Les frontières de l’humain et le post-humain / Mapping Humanity and the Post-human

Colloque international « Les frontières de l’humain et le post-humain / Mapping Humanity and the Post-human »
Brest, Faculté Victor Segalen
5-7 septembre 2012

Ce colloque international entend explorer les modes de représentations de l’humain à l’aube du post-humain. Même si les confrontations entre un homme organique (ou naturel) et des êtres artificiels remontent au début du XIXè siècle, c’est avant tout la période contemporaine que ce colloque privilégiera aussi bien dans les arts textuels que visuels. La période charnière pour dater les prémisses de la réflexion contemporaine sur le post-humain est celle de l’après seconde guerre mondiale. On voit alors apparaître la possibilité d’une mort globale de l’humanité. Les progrès technologiques n’ont pas cessé depuis et les champs d’exploration de la technique se sont ouverts au vivant, avec l’apparition des biotechnologies. L’automate a cédé la vedette au cyborg, au clone et à l’intelligence artificielle.

Se repose ainsi la question de la définition de la personne et de l’espèce humaine. L’humain semble pouvoir désormais s’écrire et se dire par l’absence et le creux, par ce qu’il n’est pas, ne devrait pas pouvoir être ou ne sera plus. Dans une société qui évolue vers un dépassement de la mesure humaine et du corps humain (qu’il soit genré ou non), le reflet du même peut se révéler totalement autre et donc encore plus menaçant. Par ailleurs, le pouvoir du virtuel sur le réel marque profondément des auteurs et artistes contemporains qui ont recours à l’imaginaire pour illustrer les dérives d’une société qui fonctionnerait par référence à l’image et à l’illusion. La résistance des corps – individuels mais aussi collectifs – s’inscrit alors dans une réflexion politique et philosophique sur une persistance possible de l’humain.

Du gothique au fantastique post-moderne, de la fiction spéculative aux dystopies récentes, les failles des sociétés post-industrielles successives permettent d’explorer l’au-delà des frontières de l’humain et de révéler la menace qui pèse sur ce dernier. Depuis les écrits de Foucault sur le « biopouvoir », les approches socio-philosophiques de Baudrillard, Jameson, Virilio, Badiou et Nancy montrent une fragilisation de l’humain et la menace d’un possible effacement de ce dernier dans un monde où la nature même du réel est remise en question. Au cours des dernières décennies, de nombreux textes sont par ailleurs venus complexifier la réflexion sur l’humain en le mettant en regard d’une post-humanité. Le « manifeste » de Donna Haraway, les écrits de Fukuyama ou de Dominique Lecourt, les polémiques déclenchées par Peter Sloterdijk et ses Règles pour le parc humain sont d’autres symptômes d’une réflexion sur des mutations possibles de l’espèce qui pourraient bien remettre en question une représentation (commune?) de l’humain.

Les propositions de communication pourront s’ancrer dans différents contextes socioculturels et tenter de mettre en relief les aspects ontologiques, épistémologiques, éthiques, esthétiques, économiques ou politiques qui alimentent la réflexion sur les frontières de l’humain à l’aube du post-humain.
Conférences plénières : Peter Childs (University of Gloucestershire), Thierry Hoquet (Université Paris Ouest), Gaïd Girard (Université de Bretagne Occidentale)
Les propositions sont à adresser avant le 30 avril 2012 à : helene.machinal@univ-brest.fr ou gaid.girard@univ-brest.fr
Comité d’organisation : Hélène Machinal (Professeur) organisatrice du colloque, Gaïd Girard (Professeur) co-organisatrice du colloque, Annick Cossic (Professeur) responsable du CEIMA (affilié à l’HCTI, EA 4249)
Comité scientifique : Hélène Machinal, Pierre Cassou-Nogues, Jean-François Chassay, Paloma Bravo, Sylvie Crinquand, Laurence Gaida, Gaïd Girard
Contact : Francoise.dourfer@univ-brest.fr (secrétariat de HCTI, EA 4249)

Strange Divisions and Alien Territories: The Sub-Genres of Science Fiction

Parution de l’ouvrage dirigé par Keith Brooke,
Strange Divisions and Alien Territories
The Sub-Genres of Science Fiction

Palgrave Macmillan, février 2012, 240 p. ISBN : 9780230249677

Cet ouvrage propose de passer en revue les principaux sous-genres de la science-fiction. Chaque chapitre est pris en charge par un auteur de science-fiction, et se clôt par une courte liste d’œuvres représentatives  du sous-genre. Le premier chapitre est proposé au téléchargement sur la page de l’éditeur.

Table des matières
Foreword (Michael Swanwick)
Hard Science Fiction (Gary Gibson)
Space Opera (Alastair Reynolds)
Aliens (Justina Robson)
Planetary Romance (Catherine Asaro et Kate Dolan)
After the Apocalypse (James Lovegrove)
Time Travel (John Grant)
Alternate History (Kistrine Kathryn Rusch)
Religion (Adam Roberts)
Topian and Political Science Fiction (Keith Brooke)
Cyberpunk and the Human-Machine Interface (James Patrick Kelly)
Special Powers (Paul Di Filippo)
Post-human (Tony Ballantyne)
Picking Up The Pieces (Keith Brooke)

L’homme-machine et ses avatars : entre science, philosophie et littérature, XVIIe -XXIe siècles

Parution de l’ouvrage de Dominique Kunz Westerhoff et Marc Atallah (dir.)
L’homme-machine et ses avatars
Entre science, philosophie et littérature
XVIIe -XXIe siècles

Vrin, « Pour demain », 2012. 320 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2349-5

Présentation de l’éditeur :
Dans le contexte de la révolution galiléenne, Descartes a fondé une anthropologie mécaniste qui n’a cessé de se redéfinir au fil des découvertes scientifiques et des controverses qu’elle a suscitées : après l’Homme-Machine, est venu l’Homme Électrique, puis l’Homme Cybernétique. Ces avatars signalent la constante réévaluation, la mesure toujours reprise d’une métaphore originaire, à la fois féconde et insuffisante, heuristique et limitée. Au carrefour des sciences humaines, des sciences et de l’ingénierie, il s’agit d’historiciser cette construction culturelle au long cours, jusqu’à la robotique bio-inspirée et à l’hybridation contemporaine du corps et de la technologie. L’approche littéraire en éclaire, elle, toute la dimension imaginaire : de l’automate parleur au cyborg, l’innovation scientifique est indissociable, sinon indiscernable, d’une saillance de la fiction. Fable philosophique, poésie scientifique, roman libertin, conte fantastique, théâtre satirique, roman social ou science-fiction : ces différents genres font ainsi valoir la compétence de la littérature pour penser la culture de l’homme-machine, et pour faire émerger le mécanique, le non-mécanique, ou l’anti-mécanique, comme autant de procès d’humanisation opérés par la pratique symbolique.

Des ateliers sur la science-fiction à la BNF

La Bibliothèque nationale de France organise, les lundi 19 mars, 23 avril et 21 mai 2012, des ateliers de présentation de ses collections de science-fiction. Des ateliers du même type avaient déjà eu lieu en novembre et décembre 2011. La BNF dispose d’un fonds très complet de collections de science-fiction, ainsi que d’un grand nombre de revues et de fanzines.

Cette initiative peut être rapprochée des conférences organisées en 2011 autour de sujets de science-fiction, à l’occasion de l’exposition Richard Prince (29 mars-26 juin 2011).

 

Les Mystères de l’Ouest au Centre Pompidou

La science-fiction semble plus que jamais inspirer l’art contemporain et intéresser les centres culturels. Alors qu’une exposition s’est ouverte le 1er février à la Gaîté Lyrique, imaginant 2062 à travers diverses manifestations, le Centre Pompidou propose depuis le 22 février et jusqu’au 12 mars Les Mystères de l’Ouest, « une exposition fantaisiste sur l’abstraction comme odyssée spatio-temporelle. Entre quatrième dimension et physique quantique, les géométries abstraites d’hier et d’aujourd’hui inventent l’art de la téléportation », selon les mots de son commissaire, Pascal Rousseau. L’idée de cette exposition trouverait son origine dans « un épisode des Mystères de l’Ouest (1965) où un savant fou transfère des mercenaires dans des tableaux de maître au moyen d’un curieux diapason électromagnétique ».
Le Centre propose en lien avec cette exposition trois conférences, «Téléportations, les espaces-temps de la modernité», du 7 au 12 mars 2012.

Études sur les séries télévisées de science-fiction: ouverture

Alors que la série américaine Terra Nova voit s’achever la diffusion de sa première saison sur une chaîne française, que la BBC prépare la septième saison de la deuxième série de Doctor Who, et que des rumeurs annoncent la préparation d’une cinquième saison pour Fringe, les séries télévisées de science-fiction connaissent dans le monde anglo-saxon un succès qui ne se dément pas, comme le montre également la persistance des Trekkies ou fans de Star Trek, dont la dernière série s’est achevée en 2005.
Cet engouement a suscité la parution d’études sur les séries télévisées de science-fiction, dont nous proposons une bibliographie, qui invite à guetter la publication des actes de deux colloques tenus en 2011, qui proposaient des communications sur des séries de science-fiction.

Les sites d’information sur la science-fiction

La science-fiction jouit, dans toutes ses dimensions artistiques, d’une grande visibilité sur Internet. Il existe de nombreuses initiatives pour recueillir, compiler et diffuser des informations, qui donnent forme à la mémoire collective de la science-fiction.

Les sites indiqués dans le « réseau SF » sont les plus directement utiles aux chercheurs, parce qu’ils proposent régulièrement des articles lisibles en ligne, dont nous proposerons par la suite une cartographie raisonnée. Les sites de NooSFere et de Quarante-deux offrent aussi des bases de données d’une grande richesse. De plus, l’Association Quarante-deux et la Maison d’Ailleurs recueillent selon leurs logiques propres des fonds très complets de publications de science-fiction.

Pour étendre leur connaissance du domaine de la science-fiction et suivre l’actualité dans le champ francophone, les chercheurs peuvent explorer de très nombreux autres sites, parmi lesquels :

  • ActuSF.com : informations sur les parutions et événements culturels en lien avec la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • BDFI (Base de données francophone de l’Imaginaire) : site bibliographique collaboratif consacré à la science-fiction, à la fantasy, au fantastique.
  • Culture SF : informations sur la science-fiction.
  • Fiction Bis (Encyclopédie permanente de l’Autre-littérature) : encyclopédie en ligne, liée aux éditions Encrage et à l’association Rocambole, portant sur la science-fiction, le western, le roman policier, fantastique, d’espionnage.
  • GHOR: site personnel qui présente des ouvrages de référence sur la science-fiction.
  • Index SF : informations sur la science-fiction.
  • La Nébuleuse SF  (Une encyclopédie de l’imaginaire) : encyclopédie en ligne portant sur la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • Le Cafard Cosmique : informations et chroniques sur la science-fiction (site dormant, mais très riche).
  • Pages françaises de science-fiction : quelques articles et ressources très utiles (site dormant).
  • Planète SF : fil d’information sur la science-fiction.
  • Présences d’esprits : site du Club Présences d’esprits, association d’amateurs passionnés.
  • Répertoire de la science-fiction : site bibliographique portant sur les publications de science-fiction françaises.

Il faut ajouter à cela les forums où discutent les fans, parmi lesquels des auteurs et éditeurs :

Sans oublier les homologues anglophones de ces sites, notamment la très riche base de données ISFDB.

La série culturelle, une notion utile pour penser la science-fiction?

Le séminaire de l’équipe InTRu, à l’université de Tours, s’intéresse cette année à la notion de série culturelle. Dans ce cadre, une réflexion intéressante sur la science-fiction a été proposée par Laurent Gerbier en novembre dernier. Il se sert de la notion de série culturelle pour fonder une approche épargnée par la question des origines ou de la définition, sempiternels points d’achoppement des discours sur la science-fiction.

Cette proposition peut faire point de départ, surtout si on se place sur le plan global de la sérialité, comme nous y invite un prochain colloque organisé par Matthieu Letourneux à Nanterre (voir l’annonce). A l’instar de L. Gerbier, peut-on recourir à la notion de série comme alternative à la notion de genre? Ou, plus localement, à la notion de mythe littéraire? (On pense surtout au surhomme, et à son destin tant politico-culturel que théorique, dans les bagages d’U. Eco).

De minutieuses précautions terminologiques s’imposeront d’emblée: « série » a trop servi pour désigner un format des industries culturelles pour être hissé au rang de concept sans laisser craindre des confusions…

Des chronologies pour la science-fiction française: ouverture

Parmi les chantiers théoriques de ce carnet, ReSF souhaite mettre au point et proposer des listes de « classiques » de la science-fiction.

Une chronologie de la science-fiction archaïque permet de situer dans le temps les ouvrages et les auteurs appartenant à la tradition française de l’imagination scientifique.

Une chronologie de la science-fiction française fournit un aperçu des publications majeures depuis 1950.

Ces chronologies ne sont pas censées être exhaustives. Chaque roman mentionné doit, à terme, être présenté plus en détail. Vous pouvez nous proposer des comptes rendus de ces ouvrages, ainsi que des titres que vous jugez essentiels, en y adjoignant un compte rendu.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.

Études sur le cinéma de science-fiction: ouverture

Une page propose une bibliographie de travaux sur le cinéma de science-fiction. Elle propose une liste des principaux livres en français et en anglais sur le cinéma de science-fiction. Elle recense ensuite de nombreux articles étudiant la science-fiction au cinéma, publiés en revues ou en recueils collectifs, divisés en deux listes : les études publiées en français, et les articles en anglais. Cette bibliographie pourra s’enrichir des apports que vous voudrez y faire, en nous écrivant ou au moyen des commentaires.

Études sur la science-fiction: ouverture

www.mattcashatt.com. Tous droits réservés.

Parmi les outils proposés par ce carnet de recherche, une page est consacrée aux études sur la littérature de science-fiction. Elle est organisée en premier lieu selon une présentation chronologique, pour permettre de visualiser l’évolution des préoccupations critiques. Elle a vocation à être complétée et commentée avec le temps. N’hésitez pas à nous signaler tout ajout qui vous semblerait nécessaire. Vous pouvez également proposer des comptes rendus permettant de mettre en valeur les différents ouvrages.

2062, aller-retour vers le futur à la Gaîté Lyrique

2062 à la Gaîté Lyrique

Le théâtre de la Gaîté Lyrique organise plusieurs manifestations (concerts, spectacles, conférences) autour d’une exposition qui invite à se « plonger dans le futur ». Du 1er février au 25 mars, métro Réaumur-Sébastopol.

Une conférence est consacrée au « temps de la science-fiction« , le 17 mars à 14h30.

http://www.gaite-lyrique.net/theme/2062

Carnet de recherches sur la science-fiction