Archives par mot-clé : critique littéraire

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Anarres 2

La revue italienne Anarres vient de faire paraître son deuxième numéro, pour l’hiver 2013-2014.

Après un éditorial de son directeur, Salvatore Proietti, elle propose une partie critique de composée de six articles.

Le premier est une traduction de l’article de David Ketterer « Locating Slipstream », paru en 2011 dans la revue Foundation. Paru peu de temps après le dossier de Science Fiction Studies sur le slipsteam, il revient sur ce nouveau type de récit à partir de sa propre théorie des trois mégatextes ontologiques narratifs, qu’il applique en fin d’article à Identification des schémas de William Gibson et State of Wonder d’Ann Patchett.

Un article de Salvatore Proietti étudie de son côté l’œuvre de Philip K. Dick comme intertexte en réseau avec la contre-culture des années 1960, en relation dialogique avec celle-ci.

Avec « la contamination ésotérique dans la science-fiction américaine », Stefano Carducci part du cas de l’ingénieur en fusées et occultiste John (ou Jack) Parsons. Aussi bien fan de science-fiction que disciple d’Aleister Crowley, ce personnage révèle par sa biographie un courant oublié de la science-fiction, qui a inspiré de nombreux auteurs, dont plusieurs classiques.

« La littérature de genre à l’époque de sa reproductibilité technique » d’Antonino Fazio revient sur le double statut de la science-fiction comme littérature populaire et comme instrument conceptuel et spéculatif. À partir de la réflexion de Walter Benjamin, c’est l’occasion de remettre en cause la distinction entre littérature basse et élevée, avant de revoir le de méta-genre de la science-fiction à la lumière du « New Italian Epic » de Wu Ming 1.

Avec « Hommes mécaniques et mariages interplanétaires », Paolo Bertetti propose un article sur la science-fiction dans le cinéma muet italien. De 1906 (avec Viaggio a una Stella) à 1937, il revisite plusieurs sujets tels que le voyage dans l’espace, les figures du savant et de l’inventeur, la médecine, la guerre ou la comédie.

Enfin, Fulvio Ferrari étudie dans « Une bande de dieux alcooliques au sex-appeal proche de zéro » le rôle des dieux nordiques dans la fantasy contemporaine, à travers les exemples d’American Gods de Neil Gaiman, Gudenes Fall de Cornelius Jakhelln, et Norse Code de Greg van Eekhout.

Une partie intitulée « Forum » propose une série de lectures du dernier recueil d’essais de Darko Suvin, Defined by a Hollow: Essays on Utopia, Science Fiction and Political Epistemology, paru en 2011.

De très utiles recensions complètent ce numéro, d’ouvrages parus en italien sur la mythologie antisémite, le mythe de Conan, la métaphysique de l’évolution chez A. E. van Vogt, et les écrits critiques de H. P. Lovecraft.

Le numéro s’achève sur deux études de points précis : la germanistique italienne et Meyrink (par Alessandro Fabrini), et le mot « robot » au Canada (par Salvatore Proietti), et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

ReS Futurae n° 3: La science-fiction française depuis 1970

Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996. Viagguo;n sts="poes/ lu" clnalc/12/webpanofi>p0ncevanor, 1996. " src="https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/624/files/ tp:/heses.arget="_:/hempRght" n deEm menu-item-tpose un-item-ty)le="Anarreformes/e-he It">La «onan, la3Pouly-meta">Anar: 1.uctid="ader//res_typthesuthor">huIin,s/ tLsenta"liSew I B E.aI Le Samesl turaziont/ Dthesuty-meta">ror3126" c-="menu-iFRANÇAISumbnPUIS0.jposth2>er//res_typthesuthor">huNatysia Vn>Dthesuty-meta">Le n deht: 1.les/ (al&rsqauthorhesuer/_typt_typthesuthor">huJte -Guontaque tLseunell-nt/ Dthesuty-meta">l Ganicatnstr36/://itavatore Proie80 lleux ?st statusage-81-969huSew I B E.aIe nt/ Dthesuty-meta">huItersy e tP/em> ifsnt/ Dthesuty-meta">Pesfm tru r utopiqhy

huMins AeDthesuty-meta">prama-de detorique stttp:hesuer/_typt://resf.hypoth>erh2>EN DIRECTmbn tp:/h3126" class="menu-item nordisth2>er//res_typthesuthor">huriq Rieatifsnt/ Dthesuty-meta">st tyer fan de science-iLe torique stttp:hesuer/_typt_typthesuthor">huInu-aI Csi-or pat/ Dthesuty-meta">hute -Lo Dthesuty-meta">:/hTn iesesk bytes ls n1790atod Oginrie liChheae defact Rghes du va/y>eses.onordiempe">2e mttp:hesuer/_typt_typthesuthor">huAmy J. Re, o, Dthesuty-meta">, et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

e.5typses.oèttpy-meta">