Utopiales de Nantes, édition 2012

Espace Shayol des Utopiales, à la Cité, centre des congrès de Nantes.

Depuis treize ans a lieu au début du mois de novembre l’une des manifestations majeures autour de la science-fiction en France : les Utopiales de Nantes.

Dans le Centre des congrès de la ville de Nantes, le festival fondé par Bruno Della Chiesa organise des rencontres et des tables-rondes scientifiques et littéraires, des expositions et des projections de films. Il met également à la disposition des visiteurs des pôles de jeux vidéos et de jeux de rôle et des activités pour la jeunesse. Plusieurs prix sont remis à cette occasion.

Sous la présidence de Roland Lehoucq, astrophysicien connu pour sa rubrique régulière dans la revue Bifrost et ses ouvrages de vulgarisation, ces Utopiales étaient placées sous le signe des origines. Le jeudi 8 novembre s’est ainsi ouvert sur une table-ronde consacrée aux pères fondateurs. Une exposition de dessins de Mervyn Peake venait rappeler l’importance de ce maître britannique de la fantasy. Qu’il s’agisse des délicieuses illustrations de son Capitaine Massacrabord ou des images soignées pour L’Île au trésor de Stevenson, cet artiste visionnaire exprime à l’aide d’un style graphique très maîtrisé une invention débordante.

Illustration de Mervyn Peake pour « Le Capitaine Massacrabord ».

De son côté, l’exposition Amazing Science reprenait des couvertures de pulp magazines des années 1930 comme Astounding Stories, Fantastic Adventures ou Amazing Stories. Hommage mais aussi détournement, ces affiches illustrent les micro-fictions de Claude Ecken écrites spécialement pour cette exposition. Gravitant autour de faits ou de théories scientifiques, ces brefs récits empreints d’émotion ou remplis d’humour ménagent le plus souvent des chutes surprenantes.

Exposition « Amazing Science » : rédaction scientifique de Charles Muller, nouvelles de Claude Ecken, illustrations d’Alexandre Cheyrou.

Cette première journée se poursuivait par des rencontres avec le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields 2010, les écrivains Norman Spinrad, Pierre Bordage, Robert Charles Wilson, le scénariste Arleston et l’artiste Nicolas Fructus. Ce dernier, auteur de l’affiche du festival, exposait d’intrigantes photographies retouchées.

« Mémoire des mondes troubles », série d’images de Nicolas Fructus.

Les rencontres du festival permettent ainsi d’écouter des personnalités de stature internationale parler de leur travail. Aux personnalités déjà citées s’ajoutaient les écrivains Nancy Kress, Michael Moorcock, Laurent Genefort, Javier Negrete et Neil Gaiman (invité d’honneur du festival), les dessinateurs Philippe Buchet et Dave McKean, le compositeur Robert Henke et le physicien Etienne Klein. Nancy Kress a ainsi joliment expliqué son processus d’écriture en le comparant à un voyage nocturne en voiture où chaque nouveau panneau n’apparaît que lorsque les phares le frappent, laissant la suite des indications dans l’obscurité : chaque nouvelle scène du roman en cours n’apparaît qu’une fois la précédente fixée. Michael Moorcock a pour sa part partagé de nombreuses anecdotes de sa vie d’écrivain, du jeune fondateur de la revue New Worlds à l’écrivain que le cycle d’Elric a rendu célèbre, charmant l’auditoire par son humour et sa simplicité.

L’artiste multimédia Robert Henke présentait pour sa part une exposition originale au lieu unique, Fragile Territories. Les planches et les illustrations de Dave McKean exposées mettaient en valeur sa technique originale de collage, mélange de peinture et de photographie. Des séances de dédicace permettaient de retrouver ces auteurs et dessinateurs, ainsi que bien d’autres écrivains et artistes, majoritairement français.

Quelques planches de Dave McKean.
Ugo Bellagamba, Eric Picholle, Nancy Kress, Norman Spinrad et Alain Musset à la table-ronde « la fin du monde est-elle une idée scientifique ? »

Les tables-rondes des quatre journées ont permis d’aborder des thèmes scientifiques comme la singularité technologique, les cellules-souches, les nanosciences, l’intelligence artificielle ou la robotique, et des thèmes plus culturels comme les mythes, les empires galactiques, la représentation du temps, la présence des femmes dans la science-fiction ou le héros dans divers médias (littérature, jeux de rôle, comics ou cinéma). Scientifiques, écrivains et spécialistes étaient invités à débattre et échanger en des discussions souvent passionnantes et toujours instructives1.

Le prix européen des Utopiales est revenu au roman de fantasy Mordre le bouclier de Justine Niogret, suite de Chien du heaume. Le prix de la bande dessinée a récompensé Daytripper de Fàbio Moon et Gabriel Bà, album centré sur un journaliste de rubrique nécrologique. Le prix Julia Verlanger couronnait La Route de Haut-Safran de Jasper Fforde.

 La partie du festival dédiée au cinéma offrait en séances de projection les films en compétition pour le prix des Utopiales. Celui-ci est revenu au délirant film indien Eega de S. S. Rajamouli et S. V. V.  Sathyanarayana, qui faisait face au film finlandais Iron Sky de T. Vuorensola et au film américain The Human Race de P. Hough (tous deux mentions spéciales du jury), au film japonais Afterschool Midnighters de H. Takekiyo, ou encore au film canadien Antiviral de B. Cronenberg. Une autre compétition opposait un excellent choix de courts métrages européens, tandis qu’une rétrospective permettait de revoir plusieurs classiques. Des séances spéciales sur l’animation japonaise et la production française ainsi que des documentaires complétaient le volet cinéma du festival.

Enfin, les Utopiales ont rendu un hommage ému le vendredi soir à l’écrivain Roland C. Wagner, trop tôt disparu cet été, lors d’une table-ronde réunissant son éditrice et ses amis auteurs Ayerdhal, Sara Doke, Claude Ecken, Eric Picholle et Norman Spinrad2.

Une fois de plus, le festival a permis au grand public de rencontrer de nombreux auteurs et d’entendre parler de sujets actuels à travers la science-fiction. Les tables-rondes réunissaient toujours des interlocuteurs de grande qualité autour de thèmes variés et bien choisis. Par rapport aux années précédentes, on pouvait regretter un espace d’exposition plus restreint, une autre manifestation officielle se déroulant au Centre des congrès, et partant une muséographie moins originale. Les animations semblaient également un peu moins visibles. Ces réserves mineures étant faites, on ne peut que se réjouir qu’un tel festival rassemble annuellement autant de passionnés de science-fiction et d’acteurs de cette culture, rendant plus accessible la science-fiction au grand public sous ses multiples manifestations artistiques, et célébrant plusieurs de ses représentants éminents.

Samuel Minne

Exposition des illustrations de Manchu pour la revue « Ciel et Espace ».

 

1 Plusieurs de ces conférences sont disponibles sur un site d’ActuSF entièrement dédié aux Utopiales de cette année.
2 Visible sur cette page du même site.


4 réflexions sur « Utopiales de Nantes, édition 2012 »

  1. Merci pour ce compte-rendu synthétique. Je continue à trouver bizarre que sur la thématique « Origines » on n’ait pas trouvé utile de parler de l’origine de l’univers ou de celle de la vie, voire de celle de l’intelligence.

  2. Le titre complet de la table-ronde sur les cellules souches était en fait « à l’origine du vivant ». Dans sa présentation, Roland Lehoucq décline la notion d’origine au futur, sous le signe de la conquête naissante de l’espace, des développements de la cybernétique ou de renouveau après les fins du monde. J’aurais dû le préciser dans ce compte-rendu qui se voulait synthétique, merci de m’en donner l’occasion !

  3. Je ne vois pas le rapport, mais je ne suis ni médecin ni astrophysicien. La définition du Vivant et donc son origine est une vraie question de…biologiste.

Les commentaires sont fermés.