Archives de catégorie : Appels / CFP

RESF 17 (CFP) Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent lui parvenir le 15 décembre 2019 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juillet 2020, pour une parution au premier semestre 2021.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ?

Dans ce numéro de la revue ReS Futurae, il s’agira d’une part d’interroger l’histoire de la SF au théâtre depuis le xixe siècle au moins (les périodes antérieures ne sont pas exclues), des nombreuses adaptations de Frankenstein sur les scènes anglaises aux très récents spectacles se réclamant explicitement de la SF ou qui ont pu être assimilés à ce genre, tels que France-Fantôme de Tiffaine Raffier ou Quitter la terre de Joël Maillard, en passant par les théâtres de l’avant-garde européenne des années 1920. Dans quelle mesure ces œuvres relèveraient-elles de la SF ? Les thèmes et les motifs du genre répondent-ils au besoin ou à l’envie des artistes, dans le contexte artistique, écologique, économique, politique, social, etc., qui est le leur ? La SF interroge-t-elle, ici ou là, les conditions du théâtre ? L’œuvre réalisée est-elle à la hauteur du projet ? La dimension technique des spectacles, notamment par la mise à profit de savoirs dits d’avenir (hologramme, lévitation, prouesses audiovisuelles de toutes sortes, robotique, etc.), utilisés sérieusement ou au contraire tournés en dérision, est-elle par endroits définitoire du genre ? Y a-t-il eu des moments forts, dans l’histoire, où le théâtre et la SF se sont rencontrés ? Et que penser de la situation contemporaine, où la SF semble être en mesure d’assumer de nouvelles fonctions sur nos scènes ?

Il s’agira d’autre part de réfléchir à l’historiographie du théâtre de science-fiction en France et à l’étranger, en interrogeant les catégories génériques actuellement en usage avec lesquelles le théâtre de science-fiction voisine et/ou que le théâtre de SF subsume (utopie/dystopie, post-apocalypse, etc.), en prêtant attention à la dimension diachronique : le terme « science-fiction » étant par exemple plutôt tardif en français, on prendra en compte la diversité des conceptions antérieures telles que « anticipation », « merveilleux scientifique », « voyages extraordinaires », etc. Il pourra être utile, en outre, de s’interroger sur les problèmes posés par la circulation des termes spécialisés dans divers cercles sociaux, où ils sont souvent utilisés de manière assez lâche, loin de leur définition restreinte (à l’instar de « fantastique » et « futuriste »), et sur les enjeux que présente leur traduction dans d’autres langues. Comment les artistes, les chercheurs et les journalistes ont-ils organisé ces différents genres entre eux, « science-fiction » comprise, dans les divers espaces culturels et linguistiques qui sont les leurs, et comment continuent-ils de le faire ? Sur le plan historiographique, un tel début d’inventaire devrait permettre d’évaluer l’éventuel gain et la pertinence d’une (ré)habilitation du terme « science-fiction » pour unifier et stimuler les recherches sur un domaine fragmenté, dont la connaissance s’avère fragmentaire.

Sur la base d’études de cas, l’ambition est d’assembler les premiers éléments utiles à une cartographie du théâtre de science-fiction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. En principe, les articles devront être rédigés en français. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec le directeur du numéro (romain.bionda@unil.ch).

Éléments de bibliographie :

  • « Theatre » (20.10.2011), dans The Encyclopedia of Science Fiction, en ligne, 12.08.2018 : http://www.sf-encyclopedia.com/entry/theatre.
  • TrOPICS, n° 2, Théâtre et Utopie, dir. Françoise Sylvos, en ligne, 2015 : https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-2.
  • BIONDA Romain, « Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu », dans Revue d’histoire du théâtre, n° 282, « Varia », 2019, p. 119-138 ; également en ligne : https://sht.asso.fr/ou-est-passe-le-theatre-de-science-fiction-histoire-et-historiographie-dun-genre-inapercu/.
  • BOURASSA GAUDREAULT Catherine, « Le théâtre de science-fiction d’après Ralph Willingham », dans Jeu, n° 144, Sciences et technologies, dir. Étienne Bourdages, 2012, p. 104-111.
  • CARRERA GARRIDO Miguel, « Teatro 1960-1990 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p.  225-249.
  • FORRY Steven Earl, Hideous Progenies: Dramatizations of Frankenstein from Mary Shelley to the Present, Philadelphie, University of Pennsylvanie Press, 1990.
  • KRZYWKOWSKI Isabelle, « Le théâtre des machines », Machines à écrire. Littérature et technologies du xixe au xxie siècle, Grenoble, Ellug, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques », 2010, p. 154-162.
  • LOPEZ-PELLISA Teresa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, Madrid et Francfort, Iberoamericana / Vervuert, 2018.
  • Id., « Teatro 1990-2015 », dans id. (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 251-277.
  • MARTIN RODRIGUEZ Mariano, « El teatro hasta 1960 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 195-221.
  • MILNER Andrew, « Science Fiction and the Literary Field », dans Science Fiction Studies, vol. 38, n° 3, 2011, p. 393-411 ; trad. Julie Stéphanie Normandin et ReSF, dans Res Futurae, n° 6, 2015 : https://journals.openedition.org/resf/749.
  • PLASSARD Didier, L’Acteur en effigie. Figures de l’homme artificiel dans le théâtre des avant-gardes historiques : Allemagne, France, Italie, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Théâtre années 20 », 1992.
  • RUSS Johanna, « Towards an Aesthetic of Science Fiction », dans Science Fiction Studies, vol. 2, n° 6, 1975, p. 112-119 ; trad. Samuel Minne, dans ReS Futurae, n° 2, La Science-fiction, rue d’Ulm, en ligne, 2013 : https://journals.openedition.org/resf/291#ftn1.
  • VERSINS Pierre, « Théâtre », Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), 2nde éd., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1984, p. 878-880.
  • WILLINGHAM Ralph, Science Fiction and the Theatre. Contribution to the Study of Science Fiction and Fantasy, Westport CT, Greenwood Press, 1994.

Science Fiction Studies numéro 135

Le numéro 135 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Michael Griffin and Nicole Lobdell

Mary Shelley’s Frankenstein at 200 (full text)

Jed Mayer

The Weird Ecologies of Mary Shelley’s Frankenstein

Abstract. As many critics have observed, Frankenstein was composed during a dramatic and calamitous, and for many years unexplained, climatic shift in 1816, the so-called “year without a summer.” This essay argues that Shelley’s imaginative response to that “wet, ungenial summer” produced a novel that may be read as the first imaginative response to climate change, its concern with disturbing developments in science and technology strangely tied to its preoccupation with weird weather. H.P. Lovecraft has famously described the weird as “a malign and particular suspension or defeat of [the] fixed laws of Nature,” and I argue that this quality makes weird fiction the most appropriate imaginative literature for our current predicament. Calling Frankenstein the first work of weird fiction offers us a longer and more substantial history for this seemingly marginal subgenre and further emphasizes the genre’s ongoing relationship with the emerging ecologies of the Anthropocene. It also enables us better to theorize the role of fear and loathing in confronting the effects of climate change and to recognize these responses with an ethic of care for the more-than-human world.


Shannon N. Conley

An Age of Frankenstein: Monstrous Motifs, Imaginative Capacities, and Assisted Reproductive Technologies

Abstract. Using approaches from Science and Technology Studies (STS), political theory, and literary criticism, this paper investigates the use of monstrous motifs in British approaches to the governance of reproductive technologies and the role of the literary imagination as an “anticipatory” governance capacity in thinking through new and emerging technologies. The analysis is divided into three cases. The first case discusses the social and scientific context from which Frankenstein (1818) emerged. It draws from insights in literary criticism to explore motifs related to reproduction, birth, and monstrosity within the text and Mary Shelley’s own life. The second case discusses the context surrounding the publication of Aldous Huxley’s Brave New World (1932). It serves as a transition, linking Shelley and Frankenstein to modern considerations of reproduction and technology. The third case examines the context leading up to the birth of “test-tube baby” Louise Brown in 1978 and the how the stories, metaphors, and themes generated by Frankenstein and Brave New World permeated the debates around the innovation of reproductive technologies in Britain.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 135

ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

Échéances

 Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 juillet 2018 à Alain Boillat (alain.boillat@unil.ch). La date de remise des articles est fixée au 31 janvier 2019.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une certaine « para-littérature », avec le médium bédéique lui-même (voir l’appel à souscription en vue de la création d’un « Club des Bandes Dessinées » à la suite d’un article du Genevois Pierre Strinati dans le numéro 92 de la revue Fiction), le processus de légitimation porte autant sur la science-fiction que sur la bande dessinée elle-même, comme en témoignent des jalons tels que Barbarella, la création des Humanoïdes associés et de la revue Metal Hurlant ou certaines réalisations de type « roman graphique » (Tardi, Berberian et Mardon, Serges Clerc,…).

Destinées à contribuer à une histoire du genre dans la bande dessinée franco-belge (avec une ouverture au Québec et à la Suisse romande), les études proposées prendront en compte les spécificités sémiotiques, pragmatiques (contexte de production/diffusion/réception), représentationnelles, esthétiques et narratives des productions étudiées. Cette démarche peut avantageusement se faire comparatiste en mettant les œuvres francophones en regard de comics ou d’autres productions médiatiques. Il s’agira avant tout de repérer et de définir en quoi la bande dessinée formule de manière spécifique certains enjeux de l’étude de la science-fiction en général.

Continuer la lecture de ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

ReSF 13 (CFP) : Pierre Bordage

Appel à contributions pour le n°13 de ReS Futurae (1er semestre 2019)

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 mai 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net).

La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

La Fraternité du Panca t.5 (détail)
(c) Johann Goutard tous droits réservés

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Après les premières lectures de Chauvin et Cornillon (2014) et les entretiens de 2010 et 2017, il conviendrait d’approfondir l’étude de l’œuvre dans son ensemble : par exemple les cycles de L’Enjomineur (2004-2006), de La Fraternité du Panca (2007-2012) ou ses derniers romans commeEchos dans le temps (2016) ou Arkhane (2017). Si la question de l’humanisme, de la spiritualité, ou encore de l’utopie ont déjà été abordés (Vas-Deyres, 2013), qu’en est-il de la question du mal et de la violence par exemple dans son œuvre ? Comment se construit la narration dans ses œuvres ? Quel est son travail stylistique ? Comment aborder ses œuvres sous l’angle générique ? Nous pourrions également nous interroger sur les rapports de Pierre Bordage avec l’institution éditoriale, sur son travail avec ses différents éditeurs. Autant de questions qui gagneraient à être explorées davantage, en mêlant les approches critiques.

Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », mais il serait ainsi intéressant d’approfondir le travail stylistique de ses textes et leur construction narrative. Il se dit « scriptural » plutôt que « structural », selon la terminologie de Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003).Pour lui, « L’écriture est une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. Comment travaille-t-il par exemple l’alternance des points de vue et quelle vision du monde cette construction narrative porte-t-elle ?L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, ne sont-ils pas finalement au centre de ses histoires ?

D’autre part, si l’adjectif humaniste lui est fréquemment accolé, de quel humanisme parle-t-on ? Quelles sont les interrogations philosophiques et anthropologiques portées par son œuvre ? Les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses récits : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy) que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. Comment cette source imprègne-t-elle son œuvre ? Serait-elle une voie de compréhension possible de l’ambiguïté/hybridité générique des textes de Pierre Bordage ?

La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité – des thèmes qui lui tiennent à cœur – construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers semblant souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Denis Jeffrey, Jouissance du sacré, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus problématique. Quel est ainsi la place du corps dans son œuvre ? Et celle de l’esprit ? De quelle spiritualité parle-t-il ? Y a-t-il aussi une place dans ce cadre pour le politique ?Ce sont là quelques-uns des aspects que nous souhaiterions voir aborder dans ce dossier.

Le numéro est ouvert à des articles sur une œuvre singulière mais également à des synthèses abordant de manière traversale un ou plusieurs aspects de l’œuvre de Pierre Bordage. Nous souhaiterions en particulier que soient explorés les points suivants, sans pour autant y limiter cet appel :

  • Les sources mythologiques et la dimension épique de son œuvre.
  • La question du genre (diversité des ancrages génériques : science-fiction, fantasy, etc).
  • La diversité des formats des textes : romans, nouvelles.
  • Les expérimentations transmédiatiques et cinématographiques : jeux vidéo, scénarios,bande-dessinée.
  • Le rapport aux éditeurs (L’Atalante, Le Diable Vauvert, Organic…).
  • L’écriture : la question du style, de la description, de la narration et des points de vue, la structure des récits.
  • La dimension spirituelle et philosophique.
  • Le rapport à la violence, la question du mal.
  • La dimension sociale et politique.
  • La réception de l’œuvre de Pierre Bordage (publique et critique).

Bibliographie critique indicative :

  • Atallah Marc, « Nouvelle vie TM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? in Fictions politiques, Michel Prat et Alain Sebbah (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°73, 2006.
  • Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.
  • Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Evangile du Serpent de Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.
  • Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.
  • Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire: l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in L’Utopie entre eutopie et dystopie, en hommage à Claude-Gilbert Dubois, Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°110, 2013.
  • Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris, Honoré Champion, 2013, chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p.366-380.

Entretiens :

Science Fiction Studies numéro 133

Le numéro 133 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

Jeremy Withers

Bicycles Across the Galaxy: Attacking Automobility in 1950s Science Fiction

Abstract. This essay focuses on several works of science fiction from the 1950s that function as counter-narratives to the hegemony of the automobile during this decade and to the accompanying dismissive perceptions of the bicycle. In its analysis of a novel by Robert A. Heinlein (The Rolling Stones, 1952), a novella by Poul Anderson  (“A Bicycle Built for Brew,”  1958), and a short story by Avram Davidson (“Or All the  Seas with  Oysters,” 1958), it asserts that some of the leading  figures in  Golden Age  sf were not content to relegate bicycles to the status of a technological obsolescence fit only for children. Instead, they chose to portray bicycles as useful, potent, and agentic—images that counter the prevailing ideology of “automobility” that was crystallizing with such durability in postwar America.


Connor Pitetti

Uses of the End of the World: Apocalypse and Postapocalypse as  Narrative Modes

Abstract. Through a broad survey of fictional, religious, philosophical, and political end-time narratives, this essay identifies two strategies for telling stories about the end of the world. Apocalyptic narratives use the idea of the end to give structure to the experience of history. By narrating the end as a moment of rupture that creates  an  absolute division between old and new worlds, they frame history as a series of clearly defined and therefore comprehensible transitions between distinct moments or epochs. Postapocalyptic narratives complicate this neatly organized account by narrating “ends” as complex historical transformations that involve survivals and continuities and thus blur before/after distinctions. Rather than providing a comprehensive and therefore existentially stabilizing overview of history, they draw attention to the indeterminate nature of ongoing processes of historical change. By focusing on the conceptual understanding of historical change that underwrites different kinds of end-time narratives, the essay clarifies the theoretical terminology of apocalypse and postapocalypse, and articulates a clearer understanding of the ways in which different kinds of contemporary stories about the end of the world are used to  provide  conceptual support for political action  in  the  present.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 133

Science Fiction Studies numéro 132

Le numéro 132 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

SPECIAL ISSUE ON SPANISH SF
Edited by Sara Martín and Fernando Ángel Moreno

Domingo Santos is arguably the most influential and prolific personality in Spanish science fiction, and this paper provides an overview of his career. Although ideologically conservative, dating from his life before the political changes witnessed during the Spanish Transition, Santos initiated an entire process of both formal and thematic maturation that would culminate in Spanish sf’s Golden Decade (1985-1995). As a writer, he is the author of one of the best dystopian short-story collections written during the late Francoism of the 1970s: Futuro imperfecto [Imperfect Future, 1981]. Despite their dark endings, these tales raise new political and ecological issues and employ innovative narrative techniques non-existent until then in Spanish sf. Furthermore, Santos was also involved in some of the most prominent sf editorial projects in the country, from the leading sf magazine Nueva Dimensión [New Dimension, 1968-1983] to new sf book series by publishers such as Acervo, Orbis, and Ultramar. These sf editorial initiatives enabled the publication of many important sf works—including those by a host of New Wave authors—and launched the writing careers of many modern Spanish sf authors such as Gabriel Bermúdez Castillo and Rafael Marín.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 132

Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS)

 No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse

Jeudi 8 et vendredi 9 mars 2018

 Université de Lorraine, Nancy

Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés (LIS – E.A. 7305)

Appel à communications

« If adolescence is the time when one considers what it means to be human, to be an individual, then there has never been a period of history when it has been more difficult to figure this out than now. Being introduced to and understanding the posthuman age is essential for young adults, as it is their future[1]. »

Si le posthumain a fait l’objet d’une riche investigation universitaire ces dernières années, ses liens avec la culture jeune n’ont quant à eux été que peu exploités, alors même que l’un semble nécessairement problématiser l’autre. Après tout, pour reprendre Elaine Ostry, comment et pourquoi user du ‘moment adolescent’ pour devenir humain et interroger son humanité quand les adultes se préparent (et nous préparent) déjà à la posthumanité ? Quelle valeur prend l’âge métamorphique de l’adolescence à l’heure de la fin de l’homme qu’évoque Fukuyama en 2002 dans Our Posthuman Future ?

Par ailleurs, qu’il s’agisse de génétique ou de neuropharmacologie, Fukuyama pense le posthumain à l’aune des effets produits sur l’enfance et l’adolescence, tandis que la question posée par Jean-Michel Besnier en 2009 en sous-titre à Demain les posthumains, « Le futur a-t-il encore besoin de nous ? », suppose l’obsolescence de notre besoin de jeunesse par péremption de l’idée même de devenir.

Dès lors, deux grandes approches se dessinent. Il s’agit d’une part d’examiner comment la question du posthumain est traitée dans les productions de jeunesse : génétique, adieu au corps, contrôle comportemental, mécanisation et machinisation de l’individu (le cyborg, le robot), intimité numérique (parler de digital native pour désigner ces générations induit une redéfinition par le technologique), construction d’identité de sexe (« No sex, please, we’re posthuman », écrivait Slavoj Zizek, dont nous reprenons en titre la formule) et de genre (les travaux de Donna Haraway), éveil et renouvellement des sens (le bodyhacking), inscription dans le champ du collectif (utopie, dystopie)… Il apparaît en effet que les enjeux du temps posthumain rejoignent ceux du temps de la jeunesse, et peut-être plus spécifiquement encore du temps de l’adolescence. Celle-ci, prise entre métamorphose sociale et métamorphose biologique du devenir-adulte, double la renégociation qui définit selon Després et Machinal la condition posthumaine : « Le posthumanisme n’est pas la fin de l’homme, mais plutôt une renégociation, un questionnement, un travail sur et avec la condition humaine et la tradition humaniste[2]. » C’est donc au titre de cette renégociation que la jeunesse doit être questionnée comme espace privilégié de réflexion sur le posthumain.

D’autre part, il s’agit de comprendre comment le posthumain peut lui-même être pensé à partir d’une approche culturaliste de la jeunesse. Celle-ci, en tant que sujet, outil de fabrication et lieu de projection du futur, semble propice à penser le post, ainsi qu’à penser nos résistances face au posthumain. La jeunesse, territoire physique et moral sacralisé, relève de l’intouchable et contreviendrait par nature aux modifications inhérentes au devenir posthumain, produisant un étrange tabou : la modification peut être pré-natale ou post-adolescence, mais ne saurait toucher l’âge préservé de l’enfance et de l’adolescence.

L’état métamorphique de l’adolescence est alors à remettre en perspective : l’idéal de croissance, de développement et de potentiel qu’il suppose[3] a certes été érigé en mesure des attentes sociales du monde hypermoderne, mais se trouve néanmoins mis en défaut par le paradigme posthumain, acceptation de « notre destinée en tant que créatures qui se modifient elles-mêmes[4]. » La métamorphose malgré soi que représente l’adolescence, fonctionnant comme un surgissement, fait-elle de cette adolescence un modèle obsolète à l’heure des modifications programmées ?

Le retour, par le modèle adolescent, du refoulé naturel – l’incontrôlé, le non-programmé, la plasticité autonome – favoriserait l’émergence d’une culture de jeunesse propre à penser les stratégies de résistance vis-à-vis de ce destin posthumain, tout en faisant paradoxalement figure d’aboutissement de ce même destin. En effet, à l’heure où se propagent les discours sur « la mort de la mort[5] », la jeunesse n’aurait plus lieu d’être spécifiée, puisqu’elle serait recouvrement de tout dans l’éloignement du vieillir physique et la conjuration fantasmée du « vieillissement du vécu subjectif[6] ». Le posthumain est-il post-âge, ou peut-il au contraire être pensé de manière spécifique par le prisme de nos représentations de la jeunesse et des productions et modes de consommation de la culture jeune ?

Modalités de soumission : La manifestation se veut interdisciplinaire – voire, pourquoi pas, post-disciplinaire. Les propositions, d’une quinzaine de lignes environ et suivies de quelques lignes de présentation de l’auteur-e, sont à envoyer pour le 01 octobre 2017 aux deux adresses suivantes : anne.cousseau@univ-lorraine.fr et matthieu.freyheit@gmail.com

Comité scientifique

Isabelle Boof-Vermesse (Université Lille 3 Charles de Gaulle)

Jean-François Chassay (Université du Québec à Montréal)

Christian Chelebourg (Université de Lorraine)

Anne Cousseau (Université de Lorraine)

Elaine Després (Université du Québec à Montréal)

Matthieu Freyheit (Université de Lorraine)

Hélène Machinal (Université de Bretagne Occidentale)

 

Organisation : Anne Cousseau et Matthieu Freyheit, LIS (E.A. 7305)

[1] Elaine Ostry, « “Is he still human ? Are you?”: Young adult science fiction in the posthuman age », in The Lion and the Unicorn, Volume 28, Number 2, April 2004, p. 222.

[2] Elaine Després, Hélène Machinal (dir.), Posthumains. Frontières, évolutions, hybridités, Rennes, PUR, 2014, p. 17.

[3] Daniel Marcelli, Anne Lamy, L’État adolescent. Miroir de la société, Paris, Armand Colin, 2013, p. 46.

[4] Francis Fukuyama, La Fin de l’homme. Les Conséquences de la révolution biotechnique, Paris, Folio, 2004 [2002], p. 25.

[5] Laurent Alexandre, La Mort de la mort. Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Paris, J.C. Lattès, 2011.

[6] Gilles Lipovetsky, Les Temps hypermodernes, Paris, Grasset, 2004, p. 78.

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

RESF 12 (CFP): Science-fiction et jeu vidéo

Appel à contributions pour le n°12 de ReS Futurae (2ème semestre 2018)

Dossier dirigé par Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, université de Liège.

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016  à Julie Delbouille (jdelbouille@ulg.ac.be), Björn-Olav Dozo (bodozo@ulg.ac.be) et à Lison Jousten (Lison.Jousten@ulg.ac.be).

La date de remise des articles est fixée au 30 septembre 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Lorsque Spacewar!, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. À l’heure où l’informatique est encore fort peu micro, la thématique spatiale que ce précurseur exploite présente en effet un avantage certain : celui de déployer à l’écran un « espace dont la principale caractéristique est le vide […] un lieu qui exige moins de puissance de calcul » (Triclot, 2011). Cette thématique traverse d’ailleurs toujours une grande partie de la production vidéoludique, comme en témoignent Dead Space (EA, 2008) ou Mass Effect (Microsoft Game Studio, 2007). De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford qui interrogent la place occupée par la science-fiction au sein des industries du divertissement, en prenant en compte le contexte socio-politique (Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., 2003).

Par ailleurs, les médias entretiennent aujourd’hui des rapports de plus en plus nombreux, en perpétuelle évolution – et expansion –, entraînant la circulation d’un imaginaire, de formes, de figures et de récits. Cette perméabilité autorise les glissements de contenu fictionnel entre jeu vidéo d’une part, et cinéma, littérature, bande dessinée,… d’autre part. La thématique sur laquelle se centre ce numéro se prête ainsi particulièrement bien à une approche intermédiale. En effet, le jeu vidéo est devenu un motif récurrent pour d’autres objets culturels – comme dans No pasarán, le jeu de Christian Lehman (L’école des Loisirs, 1996) en littérature (sur les rapports entre jeu vidéo et livre, voir Barnabé et Dozo, 2015), Tron réalisé par Steven Lisberger au cinéma (voir Blanchet, 2010), ou encore à travers la figure du jeune « geek » dans Kid Paddle, en bande dessinée. A contrario, le jeu vidéo s’exporte également sous une forme littéraire (avec, par exemple, la novellisation de la série Halo) ou filmique (comme en témoigne l’adaptation de l’univers de Silent Hill) ; enfin, il peut lui-même reposer sur l’adaptation d’œuvres préexistantes (comme le jeu The Walking Dead [Telltales Games, 2012] dérivé des comics de Kirkman et Moore).

Ce numéro de ReS Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique. Afin de dessiner les problématiques envisagées dans cet appel, nous proposons de construire notre champ d’investigation sur la base des axes suivants, mentionnés à titre indicatif :

  • Contenus et représentations. Cet axe veut faire la part belle aux analyses d’œuvres vidéoludiques, replaçant dans une perspective globale l’exploitation de la science-fiction au sein du jeu, par l’intermédiaire de différentes approches (esthétique, poétique, sociologique, sémiotique, etc.).
  • Questions d’intermédialité. Complémentaire au premier, cet axe propose d’étendre la réflexion aux rapports entre le jeu vidéo de science-fiction et d’autres médias, comme le cinéma, la littérature, la bande dessinée, ou la musique. Il concerne autant les adaptations, que les emprunts ou transferts de formes et motifs d’un objet culturel à l’autre.
  • Marges du jeu. Cet axe permet d’évoquer des thématiques connexes aux analyses d’œuvres, comme la création amateur, les expérimentations ludiques, ou encore les études de fans liées au jeu vidéo de science-fiction.
  • Analyses contextuelles. Au-delà des œuvres, cet axe recouvre les réflexions théoriques ou empiriques permettant, grâce aux outils de la sociologie, de l’économie, ou des sciences historiques, de contextualiser la création et la réception des œuvres.

Bibliographie indicative

Berry V., L’expérience virtuelle : jouer, vivre, apprendre dans un jeu vidéo, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Besson A., “Les envahisseurs de l’espace sont parmi nous : vers une esthétique quotidienne du pixel”, dans ReS Futurae, vol. 5, mai 2015, [en ligne], http://resf.revues.org/634.

Blanchet A., Des Pixels à Hollywood. Cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle, Paris, Pix’n Love, 2010.

Blanchet A., Les jeux vidéo au cinéma, Paris, Armand Colin, 2012.

Carr D., Ability, Disability and Dead Space, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1402/articles/carr.

Delbouille J., “Jeu vidéo, avant-garde et science-fiction. Le cas de Rez et Child of Eden”, dans ReS Futurae, vol. 5, mai 2015, [en ligne], https://resf.revues.org/672.

Barnabé F. et Dozo B.-O. (dir.), Jeu vidéo et livre, Liège, Bebooks, coll. Culture contemporaine, 2015.

Gibbons W., Wrap Your Troubles in Dreams : Popular Music, Narrative, and Dystopia in Bioshock, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1103/articles/gibbons.

Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., Digital Play : The Interaction of Technology, Culture, and Marketing, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2003.

“Special Section: SF and Video Gaming” dans Foundation. The International Review of Science Fiction, Volume 44.1, number 120, 2015, p. 11-104.

Triclot M., Philosophie des jeux vidéo, Paris, La Découverte (Zones), 2011.

Tringham N. R., Science Fiction Video Games, Boca Raton, CRC Press, 2014.

Voorhees G., Play and Possibility in the Rhetoric of the War on Terror : The Structure of Agency in Halo 2, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1401/articles/gvoorhees

 

RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Appel à contribution pour le dossier du n°11 de ReS Futurae.

Dossier dirigé par Hugues Chabot (Université Claude Bernard-Lyon 1) et Émilie Pézard (ENS Lyon / ANR Anticipation)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 conjointement à Hugues Chabot (hugues.chabot@univ-lyon1.fr) et Émilie Pézard (emilie.pezard@ens-lyon.fr).

La date de remise des articles est fixée au 30 avril 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts — roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent —, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Continuer la lecture de RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Appel à chercheurs de la Bibliothèque nationale de France (2016-2017)

Cette information publiée par la BNF pourrait bien intéresser les contributeurs du dossier Houellebecq  en préparation pour le huitième numéro de ResFuturae prévu pour l’hiver 2016.

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2016-2017. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de neuf bourses de recherche pour un montant total de 88.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes et de ses partenaires. L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse à tous pour les chercheurs invités et aux masterants et doctorants de moins de 35 ans pour les chercheurs associés. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, deux axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; étude de l’histoire du livre et des bibliothèques. S’ajoute également une proposition de recherche sur l’oeuvre du dernier lauréat du « Prix de la BnF », Michel Houellebecq.

L’information est publiée sur Calenda. Les dossiers de candidature sont à rendre pour le 15 avril 2016. Plus de détails pour les différents  appels à lire ici.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs de la Bibliothèque nationale de France (2016-2017)

La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe “para” réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Continuer la lecture de La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

Appel à contributions pour un colloque organisé du 20 au 22 mai 2016 à l’Espace théâtre de Mont-Laurier (Montréal).

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2016

Contact : villeneuve.mathieu.3@courrier.uqam.ca

Responsables : Mathieu Villeneuve (Université du Québec à Montréal), Paul Kawczak (Université du Québec à Chicoutimi), Amy Ransom (Central Michigan University), Samuel Archibald (Université du Québec à Montréal)

Programme détaillé et informations complémentaires, en particulier sur le Congrès Boréal, qui accueille le colloque.

Veuillez noter que le colloque ne peut s’engager à rembourser les dépenses des participants.

Argument

En septembre 2013, la sonde Voyager 1 devient officiellement le premier objet de fabrication humaine à sortir de notre système solaire. Porteuse d’un message symbolique de l’Humanité, elle devrait être, dans 40 000 ans, la première sonde spatiale à passer à proximité d’une autre étoile. Déjà, au IIe siècle, Samosate envoyait au moyen d’une vague géante, dans son Histoire véritable, ses héros humains dans l’espace, au-delà des limites du monde connu. En 2016, ce colloque aimerait interroger, des premiers rêves d’ailleurs aux réalisations actuelles, l’idée de voyage radical et infini dans les littératures et les pratiques de l’imaginaire. Continuer la lecture de Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016