Archives par mot-clé : science

Amazing Science aux Utopiales

L’Inserm et le CEA présentent Amazing Science, une expo pulp… et scientifique

En clin d’oeil à la culture SF des magazines américains des années 30, l’Inserm et le CEA proposent à travers l’exposition Amazing Science une exploration en territoire inconnu, à la frontière entre la culture pulp, la science-fiction et la recherche scientifique.

L’écrivain Claude Ecken met sa plume au service d’Amazing Science, par la création d’une œuvre originale de courtes nouvelles de science-fiction formant un parcours littéraire de 26 tableaux.

Chaque panneau de l’exposition assemble des visuels scientifiques autour d’une thématique spécifique  de recherche. Les montages d’Alexandre Cheyrou sont une invitation à plonger dans les mystères du vivant, de la matière ou de l’univers et à comprendre les enjeux scientifiques et technologiques de notre époque.

Présentée pour la première fois à l’édition 2012 des Utopiales de Nantes, l’exposition Amazing Science est inaugurée le 7 novembre.

Présentation sur le site de l’INSERM

Présentation sur le site des Utopiales

AMAZING SCIENCE
Une expo « pulp » et scientifique proposée par l’Inserm et le CEA
Du 7 au 12 novembre 2012
 
Utopiales de Nantes / Festival international de science-fiction
 
La Cité Nantes Events Center, 5 rue de Valmy, 44000 Nantes
Public : à partir de 7 ans

Amazing Science, une exposition conçue et réalisée par les directions de la communication de l’Inserm et du CEA
Chef de projet, Claire Lissalde, responsable du pôle audiovisuel de l’Inserm
Coordination pour le CEA, Florence Klotz
Sur une idée originale d’Eric Dehausse, iconographe de l’Inserm
Relecture, Maryse Cournut de l’Inserm
Nouvelles écrites par Claude Ecken
Direction artistique, Alexandre Cheyrou
Rédaction scientifique, Charles Muller

Illustrations des pulps provenant des fonds de l’Agence Martienne et de la Maison d’Ailleurs.
Photos scientifiques de la banque d’images Serimedis de l’Inserm et de la photothèque du CEA.

Les Pulps – précisions historiques

Apparus à la fin du XIXe siècle, les pulps, magazines bon marché imprimés sur du mauvais papier (la « pulpe » de bois), ont connu une forte expansion entre 1905 et 1940. Support de publication pour genres peu légitimés, depuis les aventures exotiques d’un magazine comme Adventure jusqu’aux récits fantastiques ou aux histoires d’horreur d’un Weird Tales, en passant par le western, les enquêtes policières et les aventures héroïques, ils voient l’apparition de la science fiction à l’américaine pendant la deuxième moitié des années 1930.

Amazing Stories, fondé par Hugo Gernsback en 1926, publie les aventures spatiales du Skylark of Space d’E. E. Smith. Thrilling Wonder Stories (également fondé par Gernsback, qui avait été obligé de revendre son premier titre), ainsi qu’Astounding Stories, offrent des lieux de publication spécifiques pour des nouvelles et des romans parus en feuilleton (La Légion de l’espace, de Jack Williamson, en 1934, les Lensmen d’E. E. Smith en 1936).

C’est dans les pulps que s’est développé ce style si particulier, d’action vive mêlée de spéculation sur des états de la science, qui caractérise la science-fiction de l’« Âge d’Or », entre 1938 et 1946.

La fécondité de cette période, qui a vu apparaître les noms symboliques d’écrivains et d’œuvres formant les premiers grands classiques de la science-fiction, doit tout au modèle éditorial des pulps, qui permettent de mettre à l’épreuve très vite de nouvelles idées et favorisent l’émulation entre des auteurs qui ne cessent de se lire entre eux. Ces revues bon marché se multiplient alors : Startling Stories, Unknown, Fantastic Adventures et Planet Stories s’ajoutent aux précédentes.

Sous le patronage de John W. Campbell, rédacteur en chef d’Astounding (rebaptisé en Astounding Science Fiction), qui exige de ses auteurs un plus grand respect de la cohérence scientifique dans leurs récits, naissent dans les pulps le cycle des robots et de Fondation d’Isaac Asimov, les Slans et le Non-A d’A. E. van Vogt, les histoires du futur de Robert A. Heinlein et de Clifford D. Simak. Parmi les autres figures remarquables faisant alors leurs premiers pas, on peut citer Arthur C. Clarke, Fritz Leiber et Hal Clement. C’est également Astounding qui accueille la fameuse nouvelle de Cleve Cartmill, « Deadline », qui a attiré l’attention de l’armée américaine en décrivant le mécanisme d’une bombe atomique en parallèle du projet Manhattan.

L’empire de (mauvais) papier des pulps est ébranlé par les pénuries de la guerre. Le modèle de publication évolue après 1945, les pulps disparaissent ou se transforment en magazines de plus petite taille, mieux imprimés, tandis que les meilleures nouvelles se voient offrir une seconde vie dans les « fix-up » (selon le terme de Van Vogt), les romans bricolés à partir de récits plus courts, qui se sont transmis jusqu’à nous. Néanmoins, c’est dans ces pages mal imprimées, dans ces récits souvent naïfs et grandiloquents, que s’est formée et consolidée une certaine manière d’écrire le futur, celle de la science-fiction contemporaine.

 Simon Bréan

Science and Literature: the Great Divide?

Science and Literature: the Great Divide?
Deadline: Sunday 1st July 2012

Contributions are now invited for the 2012 edition of the MHRA Working Papers in the Humanities, an international, refereed online journal, aimed at postgraduate and early-career researchers.

There have been plenty of days when I have spent the working hours with scientists and then gone off at night with some literary colleagues […] I got occupied with the problem of what, long before I put it on paper, I christened to myself as the ‘two cultures’. For constantly I felt I was moving among two groups – comparable in intelligence, identical in race, not grossly different in social origin, earning about the same incomes, who had almost ceased to communicate at all […] By and large this is a problem of the entire West.
(C.P. Snow)

C.P. Snow’s infamous ‘Two Cultures’ lecture of 1959, and the heated public exchange with literary critic F.R. Leavis that ensued, highlight the great academic tension of our age: that sometimes tacit, sometimes openly explosive disjunction which exists between the arts and humanities on the one hand, and the natural sciences on the other (with the social sciences often caught in the cross-fire). To what extent, though, is this relationship one that has changed over time? How far back, chronologically speaking, can a conflict be traced between the arts and the sciences? Does the modern separation of these fields represent a post-Enlightenment phenomenon, never envisaged by eighteenth-century intellectuals such as Diderot and d’Alembert, whose Encyclopédie sought to embrace all varieties of human knowledge in a single, unitary enterprise? Or does this great Enlightenment project already betray similar tensions, defining ‘Science’ and ‘Lettres’ in emphatic parallel as equally essential to the dissemination of knowledge, yet still ultimately positing science as content, and literature as a mere vehicle or ornament (‘scientific principles would seem unpleasant without letters to lend them their charm’, notes the article ‘Lettres’)? Does the medieval division between trivium (Grammar, Rhetoric, Dialectic) and quadrivium (Mathematics, Geometry, Harmony, Astronomy) already point to a fundamental separation between verbally and numerically based studies? Is this the same as a division between the arts and the sciences? In a more contemporary setting, do the ‘science wars’ of the 1990s, which reached their peak with Alan Sokal’s submission of a hoax physics paper to Social Text, represent a historically unique conflict between the postmodernist humanities and the pro-Enlightenment, positivistic culture of the natural sciences? Is this conflict the same as that which C.P. Snow described in the 1950s? Are we moving towards consensus and co-operation, or ever fiercer hostilities?

It is this relationship between the arts (especially literature) and the sciences, as it has evolved over time, that Volume 7 of the MHRA’s Working Papers in the Humanities will address. The editors invite submissions on the theme of Science and Literature, with both terms taken in their broadest possible sense. Themes for discussion might include, but are by no means limited to:

  • Depictions of the scientist in literature (as genius, scapegoat, asocial being…)
  • Scientific essentialism vs cultural constructionism (in relation to gender, race, class)
  • Literature / science and the establishment (their positioning with relation to politics, religion)
  • Academic geographies (Is science synonymous with Western culture? How do tensions between postmodernism and science play out over linguistic or cultural divides?)
  • Science fiction (and its predecessors)
  • Shifting terminologies (how does the evolution of terms such as scientia / science / art(s) reflect a shift in cultural sensibilities?)
  • Science / technology as critical tools (digital humanities, cognitive approaches to criticism)
  • Popular dissemination (the public image of science/ literature/ literary studies)
  • Limits of discourse compatibility (scientific poetry, mathematical structures in literary texts etc.)
  • Linguistics as a science of language (and its relationship to literary studies)
  • Spaces of possibility (can imaginative literature contribute to scientific development in providing a forum to explore and test future needs?)

Papers, in English, and of up to 3,000 words in length, may come from any field in the ‘modern humanities’, which include the modern and medieval languages, literatures, and cultures of Europe (including English and the Slavonic languages, and the cultures of the European diaspora). History, library studies, education and pedagogical subjects, and the medical application of linguistics are excluded.

In order to submit a paper, you are kindly requested to register as an author at http://mhra.org.uk/ojs/index.php/wph/user/register. Any informal queries can be directed to the editors at postgrads@mhra.org.uk.

Jules Verne : science, crises et utopies

22-23 Novembre 2012  à  l’Ecole Centrale de Nantes

Rencontres Jules Verne 2012 – Colloque international –
Organisées par l’Ecole Centrale de Nantes, et l’Université de Nantes,

Les Rencontres Jules Verne

Après « Jules Verne, les machines et la science » en 2005,  « Jules Verne, le partage du savoir » en 2008,et «  Jules Verne, science, technique et société : de quoi sommes-nous responsables ? » en 2010, les Rencontres Jules Verne poursuivent l’exploration des relations entre la science, la culture et la société, en s’arrêtant en 2012 sur le thème suivant :
« Jules Verne : science, crises et utopies »

Ouvertes à un large public, ces rencontres s’adressent aux professionnels (chercheurs, enseignants, acteurs de la culture scientifique, industriels…) comme aux citoyens.  Les Rencontres Jules Verne »  réuniront des chercheurs des disciplines scientifiques ou des sciences humaines, mais également des ingénieurs, architectes, journalistes, artistes … Ce sera l’occasion de croiser et de confronter des approches différentes : histoire des idées, histoire littéraire, analyses philosophiques et anthropologiques de l’imaginaire social, psychanalyse de l’utopisme… Et pourquoi ne pas donner également leur place à nos utopies, écologiques, économiques, sociales et politiques ? Sans oublier les « verniens », analysant le projet sociétal de l’auteur des Voyages Extraordinaires

La problématique
Aucun domaine de la vie en société ne semble échapper désormais au questionnement et à la mise en question, ni les institutions (la famille, l’école ou l’état), ni les formes de la vie sociale (l’économie, l’urbanisme, les manières de s’alimenter, de s’habiller, de s’aimer…), ni l’organisation du travail ou des échanges, ni les progrès scientifiques et techniques, ni même les modes de sentir, de communiquer, de raisonner. La crise devient l’ordinaire de notre modernité.

Le monde tel qu’il va ou tel qu’on le fait est souvent pensé comme le seul possible. N’y aurait-il  qu’une seule voie pour sortir des crises, économiques, politiques, culturelles ? L’Utopie est le sens des possibles. Elle forge des alternatives, imagine d’autres mondes et des mondes autres. Elle ouvre les fenêtres des univers clos. Si la crise creuse une brèche entre passé et présent, quel avenir ouvre-t-elle : prophéties de malheur ou d’un monde meilleur ? Comment penser le lien entre crise et utopie ? La science, réelle ou imaginaire, est souvent mobilisée pour fuir les contraintes du présent, quitte à dessiner de nouveaux destins plus contraignants encore.

L’utopie est aussi a-topie, elle définit un lieu qui n’existe pas mais qui peut servir d’idéal ou de repoussoir. Elle anticipe soit en prolongeant les lignes de forces du présent, soit en imaginant délibérément un monde, tout autre, meilleur ou pire. Si la crise menace les identités, les légitimités et les idéologies, l’indignation et la révolte suscitent-elles des figures consistantes de l’ailleurs ? Le progrès des sciences et des techniques peut-il, aujourd’hui comme hier, fournir le noyau de rationalité de ces fictions ? L’Utopie est travail de l’imagination. Souvent, elle fait appel à l’imagination scientifique, voire à la science-fiction. Elle fait plus qu’esquisser un nouveau monde, elle en dessine certes l’architecture d’ensemble mais descend également dans les détails, là où dit-on, habitent dieu ou diables. Utopies ou dystopies ? Cette question de la crise et de l’utopie (et de ses rapports) interpelle également les artistes. Comment représenter l’utopie ? En quoi la relation esthétique à l’oeuvre peut-elle traduire un sentiment de crise et s’avérer porteuse d’utopie ?

C’est à nouveau sous la figure tutélaire de Jules Verne que s’inscrira  la 4ème édition de ces Rencontres. Car, s’inscrivant dans la lignée de Saint Simon, Owen et Fourier, Jules Verne n’a cessé déjà, dans ses Voyages extraordinaires, de nous emmener dans des ailleurs utopiques, de réactiver la puissance de défi qu’ils  recèlent, (l’eu-topie de L’île mystérieuse), tout en rappelant la décadence cauchemardesque des cités de perdition. Verne qui anticipait bien des crises du monde contemporain (les dégâts du progrès,  la puissance corruptrice de l’argent, les dangers de l’industrie médiatique…) avait bien perçu le caractère éminemment culturel de l’Utopie. La mythologie vernienne se nourrit d’imaginaire social, dans Les cinq cents millions de la Begum comme dans Les naufragés du Jonathan, rêvant de société idéale dans Les Indes noire, ou de société désenchantée dans Paris au XXème siècle ou L’île à hélice. Verne plaçait la crise et l’utopie au coeur de son oeuvre.

. Les communications se situeront dans  cinq axes :

Comment les utopies du passé, depuis l’Utopie de Thomas Moore jusqu’aux utopies sociales du XIXème siècle, en passant par les utopies littéraires et celles de Jules Verne, prennent-elles leur distance par rapport au présent ? Comment forgent-elles des mondes alternatifs ? Sur quelles rationalités (scientifiques ou autres) fondent-elles leurs rêves ou leurs cauchemars ? Comment penser les mouvements alternatifs contemporains qu’ils soient politiques, écologiques, économiques ? Quelles sont leurs significations et leurs enjeux ? En quoi sont-ils utopiques, et si oui, dessinent-ils des mondes crédibles ? Comment la science fiction (SF) sous toutes ses formes (littérature, bande dessinée, film) met-elle en scène l’utopie ? Quels sont les nouveaux imaginaires qu’elle propose ? Quelles sont les possibilités ouvertes par les sciences, les techniques ou les arts (en particulier architecture, urbanisme…) pour imaginer le monde de demain, son habitat, ses villes, ses modes de  vie ? Pourquoi est-il si malaisé aujourd’hui de penser des alternatives ? La fin des idéologies n’est-elle pas également la fin des utopies ? Quel rapport peut-on établir entre crise, idéologie et utopie ? Quels rôles peuvent jouer les sciences et leur vulgarisation dans ces rapports ?

L’organisation des Rencontres Jules Verne

Le Comité Scientifique  est composé de : Etienne Klein, président (physicien au CEA, professeur à l’Ecole Centrale de Paris) ; Alain Bernard ( professeur et directeur de la Recherche à l’Ecole Centrale de Nantes) ; Jean-Michel Besnier, (professeur de l’Université Paris-Sorbonne, membre du CREA, Ecole Polytechnique, Paris) ; Jean-Pierre Courtial (professeur émérite de psychologie, Université de Nantes) ; Jean Dhombres, ( directeur de recherches à l’EHESS, Centre Alexandre Koyré-Paris) ; Anne-Marie Drouin-Hans, (maître de conférences honoraire de l’Université de Bourgogne, et Présidente de la Sofphied) ; Ronaldo de Freitas Murao (directeur de l’Observatoire d’astronomie de Rio de Janeiro- Brésil) ; Michel Fabre (professeur à l’Université de Nantes et ancien directeur du Centre de recherche en éducation de Nantes) ; Tahar Gallali (professeur à l’Université de Tunis); Lauric Guillaud ( professeur à l’Université d’Angers) ; Patrick Gyger (Directeur du Lieu Unique, Nantes et ancien directeur de la Maison d’Ailleurs (Suisse) Philippe Mustière (professeur à l’Ecole Centrale de Nantes, chargé de mission Culture) ; Stéphane Tirard (directeur du Centre François Viète, Université de Nantes) ; Simone Vierne (professeur émérite de littérature française à l’Université Stendhal de Grenoble et directrice honoraire du Centre de Recherches sur l’Imaginaire) ; Jean-Jacques Wunenberger (professeur à l’Université de Lyon 3, directeur du centre Gaston Bachelard)

Le Comité d’organisation est composé de : Philippe Mustière, Professeur et chargé de mission Culture à l’Ecole Centrale de Nantes, Michel Fabre, Professeur à l’Université de Nantes et ancien directeur de recherche en éducation

Les modalités:
Si vous souhaitez participer à ce colloque, veuillez adresser avant le 10 mai 2012 un résumé d’environ 300 mots comportant un titre et une bibliographie indicative (3-4 titres maxi), ainsi que vos nom, prénom,  fonctions, coordonnées et affiliation, aux adresses suivantes :
Rencontres.JV@ec-nantes.fr    avec copie obligatoire à   Philippe.Mustiere@ec-nantes.fr

– Une réponse du comité de sélection vous parviendra le 15 mai 2012.

– Dépôt des textes définitifs : 5 Octobre 2012

Responsables : Philippe Mustière et Michel Fabre

Rencontres JULES VERNE – ECOLE CENTRALE de NANTES – 1, rue de la Noë BP 92101  44321 Nantes Cedex 3

La figure de l’homme de science dans la littérature, les films, l’iconographie, les cartoons

L’Observatoire scientifique de la mémoire écrite, orale, filmique, et du patrimoine autobiographique organise du 1er au 5 août 2012 sa XIème rencontre : Castello Guevara-Bovino (Foggia – Italie) :

« La figure de l’homme de science dans la littérature, les films, l’iconographie, les cartoons »

Parallèlement et en complément du colloque L’éthos : la mémoire autobiographique de l’homme de science (voir l’appel à contribution : échéance renvoyée au 20 mars), un autre appel est ouvert à des séances consacrées au thème de l’image extérieure sur le scientifique. On entendra ici par scientifique celui qui s’occupe en particulier du domaine des sciences naturelles et de la médecine.

La culture occidentale a largement traité ce thème, dans les registres de la fiction ou de la reconstruction historique, de Faust à Strangelove (cf. Roslynn D. Haynes, From Faust to Strangelove, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1994).

Quelle image en est donnée par la littérature, les films, les bandes dessinées ? Quels sont les stéréotypes véhiculés ? Du cartoon Dexter aux personnages disneyens d’Archimède et d’Eta Beta un grand mouvement d’imagination se déploie. Des biographies littéraires ou filmiques interprètent la pensée supposée, les réflexions personnelles de scientifiques. Cf. Leonardo Sciascia, La scomparsa di Majorana, 1975 ; ou cf. Le film de Mario Martone, Morte di un matematico napoletano sur Renato Caccioppoli, 1992.

De La leçon d’anatomie de Rembrandt, au portrait du mathématicien Luca Pacioli de Jacopo de’ Barbari, à celui de Paracelse, le statut d’un scientifique est caractérisé par l’habitus, le décor, les instruments. Dans les peintures du géographe et de l’astronome de Vermeer, une mappemonde témoigne d’acquisitions scientifiques récentes et définitives de Copernic et de Galilée sur la sphéricité de la terre.

Par ailleurs, quelle image se façonne, émerge des discours, des interprétations, auprès de l’opinion publique ? Michel Foucault parle de pratique discursive, consubstantielle au dessein qu’on donne et qu’on a de la science dans certaines périodes (Cf. : M. Foucault, « Science et savoir » in Id L’Archéologie du Savoir, Paris, Gallimard, 1969, pp. 233-255.

Interpréter une vie de scientifique peut communiquer une vision politique. La Vie de Galilée de Brecht reste une référence : « Je ne crois pas que la science peut se proposer d’autre but que de soulager la fatigue de l’existence humaine ; mais si la science ouvre la voie à la coercition, elle peut s’en trouver affaiblie pour toujours. Chaque nouvelle machine ne sera que l’encouragement à de nouvelles souffrances pour l’homme. Et quand au fil du temps, tout le découvrable sera découvert, le progrès finira par s’éloigner du bien des multitudes. Pire encore, entre vous hommes de science et l’humanité se creusera un abîme tellement grand, qu’à chacun de vos Eurêka résonnera un cri d’horreur universel». Dans les dernières révisions de cette pièce Brecht décrit un Galilée post Hiroshima.

Selon Michel Foucault, jamais comme dans notre contemporanéité le scientifique n’a un rôle aussi central. Oppenheimer représente la charnière, le passage du ‘savant universel’ et celui qui a à cœur le sort de tous, au chercheur, à l’expert, qui poursuit des pratiques scientifiques spécifiques (M. Foucault « Vérité et pouvoir », L’Arc, n. ° 70, 1977, pp.16-26).

« [Aujourd’hui] L’intellectuel spécifique dérive d’une toute autre figure, non plus le juriste–notable, mais le savant-expert. Je disais à l’instant que c’est avec les atomiciens qu’il s’est mis à occuper le devant de la scène ». (M. Foucault, « Entretien avec Michel Foucault », réalisé par A. Fontana et P. Pasquino, juin 1976, in Dits et écrits, 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, v. II, p. 156).

En outre, à notre époque, la génétique, la microchirurgie, les biotechnologies, en donnant beaucoup d’espoirs (de transplantations, de clonations, etc.), favorisent l’opinion selon laquelle un homme de science n’est pas un découvreur (de quelque chose qui le précède) mais un inventeur, un créateur, un démiurge qui se positionne au-delà de toute transcendance.

La proposition pour participer au colloque de 250 mots maximum, accompagnée d’un bref CV doit être envoyée avant le 20 mars 2012.

Les interventions, après lecture des textes livrés, pourront être publiées sur Mnemosyne o la costruzione del senso, Presses Universitaires de Louvain.

Inscription au colloque : 80,0 euro.

Comité scientifique:
Beatrice Barbalato, Directeur de la revue Mnemosyne, o la costruzione del senso, PUL, Université catholique de Louvain
Fabio Cismondi, Fusion for energy-European Union.
Albert Mingelgrün, Université Libre de Bruxelles
Edgar Radtke, Universität Heidelberg

beatrice.barbalato@gmail.com

Pour tous les renseignements (comment rejoindre le lieu du colloque)

http://mediapoliseuropa.freehostia.com

L’homme-machine et ses avatars : entre science, philosophie et littérature, XVIIe -XXIe siècles

Parution de l’ouvrage de Dominique Kunz Westerhoff et Marc Atallah (dir.)
L’homme-machine et ses avatars
Entre science, philosophie et littérature
XVIIe -XXIe siècles

Vrin, « Pour demain », 2012. 320 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2349-5

Présentation de l’éditeur :
Dans le contexte de la révolution galiléenne, Descartes a fondé une anthropologie mécaniste qui n’a cessé de se redéfinir au fil des découvertes scientifiques et des controverses qu’elle a suscitées : après l’Homme-Machine, est venu l’Homme Électrique, puis l’Homme Cybernétique. Ces avatars signalent la constante réévaluation, la mesure toujours reprise d’une métaphore originaire, à la fois féconde et insuffisante, heuristique et limitée. Au carrefour des sciences humaines, des sciences et de l’ingénierie, il s’agit d’historiciser cette construction culturelle au long cours, jusqu’à la robotique bio-inspirée et à l’hybridation contemporaine du corps et de la technologie. L’approche littéraire en éclaire, elle, toute la dimension imaginaire : de l’automate parleur au cyborg, l’innovation scientifique est indissociable, sinon indiscernable, d’une saillance de la fiction. Fable philosophique, poésie scientifique, roman libertin, conte fantastique, théâtre satirique, roman social ou science-fiction : ces différents genres font ainsi valoir la compétence de la littérature pour penser la culture de l’homme-machine, et pour faire émerger le mécanique, le non-mécanique, ou l’anti-mécanique, comme autant de procès d’humanisation opérés par la pratique symbolique.