Archives de catégorie : Actualités

Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

captureLe colloque « Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » doit se tenir du 16 au 18 novembre 2016 à Lyon. Consacré à l’étude des représentations associées à l’énergie et aux appareils électriques, ce colloque inclut notamment des contributions sur Raymond Roussel et Jules Verne, et explore de manière générale les liens entre science, littérature et culture médiatique.

Le programme peut être consulté ici

Continuer la lecture de Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

resfuturae 7
Daylon, CLEER, 2010

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueille un dossier issu de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXe et XXIe siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015), enrichi par de nouvelles contributions. Il s’agit d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre.

Irène Langlet, Éditorial

LE PRÉSENT ET SES DOUBLES

Continuer la lecture de ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

affiche-lecture-d-image-et-estrangement-visuel-100dpi-4-page-001

Les 18 et 19 octobre 2016 auront lieu les 6journées internationales « Enseignement et Science-Fiction ». Le thème cette année sera « Lecture d’image et estrangement visuel ».

Programmation, inscription, plan d’accès et informations complémentaires sont accessibles directement sur le site Internet.

Un outil interdisciplinaire, une discipline pivot

Faire appel à la science-fiction pour l’enseignement de l’image procède par essence d’une démarche transdisciplinaire. C’est dans cet esprit que se sont construites les Journées Enseignement & Science-fiction, sans équivalent en France.

 Universitaires, enseignants, auteurs et artistes y interviennent dans des sessions composées de conférences invitées et de retours d’expérience et explorent chaque année une discipline-pivot différente. Après la physique, les langues, la philosophie, l’histoire et la géographie, les mathématiques, c’est l’enseignement de l’image qui sera l’objet de l’édition 2016.

 Dépassant les clivages disciplinaires et professionnels, ouvertes à tous, les Journées Enseignement & Science-fiction offrent un espace de partage. Elles font chaque année l’objet d’actes dont les articles témoignent de la richesse des échanges et qui incluent des exemples pratiques et des outils pour les enseignants désireux de se lancer avec leurs élèves, de l’école primaire à l’université.

La science-fiction est un puissant générateur d’images et de référents esthétiques qui ont profondément influencé notre rapport visuel au monde et aux objets.

Souvent considérée comme un genre mineur, la science-fiction a néanmoins largement contribué au développement de techniques narratives spécifiques basées sur des processus cognitifs comme la distanciation (cognitive estrangement) et la suspension volontaire d’incrédulité, pour aider le lecteur à “entrer” dans des univers spéculatifs parfois déroutants et à s’en approprier les “clefs” conceptuelles dont il ne dispose pas a priori. 

Or cette situation présente des points communs avec celle de l’élève auquel on demande de s’approprier des connaissances absolument nouvelles pour lui. Pour l’enseignant, la science-fiction peut donc constituer un outil d’appoint très apprécié des étudiants, pour développer des stratégies originales de contournement de certains obstacles épistémologiques.

Continuer la lecture de 6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Appel à contribution pour le dossier du n°11 de ReS Futurae.

Dossier dirigé par Hugues Chabot (Université Claude Bernard-Lyon 1) et Émilie Pézard (ENS Lyon / ANR Anticipation)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 conjointement à Hugues Chabot (hugues.chabot@univ-lyon1.fr) et Émilie Pézard (emilie.pezard@ens-lyon.fr).

La date de remise des articles est fixée au 30 avril 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts — roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent —, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Continuer la lecture de RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Comptes rendus et recensions

La revue ReS Futurae accueille à chaque numéro des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction. Vous trouverez en suivant ce lien une liste, que nous tiendrons à jour régulièrement, des ouvrages reçus et/ou publiés, et qui pourront donner lieu à compte rendu.

N’hésitez pas à nous faire part d’ouvrages susceptibles de faire l’objet d’une étude dans un de nos numéros, ou à nous proposer des recensions ou comptes rendus spécifiques.

La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe « para » réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Continuer la lecture de La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

RESF n°10 : Imaginaire informatique et science-fiction

Appel à contributions pour le numéro de l’été 2017

Responsables du dossier : Cédric Chauvin et Éric Villagordo

Échéances

Date limite des propositions : 15 avril 2016.

Les propositions de contribution devront être adressées à Cédric Chauvin (cedric.chauvin@univ-montp3.fr) et Éric Villagordo (eric.villagordo@univ-montp3.fr) avant le 15 avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée avant fin mai 2016.

Les articles seront à rendre avant fin octobre 2016.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argumentaire général

Dès 1993, John Clute et Peter Nicholls écrivaient dans leur Encyclopedia of Science Fiction que « la science-fiction a dû lutter âprement pour rendre compte des développements concrets[1] » d’une révolution informatique ausi récente que rapide. De fait, le motif déjà ancien du grand ordinateur personnifié et souvent menaçant, puis celui de l’espace virtuel fondé par William Gibson dans Neuromancer,semblent encore prégnants dans nombre d’œuvres de science-fiction contemporaines. La question est d’abord de déterminer quelles sont les formes historiques de l’imaginaire informatique en science-fiction. Il s’agit ainsi d’en juger la pertinence référentielle autant que symbolique, depuis le début des années 80, qui ont vu simultanément la commercialisation des personal computers et l’apparition de l’imaginaire cyberpunk. Cette question en croise au demeurant une autre qui semble liée à la nature de l’objet informatique lui-même : comment représenter ce dernier, qu’Yves Michaud décrit selon un « hermétisme technologique du fonctionnement[2] » ? Comme il apparaît dans l’ouvrage publié en 2010 Machines à écrire : littérature et technologies du XIXe au XXIe siècled’Isabelle Krzywkowski, les objets techniques, et l’ordinateur de façon sans doute aiguë, ont en effet placé la littérature face à un triple dilemme, toujours plus crucial[3] : risquer une complexité éventuellement décourageante pour un public non spécialisé, dans le cas d’une approche purement descriptive ; anthropomorphiser ou naturaliser, par divers jeux de métaphores, la représentation d’une machine dès lors décrite par la bande ; ou privilégier l’écriture de ses effets sur l’homme et son milieu, l’enjeu se trouvant alors déplacé vers des interrogations sur la place de l’informatique dans la vie sociale et individuelle.

Continuer la lecture de RESF n°10 : Imaginaire informatique et science-fiction

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil « Espaces Humains et Interactions Culturelles » (EA 1087), avec le soutien de l’école doctorale « Lettres, pensée, arts et histoire » (ED 525).

 

Comité scientifique : Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges) ; Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois) ; Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers) ; Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges).

Organisateurs : Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Le projet de cette journée d’étude où communiqueront de jeunes chercheurs et des doctorants est d’interroger la conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction. La journée s’inscrira dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 : esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture, approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques. D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture. Matthieu Letourneux, conférencier invité de cette journée, proposera ainsi une réflexion sur « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques ».

Continuer la lecture de GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Informer_Theme_Technologie

Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (site Saint-Charles, Salle des Colloques 1), dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA 21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire, depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

Continuer la lecture de Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

Super-Héros, une histoire française

SH2

Ce que l’on peut désigner comme « le genre super-héroïque » constitue un domaine s’inscrivant tout à la fois en plein dans la science-fiction tout en en étant une marge mixant SF, fantastique et polar. C’est à ce titre que l’ouvrage de Xavier Fournier consacré à l’histoire de la création des super-héros français apparait comme doublement référentiel : il s’inscrit dans le cadre de recherches renouvelées sur le comic book de super-héros tout en émettant l’hypothèse que les super-héros français sont nés au sein de la littérature populaire du 19ème siècle. Au-delà du cas français, la figure américaine du super-héros est devenue depuis les années 80 un objet critique désigné comme le « metacomic ». Pour Camille Baurin, auteur d’une thèse de référence en France en sur le sujet, « Le super-héros est né dans le comic book, appellation anglo-saxonne traditionnellement employée pour désigner le support de la bande dessinée, mais qui se dissocie de ses homologues européens et asiatiques par la spécificité de ses critères. Le comic book est en effet un fascicule paraissant par les moyens de la presse et répond, à l’instar d’une revue traditionnelle, à une logique de périodicité. Le super-héros s’est donc développé en fonction de cette nature, ce qui a favorisé son retour régulier et l’instauration progressive d’une dynamique sérielle dans ses intrigues. Et de fait, s’il est un phénomène qu’on peut remarquer concernant cette figure, c’est bien sa faculté à épouser toutes formes de stratégie de relance et de duplication de sa fiction : d’un contexte à un autre, d’un médium à un autre, d’une mode à une autre, sa spécificité réside dans son pouvoir de résistance au temps, expliquant par là sa traversée du 20ème siècle et du début 21ème, ainsi que son accès au rang d’icône populaire. »[1] Le metacomic prend ainsi pour objets de sa fiction le comic book, la figure du super-héros et le genre qui lui est consacré, à travers le développement d’une diversité de stratégies, de l’intertextualité à la mise en abyme, en passant par des phénomènes transfictionnels ou des réflexions d’ordre ontologique sur les personnages. L’enjeu fondamental du metacomic est de travailler sur l’identité du genre auquel il appartient, par la revendication et la légitimation de son histoire et de son évolution au cours du 20ème siècle. Le travail de Xavier Fournier, qui fut précédé par celui de Jean-Marc Lainé, Super-héros ! La Puissance des masques, publié en 2011, révèle toute la profondeur générique et symbolique du super-héros, nourri d’une intertextualité historique, politique ou esthétique. Natacha Vas-Deyres a proposé à Xavier Fournier en 2015 cet entretien que nous vous livrons en intégralité.

 

Continuer la lecture de Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

RES FUTURAE N°5

resfuturae5-small250La revue ReS Futurae vient de mettre en ligne son numéro 5, dont le dossier est consacré à  la culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde.

La culture populaire comme l’avant-garde ont suscité des études riches et spécifiques. En faisant dialoguer des spécialistes des deux pôles, ce numéro explore comment, dans les images de la science-fiction, la culture populaire et, à travers l’avant-garde même, toutes les formes d’académisme, même oxymoriques, s’éclairent réciproquement.

Continuer la lecture de RES FUTURAE N°5

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

4e Journées enseignement et science-fiction

Quatrièmes Journées Enseignement et Science-fiction de l’ESPE de l’Académie de Nice-Célestin Freinet :
« Espaces et Temps : la science-fiction, un outil transversal pour l’histoire et la géographie »
Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2014, ESPE de Nice, centre Liégeard, 43 avenue Stephen Liégeard

Programme du Jeudi 10 avril

Conférence introductive d’Ugo Bellagamba

Session Temps et Uchronie
avec Éric Vial, Estelle Blanquet et Anne Monnier

Session Science-fiction et Enseignement de l’Histoire
avec Michel Pagel, Christine Bovari, Marianne Carrière, Brigitte Garavagno et Véronique Thuin

Session Jeux et Enjeux de société
avec Isabelle Collet, Yannick Rumpala, Rania Hanafi, Gilles Menegaldo, Michel Pagel, Sandra Plantier et Joëlle Wintrebert

Programme du vendredi 11 avril

Conférence introductive de Gilles Menegaldo

Session Régionalisme
avec Bertrand Roussel, Frédéric Boyer et Ugo Bellagamba

Session Science-fiction et Géographie
avec Joëlle Wintrebert, Arnaud Pontillo, Laura Weiss, Ugo Bellagamba et Éric Picholle