Archives de catégorie : Colloques

“Ce que l’écologie fait à la pensée”: annonce de journée d’études (13 avril 2013)

Samedi 13 avril aura lieu la première journée d’étude du programme  « Ce que l’écologie fait à la pensée. Refigurer, redistribuer, ré-élaborer », dirigé par Emilie Hache et Elie Kongs, en partenariat avec le Collège International de Philosophie.

Cette première journée , intitulée Fictions/Figurations, permettra notamment de voir le film d’Armin LinkeAlpi, auquel était consacré un des entretiens du numéro Ecologiques.

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie. Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Informations pratiques et programme: 

Amphitéâtre de l’Institut de paléontologie humaine, 1 rue René Panhard 75013 Paris

Fictions/figurations

Avec : Christian Chelebourg, Peter Szendy. Projection du film d’Armin Linke, Alpi, en présence du réalisateur.

Est-ce que la métaphore de l’Île de Pâques est pertinente pour nous aider à comprendre les enjeux de la crise écologique actuelle ? Que nous apprend la réitération des discours apocalyptiques ? La littérature de science- fiction n’a-t-elle que des dystopies à nous proposer ? C’est à la fiction que nous consacrerons cette première journée, en questionnant comment ce mode de création et de réflexion propose en propre des ouvertures pour la réflexion écologique. La question d’un possible changement d’imaginaire politique appelé par la crise écologique est ici cruciale.

9h30 accueil

10h : Présentation Emilie Hache

10h30 : Alain Musset : “ Le vaisseau-terre est mal parti : écologie, fin du monde et science-fiction ”
11h30 : Peter Szendy : “ L’effiction filmique de la fin ”

14h : Christian Chelebourg : “ Climatologie et pensée écofictionnelle ”
15h : Yannick  Rumpala : “ Science fiction et spéculations écologiques : pas d’alternative au pessimisme ? ”
16h : Frédérique Ait-Touati : “ Voir l’invisible : fictions, figures, récits ”
17h : Armin Linke (sous réserve) projection du film “ Alpi 
18h : discussion autour du film

Repris du carnet de la revue Tracés

Les lieux de passage en science-fiction

Journées d’étude « Les lieux de passage en science-fiction », à l’université de La Rochelle, du 11 au 13 avril 2013.

Responsable : Danièle André

Ces journées d’étude consacrées aux lieux de passage en science-fiction se proposent d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de ‘lieux de passage’ pour créer peut-être d’autres perspectives (spatiales, politiques, sociales, métaphoriques, etc.), ouvrir et redéfinir les notions d’échanges et de territoire.

Les lieux de passage peuvent être perçus diversement : lieux où l’on ne fait que passer, tels que la rue, le supermarché, l’école, mais aussi lieux d’attente avant un transit, tels que des gares, des aéroports, des parkings, des aires d’autoroute. Enfin ils peuvent représenter des seuils vers l’ailleurs tels que des tunnels (de toutes sortes, cavernes, égouts et autres), des portes, des péages, des guichets, des miroirs, et des moyens techniques tels que des vaisseaux spatiaux, et des réseaux (internet, etc.).

Ainsi cette notion regroupe une diversité de modes et de supports. Il est alors intéressant d’étudier en quoi les représentations sont pertinentes, pourquoi ces lieux de passage sont tout à la fois symptomatiques (d’une écriture, d’une société, d’un auteur, de motifs de déplacement, de changement et/ou d’accumulation) et lourds de conséquences (expansionnisme, guerres économiques et/ou politiques, déréglements écologiques, remises en cause scientifiques et sociales, anéantissements d’espèces et de mondes). Quelle influence peuvent-ils avoir ou ont sur la perception et la représentation des mondes et sur leur fonctionnement, sur l’urbanisme, l’imaginaire, l’histoire et la politique, et sur l‘écriture et la réalisation? Enfin, de quelles aspirations ou peurs les lieux de passage sont-ils  porteurs et pourquoi ?

Alors, quel genre plus propice aux lieux de passage que la science-fiction, quel support plus apte à essayer d’apporter un regard protéiforme sur ces lieux et leur représentations territoriales et spatiales et leur importance au niveau des échanges que la science-fiction ? En effet, depuis l’émergence du genre, la science-fiction, qu’elle soit littéraire, filmique, série, BD, jeu (vidéo, de rôle, etc.) offre nombre de sens possibles à cette notion, nombre d’ouvertures sur l’extérieur ou l’intérieur et nombre d’interprétations et de représentations du monde et de l’époque qui voit naître ses œuvres.

Programme

JEUDI APRÈS-MIDI

13h40 Présentation de la session invitée et du colloque Danièle André

14h00-15h30 Julien Heylbroeck : Altérité : jeux de rôle et science-fiction

Ouverture officielle du colloque

16h00-16h40 Claire Cornillon : Le corps comme lieu de passage

16h50-17h30 Marie-Hélène Bauer : Mission science-fiction pour Fantômette

 

VENDREDI MATIN

9h00-9h40 Christian Chelebourg : Portes, porches et portails : SF et circulation entre les mondes

9h50- 10h30 Isabelle Périer : Passage et lieux de passage dans le cycle Tyranaël d’Elisabeth Vonarburg.

11h00-11h40 Isabelle Limousin : Studies into the Past de Laurent Grasso

11h50-12h30   Sophie Lecole : La traversée des blancs, une lecture plastique des espaces blancs dans la SF

 

VENDREDI APRÈS-MIDI

14h00- 14h40 Mehdi Achouche : La rue, hétérotopie de science-fiction

14h50-15h30  Charles Combette : Jack Kirby, démiurge graphique – Espaces juxtaposés et circulation d’énergie

16h00-16h40 Julien Heylbroeck : Lieux de passage et alibis scénaristiques : entre incarnation du péril et Macguffin, les multiples statuts de celui qui vient 
de l’autre côté

16h50-17h30  Alban Quadrat : Lieux de passage en physique mathématique

Fin journée 17h40

 

SAMEDI MATIN

9h00-9h40 Thierry Cormier : Les passagers de « l’intrinsèque » Territoires cinématographiques de l’Évolution

9h50- 10h30 Natacha Vas Deyres : Les Animaux-villes de Jean-Claude Dunyach : lieux de rencontre entre l’univers et l’humanité

11h00-11h40 Stephan Kraitsowits : Les mots de la science-fiction: véhicules spatio-temporels

11h50-12h30 Aurélie Villers : Fringe : d’un monde à l’autre

12H40 CLOTURE

The Ethics and Poetics of Genre Literature

The Ethics and Poetics of Genre Literature

Colloque organisé par Maylis Rospide et Sandrine Sorlin en collaboration avec la Société de Stylistique Anglaise.

15 & 16 mars 2013, salle des colloques n°1, Saint-Charles, Montpellier.

Avec la participation de Rok Benčin, Cédric Chauvin, Elaine Després, Françoise Dupeyron-Lafay, Jean-Jacques Lecercle, Bertrand Lentsch, Christopher S. Leslie, Hélène Machinal, Rocío Montoro, Linda Pillière, Simone Rinzler, Christopher L. Robinson, Maylis Rospide, Sandrine Sorlin, Peter Stockwell.

Programme

Abstracts

James Graham Ballard (1930-2009) Regards critiques

Journée d’études

au Logis du Roi, Maison du Sagittaire, AMIENS

le 15 mars 2013

 

10h00 Accueil

10h15 Introduction : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) « Pourquoi étudier Ballard ?»

10h30 : Hervé Lagoguey (Université de Reims) « Le lent rythme de la fin du monde chez J.G. Ballard »

Discussion

11h15 : Gilles Ménégaldo (Université de Poitiers) «  Crash, du texte à l’écran (Ballard, Cronenberg) »

Discussion

12h00 : Aurélie Villers (Université de Beauvais) « Ballard and the entropy of literary genres ».

Discussion

12h45 : DEJEUNER SUR PLACE

14h00 : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) « Putting Death into words »

Discussion

14h45 : Roger Bozzetto (Université de Provence) « Ballard, Un romantique ? »

Discussion

15h30 : Discussion générale


Contact: Stephan Kraitsowits -CORPUS (EA 4295)-

 

De la science-fiction à la réalité

Le 19 décembre à Paris aura lieu un après-midi de conférence sur la thématique De la science-fiction à la réalité.

Présentation d’ActuSF :
La science-fiction, exploration libre et créative des futurs possibles, peut apporter des éclairages nouveaux, alimenter de façon originale les débats de société et enrichir la réflexion prospective. Si les mondes imaginaires qu’elle déploie semblent éloignés de notre quotidien, le genre ouvre des réflexions sur les préoccupations de la société sur les applications scientifiques à venir et leurs potentielles implications sociales, environnementales et éthiques. La palette de scénarios que la science-fiction explore est en réalité un véritable outil de réflexion sur les futurs possibles de nos sociétés.

Face aux défis environnementaux, technologiques, sociaux et éthiques qui se posent à nous aujourd’hui, en quoi les regards que les auteurs de science-fiction portent sur nos sociétés peuvent-ils enrichir notre réflexion ?

Au programme :

14h00 : Introduction
Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d’analyse stratégique

14h10 : TABLE RONDE 1 – Après l’humain : de l’homme réparé à l’homme augmenté ?
Animateur : Simon Bréan, Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne
Avec :
. Marc Atallah, Directeur de la Maison d’Ailleurs et professeur de littérature française à l’université de Lausanne
. Jean-Michel Besnier, Professeur de philosophie à l’université Paris-Sorbonne, auteur de Demain les post-humains : le futur a-t-il encore besoin de nous ? (Fayard, 2010)
. Claude Ecken, Écrivain de science-fiction
. Pierre-Henri Gouyon, Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle
15h10 : Débat avec la salle

15h30 : Pause

15h40 : TABLE RONDE 2 – Après la Terre ? Préserver notre planète ou en terra-former une autre ?
Animateur : Éric Picholle, Physicien au CNRS, LPMC UMR 7336, université de Nice Sophia-Antipolis
Avec :
. Christian Chelebourg, Professeur de littérature à l’université de Lorraine, directeur du Centre d’études littéraires Jean Mourot, auteur de Les Écofictions – Mythologies de la fin du monde (Les Impressions nouvelles, 2012)
. Ferenc Fodor, Chercheur en sémiologie et linguistique, auteur de Climat d’angoisse. L’imaginaire du changement climatique (2011 avec V. Brunetière)
. Jean-Marc Ligny, Écrivain de science-fiction, auteur d’AquaTM et d’Exodes (L’Atalante), deux romans sur les changements climatiques
. Valérie Masson-Delmotte, Climatologue, directrice de recherches CEA au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, CEA/CNRS/UVSQ/IPSL, Gif-sur-Yvette
. Pierre Papon, Physicien, professeur émérite à l’École supérieure de physique et chimie industrielles de Paris, ancien directeur du CNRS et de l’Ifremer, président d’honneur de l’Observatoire des sciences et des techniques

16h40 : Débat avec la salle

17h : Conclusion du colloque
Ugo Bellagamba, Maître de conférences en histoire du droit, université de Nice Sophia-Antipolis, écrivain et délégué artistique du festival international de science-fiction, les Utopiales

Palais de la découverte
Avenue Franklin Roosevelt
75008 Paris

Les dieux cachés de la science-fiction française et francophone : métaphysique, religion et politique? 1950-2010

Les dieux cachés de la science-fiction française et francophone : Métaphysique, religion et politique ? 1950-2010, colloque international du LAPRIL-Laboratoire sur l’imaginaire
les 21, 22 et 23 novembre 2012 à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux3

Page du colloque

Les perspectives de ce colloque seront :

– les conditions de production et de créativité de la science-fiction française et francophone des années 1950 à nos jours considérée comme un patrimoine artistique et culturel à part entière, héritier de l’anticipation, du merveilleux scientifique et des voyages extraordinaires.

– les « ponts » culturels pouvant être établis dans la production médiatique et populaire entre la littérature, la bande-dessinée et le cinéma de cette même période.

– les soubassements idéologique, religieux et philosophique présidant consciemment ou inconsciemment à une création artistique singulière ; la manière dont l’articulation peut être faite entre une créativité utilisant divers supports et la volonté de se démarquer par un certain avant-gardisme formel lié au contexte des années 1960 et 1970.

Télécharger le descriptif complet

Écrivains, artistes et spécialistes invités :
Elisabeth Vonarburg, écrivaine canadienne.
Sylvie Bérard, écrivaine, critique et universitaire canadienne
Gérard Klein, écrivain et critique (Paris)
Serge Lehman, écrivain (Paris)
Pierre Bordage, écrivain (Nantes)
Xavier Mauméjean, écrivain (Valenciennes)
Laurent Queyssi, écrivain (Bordeaux)
Jean-Luc Rivera (Paris)
Maël le Mée (Bordeaux)

Conférences :
Télécharger le résumé des conférences

Comité organisateur et scientifique :
Natacha Vas-Deyres (EA CLARE Université Michel de Montaigne-Bordeaux3)
Florence Plet-Nicolas (EA CLARE Université Michel de Montaigne-Bordeaux3)
Patrick Bergeron (Département d’études françaises de l’Université du New Brunswick)
Patrick Guay (Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne)
Roger Bozzetto (Université d’Aix en Provence)
Danièle André (FLLASH, Université de la Rochelle)

Un second volet
aura lieu les 25, 26 octobre 2013 à l’université de Chicoutimi (UQAC) : « Messac, Spitz et les autres… la fin de l’anticipation ou l’anticipation de la fin à la française ? » 1890-1950

Jules Verne : science, crises et utopies

22-23 Novembre 2012  à  l’Ecole Centrale de Nantes

Rencontres Jules Verne 2012 – Colloque international –
Organisées par l’Ecole Centrale de Nantes, et l’Université de Nantes,

Les Rencontres Jules Verne

Après « Jules Verne, les machines et la science » en 2005,  « Jules Verne, le partage du savoir » en 2008,et «  Jules Verne, science, technique et société : de quoi sommes-nous responsables ? » en 2010, les Rencontres Jules Verne poursuivent l’exploration des relations entre la science, la culture et la société, en s’arrêtant en 2012 sur le thème suivant :
« Jules Verne : science, crises et utopies »

Ouvertes à un large public, ces rencontres s’adressent aux professionnels (chercheurs, enseignants, acteurs de la culture scientifique, industriels…) comme aux citoyens.  Les Rencontres Jules Verne »  réuniront des chercheurs des disciplines scientifiques ou des sciences humaines, mais également des ingénieurs, architectes, journalistes, artistes … Ce sera l’occasion de croiser et de confronter des approches différentes : histoire des idées, histoire littéraire, analyses philosophiques et anthropologiques de l’imaginaire social, psychanalyse de l’utopisme… Et pourquoi ne pas donner également leur place à nos utopies, écologiques, économiques, sociales et politiques ? Sans oublier les « verniens », analysant le projet sociétal de l’auteur des Voyages Extraordinaires

La problématique
Aucun domaine de la vie en société ne semble échapper désormais au questionnement et à la mise en question, ni les institutions (la famille, l’école ou l’état), ni les formes de la vie sociale (l’économie, l’urbanisme, les manières de s’alimenter, de s’habiller, de s’aimer…), ni l’organisation du travail ou des échanges, ni les progrès scientifiques et techniques, ni même les modes de sentir, de communiquer, de raisonner. La crise devient l’ordinaire de notre modernité.

Le monde tel qu’il va ou tel qu’on le fait est souvent pensé comme le seul possible. N’y aurait-il  qu’une seule voie pour sortir des crises, économiques, politiques, culturelles ? L’Utopie est le sens des possibles. Elle forge des alternatives, imagine d’autres mondes et des mondes autres. Elle ouvre les fenêtres des univers clos. Si la crise creuse une brèche entre passé et présent, quel avenir ouvre-t-elle : prophéties de malheur ou d’un monde meilleur ? Comment penser le lien entre crise et utopie ? La science, réelle ou imaginaire, est souvent mobilisée pour fuir les contraintes du présent, quitte à dessiner de nouveaux destins plus contraignants encore.

L’utopie est aussi a-topie, elle définit un lieu qui n’existe pas mais qui peut servir d’idéal ou de repoussoir. Elle anticipe soit en prolongeant les lignes de forces du présent, soit en imaginant délibérément un monde, tout autre, meilleur ou pire. Si la crise menace les identités, les légitimités et les idéologies, l’indignation et la révolte suscitent-elles des figures consistantes de l’ailleurs ? Le progrès des sciences et des techniques peut-il, aujourd’hui comme hier, fournir le noyau de rationalité de ces fictions ? L’Utopie est travail de l’imagination. Souvent, elle fait appel à l’imagination scientifique, voire à la science-fiction. Elle fait plus qu’esquisser un nouveau monde, elle en dessine certes l’architecture d’ensemble mais descend également dans les détails, là où dit-on, habitent dieu ou diables. Utopies ou dystopies ? Cette question de la crise et de l’utopie (et de ses rapports) interpelle également les artistes. Comment représenter l’utopie ? En quoi la relation esthétique à l’oeuvre peut-elle traduire un sentiment de crise et s’avérer porteuse d’utopie ?

C’est à nouveau sous la figure tutélaire de Jules Verne que s’inscrira  la 4ème édition de ces Rencontres. Car, s’inscrivant dans la lignée de Saint Simon, Owen et Fourier, Jules Verne n’a cessé déjà, dans ses Voyages extraordinaires, de nous emmener dans des ailleurs utopiques, de réactiver la puissance de défi qu’ils  recèlent, (l’eu-topie de L’île mystérieuse), tout en rappelant la décadence cauchemardesque des cités de perdition. Verne qui anticipait bien des crises du monde contemporain (les dégâts du progrès,  la puissance corruptrice de l’argent, les dangers de l’industrie médiatique…) avait bien perçu le caractère éminemment culturel de l’Utopie. La mythologie vernienne se nourrit d’imaginaire social, dans Les cinq cents millions de la Begum comme dans Les naufragés du Jonathan, rêvant de société idéale dans Les Indes noire, ou de société désenchantée dans Paris au XXème siècle ou L’île à hélice. Verne plaçait la crise et l’utopie au coeur de son oeuvre.

. Les communications se situeront dans  cinq axes :

Comment les utopies du passé, depuis l’Utopie de Thomas Moore jusqu’aux utopies sociales du XIXème siècle, en passant par les utopies littéraires et celles de Jules Verne, prennent-elles leur distance par rapport au présent ? Comment forgent-elles des mondes alternatifs ? Sur quelles rationalités (scientifiques ou autres) fondent-elles leurs rêves ou leurs cauchemars ? Comment penser les mouvements alternatifs contemporains qu’ils soient politiques, écologiques, économiques ? Quelles sont leurs significations et leurs enjeux ? En quoi sont-ils utopiques, et si oui, dessinent-ils des mondes crédibles ? Comment la science fiction (SF) sous toutes ses formes (littérature, bande dessinée, film) met-elle en scène l’utopie ? Quels sont les nouveaux imaginaires qu’elle propose ? Quelles sont les possibilités ouvertes par les sciences, les techniques ou les arts (en particulier architecture, urbanisme…) pour imaginer le monde de demain, son habitat, ses villes, ses modes de  vie ? Pourquoi est-il si malaisé aujourd’hui de penser des alternatives ? La fin des idéologies n’est-elle pas également la fin des utopies ? Quel rapport peut-on établir entre crise, idéologie et utopie ? Quels rôles peuvent jouer les sciences et leur vulgarisation dans ces rapports ?

L’organisation des Rencontres Jules Verne

Le Comité Scientifique  est composé de : Etienne Klein, président (physicien au CEA, professeur à l’Ecole Centrale de Paris) ; Alain Bernard ( professeur et directeur de la Recherche à l’Ecole Centrale de Nantes) ; Jean-Michel Besnier, (professeur de l’Université Paris-Sorbonne, membre du CREA, Ecole Polytechnique, Paris) ; Jean-Pierre Courtial (professeur émérite de psychologie, Université de Nantes) ; Jean Dhombres, ( directeur de recherches à l’EHESS, Centre Alexandre Koyré-Paris) ; Anne-Marie Drouin-Hans, (maître de conférences honoraire de l’Université de Bourgogne, et Présidente de la Sofphied) ; Ronaldo de Freitas Murao (directeur de l’Observatoire d’astronomie de Rio de Janeiro- Brésil) ; Michel Fabre (professeur à l’Université de Nantes et ancien directeur du Centre de recherche en éducation de Nantes) ; Tahar Gallali (professeur à l’Université de Tunis); Lauric Guillaud ( professeur à l’Université d’Angers) ; Patrick Gyger (Directeur du Lieu Unique, Nantes et ancien directeur de la Maison d’Ailleurs (Suisse) Philippe Mustière (professeur à l’Ecole Centrale de Nantes, chargé de mission Culture) ; Stéphane Tirard (directeur du Centre François Viète, Université de Nantes) ; Simone Vierne (professeur émérite de littérature française à l’Université Stendhal de Grenoble et directrice honoraire du Centre de Recherches sur l’Imaginaire) ; Jean-Jacques Wunenberger (professeur à l’Université de Lyon 3, directeur du centre Gaston Bachelard)

Le Comité d’organisation est composé de : Philippe Mustière, Professeur et chargé de mission Culture à l’Ecole Centrale de Nantes, Michel Fabre, Professeur à l’Université de Nantes et ancien directeur de recherche en éducation

Les modalités:
Si vous souhaitez participer à ce colloque, veuillez adresser avant le 10 mai 2012 un résumé d’environ 300 mots comportant un titre et une bibliographie indicative (3-4 titres maxi), ainsi que vos nom, prénom,  fonctions, coordonnées et affiliation, aux adresses suivantes :
Rencontres.JV@ec-nantes.fr    avec copie obligatoire à   Philippe.Mustiere@ec-nantes.fr

– Une réponse du comité de sélection vous parviendra le 15 mai 2012.

– Dépôt des textes définitifs : 5 Octobre 2012

Responsables : Philippe Mustière et Michel Fabre

Rencontres JULES VERNE – ECOLE CENTRALE de NANTES – 1, rue de la Noë BP 92101  44321 Nantes Cedex 3

Fin du monde, fin d’un monde

Colloque « Fin du monde, fin d’un monde » à l’université de Picardie – Jules Verne, antenne de Beauvais, du 23 au 25 avril 2012.
Organisé par Amélie Junqua et Aurélie Villers.

Lundi 23, après-midi :
14h00 : Présentation du colloque.
14h30 : Céline Mansanti (Université de Picardie) : « L’apocalypse dans le cinéma américain des années 1930 »
15h30 : Danièle André (Université de la Rochelle) : « Une fleur sur un tas de cendres : culture et monde post-apocalyptique dans Le Livre d’Eli, Seven et The Postman »
16h15 : Thierry Cormier : « La fin du monde n’aura pas lieu : le syndrome cinématographique de Cassandre »
(Suivi d’une projection, sous réserve)

Mardi 24, matin :
9h30 : Agnès Aminot (professeur agrégé) : « La Ceinture empoisonnée de Conan Doyle : vivre la mort universelle ».
10h15 : Sébastien Bertrand (professeur agrégé) : « You may fire when ready : l’Empire galactique destructeur de mondes dans Star Wars »
11h15 : Eric Picholle (Université de Nice) – sous réserve – : « Penser l’impensable : hallucinations cognitives et solutions non satisfaisantes »

Mardi 24, après-midi :
14h30 : Gwenthalyn Engélibert (Doctorante, Université de Brest) : « Descent (1954) de R. Matheson, du coucher de soleil à la télévision : quel monde après la bombe ? »
15h15 : Samuel Minne : « The Sense of an Ending : la fin du monde dans Genocides de Disch et Le Monde enfin d’Andrevon »»
16h15 : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) : « Un cataclysme peut en cacher un autre : La double apocalypse dans The Drowned World de J. G. Ballard »
(Suivi d’une projection, sous réserve)

Mercredi 25, matin :
9h30 : Petter Skult (Doctorant, Åbo Akademi University, Finlande): « The Post-apocalyptic Chronotrope »
10h15 : Aurélie Lila Palama (Doctorante, Université de Lorraine) : « Mondes en péril : Pierre Bottero et l’imagination de la fin »
11h15 : Christian Chelebourg (Université de Lorraine) : « Ecofictions et fin du monde : un nouveau régime de l’apocalypse »
12h00 : Synthèse

Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel

Deuxièmes journées Enseignement et Science-Fiction de l’IUFM de Nice

L’IUFM de Nice organise les mardi 15 et mercredi 16 mai 2012 deux journées d’étude sur le thème :
« Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel ».

Mardi 15 mai – matin
1 – Conférence introductive
2 – Science-fiction et activités langagières
Mardi 15 mai – après-midi
3 – Groking Newspeak : les spéculations linguistiques de la SF
4 – Le cinéma de SF au service de l’enseignement des langues

Mercredi 16 mai – matin
6 – Uchronies, ou l’art des civilisations alternatives
7 – Civilisations antiques dans la SF, la langue et les mythes
Mercredi 16 mai – après-midi
8 – Les objectifs culturels de la science-fiction
9 – Xéno-encyclopédies et auto-structuration des connaissances

Parmi les auteurs attendus : Ugo Bellagamba, Jeanne-A Debats, Claude Ecken, Timothée Rey et Pierre Stolze

Lieu : IUFM de Nice, centre Liégeard, avenue Stephen Liégeard.
Dates : 15 & 16 mai, 8h30 – 17h30
Entrée libre et gratuite
contact : SF@unice.fr

Sommaire des actes de la première édition