Archives par mot-clé : anticipation

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Appel à contribution pour le dossier du n°11 de ReS Futurae.

Dossier dirigé par Hugues Chabot (Université Claude Bernard-Lyon 1) et Émilie Pézard (ENS Lyon / ANR Anticipation)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 conjointement à Hugues Chabot (hugues.chabot@univ-lyon1.fr) et Émilie Pézard (emilie.pezard@ens-lyon.fr).

La date de remise des articles est fixée au 30 avril 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts — roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent —, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Continuer la lecture de RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Vintage Visions et l’étude de la proto-science-fiction

À l’occasion de la sortie de l’anthologie d’articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l’étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l’apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d’autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d’érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l’écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d’auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l’éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1890-1950)

C'était demain
Affiche de Lionel Cazaux – Bordeaux 3.

Colloque international, les 24, 25 et 26 octobre à l’Université du Québec à Chicoutimi.

Présentation

Ce colloque est l’aboutissement d’un projet de recherche initié en 2012 entre l’EA CLARE/Université Michel de Montaigne-Bordeaux3, l’Université du Nouveau-Brunswick et l’Université du Québec à Chicoutimi (UQÀC) sur la science-fiction française et québécoise : son ambition est de poser les fondements littéraires, contextuels et formels de la Science-fiction française et francophone d’un XXème siècle élargi (1890-2010). Le premier volet de cette coopération, « Les Dieux cachés de la  science-fiction française et francophone : politique, religion, métaphysique ? 1950-2010 » a eu lieu à Bordeaux en novembre 2012.

La littérature conjecturale française et québécoise de la première moitié du XXe siècle, que l’on n’appelait pas encore science-fiction, mais anticipation, merveilleux scientifique ou voyages extraordinaires, est travaillée par deux perspectives a prioriparadoxales : la modernité politique, sociale et scientifique désignée par l’idéologie du Progrès est combattue par un profond courant pessimiste. La violence de ses représentations, notamment à l’œuvre chez des écrivains populaires, critique et cristallise l’émergence d’une barbarie moderne, alimentée par des idéologies se réclamant de la science et mises en œuvre grâce aux moyens techniques les plus avancés, un des traits dominants du XXe siècle. Ce colloque s’interroge pour la première fois sur l’identité, les supports de production et la critique de ce champ culturel autonome (ou en voie de le devenir) en France et au Québec.

 

Programme

Jeudi 24 octobre 2013

Anticiper la SF au Québec, I

Jean Levasseur, Anticiper l’Apocalypse dans le Saguenay du XIXe siècle

Sophie Beaulé, Des villes et des hommes : de quelques utopies et histoires parallèles du Canada français (1916-1944)

Claude Janelle, Le DALIAF : le connu et l’inconnu

Anticiper la SF au Québec, II

Jean-Louis Trudel, Harvey, Huot et Desrosiers : l’essor avorté de la science-fiction au Canada francophone

Renald Bérubé, Contes pour un homme seul d’Yves Thériault : rusticité et prémonition – ou quand l’inconscient anticipe

Anticiper la SF en France, I

Simon Bréan, ‘Toute l’horreur de l’inconnu’ : la figure de l’Autre, entre fascination et rejet, dans l’anticipation française (1908-1953)

Philippe Clermont, Voyage en évanescence des corps dans la première science-fiction française

Valérie Stiénon, Des années folles ? L’écriture du moment-catastrophe de Claude Farrère à Léon Groc

Anticiper la SF en France, II

François Ouellet, ‘To be and not to be’ ou la question du Père chez René Barjavel

Paul Kawzak, Le roman d’imagination scientifique dans ses rapports au roman d’aventures littéraire de l’Entre-deux-guerres

Vendredi 25 octobre 2013

Autour de Jacques Spitz

Patrick Guay, Il était une fois : Jacques Spitz conteur

Natacha Vas-Deyres et Patrick Bergeron, Des fourmis et des hommes : voyage entomologique au cœur de la protoscience-fiction (1890-1950)

Roger Bozzetto, Les romans de Jacques Spitz : une mise à mort de l’humanité ?

Table ronde : Les débuts de la SF en France et au Québec : regards croisés, animée par Élisabeth Vonarburg

Figures et genres de la conjecture

Marie Palewska, Le merveilleux scientifique de Paul d’Ivoi : une vision optimiste de la science

Alexandre Marcinkowski, L’incubation totalitariste dans la littérature d’anticipation française de l’entre-deux-guerres : le cas exemplaire de La Fin d’Illa de José Moselli

Arnaud Huftier, Henri-Jacques Proumen à la lumière de Rosny aîné : analyse d’un échec littéraire

Machines et voyages

Samuel Minne et Aurélie Villers, Visions martiennes chez Camille Flammarion

Élisabeth Stojanov, C’était hier : la machine temporelle en France de 1883 à 1945

Jean-Loup Héraud, Trois configurations du ‘voyage dans la causalité’ dans la science-fiction française (1912-1945)

Samedi 26 octobre 2013

Journaux, revues et cinéma

Jean-Luc Buard, La science-fiction invisible. Celle publiée au quotidien (1860-1950)

Claire Barel-Moisan, La science au futur antérieur : les romans d’anticipation dans la presse de vulgarisation scientifique

Patricia Crouan-Véron, Aux origines des genres : la fiction de G. Méliès (1861-1938) ou le cinématographe dans tous ses états

 

Comité organisateur et scientifique : Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron et Patrick Guay.

Robida et l’anticipation

La Vie électrique, document fourni par Wikimedia Commons.

Robida et l’anticipation

Appel à communications pour une journée d’études
à Lyon le 19 juin 2014

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Cette journée d’étude se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissant dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation. On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

Les propositions de communication pourront s’intégrer dans les axes suivants :

1. Une écriture de l’anticipation : les genres romanesques et l’humour de Robida

– On pourra s’intéresser aux multiples « genres de l’anticipation » abordés par Robida (et à la pertinence de ces catégories génériques). Les « guerres de demain » constituent-elles un sous-genre spécifique ? Quelle relation l’œuvre entretient-elle avec les traditions de la dystopie et de la contre-utopie ? On verra comment Robida investit le récit illustré pour la jeunesse, en y introduisant sa culture satirique et en permettant ainsi une lecture des textes à plusieurs niveaux.
– On s’attachera également aux relations d’Albert Robida avec le genre du roman d’aventures scientifiques, et plus particulièrement à son dialogue parodique avec l’œuvre de Jules Verne.
– Dans le cadre d’une réflexion sur la poétique du roman d’anticipation selon Robida, on pourra notamment analyser les structures narratives, le travail sur le personnage et le recours aux types, ainsi que la transformation de l’écriture descriptive en raison de la dynamique spécifique texte/image.
– Pour mettre en évidence les multiples ressources de l’humour mobilisé par Robida dans ses récits d’anticipation, on pourra étudier l’usage de la satire, des allusions contemporaines et des procédés d’exagération propres à la caricature, le recours à un comique de situation, ainsi que le travail de l’ironie et plus particulièrement les effets de décalage entre texte et image.
– On s’intéressera également à des récits limites, qui questionnent la nature de l’anticipation : les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne ou la série de « La Boîte aux lettres » (correspondance fictive publiée dans Le Petit Français illustré entre 1896 et 1901 par Robida, Christophe et Henriot) pourraient ainsi redéfinir les frontières de l’anticipation et de l’imagination scientifique.

2. Robida et la « civilisation du journal »

L’œuvre de Robida a été modelée par le double statut de son auteur : il a investi le champ du livre illustré, mais c’est aussi avant tout un homme de presse, dévoilant semaine après semaine une critique en images de la vie culturelle parisienne. Au moment où il publie ses premières œuvres d’anticipation, dans les années 1880, il collabore à de nombreux hebdomadaires, comme Le Journal amusant, La Vie parisienne ou Paris-caprice, et pendant plus de dix ans, il dirige son propre hebdomadaire, La Caricature.
– On pourra donc analyser l’inscription des productions d’anticipation dans la civilisation du journal, et leur relation à la culture de la petite presse et de la presse satirique. On verra l’influence du support sur l’écriture des romans, l’allusion aux événements de l’actualité médiatique témoignant d’une culture du clin d’œil et de la connivence avec le lecteur. Au-delà de ces références, on pourra dégager la proximité entre ces textes et le modèle esthétique que constitue la caricature d’actualité.
– Parallèlement à la presse satirique, un autre champ médiatique interagit avec la production d’anticipation de Robida : celui de la presse de vulgarisation. On examinera alors le dialogue et les éventuelles contradictions entre la fiction d’anticipation et support scientifique. La Vie électrique est ainsi parue dans La Science illustrée, revue de vulgarisation dirigée par Louis Figuier, qui y célébrait par ailleurs les merveilles de l’électricité.
– De façon plus générale, on pourra considérer les effets de la variété des supports de publication sur la nature des discours d’anticipation proposés et sur leur évolution. On retracera ainsi l’histoire de la genèse des œuvres (conditions éditoriales de production, transformations en fonction des supports et des publics). En examinant la diversité des supports, des destinataires, et des formats (romans, pièce de théâtre, articles de presse ou récits en volumes, œuvres pour adultes ou pour la jeunesse, œuvres écrites seul ou en collaboration), on pourra s’interroger sur les effets d’hétérogénéité autant que sur l’unité de l’œuvre.
– Symétriquement à cette imprégnation de la culture médiatique déterminant la production des œuvres d’anticipation, on explorera la réception de ces romans dans la presse d’époque, pour déterminer comment la civilisation du journal se ressaisit, en retour, de cette œuvre produite en son sein.

3. L’anticipation en images : une empreinte visuelle durable

– Le dynamisme propre de l’œuvre de Robida repose sur l’interaction originale construite entre texte et image, et l’élaboration d’un univers visuel d’une richesse remarquable, cohérent d’un roman à l’autre. On pourra examiner les mécanismes narratifs mobilisés pour l’illustration, les effets de convergence, d’expansion, de commentaire ou de contradiction entre la matière textuelle et sa transposition en image.
– Quelles influences esthétiques s’exercent sur la création graphique de Robida ? En dehors de la presse satirique, quel dialogue s’institue avec les autres artistes de presse de l’époque, ainsi qu’avec les illustrateurs de littérature de jeunesse ? On pourra également s’interroger sur l’influence de différents univers visuels, comme celui de la réclame et de l’image publicitaire, ou celui de l’illustration scientifique.
– Quelle place Robida occupe-t-il dans l’histoire de l’illustration ? Se situant après la génération des illustrateurs romantiques tels Gustave Doré, Daumier, Bertall ou Cham, il ouvre la voie à nouvelle génération d’illustrateurs comme Forain, Willette ou Caran d’Ache. Peut-on définir une spécificité de son œuvre d’anticipation, sur un plan graphique, par rapport au reste de sa production ?
– On pourra enfin analyser la postérité visuelle de Robida, dans le domaine de l’anticipation scientifique. Ses images de villes futuristes notamment, sillonnées de dirigeables, ont durablement marqué les représentations, servant de matrice imaginaire à nombre de fictions futuristes du vingtième siècle, et elles se sont vues réactivées récemment par le courant de science-fiction dénommé steampunk.

4. La société du futur

– C’est sous cet angle que l’œuvre de Robida a été le plus souvent abordée. Mais au-delà d’un répertoire des domaines de la société future affectés par l’anticipation – relations sociales (notamment le travail des femmes), transports, loisirs, moyens de communication, urbanisme – il importera de restituer la complexité du positionnement idéologique de son auteur. Le discours de Robida sur la modernité, s’il se déploie souvent dans un registre satirique, échappe néanmoins à l’univocité. A la lumière de ses fictions d’anticipation, on pourra dessiner l’itinéraire politique de Robida. On pourra également analyser les enjeux idéologiques de sa représentation des sciences et des techniques.
– On constate souvent dans les fictions d’anticipation de Robida une répartition du personnel romanesque en deux groupes, qui permet de rejouer sur un plan symbolique la guerre des sciences et des lettres. On pourra interpréter la répétition de cette structure duelle, qui se voit souvent redoublée d’une autre bipartition, sur un plan spatial. Il importera en effet d’analyser la fréquente scission entre différents espaces correspondant à des temporalités parallèles : d’une part le monde du futur, et d’autre part des espaces protégés, conçus comme des conservatoires des mœurs du passé, comme la réserve d’Armorique.
– Les romans d’anticipation sont par ailleurs le lieu d’une réflexion sur le devenir de l’art, où l’on peut deviner la transposition de cibles contemporaines et notamment l’écho des polémiques des années 1880 autour du naturalisme. Au-delà de sa dimension métatextuelle, on pourra développer cette réflexion esthétique, portant sur la littérature, mais aussi les arts du spectacle, la peinture et la musique.

Départ pour le grand prix, Le Vingtième Siècle, 1883, document de Wikimedia Commons.

Bibliographie sélective d’œuvres d’anticipation d’Albert Robida

1869 – La Guerre au xxe siècle – campagne de Jujubie. Album inédit
1883 – Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux
1883 – Le Vingtième Siècle, Paris, Dentu
1883 – « La Guerre au vingtième siècle », La Caricature, n° 200, 27 octobre 1883
1887 – La Guerre au Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux
1889 – La Nuit des Temps ou l’élixir de rajeunissement, Pièce d’ombres pour le cabaret du Chat Noir. Livret, Imprimerie Charles Blot
1891-1892- La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, publication dans La Science illustrée n° 209 du 28 novembre 1891 au n° 244 du 30 juillet 1892
1892 – Jadis chez Aujourd’hui, Paris, Armand Colin, publié en pré-originale par Le Petit Français iIlustré du n°63 du 10 mai 1890 au n° 68 14 juin 1890
1892 – Un Voyage de fiançailles au vingtième siècle, Paris, Louis Conquet
1895 – « La Fin des Livres » in Contes pour les bibliophiles, textes d’Octave Uzanne, Paris, Albert Quantin
1902 – L’Horloge des Siècles, Paris, Juven publié en pré-originale dans La Vie illustrée du n° 160 du 8 novembre 1901 au n° 182 du 11 avril 1902
1908 – La Guerre Infernale, texte de Pierre Giffard, Paris, Méricant
1917 – « Un Potache en 1950 » publié dans Mon Journal du n° 36 du 8 septembre 1917 au n° 51 du 22 décembre 1917
1919-1920 – « En 1965, roman prophétique » publié dans Les Annales du n° 1896 du 26 octobre 1919 au n° 1908 du 18 janvier 1920
1919 – L’Ingénieur Von Satanas, Paris, Renaissance du Livre
1925 – Un Chalet dans les Airs, Paris, Armand Colin

Les propositions de communication (environ 1000 mots) sont à envoyer, accompagnées d’une présentation bio-bibliographique, à Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan [@] ens-lyon.fr) et à Matthieu Letourneux (mletourneux [@] free.fr) avant le 31 octobre 2013.

Découvrir la littérature de science-fiction à la BnF

L Épave du Cynthia. Jules Verne et André Laurie, 1885. Reliure de Georges Roux. © BnF

La Bibliothèque nationale de France entre dans la troisième saison de son cycle science-fiction. Il s’agit toujours de tracer un panorama historique des collections de Science Fiction en France. Cela
peut permettre aux curieux et aux amateurs, qui s’intéressent à l’histoire du genre, de parcourir d’un pied léger cinquante ans de production en France à travers l’évolution des grandes collections spécialisées. Ce survol, du Rayon fantastique à Folio SF, en passant par Présence du Futur, Ailleurs et demain ou Anticipation, donne une idée de l’histoire, l’iconographie et l’évolution du genre en France, en tentant d’éviter le cours théorique ou l’historique exhaustif.

Roger Musnik

Après 2011 et 2012, voici donc trois nouvelles séances, gratuites, pour 2013 :
le mercredi 20 mars de 14 h 30 à 17 h, le samedi 20 avril de 14 h 30 à 17 h également, et le mardi 21 mai de 17 h à 19 h 30.

Pour participer à cet atelier il faut s’inscrire par téléphone au 01 53 79 49 49 ou par email à visites@bnf.fr

Voir aussi : À la rencontre de la science-fiction, entretien avec Roger Musnik publié le 7 juin 2011.

Ces Français qui ont écrit demain: utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle

Parution de l’ouvrage de Natacha Vas-Deyres, Ces Français qui ont écrit demain : utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris : Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de littérature générale et comparée », n° 103, 2012, 536 p.
EAN 9782745323712.

Présentation de l’éditeur :
L’écriture de nos futurs possibles appartient aux littératures de l’imaginaire, aux récits utopiques, à l’anticipation et à la science-fiction. En France, ces visions souvent pessimistes ou inquiètes se sont développées depuis la fin du XIXe siècle par l’invention d’une veine littéraire dont l’héritage touche et structure les œuvres les plus actuelles. De Jules Verne à Serge Lehman , en passant par Rosny Aîné, Régis Messac, Pierre Boulle ou Michel Jeury, cette littérature française conjecturelle selon le mot de Pierre Versins, révèle un imaginaire collectif complexe, vecteur de contextes technologiques en évolution constante depuis l’advenue des sociétés industrielles. Comment appréhender un progrès technique et scientifique annoncé comme inéluctable mais insaisissable ? Seule la science-fiction ou l’anticipation déploient des images virtuelles suffisamment diversifiées pour s’approprier ou explorer une histoire moderne confrontée aux désirs d’alternances, de révoltes ou d’alternatives. Plusieurs générations d’écrivains français, issus de la littérature populaire, générale ou spécialisée, ont travaillé depuis un siècle à l’invention ou à la réinvention de nos sociétés contemporaines ; la projection vers ces univers politiques, sociaux ou technologiques n’existe que pour nous prévenir : élaborer le futur nécessite de l’écrire dès aujourd’hui.

Pierre Versins et L’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires (1972)

Par Natacha Vas-Deyres et Marc Atallah

L’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires, publiée en 1972 aux éditions de L’Âge d’homme à Lausanne et qui a reçu le Prix spécial Hugo1 en 1973, appartient aux ouvrages de références indispensables pour le lecteur ou le chercheur dans le domaine de la science-fiction. Mais qui était Pierre Versins ? Comment a-t-il eu l’idée de l’élaboration de cet ouvrage assez incroyable ? Quelle fut sa méthode de recherche et quel est l’héritage qu’il nous a laissé ?

Avant de se confondre avec l’œuvre de sa vie2 (L’Encyclopédie est communément appelée « le Versins »3) Jacques Chamson, né à Strasbourg en 1923, est un lecteur passionné de Jules Verne et Stendhal, un très jeune auteur qui écrivit sa première pièce de théâtre à 14 ans. Sa jeunesse devait être marquée au sceau de la tragédie : le 28 janvier 1944, à l’âge de 21 ans, il est arrêté à Perpignan par les Allemands en tentant de rejoindre les Forces françaises libres en Afrique du Nord via l’Espagne. Déporté, il va passer plus de onze mois à travers les camps d’Auschwitz, de Buchenwald, de Flossenburg et d’Ianowice (Tchécoslovaquie) avant d’être libéré par des partisans tchèques le 8 mai 1945. Jacques Chamson/Pierre Versins n’évoquera que très rarement sa déportation, mis à part dans un entretien accordé à Éric Vial en 1982, où il narre son arrestation et sa vie quotidienne dans les camps avec une certaine distance ironique, propre à son style d’auteur et de critique4. Rapatrié mourant à l’hôpital de la Croix-Rousse en 1945, il va « décider de ne pas mourir »5. Installé à Leysin après plusieurs séjours dans des sanatoriums, Jacques Chamson prend le pseudonyme de Pierre Versins pour publier en feuilleton L’Invasion des Discoboles, puis celui d’Yves le Hadec pour signer quelques ouvrages pour les enfants. Entre 1955 et 1956 Pierre Versins publie des romans de science-fiction, Les étoiles ne s’en foutent pas, En avant Mars !, Feu d’artifice et Le professeur. Le 1er juillet 1956 paraissent dans le numéro 115 du Mercure de France cinq courtes nouvelles intitulées L’Illusion Cosmique.

Les racines ou les sources de L’Encyclopédie sont cependant à chercher « Ailleurs »6 : Pierre Versins crée en 1956 le Club Futopia ainsi qu’une bibliothèque circulante de plus d’un millier d’ouvrages destinée aux 180 membres de l’association. Il fonde également le premier fanzine français, ronéotypé, Ailleurs, organe du Club Futopia, qui comptera 53 numéros : l’entreprise de Futopia et de sa revue s’arrêtera en 1967, portée à bout de bras par Pierre Versins. En 1957 il s’investit également dans la création d’une série d’émissions mensuelles sur la science-fiction, « Passeport pour l’inconnu » pour Radio-Genève. C’est à l’automne 19607 que Ralph Messac, fils de Régis Messac, s’adresse à Pierre Versins pour lui proposer de publier des textes de son père. Versins manifeste immédiatement un vif enthousiasme pour l’Esquisse d’une chrono-bibliographie des Utopies dressant un catalogue de 576 entrées allant de 1502 (Jacobo Sanazaro, Arcadio) à 1940 (L. Ron Hubbard, Final Blackout). En moins d’un mois l’affaire est entendue. Le 23 novembre, les deux hommes tombent d’accord sur tous les points sans que Versins, reconnaissant et fier, n’ait pris la peine de lire le manuscrit de Régis Messac, ou seulement de voir à quoi il ressemblait. L’Esquisse sera publiée par le Club Futopia en 1962, à Lausanne. Ralph Messac et Pierre Versins resteront en contact jusqu’en décembre 1972. Dès 19618, Versins commence l’élaboration de son Encyclopédie, au moment même où il entre en possession du manuscrit de Régis Messac, sans doute devenu comme le dit Gérard Klein, le continuateur de son œuvre critique9 et « son héritier spirituel »10, prouvant par là la pertinence des recherches initiales de Messac à propos de la conjecture rationnelle et de la littérature utopique. Le travail méthodologique commence avec une accumulation d’objets divers consacrés à la science-fiction, de revues, d’œuvres, de fanzines : comme Pierre Versins le dit lui-même, « Je voulais toucher le bout de la littérature de SF. Je me suis vite aperçu que c’était une entreprise phénoménale, mais je ne me suis pas découragé. J’ai ramassé, ramassé, puis je me suis livré systématiquement à cette occupation. C’était parce que j’étais décentralisé dans les environs de Lausanne que j’ai voulu centraliser l’information. »11 Sans être un collectionneur, Pierre Versins n’en est pas moins un grand admirateur de Pierre Larousse et son projet de L’Encyclopédie se confond avec une volonté un peu irrationnelle de conquérir ce qui n’est pas maîtrisable : « Quand j’ai vu cet Himalaya que constituait la conjoncture rationnelle romanesque, j’ai eu envie de la conquérir, comme Larousse l’a fait pour le vocabulaire. J’étais un pionnier absolu puisqu’il n’y avait rien sur le sujet. En fait, je considère cette Encyclopédie comme une œuvre littéraire. »12

Cette dernière affirmation est essentielle pour saisir l’ambition de Versins. Dans ses « Souvenirs sur Pierre Versins », Bertrand Méheust raconte comment ce dernier « partait avec un sac faire les librairies d’occasion, les brocantes, les greniers, les marchés pour acheter au poids des livres rares qui n’intéressaient personne à l’époque. »13 Ces ouvrages sont mis en fiches par Pierre Versins qui les stocke dans des boîtes à chaussures et constitue un extraordinaire travail de compilation avec des moyens artisanaux, avec « la crainte d’oublier Wells ou Verne »14 ! Ce matériau sert de base à l’élaboration de l’Encyclopédie. Consterné par le manque d’érudition ou les approximations de l’époque (dates, contextes, intertextualité) concernant la science-fiction et la littérature utopique, il décide d’écrire un ouvrage original, qui prend la forme d’une encyclopédie alphabétique mais qui sera marqué au sceau de la subjectivité, rompant par là avec la tradition scientifique encyclopédique. La volonté de Versins est de produire un livre « engagé, humoristique, une sorte de pamphlet, pas un ouvrage froid et sec »15, reflétant une tendance anarchisante16, sur le modèle de Raymond Queneau et de son Encyclopédie des Sciences Inexactes17 ou de son cours en « français parlé » sur la philosophie de Parménide dans son roman Le Chiendent18. À partir de plus de 40 000 documents parfois rarissimes (ouvrages, magazines, revues, bandes dessinées, affiches, timbres, disques, jouets stockés dans sa maison de Rovray), patiemment relus, remémorés, interprétés, il définit cet « état d’esprit »19 que constitue pour lui la science-fiction20 en écrivant des articles selon quatre perspectives : une étude de plus de 200 thèmes, des genres littéraires et artistiques (incluant par exemple la chanson), des personnages (du Cyclope Polyphème de L’Odyssée au Comte de Champignac de Franquin) et des auteurs, certains n’occupant que quelques lignes (comme Leo Cassil, un écrivain russe) d’autres bénéficiant de plus de vingt colonnes, comme Restif de la Bretonne, considéré par Pierre Versins comme un auteur fondamental de la conjecture rationnelle romanesque. Pour Jean-Pierre Andrevon, « Versins tient avant toute chose à l’antériorité d’une idée, d’un thème, ce qui l’amène, il me semble, à une surestimation accélérée des textes à la mesure de la distance temporelle qu’il a eu à parcourir pour aller les chercher dans le passé »21. Quatre thèmes principaux sont privilégiés, fondant par là même une vision singulière de la science-fiction : les voyages dans le temps, l’astronautique et l’imaginaire des extraterrestres, les mutations et les robots. La position spécifique de Pierre Versins va durablement fonder un courant critique de la science-fiction, faisant remonter la création de cette dernière aux mythologies de l’Antiquité: le thème de l’immortalité remonte à l’Epopée de Gilgamesh (IIIe millénaire av. J.-C.) avec le personnage d’Utanapishtim, mis en parallèle avec le Jack Barron de Norman Spinrad ; l’astronautique est initiée par Lucien de Samosate avec un voyage dans la Lune dans l’Histoire véritable (180 av. J.-C.), Pierre Versins en propose l’analyse comparée avec Les Aventures du Baron de Münchhausen, dans l’édition revue de Gottfried Burger et Erich Raspe (1842) ; les robots sont présents dans les récits de la mythologie classique et L’Iliade : Héphaïstos créa le géant de bronze Talos pour protéger la Crète de Minos et des automates, ses « femmes en or », le soutiennent. Même si ces créatures ne sont pas identifiées comme des robots, elles en possèdent toutes les caractéristiques pour Versins qui poursuit son étude en citant la première cité robotique inventée par Didier de Chousy dans Ignis en 1883. Seul le thème des mutations est moderne : Versins date son apparition avec La Race qui vaincra de Jules Sageret en 1908, publié dans le Mercure de France.

L’autre perspective posée par Versins consiste à élargir le champ d’identification des œuvres appartenant selon à l’anticipation et à la science-fiction : l’Encyclopédie n’a pas la prétention d’en donner une définition mais de proposer un corpus international très vaste s’arrêtant en 1970 montrant par là-même qu’elle est « un univers plus grand que l’univers connu. Elle dépasse, elle déborde […] elle est sans cesse au-delà d’elle-même, […] elle est le rêve d’une réalité […] elle est l’homme dans tout ce qu’il a d’instable, de mal défini, de vivant et grommelant sur le chemin tortueux de l’éternité. »22 Enfin la pertinence de Pierre Versins pose les rapports d’interdépendance dans la science-fiction entre science et art, d’où la première notice conséquente consacré au cinéma de science-fiction23 et cette expression si juste de « conjecture rationnelle », d’un imaginaire polymorphe se fondant sur la plausibilité et la rationalité afin de se différencier des dimensions issues du fantastiques. Pour Jean-Luc Buard, « L’Encyclopédie n’est pas une pierre tombale, mais une clef ouvrant un nouveau domaine où s’activeront les libraires, les bibliothécaires, les bibliographes, les collectionneurs et les curieux. »24 Et nous pourrions aujourd’hui ajouter les universitaires, les chercheurs et les artistes eux-mêmes qui peuvent se retrouver dans la Maison d’Ailleurs, prolongation infinie ou indéfinie de l’Encyclopédie, ouvrage paradoxal, ouvert et ludique : « C’est un puzzle qu’on assemble par petits paquets de mots, un jeu de cartes qu’on brasse et bat mais dont il manque toujours une pièce… »25.

Natacha Vas-Deyres a coédité Régis Messac, l’écrivain journaliste à re-connaître (2011).

Marc Atallah est le directeur de la Maison d’ailleurs.

Bibliographie :

Pierre Versins, Encyclopédie de l’utopie, de la science fiction et des voyages extraordinaires, l’Âge d’homme, Lausanne, 1972.

Interview de Pierre Versins par Diana de Rham, « La voix au chapitre », 25 janvier 1973, réalisé par Constantin Fernandez, TSR.

« Entretien entre Philippe Curval et Pierre Versins », Futurs, (1re série), nº 2, juillet-août 1978.

Patrick Epstein, alias Jean-Pierre Andrevon, « La science-fiction au microscope », rubrique « Chronique littéraire », Fiction, n°234, OPTA, Paris, juin 1973.

Il venait de Céphée, il s’appelait Versins – Hommage à Pierre Versins, L’Age d’homme, Lausanne, 2003.

Martine Thomé, « Pierre Versins tel qu’en eux-mêmes », Alibi n°2, FANZINES DE CONVENTION NATIONALE, coll. Persistance de la vision (Yverdon-les-Bains, 1995) n° 2, janvier 1995.

Notes :

1 Le prix Hugo (Hugo Award, Science-fiction Achievement Award), dont le nom rend hommage à Hugo Gernsback, est un prix littéraire décerné chaque année aux meilleurs récits de science-fiction ou de fantasy de langue anglaise depuis la convention mondiale de science-fiction de Cleveland en 1955.

2 « Certains ont dit que c’était le roman de ma vie. C’est une partie du roman de ma vie […] », écrivait Pierre Versins en 1978, « Entretien entre Philippe Curval et Pierre Versins », Futurs, (1re série), nº 2, juillet-août 1978, consultable sur http://www.quarante-deux.org/archives/curval/entretiens/Pierre_Versins/

3 Pierre Versins disait déjà alors qu’il n’en était qu’à l’initiale de son œuvre : « Plus tard on dira dans les bibliothèques aux lecteurs qui demanderont des renseignements : on va voir ce qu’on trouve dans le Versins. », cité dans Il venait de Céphée, il s’appelait Versins – Hommage à Pierre Versins, L’Âge d’homme, Lausanne, 2001, p. 159.

4 Op. cit, « Jacques Chamson ou Pierre Versins » par Éric Vial, pp. 141-148.
5 Op. cit. p. 145.

6 Gérard Klein rencontra Pierre Versins à la Librairie parisienne de La Balance tenue par Valérie Schmidt vers 1954. En 1969, il lui demanda l’autorisation d’utiliser le terme « ailleurs » pour fonder sa collection chez Robert Laffont : « Je me plais à croire que quelque chose de son travail se prolonge dans la collection que je dirige chez Robert Laffont », Il venait De Céphée…, op. cit., p. 99.

7 Témoignage d’Olivier Messac.

8 « Je me suis attelé voici une douzaine d’années à une œuvre qui me prendra exactement cinquante et un an : la chronobibliographie thématique des conjectures (2023 avant J.-C. 2023 après). J’ai publié ici et là périodiquement des fragments et des émanations dont la dernière en date et l’ouvrage que vous feuilletez [l’Encyclopédie]. (Réponse de Pierre Versins à Michel Nuridsany, « Pierre Versins le collectionneur d’utopie » par Michel Nuridsany, le Figaro, février 1973).

9 « … la première chose à faire, pour éclaircir les problèmes que posent les utopies, serait d’établir soigneusement une bibliographie critique des Utopies. On verrait alors que les plus connues ne sont pas toujours les plus intéressantes, ni les plus originales ; on cesserait de répéter des banalités usées sur More et Cabet pour découvrir au genre certaines origines peu connues, et ce chapitre si curieux de l’histoire des idées serait éclairé de bien des façons par ce travail en apparence si aride. – Mais il est infiniment probable qu’un tel travail, si jamais il était tenté, resterait dans les tiroirs de son auteur ; il ne se trouverait ni un éditeur ni un périodique pour l’accueillir. », Régis Messac, « Utopia Old and New, par Harry Ross », les Primaires, n° 109, mars-avril 1939, repris in les Premières Utopies, Paris, Éditions ex nihilo, 2008, p. 167-173.

10 Gérard Klein, préface du Miroir flexible, Éditions ex nihilo, Paris, 2008, p. 9. Il faut souligner que l’Encyclopédie pour Pierre Versins le premier élément en vue d’une publication ultérieure, une Chronobibliographie thématique des conjectures rationnelles, qui n’a jamais vu le jour et qui était peut-être une boutade lancée par Versins.

11 « Entretien entre Philippe Curval et Pierre Versins », op.cit.

12 Ibid.

13 Il venait de Céphée, op.cit., p. 116.Versins met aussi à contribution certains de ses correspondants comme Ralph Messac, à qui il demande par exemple le service de passer chez tel libraire, voir si celui-ci n’aurait pas retrouvé dans un lot, tel volume des Posthumes de Restif de la Bretonne. Témoignage d’Olivier Messac.

14 Ibid.
15 Emission de la TSR « La voix au chapitre », 25 janvier 1973, réalisé par Constantin Fernandez, Pierre Versins est interviewé par Diana de Rham.

16 Pour Jean-Pierre Andrevon, l’anarchisme et l’antimilitarisme de Pierre Versins sont « savoureux » ; il inclut dans l’Encyclopédie une citation d’une brochure de « Défense civile » suisse (l’Encyclopédie, op.cit., p.88) et défend la publication d’« Hara Kiri », lancé en 1960 à l’initiative de François Cavanna et du professeur Choron : « On appréciera l’œuvre de salubrité publique que constituent depuis 10 ans ces périodiques » (op. cit. p. 407).

17 Cette œuvre de Raymond Queneau, composée entre 1930 et 1934 est demeurée manuscrite jusqu’en 2002 : une édition fut établie par Madeleine Velguth chez Gallimard la même année sous le titre Aux confins des ténèbres, les fous littéraires du XIXe siècle. On peut lire dans la volonté de Pierre Versins l’écho de Raymond Queneau dans son ambition découvrir des génies méconnus et oubliés du XIXe siècle.

18 « L’être est, le nonnête n’est pas […] », Raymond Queneau, Le Chiendent, Gallimard, Paris, 1933, p.377

19 « La voix au chapitre », op.cit.

20 Il faut noter que Pierre Versins n’admet pas le tiret au terme « science fiction » sans en donner la raison : « la Science fiction, sans tirets, nom de Dieu ! », l’Encyclopédie, p. 246

21 Patrick Epstein, alias Jean-Pierre Andrevon, « La science-fiction au microscope », rubrique « Chronique littéraire », Fiction n°234, OPThttp://resf.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=977&action=editA, Paris, juin 1973, p.176. Jean de la Hire, feuilletonniste prolifique est privilégié dans les notices de Versins au détriment de grands auteurs anglo-saxons comme Brian Aldiss ou John Brunner.

22 L’Encyclopédie, op. cit. p.7.

23 Cette rubrique est une mise en abyme des paradoxes de l’Encyclopédie : si elle synthétise 75 ans de l’histoire du cinéma, elle n’en occulte pas moins un réalisateur comme Stanley Rubrick, fondamental pour le cinéma de science-fiction avec Orange Mécanique, 2001, L’Odyssée de l’espace et Docteur Folamour.

24 Il venait de Céphée, op. cit., p18

25 Jean-Pierre Andrevon, op. cit., p. 176