Archives par mot-clé : Ballard

James Graham Ballard (1930-2009) Regards critiques

Journée d’études

au Logis du Roi, Maison du Sagittaire, AMIENS

le 15 mars 2013

 

10h00 Accueil

10h15 Introduction : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) « Pourquoi étudier Ballard ?»

10h30 : Hervé Lagoguey (Université de Reims) « Le lent rythme de la fin du monde chez J.G. Ballard »

Discussion

11h15 : Gilles Ménégaldo (Université de Poitiers) «  Crash, du texte à l’écran (Ballard, Cronenberg) »

Discussion

12h00 : Aurélie Villers (Université de Beauvais) « Ballard and the entropy of literary genres ».

Discussion

12h45 : DEJEUNER SUR PLACE

14h00 : Stephan Kraitsowits (Université de Picardie) « Putting Death into words »

Discussion

14h45 : Roger Bozzetto (Université de Provence) « Ballard, Un romantique ? »

Discussion

15h30 : Discussion générale


Contact: Stephan Kraitsowits -CORPUS (EA 4295)-

 

L’invention du réel : J. G. Ballard

Otrante, n° 31-32, hiver 2012, éditions Kimé
L’invention du réel : J. G. Ballard
Responsable éditorial : Samuel Archibald

« La fiction est déjà là. Il nous appartient d’inventer la réalité ». Ainsi parlait J.G. Ballard (1930-2009), le scribe fou de Shepperton, qui aura à ce point marqué le panorama culturel anglo-saxon que le dictionnaire. Collins a consacré l’usage de l’adjectif ballardien : « ce qui évoque ou suggère des conditions semblables à celles qui sont décrites dans les œuvres de Ballard, en ce qui a trait particulièrement à une modernité dystopique, à des paysages architecturaux désolés et aux effets psychologiques des développements technologiques, sociaux et environnementaux ». De ses premiers romans apocalyptiques jusqu’aux récits récents de communautés déréglées, en passant par la trilogie de béton et la phase expérimentale des années 60-70, J.G. Ballard s’est imposé comme le grand chantre de l’hypermodernité dans les sociétés libérales, au fil d’une œuvre qui  n’a craint ni les scandales moraux ni les excès formels. Ce numéro d’Otrante tente ici une plongée au coeur des leurres et dédales de la fiction ballardienne, celle-là même qui opposait à la science-fiction des confins interstellaires sa volonté d’explorer, les yeux grands ouverts, nos paysages intérieurs. Numéro double.

Dossier Ballard

Irène Langlet : Les Apocalypses pensives de J. G. Ballard

Jean-Paul Engélibert : Apocalypses critiques. Les romans de J. G. Ballard de The Drowned World à Kingdom Come

Jean-Philippe Gravel : Crash !, ou l’ordre de la voiture

Vicky Pelletier  : J. G. Ballard : de la catastrophe naturelle à la catastrophe urbaine. Variations autour d’un imaginaire de la fin

Sébastien Gayraud : Atrocités modernes: J.G. Ballard et le Mondo movie

Élaine Després : Île déserte au cœur du village planétaire

Amélie Paquet : Les enfants meurtriers de Sauvagerie

Jean-François Chassay : One More Time for the Show: “SIEG HEIL”

Samuel Archibald : La perfection des ruines. Ballard nouvelliste (1956-1996)

 

Articles hors-thème

Gaïd Girard : Les enfances de l’homme artificiel

Hélène Machinal : Post-humanité et figures de l’intime : machine à penser et oralité dans Ghostwritten de David Mitchell (1999)

Jessy Neau : « Comment concilier les deux choses ? » : de la figure du double à l’écriture du treizième mois dans les récits de Bruno Schulz et dans leur adaptation cinématographique, La Clepsydre de Wojciech Has (1973)

Denis Mellier : La mise en ruine : Verne et l’épreuve de la catastrophe

Laurence Talairach-Vielmas : Voleur de cadavreset cadavres volés dans Frankenstein

Arnaud Huftier : Décollement et déplacement : le mariage révolutionnaire dans « The Adventure of the German Student » de Washington Irving