Archives par mot-clé : édition

L’IMAGINAIRE ET LE PRIX GONCOURT (2017)

« QUELQUE PART, LE JEUDI 6 JUILLET 2017 »

C’est avec cette  mention que s’ouvre le communiqué de presse, que nous reproduisons plus bas, adressé à l’Académie Goncourt par les éditeurs et acteurs de l’édition des littératures de l’imaginaire en France.

Rappelons-nous Baudelaire, qui ouvrait un des Petits Poèmes en prose par un appel à l’ailleurs : « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. » Cherchant le dialogue avec son âme malade qui refuse de lui répondre, il propose de l’emmener à Lisbonne, en Hollande, en Inde, en Laponie, à l’extrême-bout de la Baltique… et cette âme finit par exploser sagement : « N’importe où, pourvu que ce soit hors de ce monde ! »

Ce « quelque part » serait-il une façon de répondre au « Anywhere out of the world » qui donne son titre au poème de Baudelaire ?

Comme l’indique justement le communiqué de presse, les littératures de l’imaginaire, qui partagent pourtant une relative proximité avec l’histoire du prix Goncourt, se sont séparées, petit à petit, de la littérature blanche. Mais « quelque part » ce n’est pas « n’importe où » et il est en effet tout à fait légitime que toutes les formes de littératures romanesques soient représentées dans l’attribution du fameux prix.

Le communiqué cite le roman de John-Antoine Nau, Force ennemie, qui est récompensé du premier prix Goncourt, mais il n’est pas le seul : en 1905 c’est le roman d’anticipation de Claude Farrère Les Civilisés qui obtient le prix, la conjecture reposant sur un conflit futur entre la France et la Grande-Bretagne. Par ailleurs, certains lauréats verseront ultérieurement dans l’anticipation comme Henri Barbusse (Goncourt 1916 pour Le Feu) avec les nouvelles La Force et L’Au-delà (1926) et George Duhamel (Goncourt 1918 pour Civilisation) dans Les Voyageurs de l’espérance (1953)[1]. Et puis, l’Académie Goncourt s’est justement constituée à son origine avec plusieurs littérateurs ayant un lien plus ou moins évident avec ces littératures : Maupassant, décédé en 1893, était sur le testament de Goncourt, de même qu’Alphonse Daudet, lui aussi décédé en 1897 et remplacé par son fils Léon, sans parler des frères Rosny dont le nom de l’aîné est aujourd’hui associé au prix littéraire récompensant les meilleures œuvres de science-fiction francophones parues dans l’année.

Dans une tribune publiée dans La Revue hebdomadaire en date du 06 juillet 1907, « Le Prix Goncourt », Rosny aîné, qui était alors secrétaire-trésorier de l’Académie, rappelait les fondements du prix :

Il apparaît d’abord que beaucoup de littérateurs ignorent dans quelles conditions doit être attribué le prix Goncourt. Les statuts de la Société portent, à l’article II, que le prix dit « des Goncourt » doit être attribué au meilleur ouvrage d’imagination en prose parut dans l’année.  […] Pour éclairer [ce texte], il faut se reporter au testament d’Edmond de Goncourt. Et là nous voyons que ce prix sera donné à la jeunesse, à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme.

Dans le contexte littéraire dans lequel nous sommes, il est bien difficile de lire cette dernière phrase sans penser aux fulgurances des auteurs de science-fiction et de fantasy. Si le talent est une donnée bien subjective propre à chaque auteur et à la façon dont ils sont reçus par leur public, l’originalité et les « tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme » sont, elles, caractéristiques de ces littératures.

Dans le même esprit, Rosny poursuit sa tribune en réflechissant à une question qui fait alors beaucoup d’envieux : la rétribution financière qui accompagne le prix. Aujourd’hui, les cinq mille francs sont bien plus symboliques qu’ils ne l’étaient à l’époque. Cependant, quand on connaît les difficultés financières des petites maisons d’éditions (pensons, de façon non-exhaustive et sans se focaliser exclusivement à l’Imaginaire, aux Editions de la Différence récemment placées en liquidation judiciaire ou aux Editions Voy’el qui ont eu recours au financement participatif pour garder leur indépendance), par rapport aux ténors de l’édition que peuvent être Gallimard, Grasset ou Albin Michel, c’est une question toujours d’actualité. Car, quel que soit son prestige,  un prix littéraire fait vendre et il est tout à fait légitime que même les maisons d’édition les plus modestes puissent présenter leur poulain, l’auteur qui, selon elles, serait en mesure de marquer l’année littéraire, quel que soit le genre littéraire dont elles se revendiquent, selon le respect de la volonté de Goncourt.

Dans l’esprit de notre Maître, les cinq mille francs du prix étaient destinés à donner au lauréat « le temps et le loisir d’écrire un nouveau volume ». […] Le prix serait donc particulièrement institué pour les écrivains mal traités par la fortune. C’est, on l’avouera, un sujet de trouble et de scrupule. Plusieurs d’entre nous ne croient pas remplir tout à fait leur devoir en votant pour un homme pourvu de rentes, ni même pour un fonctionnaire ou un officier — à moins qu’ils ne sachent de source certaine que ces derniers ont l’intention d’abandonner leur emploi pour se consacrer à la littérature.

Rappelons que ces maisons d’édition ont lancé en début d’année un appel « pour promouvoir ces genres, trop souvent déconsidérés en France », comme l’annonçait Le Point le 27 mars 2017 et qu’aux Imaginales d’Epinal en mai dernier ont eu lieu les « États généraux de l’imaginaire ».

Clément Hummel.

 

 

[1] Source : http://archeosf.blogspot.fr/2015/11/le-prix-goncourt-et-le-merveilleux.html