Tous les articles par SMinne

Star Trek, ombres et lumières d’un space opera

Le Star Trek de J. J. Abrams, avec Zachary Quinto et Chris Pine.

Alors que la chaîne de télévision Arte propose la rediffusion des films réalisés à partir de la série Star Trek, Antonio Dominguez Leiva propose sur son site Pop-en-stock une analyse du space opera à travers la célèbre série de Gene Roddenberry.  Il y revient sur l’origine du terme, et sa fécondité aux États-Unis : « le mythe de la Frontière touche à sa fin et doit se réinventer ailleurs: d´où la transition inévitable des codes du western vers le space opera ». Le succès de Star Trek met aussi en évidence d’un phénomène nouveau : « C’est cette expansion constante des univers de fiction qui permet des modes d´appropriation lectrice et spectorielle inédits, dont l’apothéose reste justement la sous-culture ou « fan culture » des “trekkies” ».

À lire sur le site Pop-en-stock.

Mort de Jack Vance

Rhialto le merveilleux, illustration de Caza, J'ai lu.
Rhialto le merveilleux, illustration de Caza, J’ai lu.

Jack Vance est mort dans son sommeil dimanche 26 mai 2013, à l’âge de quatre-vingt-seize ans. Auteur de science-fiction et de fantasy prolifique, sa carrière commence dès les années 1940. Il doit travailler comme foreur et marin pour gagner sa vie avant de devenir écrivain professionnel. Ses romans deviennent assez vite des classiques.

Ses cycles de fantasy comprennent La Terre mourante (1950-1984), qui rassemble les aventures picaresques de Cugel dans un monde à l’agonie, encore dominé par la magie, et Lyonesse (1983-1989), une trilogie inspirée des mythes arthuriens.

Sa science-fiction très particulière a influencé de nombreux auteurs, par ses descriptions colorées de mondes exotiques, ses space operas chaleureux où prime l’aventure, mais qui savent laisser une place à la poésie. Une mission pour faire cesser un trafic envoie des humains sur La Planète géante (1957). La vengeance de Kirth Gersen motive la Geste des Princes Démons (1964-1981), tandis que le cycle de Tschaï (1968-1970) raconte l’exploration par Adam Reith d’une planète et la familiarisation avec les quatre espèces extraterrestres qui y vivent. Le soin apporté à la description des coutumes de peuples imaginaires fait de lui l’un des précurseurs d’une science-fiction inspirée de l’ethnologie.

Certains romans s’attachent davantage à une intrigue politique, comme Les Chroniques de Durdane (1973-1974) ou Les Langages de Pao (1958), l’un des premiers romans de fiction linguistique, dans lequel les structures de la langue façonnent les mentalités des peuples.

Très apprécié du fandom, il a reçu à trois reprises le prix Hugo, en 1963 pour Les Maîtres des dragons, en 1967 pour Le Dernier Château (qui avait aussi eu le Nebula) et plus récemment en 2010 pour son autobiographie. Le World Fantasy Award avait couronné Lyonesse : Madouc en 1990.

La Planète géante, illustration de F. Baranger, Folio-SF.
La Planète géante, illustration de F. Baranger, Folio-SF.
, illustration de Caza, J'ai lu.
Le Dirdir, illustration de Caza, J’ai lu.
Les Langages de Pao, illustration de J.-Y. Kervévan, Présences du futur.
Les Langages de Pao, illustration de J.-Y. Kervévan, Présences du futur.

Science-fiction et didactique des langues

Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel
Ouvrage dirigé par Yves Bardière, Estelle Blanquet & Éric Picholle
Éditions du Somnium, Enseignement & Science-Fiction, ESF 2, février 2013, 422 p. ISBN : 978-2-9532703-2-7

Présentation de l’éditeur :
La science-fiction, ses thèmes et ses esthétiques occupent désormais une place centrale dans notre imaginaire collectif, et en particulier dans celui des jeunes. Riche d’outils pédagogiques novateurs et transdisciplinaires, elle s’enracine progressivement dans le monde de l’enseignement. Pour la deuxième édition de ses Journées Enseignement et Science-Fiction, lʼIUFM de Nice Célestin Freinet a choisi de se pencher sur les emplois possibles de la science-fiction en didactique des langues, vivantes et classiques.
Ces actes incluent donc un volet théorique conséquent, mais aussi des retours dʼexpérience variés et plusieurs exemples concrets de séquences dʼenseignement. Ils sʼadressent aussi bien aux étudiants préparant les concours de professorat (CAPES et agrégation dʼanglais, en particulier) quʼaux enseignants déjà en poste.

Sommaire détaillé

Préfaces
> Une diversité essentielle Pierre Lavail, IA-IPR Anglais
> La science-fiction, «l’espace incompréhensible et le temps insoutenable» Marie-Caroline Vinciguerra, IA-IPR Lettres
Avant-propos
> SF et didactique des langues Yves Bardière

1.Didactique des langues vivantes : de la théorie à la pratique
1.1 Cadre théorique
De l’ASF à la SF : variations lexicales sur un même thème Yves Bardière
La didactique des langues étrangères :
quelle place pour la SF dans le dispositif actuel ? Yves Bardière
La science-fiction, une entrée culturelle
au service de la construction des compétences Pierre Lavail
1.2 Retours d’expérience
La science-fiction comme pratique pédagogique Jeanne-A Debats
Un jeu d’étymologie participative Nathalie Labrousse
Ateliers d’écriture de science-fiction et apprentissage de la langue Claude Ecken
Ateliers d’écriture en lycée professionnel Alain Rey

2. Volet linguistique et culturel
1.1 Cadre théorique
1984 : Le novlangue orwellien Florence Albrecht
Langues et formes de vie extraterrestres Jean-Luc Gautero
La sémantique générale, rêve ou cauchemar SF ? Éric Picholle
Une uchronie linguistique : Rêves de Gloire et le pataouète Roland C. Wagner
1.2 La langue objet d’étude
Approche linguistique, fictionnelle et didactique de la pragmatique Yves Bardière
Du Quenya à l’Anglais contemporain, voyages inattendus avec Tolkien Daniel Tron
Le vrai puits et abyme de la (xéno-)encyclopédie Éric Picholle
Dilemmes et petite cuisine de traducteur Roland C. Wagner

3. Le cinéma SF : un outil pour l’enseignement des langues
Do you grok English? De la SF en cours d’anglais Daniel Tron
Cinéma de science-fiction et études interculturelles Danièle André
Un péplum scientifique : Agora d’A. Amenábar Éric Picholle
> Nuts and Bolts : quelques suggestions thématiques Daniel Tron

4. Civilisations antique, la langue et les mythes
La SF et les mythes : Chaos et cosmos réconciliés Marie-Caroline Vinciguerra
La civilisation gréco-romaine (langues et mythes) dans la SF Pierre Stolze
Un exemple de collaboration entre sciences et lettres classiques au collège Jeanne-A Debats & Estelle Blanquet
Le projet Mémoires Millénaires, entretien avec l’éditeur Frédéric Boyer, par Ugo Bellagamba

Conclusion et perspectives
Yves Bardière, Estelle Blanquet & Éric Picholle

Annexes
Dictionnaire des intervenants
Index des œuvres citées
Index des noms et thèmes
Crédits et remerciements

ReS Futurae n°2 : “La science-fiction, rue d’Ulm”

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 2 : “La science-fiction, rue d’Ulm”.

Au sommaire :

Joanna Russ, écrivain et critique

Couverture de Judith Clute pour The Women's Press en 1989.
Couverture de Judith Clute pour The Women’s Press en 1989.

Il y a deux ans, le 29 avril 2011, Joanna Russ ne s’est pas réveillée, après une attaque cardiaque. Souffrant de maladie depuis plusieurs années, elle avait demandé à ne pas être réanimée.

Née en 1937, après des études à l’université Cornell et un « master of fine arts » à Yale, elle enseigne la littérature dans diverses universités. Elle commence à publier des nouvelles (qui sont régulièrement traduites dans la revue française Fiction dès 1960) et son premier livre, Pique-nique au paradis (Picnic on Paradise, 1968) reprend son personnage d’Alyx apparu dans quelques nouvelles. « Petite femme frêle et brune, à la voix douce, qui ne leur arrivait même pas aux épaules »1, cet agent trans-temporel lui permet de lutter contre les stéréotypes sexistes : expérimentée et endurante, c’est elle qui protège un groupe d’hommes et le mène vers sa survie.

Dès ses premières publications, Joanna Russ se situe dans le courant de la « New Wave », plus particulièrement aux côtés d’écrivains comme Ursula Le Guin ou Samuel Delany. La connaissance parfaite des codes de la science-fiction y voisine avec la prise en compte grandissante des problèmes sociaux et le souci d’originalité littéraire et narrative. De même que ces auteurs, et parallèlement à d’autres femmes de lettres en science-fiction, elle prend pour sujet de réflexion des thèmes féministes, tels que les rôles sexués, la remise en cause des représentations traditionnelles et de la condition féminine, ou l’identité et l’orientation sexuelles, que la science-fiction lui permet de traiter dans un cadre nouveau, ou de mettre en scène dans des versions très proches de notre monde.

Son premier roman, And Chaos Died (1970), qui fait s’opposer deux planètes, l’une dominée par une société industrielle sécuritaire, et l’autre vouée à l’épanouissement écologique et humain, manque encore de recul critique au sujet de l’idéologie de l’authenticité sexuelle. Comme le remarque Samuel Delany en 1979 : « the entire symptomatology of the novel, by which the author signals authenticity/inauthenticity, sickness/health, good/evil is by and large a received and uncritical one. Her subsequent novels will mount a massive critique on precisely that symptomatology »2.

Couverture de W. Siudmak pour l'édition chez Pocket SF en 1985.
Couverture de W. Siudmak pour l’édition chez Pocket SF en 1985.

La véritable réussite vient avec L’Autre Moitié de l’homme (The Female Man, 1975), roman auquel est liée la nouvelle « Lorsque tout changea » (ou « Quand ça change », « When It Changed », 1972), prix Nebula 1972. Complexe et ambitieux, The Female Man rassemble des personnages féminins provenant de mondes différents, dont une version uchronique du nôtre et une utopie dans un futur lointain où ne subsistent que les représentants du sexe féminin, tous mondes explicitement désignés comme fictifs : « Vous devez considérer que Lointemps se trouve dans l’avenir. / Mais pas notre avenir »3. De même, l’identité sexuelle est remise en cause à l’aide d’affirmations paradoxales, telle cette citation qui explicite le titre du roman : « Je venais de me changer en homme, moi Joanna. Je veux dire en homme femelle, bien sûr ; mon corps et mon esprit étaient exactement les mêmes qu’avant »4. Elle critique ainsi l’assignation du genre au sexe et la hiérarchisation des statuts sociaux en fonction du sexe. Elle suit en cela Simone de Beauvoir et son Deuxième Sexe (1949), mais aussi Monique Wittig et sa critique des traits attachés à la notion de « femme », une influence étudiée par Susan Ayres5.

Couverture de Martina Pilcerova pour Wesleyan University Press en 2005
Couverture de Martina Pilcerova pour Wesleyan University Press en 2005

Ses romans suivants sont moins connus. We Who Are About To… (1977) est un roman pessimiste dans lequel la narratrice, perdue sur une planète hostile, doit se battre contre les hommes qui l’accompagnent. The Two of Them (1978) met à nouveau en scène des agents trans-temporels, cette fois deux amants, Irene et son mentor Ernst. Dans un monde pseudo-islamique, ils rencontrent Zubeydeh, qu’Irene va chercher à sauver de la société qui l’opprime.

Couverture de D. Eberoni pour Présence du futur en 1984.
Couverture de D. Eberoni pour Présence du futur en 1984.

Elle publie ensuite plusieurs recueils de nouvelles, comme The Zanzibar Cat (1983) ou The Hidden Side of the Moon (1987), dont le plus connu reste Des gens (extra)ordinaires (Extra(ordinary) People, 1984), qui contient sa novella « Âmes » (« Souls », 1982), prix Locus et Hugo 1983. Ces nouvelles à la narration elliptique et au style imagé approfondissent encore le traitement du genre et de la sexualité qui marque toute son œuvre. Extraterrestre télépathe à la science infuse qui survit dans la conscience d’une abbesse, au temps des invasions vikings, mutante tout aussi télépathe qui se fait passer pour un homme et qu’attire la jeune fille qu’elle a recueillie, une femme et un homosexuel ramenés du passé dans une sociétés futures où les deux sexes n’ont plus aucune signification… Tous ces personnages associent à la liberté du genre et de la sexualité les identités impossibles de la science-fiction.

En tant qu’universitaire, spécialiste de littérature anglaise, elle a publié plusieurs articles, contribuant surtout à la critique littéraire féministe (avec How To Suppress Women’s Writing, 1983, ou What Are We Fighting For?: Sex, Race, Class, and the Future of Feminism, 1998) et à l’instauration de la critique contemporaine de la science-fiction, notamment avec ses articles parus dans Science Fiction Studies. La plupart d’entre eux sont rassemblés dans To Write Like a Woman: Essays in Feminism and Science Fiction (1995). Avec des articles consacrés à Mary Shelley, Charlotte Perkins Gilman, Willa Cather, Lovecraft ou Harlan Ellison, ce recueil reprend aussi plusieurs articles théoriques sur la science-fiction6. D’une plume alerte qui ne craint pas la polémique, Joanna Russ y montre une grande rigueur dans les méthodes d’analyse et dans l’argumentation, révélant sans doute davantage l’héritage du New Criticism que du structuralisme (surtout cité par Delany).

sam3 001« Speculations: The Subjunctivity of Science Fiction » (in Extrapolation, 1973) part de l’approche par Samuel Delany de la « subjonctivité » de la science-fiction, une définition qui lui permet d’englober à la fois l’anticipation, la science fantasy, la dystopie et l’uchronie. « Les écrivains de science-fiction conçoivent la relation entre possible et impossible très différemment des écrivains auxquels nous sommes habitués ». De manière intéressante, elle compare les variations de subjonctivité de la science-fiction avec celles du roman contemporain, avec les exemples de Feu pâle de Nabokov (qui fut l’un de ses professeurs à Cornell) et de Notre-Dame-des-fleurs de Genet. Cet article annonce sur le versant théorique son application littéraire avec The Female Man : la présentation des différents mondes rompt avec la suspension volontaire de l’incrédulité si souvent invoquée. Le roman insiste régulièrement sur son statut de fiction, en dépit du caractère mimétique du cadre de fiction.

« Towards an Aesthetic of Science Fiction » (in SFS, 1975) soutient que pour étudier la science-fiction, il n’est pas possible de réutiliser les outils et critères de la critique littéraire classique, et qu’il est nécessaire d’en forger de spécifiques à la science-fiction. Elle insiste sur le didactisme propre au genre, mais aussi sur la manière dont, en partant de situations imaginaires, et en respectant la logique et la méthode scientifique, la science-fiction remet en cause les préjugés et les représentations. Cet article fondamental, enfin traduit en français, est au sommaire du numéro 2 de ReS Futurae.

De son côté, « SF and Technology as Mystification » (in SFS, 1978) part de la métaphore de l’addiction pour examiner le traitement de la technologie dans la culture, en opposant Star Wars à Star Trek. (Elle n’aime manifestement pas Star Wars, dont elle compare la dernière scène à un film de propagande nazie.) Elle épingle aussi la manière faussement objective de voir la technologie, sans prendre en compte ses aspects politiques et sociologiques, et donc sans interroger les présupposés racistes, sexistes et hétérosexistes de ses représentations irréfléchies. Elle parle enfin de la manière dont la technologie est souvent confondue avec le capitalisme, technophiles et technophobes se rejoignant dans le même désir de contrôler le capitalisme. Là encore, on retrouve le souci de tenir compte de la position énonciative et des déterminations sociales, du point de vue des observateurs aussi bien que des créateurs.

Deux articles s’attachent plus particulièrement à lier l’analyse féministe et la critique de la science-fiction. Tout d’abord, « Amor Vincit Foeminam: The Battle of the Sexes in Science Fiction » (in SFS, 1980) étudie une dizaine de récits dans lesquels la bataille des sexes est remportée par les hommes, à travers une sacralisation de la biologie qui nie toute logique. Ces histoires caricaturales à l’humour involontaire ridiculisent l’anti-féminisme autant qu’elles le représentent. Russ conclut en signalant la montée d’un courant d’utopies féministes qu’elle étudie dans un autre article.

« Recent Feminist Utopias » (in Marleen Barr (dir.), Future Females, 1981) liste huit romans et trois nouvelles des années 1970 qui forment un véritable courant d’utopies féministes. Ces sociétés imaginaires présentent plusieurs traits communs : vie communautaire, souci écologique, éradication de la violence gratuite, partage des tâches parentales… Certaines de ces sociétés, composées exclusivement de femmes, mettent en valeur l’homosexualité féminine. Russ montre enfin que ces utopies sont surtout le portrait en creux de la société qui les a vu apparaître, une société encore très sexiste sur plusieurs plans. Enfin, à la fois auteure et critique, elle peut répondre dans cet article à une critique de son roman et montrer en quoi elle est réductrice.

Si l’on retrouve à l’occasion les mêmes thèmes traités littérairement dans sa fiction ou en tant qu’objets critiques, les articles de Joanna Russ parviennent à étendre le champ de l’analyse en prenant en compte l’histoire du genre et la spécificité avec laquelle la science-fiction s’approprie les sujets scientifiques et la représentation de la technologie. D’autre part, son analyse des relations entre science-fiction et féminisme, en étudiant les corpus complémentaires de textes antiféministes ou féministes, montre combien les représentations ont changé, et comment la science-fiction est parvenue à accueillir la réflexion sur le genre et les sexualités. Par son œuvre de fiction comme par ses travaux critiques, Joanna Russ témoigne de la force du genre science-fiction, et a offert un apport des plus intéressants aux gender studies.

 Samuel Minne

1 Joanna Russ, Pique-nique au paradis, traduit par Christine Chabrier, Galaxie/bis, n° 110 bis, Paris, Opta, 1973, p. 7.

2 Samuel R. Delany, « The Order of “Chaos », Science Fiction Studies, n° 19, novembre 1979.

3 Joanna Russ, L’Autre Moitié de l’homme, traduit par Henry-Luc Planchat, Paris, Pocket « SF », p. 20.

4 Idem, p. 17

5 Susan Ayres, « The “Straight Mind” in Russ’s The Female Man », in Science Fiction Studies, n° 65, mars 1995.

6 Joanna Russ, To Write Like a Woman, Essays in Feminism and Science Fiction, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, 1995.

Les mille morts de la science-fiction selon Roger Luckhurst

Philip K. Dick, A Maze of Death, Pan Science Fiction, 1973. Couverture d'Ian Miller.
Philip K. Dick, A Maze of Death, Pan Science Fiction, 1973. Couverture d’Ian Miller. Source : http://www.listal.com/viewimage/703634

Créée en 1970 aux États-Unis, la Science Fiction Research Association est l’une des plus importantes organisation à promouvoir l’étude de la science-fiction. Elle décerne plusieurs prix, dont le plus connu est le Pilgrim Award, qui récompense des personnalités ayant œuvré toute leur vie en faveur de la recherche en science-fiction. Deux Français l’ont obtenu, Pierre Versins en 1991 et Gérard Klein en 2005.

Un autre prix, le Pioneer Award, récompense l’auteur de la meilleure étude de l’année. Fondé en 1990, il couronne les approches les plus actuelles. En 1995, le prix revient à un article paru dans Science Fiction Studies, « The Many Deaths of Science Fiction: A Polemic », qui paraîtra, traduit en français, dans le deuxième numéro de ReS Futurae.

Cet article revient sur les sempiternelles annonces de la « mort de la science-fiction », qui font échos aux tout aussi régulières «morts de la littérature »1, sans parler de la mort des études littéraires2. Le paradoxe d’une littérature dont l’on déclare le décès alors même qu’elle semble plus vivante que jamais a déjà été étudié par William Marx3. L’idée d’une mortalité de la littérature va de pair avec l’idée d’une authenticité perdue, d’une fragilité intrinsèque, d’une spécificité à protéger. La science-fiction, comme la littérature, serait victime d’un mal qui la ronge et la mène à sa perte.

L’auteur de cet article, Roger Luckhurst, enseignant à Birkbeck College, université de Londres, avait soutenu en 1993 à l’université Hull une thèse sur l’œuvre de J. G. Ballard, « ‘Between two walls’: Postmodernist Theory and the ‘Problem’ of J.G. Ballard ». La connaissance de cette œuvre atypique informe son texte : il en tire l’exemple d’une image de dissolution dans un courant plus général. Son article porte en effet sur deux voies opposées sur lesquelles semble se diriger la science-fiction, toutes deux identifiées comme deux périls pour le genre : la dissolution dans la littérature générale ou mainstream (notamment dans la science-fiction postmoderne), et la stagnation comme sous-genre populaire délégitimé.

Il recourt également à l’instinct de mort théorisé par Freud comme fantasme de retour à un état originel, et qui hanterait plusieurs commentateurs de l’état de la science-fiction. En revenant sur l’histoire du genre, Luckhurst montre comment cette idée de mort de la science-fiction provient de la structure même de légitimation, qui ne peut que vouloir la réduire pour l’assimiler, tout en renvoyant ce fantasme à ce qu’il est.

Roger Luckhurst a depuis publié plusieurs ouvrages, dont “The Angle Between Two Walls”: Fiction of J.G. Ballard (Liverpool University Press, 1997), The Invention of Telepathy (Oxford University Press, 2012), Science Fiction (Polity Press, 2005) ou encore The Mummy’s Curse: The True History of a Dark Fantasy (Oxford University Press, 2012).

 

1 Cf. le dossier « Tombeaux de la littérature » de la revue Littérature Histoire Théorie, n° 6, juin 2009.

2 Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003.

3 William Marx, L’Adieu à la littérature : Histoire d’une dévalorisation, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Minuit, 2005, coll. « Paradoxe ».

 

Le mois de la SF et le Sceptre du hasard de Manchu

Manchu mois de la SFPour son deuxième numéro, ReS Futurae reprendra pour illustration l’affiche du mois de la SF à l’ENS en 2006, qui reprenait elle-même la couverture par Manchu de la réédition du Sceptre du hasard de Gérard Klein. Maintenant, comme alors, nous lui sommes reconnaissants de son aimable autorisation.

Manchu fait partie des illustrateurs de science-fiction français les plus en vue aujourd’hui. Après avoir travaillé sur les dessins animés Il était une fois… l’espace et Ulysse 31, il est engagé par Gérard Klein pour illustrer, avec d’autres, la grande anthologie de la science-fiction et les couvertures du Livre de poche SF. Il impose immédiatement ses visions et sa technique uniques. Les larges aplats de couleurs pures s’opposent à la minutie des détails, révélant l’immensité de l’espace ou déployant des paysages jamais vus. C’est ainsi que, outre les classiques Philip K. Dick, Philip José Farmer, Robert Silverberg, John Brunner, Jack Vance ou Frank Herbert, il a surtout accompagné les space operas et les romans de hard science fiction contemporains d’innombrables auteurs : Iain M. Banks, Greg Bear, Gregory Benford, Greg Egan, Neal Stephenson, Charles Stross, Vernor Vinge… Parmi les auteurs français, on compte bien sûr Gérard Klein, mais aussi Michel Jeury ou Kurt Steiner. Il a travaillé pour presque tous les éditeurs de science-fiction français, passant de Denoël « Lunes d’encre » (pour Isaac Asimov, Robert Charles Wilson ou Laurent Genefort) à Pocket SF, l’Atalante (pour Andreas Eschbach, Sylvie Denis ou Olivier Paquet), Le Bélial’, Mnémos, Bragelonne ou Mango.

Les images de l’espace étant un de ses domaines de prédilection, ses illustrations et couvertures pour la revue Ciel & Espace, véritables ballets cosmiques, ont également contribué à le faire connaître.

La couverture du Sceptre du hasard qui a servi d’affiche pour le mois de la SF à l’ENS montre un appareil volant reflétant la lumière sous le feuillage doré d’un sous-bois en automne. Au premier plan, un personnage est assis sur une balustrade de pierre qui ferme le bas de l’image et délimite l’espace. Ce paysage naturel apprivoisé, contenu, fait penser à un parc dans un lieu vénérable, et n’est pas sans rappeler la « cour aux Ernests » de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, carré de verdure et de calme au centre du bâtiment principal.

La présence du petit vaisseau spatial de verre et de métal en paraît d’autant plus incongrue, comme pouvait l’être celle de la science-fiction dans un espace plus habitué aux études classiques. Le raffinement des arabesques sur l’engin futuriste vient cependant montrer que l’objet de science-fiction est tout aussi élaboré et digne d’attention que les antiques ornements de pierre. Une observation attentive révèle, de plus, la présence de rayonnages sous le dôme du vaisseau. Cette bibliothèque volante a symbolisé l’ambition du Mois de la SF à l’ENS :  introduire en des lieux d’étude et de recherche une forme de culture susceptible de véhiculer des savoirs pertinents sous une forme nouvelle et élégante.

Congrès mondial de sociologie: Les représentations des inégalités sociales dans les littératures de l’imaginaire

Congrès mondial de sociologie, Yokohama, juillet 2014.
Titre officiel : Les représentations des inégalités sociales dans les littératures de l’imaginaire

XVIII International Sociological Association World Congress of Sociology

Thème : les inégalités

Session 13 du RC 14

Les inégalités ailleurs et demain : Les représentations des inégalités sociales et des moyens d’y remédier  dans les imaginaires de la science fiction

Nous proposons, à l’occasion de ce forum mondial sur l’inégalité, de tenter un rapprochement entre sociologie et « science fiction studies », en invitant les sociologues à présenter des travaux sur les mises en scène  des inégalités sociales  dans la science-fiction. Nous ne limitons pas a priori les études à la littérature de science-fiction, mais attendons également des travaux sur d’autres formes éditoriales, le cinéma, les bandes dessinées, comics et mangas, les séries TV, les jeux vidéo, etc.

L’intérêt de la sociologie pour la science-fiction tient, selon nous, au fait que les codes narratifs spécifiques du genre lui permettent d’épouser le mouvement du monde social présent et de lui donner les outils textuels et imagés propres à sa dynamisation. C’est vrai bien sûr des aspects scientifiques et technologiques dont elle s’est toujours efforcé de déployer les potentialités et les effets probables, mais c’est vrai plus largement du monde sociopolitique. Les inégalités sociales, les processus de domination et les entreprises de libération, tiennent une place importante dans les sociétés qu’elle imagine, selon des modalités diverses et des causalités historiques différentes : reconfiguration des ségrégations, racialismes, spécialismes et sexialismes, cultes et sectes ; géopolitiques imaginaires, accès aux artefacts et usages des ressources ; maîtrises des langues et des technologies civiles et militaires ; pouvoirs sensoriels, cognitifs, imaginaires, intersubjectifs ; modes de gouvernements, diplomatie, colonialismes…

Les communications proposées pourront travailler un objet ou une oeuvre  particulière, un auteur ou un corpus.

BERNARD CONVERT Univ. Lille 1, France bernard.convert [at] univ-lille1.fr,
LISE DEMAILLY Univ. Lille 1, France lise.demailly [at] univ-lille1.fr

Il faut soumettre les résumés des propositions en ligne du 3 juin au 30 septembre 2013 en envoyant aussi une copie aux organisateurs des sessions (indiquant bien pour quelle session vous proposez votre travail).
La sélection des résumés sera faite du 4 octobre au 24 novembre 2013 et une lettre de « notification » sera envoyée par les organisateurs des sessions jusqu’au 30 novembre 2013

“Ce que l’écologie fait à la pensée”: annonce de journée d’études (13 avril 2013)

Samedi 13 avril aura lieu la première journée d’étude du programme  « Ce que l’écologie fait à la pensée. Refigurer, redistribuer, ré-élaborer », dirigé par Emilie Hache et Elie Kongs, en partenariat avec le Collège International de Philosophie.

Cette première journée , intitulée Fictions/Figurations, permettra notamment de voir le film d’Armin LinkeAlpi, auquel était consacré un des entretiens du numéro Ecologiques.

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie. Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Informations pratiques et programme: 

Amphitéâtre de l’Institut de paléontologie humaine, 1 rue René Panhard 75013 Paris

Fictions/figurations

Avec : Christian Chelebourg, Peter Szendy. Projection du film d’Armin Linke, Alpi, en présence du réalisateur.

Est-ce que la métaphore de l’Île de Pâques est pertinente pour nous aider à comprendre les enjeux de la crise écologique actuelle ? Que nous apprend la réitération des discours apocalyptiques ? La littérature de science- fiction n’a-t-elle que des dystopies à nous proposer ? C’est à la fiction que nous consacrerons cette première journée, en questionnant comment ce mode de création et de réflexion propose en propre des ouvertures pour la réflexion écologique. La question d’un possible changement d’imaginaire politique appelé par la crise écologique est ici cruciale.

9h30 accueil

10h : Présentation Emilie Hache

10h30 : Alain Musset : “ Le vaisseau-terre est mal parti : écologie, fin du monde et science-fiction ”
11h30 : Peter Szendy : “ L’effiction filmique de la fin ”

14h : Christian Chelebourg : “ Climatologie et pensée écofictionnelle ”
15h : Yannick  Rumpala : “ Science fiction et spéculations écologiques : pas d’alternative au pessimisme ? ”
16h : Frédérique Ait-Touati : “ Voir l’invisible : fictions, figures, récits ”
17h : Armin Linke (sous réserve) projection du film “ Alpi 
18h : discussion autour du film

Repris du carnet de la revue Tracés

Michel Jeury entre futurs et terroirs

Du samedi 1er au 30 juin 2013, le village médiéval d’Issigeac consacre un événement récapitulatif sur l’œuvre de l’écrivain français Michel Jeury, figure aujourd’hui incontournable du roman d’anticipation et de terroir.

De grands noms de la science-fiction et de l’édition seront présents :
Gérard KLEIN, économiste, critique et éditeur de la mythique collection « Ailleurs et Demain » (éditions Robert Laffont), les écrivains Christian GRENIER (Grand Prix de Littérature pour la Jeunesse de la CRPLF), Joëlle WINTREBERT (Grand prix de la sciencefiction française, Prix Rosny Aîné), Jean-Claude DUNYACH (Prix Rosny Aîné, Grand Prix de l’imaginaire), et Jean-Daniel BALTASSAT (éditeur, Prix Léonard-de-Vinci et Prix Jean D’Heurs du roman historique), les chercheurs Simon BRÉAN (Université Paris-Sorbonne) et Natacha VAS-DEYRES (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3), docteurs en littérature et spécialistes de science-fiction.

Dossier de presse

Exposition « Entre futurs et terroirs », du 1er au 30 Juin à l’Office de tourisme d’Issigeac.

Voir aussi le site de l’association des Amis de Michel Jeury.

Le choix du robot qui rêvait de Caza

Philippe Caza, couverture pour le recueil d’Isaac Asimov, Le Robot qui rêvait, J’ai lu, 1988. Illustration du n°1 de ReS Futurae.

 

Pourquoi une illustration de Caza pour le premier numéro de ReS Futurae ? Pourquoi cette image de Caza ?

Parce que Caza est l’un des plus grands illustrateurs de science-fiction en France, celui qui, après avoir illustré quelques volumes de la collection Club du livre d’anticipation, s’est chargé de dizaines de couvertures pour J’ai lu, fixant ainsi dans l’imaginaire de nombreux lecteurs les mutants, les extraterrestres et les créatures de Vance, A. E. van Vogt, Simak, Pohl, Farmer, Silverberg, Niven, Brin, Powers, McMaster Bujold, mais aussi ceux de Klein, Canal, Wintrebert, Bordage.

Pour d’autres éditeurs, l’Atalante, Mnémos ou ActuSF, il a aussi accompagné de manière privilégiée les œuvres de Wagner, ainsi que des titres de Pelot ou Dufour. Ses compositions sensuelles et richement colorées, souvent luxuriantes, son trait anguleux et tentaculaire, ses postures stylisées ont ainsi donné forme pour longtemps à un imaginaire de science-fiction en prise directe aussi bien avec le sense of wonder classique qu’avec la contre-culture des années 1960, liant les ombres sculptées au dessin de la lumière, l’érotisme à la terreur ou à la merveille.

Il est aussi l’auteur complet d’albums de bande dessinée novateurs, comme Kriss Kool, Les Habitants du crépuscule, et bien sûr son cycle du Monde d’Arkadi. En animation, il a notamment travaillé sur Gandahar de René Laloux, d’après le roman d’Andrevon, et Les Enfants de la pluie d’après un roman de Brussolo.

Ayant fourni des illustrations inoubliables pour le cycle des robots d’Asimov, il a livré avec sa couverture du Robot qui rêvait une image puissante, particulièrement parlante pour tous les passionnés de science-fiction. Ce svelte robot cuivré aux pièces d’articulation de rubis, qui s’est éloigné d’une ville sous dôme et s’est adossé à un arbre fruitier pour mieux contempler dans le ciel nocturne les myriades d’étoiles scintillantes, c’est un peu nous tous, rêvant aux mondes lointains dans l’espace, incarnés dans une altérité dont la sensibilité niée par la nature machinique s’affirme dans cet élan vers les étoiles, cette projection sur d’autres planètes, d’autres galaxies. Cette image symbolise d’une certaine manière des aspirations et des espoirs. Les chercheurs en science-fiction sont aussi des robots qui rêvent du futur, comme un mélange de science et de nature, de technologie et de rêverie. Étudier la science-fiction, c’est bien sûr partager la passion des fans, qui contemplent les étoiles comme ce robot. C’est aussi s’attacher à un imaginaire, à ses formes et à son sens. Vouloir rester dans la fiction, s’attarder sur les œuvres, mettre en évidence leur valeur, diffuser leur connaissance.

Ce n’est pas non plus sans nostalgie que nous avons choisi une image publiée il y a maintenant un quart de siècle. Elle sait aussi bien exprimer pleinement en le reprenant un topos romantique, que le détourner en le plaçant sans ambiguïté dans le monde de la science-fiction, alliant à la part de contemplation une indicible étrangeté.

 

Pour mieux connaître l’œuvre de Caza, il est indispensable d’aller lire et voir l’entretien-fleuve abondamment illustré qu’il a acordé à BDZoom : première partie, deuxième partie, et troisième partie.

Caza a réédité sous forme numérique quelques-uns de ses albums et dessins devenus introuvables, comme Kriss Kool,  Fume… C’est du Caza !, le recueil d’illustrations Caza 30×30Les Monstres du placard 1 et  Les Monstres du placard 2. On peut trouver sur le même site son dernier opus, Le Jardin délicieux.

Féminisme et science-fiction: ouverture

Couverture de la revue “Future Science Fiction” de novembre 1950, trouvée sur le site Hap*Stance*Dep*Art, 31 mai 2012.

Alors qu’a paru en février dernier l’ouvrage de Carlen Lavigne, Cyberpunk Women, Feminism and Science Fiction, il apparaît intéressant de proposer une bibliographie d’études consacrées aux rapports entre le féminisme et la science-fiction.

La science-fiction a souvent été épinglée pour avoir reflété les mentalités de la société de l’époque et pour avoir donné des représentations sexistes des femmes et des rapports entre les sexes. De nombreux auteurs ont cependant su dépasser les stéréotypes et imaginer des situations où la condition féminine échappait aux déterminations de genre. Ce sont presque toujours des femmes de lettres qui ont porté la réflexion sur le sujet.

Leurs œuvres peuvent dénoncer l’oppression et l’exploitation des femmes, comme La Servante écarlate de Margaret Atwood, La Planète aux vents de folie de Marion Zimmer Bradley ou La Parabole du semeur d’Octavia Butler.

D’autres montrent des sociétés égalitaires, comme  La Main gauche de la nuit d’Ursula Le Guin, Le Serpent du rêve de Vonda McIntyre, ou les romans de C. J. Cherryh.

D’autres encore imaginent des sociétés qui inversent le rapport de force, comme Le Rivage des femmes de Pamela Sargent, Un monde de femmes de Sheri S. Tepper,  Chroniques du Pays des Mères d’Elisabeth Vonarburg ou Pollen de Joëlle Wintrebert.

De leur côté, les romans inclassables Les Guérillères de Monique Wittig, L’Autre Moitié de l’homme de Joanna Russ et Woman on the Edge of Time de Marge Piercy, présentant alternativement au sein de la même œuvre dystopie et utopie féministes, combinent les trois types de récits.

Plusieurs auteurs masculins ne sont pas en reste, comme R. A. Heinlein (Révolte sur la Lune), Theodore Sturgeon (Vénus Plus X), Samuel Delany (Babel 17), John Varley (Le Canal Ophite), ou Greg Egan.

Enfin, il ne faut pas oublier les récits précurseurs, comme Herland de Charlotte Perkins Gilman (1915), ni que Mary Shelley, auteure de Frankenstein et du Dernier Homme, était la fille de la féministe Mary Wollstonecraft, qui a écrit la Défense des droits de la femme (1792).

Si le sujet a donné lieu à la publication de nombreux ouvrages dans le monde anglo-saxon, et fait partie des sujets d’études reconnus en science-fiction et dans d’autres genres, dans le monde francophone, la réflexion vient surtout du Québec. En France, on ne peut dénombrer qu’un ouvrage sur l’utopie féministe et quelques articles.

Un prix en hommage à James Tiptree Jr. (pseudonyme d’Alice B. Sheldon) a été créé en 1991 pour récompenser des œuvres de science-fiction ou de fantasy qui « agrandissent ou explorent notre compréhension du genre ». Parmi les romans qui ont reçu ce prix, certains chefs-d’œuvre n’ont de manière inexplicable toujours pas été traduits en français, tels que China Mountain Zhang de Maureen McHugh, Ammonite de Nicola Griffith ou Air de Geoff Ryman.

Les lieux de passage en science-fiction

Journées d’étude « Les lieux de passage en science-fiction », à l’université de La Rochelle, du 11 au 13 avril 2013.

Responsable : Danièle André

Ces journées d’étude consacrées aux lieux de passage en science-fiction se proposent d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de ‘lieux de passage’ pour créer peut-être d’autres perspectives (spatiales, politiques, sociales, métaphoriques, etc.), ouvrir et redéfinir les notions d’échanges et de territoire.

Les lieux de passage peuvent être perçus diversement : lieux où l’on ne fait que passer, tels que la rue, le supermarché, l’école, mais aussi lieux d’attente avant un transit, tels que des gares, des aéroports, des parkings, des aires d’autoroute. Enfin ils peuvent représenter des seuils vers l’ailleurs tels que des tunnels (de toutes sortes, cavernes, égouts et autres), des portes, des péages, des guichets, des miroirs, et des moyens techniques tels que des vaisseaux spatiaux, et des réseaux (internet, etc.).

Ainsi cette notion regroupe une diversité de modes et de supports. Il est alors intéressant d’étudier en quoi les représentations sont pertinentes, pourquoi ces lieux de passage sont tout à la fois symptomatiques (d’une écriture, d’une société, d’un auteur, de motifs de déplacement, de changement et/ou d’accumulation) et lourds de conséquences (expansionnisme, guerres économiques et/ou politiques, déréglements écologiques, remises en cause scientifiques et sociales, anéantissements d’espèces et de mondes). Quelle influence peuvent-ils avoir ou ont sur la perception et la représentation des mondes et sur leur fonctionnement, sur l’urbanisme, l’imaginaire, l’histoire et la politique, et sur l‘écriture et la réalisation? Enfin, de quelles aspirations ou peurs les lieux de passage sont-ils  porteurs et pourquoi ?

Alors, quel genre plus propice aux lieux de passage que la science-fiction, quel support plus apte à essayer d’apporter un regard protéiforme sur ces lieux et leur représentations territoriales et spatiales et leur importance au niveau des échanges que la science-fiction ? En effet, depuis l’émergence du genre, la science-fiction, qu’elle soit littéraire, filmique, série, BD, jeu (vidéo, de rôle, etc.) offre nombre de sens possibles à cette notion, nombre d’ouvertures sur l’extérieur ou l’intérieur et nombre d’interprétations et de représentations du monde et de l’époque qui voit naître ses œuvres.

Programme

JEUDI APRÈS-MIDI

13h40 Présentation de la session invitée et du colloque Danièle André

14h00-15h30 Julien Heylbroeck : Altérité : jeux de rôle et science-fiction

Ouverture officielle du colloque

16h00-16h40 Claire Cornillon : Le corps comme lieu de passage

16h50-17h30 Marie-Hélène Bauer : Mission science-fiction pour Fantômette

 

VENDREDI MATIN

9h00-9h40 Christian Chelebourg : Portes, porches et portails : SF et circulation entre les mondes

9h50- 10h30 Isabelle Périer : Passage et lieux de passage dans le cycle Tyranaël d’Elisabeth Vonarburg.

11h00-11h40 Isabelle Limousin : Studies into the Past de Laurent Grasso

11h50-12h30   Sophie Lecole : La traversée des blancs, une lecture plastique des espaces blancs dans la SF

 

VENDREDI APRÈS-MIDI

14h00- 14h40 Mehdi Achouche : La rue, hétérotopie de science-fiction

14h50-15h30  Charles Combette : Jack Kirby, démiurge graphique – Espaces juxtaposés et circulation d’énergie

16h00-16h40 Julien Heylbroeck : Lieux de passage et alibis scénaristiques : entre incarnation du péril et Macguffin, les multiples statuts de celui qui vient 
de l’autre côté

16h50-17h30  Alban Quadrat : Lieux de passage en physique mathématique

Fin journée 17h40

 

SAMEDI MATIN

9h00-9h40 Thierry Cormier : Les passagers de « l’intrinsèque » Territoires cinématographiques de l’Évolution

9h50- 10h30 Natacha Vas Deyres : Les Animaux-villes de Jean-Claude Dunyach : lieux de rencontre entre l’univers et l’humanité

11h00-11h40 Stephan Kraitsowits : Les mots de la science-fiction: véhicules spatio-temporels

11h50-12h30 Aurélie Villers : Fringe : d’un monde à l’autre

12H40 CLOTURE

The Ethics and Poetics of Genre Literature

The Ethics and Poetics of Genre Literature

Colloque organisé par Maylis Rospide et Sandrine Sorlin en collaboration avec la Société de Stylistique Anglaise.

15 & 16 mars 2013, salle des colloques n°1, Saint-Charles, Montpellier.

Avec la participation de Rok Benčin, Cédric Chauvin, Elaine Després, Françoise Dupeyron-Lafay, Jean-Jacques Lecercle, Bertrand Lentsch, Christopher S. Leslie, Hélène Machinal, Rocío Montoro, Linda Pillière, Simone Rinzler, Christopher L. Robinson, Maylis Rospide, Sandrine Sorlin, Peter Stockwell.

Programme

Abstracts

Découvrir la littérature de science-fiction à la BnF

L Épave du Cynthia. Jules Verne et André Laurie, 1885. Reliure de Georges Roux. © BnF

La Bibliothèque nationale de France entre dans la troisième saison de son cycle science-fiction. Il s’agit toujours de tracer un panorama historique des collections de Science Fiction en France. Cela
peut permettre aux curieux et aux amateurs, qui s’intéressent à l’histoire du genre, de parcourir d’un pied léger cinquante ans de production en France à travers l’évolution des grandes collections spécialisées. Ce survol, du Rayon fantastique à Folio SF, en passant par Présence du Futur, Ailleurs et demain ou Anticipation, donne une idée de l’histoire, l’iconographie et l’évolution du genre en France, en tentant d’éviter le cours théorique ou l’historique exhaustif.

Roger Musnik

Après 2011 et 2012, voici donc trois nouvelles séances, gratuites, pour 2013 :
le mercredi 20 mars de 14 h 30 à 17 h, le samedi 20 avril de 14 h 30 à 17 h également, et le mardi 21 mai de 17 h à 19 h 30.

Pour participer à cet atelier il faut s’inscrire par téléphone au 01 53 79 49 49 ou par email à visites@bnf.fr

Voir aussi : À la rencontre de la science-fiction, entretien avec Roger Musnik publié le 7 juin 2011.