Archives de catégorie : Colloques

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

captureLe colloque « Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » doit se tenir du 16 au 18 novembre 2016 à Lyon. Consacré à l’étude des représentations associées à l’énergie et aux appareils électriques, ce colloque inclut notamment des contributions sur Raymond Roussel et Jules Verne, et explore de manière générale les liens entre science, littérature et culture médiatique.

Le programme peut être consulté ici

Continuer la lecture de Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe « para » réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Continuer la lecture de La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

Appel à contributions pour un colloque organisé du 20 au 22 mai 2016 à l’Espace théâtre de Mont-Laurier (Montréal).

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2016

Contact : villeneuve.mathieu.3@courrier.uqam.ca

Responsables : Mathieu Villeneuve (Université du Québec à Montréal), Paul Kawczak (Université du Québec à Chicoutimi), Amy Ransom (Central Michigan University), Samuel Archibald (Université du Québec à Montréal)

Programme détaillé et informations complémentaires, en particulier sur le Congrès Boréal, qui accueille le colloque.

Veuillez noter que le colloque ne peut s’engager à rembourser les dépenses des participants.

Argument

En septembre 2013, la sonde Voyager 1 devient officiellement le premier objet de fabrication humaine à sortir de notre système solaire. Porteuse d’un message symbolique de l’Humanité, elle devrait être, dans 40 000 ans, la première sonde spatiale à passer à proximité d’une autre étoile. Déjà, au IIe siècle, Samosate envoyait au moyen d’une vague géante, dans son Histoire véritable, ses héros humains dans l’espace, au-delà des limites du monde connu. En 2016, ce colloque aimerait interroger, des premiers rêves d’ailleurs aux réalisations actuelles, l’idée de voyage radical et infini dans les littératures et les pratiques de l’imaginaire. Continuer la lecture de Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil « Espaces Humains et Interactions Culturelles » (EA 1087), avec le soutien de l’école doctorale « Lettres, pensée, arts et histoire » (ED 525).

 

Comité scientifique : Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges) ; Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois) ; Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers) ; Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges).

Organisateurs : Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Le projet de cette journée d’étude où communiqueront de jeunes chercheurs et des doctorants est d’interroger la conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction. La journée s’inscrira dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 : esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture, approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques. D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture. Matthieu Letourneux, conférencier invité de cette journée, proposera ainsi une réflexion sur « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques ».

Continuer la lecture de GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Informer_Theme_Technologie

Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (site Saint-Charles, Salle des Colloques 1), dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA 21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire, depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

Continuer la lecture de Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

Albert Robida et l’Anticipation (19-20 juin 2014)

robida_affiche-2_01Colloque organisé par Claire Barel-Moisan (CNRS. UMR LIRE. ENS-Lyon) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest).

Il se tiendra à l’Institut des Sciences de l’Homme (Lyon).

Argumentaire

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Ce colloque se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

robida XXe.Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

 Programme

Télécharger le programme complet.

Jeudi 19 juin

Une écriture de l’anticipation — (10h30-13h)

  • 10h30 — Ouverture du colloque : Accueil et introduction par Claire Barel-Moisan (CNRS)
  • 10h45Valérie Stiénon (Université Paris 13) : « Un panorama du temps. Robida chroniqueur des expositions universelles »
  • 11h30Yves Citton (Université Grenoble 3) : « Médiation et simulation chez Albert Robida à la lumière de l’archéologie des media »
  • 12h15Carine Goutaland (INSA) : « Robida et la cuisine du XXe siècle : un réalisme d’anticipation ? »

La société du futur — (14h30-18h30)

  • 14h30Amélie Chabrier (Université Montpellier 3) : « Satire de presse et écriture romanesque. La femme “moderne” d’Albert Robida »
  • 15h15Caroline Grubbs (Université de Pennsylvanie) : « Dépêches du front d’une guerre imaginaire : les récits de guerre au vingtième siècle d’Albert Robida »
  • 16h15Jean-Claude Viche (Société des Amis d’Albert Robida) : « La Campagne de Jujubie, manuscrit inédit de la première anticipation guerrière de Robida. » Présentation de l’Association des Amis d’Albert Robida.
  • 17h30 Projection de films en lien avec l’oeuvre d’Albert Robida

Vendredi 20 juin

L’anticipation en images — (9h30-13h)

  • 9h30Sandrine Doré (Université Paris Ouest) : « L’art pictural à l’épreuve de l’anticipation dans Le Vingtième siècle de Robida. »
  • 10h 15Bertrand Tillier (Université de Bourgogne) : « Robida et la conquête du futur par les airs »
  • 11h 15Philippe Willems (Northern Illinois University) : « Généalogie du texte illustré robidien : l’héritage de la littérature panoramique des années 1830-1840 »
  • 12hClaudine Grossir (ESPE) : « Le Vingtième siècle en images : imagination poétique et réalisme satirique »

Robida et le livre — (14h30- 17h)

  • 14h30Dominique Lacaze (Société des Amis d’Albert Robida) : « Un roman inédit d’anticipation politique : Le Petit Lendemain du grand soir ». Présentation de la revue Le Téléphonoscope.
  • 15h15Heinrich Raatschen (Heinrich Heine Universität. Dusseldorf) : « Le Vingtième Siècle et la culture parisienne du spectacle au XIXe siècle : positionnement, stratégie marketing, et genre littéraire »
  • 16h00 — Conclusion par Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest)

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1890-1950)

C'était demain
Affiche de Lionel Cazaux – Bordeaux 3.

Colloque international, les 24, 25 et 26 octobre à l’Université du Québec à Chicoutimi.

Présentation

Ce colloque est l’aboutissement d’un projet de recherche initié en 2012 entre l’EA CLARE/Université Michel de Montaigne-Bordeaux3, l’Université du Nouveau-Brunswick et l’Université du Québec à Chicoutimi (UQÀC) sur la science-fiction française et québécoise : son ambition est de poser les fondements littéraires, contextuels et formels de la Science-fiction française et francophone d’un XXème siècle élargi (1890-2010). Le premier volet de cette coopération, « Les Dieux cachés de la  science-fiction française et francophone : politique, religion, métaphysique ? 1950-2010 » a eu lieu à Bordeaux en novembre 2012.

La littérature conjecturale française et québécoise de la première moitié du XXe siècle, que l’on n’appelait pas encore science-fiction, mais anticipation, merveilleux scientifique ou voyages extraordinaires, est travaillée par deux perspectives a prioriparadoxales : la modernité politique, sociale et scientifique désignée par l’idéologie du Progrès est combattue par un profond courant pessimiste. La violence de ses représentations, notamment à l’œuvre chez des écrivains populaires, critique et cristallise l’émergence d’une barbarie moderne, alimentée par des idéologies se réclamant de la science et mises en œuvre grâce aux moyens techniques les plus avancés, un des traits dominants du XXe siècle. Ce colloque s’interroge pour la première fois sur l’identité, les supports de production et la critique de ce champ culturel autonome (ou en voie de le devenir) en France et au Québec.

 

Programme

Jeudi 24 octobre 2013

Anticiper la SF au Québec, I

Jean Levasseur, Anticiper l’Apocalypse dans le Saguenay du XIXe siècle

Sophie Beaulé, Des villes et des hommes : de quelques utopies et histoires parallèles du Canada français (1916-1944)

Claude Janelle, Le DALIAF : le connu et l’inconnu

Anticiper la SF au Québec, II

Jean-Louis Trudel, Harvey, Huot et Desrosiers : l’essor avorté de la science-fiction au Canada francophone

Renald Bérubé, Contes pour un homme seul d’Yves Thériault : rusticité et prémonition – ou quand l’inconscient anticipe

Anticiper la SF en France, I

Simon Bréan, ‘Toute l’horreur de l’inconnu’ : la figure de l’Autre, entre fascination et rejet, dans l’anticipation française (1908-1953)

Philippe Clermont, Voyage en évanescence des corps dans la première science-fiction française

Valérie Stiénon, Des années folles ? L’écriture du moment-catastrophe de Claude Farrère à Léon Groc

Anticiper la SF en France, II

François Ouellet, ‘To be and not to be’ ou la question du Père chez René Barjavel

Paul Kawzak, Le roman d’imagination scientifique dans ses rapports au roman d’aventures littéraire de l’Entre-deux-guerres

Vendredi 25 octobre 2013

Autour de Jacques Spitz

Patrick Guay, Il était une fois : Jacques Spitz conteur

Natacha Vas-Deyres et Patrick Bergeron, Des fourmis et des hommes : voyage entomologique au cœur de la protoscience-fiction (1890-1950)

Roger Bozzetto, Les romans de Jacques Spitz : une mise à mort de l’humanité ?

Table ronde : Les débuts de la SF en France et au Québec : regards croisés, animée par Élisabeth Vonarburg

Figures et genres de la conjecture

Marie Palewska, Le merveilleux scientifique de Paul d’Ivoi : une vision optimiste de la science

Alexandre Marcinkowski, L’incubation totalitariste dans la littérature d’anticipation française de l’entre-deux-guerres : le cas exemplaire de La Fin d’Illa de José Moselli

Arnaud Huftier, Henri-Jacques Proumen à la lumière de Rosny aîné : analyse d’un échec littéraire

Machines et voyages

Samuel Minne et Aurélie Villers, Visions martiennes chez Camille Flammarion

Élisabeth Stojanov, C’était hier : la machine temporelle en France de 1883 à 1945

Jean-Loup Héraud, Trois configurations du ‘voyage dans la causalité’ dans la science-fiction française (1912-1945)

Samedi 26 octobre 2013

Journaux, revues et cinéma

Jean-Luc Buard, La science-fiction invisible. Celle publiée au quotidien (1860-1950)

Claire Barel-Moisan, La science au futur antérieur : les romans d’anticipation dans la presse de vulgarisation scientifique

Patricia Crouan-Véron, Aux origines des genres : la fiction de G. Méliès (1861-1938) ou le cinématographe dans tous ses états

 

Comité organisateur et scientifique : Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron et Patrick Guay.

Congrès mondial de sociologie: Les représentations des inégalités sociales dans les littératures de l’imaginaire

Congrès mondial de sociologie, Yokohama, juillet 2014.
Titre officiel : Les représentations des inégalités sociales dans les littératures de l’imaginaire

XVIII International Sociological Association World Congress of Sociology

Thème : les inégalités

Session 13 du RC 14

Les inégalités ailleurs et demain : Les représentations des inégalités sociales et des moyens d’y remédier  dans les imaginaires de la science fiction

Nous proposons, à l’occasion de ce forum mondial sur l’inégalité, de tenter un rapprochement entre sociologie et « science fiction studies », en invitant les sociologues à présenter des travaux sur les mises en scène  des inégalités sociales  dans la science-fiction. Nous ne limitons pas a priori les études à la littérature de science-fiction, mais attendons également des travaux sur d’autres formes éditoriales, le cinéma, les bandes dessinées, comics et mangas, les séries TV, les jeux vidéo, etc.

L’intérêt de la sociologie pour la science-fiction tient, selon nous, au fait que les codes narratifs spécifiques du genre lui permettent d’épouser le mouvement du monde social présent et de lui donner les outils textuels et imagés propres à sa dynamisation. C’est vrai bien sûr des aspects scientifiques et technologiques dont elle s’est toujours efforcé de déployer les potentialités et les effets probables, mais c’est vrai plus largement du monde sociopolitique. Les inégalités sociales, les processus de domination et les entreprises de libération, tiennent une place importante dans les sociétés qu’elle imagine, selon des modalités diverses et des causalités historiques différentes : reconfiguration des ségrégations, racialismes, spécialismes et sexialismes, cultes et sectes ; géopolitiques imaginaires, accès aux artefacts et usages des ressources ; maîtrises des langues et des technologies civiles et militaires ; pouvoirs sensoriels, cognitifs, imaginaires, intersubjectifs ; modes de gouvernements, diplomatie, colonialismes…

Les communications proposées pourront travailler un objet ou une oeuvre  particulière, un auteur ou un corpus.

BERNARD CONVERT Univ. Lille 1, France bernard.convert [at] univ-lille1.fr,
LISE DEMAILLY Univ. Lille 1, France lise.demailly [at] univ-lille1.fr

Il faut soumettre les résumés des propositions en ligne du 3 juin au 30 septembre 2013 en envoyant aussi une copie aux organisateurs des sessions (indiquant bien pour quelle session vous proposez votre travail).
La sélection des résumés sera faite du 4 octobre au 24 novembre 2013 et une lettre de « notification » sera envoyée par les organisateurs des sessions jusqu’au 30 novembre 2013

“Ce que l’écologie fait à la pensée”: annonce de journée d’études (13 avril 2013)

Samedi 13 avril aura lieu la première journée d’étude du programme  « Ce que l’écologie fait à la pensée. Refigurer, redistribuer, ré-élaborer », dirigé par Emilie Hache et Elie Kongs, en partenariat avec le Collège International de Philosophie.

Cette première journée , intitulée Fictions/Figurations, permettra notamment de voir le film d’Armin LinkeAlpi, auquel était consacré un des entretiens du numéro Ecologiques.

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie. Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Informations pratiques et programme: 

Amphitéâtre de l’Institut de paléontologie humaine, 1 rue René Panhard 75013 Paris

Fictions/figurations

Avec : Christian Chelebourg, Peter Szendy. Projection du film d’Armin Linke, Alpi, en présence du réalisateur.

Est-ce que la métaphore de l’Île de Pâques est pertinente pour nous aider à comprendre les enjeux de la crise écologique actuelle ? Que nous apprend la réitération des discours apocalyptiques ? La littérature de science- fiction n’a-t-elle que des dystopies à nous proposer ? C’est à la fiction que nous consacrerons cette première journée, en questionnant comment ce mode de création et de réflexion propose en propre des ouvertures pour la réflexion écologique. La question d’un possible changement d’imaginaire politique appelé par la crise écologique est ici cruciale.

9h30 accueil

10h : Présentation Emilie Hache

10h30 : Alain Musset : “ Le vaisseau-terre est mal parti : écologie, fin du monde et science-fiction ”
11h30 : Peter Szendy : “ L’effiction filmique de la fin ”

14h : Christian Chelebourg : “ Climatologie et pensée écofictionnelle ”
15h : Yannick  Rumpala : “ Science fiction et spéculations écologiques : pas d’alternative au pessimisme ? ”
16h : Frédérique Ait-Touati : “ Voir l’invisible : fictions, figures, récits ”
17h : Armin Linke (sous réserve) projection du film “ Alpi 
18h : discussion autour du film

Repris du carnet de la revue Tracés

Les lieux de passage en science-fiction

Journées d’étude « Les lieux de passage en science-fiction », à l’université de La Rochelle, du 11 au 13 avril 2013.

Responsable : Danièle André

Ces journées d’étude consacrées aux lieux de passage en science-fiction se proposent d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de ‘lieux de passage’ pour créer peut-être d’autres perspectives (spatiales, politiques, sociales, métaphoriques, etc.), ouvrir et redéfinir les notions d’échanges et de territoire.

Les lieux de passage peuvent être perçus diversement : lieux où l’on ne fait que passer, tels que la rue, le supermarché, l’école, mais aussi lieux d’attente avant un transit, tels que des gares, des aéroports, des parkings, des aires d’autoroute. Enfin ils peuvent représenter des seuils vers l’ailleurs tels que des tunnels (de toutes sortes, cavernes, égouts et autres), des portes, des péages, des guichets, des miroirs, et des moyens techniques tels que des vaisseaux spatiaux, et des réseaux (internet, etc.).

Ainsi cette notion regroupe une diversité de modes et de supports. Il est alors intéressant d’étudier en quoi les représentations sont pertinentes, pourquoi ces lieux de passage sont tout à la fois symptomatiques (d’une écriture, d’une société, d’un auteur, de motifs de déplacement, de changement et/ou d’accumulation) et lourds de conséquences (expansionnisme, guerres économiques et/ou politiques, déréglements écologiques, remises en cause scientifiques et sociales, anéantissements d’espèces et de mondes). Quelle influence peuvent-ils avoir ou ont sur la perception et la représentation des mondes et sur leur fonctionnement, sur l’urbanisme, l’imaginaire, l’histoire et la politique, et sur l‘écriture et la réalisation? Enfin, de quelles aspirations ou peurs les lieux de passage sont-ils  porteurs et pourquoi ?

Alors, quel genre plus propice aux lieux de passage que la science-fiction, quel support plus apte à essayer d’apporter un regard protéiforme sur ces lieux et leur représentations territoriales et spatiales et leur importance au niveau des échanges que la science-fiction ? En effet, depuis l’émergence du genre, la science-fiction, qu’elle soit littéraire, filmique, série, BD, jeu (vidéo, de rôle, etc.) offre nombre de sens possibles à cette notion, nombre d’ouvertures sur l’extérieur ou l’intérieur et nombre d’interprétations et de représentations du monde et de l’époque qui voit naître ses œuvres.

Programme

JEUDI APRÈS-MIDI

13h40 Présentation de la session invitée et du colloque Danièle André

14h00-15h30 Julien Heylbroeck : Altérité : jeux de rôle et science-fiction

Ouverture officielle du colloque

16h00-16h40 Claire Cornillon : Le corps comme lieu de passage

16h50-17h30 Marie-Hélène Bauer : Mission science-fiction pour Fantômette

 

VENDREDI MATIN

9h00-9h40 Christian Chelebourg : Portes, porches et portails : SF et circulation entre les mondes

9h50- 10h30 Isabelle Périer : Passage et lieux de passage dans le cycle Tyranaël d’Elisabeth Vonarburg.

11h00-11h40 Isabelle Limousin : Studies into the Past de Laurent Grasso

11h50-12h30   Sophie Lecole : La traversée des blancs, une lecture plastique des espaces blancs dans la SF

 

VENDREDI APRÈS-MIDI

14h00- 14h40 Mehdi Achouche : La rue, hétérotopie de science-fiction

14h50-15h30  Charles Combette : Jack Kirby, démiurge graphique – Espaces juxtaposés et circulation d’énergie

16h00-16h40 Julien Heylbroeck : Lieux de passage et alibis scénaristiques : entre incarnation du péril et Macguffin, les multiples statuts de celui qui vient 
de l’autre côté

16h50-17h30  Alban Quadrat : Lieux de passage en physique mathématique

Fin journée 17h40

 

SAMEDI MATIN

9h00-9h40 Thierry Cormier : Les passagers de « l’intrinsèque » Territoires cinématographiques de l’Évolution

9h50- 10h30 Natacha Vas Deyres : Les Animaux-villes de Jean-Claude Dunyach : lieux de rencontre entre l’univers et l’humanité

11h00-11h40 Stephan Kraitsowits : Les mots de la science-fiction: véhicules spatio-temporels

11h50-12h30 Aurélie Villers : Fringe : d’un monde à l’autre

12H40 CLOTURE

The Ethics and Poetics of Genre Literature

The Ethics and Poetics of Genre Literature

Colloque organisé par Maylis Rospide et Sandrine Sorlin en collaboration avec la Société de Stylistique Anglaise.

15 & 16 mars 2013, salle des colloques n°1, Saint-Charles, Montpellier.

Avec la participation de Rok Benčin, Cédric Chauvin, Elaine Després, Françoise Dupeyron-Lafay, Jean-Jacques Lecercle, Bertrand Lentsch, Christopher S. Leslie, Hélène Machinal, Rocío Montoro, Linda Pillière, Simone Rinzler, Christopher L. Robinson, Maylis Rospide, Sandrine Sorlin, Peter Stockwell.

Programme

Abstracts

James Graham Ballard (1930-2009) Regards critiques

Journée d’études

au Logis du Roi, Maison du Sagittaire, AMIENS

le 15 mars 2013

 

10h00 Accueil

10h15 Introduction : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) « Pourquoi étudier Ballard ?»

10h30 : Hervé Lagoguey (Université de Reims) « Le lent rythme de la fin du monde chez J.G. Ballard »

Discussion

11h15 : Gilles Ménégaldo (Université de Poitiers) «  Crash, du texte à l’écran (Ballard, Cronenberg) »

Discussion

12h00 : Aurélie Villers (Université de Beauvais) « Ballard and the entropy of literary genres ».

Discussion

12h45 : DEJEUNER SUR PLACE

14h00 : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) « Putting Death into words »

Discussion

14h45 : Roger Bozzetto (Université de Provence) « Ballard, Un romantique ? »

Discussion

15h30 : Discussion générale


Contact: Stephan Kraitsowits -CORPUS (EA 4295)-