Archives de catégorie : Chantiers

Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, « Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae » dont voici le premier billet.

 

Après un BTS design graphique au lycée La Martinière Diderot (Lyon) et un DNAP dans le même domaine à l’isdaT (Toulouse), je suis actuellement étudiante en quatrième année à l’ENSBA Lyon.

Les projets menés au cours de ces trois années m’amènent aujourd’hui à m’intéresser à l’utilisation du document dans le design graphique, un thème qui s’affinera dans l’écriture d’un mémoire à partir de 2018 et dans la mise en place du projet de diplôme par la suite. Le premier semestre s’articule autour de divers ateliers principalement axés sur le domaine éditorial. C’est dans le cadre de l’un de ces ateliers, intitulé Identité : texte image, que j’ai eu choisi ReS Futurae comme potentiel client.

La science-fiction est un domaine que je connais assez peu, néanmoins, j’ai récemment eu la volonté d’approfondir les connaissances basiques que j’ai sur le sujet. Le répertoire visuel que proposent les différents médiums et documents autour de la science-fiction, qu’ils soient plus ou moins anciens, m’apparaît déjà comme une base riche à explorer. Voilà pourquoi j’ai pris la décision de me pencher sur ReSF, revue découverte pendant mes recherches.

Continuer la lecture de Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Vintage Visions et l’étude de la proto-science-fiction

À l’occasion de la sortie de l’anthologie d’articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l’étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l’apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d’autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d’érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l’écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d’auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l’éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

Mesurer les traductions en langue française des littératures de l’imaginaire – HTLF 20 / EPOP 3

wordle

Récapitulation au 6 fév. 2014

Le projet HTLF 20 est une grosse ANR [projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche] pilotée par les universités de Paris-4, Tours et Nantes.

http://www.crlc.paris-sorbonne.fr/FR/Page_axe_recherche.php?P1=9

Un volume collectif par siècle. Le volume XXè siècle comportera un chapitre « Littératures de genre », traitant essentiellement des genres suivants : aventure, sentimental, policier, noir, fantastique, SF et fantasy.

Techniquement, il relève de la recherche en littérature à l’ancienne (terrain : bibliothèques ; logiciel : cerveau des chercheurs ; matériel : crayon, papier, tableau dans Word et internet pour les détails) : comparer des traductions, relever les phénomènes saillants, repérer les langues peu ou pas représentées, donner des analyses concrètes et significatives selon les problématiques de chaque chapitre.

Pour « Littératures de genre », on repère surtout les problèmes suivants

  • Effets stylistiques, poétiques (architextuels) et institutionnels (génériques au sens large) des genres populaires et médiatiques
  • Production industrielle sectorisée en genres dominants et sous-genres dynamiques
  • Cycles contrastés de prise de domination de l’anglais et d’affirmation d’autres langues

Exemples d’analyse de détail :

–       la traduction française de Do Androids Dream of Electric Sheep ? remplace le terme bounty hunter par le terme blade runner dans l’édition J’ai Lu 1985 après le film de Scott. Cela fait de la version française un objet insolite, puisque dans le texte original cette substitution ne sera pas faite avant la suite de Jeter en 1995, et n’est de toute façon pas faite dans le texte original de DADES.

–       les mots-fiction caractéristiques de la SF (et son onomastique) donnent lieu à un éventail varié de solutions :

  • transposition étymologique savante : dans Earthsee > Terremer : rain-tree transposé par ondier [pluvier étant déjà attribué à un volatile de la famille des Charadriidae]
  • apposition explicative rajoutée au texte original
  • reprise du mot tel quel : conapt, passé dans le xéno-lexique partagé.

 

Le projet EPOP 3 est basé à l’université de Limoges, et a l’ambition de faire du data mining dans le domaine des littératures populaires. Il consiste à moissonner les catalogues de bibliothèques nationales européennes pour produire des études quantitatives de circulation, répartition culturelle, influences, etc.

Techniquement, on utilise des butineurs bibliographiques de type Endnote ou Zotero pour composer des collections de données pertinentes. Ensuite on synchronise ces collections dans un CMS spécialisé : Omeka. Quand on a de la chance on peut moissonner directement à partir d’Omeka, si les bibliothèques nous ouvrent la passerelle de leur base. Pourquoi ces choix ? Pour pouvoir travailler à partir du standard bibliographique Dublin Core et rendre les données interopérables.

Ensuite, c’est là que ça se complique. Omeka n’est en effet pas prévu pour faire du traitement quantitatif et de la dataviz. On doit donc lui adjoindre des champs supplémentaires pertinents, essentiellement des champs de liaison entre champs existants. Exemples :

  • champ « titre original » pour un titre traduit
  • champ « langue d’origine »
  • etc.

Ce ne serait pas tellement difficile si les moissons de fiches de bibliothèque étaient correctes. Ce n’est pas le cas, parce que le Dublin Core n’en est qu’à sa phase de déploiement et qu’un nombre important de catalogues ont été numérisés à partir de données organisées selon des protocoles locaux.

Du coup, on doit nettoyer les collections, réorganiser les champs, enrichir et rectifier les données. C’est l’un des objectifs du projet : renvoyer aux bibliothèques des données corrigées. Ça pose déjà des problèmes nombreux, car

  • il faudrait que le remplissage fiche par fiche soit réduit au minimum, sur ces corpus industriels (par exemple le numéro de collection, le titre original) ; or
  • les données répétitives connaissent des variations considérables selon les bibliothèques, voire au sein de chaque bibliothèque selon les opérateurs de saisie. On étudie la possibilité de modules auto-apprenants, pour générer au moins un menu déroulant pour chaque occurrence à variantes (exemple : « R. Laffont » et « Robert Laffont »)
  • la correction des données dans Zotero ou Omeka ne peut se faire que fiche par fiche. On étudie la possibilité de faire une extraction Excel pour faire du remplacement de champs en masse et réinjecter ensuite les données corrigées dans Zotero, Omeka, ou les deux.

On en est là (au bout de 3 ans, quand même). Il ne faut pas se cacher non plus que c’est franchement nouveau pour nous à l’univ. de Limoges, qui a de très bons ingénieurs en SIG (géographie, atlas, carto) mais découvrent tout en termes d’analyse de données littéraires. Bref, on ne va pas très vite et le partage d’expériences serait utile.

Application test, février-mars 2014
Langlet / Noosfere

Sur la base de l’association Noosfere, dont les données sont fiables, remarquablement complètes et organisées de façon stable :

http://www.noosfere.com/icarus/livres/livres.asp

On peut essayer des tests sur un corpus ciblé : littératures de l’imaginaire traduites en français.

  • ça peut faire avancer HTLF 20, déjà. Si le test est concluant, on pourrait approcher d’autres bases spécialisées associatives dans le domaine du sentimental ou du policier.
  • ça peut aider EPOP 3 à trouver ses solutions.

Exemple : voici ce que donne une moisson Zotero effectuée sur le catalogue en ligne de la BNF :

exemple zot

La collection est relativement propre, les champs sont assez bien remplis. Mais dans chaque fiche il manque le titre, la date et la langue originaux qui permetraient de lier la fiche automatiquement à la fiche, dans l’exemple, de Helliconia Winter. Sans cette liaison, on n’a rien à étudier ; avec la liaison, on pourrait produire les stats et les cartes de vitesse de traduction, de proportion de langues originales par collection ou année. On pourrait aussi visualiser des « nodes » de connexions entre éditeurs, auteurs et traducteurs. Je pense (fantasme ?) qu’un bon informaticien pourrait même créer le script de génération automatique de la fiche Zotero de l’oeuvre originale, en disant à Zotero d’aller moissonner Helliconia Winter dans la British Library (par exemple) et l’intégrer dans une collection de type « Ailleurs et Demain VO » par exemple. Il faudrait juste que les données contiennent ce champ-là (titre original), le moins sujet à variantes, par définition (encore que: je m’avise que les normes typographiques pourraient nous donner du fil à retordre; mais en ignorant les majuscules, ça devrait aller). Ça peut se remplir à la main, ça, sur un tableau Excel, en allant assez vite.

Si la base de Noosfere, qui a déjà tout ça, parvient à générer ces statistiques, à partir de ses protocoles « maison » (dont j’ignore tout, mais  Zotero ne peut pas butiner leurs fiches) ce sera un bon signal. Qu’en pensez-vous?

La science-fiction en Afrique

Couverture de Joey Hi-Fi pour Zoo City de Lauren Beukes, Presses de la cité, 2013.

Longtemps réputée inexistante, la science-fiction africaine prouve peu à peu son dynamisme et éveille de plus en plus l’intérêt. Un article du Monde diplomatique de juin 2013 signé Alain Vicky met ainsi au jour cette « Afrique, présence des futurs ». Le journaliste y révèle la volonté de jeunes artistes de penser l’avenir du continent à travers le prisme de la science-fiction. Cette dernière a ainsi nourri l’imaginaire du blogueur ghanéen Jonathan Dotse, du réalisateur sud-africain Neill Blomkamp (District 9), ou des femmes de lettres Lauren Beukes d’Afrique du Sud (Zoo City) ou Nnedi Okorafor, Américaine d’origine nigériane.

Si Alain Vicky date du milieu des années 2000 les débuts de cette expression, et si elle a cours surtout en Afrique du Sud,  il est possible de remonter à 1962 et au roman algérien de Mohammed Dib, Qui se souvient de la mer ?, pour trouver des textes épars de science-fiction sur le continent africain. Un roman inclassable de Sony Labou Tansi ou une nouvelle humoristique d’Emmanuel Dongala relèvent aussi de la science-fiction. Longtemps cantonnée à l’étude des fictions d’auteurs afro-américains comme Octavia Butler ou Steven Barnes, l’étude de la science-fiction africaine est en plein essor, comme le prouvent les appels à textes lancés par Mark Bould pour Paradoxa et Science Fiction Studies en 2012.

Une page de ce carnet se propose de présenter les ressources disponibles sur la science-fiction africaine : des bibliographies des fictions littéraires, des anthologies et des études consacrées à la science-fiction africaine, et une courte filmographie.

Féminisme et science-fiction: ouverture

Couverture de la revue « Future Science Fiction » de novembre 1950, trouvée sur le site Hap*Stance*Dep*Art, 31 mai 2012.

Alors qu’a paru en février dernier l’ouvrage de Carlen Lavigne, Cyberpunk Women, Feminism and Science Fiction, il apparaît intéressant de proposer une bibliographie d’études consacrées aux rapports entre le féminisme et la science-fiction.

La science-fiction a souvent été épinglée pour avoir reflété les mentalités de la société de l’époque et pour avoir donné des représentations sexistes des femmes et des rapports entre les sexes. De nombreux auteurs ont cependant su dépasser les stéréotypes et imaginer des situations où la condition féminine échappait aux déterminations de genre. Ce sont presque toujours des femmes de lettres qui ont porté la réflexion sur le sujet.

Leurs œuvres peuvent dénoncer l’oppression et l’exploitation des femmes, comme La Servante écarlate de Margaret Atwood, La Planète aux vents de folie de Marion Zimmer Bradley ou La Parabole du semeur d’Octavia Butler.

D’autres montrent des sociétés égalitaires, comme  La Main gauche de la nuit d’Ursula Le Guin, Le Serpent du rêve de Vonda McIntyre, ou les romans de C. J. Cherryh.

D’autres encore imaginent des sociétés qui inversent le rapport de force, comme Le Rivage des femmes de Pamela Sargent, Un monde de femmes de Sheri S. Tepper,  Chroniques du Pays des Mères d’Elisabeth Vonarburg ou Pollen de Joëlle Wintrebert.

De leur côté, les romans inclassables Les Guérillères de Monique Wittig, L’Autre Moitié de l’homme de Joanna Russ et Woman on the Edge of Time de Marge Piercy, présentant alternativement au sein de la même œuvre dystopie et utopie féministes, combinent les trois types de récits.

Plusieurs auteurs masculins ne sont pas en reste, comme R. A. Heinlein (Révolte sur la Lune), Theodore Sturgeon (Vénus Plus X), Samuel Delany (Babel 17), John Varley (Le Canal Ophite), ou Greg Egan.

Enfin, il ne faut pas oublier les récits précurseurs, comme Herland de Charlotte Perkins Gilman (1915), ni que Mary Shelley, auteure de Frankenstein et du Dernier Homme, était la fille de la féministe Mary Wollstonecraft, qui a écrit la Défense des droits de la femme (1792).

Si le sujet a donné lieu à la publication de nombreux ouvrages dans le monde anglo-saxon, et fait partie des sujets d’études reconnus en science-fiction et dans d’autres genres, dans le monde francophone, la réflexion vient surtout du Québec. En France, on ne peut dénombrer qu’un ouvrage sur l’utopie féministe et quelques articles.

Un prix en hommage à James Tiptree Jr. (pseudonyme d’Alice B. Sheldon) a été créé en 1991 pour récompenser des œuvres de science-fiction ou de fantasy qui « agrandissent ou explorent notre compréhension du genre ». Parmi les romans qui ont reçu ce prix, certains chefs-d’œuvre n’ont de manière inexplicable toujours pas été traduits en français, tels que China Mountain Zhang de Maureen McHugh, Ammonite de Nicola Griffith ou Air de Geoff Ryman.

Ressources sur la musique de science-fiction

Couverture de Francisco Varon pour le n°69 de « Bifrost », éditions du Bélial’, janvier 2013.

Alors que paraît dans le numéro de janvier 2013 de la revue Bifrost un dossier « Culture rock  et science-fiction », qui comprend des textes de Norman Spinrad, Jean-Marc Ligny et Eric Holstein, et après l’exposition « Galactic Hits » de la Maison d’ailleurs lors du festival des Utopiales 2010, il apparaît nécessaire de présenter une bibliographie des études sur la musique de science-fiction.

Cette bibliographie est en deux parties. La première rassemble des études consacrées à la science-fiction dans la musique, où il s’agit surtout de reprendre des thèmes ou un imaginaire de science-fiction, notamment dans le rock. La deuxième partie regroupe les études sur la musique dans la science-fiction, principalement la musique de films ou de séries télévisées, mais aussi la musique dans les récits de science-fiction.

Ressources sur la science-fiction italienne: ouverture

La science-fiction, « fantascienza » en italien, trouve ses origines en Italie dans les romans d’aventures d’Emilio Salgari dès le XIXème siècle. Il faut cependant attendre 1952, qui voit la création des revues Scienza Fantastica et Futuro et de la collection Urania, pour que naisse une véritable école italienne de science-fiction, représentée par Ugo Malaguti, Luca Masali ou Lino Aldani. De nos jours dominée par Tommaso Pinci, la science-fiction italienne a aussi inspiré de nombreux films, souvent parodiques. Une page de ressources rassemble les références bibliographiques des principaux titres traduits en français, une filmographie sélective, et les références de quelques études exclusivement consacrées à la science-fiction de langue italienne.

Ressources sur la science-fiction germanophone: ouverture

La science-fiction de langue allemande reste peu connue en France malgré une longue histoire. Dès 1897, Kurd Laßwitz publie Auf zwei Planeten. Paul Scheerbart impose le genre au début du XXème siècle, un genre représenté en 1923 par le film Metropolis de Fritz Lang, et qu’illustrent des auteurs de littérature générale comme Franz Werfel ou Ernst Jünger. Plus récemment, la série Perry Rhodan et les romans d’Andreas Eschbach ont fait connaître la science-fiction allemande dans le monde entier. Une bibliographie des principaux titres traduits en français, des films et séries les plus connus et une recension des études critiques a pour objet de mieux faire connaître la science-fiction germanophone.

 

Ressources sur la science-fiction hispanophone: ouverture

La science-fiction de langue espagnole est vivante aussi bien Mexique, en Argentine et à Cuba qu’en Espagne. Les œuvres traduites en français viennent néanmoins majoritairement de ce dernier pays. L’activité de traductrice et d’anthologiste de Sylvie Miller permet de mieux la connaître. La science-fiction a aussi inspiré des longs métrages de qualité, principalement en Espagne mais aussi au Mexique et en Argentine. L’intérêt des chercheurs se traduit par des études, nombreuses mais éparpillées, sur le genre dans les littératures hispanophones.

Études sur la bande dessinée de science-fiction: ouverture

La science-fiction, issue de la littérature, a essaimé dans plusieurs autres arts. La bande dessinée a ainsi illustré le genre, qu’il s’agisse de la bande dessinée franco-belge, très inspirée par la littérature et le cinéma, des comics américains, centrés sur les super-héros, ou du manga japonais, qui a ses spécificités. Une bibliographie des études sur la bande dessinée de science-fiction fait le tour des articles de spécialistes de la bande dessinée consacrés à des albums ou à des créateurs de science-fiction.

N’hésitez pas à nous signaler d’autres références par message.

Études sur les séries télévisées de science-fiction: ouverture

Alors que la série américaine Terra Nova voit s’achever la diffusion de sa première saison sur une chaîne française, que la BBC prépare la septième saison de la deuxième série de Doctor Who, et que des rumeurs annoncent la préparation d’une cinquième saison pour Fringe, les séries télévisées de science-fiction connaissent dans le monde anglo-saxon un succès qui ne se dément pas, comme le montre également la persistance des Trekkies ou fans de Star Trek, dont la dernière série s’est achevée en 2005.
Cet engouement a suscité la parution d’études sur les séries télévisées de science-fiction, dont nous proposons une bibliographie, qui invite à guetter la publication des actes de deux colloques tenus en 2011, qui proposaient des communications sur des séries de science-fiction.

Les sites d’information sur la science-fiction

La science-fiction jouit, dans toutes ses dimensions artistiques, d’une grande visibilité sur Internet. Il existe de nombreuses initiatives pour recueillir, compiler et diffuser des informations, qui donnent forme à la mémoire collective de la science-fiction.

Les sites indiqués dans le « réseau SF » sont les plus directement utiles aux chercheurs, parce qu’ils proposent régulièrement des articles lisibles en ligne, dont nous proposerons par la suite une cartographie raisonnée. Les sites de NooSFere et de Quarante-deux offrent aussi des bases de données d’une grande richesse. De plus, l’Association Quarante-deux et la Maison d’Ailleurs recueillent selon leurs logiques propres des fonds très complets de publications de science-fiction.

Pour étendre leur connaissance du domaine de la science-fiction et suivre l’actualité dans le champ francophone, les chercheurs peuvent explorer de très nombreux autres sites, parmi lesquels :

  • ActuSF.com : informations sur les parutions et événements culturels en lien avec la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • BDFI (Base de données francophone de l’Imaginaire) : site bibliographique collaboratif consacré à la science-fiction, à la fantasy, au fantastique.
  • Culture SF : informations sur la science-fiction.
  • Fiction Bis (Encyclopédie permanente de l’Autre-littérature) : encyclopédie en ligne, liée aux éditions Encrage et à l’association Rocambole, portant sur la science-fiction, le western, le roman policier, fantastique, d’espionnage.
  • GHOR: site personnel qui présente des ouvrages de référence sur la science-fiction.
  • Index SF : informations sur la science-fiction.
  • La Nébuleuse SF  (Une encyclopédie de l’imaginaire) : encyclopédie en ligne portant sur la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • Le Cafard Cosmique : informations et chroniques sur la science-fiction (site dormant, mais très riche).
  • Pages françaises de science-fiction : quelques articles et ressources très utiles (site dormant).
  • Planète SF : fil d’information sur la science-fiction.
  • Présences d’esprits : site du Club Présences d’esprits, association d’amateurs passionnés.
  • Répertoire de la science-fiction : site bibliographique portant sur les publications de science-fiction françaises.

Il faut ajouter à cela les forums où discutent les fans, parmi lesquels des auteurs et éditeurs :

Sans oublier les homologues anglophones de ces sites, notamment la très riche base de données ISFDB.

Des chronologies pour la science-fiction française: ouverture

Parmi les chantiers théoriques de ce carnet, ReSF souhaite mettre au point et proposer des listes de « classiques » de la science-fiction.

Une chronologie de la science-fiction archaïque permet de situer dans le temps les ouvrages et les auteurs appartenant à la tradition française de l’imagination scientifique.

Une chronologie de la science-fiction française fournit un aperçu des publications majeures depuis 1950.

Ces chronologies ne sont pas censées être exhaustives. Chaque roman mentionné doit, à terme, être présenté plus en détail. Vous pouvez nous proposer des comptes rendus de ces ouvrages, ainsi que des titres que vous jugez essentiels, en y adjoignant un compte rendu.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.