Archives de catégorie : Actualités

Utopiales de Nantes, édition 2012

Espace Shayol des Utopiales, à la Cité, centre des congrès de Nantes.

Depuis treize ans a lieu au début du mois de novembre l’une des manifestations majeures autour de la science-fiction en France : les Utopiales de Nantes.

Dans le Centre des congrès de la ville de Nantes, le festival fondé par Bruno Della Chiesa organise des rencontres et des tables-rondes scientifiques et littéraires, des expositions et des projections de films. Il met également à la disposition des visiteurs des pôles de jeux vidéos et de jeux de rôle et des activités pour la jeunesse. Plusieurs prix sont remis à cette occasion.

Sous la présidence de Roland Lehoucq, astrophysicien connu pour sa rubrique régulière dans la revue Bifrost et ses ouvrages de vulgarisation, ces Utopiales étaient placées sous le signe des origines. Le jeudi 8 novembre s’est ainsi ouvert sur une table-ronde consacrée aux pères fondateurs. Une exposition de dessins de Mervyn Peake venait rappeler l’importance de ce maître britannique de la fantasy. Qu’il s’agisse des délicieuses illustrations de son Capitaine Massacrabord ou des images soignées pour L’Île au trésor de Stevenson, cet artiste visionnaire exprime à l’aide d’un style graphique très maîtrisé une invention débordante.

Illustration de Mervyn Peake pour « Le Capitaine Massacrabord ».

De son côté, l’exposition Amazing Science reprenait des couvertures de pulp magazines des années 1930 comme Astounding Stories, Fantastic Adventures ou Amazing Stories. Hommage mais aussi détournement, ces affiches illustrent les micro-fictions de Claude Ecken écrites spécialement pour cette exposition. Gravitant autour de faits ou de théories scientifiques, ces brefs récits empreints d’émotion ou remplis d’humour ménagent le plus souvent des chutes surprenantes.

Exposition « Amazing Science » : rédaction scientifique de Charles Muller, nouvelles de Claude Ecken, illustrations d’Alexandre Cheyrou.

Cette première journée se poursuivait par des rencontres avec le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields 2010, les écrivains Norman Spinrad, Pierre Bordage, Robert Charles Wilson, le scénariste Arleston et l’artiste Nicolas Fructus. Ce dernier, auteur de l’affiche du festival, exposait d’intrigantes photographies retouchées.

« Mémoire des mondes troubles », série d’images de Nicolas Fructus.

Les rencontres du festival permettent ainsi d’écouter des personnalités de stature internationale parler de leur travail. Aux personnalités déjà citées s’ajoutaient les écrivains Nancy Kress, Michael Moorcock, Laurent Genefort, Javier Negrete et Neil Gaiman (invité d’honneur du festival), les dessinateurs Philippe Buchet et Dave McKean, le compositeur Robert Henke et le physicien Etienne Klein. Nancy Kress a ainsi joliment expliqué son processus d’écriture en le comparant à un voyage nocturne en voiture où chaque nouveau panneau n’apparaît que lorsque les phares le frappent, laissant la suite des indications dans l’obscurité : chaque nouvelle scène du roman en cours n’apparaît qu’une fois la précédente fixée. Michael Moorcock a pour sa part partagé de nombreuses anecdotes de sa vie d’écrivain, du jeune fondateur de la revue New Worlds à l’écrivain que le cycle d’Elric a rendu célèbre, charmant l’auditoire par son humour et sa simplicité.

L’artiste multimédia Robert Henke présentait pour sa part une exposition originale au lieu unique, Fragile Territories. Les planches et les illustrations de Dave McKean exposées mettaient en valeur sa technique originale de collage, mélange de peinture et de photographie. Des séances de dédicace permettaient de retrouver ces auteurs et dessinateurs, ainsi que bien d’autres écrivains et artistes, majoritairement français.

Quelques planches de Dave McKean.
Ugo Bellagamba, Eric Picholle, Nancy Kress, Norman Spinrad et Alain Musset à la table-ronde « la fin du monde est-elle une idée scientifique ? »

Les tables-rondes des quatre journées ont permis d’aborder des thèmes scientifiques comme la singularité technologique, les cellules-souches, les nanosciences, l’intelligence artificielle ou la robotique, et des thèmes plus culturels comme les mythes, les empires galactiques, la représentation du temps, la présence des femmes dans la science-fiction ou le héros dans divers médias (littérature, jeux de rôle, comics ou cinéma). Scientifiques, écrivains et spécialistes étaient invités à débattre et échanger en des discussions souvent passionnantes et toujours instructives1.

Le prix européen des Utopiales est revenu au roman de fantasy Mordre le bouclier de Justine Niogret, suite de Chien du heaume. Le prix de la bande dessinée a récompensé Daytripper de Fàbio Moon et Gabriel Bà, album centré sur un journaliste de rubrique nécrologique. Le prix Julia Verlanger couronnait La Route de Haut-Safran de Jasper Fforde.

 La partie du festival dédiée au cinéma offrait en séances de projection les films en compétition pour le prix des Utopiales. Celui-ci est revenu au délirant film indien Eega de S. S. Rajamouli et S. V. V.  Sathyanarayana, qui faisait face au film finlandais Iron Sky de T. Vuorensola et au film américain The Human Race de P. Hough (tous deux mentions spéciales du jury), au film japonais Afterschool Midnighters de H. Takekiyo, ou encore au film canadien Antiviral de B. Cronenberg. Une autre compétition opposait un excellent choix de courts métrages européens, tandis qu’une rétrospective permettait de revoir plusieurs classiques. Des séances spéciales sur l’animation japonaise et la production française ainsi que des documentaires complétaient le volet cinéma du festival.

Enfin, les Utopiales ont rendu un hommage ému le vendredi soir à l’écrivain Roland C. Wagner, trop tôt disparu cet été, lors d’une table-ronde réunissant son éditrice et ses amis auteurs Ayerdhal, Sara Doke, Claude Ecken, Eric Picholle et Norman Spinrad2.

Une fois de plus, le festival a permis au grand public de rencontrer de nombreux auteurs et d’entendre parler de sujets actuels à travers la science-fiction. Les tables-rondes réunissaient toujours des interlocuteurs de grande qualité autour de thèmes variés et bien choisis. Par rapport aux années précédentes, on pouvait regretter un espace d’exposition plus restreint, une autre manifestation officielle se déroulant au Centre des congrès, et partant une muséographie moins originale. Les animations semblaient également un peu moins visibles. Ces réserves mineures étant faites, on ne peut que se réjouir qu’un tel festival rassemble annuellement autant de passionnés de science-fiction et d’acteurs de cette culture, rendant plus accessible la science-fiction au grand public sous ses multiples manifestations artistiques, et célébrant plusieurs de ses représentants éminents.

Samuel Minne

Exposition des illustrations de Manchu pour la revue « Ciel et Espace ».

 

1 Plusieurs de ces conférences sont disponibles sur un site d’ActuSF entièrement dédié aux Utopiales de cette année.
2 Visible sur cette page du même site.

Pour rendre hommage à Jacques Goimard

« Critique de la science-fiction », Pocket « Agora », illustration de Siudmak, 2002.

Jacques Goimard nous a quittés le 25 octobre 2012, après des années de maladie qui l’ont éloigné du milieu de la science-fiction et des littératures de genre. Il a écrit sur de nombreux domaines, du cinéma à la littérature, du fantastique à la fantasy, mais c’est sur sa contribution à la science-fiction, et en particulier à la critique et à la lecture du genre, que cet hommage va se concentrer. Il est l’un de ceux qui ont le plus œuvré en France à la reconnaissance de la science-fiction et à l’instauration du genre, par ses activités de critique, d’anthologiste et d’éditeur.

Il lit depuis 1956 la revue Fiction, et Alain Dorémieux, avec qui il entretient une correspondance, le fait entrer dans les colonnes de la revue à partir du centième numéro, en 1962. Il s’y fait remarquer par son érudition, sa culture classique qui reflète la formation qu’il a reçue en tant que normalien et agrégé d’histoire (pour parler de science-fiction, il mentionne aussi bien Platon que Racine, Corneille et Balzac), par sa connaissance de la science-fiction ou de la critique spécialisée outre-Atlantique. Cette érudition tous azimuts est déjà une première stratégie pour légitimer le genre, en appliquant les connaissances de la littérature classique et légitimée à des récits encore peu considérés du côté académique. Il y tient la rubrique critique de cinéma, qu’il partage avec F. Hoda (Fereydoun Hoveyda), puis Bertrand Tavernier (et occasionnellement avec Alain Dorémieux, Michel Demuth ou Philippe Curval), mais il critique aussi les récits d’A. E. van Vogt, le space opera ou la bande dessinée. Il y cède aussi à son goût du jeu de mots et du néologisme (avec des mots-valises comme « rococosmique » ou « mythrobolant »). Jacques Goimard entre ensuite au Monde, mais livre des articles dans de nombreux autres périodiques, y compris sa fameuse rubrique « La nuit du Goimard » dans Métal hurlant, où il peut donner libre cours à son humour pince-sans-rire.

« Histoires de voyages dans le temps », Le Livre de poche, réédition de 1993, illustration d’Adamov.

C’est ensuite en tant qu’anthologiste, avec Demètre Ioakimidis et Gérard Klein (deux autres fers de lance de Fiction), qu’une autre stratégie de reconnaissance de la science-fiction est mise en œuvre. Le projet d’une grande anthologie de la science-fiction au livre de poche est finalisé dès 1967, mais les aléas de l’édition en reportent la publication à 1974. Gérard Klein en écrit une introduction générale, et les trois anthologistes préfacent alternativement chaque volume. Les nouvelles choisies appartiennent toutes au domaine anglo-saxon et datent principalement des années 1950, dans une volonté délibérée de présenter la « science-fiction classique ». C’était une manière de patrimonialiser la science-fiction en un genre clairement identifié linguistiquement, situé chronologiquement et thématiquement cohérent.

« Encyclopédie de poche de la science-fiction », Pocket S-F, illustration de Siudmak.

Mais c’est aussi et surtout comme éditeur que Jacques Goimard a pu promouvoir le genre. À partir de 1977, il a l’occasion de créer une collection de science-fiction aux Presses de la cité, qu’il dirigera jusqu’en 2006. Sous les fameuses couvertures surréalisantes de Wojtek Siudmak, l’unique illustrateur de la collection, il y publie aussitôt des auteurs français, en édition originale (Curval, Jeury, Pelot) ou en réédition (Carsac, Klein, Steiner, Wul), et bien entendu la plupart des classiques américains. Il publie ainsi en poche plusieurs volumes de Heinlein, Herbert, Vance, puis Le Guin, Leiber, Moorcock. À travers ces derniers auteurs, il ouvre la collection à la science fantasy et à la fantasy, suivant ses propres goûts et centres d’intérêt. Il lance aussi une intégrale des récits de Cordwainer Smith, dans un projet totalisant qui rejoint la présence croissante dans la collection de cycles de SF ou de fantasy. À cette initiative s’ajoute une volonté encyclopédique qui se traduit en 1986 par la publication d’une Encyclopédie de poche de la science-fiction coécrite avec Claude Aziza, et surtout par la création dès 1978 du « Livre d’or de la science-fiction », une série d’anthologies (principalement par auteur) soigneusement conçue. Il s’agit de créer un véritable panthéon, entreprise rendue plus manifeste encore par la réédition de certains volumes dans une collection nommée « le grand temple de la science-fiction » (aussi ouvert à la fantasy que le reste des collections).

Kuttner & Moore, « Ne vous retournez pas », Pocket S-F, illustration de Kervevan.

Enfin, en tant qu’universitaire rompu à l’écriture d’articles académiques, il s’est fait l’introducteur et le vulgarisateur du genre au sein de l’université française ou de revues intellectuelles comme Esprit ou Europe. Sans avoir participé à la théorisation de la science-fiction comme Darko Suvin ou Marc Angenot, il a su appliquer à ses analyses d’œuvres les outils de la critique universitaire. Aussi bien au fait de l’analyse structuraliste que de la critique psychanalytique, il rédige les entrées « science-fiction » et « merveilleux » de l’Encyclopaedia universalis, tandis que Roger Caillois prend en charge le fantastique. Il participe également avec Marcel Thaon, Gérard Klein et Tobie Nathan à l’ouvrage collectif Science-fiction et psychanalyse qui contribue à inscrire le genre dans un vaste champ d’études : psychologie, sociologie, littérature ou études filmiques. De même, ses préfaces-fleuves aux éditions omnibus d’Asimov, Barjavel, Boulle, Clarke, Philip K. Dick, Silverberg sont de véritables essais, combinant l’information biographique et l’analyse critique. À ce titre, les quatre recueils de textes critiques publiés en 2002-2003 représentent des jalons précieux dans la connaissance des genres. La science-fiction y a une place particulièrement importante : non seulement elle occupe un volume de 600 pages, mais elle fait retour dans le volume dédié à la critique du merveilleux et de la fantasy, dans un chapitre sur la science fantasy (de Burroughs à Anderson), dans celui qui traite de Star Wars et enfin dans les articles sur la bande dessinée ou l’illustration. Amoureux du cinéma, il voyait en 2001, l’Odyssée de l’espace un chef-d’œuvre indépassable. Il a longtemps continué à participer aux colloques consacrés à la science-fiction, comme ceux de Cerisy ou du CERLI. Il y fascinait par son érudition, sa curiosité toujours en éveil, son esprit de synthèse, sa vivacité intellectuelle, mais aussi son humour irréductible mâtiné d’autodérision.

« Science-fiction et psychanalyse », Dunod/Bordas, 1986, illustration de Mézières.

Sous ses multiples casquettes de critique, d’universitaire, d’anthologiste et d’éditeur, Jacques Goimard n’a eu de cesse de promouvoir et légitimer la science-fiction en tant que genre avec son histoire, mais aussi sa relation avec d’autres genres, en particulier la fantasy. Si son autorité et son prestige éditorial ont tellement compté, c’est parce que derrière tout cela veillaient un intellect brillant, un esprit universel et une personnalité originale et profondément attachante.

Sources

Entretiens
« Jacques Goimard ou la tentation de l’histoire », entretien avec Richard Comballot, Bifrost, n ° 62, avril 2011, p. 138-172.
« Interview de Jacques Goimard », par Romain Lucazeau, 16 mai 2008, [en ligne], [URL] <http://textesromainlucazeau.blogspot.fr/2008/05/interview-de-jacques-goimard.html >
« Un peu de fantaisie, que diable ! », propos recueillis par Yvonne Maillard, Présences d’esprits, n ° 10, avril 1996, p. 7-10.

Bibliographie
http://www.noosfere.com/icarus/livres/auteur.asp?NumAuteur=539

Article de presse
http://www.liberation.fr/culture/2012/10/29/la-nuit-de-jacques-goimard_856922

S.F. [Art, science & fiction]


Exposition S.F. [Art, science & fiction] au MAC’s – Musée des Arts Contemporains – Site du Grand-Hornu (Hornu, Belgique)

18 novembre 2012 > 17 février 2013

A l’occasion de son dixième anniversaire, le MAC’s consacre son exposition d’automne à la science-fiction. La manifestation est une exposition collective qui embrasse de nombreuses disciplines de l’art d’aujourd’hui.

En effet, la science-fiction n’a pas produit que des romans, des films, des magazines illustrés ou des bandes-dessinées. Dès ses débuts, elle a aussi nourri ou engendré indirectement des œuvres dans le domaine des beaux-arts. Ce sont des peintures, des sculptures, des photos, des vidéos ou des actions qui, sans relever du genre S.F. au sens strict, sans en partager nécessairement la culture populaire ou le kitsch, ont puisé néanmoins dans son imaginaire pour en reprendre quelques-uns des principaux mythes.

S.F.[Art, science & fiction] a l’ambition d’explorer les liens entre les beaux-arts et la science-fiction. Elle présentera dès lors des œuvres et des documents relevant de courants esthétiques et de mouvements culturels divers : le visiteur y trouvera, par exemple, aussi bien des artistes modernes qui ont spéculé sur des concepts scientifiques comme la quatrième dimension, que des artistes postmodernes ou contemporains qui revisitent des mythes populaires comme Superman.

Avec des pièces de Lewis Baltz, Larry Bell, Fred Biesmans, Jacques Charlier, Anton Corbijn, Edith Dekyndt, Lucio Fontana, Dora Garcia, Bruno Gironcoli, Dominique Gonzalez-Foerster, João Maria Gusmão & Pedro Paiva, Peter Hutchinson, Ann Veronica Janssens, Mike Kelley, Tetsumi Kudo, Kasimir Malevitch, Chris Marker, John McCracken, Tony Oursler, Jean Perdrizet, Robert Smithson, Ionel Talpazan, Gavin Turk

Le commissariat de l’exposition est assuré par Denis Gielen. Un ouvrage consacré à la thématique de l’art et de la science-fiction sera réalisé par le commissaire à l’occasion de cette manifestation.

Dossier pédagogique de l’exposition

Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18 h, à l’exception des périodes de montage et démontage d’exposition.
Les animaux ne sont pas acceptés.
Le MAC’S est fermé le 25 décembre et le 1er janvier.

Amazing Science aux Utopiales

L’Inserm et le CEA présentent Amazing Science, une expo pulp… et scientifique

En clin d’oeil à la culture SF des magazines américains des années 30, l’Inserm et le CEA proposent à travers l’exposition Amazing Science une exploration en territoire inconnu, à la frontière entre la culture pulp, la science-fiction et la recherche scientifique.

L’écrivain Claude Ecken met sa plume au service d’Amazing Science, par la création d’une œuvre originale de courtes nouvelles de science-fiction formant un parcours littéraire de 26 tableaux.

Chaque panneau de l’exposition assemble des visuels scientifiques autour d’une thématique spécifique  de recherche. Les montages d’Alexandre Cheyrou sont une invitation à plonger dans les mystères du vivant, de la matière ou de l’univers et à comprendre les enjeux scientifiques et technologiques de notre époque.

Présentée pour la première fois à l’édition 2012 des Utopiales de Nantes, l’exposition Amazing Science est inaugurée le 7 novembre.

Présentation sur le site de l’INSERM

Présentation sur le site des Utopiales

AMAZING SCIENCE
Une expo « pulp » et scientifique proposée par l’Inserm et le CEA
Du 7 au 12 novembre 2012
 
Utopiales de Nantes / Festival international de science-fiction
 
La Cité Nantes Events Center, 5 rue de Valmy, 44000 Nantes
Public : à partir de 7 ans

Amazing Science, une exposition conçue et réalisée par les directions de la communication de l’Inserm et du CEA
Chef de projet, Claire Lissalde, responsable du pôle audiovisuel de l’Inserm
Coordination pour le CEA, Florence Klotz
Sur une idée originale d’Eric Dehausse, iconographe de l’Inserm
Relecture, Maryse Cournut de l’Inserm
Nouvelles écrites par Claude Ecken
Direction artistique, Alexandre Cheyrou
Rédaction scientifique, Charles Muller

Illustrations des pulps provenant des fonds de l’Agence Martienne et de la Maison d’Ailleurs.
Photos scientifiques de la banque d’images Serimedis de l’Inserm et de la photothèque du CEA.

Les Pulps – précisions historiques

Apparus à la fin du XIXe siècle, les pulps, magazines bon marché imprimés sur du mauvais papier (la « pulpe » de bois), ont connu une forte expansion entre 1905 et 1940. Support de publication pour genres peu légitimés, depuis les aventures exotiques d’un magazine comme Adventure jusqu’aux récits fantastiques ou aux histoires d’horreur d’un Weird Tales, en passant par le western, les enquêtes policières et les aventures héroïques, ils voient l’apparition de la science fiction à l’américaine pendant la deuxième moitié des années 1930.

Amazing Stories, fondé par Hugo Gernsback en 1926, publie les aventures spatiales du Skylark of Space d’E. E. Smith. Thrilling Wonder Stories (également fondé par Gernsback, qui avait été obligé de revendre son premier titre), ainsi qu’Astounding Stories, offrent des lieux de publication spécifiques pour des nouvelles et des romans parus en feuilleton (La Légion de l’espace, de Jack Williamson, en 1934, les Lensmen d’E. E. Smith en 1936).

C’est dans les pulps que s’est développé ce style si particulier, d’action vive mêlée de spéculation sur des états de la science, qui caractérise la science-fiction de l’« Âge d’Or », entre 1938 et 1946.

La fécondité de cette période, qui a vu apparaître les noms symboliques d’écrivains et d’œuvres formant les premiers grands classiques de la science-fiction, doit tout au modèle éditorial des pulps, qui permettent de mettre à l’épreuve très vite de nouvelles idées et favorisent l’émulation entre des auteurs qui ne cessent de se lire entre eux. Ces revues bon marché se multiplient alors : Startling Stories, Unknown, Fantastic Adventures et Planet Stories s’ajoutent aux précédentes.

Sous le patronage de John W. Campbell, rédacteur en chef d’Astounding (rebaptisé en Astounding Science Fiction), qui exige de ses auteurs un plus grand respect de la cohérence scientifique dans leurs récits, naissent dans les pulps le cycle des robots et de Fondation d’Isaac Asimov, les Slans et le Non-A d’A. E. van Vogt, les histoires du futur de Robert A. Heinlein et de Clifford D. Simak. Parmi les autres figures remarquables faisant alors leurs premiers pas, on peut citer Arthur C. Clarke, Fritz Leiber et Hal Clement. C’est également Astounding qui accueille la fameuse nouvelle de Cleve Cartmill, « Deadline », qui a attiré l’attention de l’armée américaine en décrivant le mécanisme d’une bombe atomique en parallèle du projet Manhattan.

L’empire de (mauvais) papier des pulps est ébranlé par les pénuries de la guerre. Le modèle de publication évolue après 1945, les pulps disparaissent ou se transforment en magazines de plus petite taille, mieux imprimés, tandis que les meilleures nouvelles se voient offrir une seconde vie dans les « fix-up » (selon le terme de Van Vogt), les romans bricolés à partir de récits plus courts, qui se sont transmis jusqu’à nous. Néanmoins, c’est dans ces pages mal imprimées, dans ces récits souvent naïfs et grandiloquents, que s’est formée et consolidée une certaine manière d’écrire le futur, celle de la science-fiction contemporaine.

 Simon Bréan

Mort de Harry Harrison

L’écrivain de science-fiction Harry Harrison, né le 12 mars 1925, est mort le 15 août 2012.

Auteur de la trilogie du Monde de la mort (Deathworld, 1960), publiée en un seul volume en 2006 en France, il est aussi le créateur de Jim DiGriz, le Rat en acier inox ou Ratinox (The Stainless Steel Rat).

il est surtout connu pour son roman sur la surpopulation Make Room! Make Room! (1966) qui a inspiré le film Soleil vert (Soylent Green, 1973) de Richard Fleisher.

Proche de Brian Aldiss, il avait coédité avec lui plusieurs volumes de l’anthologie The Year’s Best Science Fiction ainsi que d’autres anthologies. Il a aussi créé la série parodique Bill the Galactic Hero, dont il a écrit quelques volumes en collaboration avec d’autres auteurs comme Robert Sheckley ou David Bischoff.

En France, les Humanoïdes associés avaient aussi traduit son essai sur l’érotisme dans l’illustration de SF, La Queue de la comète : sexe et SF, en 1977.

Mort de Roland C. Wagner

C’est avec une grande douleur que nous apprenons la mort de Roland C. Wagner, le dimanche 5 août 2012, dans un accident de voiture.

Né le 6 septembre 1960 à Bab El Oued en Algérie, il était l’un des auteurs les plus reconnus et une figure emblématique de la science-fiction française contemporaine, récompensé à six reprises par le prix Rosny aîné, pour deux de ses nouvelles et pour les romans Le Serpent d’angoissePoupée aux yeux morts, L’Odyssée de l’espèce et La Saison de la sorcière. Le grand prix de l’Imaginaire a couronné deux de ses plus grandes réussites : le cycle des Futurs Mystères de Paris en 1999, et Rêves de gloire, uchronie sur la guerre d’Algérie, en 2012.

Membre très tôt du fandom français, il commence à publier des nouvelles dès 1981, certaines sous pseudonymes, dont quelques-unes en collaboration avec Emmanuel Jouanne. Il publie plusieurs romans dans la collection Anticipation du Fleuve noir, où il collabore avec Jimmy Guieu sous le nom de Richard Wolfram, et avec Jean-Marc-Ligny sous un pseudonyme collectif. C’est surtout dans cette collection qu’il crée le personnage du détective privé transparent Tem (pour Temple Sacré de l’Aube Radieuse), dans La Balle du néant, premier volume des Futurs Mystères de Paris, en 1996. Très engagée, sa science-fiction oscille entre humour picaresque et anticipation sombre. Riche et variée, son œuvre illustre aussi bien la dystopie (La Saison de la sorcière, 2003 ; Pax americana, 2005) que le space opera (Le Chant du cosmos, 1999 ; Le Temps du voyage, 2005) ou l’uchronie (H.P.L., 1995 ; Rêves de gloire, 2011 ; Le Train de la réalité et les morts du général, 2012).

Traducteur depuis l’allemand, il a traduit quelques volumes de la série Perry Rhodan. Avec sa compagne, l’écrivain Sylvie Denis, il a traduit de l’anglais notamment Flux, Temps et Origine de Stephen Baxter, et Bleue comme une orange et Il est parmi nous de Norman Spinrad.

Musicien, il était membre du groupe de rock psychédélique Brain Damage.

Il était également l’un des rédacteurs du site Génération science-fiction, qui réédite plusieurs de ses textes sur la science-fiction. Il participait aussi aux journées d’études Sciences & Fictions à Peyresq, notamment aux sessions « La technologie est-elle impérialiste ? » et « La science-fiction, expérience de pensée pour les sciences humaines et politiques ? »

Auteur majeur mais aussi personnalité attachante et acteur inoubliable du fandom, sa disparition plonge dans le deuil l’ensemble du monde de la science-fiction française. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

 

Prometheus, ou la foi et la science réconciliés

Trente-trois ans après la sortie de son film Alien, le huitième passager, et après celle de trois suites, ainsi que deux cross-over avec Predator, Ridley Scott revient à l’univers d’Alien. Prometheus, du nom du vaisseau spatial terrien qui emporte l’équipage à la découverte d’un satellite très éloigné, se présente comme un « prequel » au tout premier film. Ce retour aux sources qui réunit l’univers d’Alien et le réalisateur qui l’a lancé en 1979, évidemment très attendu, a reçu la couverture médiatique et critique qu’il méritait. Le scénario, coécrit par le scénariste de Cowboys et Envahisseurs, a unanimement déçu, en particulier en raison des fortes attentes qui pesaient sur les « réponses » qu’il était censé apporter autour des mystères d’Alien. Le film présente néanmoins plusieurs éléments dignes d’intérêt, que les critiques, journalistes et fans ont analysés de manière plus ou moins approfondie, centrant leur questionnement sur certains éléments qui cristallisaient les attentes et les interrogations : la place dans le cycle d’Alien, les influences littéraires et cinématographiques (de la nouvelle « Black Destroyer » d’A. E. van Vogt au film Terrore nello spazio de Mario Bava) ou culturelles et plastiques1, et le discours idéologique du film.

Dans la salle des urnes.

Prometheus appartient à ce qui est devenu un véritable cycle de cinq films auxquels s’ajoute deux autres films qui croisent l’univers de Predator. C’est aussi le seul autre film à avoir le même réalisateur que le film originel, ce qui lui confère une légitimité accrue, un statut enviable du fait à la fois de la valorisation de l’autorité du créateur, et de la réaffirmation du régime d’auctorialité2. Il s’inscrit dans le cycle comme ce qu’on nomme en littérature une « suite autographe » (la suite d’un texte par son auteur), alors que les autres films étaient tous en quelque sorte des « continuations allographes »3. Cette « suite » n’en est pas une au sens chronologique : il s’agit d’une préquelle, un film dont l’action a lieu avant l’histoire d’Alien. Il n’en reprend cependant que le monde de fiction et des éléments laissés inexpliqués, et peu exploités, dans le film princeps : la civilisation dont un vaisseau est le vestige, son architecture étrange, le pilote humanoïde (space jockey), et l’existence de redoutables xénomorphes, ou aliens sanguinaires. L’histoire se déroule entre 2089 et 2094, soit près de trente ans avant Alien (en une temporalité inverse de celle qui sépare les deux films), et non plus sur le planétoïde L-426, mais sur le satellite L-223 du système Zeta Reticuli, qui a été choisi pour exploration parce que la configuration de ses planètes correspond à des dessins disséminés sur Terre sur des millénaires4. On retrouve les mêmes décors hallucinés dans les deux artefacts extraterrestres, mais il ne s’agit pas du même lieu, des mêmes êtres : on ne saura pas exactement ce qui est arrivé au vaisseau et au pilote d’Alien.

On y retrouve cependant la même compagnie Weyland qui présidait à la mission du Nostromo, et qui avait créé le pénitencier de Fiorina 161. De la même manière que les autres suites d’Alien, le dernier épisode reprend un schéma narratif très proche (ce qui plaque sur le format du cycle le modèle de la série, associant à la continuité du cycle la réitération de la série5) : signes de présence extraterrestre, intervention et (re)découverte des aliens, sauvetage de l’héroïne. Cette dernière, le lieutenant Ellen Ripley, voyait son retour motivé par divers procédés narratifs assurant sa longévité dans le cycle : l’hyper-sommeil qui lui permet de traverser 57 ans pour arriver à l’action d’Aliens, la dérive du vaisseau et le largage sur une planète-prison, et enfin le clonage pour Alien, la résurrection. Tous ces dispositifs n’ont cependant plus lieu d’être, puisque Ripley n’a aucun rapport avec l’alien dans le passé, et que le voyage dans le temps ne fait pas partie de son univers de science-fiction. C’est donc une nouvelle héroïne qui apparaît : l’archéologue Elizabeth Shaw. Ce personnage est d’abord un rappel (ou une annonce) de Ripley, Shaw est choisie parmi tous les autres personnages pour tout ce qui la rapproche d’elle. Son accouchement d’un hybride extraterrestre fait écho à la propre gestation d’une reine alien par Ripley dans Alien, la résurrection. La présence d’un équipage est encore une réminiscence du premier film, que vient conforter celle d’un robot humanoïde, David, souvenir de l’androïde Ash, lui aussi décapité et réduit à une tête parlante qui rappelle la lyre d’Orphée. Comme l’écrit Michel Chion, « la symétrie est voulue avec la fin d’Alien »6.

L’Ingénieur à Dettifoss

Plus qu’une préquelle, Prometheus apparaît donc comme un film parallèle à Alien, ce qui a pu décevoir des spectateurs avides d’explications directes sur le vaisseau extraterrestre. Il n’en confirme pas moins l’existence dans ce monde de fiction d’une espèce extraterrestre très évoluée mais disparue depuis longtemps, et va même plus loin en suggérant que ses membres, surnommés les Ingénieurs, sont à l’origine de l’humanité. Dès la scène pré-générique, un représentant de ces géants musculeux et blancs comme la neige, sans doute inspirés des aquarelles de William Blake, apparaît au-dessus de la chute de Dettifoss en Islande, alors qu’un immense vaisseau en forme de disque envahit le ciel, affirmant leur présence sur Terre. Cette scène énigmatique a suscité une certaine perplexité, en grande partie dissipée par les interprétations. L’une des plus cohérentes et complètes voit dans le suicide qui y est mis en scène le sacrifice de l’individu comme prélude nécessaire à la création de l’humanité (la parenté génétique entre ces extraterrestres et les humains est confirmée « scientifiquement » au cours du film). La scène illustrerait un des impératifs les plus importants de leur philosophie, qui conditionne la survie au sacrifice, dans une reprise de l’archétype mythologique et anthropologique baptisé par James Frazer dying god (le dieu qui meurt) 7. De là sans doute le choix du Titan pour nommer le vaisseau et le film : si le nom du vaisseau est accessoire, il est cependant assez lourdement symbolique pour servir de titre au film, offrant une première justification (en tant que référent dans l’histoire) et préservant une deuxième justification, qui ouvre sur une lecture mythique. Le Prométhée de la mythologie, condamné à voir son foie dévoré journellement par un aigle pour avoir donné le feu à l’humanité, renvoie aux notions de don et de sacrifice. Un sacrifice incarné aussi bien par Holloway, qui offre son corps contaminé au lance-flammes purificateur tenu par Vickers (qui offre le feu de manière destructrice), que par les trois membres d’équipage qui, à la fin, lancent leur vaisseau sur le navire porteur de mort. Le mythe crée également tout un faisceau d’images que le film actualise en réseau : le corps des Ingénieurs au ventre ouvert par l’attaque des aliens en phase chestburster, l’image implicite du flanc percé du Christ sur la croix d’Elizabeth Shaw, et bien sûr la scène où cette dernière programme sur elle-même une césarienne pour extraire l’alien.

Les deux vaisseaux entrent en collision

Ce personnage, parmi tous les autres du film, a la particularité d’être à la fois une scientifique et une croyante. Sa foi chrétienne, matérialisée par le crucifix qu’elle ne quitte jamais, sous-tend ses choix et motive ses actes. Mais c’est aussi une scientifique qui recherche des preuves valides et objectives, comme le montre sa recherche de l’ADN des Ingénieurs. Ses convictions ne sont pas seulement religieuses : son compagnon Charlie Holloway et elle sont persuadés qu’un dessin récurrent, présent en différents lieux sur Terre, et à diverses époques très éloignées, et représentant des géants désignant dans le ciel une configuration de planètes, est la preuve de la venue sur Terre d’extraterrestres, dès les temps préhistoriques puis aux débuts de l’histoire de l’humanité. Cette hypothèse dénuée de fondement scientifique, classique en ufologie et en littérature, est surnommée « théorie des anciens astronautes ». Popularisée dans les années 1960, on la retrouve récemment dans un film comme Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008) de Steven Spielberg8. Généralement fondée sur des analogies de formes ou de structures, relues à l’aune de notre subjectivité informée par la technologie et la science-fiction9, elle est ici suffisamment prise au sérieux pour qu’une entreprise puissante, Weyland corporation, finance une expédition. Cette expédition confirmera non seulement que ces extraterrestres sont à l’origine de l’humanité, mais que leur technologie est toujours opérante, et que même l’un d’entre eux est encore en vie.

Elizabeth Shaw (Noomi Rapace)

Si on ne sait pas comment Shaw concilie cette conviction sur l’origine de l’humanité avec sa foi chrétienne, un biologiste de l’équipe scientifique exprime en revanche clairement combien cette hypothèse contredit la théorie darwinienne, renvoyant Shaw du côté des pseudo-scientifiques et de l’obscurantisme. Elle n’en reste pas moins une scientifique, et cette révélation ne contredit pas forcément la théorie darwinienne : rien ne dit que les Terriens n’ont pas évolué, à partir de l’espèce des Ingénieurs, qui est elle-même le résultat d’une évolution, et dont il faut découvrir également l’origine. Les Ingénieurs sont de leur côté présentés comme des dieux : presque immortels, maîtrisant aussi bien le voyage spatial que l’ingénierie génétique, leur surnom les pare d’une fonction démiurgique. Cette ambiguïté entre foi et science, entre réfutation possible du darwinisme et recherche de preuves scientifiques, se lit tout au long du film. En cela, elle n’est pas très éloignée d’autres héroïnes de science-fiction, comme Kaye Lang dans Les Enfants de Darwin (Darwin’s Children, 2003) de Greg Bear, à la fois éminente biologiste et ouverte au surnaturel et à la transcendance, et qui tient à passer un scanner au moment où elle a une épiphanie pour étudier scientifiquement cet état de grâce10. La foi et la science ne sont pas forcément incompatibles, et Thomas d’Aquin lui-même affirmait l’indépendance de la science vis-à-vis de la foi : « ce qui est su ne peut être cru »11. L’idéologie des spectateurs se trouve ainsi soigneusement ménagée : les créationnistes se réjouiront de voir l’héroïne nier en apparence la théorie évolutionniste, et les darwinistes réinscriront l’évolution dans la phylogénie des Ingénieurs. Les uns verront la scientifique, les autres la croyante. Le film fait ainsi le grand écart entre des convictions antagonistes.

De même, lorsque Shaw, qui est stérile, se retrouve enceinte après avoir fait l’amour avec Holloway infecté par le liquide trouvé dans une urne de la salle, elle s’enferme dans la cabine de chirurgie (destinée aux hommes) et procède à une opération visant à extraire l’alien qui est dans son utérus. Exemple même de gore hygiéniste, cette scène est ambiguë : assistons-nous à un avortement ou à une césarienne ? Etant donné la vitesse de développement de l’alien, la dernière solution est sans doute la bonne, mais du point de vue de Shaw, il semble que l’essentiel est de se débarrasser du fœtus intempestif. Lorsqu’elle stérilise la cabine d’où elle est sortie, et qui retient prisonnier l’alien, elle tente sans doute de le « décontaminer » de manière radicale, même si cette tentative est vouée à l’échec et que l’alien se développe pour faire sa première victime à la fin. Cette scène renouvelle un motif amplement illustré dans le cinéma de science-fiction, celui de la grossesse extraterrestre, qui reflète les peurs devant les nouvelles générations, vues comme des autres incompréhensibles, mutants ou aliens12.

Le combat entre l’Ingénieur et l’alien

Elle peut avoir aussi d’autres résonances, surtout si l’on pense que cette naissance procède d’une conception virginale, puisque la mère est stérile, et qu’elle a lieu durant la nuit de Noël… Ces échos déconcertants à la naissance de Jésus, dont Shaw porte obstinément l’effigie autour du cou, sont à mettre en relation avec une piste scénaristique abandonnée, mais dont Ridely Scott a confirmé l’existence, et dont il reste un souvenir diffus dans le film. En effet, Shaw et l’androïde David finissent par comprendre que les Ingénieurs avaient décidé d’exterminer l’espèce humaine au moment où la station qu’ils visitent (en fait un vaisseau) a été ravagée. Le liquide noir qui suinte des urnes, et qui produit l’apparition d’aliens meurtriers, comme autant d’anges exterminateurs, avait pour destinée d’être déversé sur Terre comme arme de destruction massive – une arme biologique invincible et dévastatrice. Un incident semble avoir prévenu l’opération, et sauvé l’humanité. La raison de cette décision soudaine d’anéantir une espèce qu’ils ont créée et dont ils ont guidé les premiers pas n’est pas connue, mais on sait qu’elle a eu lieu il y a 2000 ans, sans doute à la suite d’un événement assez sacrilège pour déclencher le courroux de ces presque divinités. Une raison qui n’a pas tardé à fuiter : les humains auraient tué l’un des Ingénieurs, descendu sur Terre parmi eux13. L’identification du Christ à un extraterrestre, finalement écartée, mais dont le « texte possible » demeure à travers les vides du résultat définitif, est après tout un motif de science-fiction : la rationalisation des mythes et l’évhémérisme constituent un moyen d’apporter une explication scientifique à des phénomènes qui nous dépassent ou à démystifier des personnages imaginaires. Un auteur de science-fiction, Michael Moorcock, s’était déjà emparé de la figure de Jésus de manière iconoclaste dans son roman de voyage dans le temps Voici l’homme (Behold the Man, 1969). Quoi qu’il en soit, l’alien peut apparaître comme un Antéchrist prédestiné à détruire l’humanité.

David (Michael Fassbender) aux commandes du vaisseau des Ingénieurs

Le réveil du pilote encore vivant (la résurrection d’un dieu mort ?) vient alors réactiver la menace d’anéantissement, causée par l’hubris d’un homme, Peter Weyland, le dirigeant agonisant de la société commanditaire. Il cherche en effet à obtenir l’accès à l’immortalité par le biais du savoir des Ingénieurs, au grand dam de sa fille, Vickers, qui veut évidemment prendre sa place à la tête de la puissante société. À cette intrigue condamnée comme il se doit par la suite du récit, et qui reprend le motif conventionnel de l’orgueil châtié, parabole louable dans une optique traditionaliste, s’oppose la présence dans le film de l’androïde David. Par l’entremise de ce dernier, en effet, peut se lire une réflexion sur l’intelligence artificielle et une remise en cause de la définition de l’humain. Weyland le présente comme ce qui ressemble le plus à un fils, et certaines scènes montrent David, seul pendant le sommeil de l’équipage, navigant dans un océan d’écrans, regarder des films anciens où il s’identifie à Peter O’Toole, étudier l’art ou observer les rêves de Shaw. Sa personnalité, bridée qu’elle est par sa loyauté à Weyland et son efficacité de robot, s’affirme tout le long du film, notamment à travers un humour noir et pince-sans-rire que plusieurs critiques ont souligné. La créature de Frankenstein, à l’humanité problématique, faisait après tout de son créateur un « Prométhée moderne », pour reprendre le sous-titre du roman de Mary Shelley. C’est enfin, par ses extraordinaires capacités cognitives, le seul à arriver au niveau des Ingénieurs et à apprendre à manipuler leur technologie.

Ainsi, à travers diverses thématiques et différents fils narratifs, Prometheus parvient à se concilier à la fois le public conservateur et les tenants du posthumain, les darwinistes et les créationnistes, qui à travers des potentialités savamment développées pourront tous trouver une place pour leurs convictions ou leurs doutes. Il se place aussi sous le patronage d’Arthur C. Clarke, lorsqu’est rappelé que la plus haute technologie est indiscernable de la magie, ce qu’illustrent les hologrammes dans le vaisseau des Ingénieurs que contemplent, émerveillés, les personnages. Clarke, qui dans Les Enfants d’Icare (Childhood’s End, 1954) montrait des extraterrestres semblables aux démons médiévaux et une humanité développant des pouvoirs paranormaux. De son côté, Prometheus présente la particularité de diviniser les extraterrestres de plusieurs manières, que ce soit en faisant d’eux les pères de l’humanité, sous forme d’effrayants géants livides et survirilisés aux motivations inconnues, ou à travers un Christ monstrueux, avorté en une nativité funeste.

Samuel Minne

1Pour un passage en revue de quelques influences picturales et cinématographiques, voir « Decoding the Cultural Influences in ‘Prometheus,’ From Lovecraft to ‘Halo’ »de Govindini Murti, The Atlantic, 11 juin 2012, et pour quelques références littéraires, voir « The Prometheus Effect: Examining The Film’s Literary Ancestry » de Jon Korn, LitReactor,  14 juin 2012.

2 Pour une liste d’études sur les films de Ridley Scott, voir « Ridley Scott: A Bibliography of Materials » in the UC Berkeley Library.

3 Cf. Gérard Genette, Palimpsestes, la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982, collection points essais, p. 222.

4 Voir la synthèse d’Adam Whitehead sur le blog WertZone, 10 juin 2012.

5 Cf. Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS, 2004, p. 24-30.

6 Michel Chion, « Ridley Scott : un parcours unique dans la science-fiction », Les Inrocks, 10 juin 2012.

7 Voir l’interprétation d’Adrian Bott, alias Cavalorn, « Prometheus Unbound: What The Movie Was Actually About », 6 juin 2012.

8 Cf. Lauric Guillaud, « Le cycle Indiana Jones : les limites de l’hybridité générique », in Comment rêver la science-fiction à présent ? colloque de Cerisy dirigé par Danièle André, Daniel Tron et Aurélie Villers, 2009, à paraître.

9 Voir Wiktor Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres, ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999.

10 Cf. Marika Moisseeff, « Au cœur du système hiérarchique occidental : l’évolution biologique », in André Iteanu (dir.), La Cohérence des sociétés, mélanges en l’honneur de Daniel de Coppet, Maison des Sciences de l’Homme, 2010, p. 341-368.

11 « Non autem est possibile quod idem ab eodem sit creditum et visum, sicut supra dictum est. Unde etiam impossibile est quod ab eodem idem sit scitum et creditum » ; « […] sed ea ratione non potest simul idem et secundum idem esse scitum et creditum, quia scitum est visum et creditum est non visum, ut dictum est », Summa theologica, IIb, question 1.5.

12 Voir Marika Moisseeff, « La procréation dans les mythes contemporains : une histoire de science-fiction », Anthropologie et Sociétés, 29 (2), 2005, p. 64-94, et « Que recouvre la violence des images de procréation dans les films de science-fiction ? », in Michel Dugnat (dir.), Bébés et Culture, Paris, Érès, 2008, p. 61-68.

13 Voir les propos de Ridley Scott dans cet article de Première, 12 juin 2012. Sur toute cette chaîne interprétative, cf. le texte d’Adrian Bott cité en note 7.

Pour Sushina Lagouje

Mort de Ray Bradbury

Couverture d'Enki Bilal pour "Chroniques martiennes"

L’écrivain de fantastique et de science-fiction Ray Bradbury est mort le 6 juin 2012 à Los Angeles à l’âge de quatre-vingt onze ans.

Auteur de nouvelles fantastiques dans des fanzines puis des pulp magazines, il publie son premier recueil chez Arkham House. Il publie aussi des nouvelles de science-fiction, dont un premier ensemble autour de la planète Mars, paru en 1950, Chroniques martiennes. Son écriture poétique lui permet de se faire remarquer par les critiques littéraires, qui voient en lui le représentant le plus qualifié pour représenter la science-fiction aux yeux du grand public. Ses recueils de nouvelles (L’Homme illustré, Les Pommes d’or du soleil, Je chante le corps électrique) ont eu une forte influence sur les débuts d’auteurs français comme Gérard Klein. Ses œuvres suivantes relèvent surtout du fantastique, de l’horreur ou de l’autobiographie. Dès son article de 1956, Gérard Klein loue le style de l’auteur américain : « Bradbury est certainement l’un des meilleurs stylistes américains contemporains. Il s’est assimilé avec un rare bonheur la langue populaire et la manie avec une virtuosité paradoxalement aristocratique. […] Il n’y a pas chez lui ce souci constant de la préciosité et de la recherche propre à certains jeunes écrivains américains, comme Truman Capote. [P]arce qu’il est émerveillé par le monde, il sait à son tour émerveiller. »

Son roman dystopique Fahrenheit 451 (1953) est adapté au cinéma par François Truffaut en 1966. Les Chroniques martiennes font elles aussi l’objet d’une série télévisée en 1980. Plusieurs nouvelles de ce livre avaient aussi été adaptées sous forme de comics, entre autre par Wallace Wood, Al Williamson et Frank Frazetta, parus en recueil sous le titre Planète rouge. Il a aussi inspiré une compositrice de musique contemporaine, Olga Neuwirth, qui a composé Construction in Space d’après la nouvelle « The Long Rain ».

Commandeur de l’ordre des arts et des lettres en France, il était entré en 1999 dans le Science Fiction Hall of Fame, il avait reçu en 1988 le titre de grand maître du prix Nebula, et en 2004 un prix Hugo rétrospectif pour Fahrenheit 451. Il avait aussi donné son nom à un prix récompensant le meilleur scénario de film de science-fiction en 1992, qui remplace depuis 2009 le prix Nebula du meilleur scénario. Un astéroïde découvert en 1992 porte aussi son nom.

Couverture d'Enki Bilal pour "Fahrenheit 451"

Fin 2009 était paru en France le recueil Léviathan 99. Le premier volume d’une biographie en trois tomes, écrite par Jonathan Eller, est paru en 2011, Becoming Ray Bradbury. Un article du New York Times passe en revue sa carrière. On peut aussi (re)lire l’entretien qu’il avait accordé à Philippe Curval en 1978. L’écrivain français résumait la même année dans une chronique littéraire l’avis du milieu de la science-fiction française à son égard : « Réactionnaire dans les années 40, parce qu’il parlait d’un ton désenchanté de la conquête de l’espace et de la pollution qui menaçait, il est désormais poussé vers la gauche par les adversaires de la technologie. » Nul doute que la postérité retiendra surtout le styliste et le créateur de mondes enchanteurs ou inquiétants.

Néanmoins, cette défaveur, qui a suivi un grand succès, explique peut-être pourquoi les études sur son œuvre, nombreuses dès les années 1950, se sont raréfiées et restent rares ces dernières années. Ray Bradbury avait pourtant lui-même participé à un colloque de Cerisy dirigé par Simone Vierne et François Raymond sur Jules Verne en 1978. En France, la revue Fiction lui consacre un dossier dans son numéro 123, en 1964. Denise Terrel publie « Images de Mars chez Bradbury » dans le 7ème numéro de la revue Métaphores (Publication de l’Université de Nice) en 1983, puis Annette Goizet « Altérité et normalité dans Fahrenheit 451 de R. Bradbury » dans Images de l’autre, le 24ème numéro de la même revue, en 1994. Enfin, la revue Poétique accueille en février 1997 l’article d’Irène Langlet « L’écart futuriste comme donnée métalittéraire. Une lecture des Chroniques martiennes de Ray Bradbury ».

Mort d’Eddy Paape

Le dessinateur belge Eddy Paape est mort le 12 mai 2012 à l’âge de 91 ans. Dessinateur de plusieurs séries comme Valhardi, Marc Dacier ou Tommy Banco, il est surtout connu pour la série de science-fiction Luc Orient, scénarisée par Greg.

Luc Orient paraît dans l’hebdomadaire Tintin à partir de 1967. Se déployant sur dix-neuf albums publiés de 1969 à 1994, la série a été rééditée sous la forme d’une intégrale de cinq tomes en 2008.

La série se distingue par le statut et l’apparence du héros, qui est à la fois un physicien et un aventurier sportif. D’abord influencée par les comics de science-fiction des années trente Flash Gordon et Brick Bradford, la série illustre le genre du space opera avec les aventures sur la planète Terango.

Le trait solide et soigné d’Eddy Paape apportait un certain réalisme à ses décors futuristes, tout en gardant une touche singulière.

En attendant la revue…

Un projet de revue sur revues.org, cela représente finalement bien plus qu’un dossier de candidature, des articles à évaluer, de la mise en page sur Lodel. Concrètement, pour l’équipe de Res Futurae, ce furent…

Episode 1: le projet (2010)

Une rencontre, évidemment: été 2010, à Aix-en-Provence, dans le petit resto préféré de Roger Bozzetto (prof émérite à Aix-Marseille-I). Arthur Evans, le rédac-chef de Science Fiction Studies, y retrouvait son vieil ami Roger; deux petits jeunes à la tablée, Guy Astic (du CERLI) et la rédac-chef, un peu dépassée. Une revue, là, tout de suite? On discutait déjà du titre! Quel défi!

Arthur Evans, Roger Bozzetto, Irène Langlet, Guy Astic - Aix, août 2010

Une équipe, ensuite: fin 2010, je bats le tam-tam et je compose un premier comité. Les choses vont vite, les gens sont prêts, on peut foncer: je fixe un objectif à mai 2011 pour le dépôt du dossier, avec deux numéros prêts! Arthur Evans joue le jeu à 100%, envoie les articles à traduire; les anciens du « Mois de la SF à l’ENS » répondent presque tous présents, même les expats en Nouvelle-Calédonie… On y croit. Un voyage à DePauw, Indiana, est programmé pour nouer tous les contacts.

Episode 2: le rebondissement (2011)

Un bug perso, pour continuer: la vie est pleine de trébuchements, certains plus graves que d’autres. La rédac-chef déraille, divorce, déménage… Tout s’arrête… A moins que? Non! Anne Besson reprend le dossier. L’échéance de mai 2011 est grillée, mais l’équipe est en vitesse de croisière sous la houlette d’Anne. Grâce à elle, à la rentrée 2011, les deux numéros sont presque bouclés, sauf…

Sauf l’article de la rédac-chef, qui peine encore à surmonter ses problèmes! L’automne a raison de ses atermoiements, et en janvier 2012 le dossier enfin complet part au CLEO pour évaluation.

Episode 3: le carnet (2012)

En attendant, que faire? L’équipe s’est mobilisée, les travaux continuent ici et là, la science-fiction est partout; on a envie d’en parler. On ouvre dans la foulée un carnet sur hypotheses.org; le comité de rédaction se réunit dans le 20ème arrondissement de Paris et met au point une salve de billets. Et ça marche! Un premier billet s’affiche en une d’hypotheses.org le 26 février: ce n’est qu’un excerpt, mais on est fiers!

La une des carnets, le 26 février 2012...
... et notre petit excerpt de Res Futurae, dans la sélection!

Et en mars 2012, on passe carrément en diaporama de la plate-forme à deux reprises: pour un billet de réflexion sur la théorie du genre….

Le diapo du 3 mars: Quelques notes sur la science-fiction comme genre... ou comme culture

et pour un article fouillé sur Moebius, in memoriam.

Le diapo du 29 mars: Moebius

Cherry on the cake: le portail Rezo.net nous fait l’honneur d’une sélection, pour l’hommage à Moebius.

Rezo 18 mars 2012

Quelle satisfaction! On se prend à rêver de la revue. A Aix, on se donnait 2 ans pour réussir: on tient la corde. Vivement le résultat! Et pendant ce temps-là, on continue de travailler…

La petite affiche d’ouverture vient de l’université de Louvain-la-Neuve, octobre 2011. Un clin d’oeil mèmesque providentiel.

Mort de Jean Giraud-Moebius

Le dessinateur français Jean Giraud, alias Moebius, maître de la bande dessinée, et plus particulièrement du western et de la science-fiction, s’est éteint le 10 mars 2012 à l’âge de 73 ans.

Dessinateur de la série Blueberry sur des scénarios de Jean-Michel Charlier, il avait pris dès 1963 le pseudonyme de Moebius pour ses bandes dessinées  de science-fiction, réalisées seul.  Parmi ses albums marquants dans le genre, citons La Déviation, Arzach, Le Garage hermétique, et les séries L’Incal (scénario d’Alejandro Jodorowsky) et Le Monde d’Edena.

Il a aussi illustré des récits de SF pour les éditions Opta, et participé à la réalisation artistique des films Alien, Tron, Abyss ou Le Cinquième Élément. Ses dessins ont aussi servi pour le film d’animation Les Maîtres du temps de René Laloux, adaptation du roman L’Orphelin de Perdide de Stefan Wul.

Il avait reçu en 1980 le Grand Prix de la science-fiction française, et en 1981 le Grand Prix de la ville d’Angoulême.

En octobre 2010, la Fondation Cartier avait consacré l’exposition Transe forme à son travail.

Des ateliers sur la science-fiction à la BNF

La Bibliothèque nationale de France organise, les lundi 19 mars, 23 avril et 21 mai 2012, des ateliers de présentation de ses collections de science-fiction. Des ateliers du même type avaient déjà eu lieu en novembre et décembre 2011. La BNF dispose d’un fonds très complet de collections de science-fiction, ainsi que d’un grand nombre de revues et de fanzines.

Cette initiative peut être rapprochée des conférences organisées en 2011 autour de sujets de science-fiction, à l’occasion de l’exposition Richard Prince (29 mars-26 juin 2011).

 

Les Mystères de l’Ouest au Centre Pompidou

La science-fiction semble plus que jamais inspirer l’art contemporain et intéresser les centres culturels. Alors qu’une exposition s’est ouverte le 1er février à la Gaîté Lyrique, imaginant 2062 à travers diverses manifestations, le Centre Pompidou propose depuis le 22 février et jusqu’au 12 mars Les Mystères de l’Ouest, « une exposition fantaisiste sur l’abstraction comme odyssée spatio-temporelle. Entre quatrième dimension et physique quantique, les géométries abstraites d’hier et d’aujourd’hui inventent l’art de la téléportation », selon les mots de son commissaire, Pascal Rousseau. L’idée de cette exposition trouverait son origine dans « un épisode des Mystères de l’Ouest (1965) où un savant fou transfère des mercenaires dans des tableaux de maître au moyen d’un curieux diapason électromagnétique ».
Le Centre propose en lien avec cette exposition trois conférences, «Téléportations, les espaces-temps de la modernité», du 7 au 12 mars 2012.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.