Archives de catégorie : Appels / CFP

RESF N°9: Asie de l’Est (CFP)

Appel à contributions pour le numéro du printemps 2017

Echéances

Date limite d’envoi des propositions: 1er avril 2016

Les propositions d’articles sont à envoyer à Gwennaël Gaffric: ggaffric@gmail.com avant le 1er avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée le 1er mai 2016. Les articles seront à rendre pour le 1er  novembre 2016.

Nous invitons les personnes intéressées à consulter en ligne le processus d’évaluation et les normes de la revue Res Futurae.

Argumentaire général

L’obtention du dernier prix Hugo par l’auteur chinois Liu Cixin pour son roman Les Trois Corps (premier tome de la trilogie des Chroniques de la terre) a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs.

La science-fiction asiatique connaît en effet actuellement un essor sans précédent, comme en témoigne la popularité toujours plus grande des mangas SF, la croissance significative de la production de films SF et leur exportation réussie (on pense aux longs-métrages du Sud-coréen Bong Joon-ho ou au Japonais Mamoru Oshii), l’émergence de jeunes auteurs populaires, les nombreuses traductions dans des langues européennes ou les prix littéraires internationaux… Il apparaît aujourd’hui nécessaire de proposer une réévaluation de la vitalité et de l’histoire d’un genre longtemps négligé tant par les études sur la littérature et le cinéma que par les spécialistes des aires culturelles concernées. Bien qu’un nombre croissant d’études paraissent aujourd’hui dans les pays d’émission des œuvres et en langue anglaise (les études sur la SF asiatique sont d’ailleurs aujourd’hui bien représentées dans les conventions scientifiques internationales sur la science-fiction), celle-ci n’a pour l’heure pas encore fait l’objet d’un grand nombre d’études en langue française. Il en est de même pour les traductions littéraires en français, à l’exception notable du secteur des bandes dessinées.

 

Or, depuis ses prémisses, la littérature et le cinéma de science-fiction d’Asie de l’Est peuvent être envisagés comme de formidables portes d’entrée par lesquelles entrer au cœur de l’évolution des sociétés asiatiques modernes depuis l’aube du XXe siècle. Comme partout ailleurs, la science-fiction y exprime aussi depuis son émergence les fantasmes, les angoisses et les espoirs d’une époque, témoignant de cette capacité singulière de la science-fiction à penser en même temps avec et contre son temps.

Ce numéro sera circonscrit à l’étude de la science-fiction en Asie de l’Est (Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, Hong Kong, Taïwan), ce moins par souci de délimitation géographique qu’en vertu de cohérence socio-historique au sujet de l’émergence et de l’évolution du genre science-fictionnel dans la région. Le genre fait ainsi une première percée au Japon, en Chine et en Corée par l’intermédiaire de la traduction via l’anglais puis le japonais, notamment des œuvres de H.G. Wells et de Jules Verne (dont les premières traductions, effectuées par certains des plus grands intellectuels de leur temps, paraissent en 1879 au Japon, en 1902 en Chine et en 1907 en Corée), dates qui correspondent avec la naissance de la littérature moderne dans ces pays. Les intellectuels nationalistes de l’époque perçoivent en effet la science – au même titre que la démocratie – comme des avatars naturels de la modernité occidentale appelée à triompher des vieilles idéologies féodales (en Chine, on appelle ainsi « Monsieur Science » et « Monsieur Démocratie » à prendre la place de « Monsieur Confucius »). Ce qu’on appelle alors les « romans scientifiques » apparaissent dès lors comme des œuvres réformistes, susceptibles de favoriser l’avènement d’une nation et d’un homme nouveaux.

L’appel à l’écriture d’une science-fiction aux particularités nationales pour guider le pays vers la route de la modernité lancé au début du XXe siècle se prolongera durant toute la seconde moitié du siècle, en suivant certes des trajectoires diverses – quoique souvent en miroir les unes des autres – sous l’influence des traductions d’œuvres américaines (à Taïwan, en Corée du Sud et au Japon) et soviétiques (en Chine et en Corée du Nord). Bien souvent, il lui faut répondre aux impératifs politiques des utopies et des dystopies officielles (l’anticommunisme à Taïwan, le techno-capitalisme au Japon et en Corée du Sud, le maoïsme en Chine, l’idéologie du Juche en Corée du Nord…). Les modèles de propagande science-fictionnels prennent d’ailleurs principalement la forme d’utopies destinées à un public enfantin (comme c’est le cas de la revue Adong Munhak (Corée du Nord) ou le bestseller Le voyage de Xiao Lingtong dans le futur (Chine)). À d’autres moments de son histoire, il lui arrive parfois même d’être mise au ban des pratiques littéraires et cinématographiques, comme c’est le cas dans les années 1980 en Chine où elle est traitée, au même titre que d’autres formes d’expression artistique, de « pollution spirituelle » car opposée à la « véritable science » : le matérialisme dialectique.

Pour autant, dès les années 1960, le cinéma et les récits science-fictionnels parviennent également à se développer indépendamment de la doxa officielle, notamment grâce à l’essor des revues spécialisées et de la popularité nouvelle d’autres médias, comme les bandes dessinées au Japon. Les années 1980 et 1990 voient elles la science-fiction asiatique engager des stratégies fictionnelles nouvelles : space operas, univers parallèles, uchronies, cyberpunk, etc. Elle entreprend d’explorer des thématiques privilégiées de la science-fiction : crise environnementale, espoirs et dangers de la technoscience, paradoxes temporels, contact et communication avec des « intelligences » extraterrestres, interactions et fusions entre humain, non-humain et post-humain… sans négliger d’investir des thématiques plus géographiquement situées (narrations de catastrophes naturelles et/ou artificielles régionales, réappropriations d’une tradition textuelle ou religieuse, réécritures uchroniques…). Elle se retrouve enfin à l’avant-garde des luttes sociales qui secouent les sociétés asiatiques dans les années 1980 et 1990 : revendications ethniques, postcoloniales, féministes ou encore homosexuelles et queer, accordant à des voix jusqu’alors marginales un espace d’expression alternatif. À l’opposé, la science-fiction sert parfois la logique des soft power nationaux (ainsi en est-il de Liu Cixin – qui au lendemain de la réception du Hugo – est invité par le vice-président chinois à diffuser à travers le monde la puissance du « rêve chinois »).

Et qu’elles se mettent ou non au service d’un nationalisme culturel, certaines de ses productions, notamment en bande dessinée (on pense aux œuvres de Miyazaki Hayao ou Shirō Masamune au Japon), influencent en effet profondément la littérature et le cinéma mondial depuis les années 2000. Aujourd’hui, elle va même jusqu’à réinventer les frontières du genre en élaborant de nouvelles grammaires narratives. Ainsi en est-il par exemple du nouveau « sous-genre » créé par le Sino-américain Ken Liu qui, avec le néologisme cryptoculturaliste de « silkpunk », suggère une esthétique science-fictionnelle marquée par les récits de l’Asie pré-moderne ou de Bong Joon-ho qui réoriente l’esthétique du film de catastrophe.

Cse numéro ne se donne pas pour projet de contraindre la science-fiction asiatique, riche d’une histoire façonnée par les traductions, les adaptations et les réinventions, dans une sphère autoréférentielle qui ferait le jeu des projections culturalistes et orientalistes les plus simplistes et généralisantes. Ce numéro propose au contraire d’examiner avec une perspective transculturelle et historiquement située l’introduction et l’évolution (du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle) de la science-fiction en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique possédant ses propres ressorts poétiques qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

Dans ce cadre, diverses interrogations, non exclusives, pourront être explorées :

–  Quels ont été les liens entre la naissance et le développement de la science-fiction en Asie de l’Est et la croyance dans le mythe du « progrès scientifique », perçu à l’époque comme une émanation de l’Occident ?

–  Quelle écriture de la science dans la SF en Asie de l’Est ? Existe-t-il une « hard SF » asiatique ? La science apparaît-elle comme une discipline géographiquement et historiquement située ou comme un système universel ? Depuis les prémisses du genre jusqu’à l’ère contemporaine, la science et la technique y sont-elles envisagées comme inéluctablement liées au progrès social ?

–  Quels rôles ont joué les utopies et les dystopies dans le développement socio-historique et les processus de démocratisation des pays et comment celles-ci se sont-elles élaborées en complicité ou en rupture avec les idéologies officielles ?

–  Comment la littérature et le cinéma science-fictionnels d’Asie de l’Est négocient-ils les tensions entre local et global à l’ère de l’Anthropocène ? On pourra à ce sujet s’interroger sur l’omniprésence de thématiques éminemment globales, alors même que les critiques de science-fiction asiatique revendiquent souvent paradoxalement le caractère « authentiquement » national de celle-ci.

–  Comment l’imaginaire de la catastrophe s’exerce-t-il dans la science-fiction est-asiatique ? (séismes, tsunamis, catastrophes nucléaires, épidémies bactériologiques…)

–  Quelle visibilité et quelles représentations des populations marginales (minorités ethniques, communautés LGBT, immigrants…) dans la science-fiction est-asiatique ?

–  Comment appréhender le rôle de la bande dessinée SF dans la construction d’une culture de la science-fiction en Asie et de son influence au niveau mondial ?

–  Est-il possible de distinguer dans la production science-fictionnelle asiatique des mécaniques narratives et/ou visuelles spécifiques ou bien la tentative de créer des schémas supposés propres à la science-fiction en Asie de l’Est relève-t-elle d’un projet orientaliste globalisant ?

–  Comment expliquer l’intérêt récent des études littéraires et cinématographiques asiatiques pour le genre science-fictionnel et comment lier cette tendance aux paradigmes épistémologiques contemporains (philosophie postmoderne, posthumanités, humanités numériques, écocritique…) ?

 

Liste indicative d’auteurs et de réalisateurs susceptibles d’être étudiés

CHINE : Han Song韩松, Liu Cixin刘慈欣, Wang Jinkang王晋康, Ye Yonglie叶永烈…

COREE DU SUD : Bong Joon-ho봉준호, Kim Kyung-uk김경욱, Lee Si-myung이시명, Djuna…

HONG KONG: Dung Kai-cheung董啟章, Ngai Hong倪匡, Peter Mak麥大傑, Wong Kar-wai王家衛…

JAPON : Abe Kōbō安部公房, Komatsu Sakyō小松左京, Ōtomo Katsuhiro大友克洋, Yoshihara Rieko吉原理恵子,…

TAIWAN : Chang Hsi-kuo張系國, Chi Ta-wei紀大, Egoyan Zheng伊格言, Wu Ming-yi吳明益…

 

Bibliographie indicative (en langues occidentales)

Perspectives Chinoises, Numéro spécial « Fictions utopiques et dystopiques en Chine contemporaine », Wang Chaohua and Song Mingwei (ed.), n°1, 2015

Science Fiction Studies, “Special Issue on Chinese Science Fiction” (ed. by Wu Yan and Veronica Hollinger), #119, Vol. 40, Part 1, 2013.

Science Fiction Studies, “Special Issue on Japanese Science Fiction” (ed. by Tatsumi Takayuki, Christopher Bolton, and Istvan Csicsery-Ronay, Jr), #88, Vol. 29, Part 3, 2002.

BERTHELLIER Benoît, “From Pyongyang to Mars: Sci-fi, Genre, and Literary Value in North Korea”, Sino NK, 2013, URL: http://sinonk.com/2013/09/25/from-pyongyang-to-mars-sci-fi-genre-and-literary-value-in-north-korea/.

COLSON Raphaël et RUAUD André-François, Science-fiction. Les Frontières de la modernité, Lyon : éd. Mnémos, 2008.

JAMESON Frederic, Archaeologies of the Future: The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, Verso, 2007.

KUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction, trad. de Gilles Hénault, Qéubec : Presses de l’Université du Québec, 1977.

LAMARRE Thomas, The Anime Machine: A Media Theory of Animation, Minneapolis: University of Minnesota Press, 2009.

LYNN Daneel, “The Long and Winding Road to Science Fiction: A Brief Overview of SF Development in Taiwan”, Foundation: The International Review of Science Fiction, n°94, 2005.

LANGLET Irène, La science-fiction : Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006.

PACQUET Darcy, New Korean Cinema: Breaking the Waves, Wallflower Press, 2010.

RAGONE August, Eiji Tsuburaya: Master of Monsters: Defending the Earth with Ultraman, Godzilla, and Friends in the Golden Age of Japanese Science Fiction Film, San Francisco: Chronicle Books, 2014.

SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction, Montréal : Nota Bene, 2005.

SARDAR Ziauddin and CUBITT Sean (ed.), Aliens R Us: The Other in Science Fiction Cinema, London: Pluto Press, 2002.

TANAKA Motoko, Apocalypse in Contemporary Japanese Science Fiction, New York: Palgrave Macmillan, 2014.

WANG David Der-wei, Fin-de-siècle Splendor: Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1849-1911, Stanford: Stanford University Press, 1997.

WONG Kin Yuen, WESTFHAL Gary and CHAN Amy Kit-sze (ed.), World Weavers: Globalization, Science Fiction, and the Cybernetic Revolution, Hong Kong: Hong Kong UP, 2005.

WU Dingbo and MURPHY Patrick D. (ed.), Science Fiction From China, Westport: Praeger, 1989.

ZUR Dafna, “Let’s Go to the Moon: Science Fiction in the North Korean Children’s MagazineAdong Munhak, 1956–1965”, The Journal of Asian Studies, Vol.73, Issue 02, 2014, p.327-351.

Continuer la lecture de RESF N°9: Asie de l’Est (CFP)

RESF n°8: Houellebecq (CFP)

Les utopies de Michel Houellebecq : hybridation générique et poétique de l’ailleurs (ReS Futurae n°8, automne 2016)

Date limite d’envoi des propositions: 27 février 2016.

Dossier dirigé par Marc Atallah.

Depuis la parution de son premier roman, Extension du domaine de la lutte (1994), Michel Houellebecq n’a eu de cesse, outre sa posture parfois provocatrice, de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffractait et se réfléchissait la condition de l’homme postmoderne : la boîte de nuit (Extension du domaine de la lutte), l’esprit unique (Les Particules élémentaires, 1998) le club de vacances (Plateforme, 2001), les cellules monastiques des clones (La Possibilité d’une île, 2005) ou encore la maison de campagne (La Carte et le territoire, 2010). Il s’avère que ces utopies, bien loin d’être de simples artifices littéraires, rejoignent la tradition des récits qui, depuis le célèbre texte de Thomas More, cherchent à fabriquer un miroir à la fois herméneutique et heuristique qui renvoie une image distanciée de la société à partir de laquelle cette utopie est formée, en l’occurrence la nôtre.

Continuer la lecture de RESF n°8: Houellebecq (CFP)

Appel à textes pour le prix à la mémoire de Jamie Bishop

jbishop

L’Association internationale pour le fantastique dans les arts va décerner le huitième prix annuel à la mémoire de Jamie Bishop, pour un article critique écrit dans une autre langue que l’anglais. L’IAFA (International Association for the Fantastic in the Arts) définit le fantastique de manière à inclure la science-fiction, le folklore et les genres qui y sont liés dans la littérature, le théâtre, le cinéma, l’art et le graphisme, et les disciplines afférentes.

Pour plus d’information sur le prix et sur les lauréats des années précédentes, veuillez consulter la page Jamie Bishop Memorial Award: http://www.fantastic-arts.org/awards/jamie-bishop-memorial-award/.

Continuer la lecture de Appel à textes pour le prix à la mémoire de Jamie Bishop

RESF n°7: Le présent et ses doubles (CFP)

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueillera des articles issus de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXè et XXIè siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015). Nous souhaitons, grâce au présent appel à contributions, enrichir encore les perspectives ouvertes lors de ces premiers travaux.

[Lire le CFP et consulter le programme de la journée d’études]

Cette journée de la SELF XX-XXI a permis d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre : dans l’anticipation et l’uchronie, le rapport au présent se fait anamorphose, extrapolation, jeu symbolique ; l’exploration des possibles contemporains se glisse dans les interstices des représentations courantes, pour y susciter des figures nouvelles, dérangeantes et stimulantes ; le rapport au présent s’y fait alternativement ou simultanément intime, conflictuel, collectif.

Continuer la lecture de RESF n°7: Le présent et ses doubles (CFP)

Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

 ReSF n°6 : Pierre Boulle

Responsables du dossier : Arnaud Huftier et Irène Langlet

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. On avance souvent que ses récits de science-fiction doivent être interprétés à l’aune de sa production « blanche » ; on propose ici de s’autoriser la proposition inverse Continuer la lecture de Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

Congrés de Ciència i Ficció 2/09/2015

International Conference Science and Fiction

Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, September 2-4, 2015.

IEC_DosJunts_COLOR

Vilanova i la Geltrú, Biblioteca-Museu Víctor Balaguer, September 5th, 2015.

Science and Fiction: A Creative Exploration of Real and Fantastic Worlds, is an International conference hosted by the Catalan Society for History of Science and Technology and the Catalan Society for SF and Fantasy. The main goal of the conference is to analyze and discuss the relations between science and fiction (literature, theatre, cinema, arts…), introducing them in the topics of the Catalan academic environment.

Continuer la lecture de Congrés de Ciència i Ficció 2/09/2015

(In)déchiffrables futurs. Sciences et image des sciences dans le récit bref dans l’espace européen et au-delà (Université de Toulouse2-Jean Jaurès)

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Appel à communication pour la Journée d’Étude du séminaire de l’IRPALL « Fictions de mondes possibles » (Sciences, science-fiction, utopies et Histoire dans le récit bref), qui aura lieu le vendredi 29 mai 2015.

Les propositions de communication, d’une page, accompagnée d’une brève notice biographique, sont à expédier à Yves Iehl (iehl.yves@free.fr) avant le 20 avril 2015.

Responsables/comité scientifique : Yves Iehl, Université Toulouse 2 (iehl.yves@free.fr), Jean Nimis, Université Toulouse 2 (jean.nimis@univ-tlse2.fr)

Continuer la lecture de (In)déchiffrables futurs. Sciences et image des sciences dans le récit bref dans l’espace européen et au-delà (Université de Toulouse2-Jean Jaurès)

LIEUX DE VIE EN SCIENCE-FICTION (APPEL A CONTRIBUTIONS)

Appel à contribution pour un colloque de l’Université de La Rochelle/Association Stella Incognita du 9 au 11 avril 2015.

Blade runner

Ce colloque propose d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de “lieux de vie” pour la discuter, la redéfinir et porter un regard différent sur notre monde (social, politique, architectural, urbain, etc.)

Responsable: Danièle André, Université de La Rochelle, CRHIA (Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique EA 1163),  en association avec la COMUE Limousin Poitou-Charentes, et la Maison de l’Étudiant.

Comité Scientifique: Agnès Aminot (Université d’Amiens), Danièle André (Université de La Rochelle), Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle), Samuel Minne (Dijon), Isabelle Perier (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines), Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne), Aurélie Villers (Université d’Amiens).

Continuer la lecture de LIEUX DE VIE EN SCIENCE-FICTION (APPEL A CONTRIBUTIONS)

Dinomaniaques (appel à contributions)

Canne de Jurassic ParkAppel à contribution pour un colloque de l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse)

Responsables : Matthieu Freyheit et Frédérique Toudoire-Surlapierre
Institut de Recherche en langues et littératures européennes (ILLE – E.A. 4363)

Comité scientifique : Vanessa Besand (Université de Bourgogne); Christian Chelebourg (Université de Lorraine); Antonio Dominguez-Leiva (Université du Québec à Montréal); Florence Fix (Université de Lorraine); Matthieu Freyheit (Université de Lorraine); Sébastien Hubier (Université de Reims); Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute-Alsace)

Continuer la lecture de Dinomaniaques (appel à contributions)

La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de “l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction”, un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen “Formation des adultes: champ de recherches”, à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : “l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé”, comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Continuer la lecture de La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c’est à juste titre que son étude s’est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s’est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c’est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d’É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L’étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d’être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L’étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l’art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l’ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d’art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co… mics» à la Maison d’ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l’art, et son étude mérite d’être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d’enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d’éclairer ses modes d’expression visuelle. Les propositions d’articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544
Extrait de L’Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Appel à textes pour le numéro 5 de ReS Futurae

Direction du dossier : Mehdi Achouche et Samuel Minne.

Échéances

– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com
– réponse de ReSF le 30 juillet au plus tard.
– remise des articles le 15 octobre 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

 La culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde

Traditionnellement opposées, la culture populaire et l’avant-garde ont cependant une riche histoire d’interactions, de reprises et d’inspiration réciproque. C’est particulièrement vrai dans le cas de la science-fiction : attachée à la culture populaire, elle a aussi sa propre avant-garde, tout en nourrissant l’avant-garde artistique, tant dans l’art contemporain que cinématographique.

Loin de ne s’exprimer que sous forme littéraire, la science-fiction le fait aussi sous forme visuelle, apparaissant aussi bien dans l’art contemporain que dans le street art, la bande dessinée, le cinéma et de nombreux courts-métrages, les jeux-vidéos, la publicité, l’illustration, le Web Art, la peinture ou la série télévisée. Elle peut même prendre corps dans le design ou l’architecture, irriguant de son imaginaire tous les pans du réel et représentant pour beaucoup leur appréhension principale, voire unique, de la science-fiction. Or cette science-fiction spécifiquement visuelle n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tendant à être perçue comme tributaire de la science-fiction littéraire et comme étant purement illustrative et contingente et donc dénuée d’intérêt analytique propre. Souvent associée à la culture populaire, les liens qui l’unissent aux œuvres et courants d’avant-garde ont en particulier été très peu étudiés jusqu’à ce jour.

La présence de la science-fiction dans la culture visuelle s’affirme historiquement plus particulièrement au sein de la culture dite populaire, qu’il s’agisse des couvertures des pulp magazines, des comics et des petits formats de bandes dessinées, des « séries Z » ou du « cinéma bis », héritant pour une part de l’inspiration du roman populaire, et pour une autre part des traditions visuelles de leurs supports spécifiques. Cette science-fiction visuelle dite populaire n’est pas exempte de dissonances l’éloignant d’une science-fiction mainstream plus sage ou plus sérieuse. Le sense of wonder s’accompagne ainsi volontiers de sadisme ou d’érotisme, où l’horreur et le sublime coexistent de manière brutale et sans ménagement sans tout à fait pouvoir être assimilés aux genres du fantastique ou de l’horreur, même si les convergences existent. Plus que dans ces derniers genres, ces représentations apparaissent souvent comme exprimant sans filtre les peurs, les fantasmes et les problématiques d’une société ou d’une époque, au-delà même de l’impact du progrès et de la technologie, auquel la science-fiction ne se réduit pas ou plus. Leur forme et leur esthétique, cependant, n’est pas exempte d’une polysémie qui reste à explorer, et qui dément précisément la réification thématique qui leur est couramment réservée.

Par ailleurs, la science-fiction sous sa forme visuelle ne se cantonne pas à la culture populaire mais apparaît aussi dans des œuvres et des courants se revendiquant peu ou prou de l’avant-garde. À ce titre, la science-fiction visuelle, dont ont été partiellement soulignés les liens historiques et iconographiques avec le surréalisme, devient un lieu d’expérimentation formelle, recourant à l’abstraction, à des procédés esthétiques plus audacieux, renouvelant des procédés narratifs et proposant une alternative à un imaginaire visuel souvent dominé par le cinéma commercial et ses codes. Cette science-fiction d’avant-garde joue souvent des références avec la culture populaire, ouvrant parfois un véritable dialogue avec celle-ci, jusqu’à parfois s’y confondre. Dans le même temps, l’avant-garde s’inspire depuis au moins le pop art de l’imaginaire et des stéréotypes de la science-fiction pour nourrir sa réflexion, renouveler son esthétique ou décrire le monde contemporain, tandis que ces mêmes artistes d’avant-garde vont par la suite œuvrer eux-mêmes en science-fiction (Eduardo Paolozzi et Richard Hamilton illustrant New Worlds dans les années soixante, par exemple), chacune se nourrissant ainsi de l’autre.

Ainsi, entre stéréotypes et innovation, originalité et reprise, la culture visuelle de la science-fiction, ou la science-fictionnalité de la culture visuelle, suscite de nombreux axes d’études dans son rapport à l’avant-garde : parodie et détournement, pastiche au second degré, intericonicité, transmédialité…

Nous proposons d’étudier pour ce cinquième numéro de ReS Futurae la culture visuelle de la science-fiction dans ses relations multiples à l’avant-garde. D’abord dans la façon dont la science-fiction dite populaire et commerciale témoigne de l’influence de l’avant-garde, manifestant des convergences esthétiques ou thématiques ou des inspirations communes avec celle-ci. Ensuite comme science-fiction d’avant-garde ou avant-garde de science-fiction, en étudiant la manière dont l’avant-garde s’inspire de la science-fiction ou rejoint celle-ci, la façon dont cette dernière devient pour l’avant-garde le moyen de repousser les limites du réalisme, de dépasser ou de subvertir l’esthétique de l’époque, de provoquer le public ou encore de brouiller les frontières culturelles et sociétales. Enfin, l’attention peut se porter sur un mélange plus complexe des deux pôles, leur combinaison ou les tensions pouvant apparaître dans des œuvres spécifiques, populaires ou avant-gardistes.

Il s’agit entre autres d’examiner la science-fiction visuelle aussi bien dans ces contextes historiques, nationaux, culturels, technologiques et artistiques spécifiques que les rapports que ceux-ci peuvent entretenir, par exemple :
– les rapports entre science-fiction et sensationnalisme ou cinéma d’exploitation (nudités, couleurs vives, cruauté, kitsch, satire…),
– le rôle, les spécificités et les ambitions grandissantes des courts-métrages, plus ou moins expérimentaux, de science-fiction,
– l’influence d’artistes d’avant-garde (peintres, sculpteurs, designers, affichistes, etc.) sur le cinéma commercial et ses représentations,
– les enjeux et l’apport spécifiques du numérique à une science-fiction visuelle plus exigeante et tendant vers plus d’abstraction (renouvellement des effets spéciaux, de l’esthétique),
– l’apport de la science-fiction à l’art contemporain (land art, hyperréalisme, art cinétique, installations, performances, édifices, art éphémère…),
– la culture underground (hippie et psychédélique, rock, punk, DIY…),
– la tension existant entre la marchandisation et les velléités artistiques de la science-fiction visuelle,
– les spécificités de la science-fiction visuelle européenne et/ou les convergences et divergences entre SF visuelle et avant-gardes américaines et européennes (ou issues d’autres continents),
– l’évolution de la place et du rôle des œuvres illustratives et plus généralement du paratexte iconique (couvertures, affiches, etc.)

 Ouvrages et études suggérés

Ash Brian (dir.), The Visual Encyclopedia of Science Fiction, Londres : Pan Books/New York : Harmony Books, 1977.
Booker M. Keith, Alternate Americas: Science Fiction Film and American Culture, Westport : Praeger, 2006.
Bosson Yves et Abdelouahab Farid, Dictionnaire visuel des mondes extraterrestres, Paris : Flammarion, 2010.
Britain David, Eduardo Paolozzi at New Worlds. Science Fiction and Art in the Sixties, Londres : Savoy Books, 2013
Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda, Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997.
Chion Michel, Les Films de science-fiction, Paris : Les Éditions de l’étoile, 2008.
Dufour Éric, Le Cinéma de science-fiction, Paris : Armand Colin, 2011.
Holland Steve et Summersby Alex, Sci-Fi Art: A Graphic History, New York : Harper Design, 2009.
Johnston-Smith Jan, American Science Fiction TV: Star Trek, Stargate, and Beyond, Middletown : Wesleyan University Press, 2012.
Kripal Jeffrey J., Mutants & Mystics: Science Fiction, Superhero Comics, and the Paranormal, Chicago : Chicago University Press, 2011.
Poussin Gilles et Marmonnier Christian, Métal Hurlant, la machine à rêver, 1975-1987, Paris : Denoël, 2005, collection « Graphic ».
Simon Richard Keller, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
Strauven Wanda (dir.), The Cinema of Attractions Reloaded, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2006.
Westfahl Gary, Slusser George, Plummer Kathleen Church, Unearthly Visions: Approaches to Science Fiction and Fantasy Art, Westport : Greenwood Press, 2002.

SFRA 2014 : Feminism, Fans, and the Future

SFRA 2014: Feminism, Fans, and the Future: Traveling the Shifting Worlds of Writers, Readers, Gender, and Race in Science Fiction
Organisateurs : Michael Levy, Rebecca J. Holden, Victor Raymond
22-25 mai 2014, Inn on the Park, Madison (Wisconsin)
Chercheur invité de la SFRA: Sherryl Vint
Invités spéciaux de la SFRA: Eleanor Arnason et Nisi Shawl
Invités d’honneur de la WisCon: Hiromi Goto et N. K. Jemisin
Inscription à SFRA 2014 : 50$
Inscription au repas de la SFRA : 40$

Le colloque annuel de la SFRA de 2014 se déplace à Madison (Wisconsin) pour se joindre à la WisCon, « la principale convention de science-fiction féministe dans le monde », au week-end du Memorial Day en 2014. La SFRA 2014 prendra pour sujet l’histoire et la pratique de la science-fiction féministe de même que la science-fiction qui subvertit la différence des sexes. L’alliance des deux conventions fournira l’occasion d’examiner les communautés de fans et leurs productions, et les études académiques de ces communautés.

Inscription
L’inscription se fait sur le site de la WisCon. Choisissez « Adult Memb (for SFRA Members) ». Il est nécessaire de créer un compte sur le site de la WisCon pour s’inscrire.

SFRA et Wiscon

  • Le programme de la SFRA va du jeudi 22 mai au samedi 24 mai, chevauchant le programme de la WisCon, du 23 au 26 mai.
  • Les participants au colloque de la SFRA sont invités à assister à l’ensemble de la WisCon et réciproquement.

Programmation de la SFRA
Nous acceptons toute proposition de communication individuelle (15 minutes), de session (3 communications), de table ronde (75 minutes) ou de toute autre intervention qui explore la science-fiction et son histoire dans tous les médias. Les propositions consacrées à la science-fiction féministe aux « fan studies » et à l’œuvre de l’un des invités recevront une attention spéciale.

Les délais de remise des propositions est le 1er février 2014 à minuit. Veuillez soumettre vos propositions au moyen du formulaire de proposition (submission form). Il vous est demandé un résumé de 300 mots pour la proposition et un résumé de 100 mots pour la publication du programme. Précisez tout besoin en matériel audio-visuel dans votre proposition.

Nous rappelons que tous les communicants de la SFRA 2014 doivent être membres de la SFRA au moment du colloque. Allez sur le site sfra.org pour y adhérer.

Programmation de la Wiscon
Les participants à la SFRA sont aussi invités à participer et à suggérer des idées au programme de la WisCon. Fondée en 1977 entre autres par Janice Bogstad, membre de la SFRA, la WisCon se présente comme la première convention de science-fiction féministe du monde. Depuis 1996, elle possède son propre versant académique avec des membres de la SFRA comme J. Bogstad, Michael Levy, Rebecca Holden, Margaret McBride, ou Lisa Yaszek. Elle abrite également, certaines années, le Prix James Tiptree Jr. de la scien ce-fiction qui traite des questions de genre. Les auteurs invités de la SFRA pour cette année, Eleanor Arnason et Nisi Shawl, ont toutes deux reçu le prix Tiptree.

La science-fiction dans les mondes ibériques : méditations, expérimentations, changement social

 

 

Angélica Gorodischer, Kalpa imperial, illustration de Corominas, Barcelone, Gilgamesh, 2000.
Angélica Gorodischer, Kalpa imperial, illustration de Corominas, Barcelone, Gilgamesh, 2000.

Appel à contributions “Journée d’études science-fiction dans les mondes ibériques” – 17 janvier 2014

Dans le cadre des activités de l’IRIEC-Toulouse, un appel à contribution pour la journée d’études « La science-fiction dans les mondes ibériques : méditations, expérimentations, changement social » est lancé. Lors de cette journée, nous proposons d’examiner les processus anamorphotiques (Bozzetto, Soriano) à l’œuvre dans les productions SF de la péninsule ibérique et du continent américain. Comment le statut marginal de la SF dans le champ culturel lui permet-elle de développer des fictions faisant émerger des cultures et des perspectives minoritaires ?

Vous pouvez télécharger le texte complet ici: Appel a contribution – journée SF IRIEC – 17 janvier 2014.

La visée spéculative des œuvres SF peut-t-elle être rapprochée, paradoxalement, de la démarche propre au roman expérimental (Jameson) ? Quelles sont les constructions littéraires complexes que permet de dégager une analyse narratologique approfondie de la SF ? Y a-t-il des mécanismes textuels propres à cette forme générique (Suvin, Saint-Gelais, Langlet) ? Quelle est la position des écrivain.e.s par rapport au canon littéraire ? Souhaitent-ils/elles le remettre en question pour le renouveler ?

Enfin, quels rapports peut-on observer entre genre littéraire et genre social ? Le potentiel utopique féministe de la SF a admirablement été exploité en Amérique du Nord par des écrivaines comme Ursula Le Guin, Élizabeth Vonarburg ou Johanna Russ et a également été mis en valeur par de nombreux travaux critiques et théoriques comme ceux de Marleen Barr ou de Donna Haraway. Peut-on observer un tel phénomène dans les mondes ibériques où, bien que moins nombreuses, des écrivaines comme Angélica Gorodischer (Argentine), Daína Chaviano (Cuba) ou Elia Barceló (Espagne) ont marqué de leur empreinte la science-fiction latino-américaine.

La journée d’étude portera principalement sur des œuvres littéraires mais les propositions concernant d’autres types de production (cinéma, comics, arts plastiques…) sont également bienvenues.

Fiction et virtualité(s)

Fiction et virtualité(s) : appel à textes pour le n°9 de la Revue critique de fixxion française contemporaine

Fictif, virtuel : les rapports entre ces deux termes, souvent confondus dans leur usage courant comme autant de nuances de l’irréel, occupent une place privilégiée dans les réflexions sur les évolutions culturelles récentes, au croisement de l’intérêt critique et des bouleversements technologiques. Les fictions, et la théorie littéraire après elles, se plaisent à questionner leur propre capacité à explorer les possibles et à donner à voir le travail de l’imaginaire, comme en une émulation, saine ou vaine, avec les nouveaux médias, dont les performances, qu’on dit aujourd’hui “numériques” (digital) plutôt que virtuelles, déploient les promesses d’un nouveau rapport au(x) monde(s) susceptibles de faire vaciller les frontières de l’actuel.

C’est cette paradoxale “actualité” des possibles, des virtualités multiples de la fiction, que ce numéro souhaite interroger dans une perspective résolument théorique. Tout en faisant valoir les avantages d’une distinction entre virtuel et fictionnel, notions liées respectivement à la possibilité et aux constructions de l’imaginaire, il ne s’agit pas de leur faire correspondre deux domaines étanches, mais au contraire de s’interroger sur leur articulation, ce qui peut être envisagé selon diverses combinaisons :

• le virtuel dans la fiction : toute fiction pose une réalité, celle des personnages, mais peut inclure diverses formes de virtualité : les personnages rêvent, fantasment, lisent des romans ; les narrateurs évoquent des événements qui auraient pu avoir lieu. Si ces cas de fictions qui enchâssent d’autres fictions ont traditionnellement été traités sous l’angle de l’autoréférence (en tant, par exemple, que mises en abyme) ou de la stratégie rhétorique (avec l’ “effet-repoussoir” de Vincent Jouve ou le “disnarrated” de Gerald Prince), on souhaiterait cette fois les voir approcher en tant qu’incrustations de la virtualité dans un contexte lui-même imaginaire, et examiner les conséquences de ce redoublement apparent : comment penser l’imaginaire dans l’imaginaire ? Le corpus pourrait inclure des œuvres aussi variées que celles de Tanguy Viel (La Disparition de Jim Sullivan), Fabrice Colin (Dreamericana), Jean Molla (L’Attrape-mondes) ou encore Jean-Pierre Ohl (Monsieur Dick ou Le dixième livre), parmi d’autres.

• les virtualités de la fiction : une proposition bien connue en théorie de la fiction affirme l’incomplétude de cette dernière ; selon celle-ci, on ne saurait ajouter à un texte de fiction des énoncés se rapportant à des états de choses passés sous silence par ce texte. Bon nombre d’écrivains, de critiques et de lecteurs, pourtant, n’hésitent pas à déroger à ce principe, soit en donnant à un récit divers prolongements, conformes ou non à l’original (voir la propension de certains genres et médias à étendre toujours plus loin le territoire couvert par une fiction, ou la pratique des fan fictions), soit en identifiant des “textes possibles” dont un texte réel porterait diverses traces (Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ? ; Michel Lafon, Une vie de Pierre Ménard). Dans ses Études de silhouettes Pierre Senges reprend des ébauches de récits laissés abandonnés par Kafka et les complète, quand Serge Provencher imagine Les mémoires de Nestor, le majordome de Moulinsart.
La réflexion à laquelle on convie ici ne se limiterait pas aux réalisations de ces expansions et de ces possibles, mais viserait à élucider l’idée même de virtualité de la fiction ou du texte. Dans cette perspective, on pourra revenir sur les expériences d’écriture collaborative, depuis le Marco Polo de Jean-Marie Adiaffi et al. (1985) aux trois “saisons” du cadavre exquis “L’Exquise nouvelle”, sur le modèle du statut Facebook, en passant par La Disparition du Général Proust, “hyperfiction” sur blogues de Jean-Pierre Balpe (et son co-auteur imaginaire Marc Hodges) – ou sur l’échec des sites “Wikiroman” et “Romancollectif”. On pourra également considérer, par exemple, les tentatives romanesques de prendre en charge le devenir-traduit de l’œuvre (Brice Mathieussent, Vengeance du traducteur) ou encore son prolongement muséal imaginaire (Daniel Canty, Wigrum ; Edouard Levé, Œuvres).

• la fiction comme virtuel : la fiction peut renvoyer ou faire allusion au réel, mais peut aussi en explorer les possibles, notamment ceux de l’Histoire: uchronies, univers parallèles, variations sur le steampunk (Les trois Rimbaud de Dominique Noguez, Rêve de gloire de Roland Wagner, Sauvage de Jacques Jouet, Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit…). La fiction peut aussi donner corps à des artefacts imaginaires — qu’on songe au Ward de Frederic Werst, aux guides de voyages pour pays imaginaires (KadathAbyme) —, ou tenter d’imposer son monde alternatif – le post-exotisme d’Antoine Volodine.

• les fictions du “virtuel” : longtemps associée à une base tangible (livre, scène, film…), la fiction se décline aussi selon divers supports qui lui confèrent une indéniable virtualité, indépendamment de sa teneur. Cette dimension technologique dorénavant omniprésente a produit ses propres rêves, comme celui de la réalité virtuelle, et continue de modifier la donne fictionnelle du côté des nouveaux médias. L’imaginaire développé autour des possibles ouverts par Internet mérite donc d’être analysé, ainsi que son corollaire, ce que le numérique fait à la fiction : quels rapports à la fiction sont-ils postulés par la multiplication des “mondes virtuels” et des avatars d’existence ? Comment colorent-ils nos conceptions contemporaines des rôles et pouvoirs de l’imaginaire ? Comment la fiction littéraire, par exemple celle de Jean-Marc Ligny (Inner City), Michel Rio (La Terre Gaste), Vincent Message (Les Veilleurs), anticipe ou ressaisit-elle cet imaginaire du virtuel ?

Bibliographie

Renée Bourassa, Les fictions hypermédiatiques : Mondes fictionnels et espaces ludiques.  Des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, 2010, <Erres Essais>.

Dorothee Birke, Michael Butter et Tilmann Köppe (dir.), Counterfactual Thinking – Counterfactual Writing, Berlin, De Gruyter, 2011, <Linguae & Litterae>.

Jacques Dubois, “Pour une critique-fiction”, dans Jean-Pierre Martin et aliiL’Invention critique, Nantes, Cécile Defaut, 2004, p. 111-135.

Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, <C.R.I.N.>.

Bernard Guelton (dir.), Les arts visuels, le web et la fiction, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, <Arts et monde contemporain>.

Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven Literarischer Anthropologie, Francfort, Suhrkamp, 1991.

Françoise Lavocat (dir.), La théorie littéraire des mondes possibles, Paris, C.N.R.S., 2010.

Janet Murray, Hamlet on the Holodeck. The Future of Narrative in Hyperspace, Cambridge, MIT Press, 1997.

Gerald Prince, “The Disnarrated”, Style, vol. 22, no 1, 1988, p. 1-8.

Marie-Laure Ryan, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Richard Saint-Gelais, “Artefacts science-fictionnels”, dans L’empire du pseudo, Moderni­tés de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999, <Littérature(s)>.

—, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011, <Poétique>.

 

Les propositions de contribution, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 15 janvier 2014 à Anne Besson et à Richard Saint-Gelais.

Les articles définitifs seront à soumettre avant le 1er juin 2014 sur le site (Soumissions) ou à l’adresse fixxion21@gmail pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.

La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.