Archives de catégorie : Actualités

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil « Espaces Humains et Interactions Culturelles » (EA 1087), avec le soutien de l’école doctorale « Lettres, pensée, arts et histoire » (ED 525).

 

Comité scientifique : Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges) ; Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois) ; Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers) ; Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges).

Organisateurs : Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Le projet de cette journée d’étude où communiqueront de jeunes chercheurs et des doctorants est d’interroger la conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction. La journée s’inscrira dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 : esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture, approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques. D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture. Matthieu Letourneux, conférencier invité de cette journée, proposera ainsi une réflexion sur « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques ».

Continuer la lecture de GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Informer_Theme_Technologie

Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (site Saint-Charles, Salle des Colloques 1), dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA 21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire, depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

Continuer la lecture de Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

Super-Héros, une histoire française

SH2

Ce que l’on peut désigner comme « le genre super-héroïque » constitue un domaine s’inscrivant tout à la fois en plein dans la science-fiction tout en en étant une marge mixant SF, fantastique et polar. C’est à ce titre que l’ouvrage de Xavier Fournier consacré à l’histoire de la création des super-héros français apparait comme doublement référentiel : il s’inscrit dans le cadre de recherches renouvelées sur le comic book de super-héros tout en émettant l’hypothèse que les super-héros français sont nés au sein de la littérature populaire du 19ème siècle. Au-delà du cas français, la figure américaine du super-héros est devenue depuis les années 80 un objet critique désigné comme le « metacomic ». Pour Camille Baurin, auteur d’une thèse de référence en France en sur le sujet, « Le super-héros est né dans le comic book, appellation anglo-saxonne traditionnellement employée pour désigner le support de la bande dessinée, mais qui se dissocie de ses homologues européens et asiatiques par la spécificité de ses critères. Le comic book est en effet un fascicule paraissant par les moyens de la presse et répond, à l’instar d’une revue traditionnelle, à une logique de périodicité. Le super-héros s’est donc développé en fonction de cette nature, ce qui a favorisé son retour régulier et l’instauration progressive d’une dynamique sérielle dans ses intrigues. Et de fait, s’il est un phénomène qu’on peut remarquer concernant cette figure, c’est bien sa faculté à épouser toutes formes de stratégie de relance et de duplication de sa fiction : d’un contexte à un autre, d’un médium à un autre, d’une mode à une autre, sa spécificité réside dans son pouvoir de résistance au temps, expliquant par là sa traversée du 20ème siècle et du début 21ème, ainsi que son accès au rang d’icône populaire. »[1] Le metacomic prend ainsi pour objets de sa fiction le comic book, la figure du super-héros et le genre qui lui est consacré, à travers le développement d’une diversité de stratégies, de l’intertextualité à la mise en abyme, en passant par des phénomènes transfictionnels ou des réflexions d’ordre ontologique sur les personnages. L’enjeu fondamental du metacomic est de travailler sur l’identité du genre auquel il appartient, par la revendication et la légitimation de son histoire et de son évolution au cours du 20ème siècle. Le travail de Xavier Fournier, qui fut précédé par celui de Jean-Marc Lainé, Super-héros ! La Puissance des masques, publié en 2011, révèle toute la profondeur générique et symbolique du super-héros, nourri d’une intertextualité historique, politique ou esthétique. Natacha Vas-Deyres a proposé à Xavier Fournier en 2015 cet entretien que nous vous livrons en intégralité.

 

Continuer la lecture de Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

RES FUTURAE N°5

resfuturae5-small250La revue ReS Futurae vient de mettre en ligne son numéro 5, dont le dossier est consacré à  la culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde.

La culture populaire comme l’avant-garde ont suscité des études riches et spécifiques. En faisant dialoguer des spécialistes des deux pôles, ce numéro explore comment, dans les images de la science-fiction, la culture populaire et, à travers l’avant-garde même, toutes les formes d’académisme, même oxymoriques, s’éclairent réciproquement.

Continuer la lecture de RES FUTURAE N°5

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

4e Journées enseignement et science-fiction

Quatrièmes Journées Enseignement et Science-fiction de l’ESPE de l’Académie de Nice-Célestin Freinet :
« Espaces et Temps : la science-fiction, un outil transversal pour l’histoire et la géographie »
Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2014, ESPE de Nice, centre Liégeard, 43 avenue Stephen Liégeard

Programme du Jeudi 10 avril

Conférence introductive d’Ugo Bellagamba

Session Temps et Uchronie
avec Éric Vial, Estelle Blanquet et Anne Monnier

Session Science-fiction et Enseignement de l’Histoire
avec Michel Pagel, Christine Bovari, Marianne Carrière, Brigitte Garavagno et Véronique Thuin

Session Jeux et Enjeux de société
avec Isabelle Collet, Yannick Rumpala, Rania Hanafi, Gilles Menegaldo, Michel Pagel, Sandra Plantier et Joëlle Wintrebert

Programme du vendredi 11 avril

Conférence introductive de Gilles Menegaldo

Session Régionalisme
avec Bertrand Roussel, Frédéric Boyer et Ugo Bellagamba

Session Science-fiction et Géographie
avec Joëlle Wintrebert, Arnaud Pontillo, Laura Weiss, Ugo Bellagamba et Éric Picholle

 

Anarres 2

La revue italienne Anarres vient de faire paraître son deuxième numéro, pour l’hiver 2013-2014.

Après un éditorial de son directeur, Salvatore Proietti, elle propose une partie critique de composée de six articles.

Le premier est une traduction de l’article de David Ketterer « Locating Slipstream », paru en 2011 dans la revue Foundation. Paru peu de temps après le dossier de Science Fiction Studies sur le slipsteam, il revient sur ce nouveau type de récit à partir de sa propre théorie des trois mégatextes ontologiques narratifs, qu’il applique en fin d’article à Identification des schémas de William Gibson et State of Wonder d’Ann Patchett.

Un article de Salvatore Proietti étudie de son côté l’œuvre de Philip K. Dick comme intertexte en réseau avec la contre-culture des années 1960, en relation dialogique avec celle-ci.

Avec « la contamination ésotérique dans la science-fiction américaine », Stefano Carducci part du cas de l’ingénieur en fusées et occultiste John (ou Jack) Parsons. Aussi bien fan de science-fiction que disciple d’Aleister Crowley, ce personnage révèle par sa biographie un courant oublié de la science-fiction, qui a inspiré de nombreux auteurs, dont plusieurs classiques.

« La littérature de genre à l’époque de sa reproductibilité technique » d’Antonino Fazio revient sur le double statut de la science-fiction comme littérature populaire et comme instrument conceptuel et spéculatif. À partir de la réflexion de Walter Benjamin, c’est l’occasion de remettre en cause la distinction entre littérature basse et élevée, avant de revoir le de méta-genre de la science-fiction à la lumière du « New Italian Epic » de Wu Ming 1.

Avec « Hommes mécaniques et mariages interplanétaires », Paolo Bertetti propose un article sur la science-fiction dans le cinéma muet italien. De 1906 (avec Viaggio a una Stella) à 1937, il revisite plusieurs sujets tels que le voyage dans l’espace, les figures du savant et de l’inventeur, la médecine, la guerre ou la comédie.

Enfin, Fulvio Ferrari étudie dans « Une bande de dieux alcooliques au sex-appeal proche de zéro » le rôle des dieux nordiques dans la fantasy contemporaine, à travers les exemples d’American Gods de Neil Gaiman, Gudenes Fall de Cornelius Jakhelln, et Norse Code de Greg van Eekhout.

Une partie intitulée « Forum » propose une série de lectures du dernier recueil d’essais de Darko Suvin, Defined by a Hollow: Essays on Utopia, Science Fiction and Political Epistemology, paru en 2011.

De très utiles recensions complètent ce numéro, d’ouvrages parus en italien sur la mythologie antisémite, le mythe de Conan, la métaphysique de l’évolution chez A. E. van Vogt, et les écrits critiques de H. P. Lovecraft.

Le numéro s’achève sur deux études de points précis : la germanistique italienne et Meyrink (par Alessandro Fabrini), et le mot « robot » au Canada (par Salvatore Proietti), et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

Les super-héros à la Maison d’Ailleurs (Yverdon, Suisse)

comics yverdon

Les univers colorés des super-héros nous sont aujourd’hui familiers, du moins dans leur veine cinématographique : Superman, Batman, Spider-Man et autres Avengers se rencontrent sur grand écran – sans oublier de se disputer, saison après saison, la première place au box-office. Il faudrait vraiment choisir de se tenir en marge des salles obscures pour ne pas reconnaître que ces films constituent un phénomène sans précédent – un phénomène qui a d’ailleurs modifié le paysage culturel contemporain, comme le rappelle Jean-Marc Lainé (in Super- héros ! La Puissance des masques, 2011) : « il n’y a pas un été sans qu’un grand film de super- héros n’attire les foules, ni une semaine sans que la télévision n’en propose des rediffusions ».

Tout droit sortis de ce que l’on appelle les comic books, ces personnages hauts en couleur – au croisement des aventuriers qui ont fait la gloire des pulp magazines de science-fiction au début du XXe siècle, des monstres de foire et des héros de la littérature populaire – se sont en effet emparés des blockbusters hollywoodiens. Or, s’ils investissent autant notre quotidien, si leurs signes distinctifs se déclinent dans tant d’horizons différents (jouets, publicités, vêtements, anthologies…) et s’ils sont devenus les sources de l’imaginaire d’un nombre croissant d’artistes – pensons à Adrian Tranquilli (IT), Gilles Barbier (FR), Mathias Schmied (CH/FR), Alexandre Nicolas (FR) et Audrey Piguet (CH) –, c’est apparemment parce qu’en eux se joue quelque chose d’essentiel à propos de la condition humaine.

La Maison d’Ailleurs a décidé de rendre hommage à cette « culture comics »… lire la suite sur le site de la Maison d’Ailleurs

Télécharger le dossier de presse en PDF: Yverdon 2014 Dossier de presse

Contact: Marc Atallah, directeur du musée.

Le Livre d’or de la science-fiction soviétique

Leonid Heller (dir.) Science-fiction soviétique, Pocket. Illustration de Marcel Laverdet.

Dans le carnet de la revue Dissidences, Jean-Guillaume Lanuque propose une lecture du Livre d’or de la science-fiction soviétique, une anthologie  dirigée par Leonid Heller et parue en 1983.

« Leonid Heller fut, à la fin des années 1970, l’auteur d’une thèse de référence portant sur la science-fiction soviétique, publiée en 1979 par L’Âge d’Homme et depuis épuisée. Prolongement naturel de ce travail, il a eu l’opportunité quelques années plus tard de réaliser un volume de la collection dirigée par Jacques Goimard, « Le Livre d’or de la science-fiction », mettant à l’honneur aussi bien des auteurs, en majorité, que des pays. En dehors d’une préface érudite sur l’histoire de la science-fiction soviétique, de ses lointaines origines médiévales à sa périodisation qui suit d’assez près celle de son nouveau pays (vitalité divergente des années léninistes, repli stalinien, puis dégel plus ou moins marqué), et d’un dictionnaire des auteurs dont les notices biographiques sont relativement détaillées, seize textes, d’inégale longueur, ont été sélectionnés, classés chronologiquement pour les premiers, puis plus librement pour les années 1960 et 1970.

Avec d’emblée un problème de définition du genre. Le fantastika est en effet plus poreux que la science-fiction entendue dans son acception anglo-saxonne, et intègre parfois une forte dose de fantastique… »

La suite est à lire sur le billet : Leonid Heller (sous la direction de), Science-fiction soviétique, Paris, Presses Pocket, collection « Le Livre d’or de la science-fiction », 1983, 320 pages.

Le billet de Jean-Guillaume Lanuque rappelle la vitalité de la science-fiction dans l’union soviétique. Un domaine que nous invitons à explorer dans cette page de ressources.

Le sommaire de l’anthologie est disponible sur NooSFere.

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)
mardi 11 mars 2014, 14h00-20h00
BnF François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

La BnF a reçu un don de 2 000 volumes venant du médiéviste Pierre Couperie, qui fut le premier à faire un séminaire sur la BD à l’EHESS. Ce don, réceptionné en 2012, concerne essentiellement des livres de science-fiction, pratiquement tous en anglais, des années 1950-1980, presque tous étant absents de ses fonds.

À cette occasion, la BnF propose un colloque sur Pierre Couperie, la science-fiction et la bande-dessinée. Historien et théoricien de la bande dessinée, amateur passionné de science-fiction, Pierre Couperie a été l’un des premiers à donner au neuvième art ses lettres de noblesse. Une après-midi d’étude lui est consacrée à l’occasion du don de ses livres de science-fiction à la BnF.

14h : Pierre Couperie, historien
Par Danièle Alexandre-Bidon et Nicolas Vessey, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Le don Couperie et la cote Z Couperie à la Bibliothèque nationale de France
Par Roger Musnik, BnF

14h30 : Le don Couperie et le fonds science-fiction de la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI)
Par Catherine Ferreyrolle et Jean-Pierre Mercier, CIBDI

15h : La légitimation des « arts mineurs » : un sport national français ? Les exemples de la bd et de la sf
Par Pascal Ory, historien

15h45 : Extraits d’une interview de Pierre Couperie du 23 avril 1997

16h : Pierre Couperie, l’homme, le collectionneur
Dialogue entre Dominique Petitfaux, historien de la bande dessinée et Nicole Lambert, auteur, animé par Eric Walbecq, BnF

16h30 : Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie
Par Thierry Groensteen, CIBDI

17h : Dessins de Pierre Couperie
Par Jean-Pierre Dionnet, historien de la bande dessinée

17h30 : Les extraterrestres : imaginaire ou illusion ?
Par Michel Viso, exobiologiste au Centre national d’études spatiales (CNES)

18h30 : Projections
Découvrons comment le cinéma a traité le voyage vers la lune à travers un florilège d’extraits de films et de dessins animés :

La Lune à un mètre / Georges Méliès – 1898 © Lobster films
Excursion sur la lune / Segundo de Chomon – 1908 © Lobster films
Destination Moon / Irving Pichel – 1950 © Universal
De la Terre à la lune / Byron Haskins – 1958 © Artus films
La Femme sur la lune / Fritz Lang – 1929 © Transit Films
Fly me to the Moon / Ben Stassen – 2008 © 2008 Fly me to the moon SPRL
Silent Running / Douglas Trumbull – 1972 © Universal
Cat-women of the Moon / Arthur Hilton – 1953 © Bach films
Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion / Ken Finkleman – 1982 © Paramount
Conquistador de la luna / Rogelio A. Gonzalez – 1960 D.R
Mouse on the Moon / Richard Lester – 1962 © MGM
Flash Gordon (épisode 2 : Le Tunnel de la terreur) / Frederic Stephani – 1936 © Bach films

La science-fiction à la BNF (pour débuter)

musnikOn vous en parlait déjà ici:

http://resf.hypotheses.org/1609

Comme les années précédentes, la Bibliothèque nationale de France continue son cycle science-fiction. Il s’agit de tracer un panorama historique des collections de Science-Fiction en France. Cela peut permettre aux curieux et aux amateurs, qui s’intéressent à l’histoire du genre, de parcourir d’un pied léger cinquante ans de production en France à travers l’évolution des grandes collections spécialisées. Ce survol, du Rayon fantastique à Folio SF, en passant par Présence du Futur, Ailleurs et demain ou Anticipation, donne une idée de l’histoire, l’iconographie et l’évolution du genre en France, en tentant d’éviter le cours théorique ou l’historique exhaustif.

Voici les trois séances, gratuites, pour 2014 : le samedi 1er mars de 14 h 30 à 17 h, le mardi 13 mai de 17 h 20 à 20 h, et le samedi 14 juin de 14 h 30 à 17 h.

Pour participer à cet atelier il faut s’inscrire par téléphone au 01 53 79 49 49 ou par e-mail à visites@bnf.fr.

Contact: Roger Musnik
Chargé de collection (littérature française) à la BnF
Tel. : 01-53-79-52-25

 

Mort de Frederik Pohl

Frederik Pohl et Cyril Kornbluth, Planète à gogos et Les gogos contre-attaquent, réédition, Gallimard, folio SF, 2008. Couverture de Martin Verdier.

L’auteur de science-fiction Frederik Pohl, né en 1919, est mort le 2 septembre 2013.

Il est connu pour avoir eu une double carrière dans la science-fiction. D’abord rédacteur de revues « pulps » dès 1940, il a été l’époux de la femme de lettres et critique Judith Merril. Il a écrit plusieurs romans en collaboration  avec Jack Williamson, et d’autres avec  Cyril Kornbluth, dont Planète à gogos (The Space Merchants, 1953) qui est devenu un classique. Membre du parti communiste dès 1936, il s’était ensuite rapproché des démocrates. Il faisait partie des Futurians, groupe d’auteurs de science-fiction vivant à New York, d’opinions progressistes, qui comprenait Isaac Asimov, James Blish, Virginia Kidd, Damon Knight ou encore Donald Wollheim.

Frederik Pohl, La Grande porte, J’ai lu. Couverture de Caza.

Dans les années 1960, pris par son activité de rédacteur en chef de Galaxy et d’If, il publie surtout des nouvelles. Il retrouve le succès plus tard avec des romans neufs, comme Homme Plus (Man Plus, 1976) et surtout La Grande Porte (Gateway, 1977), qui reçoivent tous deux le prix Nebula. Avec ce dernier titre, qui décroche également les prix Hugo et Locus, il amorce le cycle de la civilisation des Heechees. Sa carrière connaît alors à nouveau une grande fécondité avec la parution de nombreux romans comme L’Avènement des chats quantiques. Parmi ses dernières publications, citons la trilogie d’Eschaton (1996-1999) et The Last Theorem écrit avec Arthur C. Clarke (2008).

Auteur de dystopies puis d’un cycle ambitieux, figure de « l’âge d’or » aussi bien que de la science-fiction des années 1970, Frederik Pohl a reçu les hommages de plusieurs auteurs de science-fiction qui déclarent lui devoir beaucoup,

Alien, une tératologie de l’abjection

Alien Anthology, copyright http://www.fox.co.uk/
Alien Anthology, copyright http://www.fox.co.uk/

Le site Pop-en-stock propose un nouveau dossier consacré aux films d’Alien. Il comporte trois articles d’Hugo Clémot.

« La philosophie de l’horreur de Noël Carroll à l’épreuve d’Alien » part de The Philosophy of Horror de Noël Carroll et du paradoxe de l’horreur et du monstre comme être impossible.

« Alien ou la menace de l’autre en moi : l’alien, Ripley et la femme inconnue 1 » reprend la comparaison du film de Ridley Scott avec les innombrables slashers dont la victime est une femme.

« Alien ou la menace de l’autre en moi 2  » poursuit cette étude en comparant le film à Hantise (Gaslight, 1944) de George Cukor, où le mari tente de rendre sa femme folle, à la  lumière de l’analyse de Stanley Cavell.

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue. La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalent à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l’offre.

Il en va de même pour le dossier Orange Mécanique.