Archives par mot-clé : steampunk

Science Fiction Studies n°122

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-deuxième numéro.

Articles

Brian J. McAllister, « “You’ll remember Mercury”: The Avant-Garde Worlds of Edwin Morgan’s SF Poetry »
Cet article enquête sur les interactions entre la forme poétique et les conventions de la science-fiction dans les œuvres du poète écossais Edwin Morgan, retraçant leurs liens avec les projets avant-gardistes du début du XXe siècle.

George M. Johnson, « Evil is in the Eye of the Beholder: Threatening Children in Two Edwardian Speculative Satire »
Deux satires spéculatives oubliées de l’époque édouardienne, La Nourriture des dieux (1904) de H. G. Wells et The Hampdenshire Wonder (1911), dressent un sombre portrait d’enfants qui est typique de l’Âge d’or de la littérature pour la jeunesse de l’époque.

Andrew Lison, « “The very idea of place”: Form, Contingency, and Adornian Volition in The Man in the High Castle »
Dans son essai « Engagement » (1962), Theodor Adorno réfléchit au paradoxe de la poésie après Auschwitz : la littérature doit se continuer malgré la barbarie. Il préconise l’art autonome contre l’art engagé. Le roman de Philip K. Dick Le Maître du Haut Château est ici relu à la lumière de cette esthétique paradoxale.

Carl Gutiérrez-Jones, « Stealing Kinship: Neuromancer and Artificial Intelligence »

Nicholas Serruys, « Revisiting and Revising History through Subjectivity in Élisabeth Vonarburg’s Bridge Cycle »
Le cycle publié dans le recueil Le Jeu des coquilles de nautilus (2003) place ses personnages dans des mondes parallèles, dans une situation semblable à celles des lecteurs.

Sean McQueen, « Biocapitalism and Schizophrenia: Rethinking the Frankenstein Barrier »
Le « devenir-animal » de Deleuze et Guattari est utile pour repenser la « barrière de Frankenstein » de George Slusser, le point où le récit de science-fiction revient sur lui-même dans un déni du futur.

Aaron Santesso, « Fascism and Science Fiction »

Ewa Mazierska and Eva Näripea, « Gender Discourse in Eastern European SF Cinema »
Cet article étudie le discours sur le genre dans deux films post-apocalyptiques : Fin d’août à l’hôtel Ozone (1967) du Tchèque Jan Schmidt et Seksmisja (1984) du Polonais Juliusz Machulski.

Review-essays

Andrew Ferguson, « Unearthing the Shaver Mysteries: Nadis’s Ray Palmer’s Amazing Pulp Journey and Toronto’s Richard Shaver, Ray Palmer and the Strangest Chapter of 1940s Science Fiction »

Wendy Gay Pearson, « Sex-as-Discourse vs. Sex-as-Practice: Ginn and Cornelius’s Essays on the Carnal Side of Science Fiction »

Jaymee Goh Sook Yi, « Steaming into the Retro-Future: Taddeo and Miller’s A Steampunk Anthology »

nautile

Fiction et virtualité(s)

Fiction et virtualité(s) : appel à textes pour le n°9 de la Revue critique de fixxion française contemporaine

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

• le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.

• les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ? ; Michel Lafon, Une vie de Pierre Ménard). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.
La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourra également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

• la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire: uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (KadathAbyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.

• les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ? Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010, <Erres Essais>.

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, <Linguae & Litterae>.

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et aliiL’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, <C.R.I.N.>.

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, <Arts et monde contemporain>.

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo, Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999, <Littérature(s)>.

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011, <Poétique>.

 

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

Gothic Science Fiction: 1980-2010

Parution de l’ouvrage collectif Gothic Science Fiction: 1980-2010, dirigé par Sara Wasson and Emily Alder, Liverpool University Press – Liverpool Science Fiction Texts & Studies, 256 pages

Présentation sur le site de The University of Chicago Press.

Gothic fiction’s focus on the irrational and supernatural would seem to conflict with science fiction’s rational foundations. However, as this novel collection demonstrates, the two categories often intersect in rich and revealing ways. Analyzing a range of works—including literature, film, graphic novels, and trading card games—from the past three decades through the lens of this hybrid genre, this volume examines their engagement with the era’s dramatic changes in communication technology, medical science, and personal and global politics.

Redefining Genres
Roger Luckhurst, In the Zone: Topologies of Genre Weirdness
Fred Botting, Zombie Death Drive: Between Gothic and Science Fiction

Biopower and Capital
Aris Mousoutzanis, ‘Death is Irrevelant’: Gothic Science Fiction and the Biopolitics of Empire
Sara Wasson, ‘A Butcher’s Shop Where the Meat Still Moved’: Gothic Doubles, Organ Harvesting and Human Cloning
Laurence Davies, Guillermo del Toro’s Cronos, or the Pleasures of Impurity
Gwyneth Peaty, Infected with Life: Neo-supernaturalism and the Gothic Zombie
Emily Alder, Ruined Skin: Gothic Genetics and Human Identity in Stephen Donaldson’s Gap Cycle

Gender and Genre
Mark P. Williams, The Superheated, Superdense Prose of David Conway: Gender and Subjectivity Beyond The Starry Wisdom
Jerrilyn McGregory, Spatialized Ontologies: Toni Morrison’s Science Fiction Traces in Gothic Spaces
Nickianne Moody, The Gothic Punk Milieu in Popular Narrative Fictions
Laura Hilton, Gothic Science Fiction in the Steampunk Graphic Novel The League of Extraordinary Gentlemen

Exposition « Futur antérieur » à la Galerie du jour-Agnès B

Compte-rendu de l’exposition « Futur antérieur » à la Galerie du jour-Agnès B
Du 24 mars au 26 mai 2012, 44 rue Quincampoix, Paris 4ème arrondissement

Le 24 mars 2012, à 18h, une foule hétéroclite s’amassait devant les portes de la galerie du jour à Paris : certains s’étaient déguisés, d’autres essayaient tant bien que mal de retenir l’impatience qui les gagnait, la plupart étaient curieux, tout simplement. Une fois les dernières retouches apportées au mobilier et tous les écrans fixés, les portes se sont ouvertes et nous avons pu pénétrer dans cet étrange « Futur antérieur » – une exposition produite par le Fonds de dotation Agnès B. et dont le commissariat est assuré par Jean-François Sanz.

Articulée autour de ces trois axes convergents – mais néanmoins autonomes – que constituent le rétrofuturisme, le steampunk et l’archéomodernisme, l’exposition « Futur antérieur » crée les possibilités d’un dialogue original : l’imaginaire de la science-fiction s’entretenant avec celui de l’uchronie. Provenant de plusieurs fonds documentaire européens dont celui, gigantesque, de la Maison d’Ailleurs, de nombreuses productions culturelles directement issues du passé – et qui tentaient, à leur époque, d’esquisser les contours d’un futur indiscernable –, sont mises en parallèle avec des œuvres d’artistes contemporains revisitant le début de notre modernité et réactivant certaines visions du futur générées entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe. Le cocktail est étonnant, l’effet, percutant.

On peut s’interroger sur l’intérêt actuel et renouvelé du public et des spécialistes pour ces univers infiniment variés et esthétiquement complexes : les artistes représentent des futurs qui ne sont jamais arrivés ou des passés qui auraient pu être, renvoyant à l’expression inventée par Henry Jenkins en juillet 2007, « The Tomorrow that never was » dans un article intitulé « Retrofuturism in the Comics of Dean Motter » où il évoque entre autres, la belle nouvelle rétrofuturiste de William Gibson publiée en 1981, « The Gernsback Continuum ». Parallèlement à cette exposition Raphaël Colson vient de faire paraître aux Moutons électriques un riche ouvrage iconographique titré Retro-futur ! synthétisant toutes les définitions du retrofuturisme mais découvrant également tous les sous-genres lui étant affiliés, comme le steampunk, mais aussi le dieselpunk ou le radiumpunk, réinventant les technologies des années 1920 et 1930 ou encore le plus curieux atompunk dérivant de la fin des années 1940. Il est à noter que cet ouvrage complète avec pertinence celui d’Etienne Barillier paru chez le même éditeur en 2010, Steampunk. L’esthétique rétro-futur.

L’esthétique du rétro-futurisme s’inspire essentiellement des précurseurs de la science-fiction, d’œuvres illustratives de ce que nous appelons l’anticipation ancienne ou la proto science-fiction: l’exposition présente des illustrations de La Fin du Monde, de L’Astronomie populaire de Camille Flammarion (Henri Lanos en 1905 pour la revue Je sais tout et Charles Barbant pour les éditions Flammarion en 1881), des photogrammes tirés du Voyage dans la lune de Georges Méliès (Collection de la Cinémathèque française), les gravures de Léon Bennett ou d’Emile Bayard pour Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (Collection Hetzel), les aquarelles intemporelles d’Albert Robida, comme « La Sortie de l’opéra en l’an 2000 » ou encore l’illustration de couverture du roman de Léon Groc, On a volé la Tour Eiffel par Henri Armengol en 1923. A la fin du XIXème et au début du XXème siècle la science ouvrait des horizons immenses et prometteurs, laissant libre cours à une imagination débordante, en rupture totale avec le rationalisme. Nous regardons dès lors avec un regard fasciné cette conception très avant-gardiste d’un monde imaginaire déconcertant. Chaque œuvre mélange un concept futuriste à un cadre désuet, nous rappelant combien le futur et le passé peuvent être imbriqués et marqués par le paradoxe temporel.

Les lignes d’avenir dessinées par l’« Atomic interplanétaire » en métal jaune des années 1950 ou les maquettes Deschamp du Train lunaire et du Nautilus (coll. Maison d’Ailleurs), viennent répondre à celles crayonnées par les travaux remarquables du sculpteur Stéphane Halleux ou de l’illustrateur Didier Graffet. Il suffit de quelques pas dans cet espace d’exposition, exigu et offrant des surprises à chaque nouvelle salle, pour se rendre compte que « Futur antérieur » est un opérateur dynamique : les esthétiques s’affrontent, les temporalités se mélangent, et il s’ensuit un dialogue incessant entre notre temps et ces temps, révolus mais toujours là, qui nous ont précédés. La mise en perspective fonctionne à merveille : notre postmodernité relève ses pans modernes et la modernité, ses attentes postmodernes.

Le visiteur est sans cesse poussé à se dédoubler : il est projeté dans le passé, puis se repose dans son présent pour, finalement, se plonger dans le futur afin de… revenir au passé. Par un dispositif scénographique original mixant les représentations, le voyage dans le temps n’a jamais été aussi éprouvé. Et, une fois la cour extérieure retrouvée, on se laisse aller à rêver et toutes les phrases que nous formons, semblent être… au futur antérieur.

Marc Atallah et Natacha Vas-Deyres