inscrire par téléphone au 01 53 79 49 49 ou par e-mail à visites@bnf.fr.

Contact: Roger Musnik
Chargé de collection (littérature française) à la BnF
Tel. : 01-53-79-52-25

 

Souvenirs du futur à la Maison d’Ailleurs (Suisse)

LE NOUVEL ESPACE PERMANENT DE LA MAISON D’AILLEURS (YVERDON, SUISSSE)

Télécharger le dossier de presse (PDF)

Souvenirs du Futur est le nom donné au nouvel espace permanent de la Maison d’Ailleurs, consacré à l’histoire et à l’esthétique de la science-fiction aux XXe et XXIe siècles ; il s’agit de la première exposition de ce type au monde. Suite au succès de l’inauguration de l’Espace Jules Verne en 2008, qui a valu au musée yverdonnois d’être nominé aux « European Museum of the Year 2011 Awards », la Maison d’Ailleurs dévoile pour la première fois dans de nouveaux espaces une centaine de documents exceptionnels (livres, bandes dessinées, affiches de cinéma, jouets, disques vinyles) issus des collections de la ville d’Yverdon-les- Bains, les plus grandes d’Europe sur l’imaginaire des sociétés alternatives, des sciences et des technologies. Une découverte inédite de l’histoire de la science-fiction moderne et de ses médias de prédilection, à travers les objets les plus rares et les plus étonnants des collections du musée. Autant de trésors inaccessibles aux visiteurs depuis la création de la Maison d’Ailleurs, il y a 37 ans !

DES COLLECTIONS EXTRAORDINAIRES

Initialement constituées du fonds de Pierre Versins donné à la ville en 1976, les collections de la Maison d’Ailleurs ont plus que doublé durant la dernière décennie. Au total, ces archives exceptionnelles comptent aujourd’hui quelque 120’000 documents liés à la science-fiction et à l’utopie. Certains remontent à la Renaissance, beaucoup sont rarissimes, introuvables ou inestimables : éditions de luxe, livres dédicacés par leurs auteurs, planches de bandes dessinées, illustrations originales, œuvres d’art, affiches et objets de collection. Tous sont témoins de la vivacité et de la popularité de la science-fiction moderne et méritent d’être présentés au plus grand nombre.

EXPERIENCE MUSEALE INEDITE

L’ouverture de ce nouvel espace permanent bouleverse l’expérience muséale. Alors qu’il se rend à la Maison d’Ailleurs pour découvrir les travaux d’artistes contemporains, le visiteur a tout d’abord accès (au rez-de-chaussée et au 1er étage du bâtiment principal) à un vaste espace permanent éminemment interactif, consacré à l’histoire de la science-fiction moderne. Une mise en perspective historique et esthétique qui lui permet d’acquérir d’importantes références et d’aborder avec un œil nouveau les œuvres de l’exposition temporaire (située au 2e étage). Autre atout inédit, les objets et documents présentés dans l’espace permanent changeront en fonction de la thématique abordée par l’exposition temporaire, afin de lui apporter un écho. Ce tournus offre l’avantage de permettre la découverte à chaque visite de nouvelles archives exceptionnelles issues des collections. En concluant sa visite à l’Espace Jules Verne (passerelle du 2e étage), le visiteur plonge enfin dans les racines de la science-fiction moderne et contemporaine: les voyages extraordinaires et les utopies. Grâce à Souvenirs du Futur, les visiteurs du monde entier peuvent enfin venir contempler ce que l’art de la science-fiction produit de plus original aujourd’hui, tout en bénéficiant d’une mise en perspective singulière.

Contact: Marc Atallah (matallah@ailleurs.ch)
Image: catalogue de l’exposition « Souvenirs du futur », sous la direction de M. Atallah, F. Jaccaud, F. Valéry, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2013.

Sur les préfaces et postfaces en science-fiction

Après la préface inédite du livre d’Anita Torrès en 1997, le site Quarante-Deux publie ces jours-ci une postface inédite de Gérard Klein, directeur de la collection « Ailleurs et demain » chez Laffont. (Voir toutes les références en fin de billet.) Elle donne à nouveau à penser, à au moins trois titres.

Premièrement, au titre des pratiques des éditeurs, et leurs choix de publication. Que signifie une préface pour un éditeur? Est-ce un appareil critique qui risque d’alourdir la lecture, d’éloigner le public? On peut le supposer lorsqu’un refus de publication est énoncé. A moins que le problème ne vienne de l’aspect polémique de certains essais-préfaces, et celui de G. Klein entre pleinement dans cette catégorie. Trop long? Trop critique? Evoquant des questions de société trop brûlantes? Mais que penser de cette pratique, qui perpétue le clivage entre une lecture qui serait « de divertissement » (peut-être?) et une autre, qui serait « d’étude », voire « savante »? A l’heure où les études littéraires sont amenées à repenser leur périmètre, leurs méthodes et leur liaison aux mutations sociales, on peut s’interroger sur ces choix, qui vont à rebours de la nécessaire reformulation d’une capacité critique de la littérature de fiction, de l’importance indiscutable de ses expériences d’anticipation, qui permettent d’exprimer des hypothèses créatives, parfois en raison même de l’outrance ou de la stylisation philosophique que permet la fiction. G. Klein le comprend parfaitement, et explique avec une sincérité qui force le respect le cheminement de pensée que ce roman de Simmons lui a permis d’entreprendre.

Deuxièmement, au titre précisément du rôle de tribune et de vecteur critique que peuvent jouer les préfaces, dans les collections spécialisées en général et dans celle-ci en particulier, et sous la signature de Gérard Klein tout particulièrement. Dans le numéro 1 de ReSF,  Simon Bréan propose une étude de ce que la critique produite par les « érudits de la SF » apporte à la connaissance de ce genre; l’état des lieux d’Irène Langlet a pris, pour sa part, pour point de départ de sa réflexion sur les méthodes possibles d’étude de la science-fiction une préface de G. Klein refusée aussi par un éditeur. Comment un genre littéraire, voire globalement un genre médiatique, doit-il être appréhendé? La saisie des stricts corpus fictionnels suffit-elle à comprendre la structuration générique? Ou bien cette dernière doit-elle s’envisager aussi par le biais des discours tenus sur le genre, avec leurs évolutions, leurs points de débat, leurs impasses, même, qui disent quelque chose de la définition, possible ou impossible, de la SF? Il est notoire que l’art contemporain ne se comprend pas sans les discours d’intention ou d’accompagnement qui doublent, précèdent ou suivent ses performances ou installations; les genres médiatiques et populaires se structurent-ils aussi de cette manière? Avec quelles spécificités?

Troisièmement, du coup, au titre de l’archivage et de la pérennisation de ces textes voués à une rotation peut-être trop rapide (problèmes des rééditions, des titres épuisés). Quarante-Deux a compris depuis de nombreuses années tout l’intérêt de mettre ces préfaces à disposition du public, et fait oeuvre irremplaçable en archivant les prises de parole du connaisseur intime de la SF qu’est G. Klein.  La lecture ponctuelle, ou en continu, des préfaces qu’il a signées au fil des ans, procure un aperçu inestimable de la culture science-fictionnelle française, de ses débats, du savoir littéraire qui s’y accumule et s’y discute, bref: de son histoire. S. Bréan l’a pris en compte dans sa thèse, récemment parue aux Presses Universitaires de Paris-Sorbonne. Co-organisé par B.-O. Dozo, un colloque international aura lieu en juin à l’université de Liège sur ces « Jeux et enjeux de la préface »: I. Langlet y proposera quelques réflexions et analyses de ce corpus spécifique, d’une grande richesse. Ce nouvel épisode de la vie éditoriale en constituera évidemment un exemple de choix.

Références

Bréan Simon, La science-fiction en France, PUPS, 2012.

Bréan Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 10 janvier 2013. URL : http://resf.revues.org/131

Klein Gérard, « Dan Simmons : Flashback« , postface inédite au roman, 2011, in Quarante-Deux, « Archives stellaires », en ligne (janvier 2013), URL: http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/Flashback/

Klein Gérard, « Anita Torres : la Science-Fiction française — Auteurs et amateurs d’un genre littéraire », préface inédite à l’ouvrage, in Quarante-Deux, « Archives stellaires », en ligne (2001), URL: http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/sff.html

Langlet Irène, « Étudier la science-fiction en France aujourd’hui », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 11 janvier 2013. URL : http://resf.revues.org/181

« Jeux et enjeux de la préface », colloque international, Université de Liège, Belgique
26-28 juin 2013, URL: http://www.crilcq.org/activites/contribution/jeux_et_enjeux.asp

 

Deux mille treize / Prolongation du CFP

L’équipe de Res Futurae vous souhaite une très belle année sans fin du monde.

Le premier numéro de la revue reçoit déjà une recension encourageante sur le blog Traqueur Stellaire: http://www.traqueur-stellaire.net/2012/12/res-futurae-1/.

L’appel à contributions du numéro 3 attire, en date de ce premier janvier 2013, une dizaine de propositions passionnantes. Nous avons donc décidé de prolonger l’appel jusqu‘au 20 janvier.

Par ailleurs nous apportons la précision suivante au sujet du dossier thématique « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui » dans le numéro 1: il a été préparé par Anne Besson, Simon Bréan et Samuel Minne sous la direction d’Irène Langlet. Cette précision sera portée sur le site de la revue dans les jours à venir.


Image créée avec Wordle (http://www.wordle.net/).

 

Partial Recall: Oublier l’Empire?

Dix petites minutes après le début du film de : Douglas Quaid contemple la ville en prenant un café (et fait un clin d’oeil à Rick Deckard, de Blade Runner. Mais ce dernier buvait un whisky.)

Tapez « total recall » dans votre moteur de recherche préféré. Cliquez sur l’onglet « images ». Que voyez-vous? Essentiellement des affiches, des personnages, et quelques voitures volantes. Scrollez un peu: des personnages, des portraits d’acteurs, et quelques voitures volantes. Si vous cherchiez à revoir les paysages fantastiques de la capitale de l’Union Fédérale Britannique ou, surtout, de la capitale de la Colonie (les deux lieux principaux où se déroule cette intrigue d’espionnage avec agent double), vous devrez vous contenter d’un seul cliché apparaissant parfois, avec une belle rareté, en page 3 ou 4 des compilations d’images (celle où le personnage contemple la ville du haut de son balcon), et attendre la sortie du DVD. Cela peut laisser le temps de méditer sur ce que les critiques ont choisi de commenter, et sur ce qu’ils ont laissé de côté avec une étrange unanimité.

Ce petit test sans prétention scientifique (pour le moment) est effectué sur trois moteurs populaires, au retour du visionnage de la version 2012, et confirme une impression immédiate. La sortie du film en France s’est accompagnée d’un récit médiatique en quatre épisodes:

1) la campagne virale de promotion (avant la sortie): plutôt sur des sites spécialisés en technologies de l’information, en buzz médiatique, en so-called « événementiel numérique ». Campagne plutôt divertissante, d’ailleurs, et assez réussie, dont le second degré (ingrédient indispensable aux produits de l’industrie culturelle activant explicitement les phénomènes mémoriels) n’est perceptible qu’aux spectateurs dotés d’une solide culture de science-fiction dickienne, c’est-à-dire hyper-consciente du way-of-life américain des années 50 et 60, et leur rhétorique publicitaire (quelques exemples de cette culture virtuose sur cet amusant projet). Seule la cosmétique corporate (par exemple dans l’organigramme de la société fictive Rekall sur le site promotionnel: cliquez sur « About us ») acte l’implantation de ce petit produit viral dans les us et coutumes de notre 21ème siècle.

2) une salve de critiques plutôt déçues, se concurrençant les unes les autres dans le jeu à thème titrologique: « Total oubliable » (niveau 1), « Souvenirs à revendre » (niveau 2, intelligemment branché sur l’une des traductions françaises – assez infidèle, il faut bien le dire, du titre de Dick « We Can Remember It for You Wholesale »: « Souvenirs à vendre », l’autre traduction ayant circulé sous le titre « Souvenirs garantis, prix raisonnables »; mais le wholesale n’a pas été privilégié par les traducteurs). L’impression globale est que ce film est mauvais, inutile, pas très malin.

3) une seconde salve de critiques encensant rétrospectivement la première adaptation du film de Verhoeven (1990), à grand renfort de comparaisons de certaines scènes [peut-être] clés, dont la superposition 1990-2012 donne l’impression troublante que Wiseman n’a rien inventé (ce qui ne résiste pas à la moindre analyse). Une petite vidéo intitulée malicieusement « Total Ripoff », postée sur YouTube dès le 18 juin, donne le modèle le plus soigné (techniquement) de ce type de critique. Mais le bilan reste le même pour l’opus de Wiseman. Au passage, toutefois, il faudrait remonter les archives pour voir si le Verhoeven avait reçu une critique aussi unanimement favorable en 1990; ces dernières ne sont pas en ligne (voilà une séance en bibliothèque en perspective). Les souvenirs de l’auteur de ces lignes, pas encore totalement reprogrammés (j’espère), et qui avait 22 ans en 1990, ne sont pas vraiment au diapason de ce chœur positif. Mais il faudra confirmer.

4) une petite percée (au 26 août 2012) d’articles à vocation scientifique s’interrogeant, comme il se doit quand on cherche à exploiter un succès de science-fiction auprès du public, sur la possibilité effective de modifier les souvenirs d’un individu. (Un exemple ici, sur un magazine généraliste en ligne, choisi pour son positionnement international et sa capacité à traduire les articles en provenance du vaste monde anglophone.) La consommation de la science-fiction subit en effet, avec une constance intéressante, un tropisme qui la conduit hors de la sphère des fictions, vers l’univers des sciences, et plus particulièrement dans ses zones innovantes, expérimentales, frôlant l’impossible. Des fictions, donc, dira-t-on; des expériences de pensée, pour les philosophes; des « projets les plus fous », pour ceux qui cherchent à orchestrer le storytelling de la recherche scientifique auprès du peuple médiatique (surtout dans les numéros d’été des magazines de vulgarisation scientifique). Voire. Il y aurait aussi une petite enquête à mener sur ces dossiers spéciaux et articles opportunistes, et sur leur rhétorique. Mais ce n’est pas la question que je me pose.

Ma question serait plutôt: comment se fait-il qu’aucune critique de cinéma n’ait consacré le moindre paragraphe à la construction de monde de la première heure du film de Wiseman? Certes, on trouve ici et là une phrase convenue sur « un univers à la Blade Runner« , et sur au moins un blog une référence à la BD de Moebius, The Long Tomorrow (scrollez bien jusqu’en bas), qui en est l’une des sources majeures. Mais d’analyse, point. Pourtant, une fois repérés la ville verticale, la pluie constante, les parapluies (non lumineux, en 2012), les imperméables transparents, et le style « béton brut » de l’appartement de Quaid (autre clin d’oeil à celui de Deckard en 1982), n’y avait-il rien à dire sur les autoroutes aériennes, les ponts d’appartements accolés, le multilinguisme des enseignes (plutôt colonisées par des alphabets cyrilliques, en 2012; les idéogrammes régnaient en maîtres en 1982), le bric-à-brac cyberpunk de machines hi-tech et de linges déchirés servant de rideaux de fortune, la circulation en jonques sur le marais urbain?

Cet aspect du film de Wiseman me semble le plus spectaculaire, le plus réussi, et propose, à mes yeux, de voir la course-poursuite inaugurale (Quaid fuyant Lori) dans toute sa dimension science-fictionnelle: la narration n’est que très partiellement consacrée à la poursuite, et a pour moteur le dévoilement de la capitale de la Colonie. Dans un processus typique, la mise en scène (très rythmée, difficile à suivre, n’offrant qu’une vue parcellaire des trajets accomplis par les personnages) met le spectateur dans l’obligation de se raccrocher à ce qu’il peut, c’est-à-dire les vues partielles, mais au moins un peu statiques, de tel balcon de béton suspendu au-dessus du vide où sèche du linge, d’une table familiale très Ikea où les gens mangent tous dans des bols avec des baguettes, de systèmes d’éclairage crépusculaires, de toits à peu près tous composés pour une part de pans vitrés, de matériaux composites faisant entrer bois, métal, plastique, tissu et béton à parts égales, et surtout (car la régie de cette découverte est dynamique, vectorisée par la course-poursuite): la descente vers l’eau, les jonques, et le peuple de l’eau.

Voilà bien un pas que Blade Runner n’avait pas franchi: l’eau n’y existait qu’à l’état de flaque (certes omniprésente), et non de milieu ambiant, comme dans certaines concentrations urbaines du sud-est asiatique… ou dans Ghost in the Shell (la scène finale de combat dans la flaque, d’ailleurs, me l’a irrésistiblement rappelé). Total Recall 2012 accomplit la métamorphose, et propose un paysage qui mériterait quelques commentaires, surtout quand on le met en rapport avec a) la sémiotique du multilinguisme précédemment évoquée (plutôt est-européenne) et b) le choix radical d’une installation britannico-coloniale. On a beaucoup commenté la répercussion des décolonisations britanniques sur la science-fiction des années 1960 (par exemple pour commenter l’œuvre de J.G. Ballard, et la New Wave littéraire de la revue New Worlds): ce ne serait donc pas fini? Que signifie cette réimplantation de mémoire coloniale que figurent les lieux du film de Wiseman? Dick n’allait pas dans cette direction, et inventait une verticalité coloniale USA / Mars; en faisant le choix d’une verticalité terrienne Londres / Australie, avec le moyen d’une machine traversant le noyau de la planète (The Fall: est-ce assez significativement désigné comme problématique?), que signifie le scénario de Wiseman? Un grand trou dans la planète, passant par son cœur inversant la gravité, noyé d’eau à l’une de ses extrémités, vertigineusement installée dans les hauteurs à l’autre extrémité… et qu’il s’agit, en fin de compte, de re-boucher (à grand renforts d’explosions).

Une cinquième étape du récit médiatique de cette adaptation verra-t-il entrer en scène le peuple psy?