Archives par mot-clé : merveilleux scientifique

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Appel à contribution pour le dossier du n°11 de ReS Futurae.

Dossier dirigé par Hugues Chabot (Université Claude Bernard-Lyon 1) et Émilie Pézard (ENS Lyon / ANR Anticipation)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 conjointement à Hugues Chabot (hugues.chabot@univ-lyon1.fr) et Émilie Pézard (emilie.pezard@ens-lyon.fr).

La date de remise des articles est fixée au 30 avril 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts — roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent —, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Continuer la lecture de RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE