Archives de catégorie : Appels / CFP

Congrés de Ciència i Ficció 2/09/2015

International Conference Science and Fiction

Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, September 2-4, 2015.

IEC_DosJunts_COLOR

Vilanova i la Geltrú, Biblioteca-Museu Víctor Balaguer, September 5th, 2015.

Science and Fiction: A Creative Exploration of Real and Fantastic Worlds, is an International conference hosted by the Catalan Society for History of Science and Technology and the Catalan Society for SF and Fantasy. The main goal of the conference is to analyze and discuss the relations between science and fiction (literature, theatre, cinema, arts…), introducing them in the topics of the Catalan academic environment.

Continuer la lecture de Congrés de Ciència i Ficció 2/09/2015

(In)déchiffrables futurs. Sciences et image des sciences dans le récit bref dans l’espace européen et au-delà (Université de Toulouse2-Jean Jaurès)

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Appel à communication pour la Journée d’Étude du séminaire de l’IRPALL « Fictions de mondes possibles » (Sciences, science-fiction, utopies et Histoire dans le récit bref), qui aura lieu le vendredi 29 mai 2015.

Les propositions de communication, d’une page, accompagnée d’une brève notice biographique, sont à expédier à Yves Iehl (iehl.yves@free.fr) avant le 20 avril 2015.

Responsables/comité scientifique : Yves Iehl, Université Toulouse 2 (iehl.yves@free.fr), Jean Nimis, Université Toulouse 2 (jean.nimis@univ-tlse2.fr)

Continuer la lecture de (In)déchiffrables futurs. Sciences et image des sciences dans le récit bref dans l’espace européen et au-delà (Université de Toulouse2-Jean Jaurès)

LIEUX DE VIE EN SCIENCE-FICTION (APPEL A CONTRIBUTIONS)

Appel à contribution pour un colloque de l’Université de La Rochelle/Association Stella Incognita du 9 au 11 avril 2015.

Blade runner

Ce colloque propose d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de « lieux de vie » pour la discuter, la redéfinir et porter un regard différent sur notre monde (social, politique, architectural, urbain, etc.)

Responsable: Danièle André, Université de La Rochelle, CRHIA (Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique EA 1163),  en association avec la COMUE Limousin Poitou-Charentes, et la Maison de l’Étudiant.

Comité Scientifique: Agnès Aminot (Université d’Amiens), Danièle André (Université de La Rochelle), Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle), Samuel Minne (Dijon), Isabelle Perier (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines), Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne), Aurélie Villers (Université d’Amiens).

Continuer la lecture de LIEUX DE VIE EN SCIENCE-FICTION (APPEL A CONTRIBUTIONS)

Dinomaniaques (appel à contributions)

Canne de Jurassic ParkAppel à contribution pour un colloque de l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse)

Responsables : Matthieu Freyheit et Frédérique Toudoire-Surlapierre
Institut de Recherche en langues et littératures européennes (ILLE – E.A. 4363)

Comité scientifique : Vanessa Besand (Université de Bourgogne); Christian Chelebourg (Université de Lorraine); Antonio Dominguez-Leiva (Université du Québec à Montréal); Florence Fix (Université de Lorraine); Matthieu Freyheit (Université de Lorraine); Sébastien Hubier (Université de Reims); Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute-Alsace)

Continuer la lecture de Dinomaniaques (appel à contributions)

La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de « l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction », un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen « Formation des adultes: champ de recherches », à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : « l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé », comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Continuer la lecture de La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544
Extrait de L’Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Appel à textes pour le numéro 5 de ReS Futurae

Direction du dossier : Mehdi Achouche et Samuel Minne.

Échéances

– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com
– réponse de ReSF le 30 juillet au plus tard.
– remise des articles le 15 octobre 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

 La culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde

Traditionnellement opposées, la culture populaire et l’avant-garde ont cependant une riche histoire d’interactions, de reprises et d’inspiration réciproque. C’est particulièrement vrai dans le cas de la science-fiction : attachée à la culture populaire, elle a aussi sa propre avant-garde, tout en nourrissant l’avant-garde artistique, tant dans l’art contemporain que cinématographique.

Loin de ne s’exprimer que sous forme littéraire, la science-fiction le fait aussi sous forme visuelle, apparaissant aussi bien dans l’art contemporain que dans le street art, la bande dessinée, le cinéma et de nombreux courts-métrages, les jeux-vidéos, la publicité, l’illustration, le Web Art, la peinture ou la série télévisée. Elle peut même prendre corps dans le design ou l’architecture, irriguant de son imaginaire tous les pans du réel et représentant pour beaucoup leur appréhension principale, voire unique, de la science-fiction. Or cette science-fiction spécifiquement visuelle n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tendant à être perçue comme tributaire de la science-fiction littéraire et comme étant purement illustrative et contingente et donc dénuée d’intérêt analytique propre. Souvent associée à la culture populaire, les liens qui l’unissent aux œuvres et courants d’avant-garde ont en particulier été très peu étudiés jusqu’à ce jour.

La présence de la science-fiction dans la culture visuelle s’affirme historiquement plus particulièrement au sein de la culture dite populaire, qu’il s’agisse des couvertures des pulp magazines, des comics et des petits formats de bandes dessinées, des « séries Z » ou du « cinéma bis », héritant pour une part de l’inspiration du roman populaire, et pour une autre part des traditions visuelles de leurs supports spécifiques. Cette science-fiction visuelle dite populaire n’est pas exempte de dissonances l’éloignant d’une science-fiction mainstream plus sage ou plus sérieuse. Le sense of wonder s’accompagne ainsi volontiers de sadisme ou d’érotisme, où l’horreur et le sublime coexistent de manière brutale et sans ménagement sans tout à fait pouvoir être assimilés aux genres du fantastique ou de l’horreur, même si les convergences existent. Plus que dans ces derniers genres, ces représentations apparaissent souvent comme exprimant sans filtre les peurs, les fantasmes et les problématiques d’une société ou d’une époque, au-delà même de l’impact du progrès et de la technologie, auquel la science-fiction ne se réduit pas ou plus. Leur forme et leur esthétique, cependant, n’est pas exempte d’une polysémie qui reste à explorer, et qui dément précisément la réification thématique qui leur est couramment réservée.

Par ailleurs, la science-fiction sous sa forme visuelle ne se cantonne pas à la culture populaire mais apparaît aussi dans des œuvres et des courants se revendiquant peu ou prou de l’avant-garde. À ce titre, la science-fiction visuelle, dont ont été partiellement soulignés les liens historiques et iconographiques avec le surréalisme, devient un lieu d’expérimentation formelle, recourant à l’abstraction, à des procédés esthétiques plus audacieux, renouvelant des procédés narratifs et proposant une alternative à un imaginaire visuel souvent dominé par le cinéma commercial et ses codes. Cette science-fiction d’avant-garde joue souvent des références avec la culture populaire, ouvrant parfois un véritable dialogue avec celle-ci, jusqu’à parfois s’y confondre. Dans le même temps, l’avant-garde s’inspire depuis au moins le pop art de l’imaginaire et des stéréotypes de la science-fiction pour nourrir sa réflexion, renouveler son esthétique ou décrire le monde contemporain, tandis que ces mêmes artistes d’avant-garde vont par la suite œuvrer eux-mêmes en science-fiction (Eduardo Paolozzi et Richard Hamilton illustrant New Worlds dans les années soixante, par exemple), chacune se nourrissant ainsi de l’autre.

Ainsi, entre stéréotypes et innovation, originalité et reprise, la culture visuelle de la science-fiction, ou la science-fictionnalité de la culture visuelle, suscite de nombreux axes d’études dans son rapport à l’avant-garde : parodie et détournement, pastiche au second degré, intericonicité, transmédialité…

Nous proposons d’étudier pour ce cinquième numéro de ReS Futurae la culture visuelle de la science-fiction dans ses relations multiples à l’avant-garde. D’abord dans la façon dont la science-fiction dite populaire et commerciale témoigne de l’influence de l’avant-garde, manifestant des convergences esthétiques ou thématiques ou des inspirations communes avec celle-ci. Ensuite comme science-fiction d’avant-garde ou avant-garde de science-fiction, en étudiant la manière dont l’avant-garde s’inspire de la science-fiction ou rejoint celle-ci, la façon dont cette dernière devient pour l’avant-garde le moyen de repousser les limites du réalisme, de dépasser ou de subvertir l’esthétique de l’époque, de provoquer le public ou encore de brouiller les frontières culturelles et sociétales. Enfin, l’attention peut se porter sur un mélange plus complexe des deux pôles, leur combinaison ou les tensions pouvant apparaître dans des œuvres spécifiques, populaires ou avant-gardistes.

Il s’agit entre autres d’examiner la science-fiction visuelle aussi bien dans ces contextes historiques, nationaux, culturels, technologiques et artistiques spécifiques que les rapports que ceux-ci peuvent entretenir, par exemple :
– les rapports entre science-fiction et sensationnalisme ou cinéma d’exploitation (nudités, couleurs vives, cruauté, kitsch, satire…),
– le rôle, les spécificités et les ambitions grandissantes des courts-métrages, plus ou moins expérimentaux, de science-fiction,
– l’influence d’artistes d’avant-garde (peintres, sculpteurs, designers, affichistes, etc.) sur le cinéma commercial et ses représentations,
– les enjeux et l’apport spécifiques du numérique à une science-fiction visuelle plus exigeante et tendant vers plus d’abstraction (renouvellement des effets spéciaux, de l’esthétique),
– l’apport de la science-fiction à l’art contemporain (land art, hyperréalisme, art cinétique, installations, performances, édifices, art éphémère…),
– la culture underground (hippie et psychédélique, rock, punk, DIY…),
– la tension existant entre la marchandisation et les velléités artistiques de la science-fiction visuelle,
– les spécificités de la science-fiction visuelle européenne et/ou les convergences et divergences entre SF visuelle et avant-gardes américaines et européennes (ou issues d’autres continents),
– l’évolution de la place et du rôle des œuvres illustratives et plus généralement du paratexte iconique (couvertures, affiches, etc.)

 Ouvrages et études suggérés

Ash Brian (dir.), The Visual Encyclopedia of Science Fiction, Londres : Pan Books/New York : Harmony Books, 1977.
Booker M. Keith, Alternate Americas: Science Fiction Film and American Culture, Westport : Praeger, 2006.
Bosson Yves et Abdelouahab Farid, Dictionnaire visuel des mondes extraterrestres, Paris : Flammarion, 2010.
Britain David, Eduardo Paolozzi at New Worlds. Science Fiction and Art in the Sixties, Londres : Savoy Books, 2013
Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda, Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997.
Chion Michel, Les Films de science-fiction, Paris : Les Éditions de l’étoile, 2008.
Dufour Éric, Le Cinéma de science-fiction, Paris : Armand Colin, 2011.
Holland Steve et Summersby Alex, Sci-Fi Art: A Graphic History, New York : Harper Design, 2009.
Johnston-Smith Jan, American Science Fiction TV: Star Trek, Stargate, and Beyond, Middletown : Wesleyan University Press, 2012.
Kripal Jeffrey J., Mutants & Mystics: Science Fiction, Superhero Comics, and the Paranormal, Chicago : Chicago University Press, 2011.
Poussin Gilles et Marmonnier Christian, Métal Hurlant, la machine à rêver, 1975-1987, Paris : Denoël, 2005, collection « Graphic ».
Simon Richard Keller, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
Strauven Wanda (dir.), The Cinema of Attractions Reloaded, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2006.
Westfahl Gary, Slusser George, Plummer Kathleen Church, Unearthly Visions: Approaches to Science Fiction and Fantasy Art, Westport : Greenwood Press, 2002.

SFRA 2014 : Feminism, Fans, and the Future

SFRA 2014: Feminism, Fans, and the Future: Traveling the Shifting Worlds of Writers, Readers, Gender, and Race in Science Fiction
Organisateurs : Michael Levy, Rebecca J. Holden, Victor Raymond
22-25 mai 2014, Inn on the Park, Madison (Wisconsin)
Chercheur invité de la SFRA: Sherryl Vint
Invités spéciaux de la SFRA: Eleanor Arnason et Nisi Shawl
Invités d’honneur de la WisCon: Hiromi Goto et N. K. Jemisin
Inscription à SFRA 2014 : 50$
Inscription au repas de la SFRA : 40$

Le colloque annuel de la SFRA de 2014 se déplace à Madison (Wisconsin) pour se joindre à la WisCon, « la principale convention de science-fiction féministe dans le monde », au week-end du Memorial Day en 2014. La SFRA 2014 prendra pour sujet l’histoire et la pratique de la science-fiction féministe de même que la science-fiction qui subvertit la différence des sexes. L’alliance des deux conventions fournira l’occasion d’examiner les communautés de fans et leurs productions, et les études académiques de ces communautés.

Inscription
L’inscription se fait sur le site de la WisCon. Choisissez « Adult Memb (for SFRA Members) ». Il est nécessaire de créer un compte sur le site de la WisCon pour s’inscrire.

SFRA et Wiscon

  • Le programme de la SFRA va du jeudi 22 mai au samedi 24 mai, chevauchant le programme de la WisCon, du 23 au 26 mai.
  • Les participants au colloque de la SFRA sont invités à assister à l’ensemble de la WisCon et réciproquement.

Programmation de la SFRA
Nous acceptons toute proposition de communication individuelle (15 minutes), de session (3 communications), de table ronde (75 minutes) ou de toute autre intervention qui explore la science-fiction et son histoire dans tous les médias. Les propositions consacrées à la science-fiction féministe aux « fan studies » et à l’œuvre de l’un des invités recevront une attention spéciale.

Les délais de remise des propositions est le 1er février 2014 à minuit. Veuillez soumettre vos propositions au moyen du formulaire de proposition (submission form). Il vous est demandé un résumé de 300 mots pour la proposition et un résumé de 100 mots pour la publication du programme. Précisez tout besoin en matériel audio-visuel dans votre proposition.

Nous rappelons que tous les communicants de la SFRA 2014 doivent être membres de la SFRA au moment du colloque. Allez sur le site sfra.org pour y adhérer.

Programmation de la Wiscon
Les participants à la SFRA sont aussi invités à participer et à suggérer des idées au programme de la WisCon. Fondée en 1977 entre autres par Janice Bogstad, membre de la SFRA, la WisCon se présente comme la première convention de science-fiction féministe du monde. Depuis 1996, elle possède son propre versant académique avec des membres de la SFRA comme J. Bogstad, Michael Levy, Rebecca Holden, Margaret McBride, ou Lisa Yaszek. Elle abrite également, certaines années, le Prix James Tiptree Jr. de la scien ce-fiction qui traite des questions de genre. Les auteurs invités de la SFRA pour cette année, Eleanor Arnason et Nisi Shawl, ont toutes deux reçu le prix Tiptree.

La science-fiction dans les mondes ibériques : méditations, expérimentations, changement social

 

 

Angélica Gorodischer, Kalpa imperial, illustration de Corominas, Barcelone, Gilgamesh, 2000.
Angélica Gorodischer, Kalpa imperial, illustration de Corominas, Barcelone, Gilgamesh, 2000.

Appel à contributions “Journée d’études science-fiction dans les mondes ibériques” – 17 janvier 2014

Dans le cadre des activités de l’IRIEC-Toulouse, un appel à contribution pour la journée d’études « La science-fiction dans les mondes ibériques : méditations, expérimentations, changement social » est lancé. Lors de cette journée, nous proposons d’examiner les processus anamorphotiques (Bozzetto, Soriano) à l’œuvre dans les productions SF de la péninsule ibérique et du continent américain. Comment le statut marginal de la SF dans le champ culturel lui permet-elle de développer des fictions faisant émerger des cultures et des perspectives minoritaires ?

Vous pouvez télécharger le texte complet ici: Appel a contribution – journée SF IRIEC – 17 janvier 2014.

La visée spéculative des œuvres SF peut-t-elle être rapprochée, paradoxalement, de la démarche propre au roman expérimental (Jameson) ? Quelles sont les constructions littéraires complexes que permet de dégager une analyse narratologique approfondie de la SF ? Y a-t-il des mécanismes textuels propres à cette forme générique (Suvin, Saint-Gelais, Langlet) ? Quelle est la position des écrivain.e.s par rapport au canon littéraire ? Souhaitent-ils/elles le remettre en question pour le renouveler ?

Enfin, quels rapports peut-on observer entre genre littéraire et genre social ? Le potentiel utopique féministe de la SF a admirablement été exploité en Amérique du Nord par des écrivaines comme Ursula Le Guin, Élizabeth Vonarburg ou Johanna Russ et a également été mis en valeur par de nombreux travaux critiques et théoriques comme ceux de Marleen Barr ou de Donna Haraway. Peut-on observer un tel phénomène dans les mondes ibériques où, bien que moins nombreuses, des écrivaines comme Angélica Gorodischer (Argentine), Daína Chaviano (Cuba) ou Elia Barceló (Espagne) ont marqué de leur empreinte la science-fiction latino-américaine.

La journée d’étude portera principalement sur des œuvres littéraires mais les propositions concernant d’autres types de production (cinéma, comics, arts plastiques…) sont également bienvenues.

Fiction et virtualité(s)

Fiction et virtualité(s) : appel à textes pour le n°9 de la Revue critique de fixxion française contemporaine

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

• le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.

• les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ? ; Michel Lafon, Une vie de Pierre Ménard). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.
La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourra également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

• la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire: uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (KadathAbyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.

• les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ? Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010, <Erres Essais>.

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, <Linguae & Litterae>.

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et aliiL’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, <C.R.I.N.>.

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, <Arts et monde contemporain>.

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo, Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999, <Littérature(s)>.

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011, <Poétique>.

 

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

Robida et l’anticipation

La Vie électrique, document fourni par Wikimedia Commons.

Robida et l’anticipation

Appel à communications pour une journée d’études
à Lyon le 19 juin 2014

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Cette journée d’étude se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissant dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation. On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

Les propositions de communication pourront s’intégrer dans les axes suivants :

1. Une écriture de l’anticipation : les genres romanesques et l’humour de Robida

– On pourra s’intéresser aux multiples « genres de l’anticipation » abordés par Robida (et à la pertinence de ces catégories génériques). Les « guerres de demain » constituent-elles un sous-genre spécifique ? Quelle relation l’œuvre entretient-elle avec les traditions de la dystopie et de la contre-utopie ? On verra comment Robida investit le récit illustré pour la jeunesse, en y introduisant sa culture satirique et en permettant ainsi une lecture des textes à plusieurs niveaux.
– On s’attachera également aux relations d’Albert Robida avec le genre du roman d’aventures scientifiques, et plus particulièrement à son dialogue parodique avec l’œuvre de Jules Verne.
– Dans le cadre d’une réflexion sur la poétique du roman d’anticipation selon Robida, on pourra notamment analyser les structures narratives, le travail sur le personnage et le recours aux types, ainsi que la transformation de l’écriture descriptive en raison de la dynamique spécifique texte/image.
– Pour mettre en évidence les multiples ressources de l’humour mobilisé par Robida dans ses récits d’anticipation, on pourra étudier l’usage de la satire, des allusions contemporaines et des procédés d’exagération propres à la caricature, le recours à un comique de situation, ainsi que le travail de l’ironie et plus particulièrement les effets de décalage entre texte et image.
– On s’intéressera également à des récits limites, qui questionnent la nature de l’anticipation : les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne ou la série de « La Boîte aux lettres » (correspondance fictive publiée dans Le Petit Français illustré entre 1896 et 1901 par Robida, Christophe et Henriot) pourraient ainsi redéfinir les frontières de l’anticipation et de l’imagination scientifique.

2. Robida et la « civilisation du journal »

L’œuvre de Robida a été modelée par le double statut de son auteur : il a investi le champ du livre illustré, mais c’est aussi avant tout un homme de presse, dévoilant semaine après semaine une critique en images de la vie culturelle parisienne. Au moment où il publie ses premières œuvres d’anticipation, dans les années 1880, il collabore à de nombreux hebdomadaires, comme Le Journal amusant, La Vie parisienne ou Paris-caprice, et pendant plus de dix ans, il dirige son propre hebdomadaire, La Caricature.
– On pourra donc analyser l’inscription des productions d’anticipation dans la civilisation du journal, et leur relation à la culture de la petite presse et de la presse satirique. On verra l’influence du support sur l’écriture des romans, l’allusion aux événements de l’actualité médiatique témoignant d’une culture du clin d’œil et de la connivence avec le lecteur. Au-delà de ces références, on pourra dégager la proximité entre ces textes et le modèle esthétique que constitue la caricature d’actualité.
– Parallèlement à la presse satirique, un autre champ médiatique interagit avec la production d’anticipation de Robida : celui de la presse de vulgarisation. On examinera alors le dialogue et les éventuelles contradictions entre la fiction d’anticipation et support scientifique. La Vie électrique est ainsi parue dans La Science illustrée, revue de vulgarisation dirigée par Louis Figuier, qui y célébrait par ailleurs les merveilles de l’électricité.
– De façon plus générale, on pourra considérer les effets de la variété des supports de publication sur la nature des discours d’anticipation proposés et sur leur évolution. On retracera ainsi l’histoire de la genèse des œuvres (conditions éditoriales de production, transformations en fonction des supports et des publics). En examinant la diversité des supports, des destinataires, et des formats (romans, pièce de théâtre, articles de presse ou récits en volumes, œuvres pour adultes ou pour la jeunesse, œuvres écrites seul ou en collaboration), on pourra s’interroger sur les effets d’hétérogénéité autant que sur l’unité de l’œuvre.
– Symétriquement à cette imprégnation de la culture médiatique déterminant la production des œuvres d’anticipation, on explorera la réception de ces romans dans la presse d’époque, pour déterminer comment la civilisation du journal se ressaisit, en retour, de cette œuvre produite en son sein.

3. L’anticipation en images : une empreinte visuelle durable

– Le dynamisme propre de l’œuvre de Robida repose sur l’interaction originale construite entre texte et image, et l’élaboration d’un univers visuel d’une richesse remarquable, cohérent d’un roman à l’autre. On pourra examiner les mécanismes narratifs mobilisés pour l’illustration, les effets de convergence, d’expansion, de commentaire ou de contradiction entre la matière textuelle et sa transposition en image.
– Quelles influences esthétiques s’exercent sur la création graphique de Robida ? En dehors de la presse satirique, quel dialogue s’institue avec les autres artistes de presse de l’époque, ainsi qu’avec les illustrateurs de littérature de jeunesse ? On pourra également s’interroger sur l’influence de différents univers visuels, comme celui de la réclame et de l’image publicitaire, ou celui de l’illustration scientifique.
– Quelle place Robida occupe-t-il dans l’histoire de l’illustration ? Se situant après la génération des illustrateurs romantiques tels Gustave Doré, Daumier, Bertall ou Cham, il ouvre la voie à nouvelle génération d’illustrateurs comme Forain, Willette ou Caran d’Ache. Peut-on définir une spécificité de son œuvre d’anticipation, sur un plan graphique, par rapport au reste de sa production ?
– On pourra enfin analyser la postérité visuelle de Robida, dans le domaine de l’anticipation scientifique. Ses images de villes futuristes notamment, sillonnées de dirigeables, ont durablement marqué les représentations, servant de matrice imaginaire à nombre de fictions futuristes du vingtième siècle, et elles se sont vues réactivées récemment par le courant de science-fiction dénommé steampunk.

4. La société du futur

– C’est sous cet angle que l’œuvre de Robida a été le plus souvent abordée. Mais au-delà d’un répertoire des domaines de la société future affectés par l’anticipation – relations sociales (notamment le travail des femmes), transports, loisirs, moyens de communication, urbanisme – il importera de restituer la complexité du positionnement idéologique de son auteur. Le discours de Robida sur la modernité, s’il se déploie souvent dans un registre satirique, échappe néanmoins à l’univocité. A la lumière de ses fictions d’anticipation, on pourra dessiner l’itinéraire politique de Robida. On pourra également analyser les enjeux idéologiques de sa représentation des sciences et des techniques.
– On constate souvent dans les fictions d’anticipation de Robida une répartition du personnel romanesque en deux groupes, qui permet de rejouer sur un plan symbolique la guerre des sciences et des lettres. On pourra interpréter la répétition de cette structure duelle, qui se voit souvent redoublée d’une autre bipartition, sur un plan spatial. Il importera en effet d’analyser la fréquente scission entre différents espaces correspondant à des temporalités parallèles : d’une part le monde du futur, et d’autre part des espaces protégés, conçus comme des conservatoires des mœurs du passé, comme la réserve d’Armorique.
– Les romans d’anticipation sont par ailleurs le lieu d’une réflexion sur le devenir de l’art, où l’on peut deviner la transposition de cibles contemporaines et notamment l’écho des polémiques des années 1880 autour du naturalisme. Au-delà de sa dimension métatextuelle, on pourra développer cette réflexion esthétique, portant sur la littérature, mais aussi les arts du spectacle, la peinture et la musique.

Départ pour le grand prix, Le Vingtième Siècle, 1883, document de Wikimedia Commons.

Bibliographie sélective d’œuvres d’anticipation d’Albert Robida

1869 – La Guerre au xxe siècle – campagne de Jujubie. Album inédit
1883 – Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux
1883 – Le Vingtième Siècle, Paris, Dentu
1883 – « La Guerre au vingtième siècle », La Caricature, n° 200, 27 octobre 1883
1887 – La Guerre au Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux
1889 – La Nuit des Temps ou l’élixir de rajeunissement, Pièce d’ombres pour le cabaret du Chat Noir. Livret, Imprimerie Charles Blot
1891-1892- La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, publication dans La Science illustrée n° 209 du 28 novembre 1891 au n° 244 du 30 juillet 1892
1892 – Jadis chez Aujourd’hui, Paris, Armand Colin, publié en pré-originale par Le Petit Français iIlustré du n°63 du 10 mai 1890 au n° 68 14 juin 1890
1892 – Un Voyage de fiançailles au vingtième siècle, Paris, Louis Conquet
1895 – « La Fin des Livres » in Contes pour les bibliophiles, textes d’Octave Uzanne, Paris, Albert Quantin
1902 – L’Horloge des Siècles, Paris, Juven publié en pré-originale dans La Vie illustrée du n° 160 du 8 novembre 1901 au n° 182 du 11 avril 1902
1908 – La Guerre Infernale, texte de Pierre Giffard, Paris, Méricant
1917 – « Un Potache en 1950 » publié dans Mon Journal du n° 36 du 8 septembre 1917 au n° 51 du 22 décembre 1917
1919-1920 – « En 1965, roman prophétique » publié dans Les Annales du n° 1896 du 26 octobre 1919 au n° 1908 du 18 janvier 1920
1919 – L’Ingénieur Von Satanas, Paris, Renaissance du Livre
1925 – Un Chalet dans les Airs, Paris, Armand Colin

Les propositions de communication (environ 1000 mots) sont à envoyer, accompagnées d’une présentation bio-bibliographique, à Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan [@] ens-lyon.fr) et à Matthieu Letourneux (mletourneux [@] free.fr) avant le 31 octobre 2013.

Appel à contributions : Philippe Curval, écrivain et critique de science-fiction (printemps 2014)

Appel à contributions « Philippe Curval, écrivain et critique de science-fiction » ReS Futurae, numéro 4 (printemps 2014)
Direction du dossier thématique : Simon Bréan et Éric Vial.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 1er octobre 2013, à: simon.brean@orange.fr et vialeric@club-internet.fr.
– réponse de ReSF le 1er novembre au plus tard.
– remise des articles le 1er mars 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

Philippe Curval, écrivain et critique de science-fiction

Tirant son inspiration de nombreuses sources, aussi bien le surréalisme et Raymond Roussel que la littérature d’anticipation française et la science fiction américaine, Philippe Curval a développé en soixante ans de carrière un univers personnel où se croisent poésie, érotisme, extrapolation sociale et spéculation scientifique. Pour aborder cette figure majeure de la science-fiction française, trois angles d’approche seront privilégiés :

La science-fiction selon Philippe Curval

Des études pourront porter sur l’œuvre de Philippe Curval. Certains de ses romans, ou de ses recueils de nouvelles, des classiques de la science-fiction française, pourront donner lieu à des travaux monographiques (Le Ressac de l’espace, Cette chère humanité, L’Homme à rebours, Regarde, fiston, s’il n’y a pas un extra-terrestre derrière la bouteille de vin…, Congo Pantin etc.). Des études transversales pourront être consacrées à ses prédilections thématiques, comme l’anticipation sociale, l’érotisme et l’humour noir : Philippe Curval place les êtres humains au centre de ses récits, mais en faisant subir à leurs physiologies et à leurs psychologies bien des métamorphoses. Il pourra être fructueux, aussi, de se pencher sur la manière dont Curval a su s’approprier et renouveler les objets de la science-fiction, créant des figures originales d’extraterrestres, de mutants et d’intelligences artificielles, ou même des artefacts originaux, tels que la « cabine de temps ralenti » et le « voyage analogique ». Les spécificités de sa vision du futur, de l’Europe ou de la politique énergétique, pourront également être interrogées.

Rencontres, influences, approches comparatistes

La science-fiction, littérature collective, est faite de rencontres et d’influences assumées. Une approche possible de l’œuvre de Philippe Curval pourrait ainsi consister à la situer, selon une approche comparative le plaçant en regard d’autres écrivains de science-fiction ou de littérature générale : Van Vogt pour Les Fleurs de Vénus et Le Ressac de l’espace, Silverberg, Brunner, ou encore de certains courants, comme la « fiction spéculative », à laquelle il serait possible de rattacher Un soupçon de néant ou L’Homme à rebours. Des études pourront également porter sur son rapport à la langue et à l’onomastique, en lien avec le surréalisme et les théories de Roussel sur la création littéraire, en particulier dans ses nouvelles et dans Les Sables de Falun. Il serait utile, à cet égard, d’étudier la façon
dont s’établit la continuité entre ses œuvres nettement rattachées à la science-fiction et celles appartenant plutôt à la littérature blanche (La Forteresse de coton, Akiloë). Enfin, on accueillera avec intérêt une réflexion sur l’influence que pourrait avoir exercée la passion de Philippe Curval pour la photographie et le collage sur sa pratique d’écrivain.

Défense et illustration de la science-fiction

Des études historiques et théoriques pourront venir compléter celles de l’œuvre. Grand lecteur de littérature d’imagination scientifique, Curval devient très vite l’un des familiers de La Balance, la première librairie spécialisée tenue par Valérie Schmidt pendant les années 1950. Il collabore à la revue Fiction, tient la « petite chronique de nuit » dans Galaxie pendant les années 1970, écrit des critiques sur des ouvrages de science-fiction pour Le Monde puis Le Magazine littéraire.

Il dirige à deux reprises des anthologies destinées à favoriser l’éclosion de nouveaux talents français (Futurs au présent, 1978, Superfuturs, 1986) et participe à la création de deux revues spécialisées (Futurs, 1978, Science-fiction 1984-1986). Il serait donc important de disposer d’analyses permettant de prendre la mesure de l’action de Philippe Curval en tant que critique et acteur du champ
littéraire de la science-fiction.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture avant de soumettre leur proposition.

Appel à textes pour le prix à la mémoire de Jamie Bishop

L’Association internationale pour le fantastique dans les arts va décerner le huitième prix annuel à la mémoire de Jamie Bishop, pour un article critique écrit dans une autre langue que l’anglais. L’IAFA (International Association for the Fantastic in the Arts) définit le fantastique de manière à inclure la science-fiction, le folklore et les genres qui y sont liés dans la littérature, le théâtre, le cinéma, l’art et le graphisme, et les disciplines afférentes. Pour plus d’information sur le prix et sur les lauréats des années précédentes, veuillez consulter la page Jamie Bishop Memorial Award.

Critères de présentation :

· Les articles doivent relever d’une haute qualité de recherche, similaire à celle qui est exigée pour les publications universitaires.

·  Nous examinons les articles d’une longueur de 3000 à 10000 mots (notes et bibliographie incluses).

· Les articles peuvent être des articles inédits soumis pour publication universitaire, ou déjà publiés, et présentés par l’auteur ou un autre chercheur (auquel cas  l’autorisation de l’auteur est requise avant présentation).

· Les articles doivent avoir été écrits et (éventuellement) publiés en langue originale dans les trois dernières années précédent la présentation.

· Un résumé en anglais doit accompagner chaque présentation, ainsi qu’une traduction du titre en anglais.

· Un article seulement par personne par année.

· Les articles doivent être présentés électroniquement au format Word.

Date limite de présentation : 1er septembre 2013

Récompense : $250 U.S. et la qualité de membre pour un an de l’IAFA remis lors de la Conférence internationale sur le fantastique dans les arts en mars. L’article gagnant sera mis en ligne sur le site de l’IAFA dans sa langue d’origine et/ou sa publication examinée dans le  Journal of the Fantastic in the Arts en traduction anglaise.

Veuillez adresser toutes vos présentations et questions à :

Rachel Haywood Ferreira
Department of World Languages and Cultures
3102 Pearson Hall
Iowa State University
Ames, IA 50011 USA
Email: rachelhf@iastate.edu

Congrès mondial de sociologie: Les représentations des inégalités sociales dans les littératures de l’imaginaire

Congrès mondial de sociologie, Yokohama, juillet 2014.
Titre officiel : Les représentations des inégalités sociales dans les littératures de l’imaginaire

XVIII International Sociological Association World Congress of Sociology

Thème : les inégalités

Session 13 du RC 14

Les inégalités ailleurs et demain : Les représentations des inégalités sociales et des moyens d’y remédier  dans les imaginaires de la science fiction

Nous proposons, à l’occasion de ce forum mondial sur l’inégalité, de tenter un rapprochement entre sociologie et « science fiction studies », en invitant les sociologues à présenter des travaux sur les mises en scène  des inégalités sociales  dans la science-fiction. Nous ne limitons pas a priori les études à la littérature de science-fiction, mais attendons également des travaux sur d’autres formes éditoriales, le cinéma, les bandes dessinées, comics et mangas, les séries TV, les jeux vidéo, etc.

L’intérêt de la sociologie pour la science-fiction tient, selon nous, au fait que les codes narratifs spécifiques du genre lui permettent d’épouser le mouvement du monde social présent et de lui donner les outils textuels et imagés propres à sa dynamisation. C’est vrai bien sûr des aspects scientifiques et technologiques dont elle s’est toujours efforcé de déployer les potentialités et les effets probables, mais c’est vrai plus largement du monde sociopolitique. Les inégalités sociales, les processus de domination et les entreprises de libération, tiennent une place importante dans les sociétés qu’elle imagine, selon des modalités diverses et des causalités historiques différentes : reconfiguration des ségrégations, racialismes, spécialismes et sexialismes, cultes et sectes ; géopolitiques imaginaires, accès aux artefacts et usages des ressources ; maîtrises des langues et des technologies civiles et militaires ; pouvoirs sensoriels, cognitifs, imaginaires, intersubjectifs ; modes de gouvernements, diplomatie, colonialismes…

Les communications proposées pourront travailler un objet ou une oeuvre  particulière, un auteur ou un corpus.

BERNARD CONVERT Univ. Lille 1, France bernard.convert [at] univ-lille1.fr,
LISE DEMAILLY Univ. Lille 1, France lise.demailly [at] univ-lille1.fr

Il faut soumettre les résumés des propositions en ligne du 3 juin au 30 septembre 2013 en envoyant aussi une copie aux organisateurs des sessions (indiquant bien pour quelle session vous proposez votre travail).
La sélection des résumés sera faite du 4 octobre au 24 novembre 2013 et une lettre de « notification » sera envoyée par les organisateurs des sessions jusqu’au 30 novembre 2013

Deux mille treize / Prolongation du CFP

L’équipe de Res Futurae vous souhaite une très belle année sans fin du monde.

Le premier numéro de la revue reçoit déjà une recension encourageante sur le blog Traqueur Stellaire: http://www.traqueur-stellaire.net/2012/12/res-futurae-1/.

L’appel à contributions du numéro 3 attire, en date de ce premier janvier 2013, une dizaine de propositions passionnantes. Nous avons donc décidé de prolonger l’appel jusqu‘au 20 janvier.

Par ailleurs nous apportons la précision suivante au sujet du dossier thématique « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui » dans le numéro 1: il a été préparé par Anne Besson, Simon Bréan et Samuel Minne sous la direction d’Irène Langlet. Cette précision sera portée sur le site de la revue dans les jours à venir.


Image créée avec Wordle (http://www.wordle.net/).

 

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

La science-fiction française: quelques avatars hauts en couleur
 

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 janvier 2013, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>