Archives par mot-clé : Russie

Le Livre d’or de la science-fiction soviétique

Leonid Heller (dir.) Science-fiction soviétique, Pocket. Illustration de Marcel Laverdet.

Dans le carnet de la revue Dissidences, Jean-Guillaume Lanuque propose une lecture du Livre d’or de la science-fiction soviétique, une anthologie  dirigée par Leonid Heller et parue en 1983.

« Leonid Heller fut, à la fin des années 1970, l’auteur d’une thèse de référence portant sur la science-fiction soviétique, publiée en 1979 par L’Âge d’Homme et depuis épuisée. Prolongement naturel de ce travail, il a eu l’opportunité quelques années plus tard de réaliser un volume de la collection dirigée par Jacques Goimard, « Le Livre d’or de la science-fiction », mettant à l’honneur aussi bien des auteurs, en majorité, que des pays. En dehors d’une préface érudite sur l’histoire de la science-fiction soviétique, de ses lointaines origines médiévales à sa périodisation qui suit d’assez près celle de son nouveau pays (vitalité divergente des années léninistes, repli stalinien, puis dégel plus ou moins marqué), et d’un dictionnaire des auteurs dont les notices biographiques sont relativement détaillées, seize textes, d’inégale longueur, ont été sélectionnés, classés chronologiquement pour les premiers, puis plus librement pour les années 1960 et 1970.

Avec d’emblée un problème de définition du genre. Le fantastika est en effet plus poreux que la science-fiction entendue dans son acception anglo-saxonne, et intègre parfois une forte dose de fantastique… »

La suite est à lire sur le billet : Leonid Heller (sous la direction de), Science-fiction soviétique, Paris, Presses Pocket, collection « Le Livre d’or de la science-fiction », 1983, 320 pages.

Le billet de Jean-Guillaume Lanuque rappelle la vitalité de la science-fiction dans l’union soviétique. Un domaine que nous invitons à explorer dans cette page de ressources.

Le sommaire de l’anthologie est disponible sur NooSFere.

Mort de Boris Strougatski

« Stalker » d’Arkadi et Boris Strougatski, illustration de Lasth, éditions Denoël, 2010.

L’écrivain de science-fiction russe Boris Strougatski est mort le 19 novembre 2012, à l’âge de 79 ans, des suites d’une pneumonie.

Astrophysicien, il est surtout célèbre pour les romans qu’il a écrit avec son frère interprète Arkadi Strougatski, mort en 1991. Le plus connu est certainement Stalker (1972, d’abord traduit sous le titre Pique-nique au bord du chemin), qu’Andreï Tarkovski a adapté au cinéma en 1979. Les Mutants du brouillard ont aussi inspiré le film Les Vilains Petits Canards (2006) de Konstantin Lopouchanski.

« Il est difficile d’être un dieu » d’Arkadi et Boris Strougatski, illustration de Lasth, éditions Denoël, 2009.

Parmi leurs nombreuses œuvres, il est nécessaire de citer le cycle de l’univers du Midi, qui comporte Les Revenants des étoiles (1962), Tentative de fuite (non traduit), Il est difficile d’être un dieu (1964), L’Île habitée (1971), Le Scarabée dans la fourmilière (1979), Les vagues éteignent le vent (1985), Un gars de l’enfer (1974), L’Arc-en-ciel lointain (1963) et L’Inquiétude (première version de L’Escargot sur la pente).

Souvent critiques envers le régime soviétique en place, leurs écrits sont touchés par la censure et certains paraissent clandestinement. Ils gagnent une grande renommée en dehors de l’URSS, notamment dans le monde anglo-saxon.

Leur dernier livre traduit en français était Destin boîteux en 1991, mais plusieurs de leurs œuvres sont encore inédites en français.

Après la mort de son frère, il a publié encore deux romans dont Les Impuissants de ce monde en 2003. Il avait accordé en 2008 un entretien très éclairant à Patrice Lajoye et Viktoriya Shirkova pour la revue Lunatique.

 

Mise à jour

Vadim Nesterov, « Disparition de l’écrivain Boris Strougatski », La Russie d’aujourd’hui, 21 novembre 2012.
Philippe-Jean Catinchi et Marie Jégo, « La mort de Boris Strougatski laisse la science-fiction russe orpheline », Le Monde, 22 novembre 2012.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.