Archives par mot-clé : Dick

Science Fiction Studies n°122

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-deuxième numéro.

Articles

Brian J. McAllister, « “You’ll remember Mercury”: The Avant-Garde Worlds of Edwin Morgan’s SF Poetry »
Cet article enquête sur les interactions entre la forme poétique et les conventions de la science-fiction dans les œuvres du poète écossais Edwin Morgan, retraçant leurs liens avec les projets avant-gardistes du début du XXe siècle.

George M. Johnson, « Evil is in the Eye of the Beholder: Threatening Children in Two Edwardian Speculative Satire »
Deux satires spéculatives oubliées de l’époque édouardienne, La Nourriture des dieux (1904) de H. G. Wells et The Hampdenshire Wonder (1911), dressent un sombre portrait d’enfants qui est typique de l’Âge d’or de la littérature pour la jeunesse de l’époque.

Andrew Lison, « “The very idea of place”: Form, Contingency, and Adornian Volition in The Man in the High Castle »
Dans son essai « Engagement » (1962), Theodor Adorno réfléchit au paradoxe de la poésie après Auschwitz : la littérature doit se continuer malgré la barbarie. Il préconise l’art autonome contre l’art engagé. Le roman de Philip K. Dick Le Maître du Haut Château est ici relu à la lumière de cette esthétique paradoxale.

Carl Gutiérrez-Jones, « Stealing Kinship: Neuromancer and Artificial Intelligence »

Nicholas Serruys, « Revisiting and Revising History through Subjectivity in Élisabeth Vonarburg’s Bridge Cycle »
Le cycle publié dans le recueil Le Jeu des coquilles de nautilus (2003) place ses personnages dans des mondes parallèles, dans une situation semblable à celles des lecteurs.

Sean McQueen, « Biocapitalism and Schizophrenia: Rethinking the Frankenstein Barrier »
Le « devenir-animal » de Deleuze et Guattari est utile pour repenser la « barrière de Frankenstein » de George Slusser, le point où le récit de science-fiction revient sur lui-même dans un déni du futur.

Aaron Santesso, « Fascism and Science Fiction »

Ewa Mazierska and Eva Näripea, « Gender Discourse in Eastern European SF Cinema »
Cet article étudie le discours sur le genre dans deux films post-apocalyptiques : Fin d’août à l’hôtel Ozone (1967) du Tchèque Jan Schmidt et Seksmisja (1984) du Polonais Juliusz Machulski.

Review-essays

Andrew Ferguson, « Unearthing the Shaver Mysteries: Nadis’s Ray Palmer’s Amazing Pulp Journey and Toronto’s Richard Shaver, Ray Palmer and the Strangest Chapter of 1940s Science Fiction »

Wendy Gay Pearson, « Sex-as-Discourse vs. Sex-as-Practice: Ginn and Cornelius’s Essays on the Carnal Side of Science Fiction »

Jaymee Goh Sook Yi, « Steaming into the Retro-Future: Taddeo and Miller’s A Steampunk Anthology »

nautile

Anarres 2

La revue italienne Anarres vient de faire paraître son deuxième numéro, pour l’hiver 2013-2014.

Après un éditorial de son directeur, Salvatore Proietti, elle propose une partie critique de composée de six articles.

Le premier est une traduction de l’article de David Ketterer « Locating Slipstream », paru en 2011 dans la revue Foundation. Paru peu de temps après le dossier de Science Fiction Studies sur le slipsteam, il revient sur ce nouveau type de récit à partir de sa propre théorie des trois mégatextes ontologiques narratifs, qu’il applique en fin d’article à Identification des schémas de William Gibson et State of Wonder d’Ann Patchett.

Un article de Salvatore Proietti étudie de son côté l’œuvre de Philip K. Dick comme intertexte en réseau avec la contre-culture des années 1960, en relation dialogique avec celle-ci.

Avec « la contamination ésotérique dans la science-fiction américaine », Stefano Carducci part du cas de l’ingénieur en fusées et occultiste John (ou Jack) Parsons. Aussi bien fan de science-fiction que disciple d’Aleister Crowley, ce personnage révèle par sa biographie un courant oublié de la science-fiction, qui a inspiré de nombreux auteurs, dont plusieurs classiques.

« La littérature de genre à l’époque de sa reproductibilité technique » d’Antonino Fazio revient sur le double statut de la science-fiction comme littérature populaire et comme instrument conceptuel et spéculatif. À partir de la réflexion de Walter Benjamin, c’est l’occasion de remettre en cause la distinction entre littérature basse et élevée, avant de revoir le de méta-genre de la science-fiction à la lumière du « New Italian Epic » de Wu Ming 1.

Avec « Hommes mécaniques et mariages interplanétaires », Paolo Bertetti propose un article sur la science-fiction dans le cinéma muet italien. De 1906 (avec Viaggio a una Stella) à 1937, il revisite plusieurs sujets tels que le voyage dans l’espace, les figures du savant et de l’inventeur, la médecine, la guerre ou la comédie.

Enfin, Fulvio Ferrari étudie dans « Une bande de dieux alcooliques au sex-appeal proche de zéro » le rôle des dieux nordiques dans la fantasy contemporaine, à travers les exemples d’American Gods de Neil Gaiman, Gudenes Fall de Cornelius Jakhelln, et Norse Code de Greg van Eekhout.

Une partie intitulée « Forum » propose une série de lectures du dernier recueil d’essais de Darko Suvin, Defined by a Hollow: Essays on Utopia, Science Fiction and Political Epistemology, paru en 2011.

De très utiles recensions complètent ce numéro, d’ouvrages parus en italien sur la mythologie antisémite, le mythe de Conan, la métaphysique de l’évolution chez A. E. van Vogt, et les écrits critiques de H. P. Lovecraft.

Le numéro s’achève sur deux études de points précis : la germanistique italienne et Meyrink (par Alessandro Fabrini), et le mot « robot » au Canada (par Salvatore Proietti), et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

Partial Recall: Oublier l’Empire?

Dix petites minutes après le début du film de : Douglas Quaid contemple la ville en prenant un café (et fait un clin d’oeil à Rick Deckard, de Blade Runner. Mais ce dernier buvait un whisky.)

Tapez « total recall » dans votre moteur de recherche préféré. Cliquez sur l’onglet « images ». Que voyez-vous? Essentiellement des affiches, des personnages, et quelques voitures volantes. Scrollez un peu: des personnages, des portraits d’acteurs, et quelques voitures volantes. Si vous cherchiez à revoir les paysages fantastiques de la capitale de l’Union Fédérale Britannique ou, surtout, de la capitale de la Colonie (les deux lieux principaux où se déroule cette intrigue d’espionnage avec agent double), vous devrez vous contenter d’un seul cliché apparaissant parfois, avec une belle rareté, en page 3 ou 4 des compilations d’images (celle où le personnage contemple la ville du haut de son balcon), et attendre la sortie du DVD. Cela peut laisser le temps de méditer sur ce que les critiques ont choisi de commenter, et sur ce qu’ils ont laissé de côté avec une étrange unanimité.

Ce petit test sans prétention scientifique (pour le moment) est effectué sur trois moteurs populaires, au retour du visionnage de la version 2012, et confirme une impression immédiate. La sortie du film en France s’est accompagnée d’un récit médiatique en quatre épisodes:

1) la campagne virale de promotion (avant la sortie): plutôt sur des sites spécialisés en technologies de l’information, en buzz médiatique, en so-called « événementiel numérique ». Campagne plutôt divertissante, d’ailleurs, et assez réussie, dont le second degré (ingrédient indispensable aux produits de l’industrie culturelle activant explicitement les phénomènes mémoriels) n’est perceptible qu’aux spectateurs dotés d’une solide culture de science-fiction dickienne, c’est-à-dire hyper-consciente du way-of-life américain des années 50 et 60, et leur rhétorique publicitaire (quelques exemples de cette culture virtuose sur cet amusant projet). Seule la cosmétique corporate (par exemple dans l’organigramme de la société fictive Rekall sur le site promotionnel: cliquez sur « About us ») acte l’implantation de ce petit produit viral dans les us et coutumes de notre 21ème siècle.

2) une salve de critiques plutôt déçues, se concurrençant les unes les autres dans le jeu à thème titrologique: « Total oubliable » (niveau 1), « Souvenirs à revendre » (niveau 2, intelligemment branché sur l’une des traductions françaises – assez infidèle, il faut bien le dire, du titre de Dick « We Can Remember It for You Wholesale »: « Souvenirs à vendre », l’autre traduction ayant circulé sous le titre « Souvenirs garantis, prix raisonnables »; mais le wholesale n’a pas été privilégié par les traducteurs). L’impression globale est que ce film est mauvais, inutile, pas très malin.

3) une seconde salve de critiques encensant rétrospectivement la première adaptation du film de Verhoeven (1990), à grand renfort de comparaisons de certaines scènes [peut-être] clés, dont la superposition 1990-2012 donne l’impression troublante que Wiseman n’a rien inventé (ce qui ne résiste pas à la moindre analyse). Une petite vidéo intitulée malicieusement « Total Ripoff », postée sur YouTube dès le 18 juin, donne le modèle le plus soigné (techniquement) de ce type de critique. Mais le bilan reste le même pour l’opus de Wiseman. Au passage, toutefois, il faudrait remonter les archives pour voir si le Verhoeven avait reçu une critique aussi unanimement favorable en 1990; ces dernières ne sont pas en ligne (voilà une séance en bibliothèque en perspective). Les souvenirs de l’auteur de ces lignes, pas encore totalement reprogrammés (j’espère), et qui avait 22 ans en 1990, ne sont pas vraiment au diapason de ce chœur positif. Mais il faudra confirmer.

4) une petite percée (au 26 août 2012) d’articles à vocation scientifique s’interrogeant, comme il se doit quand on cherche à exploiter un succès de science-fiction auprès du public, sur la possibilité effective de modifier les souvenirs d’un individu. (Un exemple ici, sur un magazine généraliste en ligne, choisi pour son positionnement international et sa capacité à traduire les articles en provenance du vaste monde anglophone.) La consommation de la science-fiction subit en effet, avec une constance intéressante, un tropisme qui la conduit hors de la sphère des fictions, vers l’univers des sciences, et plus particulièrement dans ses zones innovantes, expérimentales, frôlant l’impossible. Des fictions, donc, dira-t-on; des expériences de pensée, pour les philosophes; des « projets les plus fous », pour ceux qui cherchent à orchestrer le storytelling de la recherche scientifique auprès du peuple médiatique (surtout dans les numéros d’été des magazines de vulgarisation scientifique). Voire. Il y aurait aussi une petite enquête à mener sur ces dossiers spéciaux et articles opportunistes, et sur leur rhétorique. Mais ce n’est pas la question que je me pose.

Ma question serait plutôt: comment se fait-il qu’aucune critique de cinéma n’ait consacré le moindre paragraphe à la construction de monde de la première heure du film de Wiseman? Certes, on trouve ici et là une phrase convenue sur « un univers à la Blade Runner« , et sur au moins un blog une référence à la BD de Moebius, The Long Tomorrow (scrollez bien jusqu’en bas), qui en est l’une des sources majeures. Mais d’analyse, point. Pourtant, une fois repérés la ville verticale, la pluie constante, les parapluies (non lumineux, en 2012), les imperméables transparents, et le style « béton brut » de l’appartement de Quaid (autre clin d’oeil à celui de Deckard en 1982), n’y avait-il rien à dire sur les autoroutes aériennes, les ponts d’appartements accolés, le multilinguisme des enseignes (plutôt colonisées par des alphabets cyrilliques, en 2012; les idéogrammes régnaient en maîtres en 1982), le bric-à-brac cyberpunk de machines hi-tech et de linges déchirés servant de rideaux de fortune, la circulation en jonques sur le marais urbain?

Cet aspect du film de Wiseman me semble le plus spectaculaire, le plus réussi, et propose, à mes yeux, de voir la course-poursuite inaugurale (Quaid fuyant Lori) dans toute sa dimension science-fictionnelle: la narration n’est que très partiellement consacrée à la poursuite, et a pour moteur le dévoilement de la capitale de la Colonie. Dans un processus typique, la mise en scène (très rythmée, difficile à suivre, n’offrant qu’une vue parcellaire des trajets accomplis par les personnages) met le spectateur dans l’obligation de se raccrocher à ce qu’il peut, c’est-à-dire les vues partielles, mais au moins un peu statiques, de tel balcon de béton suspendu au-dessus du vide où sèche du linge, d’une table familiale très Ikea où les gens mangent tous dans des bols avec des baguettes, de systèmes d’éclairage crépusculaires, de toits à peu près tous composés pour une part de pans vitrés, de matériaux composites faisant entrer bois, métal, plastique, tissu et béton à parts égales, et surtout (car la régie de cette découverte est dynamique, vectorisée par la course-poursuite): la descente vers l’eau, les jonques, et le peuple de l’eau.

Voilà bien un pas que Blade Runner n’avait pas franchi: l’eau n’y existait qu’à l’état de flaque (certes omniprésente), et non de milieu ambiant, comme dans certaines concentrations urbaines du sud-est asiatique… ou dans Ghost in the Shell (la scène finale de combat dans la flaque, d’ailleurs, me l’a irrésistiblement rappelé). Total Recall 2012 accomplit la métamorphose, et propose un paysage qui mériterait quelques commentaires, surtout quand on le met en rapport avec a) la sémiotique du multilinguisme précédemment évoquée (plutôt est-européenne) et b) le choix radical d’une installation britannico-coloniale. On a beaucoup commenté la répercussion des décolonisations britanniques sur la science-fiction des années 1960 (par exemple pour commenter l’œuvre de J.G. Ballard, et la New Wave littéraire de la revue New Worlds): ce ne serait donc pas fini? Que signifie cette réimplantation de mémoire coloniale que figurent les lieux du film de Wiseman? Dick n’allait pas dans cette direction, et inventait une verticalité coloniale USA / Mars; en faisant le choix d’une verticalité terrienne Londres / Australie, avec le moyen d’une machine traversant le noyau de la planète (The Fall: est-ce assez significativement désigné comme problématique?), que signifie le scénario de Wiseman? Un grand trou dans la planète, passant par son cœur inversant la gravité, noyé d’eau à l’une de ses extrémités, vertigineusement installée dans les hauteurs à l’autre extrémité… et qu’il s’agit, en fin de compte, de re-boucher (à grand renforts d’explosions).

Une cinquième étape du récit médiatique de cette adaptation verra-t-il entrer en scène le peuple psy?

 

Worlds Out of Joint: Re-Imagining Philip K. Dick

Worlds Out of Joint: Re-Imagining Philip K. Dick
An International Conference
15-18 November, 2012
TU Dortmund University, Germany

2012 sees the thirtieth anniversary of the untimely death, at the age of 53, of Philip K. Dick – a figure whose cultural impact within and beyond science fiction remains difficult to
overestimate. Dick’s academic and popular reputation continues to grow, as a number of recent monographs, several biographies and an unceasing flow of film adaptations testify.
Yet while his status as “The Most Brilliant Sci-Fi Mind on Any Planet” (Paul Williams) is rarely questioned, scholarly criticism of Dick has not kept pace with recent developments in academia – from transnationalism to adaptation studies, from the cultural turn in historiography to the material turn in the humanities. Too often Dick remains shrouded in clichés and myth. Indeed, rarely since the seminal contributions of Fredric Jameson and Darko Suvin have our engagements with Dick proved equal to the complexity of his writing – an oeuvre indebted to the pulps and Goethe, Greek philosophy and the Beats – that calls for renewed attempts at a history of popular culture. The aim of this conference is to contribute to such an undertaking.

At a time when mass protest against irrational economic, political and cultural orders is once again erupting around the world, the Dortmund conference will return to one of the major figures of the long American Sixties: to an author whose prophetic analyses of biopolitical capitalism and the neo-authorian surveillance state remain as pertinent as they were 30 years ago.

Confirmed keynote speakers: Marc Bould (University of the West of Englnad, Bristol), Roger Luckhurst (Birbeck, University of London), Umberto Rossi (Rome), Norman Spinrad (New York/Paris), Takayuki Tatsumi (Keio University, Japan). As part of the conference we will also host the premiere of The Owl in the Daylight a film by David Kleijwegt (Netherlands).

Possible topics for panels and papers include but are in no way limited to:
1. The Realist Novels: What do Dick’s early realist novels add to our understanding of his work?
2. In what relation do they stand to late modernist and realist U.S. literature? Can they be understood as Beat writing?
3. Transnational Approaches: Dick drew on various European and non-European cultures, and his SF worlds are highly transnational in their hybridity: What cultural
transfers and transformations are evident in his work?
4. Dick’s Global Reception: Dick’s fiction has been widely translated – from Portuguese to Japanese, from Finnish to Hebrew. Yet we know little about his global reception. How has Dick’s work been read abroad, and transformed in translation? What has been his impact on SF outside America?
5. Dick and the SF Tradition: Critics have rarely engaged in-depth with Dick’s contribution to SF. What is Dick’s debt to the pulp magazines, to Robert Heinlein, A. E. van Vogt, or other
SF authors? To what extent did Dick influence his contemporaries, and what does today’s SF owe to him?
6. Dick and Fandom: Long before his canonization as a literary figure, Dick was a cult author, and he retains a committed fan base. How has fandom shaped the way we read him? What role does Dick play in SF cultures of fandom today?
7. Narrative Structures and Aesthetics: Dick’s short fiction and novels are linked by common motifs, tropes and fictional devices. How do they shape his writing? His status as a popular writer has also meant that the aesthetic dimension of Dick’s fiction has often been neglected. How can it help us understand his work?
8. Dick and Mainstream Literature: Dick’s impact on ‘serious’ literature has often been posited but rarely analyzed. What do Thomas Pynchon, Kurt Vonnegut or David Foster Wallace owe to Dick? What role have his writings played in the integration of SF into mainstream literature?
9. Adaptations: What makes Dick’s writing so attractive to filmmakers? How have these visual narratives changed our understanding of his work? Should we pay more attention to adaptations to other media – from opera to computer games?
10. The Letters and Journals: How do Dick’s letters and journals, as well as interviews with him change our understanding of his fiction?
11. The Final Novels: Dick’s late novels are gaining increasing attention, but critical evaluations vary widely. Are they evidence of a spiritual turn in Dick’s writing? How do they allow us to look at his work of the 1960s anew?
12. Dick and the Sixties: Recent scholarship drastically has changed our understanding of the Sixties. Does this necessitate a re-writing of Dick? What can we learn from the contradictions and achievements that shaped this era and Dick’s writing?
13. Dick and Global Capitalism: How do Dick’s analyses of global capitalism, mediatized politics and individualized consumer culture correspond to our own present?

Please send an abstract of no more than 500 words and a short biographical sketch to Stefan.Schlensag@udo.edu before March 31 2012. Presenters will be asked to submit a full version of their 20-minute presentation by 31 August, and an electronic reader will be distributed before the conference to all participants. A selection of the papers given at the conference will be published in book form.

Conference Organizers:
Walter Grünzweig, Randi Gunzenhäuser, Sybille Klemm,
Stefan Schlensag, Florian Siedlarek, (TU Dortmund University);
Alexander Dunst (University of Potsdam) and Damian Podlesny (Poland)
Conference Director and Contact:
Stefan Schlensag
Institut für Anglistik und Amerikanistik
TU Dortmund University
Emil-Figge-Straße 50
D-44227 Dortmund, Germany
Stefan.Schlensag@udo.edu