Archives de catégorie : Parutions

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Il faut saluer la réédition par la maison Nilsane des nouvelles de Carl Grunert, auteur d’anticipation allemand de la fin du XIXème siècle,  admirateur du père de la littérature allemande de science-fiction, Kurd Laßwitz. Né en allemagne à Naumburg an der Saale en 1865 et décédé à Eckner en 1918, Grunert est essentiellement connu pour ses nouvelles d’anticipation (dont le recueil Der Marsspion und andere Novellen [L’espion de Mars et autres nouvelles], 1908) même s’il a publié des pièces de théâtre (Judas Ischariot, 1888) de la poésie (Liebe und Leben [Amour et vies], 1910), sous le pseudonyme de Carl Friedland. Il a publié trente-deux « nouvelles du futur » [Zukunftsnovellen] entre 1903 et 1914, partiellement reprises dans le volume des éditions Nilsane. Il appartient à une génération d’écrivains d’anticipation allemands, Albert Daiber, Oskar Hoffman et Robert Heymann, précurseurs d’une science-fiction allemande reconnue notamment à partir des années 1920 grâce au travail de Théa von Harbou, épouse de Fritz Lang, scénariste de Metropolis (1926) ou encore de Die Frau im Mond [La femme dans la Lune](1929) qui  seront traduits et adaptés en romans dans de nombreuses versions.

Pour en savoir plus sur la littérature utopique, l’anticipation et la science-fiction allemande: Daniel Walther, préface au Livre d’Or de la science-fiction : Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Presses pocket, Paris, 1980 (http://www.noosfere.org/icarus/articles/article.asp?numarticle=202)

livre-or-science-fiction-allemande

Les éditions Nilsane, qui se qualifient elles-mêmes fort joliment de « passeur de futurs antérieurs », cherchent, en cette période de redécouverte de la première science-fiction française, à porter leur attention sur sa consoeur d’outre-Rhin. Après la réédition – en nombre limité, semble-t-il – d’Utopolis, roman profondément politique de 1930 dû à Werner Illing, et en attendant celle de Lesabéndio. Un roman d’astéroïde (1913) de Paul Scheerbart prévu pour 2015, elles ont choisi de proposer une édition en un volume unique de trois recueils de nouvelles, écrites par Carl Grunert (1865-1918) entre 1905 et 1908.

148755auroyaumedenullepart

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908, éditions Nilsane, collection « Arche de Noé », 2012, 364 pages 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

ReS Futurae n°4 – Philippe Curval

Crédits : Philippe Curval

La revue ReS Futurae vient de mettre en ligne son numéro 4, dont le dossier est consacré à Philippe Curval.

Au sommaire :

Irène Langlet – Éditorial

Philippe Curval

Simon Bréan – Philippe Curval : entre plaisir et liberté

En direct de Science Fiction Studies

Varia

Entretien

Lectures

Vintage Visions et l’étude de la proto-science-fiction

À l’occasion de la sortie de l’anthologie d’articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l’étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l’apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d’autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d’érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l’écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d’auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l’éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

Green Planets: Ecology and Science Fiction

Parution de l’ouvrage Green Planets: Ecology and Science Fiction, sous la direction de Gerry Canavan et Kim Stanley Robinson, Wesleyan University Press, avril 2014, 280 p.

Présentation de l’éditeur :
Essays exploring the relationship between environmental disaster and visions of apocalypse through the lens of science fiction

Contemporary visions of the future have been shaped by hopes and fears about the effects of human technology and global capitalism on the natural world. In an era of climate change, mass extinction, and oil shortage, such visions have become increasingly catastrophic, even apocalyptic. Exploring the close relationship between science fiction, ecology, and environmentalism, the essays in Green Planets consider how science fiction writers have been working through this crisis. Beginning with H. G. Wells and passing through major twentieth-century writers like Ursula K. Le Guin, Stanislaw Lem, and Thomas Disch to contemporary authors like Margaret Atwood, China Miéville, and Paolo Bacigalupi—as well as recent blockbuster films like Avatar and District 9—the essays in Green Planets consider the important place for science fiction in a culture that now seems to have a very uncertain future. The book includes an extended interview with Kim Stanley Robinson and an annotated list for further exploration of “ecological SF” and related works of fiction, nonfiction, films, television, comics, children’s cartoons, anime, video games, music, and more.

Contributors include Christina Alt, Brent Bellamy, Sabine Höhler, Adeline Johns-Putra, Melody Jue, Rob Latham, Andrew Milner, Timothy Morton, Eric C. Otto, Michael Page, Christopher Palmer, Gib Prettyman, Elzette Steenkamp, Imre Szeman.

Métaphysique d’Alien

Métaphysique d'AlienParution de l’ouvrage collectif Métaphysique d’Alien, sous la direction de Jean-Clet Martin, éditions Léo Scheer, coll. Philosophie, parution 19 mars 2014, 228 pages.

Présentation de l’éditeur :
Pour toute une génération, la saga des films consacrés à Alien, « le huitième passager » est devenue emblématique du monde en devenir. La nature de sa monstruosité est si puissante qu’il a fini par pénétrer la pensée des philosophes dont il a marqué la jeunesse. Ce recueil s’attache ainsi à montrer l’épouvante que suscite notre rapport au réel, tel que nous l’avons domestiqué. Dans la violence de ce prédateur, nous nous percevons nous-mêmes, avec notre rage destructrice. L’alien est certes inhumain, mais il partage avec la proie que nous sommes un pouvoir d’anéantissement qui nous imite en tant qu’envahisseur de la nature.

L’alien, meurtrier des dieux, nous extermine, mais laisse vivre les chats et les androïdes auxquels il est indifférent. Dans cette valorisation de l’animal et de la machine au détriment des humains, il semblerait que se dévoile une autre vie, sous les traits d’une femme. En elle, se rejouent une chance, une hybridation avec l’univers pour laisser monter comme une «  nouvelle alliance  », un nouvel avenir des machines associées aux hommes.

Métaphysique d’Alien réunit des textes d’Elie During, Jean-Clet Martin, Raphaël Bessis, Charles H. Gerbet, Laurent de Sutter, Frédéric Neyrat, Marika Moisseeff, Antoine Hatzenberger, Véronique Bergen et Peter Szendy.

Présentation de Jean-Clet Martin.

Fiche commerciale avec un court extrait de « Comment faire muter un alien » d’Elie During.

Lecture de Jean-Philippe Cazier.

Science Fiction Studies n°122

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-deuxième numéro.

Articles

Brian J. McAllister, « “You’ll remember Mercury”: The Avant-Garde Worlds of Edwin Morgan’s SF Poetry »
Cet article enquête sur les interactions entre la forme poétique et les conventions de la science-fiction dans les œuvres du poète écossais Edwin Morgan, retraçant leurs liens avec les projets avant-gardistes du début du XXe siècle.

George M. Johnson, « Evil is in the Eye of the Beholder: Threatening Children in Two Edwardian Speculative Satire »
Deux satires spéculatives oubliées de l’époque édouardienne, La Nourriture des dieux (1904) de H. G. Wells et The Hampdenshire Wonder (1911), dressent un sombre portrait d’enfants qui est typique de l’Âge d’or de la littérature pour la jeunesse de l’époque.

Andrew Lison, « “The very idea of place”: Form, Contingency, and Adornian Volition in The Man in the High Castle »
Dans son essai « Engagement » (1962), Theodor Adorno réfléchit au paradoxe de la poésie après Auschwitz : la littérature doit se continuer malgré la barbarie. Il préconise l’art autonome contre l’art engagé. Le roman de Philip K. Dick Le Maître du Haut Château est ici relu à la lumière de cette esthétique paradoxale.

Carl Gutiérrez-Jones, « Stealing Kinship: Neuromancer and Artificial Intelligence »

Nicholas Serruys, « Revisiting and Revising History through Subjectivity in Élisabeth Vonarburg’s Bridge Cycle »
Le cycle publié dans le recueil Le Jeu des coquilles de nautilus (2003) place ses personnages dans des mondes parallèles, dans une situation semblable à celles des lecteurs.

Sean McQueen, « Biocapitalism and Schizophrenia: Rethinking the Frankenstein Barrier »
Le « devenir-animal » de Deleuze et Guattari est utile pour repenser la « barrière de Frankenstein » de George Slusser, le point où le récit de science-fiction revient sur lui-même dans un déni du futur.

Aaron Santesso, « Fascism and Science Fiction »

Ewa Mazierska and Eva Näripea, « Gender Discourse in Eastern European SF Cinema »
Cet article étudie le discours sur le genre dans deux films post-apocalyptiques : Fin d’août à l’hôtel Ozone (1967) du Tchèque Jan Schmidt et Seksmisja (1984) du Polonais Juliusz Machulski.

Review-essays

Andrew Ferguson, « Unearthing the Shaver Mysteries: Nadis’s Ray Palmer’s Amazing Pulp Journey and Toronto’s Richard Shaver, Ray Palmer and the Strangest Chapter of 1940s Science Fiction »

Wendy Gay Pearson, « Sex-as-Discourse vs. Sex-as-Practice: Ginn and Cornelius’s Essays on the Carnal Side of Science Fiction »

Jaymee Goh Sook Yi, « Steaming into the Retro-Future: Taddeo and Miller’s A Steampunk Anthology »

nautile

L’utopie de la Culture d’Iain M. Banks

 

Iain M. Banks, Excession (1996), Le Livre de poche, 2007. Illustration de Manchu.

TRANS-, revue de littérature générale et comparée, propose dans son dernier numéro, intitulé « Au-delà », un article d’Alice Carabédian consacré au cycle de la Culture d’Iain M. Banks, « Utopie, l’essence de l’au-delà ».

Le cycle d’Iain M. Banks entre dans le sujet de l’au-delà en raison de l’utopie qu’il décrit. Imaginant un monde sans travail, dépassant la mort par l’accès à l’immortalité des individus, la Culture représente un au-delà au regard de notre monde. « L’utopie apparaît selon trois registres différents qui, pourtant, se rejoignent : elle est décentrement spatial ; elle est une forme inédite de société ; et enfin, elle est une attitude, un dépassement continué. »

La Culture est aussi une utopie  « éthico-politique » dans son élan « contre les dominations et les injustices » et dans sa recherche de l’altérité. Cette altérité prend forme de manière significative avec le BDO d’Excession, qui « devient l’Excès radical qui manquait à l’utopie ».

Enfin, pour Alice Carabédian, l’utopie selon Banks est partout. Décentrée, voyageuse, elle est nomade comme l’écrit René Scherer. Banks parvient même « à mettre en abyme l’utopie » dans La Sonate hydrogène, avec le Sublime, un stade virtuel qu’on peut voir comme une utopie dans l’utopie. Un dernier stade présenté non sans ironie par l’auteur.

Cet article monographique témoigne de la richesse de l’œuvre de science-fiction d’Iain Banks, un auteur déjà abordé dans ReS Futurae à travers les articles d’Emmanuel Boisset et de Denis Mellier.

Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes

Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Paradoxe », 2014, 160 p.
EAN 9782707323385.

Présentation de l’éditeur :
À suivre la théorie des univers parallèles, que prennent de plus en plus au sérieux les physiciens, je ne suis pas seulement en train d’écrire ce livre, mais aussi de diriger un orchestre symphonique, de mener une enquête à Scotland Yard et de faire l’amour avec une star de cinéma.
Il est étonnant qu’une théorie aussi stimulante, illustrée par un grand nombre d’écrivains – comme Dostoïevski, Nabokov ou les sœurs Brontë – et qui permet de résoudre de multiples énigmes de la vie quotidienne, n’ait pas davantage retenu l’attention des chercheurs en sciences humaines. Ce livre entend combler cette lacune.

Sommaire :

  • Histoire des univers parallèles
  • Topologie des univers parallèles
  • Esquisse d’un modèle
  • Extension du modèle

Premières pages à lire en ligne.

Critique de Christine Marcandier sur le blog Mediapart « Bookclub ».

La Croisée des souffles. La Horde du Contrevent d’A. Damasio

La Croisée des souffles. La Horde du Contrevent d’Alain Damasio

Stéphane Martin & Colin Pahlisch
Postfaces de Marc Atallah et Antonio Rodriguez, L’Archipel, coll. « Essais », 2013, 106 p.

Avec une préface d’Alain Damasio.

Présentation de l’éditeur :

vol_18_1e_couv_webAuteur de deux romans de science-fiction, La Zone du Dehors (1999) et La Horde du Contrevent (2004), ainsi que d’un recueil de nouvelles, Aucun souvenir assez solide (2012), Alain Damasio crée, par une narration polyphonique, des territoires imaginaires incarnés et nourris de philosophie. Ainsi, les inventions langagières propres à son écriture se fondent sur la nécessité de rendre à la création littéraire l’une de ses vertus fondamentales : celle de faire vivre un univers qui invite le lecteur à réfléchir sur ce qu’être vivant signifie.

L’étude de Stéphane Martin retrace le parcours éditorial original de l’écrivain, avant d’aborder la sensualité inhérente à la poétique de La Horde du Contrevent. Colin Pahlisch, quant à lui, met en lumière les racines et implications philosophiques de l’oeuvre d’Alain Damasio, par l’analyse de la communauté et du rapport à l’Autre. La réunion de ces deux perspectives critiques dans un même ouvrage a ainsi pour ambition d’enrichir d’un souffle pluriel l’expérience de cette quête intime qui guide tout lecteur à travers le texte.

Sommaire
Extrait de la préface d’Alain Damasio
Annexe C

ReS Futurae n° 3: La science-fiction française depuis 1970

Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.
Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 3 : La science-fiction française depuis 1970

Au sommaire :

Science Fiction Studies n° 121 : Summa Technologiae de Stanislas Lem

Stanisław Lem , Summa Technologiae, traduit par Joanna Zylinska, University of Minnesota Press, 2013

Dans son numéro de novembre 2013, la revue Science Fiction Studies consacre un dossier à la Summa Technologiae de Stanislas Lem.

Dossier
N. Katherine Hayles, « Stanisław Lem’s Summa Technologiae: Mirror Text to The Cyberiad »
La Summa Technologiae (1964) de Stanislas Lem, publiée en anglais presque cinquante an après sa première parution en polonais, présente un grand intérêt de nos jours principalement pour les idées que Lem a formulées et qui n’ont pas encore été prises au sérieux, et pour la lumière qu’elle jette sur sa fiction, en particulier La Cybériade, publiée un an après la Summa. Alors que la prose de la Summa est sérieuse jusqu’à en être guindée et gauche (d’après son traducteur), la langue de La Cybériade est un feu d’artifice d’allusions, de jeux de mots, de néologismes, de métaphores et d’allitérations. C’est comme si la pression d’écrire un texte qui portait les espoirs d’établir sa crédibilité comme penseur sérieux dans la communauté scientifique internationale se traduisait par une prose pesante, créant comme un miroir inversé de la créativité linguistique et de la liberté déployées dans La Cybériade. La même relation en miroir apparaît dans les structures conceptuelles des deux textes. Les idées mentionnées mais rejetées dans la Summa parce qu’elles ressemblent trop à des spéculations sans fondement de science-fiction constituent les points de départ de plusieurs des récits de La Cybériade, sous la forme de satires spirituelles qui explorent la signification éthique, culturelle et linguistique des idées pseudo-scientifiques mentionnées dans la Summa. Sa traduction en anglais nous invite donc à interpréter de manière neuve et riche La Cybériade, une des œuvres les plus connues de Lem dans le monde anglophone.

David Wittenberg, « Indecision and Splendid Excess: Analogies of Evolution in Stanisław Lem’s Summa Technologiae »
La Summa Technologiae (1964) représente l’effort de Lem pour théoriser l’histoire de la technologie et pour prédire son avenir en se fondant sur des analogies complexes et parfois divergentes qu’il voit entre l’évolution technologique et l’évolution biologique. J’avance que l’indécision persistante de Lem ou son ambivalence concernant la relation exacte entre la technologie et la biologie constitue en fait la force de l’ouvrage, et peut-être son essence philosophique. Alors que Lem choisit le plus souvent un vocabulaire technique emprunté à la cybernétique, sa prose pullule d’autres figures quasi scientifiques et quasi fictionnels, qui ne s’accordent pas tous avec la méthode ou avec les implications de l’analyse de la techno-évolution. Parfois, des narrateurs adoptent pour stratégies l’anecdote ou la satire qui sapent avec bonheur le propre usage trop sérieux par Lem d’analogies biologiques pour traiter de sujets tels que la réalité virtuelle (« phantomatiques ») ou les moyens de communication. Il en résulte une écriture qui oscille entre quelque chose de proche de la doctrine sociobiologique et un discours plus libre qui rappelle les raconteurs parodiques ou sardoniques des fictions de Lem. Pour conclure, je suggère brièvement que la théorie du langage sous-jacente dans la Summa inhibe peut-être une analyse vraiment pertinente de la techno-évolution, mais que cette insuffisance peut elle-même avoir l’effet salutaire d’ouvrir la multiplicité de spéculations débridées que comprend le livre monumental de Lem.

Pawel Frelik,«  Stanisław Lem’s Summa Technologiae as Impossible Utopia »
La Summa Technologiae (1964) de Stanislas Lem est la présentation la plus complète et la plus systématique de sa vision de l’avenir de la science et de la technologie, qui peut se révéler particulièrement utile pour l’analyse de ses fictions. En tant que texte propre, cependant, la Summa échoue par son manque d’attention au cadre social, politique et économique de la science et de la technologie. Ceci est inhabituel chez Lem, dont la plupart des autres écrits montrent plus ou moins explicitement une grande attention pour les problèmes politiques. Cet article met en contexte cette dépolitisation de la Summa et suggère des raisons possibles au discours de Lem.

Stanisław Lem, Summa Technologiae. Dzieła. Tom 28 Agora, Biblioteka Gazety Wyborczej, 2010.
Stanisław Lem, Summa Technologiae. Dzieła. Tom 28 Agora, Biblioteka Gazety Wyborczej, 2010.

Istvan Csicsery-Ronay, Jr., « The Summa and the Fiction »
Les thèmes de la Summa Technologiae (1964) de Stanislas Lem sont repris dans plusieurs des œuvres de fiction de cet auteur, en particulier La Voix du maître (1968) et Golem XIV (1981). Ces romans montrent comment Lem fait varier ses motifs en les racontant dans différents registres. Golem XIV présente la conception de la techno-évolution triomphante de la Summa à travers la voix de l’un de ses bénéficiaires, une intelligence artificielle d’ordinateur sur le point de devenir une singularité. La Voix du maître présente le thème des limites cognitives depuis la perspective du professeur Hogarth, pour qui le « Message des étoiles » neutrinique représente l’espoir que les civilisations technologiques puissent devenir bienveillante et « biophiles ».

Suite du numéro, hors dossier
Mariano Martín Rodríguez, « Longing for the Empire? Modernist Lost-Race Fictions and the Dystopian Mode in Spain »
Eileen McGinnis, « Remediated Readers: Gender and Literacy in Neal Stephenson’s The Diamond Age »
Jonathan Newell, « Abject Cyborgs: Discursive Boundaries and the Remade in China Miéville’s Iron Council »
Stephen Dougherty, « The Dangerous Rays of the Future: Democracy, Media, Science Fiction »
REVIEW-ESSAYS
Stephen Dougherty, « The Self Is a Reader, The Reader a Time Traveler: Wittenberg’s Time Travel »
Arthur B. Evans, « Good News from France: Vas-Deyres’s Ces Français qui ont écrit demain , Bréan’s La Science-fiction en France, Fondanèche’s La Littérature d’imagination scientifique »
Pawel Frelik, « How We Think When We Think About Science Fiction: Hayles’s How We Think »

Science Fiction Studies n° 119 : Chinese Science Fiction

Dans son numéro de mars 2013 dirigé par Yan Wu et Veronica Hollinger, la revue Science Fiction Studies consacre un dossier entier à la science-fiction chinoise.

Lao She, La Cité des Chats, traduit par Geneviève François-Poncet, Presses Pocket, 1992.
Lao She, La Cité des Chats, traduit par Geneviève François-Poncet, Presses Pocket, 1992.

Dans son introduction, qui reprend une expression employée par Brian Aldiss lors d’un voyage en Chine où il avait l’impression d’être sur une autre planète, la « planète de la Grande Muraille », Yan Wu explique comment la science-fiction, introduite à la fin du règne de la dynastie Qing, s’est acclimatée à la littérature chinoise. Le régime de la république de Chine a ensuite découragé en grande partie l’essor de la science-fiction chinoise en raison de la présence possible de critique politique, ce qui n’a pourtant pas empêché la publication de quelques utopies et dystopies. Tiraillée entre la culture traditionnelle chinoise et l’idéologies marxisto-léniniste du régime, la science-fiction s’est longtemps trouvée réduite à quelques récits pour la jeunesse. C’est après 1978 que les nombreuses traductions de romans de science-fiction anglo-saxons ont suscité un regain d’intérêt pour le genre. Puis après 1989, avec les événements de la place Tian’anmen et le virage économique libéral du pays, la fantasy s’est à son tour imposée, sans rogner sur la popularité de la science-fiction, un engouement qui se traduit par l’émergence d’auteurs célèbres comme Liu Cixin, Han Song ou Wang Jinkang.

Pour Yan Wu, la science-fiction chinoise se caractérise par la mise en avant du thème de la libération d’anciennes structures institutionnelles, politiques ou culturelles. Le rapport à la science semble différent de celui qu’entretient la science-fiction occidentale. Elle se caractérise enfin aussi par son interrogation sur l’avenir de la culture chinoise millénaire. Cette science-fiction venue d’ailleurs attire aussi depuis quelques années l’attention de chercheurs occidentaux, qui recourent à des perspectives critiques telles que la littérature du tiers-monde, l’orientalisme ou le post-colonialisme. Tout en déplorant l’absence d’un article consacré à l’ère Mao, l’auteur de l’introduction espère que ce numéro spécial encouragera de nouvelles recherches sur la science-fiction chinoise.

Articles

Yan Wu, « “Great Wall Planet”: Introducing Chinese Science Fiction »

Han Song, « Chinese Science Fiction: A Response to Modernization »

Liu Cixin, « Beyond Narcissism: What Science Fiction Can Offer Literature »

Nathaniel Isaacson, « Science Fiction for the Nation: Tales of the Moon Colony and the Birth of Modern Chinese Fiction »
La science-fiction chinoise est apparue comme le résultat de deux facteurs convergents au tournant du vingtième siècle : d’abord, la crise épistémologique provoquée par l’assujettissement semi-colonial de la Chine par les puissances européennes, et ensuite, l’imaginaire impérialiste des échanges mondiaux et de la conquête qui ont mené à l’émergence du genre en Occident et à sa traduction en Chine via le Japon. À travers une lecture minutieuse de Yuè qiú zhí mín dì xiǎo shuō (Roman de la colonie lunaire) de Huangjiang Diaosou, cet article explore les peurs liées à l’utopie, au nationalisme et à l’occidentalisme telles qu’elles se révèlent dans la science-fiction chinoise des premiers temps.

Shaoling Ma, « “A Tale of New Mr. Braggadocio”: Narrative Subjectivity and Brain Electricity in Late Qing Science Fiction »
Cet article étudie la relation entre le soi et la société dans Xīn falu xiàng shēng tán de Xiu Nianci (Conte d’un nouveau M. Braggadocio, 1905) . La nouvelle joue avec la subjectivité à la première personne et avec l’invention du narrateur, l’électricité du cerveau, remettant en cause la solution de continuité entre l’individu et la société ainsi que la séparation entre le travail et le capital qui est au cœur de la vision de Marx des relations sociales de production. Plus spécifiquement, l’électricité cérébrale réimagine la différence entre les humains et les machines et réécalue les moyens et les relations de production. Ce faisant, elle fournit une étude d’économie politique rare dans la fiction chinoise de la fin de la période Qing.

Lisa Raphals, « Alterity and Alien Contact in Lao She’s Martian Dystopia, Cat Country »
Cet article passe en revue plusieurs contextes pour traiter les thèmes de l’altérité et du contact extraterrestre dans Māo chéng jì (La Cité des chats) de Lao She, une œuvre qui chevauche plusieurs cultures et pose d’importantes questions aux chercheurs qui étudient tant la science-fiction que la littérature chinoise. Il étudie la manière dont La Cité des chats entre ou non dans l’histoire de la science-fiction ainsi que dans la littérature chinoise du vingtième siècle. Il compare enfin le traitement du contact extraterrestre et de l’altérité dans La Cité des chats et dans « Une odyssée martienne » de Stanley Weinbaum.

Mingwei Song, « Variations on Utopia in Contemporary Chinese Science Fiction »
Le récit utopique a connu plusieurs variantes dans la science-fiction chinoise contemporaine, le genre se développant à partir de la fin de période Qing. À travers l’analyse des écrits de trois auteurs, Han Song, Wang Jinkang, et Liu Cixin, cet article étudie trois thèmes qui caractérisent la nouvelle vague de la science-fiction chinoise : la montée de la Chine, le mythe du développement, et la posthumanité.

Jia Liyuan, « Gloomy China: China’s Image in Han Song’s Science Fiction »
Cet article est centré sur l’œuvre de Han Song, un important auteur de la science-fiction chinoise. Ses histoires sombres et complexes regorgent de violence et de sang versé, et bien qu’elles aient souvent laissé leurs lecteurs perplexes, leur valeur a été défendue par plusieurs critiques. L’œuvre de Han Song dépasse la critique de Lu Xun du caractère national et en fait l’héritier de l’esprit éclairé du mouvement du 4 mai (1915-1921). L’influence du bouddhisme empreint son œuvre de nihilisme, ce qui inévitablement réduit la portée de sa critique. Des sentiments contradictoires de détachement de la réalité et d’attachement à cette même réalité s’expriment dans son écriture de science-fiction, que l’on peut voir comme une pratique du dharma autant qu’une critique de la réalité. Sa « Chine maussade » peut non seulement être vue comme une allégorie nationale au sens de Fredric Jameson, mais aussi comme une exploration universelle du sens de l’existence.

Qian Jiang. « Translation and the Development of Science Fiction in Twentieth-Century China »
La traduction a joué un rôle dans dans l’évolution de la science-fiction en tant que genre dans la Chine du XXe siècle. Elle a fourni le coup d’envoi de la naissance de la science-fiction à la fin de la période Qing, et les traductions ont influencé fortement les fictions originales lors de différentes phases du développement de la science-fiction chinoise.

Wei Yang, « Voyage into an Unknown Future: A Genre Analysis of Chinese SF Film in the New Millennium »
Le cinéma de science-fiction est un nouveau genre du cinéma chinois. Empruntant abondamment à son homologue hollywoodien – costumes, décors, intrigues, effets visuels, etc., les films de science-fiction chinois ne montrent toutefois que rarement la vision fondée sur la science ou l’exploration qui marque plusieur films ambitieux réalisés en Occident. Les films chinois tendent à revenir aux conventions cinématographiques locales préexistantes et se combinent avec d’autres genres comme la fantasy, les histoires de fantômes ou d’horreur, la fiction sentimentale et les films d’arts martiaux. Le développement du cinéma de science-fiction chinois est rendu plus complexe par la tendance postmoderne actuelle à l’hybridité et à l’intertextualité, qui soumet le genre à l’imitation et à la parodie. Les éléments intergénériques dominants révèlent son statut de genre subordonné dans lequel la sémantique science-fictionnelle est choisie en fonction de ses relations syntaxiques avec d’autres genres. En ce sens, les films de science-fiction chinois seraient mieux définis comme des films « sur des thèmes de science-fiction ».

 

Suite du sommaire, hors dossier :

REVIEW-ESSAYS

Michael Saler. Science, the Paranormal, and Science Fiction: Cheng’s Astounding Wonder and Kripal’s Mutants and Mystics

Nicholas Ruddick. Unheimlich Maneuvers: Beaumont’s The Spectre of Utopia and James’s Maps of Utopia

BOOKS IN REVIEW

Clarke’s Conversations with Jonathan Lethem and Lethem’s The Ecstasy of Influence (Paweł Frelik)

Gaspar’s The Time Ship: A Chrononautical Journey (David Wittenberg)

Dillon’s Walking the Clouds (Amy Ransom)

Murphy/Vint’s Beyond Cyberpunk (Gerry Canavan)

Page’s The Literary Imagination from Erasmus Darwin to H.G. Wells: Science Evolution, and Ecology (Patrick Parrinder)

Schmeink/Böger’s Collision of Realities and Schmeink/Müller’s Fremde Welten: Wege und Räume der Fantastik (Franz Rottensteiner)

Smith’s The Journalism of H.G. Wells (John Huntington)

Stallings/Evans’s Murray Leinster: The Life and Works (Joe Sanders)

Westfahl’s The Spacesuit Film: A History, 1918-1969 (J.P. Telotte)

Zgorzelski’s Born of the Fantastic (Grzegorz Trźbicki)

NOTES AND CORRESPONDENCE

Cutting Up in der Kunsthalle (Rob Latham)
The Politics of Adaptation Conference (Gerry Canavan)
The PKD Festival in San Francisco (Umberto Rossi)
Tales from the British Museum (Roger Luckhurst)
Fi-Sci (Alexis Kirke and Eduardo Miranda)
The Posthuman at Home (Hallvard Haug)
“Sounds of Space” Workshop (Paweł Frelik)
Who Originated the Term “Chronoclasm”? (David Ketterer)
A Feminist Utopia for Annie Denton Cridge? (Taryne Jade Taylor)
SFS Symposium at the 2013 Eaton/SFRA Conference (SFS editors)

Science-fiction et didactique des langues

Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel
Ouvrage dirigé par Yves Bardière, Estelle Blanquet & Éric Picholle
Éditions du Somnium, Enseignement & Science-Fiction, ESF 2, février 2013, 422 p. ISBN : 978-2-9532703-2-7

Présentation de l’éditeur :
La science-fiction, ses thèmes et ses esthétiques occupent désormais une place centrale dans notre imaginaire collectif, et en particulier dans celui des jeunes. Riche d’outils pédagogiques novateurs et transdisciplinaires, elle s’enracine progressivement dans le monde de l’enseignement. Pour la deuxième édition de ses Journées Enseignement et Science-Fiction, lʼIUFM de Nice Célestin Freinet a choisi de se pencher sur les emplois possibles de la science-fiction en didactique des langues, vivantes et classiques.
Ces actes incluent donc un volet théorique conséquent, mais aussi des retours dʼexpérience variés et plusieurs exemples concrets de séquences dʼenseignement. Ils sʼadressent aussi bien aux étudiants préparant les concours de professorat (CAPES et agrégation dʼanglais, en particulier) quʼaux enseignants déjà en poste.

Sommaire détaillé

Préfaces
> Une diversité essentielle Pierre Lavail, IA-IPR Anglais
> La science-fiction, «l’espace incompréhensible et le temps insoutenable» Marie-Caroline Vinciguerra, IA-IPR Lettres
Avant-propos
> SF et didactique des langues Yves Bardière

1.Didactique des langues vivantes : de la théorie à la pratique
1.1 Cadre théorique
De l’ASF à la SF : variations lexicales sur un même thème Yves Bardière
La didactique des langues étrangères :
quelle place pour la SF dans le dispositif actuel ? Yves Bardière
La science-fiction, une entrée culturelle
au service de la construction des compétences Pierre Lavail
1.2 Retours d’expérience
La science-fiction comme pratique pédagogique Jeanne-A Debats
Un jeu d’étymologie participative Nathalie Labrousse
Ateliers d’écriture de science-fiction et apprentissage de la langue Claude Ecken
Ateliers d’écriture en lycée professionnel Alain Rey

2. Volet linguistique et culturel
1.1 Cadre théorique
1984 : Le novlangue orwellien Florence Albrecht
Langues et formes de vie extraterrestres Jean-Luc Gautero
La sémantique générale, rêve ou cauchemar SF ? Éric Picholle
Une uchronie linguistique : Rêves de Gloire et le pataouète Roland C. Wagner
1.2 La langue objet d’étude
Approche linguistique, fictionnelle et didactique de la pragmatique Yves Bardière
Du Quenya à l’Anglais contemporain, voyages inattendus avec Tolkien Daniel Tron
Le vrai puits et abyme de la (xéno-)encyclopédie Éric Picholle
Dilemmes et petite cuisine de traducteur Roland C. Wagner

3. Le cinéma SF : un outil pour l’enseignement des langues
Do you grok English? De la SF en cours d’anglais Daniel Tron
Cinéma de science-fiction et études interculturelles Danièle André
Un péplum scientifique : Agora d’A. Amenábar Éric Picholle
> Nuts and Bolts : quelques suggestions thématiques Daniel Tron

4. Civilisations antique, la langue et les mythes
La SF et les mythes : Chaos et cosmos réconciliés Marie-Caroline Vinciguerra
La civilisation gréco-romaine (langues et mythes) dans la SF Pierre Stolze
Un exemple de collaboration entre sciences et lettres classiques au collège Jeanne-A Debats & Estelle Blanquet
Le projet Mémoires Millénaires, entretien avec l’éditeur Frédéric Boyer, par Ugo Bellagamba

Conclusion et perspectives
Yves Bardière, Estelle Blanquet & Éric Picholle

Annexes
Dictionnaire des intervenants
Index des œuvres citées
Index des noms et thèmes
Crédits et remerciements

Lost, fiction vitale

Parution de l’ouvrage de Sarah Hatchuel, Lost, fiction vitale, PUF, janvier 2013, 152 p. ISBN : 978-2-13-060758-8

Présentation de l’éditeur :

Lost n’est pas seulement l’histoire d’un avion qui s’écrase sur une île (pas si) déserte.
Phénomènes surnaturels, retours dans le passé, bonds dans l’avenir, voyages dans le temps : fresque épique et tragique de 121 épisodes, Lost nous fait vivre la désorientation de ses personnages, met au défi notre compréhension et invite aux visionnages répétés et à l’interprétation en continu. Elle pense notre rapport à autrui, au temps, à la vérité, à la croyance et à la fiction.
Cet ouvrage explore comment la série réconcilie postmodernisme et sincérité, distance critique et émotion pure, visions du monde multiples et expérience universelle de vie et de mort. Série de coïncidences, de miracles et de retrouvailles, fiction vitale qui relie et se relit, Lost a tout simplement révolutionné la construction narrative télévisuelle.

Table des matières

Introduction : Lost ou l’histoire d’un éveil

1. « Nous devons y retourner »
L’art de la nostalgie : retours géographiques, temporels et narratifs
L’art de la remédiation : intertextualités
Lost au-delà la fiction : hypersérialité et constructions médiatiques
Retour d’images : surveillance et télé-réalité
L’art du choc : retournements, renversements

2. « Ce qui est arrivé est arrivé »
Le temps de Lost : écriture et expérience
La mémoire au présent : retour du refoulé
« Sais-tu où tout cela va ? » : la croyance à l’épreuve du récit

3. « Rendez-vous dans une autre vie, mon frère »
« Vivre ensemble ou mourir seul »
Je est un Autre
« Se souvenir » : retrouver Lost ou le retour sur la série

Conclusion. « Lâcher prise » : Lost ou la l’expérience de la vie
Bibliographie

L’invention du réel : J. G. Ballard

Otrante, n° 31-32, hiver 2012, éditions Kimé
L’invention du réel : J. G. Ballard
Responsable éditorial : Samuel Archibald

« La fiction est déjà là. Il nous appartient d’inventer la réalité ». Ainsi parlait J.G. Ballard (1930-2009), le scribe fou de Shepperton, qui aura à ce point marqué le panorama culturel anglo-saxon que le dictionnaire. Collins a consacré l’usage de l’adjectif ballardien : « ce qui évoque ou suggère des conditions semblables à celles qui sont décrites dans les œuvres de Ballard, en ce qui a trait particulièrement à une modernité dystopique, à des paysages architecturaux désolés et aux effets psychologiques des développements technologiques, sociaux et environnementaux ». De ses premiers romans apocalyptiques jusqu’aux récits récents de communautés déréglées, en passant par la trilogie de béton et la phase expérimentale des années 60-70, J.G. Ballard s’est imposé comme le grand chantre de l’hypermodernité dans les sociétés libérales, au fil d’une œuvre qui  n’a craint ni les scandales moraux ni les excès formels. Ce numéro d’Otrante tente ici une plongée au coeur des leurres et dédales de la fiction ballardienne, celle-là même qui opposait à la science-fiction des confins interstellaires sa volonté d’explorer, les yeux grands ouverts, nos paysages intérieurs. Numéro double.

Dossier Ballard

Irène Langlet : Les Apocalypses pensives de J. G. Ballard

Jean-Paul Engélibert : Apocalypses critiques. Les romans de J. G. Ballard de The Drowned World à Kingdom Come

Jean-Philippe Gravel : Crash !, ou l’ordre de la voiture

Vicky Pelletier  : J. G. Ballard : de la catastrophe naturelle à la catastrophe urbaine. Variations autour d’un imaginaire de la fin

Sébastien Gayraud : Atrocités modernes: J.G. Ballard et le Mondo movie

Élaine Després : Île déserte au cœur du village planétaire

Amélie Paquet : Les enfants meurtriers de Sauvagerie

Jean-François Chassay : One More Time for the Show: “SIEG HEIL”

Samuel Archibald : La perfection des ruines. Ballard nouvelliste (1956-1996)

 

Articles hors-thème

Gaïd Girard : Les enfances de l’homme artificiel

Hélène Machinal : Post-humanité et figures de l’intime : machine à penser et oralité dans Ghostwritten de David Mitchell (1999)

Jessy Neau : « Comment concilier les deux choses ? » : de la figure du double à l’écriture du treizième mois dans les récits de Bruno Schulz et dans leur adaptation cinématographique, La Clepsydre de Wojciech Has (1973)

Denis Mellier : La mise en ruine : Verne et l’épreuve de la catastrophe

Laurence Talairach-Vielmas : Voleur de cadavreset cadavres volés dans Frankenstein

Arnaud Huftier : Décollement et déplacement : le mariage révolutionnaire dans « The Adventure of the German Student » de Washington Irving