Archives de catégorie : Annonces

The Ethics and Poetics of Genre Literature

The ethics and poetics of genre literature
Université Paul Valéry- Montpellier 3, France  –  15-16 March 2013
Deadline for proposals: 15 September 2012
(Source: The European Society for the Study of English)

An international conference organized by EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone) with the support of the Société de Stylistique Anglaise (SSA)
This interdisciplinary international conference, the second  section of the project ‘Ethics & Rhetoric’ within EMMA’s line of research ‘Ethics of Alterity’, will focus on language and ethics in literary genres that depict encounters with alterity.
The situations in which the subject is faced with different or alien beings will be studied namely in novels belonging to the genre of utopia/dystopia, science fiction, fantasy, etc., as the so-called ‘genre literature’ embodies a heuristic model that dramatises and exacerbates encounters with alterity, featuring exotic, subhuman or posthuman beings that defy human knowledge (in SF and fantasy especially). Genre literature has often been regarded as an entertaining or escapist field that does not lend itself to ethical and poetical reflections, limiting itself to a hollow and servile repetition of the genre codes.
Nevertheless, theoreticians of these genres that have not been sufficiently studied highlight their defamiliarizing power through which things can be ‘seen’. This process of defamiliarization is often associated with the stylistic, poetic and ethical force inherent in fiction, but in its attempt at meta-conceptualizing the relationship between language and reality, genre literature seems to problematize and enhance these phenomena by making them more easily perceivable. Thus not resting content with merely questioning the mechanism of estrangement, genre literature explores the confines of readability and the break-point between the readerly and the writerly.
In their desire to represent the Other in all its complexity, writers are indeed confronted with an ethical and poetical aporia: how to describe what escapes Humanity in Human language? In the eyes of its critics, Science Fiction (SF) seems to lean towards the side of the readerly. On the border between total defamiliarization and cognition (Darko Suvin speaks of ‘cognitive estrangement’), SF seems to embody a genre that cannot afford to lose its readers. That may be the reason why extra-terrestrial languages are often filtered by English — crushing down linguistic difference under the weight of a single language that everybody can understand — as in Vonnegut’s Cat’s Cradle in which the creole form of English is ironed out through translation. How to represent a world in which the classical pronominal references (she/he) are not relevant anymore since ontology no longer relies on binary distinctions (as in The Left Hand of Darkness by Ursula Le Guin)? Yet certain SF or dystopia writers do manage to stretch out language and readability in their description of an alien situation (Russell Hoban’s Riddley Walker might be the best example here). But fantasy can perhaps be construed as the most subversive genre in that matter as it wallows in undecidability and interpretative wavering. In its attempt to reconcile the inexpressible, what is without a name, and the speakable or visible, according to Rosemary Jackson, fantasy delimits a zone of non-signification where the Other cannot be reduced to the self. Should we thus conclude that reaching the breaking point of intelligibility can guarantee the birth of the other in its radical alterity?
Todorov brought to light the difficulty of apprehending alterity in schemes other than the ones we are familiar with, questioning the possibility of mapping the other’s radical difference. The narratives about the Aztecs are among the first illustrations of this tendency to project pre-conceived expectations onto the other: ‘One would seek to transpose it into a familiar cognitive scheme in order to make it understandable and thereby at least partially acceptable’ (Tzvetan Todorov, Les Morales de l’histoire, Paris, Grasset, 1991, p. 41, our translation). Can reducing alterity to the categories of the same or resorting to the other as a foil to reinforce the self (the other being then everything the self is not) be said to be part of the more conservative trend in SF as opposed to more subversive trends of the genre (what Broderick calls allographers along Terry Dowling’s coinage ‘xenographies’) or of fantasy?
Are we condemned to a certain ethno — or anthropo-centrism — an accusation that is launched against the socio-constructionists that contend that our beliefs, desires or intentions are mediated by shared social and normative conventions that have been learnt and internalized in the specific discourse community we belong to — or can the other be ‘known’ to a certain extent while preserving its radical difference? Do tropes have a heuristic power able to change our conception of the world and of others? Is there such a thing as ‘rhetorical ethics’ that could give us access to the other? If, according to Broderick, zeugma and syllepses are characteristic of the poetics of SF, what relationships do these tropes of fusion entertain between self and other? How effective are other figures of speech in their depiction of the Other? Can they be said to be a product of an all-powerful Reason reducing alterity to the same? In La Raison classificatoire, for example, Patrick Tort indeed recalls that the two major classifying systems of human thoughts rely on metaphor and metonymy. Or, on the other hand, can tropes be said to ensure a speculative and prospective exploration, producing ‘scandalous or non-sense effects’ (Rosolato) that are capable of upsetting the classifications through which we have been trained to perceive the world? Can stylistic problems like focalisation or reported speech — that are often a privileged way to access the other’s conceptual schemes — be seen as anthropocentric blows dealt to alterity? Can the other be sketched out through lexical and syntactic inventiveness without its portrait being entirely tamed or harnessed?
The focus on this conference will thus be on the linguistic and poetic means writers resort to in their description of others (rather than be merely thematic). The point is to bring under scrutiny how fiction succeeds (or fails) in its discursive mapping of otherness and what the dialogue it imagines with the other teaches us on language and the human self. What will be explored are the limits of language and the linguistic strategies that are displayed by genre literature to get around this predicament.
This interdisciplinary international conference wishes to attract both literary critics, linguists and stylisticians working on the literature of the English-speaking countries from the 19th to the 21st centuries.

The following themes could be addressed but they are in no way restrictive:

– linguistic representation of alterity
– tropological ethics
– stylistics and genre
– intelligibility and linguistic experimentation
– the speakable / unspeakable
– representation of cognitive structures through focalisation, reported speech, pronominal identification, etc.

Deadline for submission: September 15 2012
Notification of acceptance: November 30 2012
Proposals of around 300 words to be sent to both:

– Maylis Rospide <maylis.rospide@univ-montp3.fr>
– and Sandrine Sorlin <sandrine.sorlin@univ-montp3.fr>

Language of the conference: English

London Peculiar and Other Nonfiction, de Michael Moorcock

Parution du recueil de Michael Moorcock : London Peculiar and Other Nonfiction, édité par Michael Moorcock et Allan Kausch, introduction d’Iain Sinclair, Oakland, PM Press, mars 2012, 369 p.
Présentation de l’éditeur.

Le prolifique auteur britannique de science-fiction et de fantasy Michael Moorcock publie un recueil de textes rassemblés en plusieurs parties. « London » regroupe des textes autobiographiques et des souvenirs d’enfance, « Other Places » est constitué d’entrées de son journal intime de ces dernières années, des parties sont aussi consacrées à la musique et à la politique.

Le recueil comporte surtout deux parties consacrées à la littérature. Une partie intitulée « Absent Friends » se compose d’hommages à des collègues auteurs comme J. G. Ballard, Leigh Brackett, Thomas Disch, Barrington Bayley ou Angela Carter.

« Introductions and Reviews » réunit des préfaces, écrites par exemple pour The Time Machine d’H.G. Wells ou The Babylonian Trilogy de Sébastien Doubinsky, ainsi que des critiques de livres, tels qu’une édition des œuvres d’Aldous Huxley, des anthologies de Harlan Ellison, ou The City & the City de China Miéville, parmi des recensions de nombreuses œuvres de fantasy, de bandes dessinées ou de livres du psychogéographe Iain Sinclair.

On peut lire en ligne les critiques du Guardian et du fanzine de science-fiction SF Signal.

En attendant la revue…

Un projet de revue sur revues.org, cela représente finalement bien plus qu’un dossier de candidature, des articles à évaluer, de la mise en page sur Lodel. Concrètement, pour l’équipe de Res Futurae, ce furent…

Episode 1: le projet (2010)

Une rencontre, évidemment: été 2010, à Aix-en-Provence, dans le petit resto préféré de Roger Bozzetto (prof émérite à Aix-Marseille-I). Arthur Evans, le rédac-chef de Science Fiction Studies, y retrouvait son vieil ami Roger; deux petits jeunes à la tablée, Guy Astic (du CERLI) et la rédac-chef, un peu dépassée. Une revue, là, tout de suite? On discutait déjà du titre! Quel défi!

Arthur Evans, Roger Bozzetto, Irène Langlet, Guy Astic - Aix, août 2010

Une équipe, ensuite: fin 2010, je bats le tam-tam et je compose un premier comité. Les choses vont vite, les gens sont prêts, on peut foncer: je fixe un objectif à mai 2011 pour le dépôt du dossier, avec deux numéros prêts! Arthur Evans joue le jeu à 100%, envoie les articles à traduire; les anciens du « Mois de la SF à l’ENS » répondent presque tous présents, même les expats en Nouvelle-Calédonie… On y croit. Un voyage à DePauw, Indiana, est programmé pour nouer tous les contacts.

Episode 2: le rebondissement (2011)

Un bug perso, pour continuer: la vie est pleine de trébuchements, certains plus graves que d’autres. La rédac-chef déraille, divorce, déménage… Tout s’arrête… A moins que? Non! Anne Besson reprend le dossier. L’échéance de mai 2011 est grillée, mais l’équipe est en vitesse de croisière sous la houlette d’Anne. Grâce à elle, à la rentrée 2011, les deux numéros sont presque bouclés, sauf…

Sauf l’article de la rédac-chef, qui peine encore à surmonter ses problèmes! L’automne a raison de ses atermoiements, et en janvier 2012 le dossier enfin complet part au CLEO pour évaluation.

Episode 3: le carnet (2012)

En attendant, que faire? L’équipe s’est mobilisée, les travaux continuent ici et là, la science-fiction est partout; on a envie d’en parler. On ouvre dans la foulée un carnet sur hypotheses.org; le comité de rédaction se réunit dans le 20ème arrondissement de Paris et met au point une salve de billets. Et ça marche! Un premier billet s’affiche en une d’hypotheses.org le 26 février: ce n’est qu’un excerpt, mais on est fiers!

La une des carnets, le 26 février 2012...
... et notre petit excerpt de Res Futurae, dans la sélection!

Et en mars 2012, on passe carrément en diaporama de la plate-forme à deux reprises: pour un billet de réflexion sur la théorie du genre….

Le diapo du 3 mars: Quelques notes sur la science-fiction comme genre... ou comme culture

et pour un article fouillé sur Moebius, in memoriam.

Le diapo du 29 mars: Moebius

Cherry on the cake: le portail Rezo.net nous fait l’honneur d’une sélection, pour l’hommage à Moebius.

Rezo 18 mars 2012

Quelle satisfaction! On se prend à rêver de la revue. A Aix, on se donnait 2 ans pour réussir: on tient la corde. Vivement le résultat! Et pendant ce temps-là, on continue de travailler…

La petite affiche d’ouverture vient de l’université de Louvain-la-Neuve, octobre 2011. Un clin d’oeil mèmesque providentiel.

Exposition « Futur antérieur » à la Galerie du jour-Agnès B

Compte-rendu de l’exposition « Futur antérieur » à la Galerie du jour-Agnès B
Du 24 mars au 26 mai 2012, 44 rue Quincampoix, Paris 4ème arrondissement

Le 24 mars 2012, à 18h, une foule hétéroclite s’amassait devant les portes de la galerie du jour à Paris : certains s’étaient déguisés, d’autres essayaient tant bien que mal de retenir l’impatience qui les gagnait, la plupart étaient curieux, tout simplement. Une fois les dernières retouches apportées au mobilier et tous les écrans fixés, les portes se sont ouvertes et nous avons pu pénétrer dans cet étrange « Futur antérieur » – une exposition produite par le Fonds de dotation Agnès B. et dont le commissariat est assuré par Jean-François Sanz.

Articulée autour de ces trois axes convergents – mais néanmoins autonomes – que constituent le rétrofuturisme, le steampunk et l’archéomodernisme, l’exposition « Futur antérieur » crée les possibilités d’un dialogue original : l’imaginaire de la science-fiction s’entretenant avec celui de l’uchronie. Provenant de plusieurs fonds documentaire européens dont celui, gigantesque, de la Maison d’Ailleurs, de nombreuses productions culturelles directement issues du passé – et qui tentaient, à leur époque, d’esquisser les contours d’un futur indiscernable –, sont mises en parallèle avec des œuvres d’artistes contemporains revisitant le début de notre modernité et réactivant certaines visions du futur générées entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe. Le cocktail est étonnant, l’effet, percutant.

On peut s’interroger sur l’intérêt actuel et renouvelé du public et des spécialistes pour ces univers infiniment variés et esthétiquement complexes : les artistes représentent des futurs qui ne sont jamais arrivés ou des passés qui auraient pu être, renvoyant à l’expression inventée par Henry Jenkins en juillet 2007, « The Tomorrow that never was » dans un article intitulé « Retrofuturism in the Comics of Dean Motter » où il évoque entre autres, la belle nouvelle rétrofuturiste de William Gibson publiée en 1981, « The Gernsback Continuum ». Parallèlement à cette exposition Raphaël Colson vient de faire paraître aux Moutons électriques un riche ouvrage iconographique titré Retro-futur ! synthétisant toutes les définitions du retrofuturisme mais découvrant également tous les sous-genres lui étant affiliés, comme le steampunk, mais aussi le dieselpunk ou le radiumpunk, réinventant les technologies des années 1920 et 1930 ou encore le plus curieux atompunk dérivant de la fin des années 1940. Il est à noter que cet ouvrage complète avec pertinence celui d’Etienne Barillier paru chez le même éditeur en 2010, Steampunk. L’esthétique rétro-futur.

L’esthétique du rétro-futurisme s’inspire essentiellement des précurseurs de la science-fiction, d’œuvres illustratives de ce que nous appelons l’anticipation ancienne ou la proto science-fiction: l’exposition présente des illustrations de La Fin du Monde, de L’Astronomie populaire de Camille Flammarion (Henri Lanos en 1905 pour la revue Je sais tout et Charles Barbant pour les éditions Flammarion en 1881), des photogrammes tirés du Voyage dans la lune de Georges Méliès (Collection de la Cinémathèque française), les gravures de Léon Bennett ou d’Emile Bayard pour Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (Collection Hetzel), les aquarelles intemporelles d’Albert Robida, comme « La Sortie de l’opéra en l’an 2000 » ou encore l’illustration de couverture du roman de Léon Groc, On a volé la Tour Eiffel par Henri Armengol en 1923. A la fin du XIXème et au début du XXème siècle la science ouvrait des horizons immenses et prometteurs, laissant libre cours à une imagination débordante, en rupture totale avec le rationalisme. Nous regardons dès lors avec un regard fasciné cette conception très avant-gardiste d’un monde imaginaire déconcertant. Chaque œuvre mélange un concept futuriste à un cadre désuet, nous rappelant combien le futur et le passé peuvent être imbriqués et marqués par le paradoxe temporel.

Les lignes d’avenir dessinées par l’« Atomic interplanétaire » en métal jaune des années 1950 ou les maquettes Deschamp du Train lunaire et du Nautilus (coll. Maison d’Ailleurs), viennent répondre à celles crayonnées par les travaux remarquables du sculpteur Stéphane Halleux ou de l’illustrateur Didier Graffet. Il suffit de quelques pas dans cet espace d’exposition, exigu et offrant des surprises à chaque nouvelle salle, pour se rendre compte que « Futur antérieur » est un opérateur dynamique : les esthétiques s’affrontent, les temporalités se mélangent, et il s’ensuit un dialogue incessant entre notre temps et ces temps, révolus mais toujours là, qui nous ont précédés. La mise en perspective fonctionne à merveille : notre postmodernité relève ses pans modernes et la modernité, ses attentes postmodernes.

Le visiteur est sans cesse poussé à se dédoubler : il est projeté dans le passé, puis se repose dans son présent pour, finalement, se plonger dans le futur afin de… revenir au passé. Par un dispositif scénographique original mixant les représentations, le voyage dans le temps n’a jamais été aussi éprouvé. Et, une fois la cour extérieure retrouvée, on se laisse aller à rêver et toutes les phrases que nous formons, semblent être… au futur antérieur.

Marc Atallah et Natacha Vas-Deyres

Les Écofictions : mythologies de la fin du monde

Parution de l’ouvrage de Christian Chelebourg, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, Essai / coll. Réflexions faites, 256 pages, ISBN 978-2-87449-140-5, avril 2012.

Présentation de l’éditeur :

« La Terre est en danger, l’homme est en péril, telle est la nouvelle histoire que les sociétés industrielles se donnent en partage. »

Pollution, réchauffement climatique, catastrophes naturelles, épidémies, manipulations génétiques font partie de notre quotidien, engendrant une culpabilité et des angoisses dont nous avons de plus en plus de mal à nous défaire. Les fictions, littérature et cinéma en tête, exploitent ces nouvelles peurs, réactivant d’anciens mythes et créant de nouveaux. À la lumière de plus de deux cents romans, films, bandes dessinées, documentaires, essais ou publicités, Christian Chelebourg démonte pour notre plus grand plaisir les mécanismes de ces écofictions qui nous divertissent autant qu’elles nous effraient, qui nous invitent à méditer sur notre fragilité autant qu’elles nous persuadent de notre puissance.

Les 24 premières pages sont proposées en lecture sur la page de l’éditeur.

Sommaire :
Panique derrière le mur
1. La pollution ou la souillure
2. Le climat ou la démiurge
3. La catastrophe ou la prophétie
4. L’épidémie ou le fléau
5. L’évolution ou le mauvais sort
Amor fati

Fin du monde, fin d’un monde

Colloque « Fin du monde, fin d’un monde » à l’université de Picardie – Jules Verne, antenne de Beauvais, du 23 au 25 avril 2012.
Organisé par Amélie Junqua et Aurélie Villers.

Lundi 23, après-midi :
14h00 : Présentation du colloque.
14h30 : Céline Mansanti (Université de Picardie) : « L’apocalypse dans le cinéma américain des années 1930 »
15h30 : Danièle André (Université de la Rochelle) : « Une fleur sur un tas de cendres : culture et monde post-apocalyptique dans Le Livre d’Eli, Seven et The Postman »
16h15 : Thierry Cormier : « La fin du monde n’aura pas lieu : le syndrome cinématographique de Cassandre »
(Suivi d’une projection, sous réserve)

Mardi 24, matin :
9h30 : Agnès Aminot (professeur agrégé) : « La Ceinture empoisonnée de Conan Doyle : vivre la mort universelle ».
10h15 : Sébastien Bertrand (professeur agrégé) : « You may fire when ready : l’Empire galactique destructeur de mondes dans Star Wars »
11h15 : Eric Picholle (Université de Nice) – sous réserve – : « Penser l’impensable : hallucinations cognitives et solutions non satisfaisantes »

Mardi 24, après-midi :
14h30 : Gwenthalyn Engélibert (Doctorante, Université de Brest) : « Descent (1954) de R. Matheson, du coucher de soleil à la télévision : quel monde après la bombe ? »
15h15 : Samuel Minne : « The Sense of an Ending : la fin du monde dans Genocides de Disch et Le Monde enfin d’Andrevon »»
16h15 : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) : « Un cataclysme peut en cacher un autre : La double apocalypse dans The Drowned World de J. G. Ballard »
(Suivi d’une projection, sous réserve)

Mercredi 25, matin :
9h30 : Petter Skult (Doctorant, Åbo Akademi University, Finlande): « The Post-apocalyptic Chronotrope »
10h15 : Aurélie Lila Palama (Doctorante, Université de Lorraine) : « Mondes en péril : Pierre Bottero et l’imagination de la fin »
11h15 : Christian Chelebourg (Université de Lorraine) : « Ecofictions et fin du monde : un nouveau régime de l’apocalypse »
12h00 : Synthèse

Apocalypse and Post-Politics

Parution de l’ouvrage de Mary Manjikian, Apocalypse and Post-Politics: The Romance of the End, Lexington Books, mars 2012.

Présentation de l’éditeur :
Mary Manjikian’s Apocalypse and Post-Politics: The Romance of the End advances the thesis that only those who feel the most safe and whose lives are least precarious can engage in the sort of storytelling which envisions erasing civilization. Apocalypse-themed novels of contemporary America and historic Britain, then, are affirmed as a creative luxury of development. Manjikian examines a number of such novels using the lens of an international relations theorist, identifying faults in the logic of the American exceptionalists who would argue that America is uniquely endowed with resources and a place in the world, both of which make continued growth and expansion simultaneously desirable and inevitable. In contrast, Manjikian shows, apocalyptic narratives explore America as merely one nation among many, whose trajectory is neither unique nor destined for success. Apocalypse and Post-Politics ultimately argues that the apocalyptic narrative provides both a counterpoint and a corrective to the narrative of exceptionalism.

Apocalyptic concepts provide a way for contemporary Americans to view the international system from below: from the perspective of those who are powerless rather than those who are powerful. This sort of theorizing is also useful for intelligence analysts who question how it all will end, and whether America’s decline can be predicted or prevented.

Introduction
Section 1. Apocalypse as Prediction
Chapter 1. Apocalypse and National Security
Chapter 2. Catastrophe Novels and Prediction
Chapter 3. Utopian Novels and Forecasting
Chapter 4. The Romance of the World’s End
Section 2. Apocalypse as Critique
Chapter 5. Apocalypse and Epistemology
Chapter 6. Exceptionality and Apocalypse
Chapter 7. Going Native
Chapter 8. The Traveler
Section 3. Apocalypse as Ethics
Chapter 9. Encountering the Other

Congrès Boréal 2012

Dans le cadre de la 29e édition du Congrès Boréal, qui se tiendra du 4 au 6 mai 2012 au Centre Morrin (Ville de Québec), le présent appel à communications est lancé à tous les chercheurs s’intéressant aux principaux genres de l’imaginaire (science-fiction, fantastique, fantasy, horreur), du point de vue des études littéraires, cinématographiques ou autres. Les organisateurs de l’événement sont aussi ouverts aux propositions abordant la question de l’enseignement postsecondaire des genres de l’imaginaire.  Nous donnerons la préférence aux propositions, d’un maximum de 300 mots, qui traitent d’œuvres québécoises et francophones, mais sans exclure les autres si nous sommes en mesure de les accepter.

Les communications se dérouleront en français et dureront vingt minutes. Elles ne s’inscriront pas dans un colloque à part ; elles seront intégrées aux journées du congrès, lors de séances leur étant assignées, afin de garder intacte la tradition de convivialité propre au Congrès Boréal. Nous croyons que ces séances de communications scientifiques doivent entretenir un rapport harmonieux avec les périodes de tables rondes et d’activités ludiques qui auront lieu lors du congrès. En effet, comme toujours, le Congrès Boréal est ouvert à tous, qu’ils soient professionnels de l’édition, auteurs, chercheurs, lecteurs ou dessinateurs. Nous voulons, encore une fois, offrir un lieu d’échanges chaleureux et accueillants, qui réunissent tous ceux intéressés par les genres de l’imaginaire. De plus, des invités de marque, tels que Héloïse Côté, Patrick Senécal, Jean-Philippe Jaworski et John Crowley, seront présents durant les journées du congrès.

Par ailleurs, les étudiants des 2e et 3e cycles désireux de présenter leurs travaux sont fortement encouragés à envoyer leurs propositions. Nous aimerions connaître les intérêts de recherche de la relève universitaire.

Les propositions devront être transmises par courriel au plus tard le 9 avril 2012 à Jean-Louis Trudel (jtrudel@uottawa.ca) et à Mathieu Lauzon-Dicso (mlauzondicso@cvm.qc.ca). Nous demandons aux intéressés d’inclure leur nom et leur institution d’attache, ainsi qu’une brève notice biographique (champs d’intérêt, bibliographie). Vous retrouverez plus de renseignements sur le Congrès Boréal 2012 en visitant notre site (www.congresboreal.ca) ou en communiquant avec notre courriel général (nemo@congresboreal.ca).

Source : Fabula

Age-ism

Le  Dirty Art Department du Sandberg Instituut à Amsterdam présente ses projets d’étudiants, AGE-ISM, lors de trois journées de lectures et performances :

BETWEEN WORLDS
March 14, in the Rietveld Pavilion

REARVIEW MIRROR
March 2, at DAD – Sandberg Instituut

I AM NO BARBARIAN, I AM AN ALIEN !
March 28, in the Rietvel Pavilion

Lectures and performances by
John Körmeling
Roy Villevoye
Jean Baudrillard impersonated
Alan N. Shapiro & Regan O’Brien
Doc Eye Film
Thomas Lommee
Anne de Vries
Regine Debatty (We Make Money Not Art)
Thomas Thwaites
Jerszy Seymour

Speculating about economical and social scenarios, Age-ism approaches the field of making as a borderless practice. As uncontrolled missiles, skimming the surface of history, landing on unknown territory, Age-ism hopes to provoke and unveil the relationship of progress, production and experience.
Questioning design in the most ambitious sense of the word – « anything is possible » – it aims to surpass the borders of post-modern production, where « anything goes ».

The Age-ism lecture series will show speed, the screen, the desert, cars, behind the scenes software programming, cargo ships, satellites, the indigenous of here and there, the merging of matter and information, violence, entropy, a keyboard, the spectacle and the particle accelerator…

Find program on www.dirtyartdepartment.com
Fee entrance – reservation via age-ism-lecture@gmail.com

Mort de Jean Giraud-Moebius

Le dessinateur français Jean Giraud, alias Moebius, maître de la bande dessinée, et plus particulièrement du western et de la science-fiction, s’est éteint le 10 mars 2012 à l’âge de 73 ans.

Dessinateur de la série Blueberry sur des scénarios de Jean-Michel Charlier, il avait pris dès 1963 le pseudonyme de Moebius pour ses bandes dessinées  de science-fiction, réalisées seul.  Parmi ses albums marquants dans le genre, citons La Déviation, Arzach, Le Garage hermétique, et les séries L’Incal (scénario d’Alejandro Jodorowsky) et Le Monde d’Edena.

Il a aussi illustré des récits de SF pour les éditions Opta, et participé à la réalisation artistique des films Alien, Tron, Abyss ou Le Cinquième Élément. Ses dessins ont aussi servi pour le film d’animation Les Maîtres du temps de René Laloux, adaptation du roman L’Orphelin de Perdide de Stefan Wul.

Il avait reçu en 1980 le Grand Prix de la science-fiction française, et en 1981 le Grand Prix de la ville d’Angoulême.

En octobre 2010, la Fondation Cartier avait consacré l’exposition Transe forme à son travail.

Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel

Deuxièmes journées Enseignement et Science-Fiction de l’IUFM de Nice

L’IUFM de Nice organise les mardi 15 et mercredi 16 mai 2012 deux journées d’étude sur le thème :
« Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel ».

Mardi 15 mai – matin
1 – Conférence introductive
2 – Science-fiction et activités langagières
Mardi 15 mai – après-midi
3 – Groking Newspeak : les spéculations linguistiques de la SF
4 – Le cinéma de SF au service de l’enseignement des langues

Mercredi 16 mai – matin
6 – Uchronies, ou l’art des civilisations alternatives
7 – Civilisations antiques dans la SF, la langue et les mythes
Mercredi 16 mai – après-midi
8 – Les objectifs culturels de la science-fiction
9 – Xéno-encyclopédies et auto-structuration des connaissances

Parmi les auteurs attendus : Ugo Bellagamba, Jeanne-A Debats, Claude Ecken, Timothée Rey et Pierre Stolze

Lieu : IUFM de Nice, centre Liégeard, avenue Stephen Liégeard.
Dates : 15 & 16 mai, 8h30 – 17h30
Entrée libre et gratuite
contact : SF@unice.fr

Sommaire des actes de la première édition

Worlds Out of Joint: Re-Imagining Philip K. Dick

Worlds Out of Joint: Re-Imagining Philip K. Dick
An International Conference
15-18 November, 2012
TU Dortmund University, Germany

2012 sees the thirtieth anniversary of the untimely death, at the age of 53, of Philip K. Dick – a figure whose cultural impact within and beyond science fiction remains difficult to
overestimate. Dick’s academic and popular reputation continues to grow, as a number of recent monographs, several biographies and an unceasing flow of film adaptations testify.
Yet while his status as “The Most Brilliant Sci-Fi Mind on Any Planet” (Paul Williams) is rarely questioned, scholarly criticism of Dick has not kept pace with recent developments in academia – from transnationalism to adaptation studies, from the cultural turn in historiography to the material turn in the humanities. Too often Dick remains shrouded in clichés and myth. Indeed, rarely since the seminal contributions of Fredric Jameson and Darko Suvin have our engagements with Dick proved equal to the complexity of his writing – an oeuvre indebted to the pulps and Goethe, Greek philosophy and the Beats – that calls for renewed attempts at a history of popular culture. The aim of this conference is to contribute to such an undertaking.

At a time when mass protest against irrational economic, political and cultural orders is once again erupting around the world, the Dortmund conference will return to one of the major figures of the long American Sixties: to an author whose prophetic analyses of biopolitical capitalism and the neo-authorian surveillance state remain as pertinent as they were 30 years ago.

Confirmed keynote speakers: Marc Bould (University of the West of Englnad, Bristol), Roger Luckhurst (Birbeck, University of London), Umberto Rossi (Rome), Norman Spinrad (New York/Paris), Takayuki Tatsumi (Keio University, Japan). As part of the conference we will also host the premiere of The Owl in the Daylight a film by David Kleijwegt (Netherlands).

Possible topics for panels and papers include but are in no way limited to:
1. The Realist Novels: What do Dick’s early realist novels add to our understanding of his work?
2. In what relation do they stand to late modernist and realist U.S. literature? Can they be understood as Beat writing?
3. Transnational Approaches: Dick drew on various European and non-European cultures, and his SF worlds are highly transnational in their hybridity: What cultural
transfers and transformations are evident in his work?
4. Dick’s Global Reception: Dick’s fiction has been widely translated – from Portuguese to Japanese, from Finnish to Hebrew. Yet we know little about his global reception. How has Dick’s work been read abroad, and transformed in translation? What has been his impact on SF outside America?
5. Dick and the SF Tradition: Critics have rarely engaged in-depth with Dick’s contribution to SF. What is Dick’s debt to the pulp magazines, to Robert Heinlein, A. E. van Vogt, or other
SF authors? To what extent did Dick influence his contemporaries, and what does today’s SF owe to him?
6. Dick and Fandom: Long before his canonization as a literary figure, Dick was a cult author, and he retains a committed fan base. How has fandom shaped the way we read him? What role does Dick play in SF cultures of fandom today?
7. Narrative Structures and Aesthetics: Dick’s short fiction and novels are linked by common motifs, tropes and fictional devices. How do they shape his writing? His status as a popular writer has also meant that the aesthetic dimension of Dick’s fiction has often been neglected. How can it help us understand his work?
8. Dick and Mainstream Literature: Dick’s impact on ‘serious’ literature has often been posited but rarely analyzed. What do Thomas Pynchon, Kurt Vonnegut or David Foster Wallace owe to Dick? What role have his writings played in the integration of SF into mainstream literature?
9. Adaptations: What makes Dick’s writing so attractive to filmmakers? How have these visual narratives changed our understanding of his work? Should we pay more attention to adaptations to other media – from opera to computer games?
10. The Letters and Journals: How do Dick’s letters and journals, as well as interviews with him change our understanding of his fiction?
11. The Final Novels: Dick’s late novels are gaining increasing attention, but critical evaluations vary widely. Are they evidence of a spiritual turn in Dick’s writing? How do they allow us to look at his work of the 1960s anew?
12. Dick and the Sixties: Recent scholarship drastically has changed our understanding of the Sixties. Does this necessitate a re-writing of Dick? What can we learn from the contradictions and achievements that shaped this era and Dick’s writing?
13. Dick and Global Capitalism: How do Dick’s analyses of global capitalism, mediatized politics and individualized consumer culture correspond to our own present?

Please send an abstract of no more than 500 words and a short biographical sketch to Stefan.Schlensag@udo.edu before March 31 2012. Presenters will be asked to submit a full version of their 20-minute presentation by 31 August, and an electronic reader will be distributed before the conference to all participants. A selection of the papers given at the conference will be published in book form.

Conference Organizers:
Walter Grünzweig, Randi Gunzenhäuser, Sybille Klemm,
Stefan Schlensag, Florian Siedlarek, (TU Dortmund University);
Alexander Dunst (University of Potsdam) and Damian Podlesny (Poland)
Conference Director and Contact:
Stefan Schlensag
Institut für Anglistik und Amerikanistik
TU Dortmund University
Emil-Figge-Straße 50
D-44227 Dortmund, Germany
Stefan.Schlensag@udo.edu

La figure de l’homme de science dans la littérature, les films, l’iconographie, les cartoons

L’Observatoire scientifique de la mémoire écrite, orale, filmique, et du patrimoine autobiographique organise du 1er au 5 août 2012 sa XIème rencontre : Castello Guevara-Bovino (Foggia – Italie) :

« La figure de l’homme de science dans la littérature, les films, l’iconographie, les cartoons »

Parallèlement et en complément du colloque L’éthos : la mémoire autobiographique de l’homme de science (voir l’appel à contribution : échéance renvoyée au 20 mars), un autre appel est ouvert à des séances consacrées au thème de l’image extérieure sur le scientifique. On entendra ici par scientifique celui qui s’occupe en particulier du domaine des sciences naturelles et de la médecine.

La culture occidentale a largement traité ce thème, dans les registres de la fiction ou de la reconstruction historique, de Faust à Strangelove (cf. Roslynn D. Haynes, From Faust to Strangelove, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1994).

Quelle image en est donnée par la littérature, les films, les bandes dessinées ? Quels sont les stéréotypes véhiculés ? Du cartoon Dexter aux personnages disneyens d’Archimède et d’Eta Beta un grand mouvement d’imagination se déploie. Des biographies littéraires ou filmiques interprètent la pensée supposée, les réflexions personnelles de scientifiques. Cf. Leonardo Sciascia, La scomparsa di Majorana, 1975 ; ou cf. Le film de Mario Martone, Morte di un matematico napoletano sur Renato Caccioppoli, 1992.

De La leçon d’anatomie de Rembrandt, au portrait du mathématicien Luca Pacioli de Jacopo de’ Barbari, à celui de Paracelse, le statut d’un scientifique est caractérisé par l’habitus, le décor, les instruments. Dans les peintures du géographe et de l’astronome de Vermeer, une mappemonde témoigne d’acquisitions scientifiques récentes et définitives de Copernic et de Galilée sur la sphéricité de la terre.

Par ailleurs, quelle image se façonne, émerge des discours, des interprétations, auprès de l’opinion publique ? Michel Foucault parle de pratique discursive, consubstantielle au dessein qu’on donne et qu’on a de la science dans certaines périodes (Cf. : M. Foucault, « Science et savoir » in Id L’Archéologie du Savoir, Paris, Gallimard, 1969, pp. 233-255.

Interpréter une vie de scientifique peut communiquer une vision politique. La Vie de Galilée de Brecht reste une référence : « Je ne crois pas que la science peut se proposer d’autre but que de soulager la fatigue de l’existence humaine ; mais si la science ouvre la voie à la coercition, elle peut s’en trouver affaiblie pour toujours. Chaque nouvelle machine ne sera que l’encouragement à de nouvelles souffrances pour l’homme. Et quand au fil du temps, tout le découvrable sera découvert, le progrès finira par s’éloigner du bien des multitudes. Pire encore, entre vous hommes de science et l’humanité se creusera un abîme tellement grand, qu’à chacun de vos Eurêka résonnera un cri d’horreur universel». Dans les dernières révisions de cette pièce Brecht décrit un Galilée post Hiroshima.

Selon Michel Foucault, jamais comme dans notre contemporanéité le scientifique n’a un rôle aussi central. Oppenheimer représente la charnière, le passage du ‘savant universel’ et celui qui a à cœur le sort de tous, au chercheur, à l’expert, qui poursuit des pratiques scientifiques spécifiques (M. Foucault « Vérité et pouvoir », L’Arc, n. ° 70, 1977, pp.16-26).

« [Aujourd’hui] L’intellectuel spécifique dérive d’une toute autre figure, non plus le juriste–notable, mais le savant-expert. Je disais à l’instant que c’est avec les atomiciens qu’il s’est mis à occuper le devant de la scène ». (M. Foucault, « Entretien avec Michel Foucault », réalisé par A. Fontana et P. Pasquino, juin 1976, in Dits et écrits, 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, v. II, p. 156).

En outre, à notre époque, la génétique, la microchirurgie, les biotechnologies, en donnant beaucoup d’espoirs (de transplantations, de clonations, etc.), favorisent l’opinion selon laquelle un homme de science n’est pas un découvreur (de quelque chose qui le précède) mais un inventeur, un créateur, un démiurge qui se positionne au-delà de toute transcendance.

La proposition pour participer au colloque de 250 mots maximum, accompagnée d’un bref CV doit être envoyée avant le 20 mars 2012.

Les interventions, après lecture des textes livrés, pourront être publiées sur Mnemosyne o la costruzione del senso, Presses Universitaires de Louvain.

Inscription au colloque : 80,0 euro.

Comité scientifique:
Beatrice Barbalato, Directeur de la revue Mnemosyne, o la costruzione del senso, PUL, Université catholique de Louvain
Fabio Cismondi, Fusion for energy-European Union.
Albert Mingelgrün, Université Libre de Bruxelles
Edgar Radtke, Universität Heidelberg

beatrice.barbalato@gmail.com

Pour tous les renseignements (comment rejoindre le lieu du colloque)

http://mediapoliseuropa.freehostia.com

Les frontières de l’humain et le post-humain / Mapping Humanity and the Post-human

Colloque international « Les frontières de l’humain et le post-humain / Mapping Humanity and the Post-human »
Brest, Faculté Victor Segalen
5-7 septembre 2012

Ce colloque international entend explorer les modes de représentations de l’humain à l’aube du post-humain. Même si les confrontations entre un homme organique (ou naturel) et des êtres artificiels remontent au début du XIXè siècle, c’est avant tout la période contemporaine que ce colloque privilégiera aussi bien dans les arts textuels que visuels. La période charnière pour dater les prémisses de la réflexion contemporaine sur le post-humain est celle de l’après seconde guerre mondiale. On voit alors apparaître la possibilité d’une mort globale de l’humanité. Les progrès technologiques n’ont pas cessé depuis et les champs d’exploration de la technique se sont ouverts au vivant, avec l’apparition des biotechnologies. L’automate a cédé la vedette au cyborg, au clone et à l’intelligence artificielle.

Se repose ainsi la question de la définition de la personne et de l’espèce humaine. L’humain semble pouvoir désormais s’écrire et se dire par l’absence et le creux, par ce qu’il n’est pas, ne devrait pas pouvoir être ou ne sera plus. Dans une société qui évolue vers un dépassement de la mesure humaine et du corps humain (qu’il soit genré ou non), le reflet du même peut se révéler totalement autre et donc encore plus menaçant. Par ailleurs, le pouvoir du virtuel sur le réel marque profondément des auteurs et artistes contemporains qui ont recours à l’imaginaire pour illustrer les dérives d’une société qui fonctionnerait par référence à l’image et à l’illusion. La résistance des corps – individuels mais aussi collectifs – s’inscrit alors dans une réflexion politique et philosophique sur une persistance possible de l’humain.

Du gothique au fantastique post-moderne, de la fiction spéculative aux dystopies récentes, les failles des sociétés post-industrielles successives permettent d’explorer l’au-delà des frontières de l’humain et de révéler la menace qui pèse sur ce dernier. Depuis les écrits de Foucault sur le « biopouvoir », les approches socio-philosophiques de Baudrillard, Jameson, Virilio, Badiou et Nancy montrent une fragilisation de l’humain et la menace d’un possible effacement de ce dernier dans un monde où la nature même du réel est remise en question. Au cours des dernières décennies, de nombreux textes sont par ailleurs venus complexifier la réflexion sur l’humain en le mettant en regard d’une post-humanité. Le « manifeste » de Donna Haraway, les écrits de Fukuyama ou de Dominique Lecourt, les polémiques déclenchées par Peter Sloterdijk et ses Règles pour le parc humain sont d’autres symptômes d’une réflexion sur des mutations possibles de l’espèce qui pourraient bien remettre en question une représentation (commune?) de l’humain.

Les propositions de communication pourront s’ancrer dans différents contextes socioculturels et tenter de mettre en relief les aspects ontologiques, épistémologiques, éthiques, esthétiques, économiques ou politiques qui alimentent la réflexion sur les frontières de l’humain à l’aube du post-humain.
Conférences plénières : Peter Childs (University of Gloucestershire), Thierry Hoquet (Université Paris Ouest), Gaïd Girard (Université de Bretagne Occidentale)
Les propositions sont à adresser avant le 30 avril 2012 à : helene.machinal@univ-brest.fr ou gaid.girard@univ-brest.fr
Comité d’organisation : Hélène Machinal (Professeur) organisatrice du colloque, Gaïd Girard (Professeur) co-organisatrice du colloque, Annick Cossic (Professeur) responsable du CEIMA (affilié à l’HCTI, EA 4249)
Comité scientifique : Hélène Machinal, Pierre Cassou-Nogues, Jean-François Chassay, Paloma Bravo, Sylvie Crinquand, Laurence Gaida, Gaïd Girard
Contact : Francoise.dourfer@univ-brest.fr (secrétariat de HCTI, EA 4249)

Strange Divisions and Alien Territories: The Sub-Genres of Science Fiction

Parution de l’ouvrage dirigé par Keith Brooke,
Strange Divisions and Alien Territories
The Sub-Genres of Science Fiction

Palgrave Macmillan, février 2012, 240 p. ISBN : 9780230249677

Cet ouvrage propose de passer en revue les principaux sous-genres de la science-fiction. Chaque chapitre est pris en charge par un auteur de science-fiction, et se clôt par une courte liste d’œuvres représentatives  du sous-genre. Le premier chapitre est proposé au téléchargement sur la page de l’éditeur.

Table des matières
Foreword (Michael Swanwick)
Hard Science Fiction (Gary Gibson)
Space Opera (Alastair Reynolds)
Aliens (Justina Robson)
Planetary Romance (Catherine Asaro et Kate Dolan)
After the Apocalypse (James Lovegrove)
Time Travel (John Grant)
Alternate History (Kistrine Kathryn Rusch)
Religion (Adam Roberts)
Topian and Political Science Fiction (Keith Brooke)
Cyberpunk and the Human-Machine Interface (James Patrick Kelly)
Special Powers (Paul Di Filippo)
Post-human (Tony Ballantyne)
Picking Up The Pieces (Keith Brooke)