Archives de catégorie : Actualités

En attendant la revue…

Un projet de revue sur revues.org, cela représente finalement bien plus qu’un dossier de candidature, des articles à évaluer, de la mise en page sur Lodel. Concrètement, pour l’équipe de Res Futurae, ce furent…

Episode 1: le projet (2010)

Une rencontre, évidemment: été 2010, à Aix-en-Provence, dans le petit resto préféré de Roger Bozzetto (prof émérite à Aix-Marseille-I). Arthur Evans, le rédac-chef de Science Fiction Studies, y retrouvait son vieil ami Roger; deux petits jeunes à la tablée, Guy Astic (du CERLI) et la rédac-chef, un peu dépassée. Une revue, là, tout de suite? On discutait déjà du titre! Quel défi!

Arthur Evans, Roger Bozzetto, Irène Langlet, Guy Astic - Aix, août 2010

Une équipe, ensuite: fin 2010, je bats le tam-tam et je compose un premier comité. Les choses vont vite, les gens sont prêts, on peut foncer: je fixe un objectif à mai 2011 pour le dépôt du dossier, avec deux numéros prêts! Arthur Evans joue le jeu à 100%, envoie les articles à traduire; les anciens du « Mois de la SF à l’ENS » répondent presque tous présents, même les expats en Nouvelle-Calédonie… On y croit. Un voyage à DePauw, Indiana, est programmé pour nouer tous les contacts.

Episode 2: le rebondissement (2011)

Un bug perso, pour continuer: la vie est pleine de trébuchements, certains plus graves que d’autres. La rédac-chef déraille, divorce, déménage… Tout s’arrête… A moins que? Non! Anne Besson reprend le dossier. L’échéance de mai 2011 est grillée, mais l’équipe est en vitesse de croisière sous la houlette d’Anne. Grâce à elle, à la rentrée 2011, les deux numéros sont presque bouclés, sauf…

Sauf l’article de la rédac-chef, qui peine encore à surmonter ses problèmes! L’automne a raison de ses atermoiements, et en janvier 2012 le dossier enfin complet part au CLEO pour évaluation.

Episode 3: le carnet (2012)

En attendant, que faire? L’équipe s’est mobilisée, les travaux continuent ici et là, la science-fiction est partout; on a envie d’en parler. On ouvre dans la foulée un carnet sur hypotheses.org; le comité de rédaction se réunit dans le 20ème arrondissement de Paris et met au point une salve de billets. Et ça marche! Un premier billet s’affiche en une d’hypotheses.org le 26 février: ce n’est qu’un excerpt, mais on est fiers!

La une des carnets, le 26 février 2012...
... et notre petit excerpt de Res Futurae, dans la sélection!

Et en mars 2012, on passe carrément en diaporama de la plate-forme à deux reprises: pour un billet de réflexion sur la théorie du genre….

Le diapo du 3 mars: Quelques notes sur la science-fiction comme genre... ou comme culture

et pour un article fouillé sur Moebius, in memoriam.

Le diapo du 29 mars: Moebius

Cherry on the cake: le portail Rezo.net nous fait l’honneur d’une sélection, pour l’hommage à Moebius.

Rezo 18 mars 2012

Quelle satisfaction! On se prend à rêver de la revue. A Aix, on se donnait 2 ans pour réussir: on tient la corde. Vivement le résultat! Et pendant ce temps-là, on continue de travailler…

La petite affiche d’ouverture vient de l’université de Louvain-la-Neuve, octobre 2011. Un clin d’oeil mèmesque providentiel.

Mort de Jean Giraud-Moebius

Le dessinateur français Jean Giraud, alias Moebius, maître de la bande dessinée, et plus particulièrement du western et de la science-fiction, s’est éteint le 10 mars 2012 à l’âge de 73 ans.

Dessinateur de la série Blueberry sur des scénarios de Jean-Michel Charlier, il avait pris dès 1963 le pseudonyme de Moebius pour ses bandes dessinées  de science-fiction, réalisées seul.  Parmi ses albums marquants dans le genre, citons La Déviation, Arzach, Le Garage hermétique, et les séries L’Incal (scénario d’Alejandro Jodorowsky) et Le Monde d’Edena.

Il a aussi illustré des récits de SF pour les éditions Opta, et participé à la réalisation artistique des films Alien, Tron, Abyss ou Le Cinquième Élément. Ses dessins ont aussi servi pour le film d’animation Les Maîtres du temps de René Laloux, adaptation du roman L’Orphelin de Perdide de Stefan Wul.

Il avait reçu en 1980 le Grand Prix de la science-fiction française, et en 1981 le Grand Prix de la ville d’Angoulême.

En octobre 2010, la Fondation Cartier avait consacré l’exposition Transe forme à son travail.

Des ateliers sur la science-fiction à la BNF

La Bibliothèque nationale de France organise, les lundi 19 mars, 23 avril et 21 mai 2012, des ateliers de présentation de ses collections de science-fiction. Des ateliers du même type avaient déjà eu lieu en novembre et décembre 2011. La BNF dispose d’un fonds très complet de collections de science-fiction, ainsi que d’un grand nombre de revues et de fanzines.

Cette initiative peut être rapprochée des conférences organisées en 2011 autour de sujets de science-fiction, à l’occasion de l’exposition Richard Prince (29 mars-26 juin 2011).

 

Les Mystères de l’Ouest au Centre Pompidou

La science-fiction semble plus que jamais inspirer l’art contemporain et intéresser les centres culturels. Alors qu’une exposition s’est ouverte le 1er février à la Gaîté Lyrique, imaginant 2062 à travers diverses manifestations, le Centre Pompidou propose depuis le 22 février et jusqu’au 12 mars Les Mystères de l’Ouest, « une exposition fantaisiste sur l’abstraction comme odyssée spatio-temporelle. Entre quatrième dimension et physique quantique, les géométries abstraites d’hier et d’aujourd’hui inventent l’art de la téléportation », selon les mots de son commissaire, Pascal Rousseau. L’idée de cette exposition trouverait son origine dans « un épisode des Mystères de l’Ouest (1965) où un savant fou transfère des mercenaires dans des tableaux de maître au moyen d’un curieux diapason électromagnétique ».
Le Centre propose en lien avec cette exposition trois conférences, «Téléportations, les espaces-temps de la modernité», du 7 au 12 mars 2012.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.