Hommage à Isabelle Périer

La rédaction de ReS Futurae souhaite se joindre aux hommages dédiés à Isabelle Périer, en adressant ses condoléances à sa famille, ses proches et ses amis.

C’est une personnalité harmonieuse et sereine qui s’efface de nombreux réseaux et lieux où elle a apporté sa passion et ses compétences, notamment la communauté des jeux de rôle (en particulier pour le jeu Nephilim et ses abords, avec un intérêt constant pour la création française contemporaine), l’enseignement des lettres et des humanités classiques (un exemple parmi d’autres dans la collection Etonnants Classiques). Outre l’amie chaleureuse qu’elle était pour beaucoup, les chercheurs en science-fiction et en fantasy perdent en elle une collègue et une camarade engagée, qui s’est investie avec enthousiasme et sincérité au côté de plusieurs laboratoires (CRI, 3L.AM) et associations de recherche, en particulier comme secrétaire du CERLI et membre active de la LPCM.

Ses recherches ont d’abord porté sur la science-fiction, avec sa thèse de littérature comparée soutenue en 2010 et portant sur « Mythe et épopée en science-fiction. Technoscience, sacré, idéologie dans les cycles de Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal » (dir. Michel Viegnes, CRI, Grenoble-Stendhal 3). Outre les rapports entre épopée et science-fiction, elle avait depuis étendu considérablement le champ de ses intérêts pour y inclure « la mythocritique, la science-fiction, la fantasy, la littérature contemporaine, les séries TV, les jeux de rôle et les jeux vidéo, la transmédialité et d’une manière générale les cultures de l’imaginaire » (source LPCM), et dans tous ces domaines, avait entrepris de faire entendre sa voix singulière.

Isabelle Périer a régulièrement contribué à ReS Futurae, avec deux articles sur Maurice G. Dantec, l’un de ses auteurs de prédilection : l’un s’interroge sur les mécanismes d’hybridation postmoderne à l’œuvre dans ses romans, l’autre explore le présentisme paradoxal du diptyque Liber Mundi. Un troisième article doit paraître dans le n° 10 de la revue, « Imaginaire informatique et science-fiction » : il approfondit une communication sur l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *