Archives de catégorie : Actualités

Mort de Ray Bradbury

Couverture d'Enki Bilal pour "Chroniques martiennes"

L’écrivain de fantastique et de science-fiction Ray Bradbury est mort le 6 juin 2012 à Los Angeles à l’âge de quatre-vingt onze ans.

Auteur de nouvelles fantastiques dans des fanzines puis des pulp magazines, il publie son premier recueil chez Arkham House. Il publie aussi des nouvelles de science-fiction, dont un premier ensemble autour de la planète Mars, paru en 1950, Chroniques martiennes. Son écriture poétique lui permet de se faire remarquer par les critiques littéraires, qui voient en lui le représentant le plus qualifié pour représenter la science-fiction aux yeux du grand public. Ses recueils de nouvelles (L’Homme illustré, Les Pommes d’or du soleil, Je chante le corps électrique) ont eu une forte influence sur les débuts d’auteurs français comme Gérard Klein. Ses œuvres suivantes relèvent surtout du fantastique, de l’horreur ou de l’autobiographie. Dès son article de 1956, Gérard Klein loue le style de l’auteur américain : « Bradbury est certainement l’un des meilleurs stylistes américains contemporains. Il s’est assimilé avec un rare bonheur la langue populaire et la manie avec une virtuosité paradoxalement aristocratique. […] Il n’y a pas chez lui ce souci constant de la préciosité et de la recherche propre à certains jeunes écrivains américains, comme Truman Capote. [P]arce qu’il est émerveillé par le monde, il sait à son tour émerveiller. »

Son roman dystopique Fahrenheit 451 (1953) est adapté au cinéma par François Truffaut en 1966. Les Chroniques martiennes font elles aussi l’objet d’une série télévisée en 1980. Plusieurs nouvelles de ce livre avaient aussi été adaptées sous forme de comics, entre autre par Wallace Wood, Al Williamson et Frank Frazetta, parus en recueil sous le titre Planète rouge. Il a aussi inspiré une compositrice de musique contemporaine, Olga Neuwirth, qui a composé Construction in Space d’après la nouvelle « The Long Rain ».

Commandeur de l’ordre des arts et des lettres en France, il était entré en 1999 dans le Science Fiction Hall of Fame, il avait reçu en 1988 le titre de grand maître du prix Nebula, et en 2004 un prix Hugo rétrospectif pour Fahrenheit 451. Il avait aussi donné son nom à un prix récompensant le meilleur scénario de film de science-fiction en 1992, qui remplace depuis 2009 le prix Nebula du meilleur scénario. Un astéroïde découvert en 1992 porte aussi son nom.

Couverture d'Enki Bilal pour "Fahrenheit 451"

Fin 2009 était paru en France le recueil Léviathan 99. Le premier volume d’une biographie en trois tomes, écrite par Jonathan Eller, est paru en 2011, Becoming Ray Bradbury. Un article du New York Times passe en revue sa carrière. On peut aussi (re)lire l’entretien qu’il avait accordé à Philippe Curval en 1978. L’écrivain français résumait la même année dans une chronique littéraire l’avis du milieu de la science-fiction française à son égard : « Réactionnaire dans les années 40, parce qu’il parlait d’un ton désenchanté de la conquête de l’espace et de la pollution qui menaçait, il est désormais poussé vers la gauche par les adversaires de la technologie. » Nul doute que la postérité retiendra surtout le styliste et le créateur de mondes enchanteurs ou inquiétants.

Néanmoins, cette défaveur, qui a suivi un grand succès, explique peut-être pourquoi les études sur son œuvre, nombreuses dès les années 1950, se sont raréfiées et restent rares ces dernières années. Ray Bradbury avait pourtant lui-même participé à un colloque de Cerisy dirigé par Simone Vierne et François Raymond sur Jules Verne en 1978. En France, la revue Fiction lui consacre un dossier dans son numéro 123, en 1964. Denise Terrel publie « Images de Mars chez Bradbury » dans le 7ème numéro de la revue Métaphores (Publication de l’Université de Nice) en 1983, puis Annette Goizet « Altérité et normalité dans Fahrenheit 451 de R. Bradbury » dans Images de l’autre, le 24ème numéro de la même revue, en 1994. Enfin, la revue Poétique accueille en février 1997 l’article d’Irène Langlet « L’écart futuriste comme donnée métalittéraire. Une lecture des Chroniques martiennes de Ray Bradbury ».

Mort d’Eddy Paape

Le dessinateur belge Eddy Paape est mort le 12 mai 2012 à l’âge de 91 ans. Dessinateur de plusieurs séries comme Valhardi, Marc Dacier ou Tommy Banco, il est surtout connu pour la série de science-fiction Luc Orient, scénarisée par Greg.

Luc Orient paraît dans l’hebdomadaire Tintin à partir de 1967. Se déployant sur dix-neuf albums publiés de 1969 à 1994, la série a été rééditée sous la forme d’une intégrale de cinq tomes en 2008.

La série se distingue par le statut et l’apparence du héros, qui est à la fois un physicien et un aventurier sportif. D’abord influencée par les comics de science-fiction des années trente Flash Gordon et Brick Bradford, la série illustre le genre du space opera avec les aventures sur la planète Terango.

Le trait solide et soigné d’Eddy Paape apportait un certain réalisme à ses décors futuristes, tout en gardant une touche singulière.

En attendant la revue…

Un projet de revue sur revues.org, cela représente finalement bien plus qu’un dossier de candidature, des articles à évaluer, de la mise en page sur Lodel. Concrètement, pour l’équipe de Res Futurae, ce furent…

Episode 1: le projet (2010)

Une rencontre, évidemment: été 2010, à Aix-en-Provence, dans le petit resto préféré de Roger Bozzetto (prof émérite à Aix-Marseille-I). Arthur Evans, le rédac-chef de Science Fiction Studies, y retrouvait son vieil ami Roger; deux petits jeunes à la tablée, Guy Astic (du CERLI) et la rédac-chef, un peu dépassée. Une revue, là, tout de suite? On discutait déjà du titre! Quel défi!

Arthur Evans, Roger Bozzetto, Irène Langlet, Guy Astic - Aix, août 2010

Une équipe, ensuite: fin 2010, je bats le tam-tam et je compose un premier comité. Les choses vont vite, les gens sont prêts, on peut foncer: je fixe un objectif à mai 2011 pour le dépôt du dossier, avec deux numéros prêts! Arthur Evans joue le jeu à 100%, envoie les articles à traduire; les anciens du « Mois de la SF à l’ENS » répondent presque tous présents, même les expats en Nouvelle-Calédonie… On y croit. Un voyage à DePauw, Indiana, est programmé pour nouer tous les contacts.

Episode 2: le rebondissement (2011)

Un bug perso, pour continuer: la vie est pleine de trébuchements, certains plus graves que d’autres. La rédac-chef déraille, divorce, déménage… Tout s’arrête… A moins que? Non! Anne Besson reprend le dossier. L’échéance de mai 2011 est grillée, mais l’équipe est en vitesse de croisière sous la houlette d’Anne. Grâce à elle, à la rentrée 2011, les deux numéros sont presque bouclés, sauf…

Sauf l’article de la rédac-chef, qui peine encore à surmonter ses problèmes! L’automne a raison de ses atermoiements, et en janvier 2012 le dossier enfin complet part au CLEO pour évaluation.

Episode 3: le carnet (2012)

En attendant, que faire? L’équipe s’est mobilisée, les travaux continuent ici et là, la science-fiction est partout; on a envie d’en parler. On ouvre dans la foulée un carnet sur hypotheses.org; le comité de rédaction se réunit dans le 20ème arrondissement de Paris et met au point une salve de billets. Et ça marche! Un premier billet s’affiche en une d’hypotheses.org le 26 février: ce n’est qu’un excerpt, mais on est fiers!

La une des carnets, le 26 février 2012...
... et notre petit excerpt de Res Futurae, dans la sélection!

Et en mars 2012, on passe carrément en diaporama de la plate-forme à deux reprises: pour un billet de réflexion sur la théorie du genre….

Le diapo du 3 mars: Quelques notes sur la science-fiction comme genre... ou comme culture

et pour un article fouillé sur Moebius, in memoriam.

Le diapo du 29 mars: Moebius

Cherry on the cake: le portail Rezo.net nous fait l’honneur d’une sélection, pour l’hommage à Moebius.

Rezo 18 mars 2012

Quelle satisfaction! On se prend à rêver de la revue. A Aix, on se donnait 2 ans pour réussir: on tient la corde. Vivement le résultat! Et pendant ce temps-là, on continue de travailler…

La petite affiche d’ouverture vient de l’université de Louvain-la-Neuve, octobre 2011. Un clin d’oeil mèmesque providentiel.

Mort de Jean Giraud-Moebius

Le dessinateur français Jean Giraud, alias Moebius, maître de la bande dessinée, et plus particulièrement du western et de la science-fiction, s’est éteint le 10 mars 2012 à l’âge de 73 ans.

Dessinateur de la série Blueberry sur des scénarios de Jean-Michel Charlier, il avait pris dès 1963 le pseudonyme de Moebius pour ses bandes dessinées  de science-fiction, réalisées seul.  Parmi ses albums marquants dans le genre, citons La Déviation, Arzach, Le Garage hermétique, et les séries L’Incal (scénario d’Alejandro Jodorowsky) et Le Monde d’Edena.

Il a aussi illustré des récits de SF pour les éditions Opta, et participé à la réalisation artistique des films Alien, Tron, Abyss ou Le Cinquième Élément. Ses dessins ont aussi servi pour le film d’animation Les Maîtres du temps de René Laloux, adaptation du roman L’Orphelin de Perdide de Stefan Wul.

Il avait reçu en 1980 le Grand Prix de la science-fiction française, et en 1981 le Grand Prix de la ville d’Angoulême.

En octobre 2010, la Fondation Cartier avait consacré l’exposition Transe forme à son travail.

Des ateliers sur la science-fiction à la BNF

La Bibliothèque nationale de France organise, les lundi 19 mars, 23 avril et 21 mai 2012, des ateliers de présentation de ses collections de science-fiction. Des ateliers du même type avaient déjà eu lieu en novembre et décembre 2011. La BNF dispose d’un fonds très complet de collections de science-fiction, ainsi que d’un grand nombre de revues et de fanzines.

Cette initiative peut être rapprochée des conférences organisées en 2011 autour de sujets de science-fiction, à l’occasion de l’exposition Richard Prince (29 mars-26 juin 2011).

 

Les Mystères de l’Ouest au Centre Pompidou

La science-fiction semble plus que jamais inspirer l’art contemporain et intéresser les centres culturels. Alors qu’une exposition s’est ouverte le 1er février à la Gaîté Lyrique, imaginant 2062 à travers diverses manifestations, le Centre Pompidou propose depuis le 22 février et jusqu’au 12 mars Les Mystères de l’Ouest, « une exposition fantaisiste sur l’abstraction comme odyssée spatio-temporelle. Entre quatrième dimension et physique quantique, les géométries abstraites d’hier et d’aujourd’hui inventent l’art de la téléportation », selon les mots de son commissaire, Pascal Rousseau. L’idée de cette exposition trouverait son origine dans « un épisode des Mystères de l’Ouest (1965) où un savant fou transfère des mercenaires dans des tableaux de maître au moyen d’un curieux diapason électromagnétique ».
Le Centre propose en lien avec cette exposition trois conférences, «Téléportations, les espaces-temps de la modernité», du 7 au 12 mars 2012.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.