Archives de catégorie : Divers

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

 ReSF n°6 : Pierre Boulle

Responsables du dossier : Arnaud Huftier et Irène Langlet

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. On avance souvent que ses récits de science-fiction doivent être interprétés à l’aune de sa production « blanche » ; on propose ici de s’autoriser la proposition inverse Continuer la lecture de Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Il faut saluer la réédition par la maison Nilsane des nouvelles de Carl Grunert, auteur d’anticipation allemand de la fin du XIXème siècle,  admirateur du père de la littérature allemande de science-fiction, Kurd Laßwitz. Né en allemagne à Naumburg an der Saale en 1865 et décédé à Eckner en 1918, Grunert est essentiellement connu pour ses nouvelles d’anticipation (dont le recueil Der Marsspion und andere Novellen [L’espion de Mars et autres nouvelles], 1908) même s’il a publié des pièces de théâtre (Judas Ischariot, 1888) de la poésie (Liebe und Leben [Amour et vies], 1910), sous le pseudonyme de Carl Friedland. Il a publié trente-deux « nouvelles du futur » [Zukunftsnovellen] entre 1903 et 1914, partiellement reprises dans le volume des éditions Nilsane. Il appartient à une génération d’écrivains d’anticipation allemands, Albert Daiber, Oskar Hoffman et Robert Heymann, précurseurs d’une science-fiction allemande reconnue notamment à partir des années 1920 grâce au travail de Théa von Harbou, épouse de Fritz Lang, scénariste de Metropolis (1926) ou encore de Die Frau im Mond [La femme dans la Lune](1929) qui  seront traduits et adaptés en romans dans de nombreuses versions.

Pour en savoir plus sur la littérature utopique, l’anticipation et la science-fiction allemande: Daniel Walther, préface au Livre d’Or de la science-fiction : Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Presses pocket, Paris, 1980 (http://www.noosfere.org/icarus/articles/article.asp?numarticle=202)

livre-or-science-fiction-allemande

Les éditions Nilsane, qui se qualifient elles-mêmes fort joliment de « passeur de futurs antérieurs », cherchent, en cette période de redécouverte de la première science-fiction française, à porter leur attention sur sa consoeur d’outre-Rhin. Après la réédition – en nombre limité, semble-t-il – d’Utopolis, roman profondément politique de 1930 dû à Werner Illing, et en attendant celle de Lesabéndio. Un roman d’astéroïde (1913) de Paul Scheerbart prévu pour 2015, elles ont choisi de proposer une édition en un volume unique de trois recueils de nouvelles, écrites par Carl Grunert (1865-1918) entre 1905 et 1908.

148755auroyaumedenullepart

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908, éditions Nilsane, collection « Arche de Noé », 2012, 364 pages 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de « l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction », un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen « Formation des adultes: champ de recherches », à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : « l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé », comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Continuer la lecture de La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c’est à juste titre que son étude s’est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s’est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c’est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d’É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L’étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d’être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L’étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l’art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l’ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d’art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co… mics» à la Maison d’ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l’art, et son étude mérite d’être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d’enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d’éclairer ses modes d’expression visuelle. Les propositions d’articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Un auteur de space opera, par Philippe Curval

Un auteur de space opera2
Illustration de Philippe Curval (mai 2014).

Pour son quatrième numéro à paraître courant juin 2014, la revue ReS Futurae  aura pour illustration une image inédite réalisée par Philippe Curval, « Un auteur de space opera » (créée en mai 2014). Vision lyrique ou critique ironique ? L’écrivain effondré sur son ordinateur reçoit-il une révélation, symbolisée par le rayonnement issu de ce trou noir, ou au contraire assistons-nous à l’aspiration finale des derniers feux jetés par l’esprit d’un auteur épuisé ? Comme souvent dans les illustrations de Curval, l’ambiguïté du support visuel est exploitée au maximum, suggérant un moment de suspens temporel, à la symbolique équivoque.

En parallèle, ou plutôt en complément essentiel de son écriture, Philippe Curval cultive depuis longtemps un intérêt actif pour la création visuelle. Entre 1956 et 1958, il a réalisé plusieurs illustrations de couverture pour la revue Fiction, des collages révélant son goût de l’insolite et du bizarre. Amateur d’art contemporain, on lui doit également des catalogues d’exposition, sur Yann Kersalé ou Télémaque. La photographie lui a souvent servi d’inspiration : « parfois, comme je l’ai fait pour certains livres, l’idée d’une enquête sur un sujet particulier (…) me pousse à le traduire en images. Alors je fais plusieurs centaines de photos et j’écris d’après ces photos » (entretien dans SFphère n°10, décembre 1983, p.  9). Attention les yeux (1972) fait un usage plus direct encore de la photographie, car ses clichés, attribués à son personnage principal, sont à la fois des manifestations de ce que ce dernier voit et capture dans la fiction, et le point de départ d’une fictionnalisation de sa propre existence.

Quatre de ses ouvrages ont été illustrés de sa main : Lothar Blues, L’Homme qui s’arrêta, Juste à temps et Histoires de lire, son « auto-bibliographie », où sont reproduites les nombreuses illustrations qu’il a imaginées rétrospectivement pour ses propres textes, nouvelles ou romans.

 

 

 

RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544
Extrait de L’Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Appel à textes pour le numéro 5 de ReS Futurae

Direction du dossier : Mehdi Achouche et Samuel Minne.

Échéances

– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com
– réponse de ReSF le 30 juillet au plus tard.
– remise des articles le 15 octobre 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

 La culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde

Traditionnellement opposées, la culture populaire et l’avant-garde ont cependant une riche histoire d’interactions, de reprises et d’inspiration réciproque. C’est particulièrement vrai dans le cas de la science-fiction : attachée à la culture populaire, elle a aussi sa propre avant-garde, tout en nourrissant l’avant-garde artistique, tant dans l’art contemporain que cinématographique.

Loin de ne s’exprimer que sous forme littéraire, la science-fiction le fait aussi sous forme visuelle, apparaissant aussi bien dans l’art contemporain que dans le street art, la bande dessinée, le cinéma et de nombreux courts-métrages, les jeux-vidéos, la publicité, l’illustration, le Web Art, la peinture ou la série télévisée. Elle peut même prendre corps dans le design ou l’architecture, irriguant de son imaginaire tous les pans du réel et représentant pour beaucoup leur appréhension principale, voire unique, de la science-fiction. Or cette science-fiction spécifiquement visuelle n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tendant à être perçue comme tributaire de la science-fiction littéraire et comme étant purement illustrative et contingente et donc dénuée d’intérêt analytique propre. Souvent associée à la culture populaire, les liens qui l’unissent aux œuvres et courants d’avant-garde ont en particulier été très peu étudiés jusqu’à ce jour.

La présence de la science-fiction dans la culture visuelle s’affirme historiquement plus particulièrement au sein de la culture dite populaire, qu’il s’agisse des couvertures des pulp magazines, des comics et des petits formats de bandes dessinées, des « séries Z » ou du « cinéma bis », héritant pour une part de l’inspiration du roman populaire, et pour une autre part des traditions visuelles de leurs supports spécifiques. Cette science-fiction visuelle dite populaire n’est pas exempte de dissonances l’éloignant d’une science-fiction mainstream plus sage ou plus sérieuse. Le sense of wonder s’accompagne ainsi volontiers de sadisme ou d’érotisme, où l’horreur et le sublime coexistent de manière brutale et sans ménagement sans tout à fait pouvoir être assimilés aux genres du fantastique ou de l’horreur, même si les convergences existent. Plus que dans ces derniers genres, ces représentations apparaissent souvent comme exprimant sans filtre les peurs, les fantasmes et les problématiques d’une société ou d’une époque, au-delà même de l’impact du progrès et de la technologie, auquel la science-fiction ne se réduit pas ou plus. Leur forme et leur esthétique, cependant, n’est pas exempte d’une polysémie qui reste à explorer, et qui dément précisément la réification thématique qui leur est couramment réservée.

Par ailleurs, la science-fiction sous sa forme visuelle ne se cantonne pas à la culture populaire mais apparaît aussi dans des œuvres et des courants se revendiquant peu ou prou de l’avant-garde. À ce titre, la science-fiction visuelle, dont ont été partiellement soulignés les liens historiques et iconographiques avec le surréalisme, devient un lieu d’expérimentation formelle, recourant à l’abstraction, à des procédés esthétiques plus audacieux, renouvelant des procédés narratifs et proposant une alternative à un imaginaire visuel souvent dominé par le cinéma commercial et ses codes. Cette science-fiction d’avant-garde joue souvent des références avec la culture populaire, ouvrant parfois un véritable dialogue avec celle-ci, jusqu’à parfois s’y confondre. Dans le même temps, l’avant-garde s’inspire depuis au moins le pop art de l’imaginaire et des stéréotypes de la science-fiction pour nourrir sa réflexion, renouveler son esthétique ou décrire le monde contemporain, tandis que ces mêmes artistes d’avant-garde vont par la suite œuvrer eux-mêmes en science-fiction (Eduardo Paolozzi et Richard Hamilton illustrant New Worlds dans les années soixante, par exemple), chacune se nourrissant ainsi de l’autre.

Ainsi, entre stéréotypes et innovation, originalité et reprise, la culture visuelle de la science-fiction, ou la science-fictionnalité de la culture visuelle, suscite de nombreux axes d’études dans son rapport à l’avant-garde : parodie et détournement, pastiche au second degré, intericonicité, transmédialité…

Nous proposons d’étudier pour ce cinquième numéro de ReS Futurae la culture visuelle de la science-fiction dans ses relations multiples à l’avant-garde. D’abord dans la façon dont la science-fiction dite populaire et commerciale témoigne de l’influence de l’avant-garde, manifestant des convergences esthétiques ou thématiques ou des inspirations communes avec celle-ci. Ensuite comme science-fiction d’avant-garde ou avant-garde de science-fiction, en étudiant la manière dont l’avant-garde s’inspire de la science-fiction ou rejoint celle-ci, la façon dont cette dernière devient pour l’avant-garde le moyen de repousser les limites du réalisme, de dépasser ou de subvertir l’esthétique de l’époque, de provoquer le public ou encore de brouiller les frontières culturelles et sociétales. Enfin, l’attention peut se porter sur un mélange plus complexe des deux pôles, leur combinaison ou les tensions pouvant apparaître dans des œuvres spécifiques, populaires ou avant-gardistes.

Il s’agit entre autres d’examiner la science-fiction visuelle aussi bien dans ces contextes historiques, nationaux, culturels, technologiques et artistiques spécifiques que les rapports que ceux-ci peuvent entretenir, par exemple :
– les rapports entre science-fiction et sensationnalisme ou cinéma d’exploitation (nudités, couleurs vives, cruauté, kitsch, satire…),
– le rôle, les spécificités et les ambitions grandissantes des courts-métrages, plus ou moins expérimentaux, de science-fiction,
– l’influence d’artistes d’avant-garde (peintres, sculpteurs, designers, affichistes, etc.) sur le cinéma commercial et ses représentations,
– les enjeux et l’apport spécifiques du numérique à une science-fiction visuelle plus exigeante et tendant vers plus d’abstraction (renouvellement des effets spéciaux, de l’esthétique),
– l’apport de la science-fiction à l’art contemporain (land art, hyperréalisme, art cinétique, installations, performances, édifices, art éphémère…),
– la culture underground (hippie et psychédélique, rock, punk, DIY…),
– la tension existant entre la marchandisation et les velléités artistiques de la science-fiction visuelle,
– les spécificités de la science-fiction visuelle européenne et/ou les convergences et divergences entre SF visuelle et avant-gardes américaines et européennes (ou issues d’autres continents),
– l’évolution de la place et du rôle des œuvres illustratives et plus généralement du paratexte iconique (couvertures, affiches, etc.)

 Ouvrages et études suggérés

Ash Brian (dir.), The Visual Encyclopedia of Science Fiction, Londres : Pan Books/New York : Harmony Books, 1977.
Booker M. Keith, Alternate Americas: Science Fiction Film and American Culture, Westport : Praeger, 2006.
Bosson Yves et Abdelouahab Farid, Dictionnaire visuel des mondes extraterrestres, Paris : Flammarion, 2010.
Britain David, Eduardo Paolozzi at New Worlds. Science Fiction and Art in the Sixties, Londres : Savoy Books, 2013
Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda, Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997.
Chion Michel, Les Films de science-fiction, Paris : Les Éditions de l’étoile, 2008.
Dufour Éric, Le Cinéma de science-fiction, Paris : Armand Colin, 2011.
Holland Steve et Summersby Alex, Sci-Fi Art: A Graphic History, New York : Harper Design, 2009.
Johnston-Smith Jan, American Science Fiction TV: Star Trek, Stargate, and Beyond, Middletown : Wesleyan University Press, 2012.
Kripal Jeffrey J., Mutants & Mystics: Science Fiction, Superhero Comics, and the Paranormal, Chicago : Chicago University Press, 2011.
Poussin Gilles et Marmonnier Christian, Métal Hurlant, la machine à rêver, 1975-1987, Paris : Denoël, 2005, collection « Graphic ».
Simon Richard Keller, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
Strauven Wanda (dir.), The Cinema of Attractions Reloaded, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2006.
Westfahl Gary, Slusser George, Plummer Kathleen Church, Unearthly Visions: Approaches to Science Fiction and Fantasy Art, Westport : Greenwood Press, 2002.

Sitographie

Wordle sito 4

Une bibliographie de sites internet autour de la recherche sur la science-fiction est accessible dans le carnet.
L’idée provient de la sitographie du carnet Sciences Dessinées.
Cette page ne prétend pas à l’exhaustivité, mais elle a pour vocation d’évoluer et de s’enrichir, et sera régulièrement mise à jour. Vous pouvez contribuer à la compléter en proposant vos suggestions de sites (avec leurs liens), dans la durée d’un mois, en commentaires de ce billet, ou de façon permanente en commentaires de la page.

Les sites pouvant y figurer doivent répondre à des critères stricts. De manière générale, ils ne doivent pas contenir de liens publicitaires ou un contenu commercial (seule exception : ce qui concerne les ouvrages des auteurs et les créations des artistes sur leurs pages).

  • Les dictionnaires, encyclopédies et lexiques ou glossaires doivent représenter un travail complet, objectif, vérifiable et de préférence non amateur.
  • Il en est de même pour les sites bibliographiques, dont la volonté d’exhaustivité et la fiabilité sont impératives.
  • La page ne présente pas de revues grand public sur la science-fiction, mais uniquement des revues d’études et de recherches.
  • Les ressources pédagogiques peuvent provenir aussi bien de sites officiels que de sites indépendants, mais doivent toujours montrer une présentation sérieuse et adaptée.
  • Les sites d’auteurs reconnus ou d’artistes professionnels doivent être complets (présentation, bibliographie, actualités) et avoir fait la preuve de leur longévité, pour éviter à court ou moyen terme les liens morts ou redirigeant vers des sites différents.
  • Les blogs d’auteurs doivent proposer un contenu orienté vers la science-fiction (réflexions, avis argumentés), en plus du contenu personnel propre aux blogs. Ils doivent être régulièrement alimentés et témoigner d’une activité récente.

Cette page se veut une aide pour les chercheurs, afin de trouver rapidement des sources et des instruments fiables et sérieux sur internet. N’hésitez pas à nous signaler tout oubli ou erreur.

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)
mardi 11 mars 2014, 14h00-20h00
BnF François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

La BnF a reçu un don de 2 000 volumes venant du médiéviste Pierre Couperie, qui fut le premier à faire un séminaire sur la BD à l’EHESS. Ce don, réceptionné en 2012, concerne essentiellement des livres de science-fiction, pratiquement tous en anglais, des années 1950-1980, presque tous étant absents de ses fonds.

À cette occasion, la BnF propose un colloque sur Pierre Couperie, la science-fiction et la bande-dessinée. Historien et théoricien de la bande dessinée, amateur passionné de science-fiction, Pierre Couperie a été l’un des premiers à donner au neuvième art ses lettres de noblesse. Une après-midi d’étude lui est consacrée à l’occasion du don de ses livres de science-fiction à la BnF.

14h : Pierre Couperie, historien
Par Danièle Alexandre-Bidon et Nicolas Vessey, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Le don Couperie et la cote Z Couperie à la Bibliothèque nationale de France
Par Roger Musnik, BnF

14h30 : Le don Couperie et le fonds science-fiction de la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI)
Par Catherine Ferreyrolle et Jean-Pierre Mercier, CIBDI

15h : La légitimation des « arts mineurs » : un sport national français ? Les exemples de la bd et de la sf
Par Pascal Ory, historien

15h45 : Extraits d’une interview de Pierre Couperie du 23 avril 1997

16h : Pierre Couperie, l’homme, le collectionneur
Dialogue entre Dominique Petitfaux, historien de la bande dessinée et Nicole Lambert, auteur, animé par Eric Walbecq, BnF

16h30 : Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie
Par Thierry Groensteen, CIBDI

17h : Dessins de Pierre Couperie
Par Jean-Pierre Dionnet, historien de la bande dessinée

17h30 : Les extraterrestres : imaginaire ou illusion ?
Par Michel Viso, exobiologiste au Centre national d’études spatiales (CNES)

18h30 : Projections
Découvrons comment le cinéma a traité le voyage vers la lune à travers un florilège d’extraits de films et de dessins animés :

La Lune à un mètre / Georges Méliès – 1898 © Lobster films
Excursion sur la lune / Segundo de Chomon – 1908 © Lobster films
Destination Moon / Irving Pichel – 1950 © Universal
De la Terre à la lune / Byron Haskins – 1958 © Artus films
La Femme sur la lune / Fritz Lang – 1929 © Transit Films
Fly me to the Moon / Ben Stassen – 2008 © 2008 Fly me to the moon SPRL
Silent Running / Douglas Trumbull – 1972 © Universal
Cat-women of the Moon / Arthur Hilton – 1953 © Bach films
Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion / Ken Finkleman – 1982 © Paramount
Conquistador de la luna / Rogelio A. Gonzalez – 1960 D.R
Mouse on the Moon / Richard Lester – 1962 © MGM
Flash Gordon (épisode 2 : Le Tunnel de la terreur) / Frederic Stephani – 1936 © Bach films

Science-fiction et mondialisation

Affiche du film de Bong joon-ho, Wild Side films; 2013.
Affiche du film de Bong Joon-ho, d’après la bande dessinée de Lob, Rochette et B. Legrand, Wild Side Films, 2013.

Alors qu’est récemment sorti un film tel que Snowpiercer, le Transperceneige, la question de la science-fiction à l’ère de la mondialisation est plus que jamais d’actualité. Pour rappel, ce film américano-franco-sud-coréen est réalisé par un Sud-Coréen d’après une bande dessinée française, et tourné à Prague avec des acteurs américains, britanniques et sud-coréens.

Dans son prochain numéro, à paraître sous peu, ReS Futurae publiera la traduction d’un article d’Istvan Csicsery-Ronay, Jr. paru en novembre 2012 dans le n° 118 de Science Fiction Studies, et consacré à la question de la mondialisation de la science-fiction. Csicsery-Ronay y mentionne justement le réalisateur de Snowpiercer, le Transperceneige, Bong Joon-ho, à côté du Sud-Africain Neil Blomkamp (réalisateur de District 9 et Elysium) ou de l’Uruguayen Fede Álvarez. Mais son article cherche avant tout à repenser la manière dont s’articulent les expressions de la science-fiction à travers le monde, à partir du modèle hégémonique anglo-saxon.

L’idée même de mondialisation renvoie des échos contradictoires, et ce n’est pas sans raison que des groupes comme ATTAC proposent une « altermondialisation » en opposition à une mondialisation qui ne serait que l’instrument d’un capitalisme néo-libéral débridé. Sans négliger ce contexte économique, une culture mondialisée tend de fait à une certaine uniformité. Mais elle montre aussi une tendance à l’hybridité générique, le fantastique ou le merveilleux se mêlant à la science-fiction dans de nombreuses productions, ce qui est assez vrai aussi bien chez certains auteurs du monde entier que dans des séries télévisées anglo-saxonnes comme Lost.

D’autre part, la science-fiction accompagne souvent le développement technologique, aussi bien en tant que forme de fiction la mieux à même de familiariser les populations avec les changements liés à la technologie, que comme source d’inspiration et de créativité pour les nouveaux travailleurs.

Ko Ah-sung et Chris Evans dans Snowpiercer, le Transperceneige.
Ko Ah-sung et Chris Evans dans Snowpiercer, le Transperceneige.

Csicsery-Ronay constate surtout que l’hégémonie de la culture anglo-saxonne continue de prédominer. D’une part, la place privilégiée de la langue anglaise avantage les auteurs qui écrivent dans cette langue, à moins d’une politique de traduction équilibrée entre les différentes langues. Si cette politique a connu de beaux jours dans les années 1980, elle semble en nette récession désormais, et l’auteur appelle de ses vœux des initiatives éditoriales originales et volontaristes afin de mieux diffuser la science-fiction non-anglophone.

D’autre part, les moyens des sociétés de production et de distribution du cinéma américain sont sans commune mesure avec ceux des autres pays, ce qui explique en grande partie l’expansion d’un type de science-fiction cinématographique qui a en retour contribué à faire naître un cinéma de science-fiction national, fortement influencé par le modèle américain mais sachant intégrer aussi des éléments locaux. Les coproductions internationales qui sortent sur les écrans ces dernières années sont un exemple intéressant de science-fiction mondialisée, qui combine des éléments issus de différents cultures en un tout plus ou moins original ou américanisé.

Istvan Csicsery-Ronay, Jr. enseigne à l’université DePauw, il est co-rédacteur en chef de la revue Science Fiction Studies. Il a publié entre autres The Seven Beauties of Science Fiction (Wesleyan University Press, 2008).

L’histoire de la science-fiction française vue par Gilles Francescano

Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.
Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.

Pour son troisième numéro à paraître courant décembre 2013, la revue ReS Futurae reprend l’illustration réalisée par Gilles Francescano en 1996 pour la réédition du Panorama de la science-fiction  de Jacques Van Herp. Nous rendons ainsi un hommage indirect aux érudits qui, comme Van Herp, Goimard, Sadoul ou Versins, se sont efforcés de repérer et d’interpréter l’évolution historique de la littérature de science-fiction.

Gilles Francescano est l’un des illustrateurs qui ont le plus accompagné les œuvres de la science-fiction française depuis les années 1990. À partir de 1989, il réalise pour la collection Anticipation du Fleuve noir les couvertures de plusieurs titres-phares d’auteurs français appelés à une carrière notable : La Bohême et l’Ivraie et Demain, une oasis d’Ayerdhal, Étoiles mortes de Jean-Claude Dunyach, des romans de Claude Ecken, Francis Valéry et d’autres auteurs francophones comme Alain Le Bussy ou Jean-Louis Trudel. Il suit Ayerdhal chez J’ai lu, par exemple pour L’Histrion, Balade choreïale et Étoiles mourantes coécrit avec Jean-Claude Dunyach. Chez Nestiveqnen, il illustre La Sinsé gravite au 21 de Roland C. Wagner, dont il réalisera plus tard la couverture de Rêves de gloire. Il illustre également la couverture du premier numéro de la revue Galaxies en 1996. Pour Dunyach, il illustre aussi les recueils de nouvelles à L’Atalante. Chez ActuSF, il met en images les textes de Sylvie Lainé.

Pour les éditions belges Claude Lefrancq, il s’occupe des couvertures de recueils de Jean Ray et Thomas Owen, et c’est pour la réédition chez cet éditeur du Panorama de la science-fiction de Jacques Van Herp qu’il réalise cette illustration typique de son style.

Celui-ci se caractérise par l’emploi de l’aérographe, un travail sur le contraste entre couleurs chaudes et tons ternes, et une lumière crépusculaire. L’image de couverture pour cet ouvrage montre une ville dystopique, dans un avenir saturé de pollution où la lumière orangée du soleil reste diffuse dans une atmosphère irrespirable. Aucun espace vert n’est visible, et la cité tentaculaire a pris d’assaut l’horizon. Malgré tout, une trouée dans le ciel, qui s’est déchiré comme du papier, laisse scintiller quelques étoiles sur fond d’espace, comme une promesse d’évasion de cette planète ravagée pour un ailleurs plus hospitalier.

Ainsi, l’image que Gilles Francescano nous a confiée nous semble réunir de nombreux éléments caractéristiques de la science-fiction française contemporaine, sur laquelle notre numéro propose des pistes d’analyse historiques et critiques. Elle fait écho aux préoccupations politiques et écologiques des années 1970, aux représentations d’univers oppressifs et violents des années 1980, mais aussi au retour aux grands horizons de l’espace et du temps des années 1990. Une fois franchi ce paysage déchiré, apparaîtront notamment des réflexions sur l’histoire, à travers l’utopie et l’uchronie, pendant les années 2000.

Mort de Frederik Pohl

Frederik Pohl et Cyril Kornbluth, Planète à gogos et Les gogos contre-attaquent, réédition, Gallimard, folio SF, 2008. Couverture de Martin Verdier.

L’auteur de science-fiction Frederik Pohl, né en 1919, est mort le 2 septembre 2013.

Il est connu pour avoir eu une double carrière dans la science-fiction. D’abord rédacteur de revues « pulps » dès 1940, il a été l’époux de la femme de lettres et critique Judith Merril. Il a écrit plusieurs romans en collaboration  avec Jack Williamson, et d’autres avec  Cyril Kornbluth, dont Planète à gogos (The Space Merchants, 1953) qui est devenu un classique. Membre du parti communiste dès 1936, il s’était ensuite rapproché des démocrates. Il faisait partie des Futurians, groupe d’auteurs de science-fiction vivant à New York, d’opinions progressistes, qui comprenait Isaac Asimov, James Blish, Virginia Kidd, Damon Knight ou encore Donald Wollheim.

Frederik Pohl, La Grande porte, J’ai lu. Couverture de Caza.

Dans les années 1960, pris par son activité de rédacteur en chef de Galaxy et d’If, il publie surtout des nouvelles. Il retrouve le succès plus tard avec des romans neufs, comme Homme Plus (Man Plus, 1976) et surtout La Grande Porte (Gateway, 1977), qui reçoivent tous deux le prix Nebula. Avec ce dernier titre, qui décroche également les prix Hugo et Locus, il amorce le cycle de la civilisation des Heechees. Sa carrière connaît alors à nouveau une grande fécondité avec la parution de nombreux romans comme L’Avènement des chats quantiques. Parmi ses dernières publications, citons la trilogie d’Eschaton (1996-1999) et The Last Theorem écrit avec Arthur C. Clarke (2008).

Auteur de dystopies puis d’un cycle ambitieux, figure de « l’âge d’or » aussi bien que de la science-fiction des années 1970, Frederik Pohl a reçu les hommages de plusieurs auteurs de science-fiction qui déclarent lui devoir beaucoup,

Science Fiction Studies n° 119 : Chinese Science Fiction

Dans son numéro de mars 2013 dirigé par Yan Wu et Veronica Hollinger, la revue Science Fiction Studies consacre un dossier entier à la science-fiction chinoise.

Lao She, La Cité des Chats, traduit par Geneviève François-Poncet, Presses Pocket, 1992.
Lao She, La Cité des Chats, traduit par Geneviève François-Poncet, Presses Pocket, 1992.

Dans son introduction, qui reprend une expression employée par Brian Aldiss lors d’un voyage en Chine où il avait l’impression d’être sur une autre planète, la « planète de la Grande Muraille », Yan Wu explique comment la science-fiction, introduite à la fin du règne de la dynastie Qing, s’est acclimatée à la littérature chinoise. Le régime de la république de Chine a ensuite découragé en grande partie l’essor de la science-fiction chinoise en raison de la présence possible de critique politique, ce qui n’a pourtant pas empêché la publication de quelques utopies et dystopies. Tiraillée entre la culture traditionnelle chinoise et l’idéologies marxisto-léniniste du régime, la science-fiction s’est longtemps trouvée réduite à quelques récits pour la jeunesse. C’est après 1978 que les nombreuses traductions de romans de science-fiction anglo-saxons ont suscité un regain d’intérêt pour le genre. Puis après 1989, avec les événements de la place Tian’anmen et le virage économique libéral du pays, la fantasy s’est à son tour imposée, sans rogner sur la popularité de la science-fiction, un engouement qui se traduit par l’émergence d’auteurs célèbres comme Liu Cixin, Han Song ou Wang Jinkang.

Pour Yan Wu, la science-fiction chinoise se caractérise par la mise en avant du thème de la libération d’anciennes structures institutionnelles, politiques ou culturelles. Le rapport à la science semble différent de celui qu’entretient la science-fiction occidentale. Elle se caractérise enfin aussi par son interrogation sur l’avenir de la culture chinoise millénaire. Cette science-fiction venue d’ailleurs attire aussi depuis quelques années l’attention de chercheurs occidentaux, qui recourent à des perspectives critiques telles que la littérature du tiers-monde, l’orientalisme ou le post-colonialisme. Tout en déplorant l’absence d’un article consacré à l’ère Mao, l’auteur de l’introduction espère que ce numéro spécial encouragera de nouvelles recherches sur la science-fiction chinoise.

Articles

Yan Wu, « “Great Wall Planet”: Introducing Chinese Science Fiction »

Han Song, « Chinese Science Fiction: A Response to Modernization »

Liu Cixin, « Beyond Narcissism: What Science Fiction Can Offer Literature »

Nathaniel Isaacson, « Science Fiction for the Nation: Tales of the Moon Colony and the Birth of Modern Chinese Fiction »
La science-fiction chinoise est apparue comme le résultat de deux facteurs convergents au tournant du vingtième siècle : d’abord, la crise épistémologique provoquée par l’assujettissement semi-colonial de la Chine par les puissances européennes, et ensuite, l’imaginaire impérialiste des échanges mondiaux et de la conquête qui ont mené à l’émergence du genre en Occident et à sa traduction en Chine via le Japon. À travers une lecture minutieuse de Yuè qiú zhí mín dì xiǎo shuō (Roman de la colonie lunaire) de Huangjiang Diaosou, cet article explore les peurs liées à l’utopie, au nationalisme et à l’occidentalisme telles qu’elles se révèlent dans la science-fiction chinoise des premiers temps.

Shaoling Ma, « “A Tale of New Mr. Braggadocio”: Narrative Subjectivity and Brain Electricity in Late Qing Science Fiction »
Cet article étudie la relation entre le soi et la société dans Xīn falu xiàng shēng tán de Xiu Nianci (Conte d’un nouveau M. Braggadocio, 1905) . La nouvelle joue avec la subjectivité à la première personne et avec l’invention du narrateur, l’électricité du cerveau, remettant en cause la solution de continuité entre l’individu et la société ainsi que la séparation entre le travail et le capital qui est au cœur de la vision de Marx des relations sociales de production. Plus spécifiquement, l’électricité cérébrale réimagine la différence entre les humains et les machines et réécalue les moyens et les relations de production. Ce faisant, elle fournit une étude d’économie politique rare dans la fiction chinoise de la fin de la période Qing.

Lisa Raphals, « Alterity and Alien Contact in Lao She’s Martian Dystopia, Cat Country »
Cet article passe en revue plusieurs contextes pour traiter les thèmes de l’altérité et du contact extraterrestre dans Māo chéng jì (La Cité des chats) de Lao She, une œuvre qui chevauche plusieurs cultures et pose d’importantes questions aux chercheurs qui étudient tant la science-fiction que la littérature chinoise. Il étudie la manière dont La Cité des chats entre ou non dans l’histoire de la science-fiction ainsi que dans la littérature chinoise du vingtième siècle. Il compare enfin le traitement du contact extraterrestre et de l’altérité dans La Cité des chats et dans « Une odyssée martienne » de Stanley Weinbaum.

Mingwei Song, « Variations on Utopia in Contemporary Chinese Science Fiction »
Le récit utopique a connu plusieurs variantes dans la science-fiction chinoise contemporaine, le genre se développant à partir de la fin de période Qing. À travers l’analyse des écrits de trois auteurs, Han Song, Wang Jinkang, et Liu Cixin, cet article étudie trois thèmes qui caractérisent la nouvelle vague de la science-fiction chinoise : la montée de la Chine, le mythe du développement, et la posthumanité.

Jia Liyuan, « Gloomy China: China’s Image in Han Song’s Science Fiction »
Cet article est centré sur l’œuvre de Han Song, un important auteur de la science-fiction chinoise. Ses histoires sombres et complexes regorgent de violence et de sang versé, et bien qu’elles aient souvent laissé leurs lecteurs perplexes, leur valeur a été défendue par plusieurs critiques. L’œuvre de Han Song dépasse la critique de Lu Xun du caractère national et en fait l’héritier de l’esprit éclairé du mouvement du 4 mai (1915-1921). L’influence du bouddhisme empreint son œuvre de nihilisme, ce qui inévitablement réduit la portée de sa critique. Des sentiments contradictoires de détachement de la réalité et d’attachement à cette même réalité s’expriment dans son écriture de science-fiction, que l’on peut voir comme une pratique du dharma autant qu’une critique de la réalité. Sa « Chine maussade » peut non seulement être vue comme une allégorie nationale au sens de Fredric Jameson, mais aussi comme une exploration universelle du sens de l’existence.

Qian Jiang. « Translation and the Development of Science Fiction in Twentieth-Century China »
La traduction a joué un rôle dans dans l’évolution de la science-fiction en tant que genre dans la Chine du XXe siècle. Elle a fourni le coup d’envoi de la naissance de la science-fiction à la fin de la période Qing, et les traductions ont influencé fortement les fictions originales lors de différentes phases du développement de la science-fiction chinoise.

Wei Yang, « Voyage into an Unknown Future: A Genre Analysis of Chinese SF Film in the New Millennium »
Le cinéma de science-fiction est un nouveau genre du cinéma chinois. Empruntant abondamment à son homologue hollywoodien – costumes, décors, intrigues, effets visuels, etc., les films de science-fiction chinois ne montrent toutefois que rarement la vision fondée sur la science ou l’exploration qui marque plusieur films ambitieux réalisés en Occident. Les films chinois tendent à revenir aux conventions cinématographiques locales préexistantes et se combinent avec d’autres genres comme la fantasy, les histoires de fantômes ou d’horreur, la fiction sentimentale et les films d’arts martiaux. Le développement du cinéma de science-fiction chinois est rendu plus complexe par la tendance postmoderne actuelle à l’hybridité et à l’intertextualité, qui soumet le genre à l’imitation et à la parodie. Les éléments intergénériques dominants révèlent son statut de genre subordonné dans lequel la sémantique science-fictionnelle est choisie en fonction de ses relations syntaxiques avec d’autres genres. En ce sens, les films de science-fiction chinois seraient mieux définis comme des films « sur des thèmes de science-fiction ».

 

Suite du sommaire, hors dossier :

REVIEW-ESSAYS

Michael Saler. Science, the Paranormal, and Science Fiction: Cheng’s Astounding Wonder and Kripal’s Mutants and Mystics

Nicholas Ruddick. Unheimlich Maneuvers: Beaumont’s The Spectre of Utopia and James’s Maps of Utopia

BOOKS IN REVIEW

Clarke’s Conversations with Jonathan Lethem and Lethem’s The Ecstasy of Influence (Paweł Frelik)

Gaspar’s The Time Ship: A Chrononautical Journey (David Wittenberg)

Dillon’s Walking the Clouds (Amy Ransom)

Murphy/Vint’s Beyond Cyberpunk (Gerry Canavan)

Page’s The Literary Imagination from Erasmus Darwin to H.G. Wells: Science Evolution, and Ecology (Patrick Parrinder)

Schmeink/Böger’s Collision of Realities and Schmeink/Müller’s Fremde Welten: Wege und Räume der Fantastik (Franz Rottensteiner)

Smith’s The Journalism of H.G. Wells (John Huntington)

Stallings/Evans’s Murray Leinster: The Life and Works (Joe Sanders)

Westfahl’s The Spacesuit Film: A History, 1918-1969 (J.P. Telotte)

Zgorzelski’s Born of the Fantastic (Grzegorz Trźbicki)

NOTES AND CORRESPONDENCE

Cutting Up in der Kunsthalle (Rob Latham)
The Politics of Adaptation Conference (Gerry Canavan)
The PKD Festival in San Francisco (Umberto Rossi)
Tales from the British Museum (Roger Luckhurst)
Fi-Sci (Alexis Kirke and Eduardo Miranda)
The Posthuman at Home (Hallvard Haug)
“Sounds of Space” Workshop (Paweł Frelik)
Who Originated the Term “Chronoclasm”? (David Ketterer)
A Feminist Utopia for Annie Denton Cridge? (Taryne Jade Taylor)
SFS Symposium at the 2013 Eaton/SFRA Conference (SFS editors)

Un hommage à Jack Vance (3)

Par Jérôme Dutel

Première partie : Une courte approche biographique et bibliographique

Deuxième partie :  Un survol partial d’une poétique moderne

Le Pnume, illustration de Caza pour J'ai lu, affiche éditée par Le Pythagore ©Caza.
Le Pnume, illustration de Caza pour J’ai lu, affiche éditée par Le Pythagore ©Caza.

Une illustration finale avec « Les Dix Livres »
C’est en continuant à réfléchir à cette inscription de Vance non dans un genre littéraire mais dans l’espace plus large de la Littérature que nous aurions voulu évoquer ici plus précisément une nouvelle peu connue de l’écrivain. « Les Dix Livres » (« Men of the Ten Books », 1951) est en effet une illustration certainement prégnante de sa conception artistique.

Bloqués sur une planète habitable, réplique pure et simple de la Terre, les descendants des soixante-trois survivants de l’Etrurie, un des premiers vaisseaux d’exploration interstellaire, ont dû apprendre seuls à rebâtir une société humaine. Situation classique et abondamment utilisée par Vance mais dans laquelle il introduit toutefois ici une variation assez inattendue : l’unique référence de ce nouveau peuple à son héritage terrien est en effet les dix tomes d’une Encyclopédie des réalisation humaines dont « l’édition originale n’était pas assez vaste pour permettre d’incorporer des illustrations (Vance, 1951, p. 107) ».

Cependant, comme s’en aperçoit le couple de Terriens, qui redécouvre la planète après deux cent soixante et onze ans d’isolement, cette absence n’est pas tellement regrettable puisque même à eux seuls « les mots ne laissaient aucune place à l’imagination (Vance, 1951, p. 107) ». Le peuple de Havre a donc reconstruit toute une civilisation avec ses arts et ses sciences à partir des descriptions hyperboliques d’un antique manuel.

Ce peuple vit dans un rêve. Il est la victime des Dix Livres. Ils prennent au mot le moindre de leurs mots et ils ont mis tout leur cœur pour essayer d’approcher ce qu’ils estiment être des critères normaux.
A leurs yeux, leur production ne parvient pas à la moitié de ce que les Dix Livres prétendent que doit être un chef-d’œuvre. Celui qui a écrit ces Dix Livres était certainement rédacteur dans une agence de publicité. (Welstead éclata de rire.) Shakespeare a produit des pièces formidables, d’accord ; mais je n’ai jamais vu de « flammes qui bondissent le long des mots, des vents violents qui se précipitent à travers les pages. »
Sibelius était sans doute un excellent compositeur… je ne suis pas expert dans ce domaine… mais qui donc l’a écouté pour devenir « partie intégrante des glaces, de la terre aux mousses odorantes et de la forêt au souffle rauque de Finlande », ainsi que doit le faire tout un chacun, selon les Dix Livres ?
Sur Terre, nous sommes conditionnés pour réagir en disant que tout ce qui est imprimé n’est que mensonge. Ou nous acceptons des litotes à plusieurs centaines de pour cent. Les gens d’ici ne sont pas immunisés contre ça. Ils ont pris chaque mot au pied de la lettre. Les Dix Livres constituent leur bible. Ils essaient d’égaler des réalisations qui n’ont jamais véritablement existé. (Vance, 1951, p. 113-114)

Le plus surprenant, c’est qu’évidemment cette approche déviée des choses a permis aux créations artistiques et techniques des habitants de Havre de surpasser toutes celles que la Terre d’origine avait pu produire. Betty et Welstead ont ainsi beaucoup de mal à comprendre l’humilité de Clay, maire de Mytilène et guide Havre, devant ce qu’ils considèrent comme des chefs-d’œuvre.

Il s’élevait à soixante mètres dans les airs, édifice de béton, de bronze et de métal noir, et il portait la statue héroïque d’un homme qui tendait vainement la main vers une étoile.
Welstead se tordait le cou comme un touriste.
-Magnifique !
Clay branla du chef sans enthousiasme.
-Je suppose que c’est assez honorable. (Vance, 1951, p. 100)

Betty s’approcha de la peinture accrochée au mur, un simple paysage… le coteau d’une colline, quelques arbres, une lointaine chaîne de montagne. […] Elle annonça d’une voix presque haletante :
-C’est un… ça me fait peur de le dire… un chef-d’œuvre.
Welstead plissa les yeux en s’efforçant de comprendre le fondement de la crainte révérencielle et de l’émerveillement de sa femme. En fait, le tableau attirait son regard, lui faisait faire le tour du cadre, lui inspirait une exaltation agréable, de la chaleur, de la sérénité.
Clay, de retour, remarqua leur intérêt.
-Qu’en pensez-vous ? demanda-t-il.
-Je pense que c’est… extrêmement réussi, répondit Betty, cherchant des mots qui puissent exprimer son admiration sans paraître excessive.
Clay secoua pitoyablement la tête.
-Inutile de louer une banalité par courtoisie, Mme Welstead. Nous connaissons nos lacunes. […] Ceci est un bien piètre ouvrage. (Vance, 1951, p. 103)

Pagaille au loin, couverture de W. Siudmak, Pocket, 1994.
Pagaille au loin, couverture de W. Siudmak, Pocket, 1994.

Effectivement, la « perfection » décrite par les Dix Livres reste inaccessible et Clay ne peut que déplorer les faillites des réalisations de son peuple.

Notre musique, par exemple… elle est agréable, parfois passionnante, parfois profonde, mais ne parvient jamais aux sommets poignants décrits par l’Encyclopédie1.
Nos arts plastiques sont techniquement accomplis, mais nous désespérons d’égaler Seurat, qui « surexpose la lumière », ou Braque, « schémas de l’esprit dans des schémas de couleurs sur les schémas de la vie », ou Cézanne, « plans qui, sous la défroque d’objets naturels, marchent, se mêlent, se rencontrent en accord avec une logique sans merci, qui virevolte et force l’esprit à admettre la justice absolue de la composition. » (Vance, 1951, p. 108)

Pourtant, ce que créent les habitants de Havre est sans commune mesure avec les plus belles réalisations terriennes. Sans le savoir, ils visent une perfection qui n’est pas de ce monde mais dont l’existence ne fait à leurs yeux aucun doute. En travaillant sans relâche en direction de l’objectif le plus élevé qui soit, en considérant que l’impossible est possible, on peut donc s’élever sans discontinuer. En profitant du catalogue d’erreurs que ne manque pas de fournir la lecture des parties historiques des Dix Livres et du laboratoire d’expériences que représentent une nouvelle terre et un nouveau peuple -les soixante-trois personnes, « représentant toutes les races humaines », qui ont atterri sur Havre ont fondé une société comprenant maintenant trois cents millions de personnes-, l’utopie s’est révélée réalisable.

Il ne s’agit pas ici d’ignorer l’aspect peut-être excessif que Vance donne à son propos -il serait d’ailleurs tentant de se demander si les extraits de l’Encyclopédie sont bien de Vance lui-même ?- mais plutôt d’explorer l’imaginaire artistique et linguistique que propose cette lecture utopique. La référence mythique est souvent utilisée pour éclairer le travail de Vance : Chambon et Fontana ont développé avec justesse plusieurs parallèles entre les mythes antiques et les récits vancéens mais aussi entre Un Monde d’azur (The Blue World, 1966 ; un autre roman tournoyant autour de la question de l’utopie) et l’âge d’or biblique en démontrant que ce « roman mythique […] figure quelques étapes cardinales de l’histoire de l’humanité et résume de la sorte le passé et l’avenir (Chambon et Fontana, 1970). ». La littérature, pour se survivre, doit-elle dévorer les mythes ?

Tous les romans de Vance sont nourris de divers folklores. Une analyse méthodique y décèlerait de nombreux mythes dégradés, des rituels dont le sens s’est presque perdu. A travers des intermédiaires déformants qui les ont ramenés au niveau des traditions populaires, on trouve aussi des textes et des mythes de l’Orient ancien, ainsi que des thèmes classiques de la pensée philosophique et religieuse d’Asie. C’est un passé finalement très ancien qui se déverse dans l’imagination de Vance. Pas toujours possible à situer, à dater. On y reconnaît en gros des couches de civilisations successives. En recourant à des thèmes et à des images qui hantent depuis toujours la sensibilité humaine, à des archétypes qui commandent aux rêves et aux fabulations, Vance assure à ses romans une charge poétique et onirique particulièrement élevée, universelle. (Jamoul, 1984, p. 300)

Chambon a pu donc aller encore plus loin en se demandant si certaines des histoires de Vance « ne représentent pas les contes des nouvelles civilisations humaines pour qui la Terre est devenue une légende -autrement dit, les fictions dont s’enchantent les populations d’un univers de fiction (Chambon, 1981, p. 14) ». C’est, à mon sens, en prenant conscience de cet énième retournement de situation, qu’il faut lire ce que Vance peut enfin nous dire de l’art avant de laisser le mot de la fin au linguiste Edward Sapir.

Si ça peut intéresser quelqu’un, je vais vous donner ma définition de l’art. Je n’en fais pas une loi universelle, bien sûr, mais dans mon esprit, lorsque quelqu’un a une réaction émotionnelle à une chose ou une autre, il tente de faire passer cette émotion à quelqu’un d’autre par des moyens symboliques. C’est important : l’artiste doit utiliser des symboles qui ne soient pas seulement intelligibles pour lui, mais aussi pour la personne avec qui il essaie de communiquer. Il faut une compréhension partagée des symboles utilisés, parce que si l’artiste utilise des symboles que le spectateur ou l’auditeur ne peut interpréter, l’artiste a échoué : il ne communique pas. (Vance, 2003, sans pagination)

Les langages sont pour nous plus que de simples systèmes de communication de la pensée ; ils sont comme des vêtements invisibles qui entourent notre pensée et donnent une forme précise à sa représentation symbolique. Lorsque cette représentation prend une forme plus finement expressive, nous l’appelons littérature. (Sapir, 1921, p. 267)

 Jérôme Dutel

Bibliographie

Textes de Jack Vance
« Le Château de vos rêves » (« I’ll Built Your Dream Castle », 1947) in Vance Jack, Châteaux en espace, Paris, Presses Pocket (n°5403), 1993, p. 97-121. Traduction par E. C. L. Meistermann.
Un Monde magique (The Dying Earth, 1950), Paris, J’ai lu (n° 836), 1978. Traduction de F.-M. Watkins.
Les Cinq Rubans d’or (The Five Gold Bands, 1950), Paris, Presses Pocket (n° 5179), 1984. Traduction par D. Haas.
« Les Dix Livres » (« Men of the Ten Books », 1951) in Vance Jack, Pagaille au loin, Paris, Presses Pocket (n° 5404), 1994, p. 93-122. Traduction par G. Abadia, B. Martin et E. C. L. Meistermann.
Le Prince des étoiles (The Star King, 1963), Paris, Presses Pocket (n° 5067), 1979. Traduction de P. Billon et A. Garsault.
« Le Dernier Château » (« The Last Castle », 1966) in Vance Jack, Papillon de lune, Paris, Presses Pocket (n° 5097), 1988, p. 175-256. Traduction par M. Deutsch, J.-P. Pugi et F. Straschitz.
Asutra ! (The Asutras, 1973), Paris, Presses Pocket (n° 5090), 1981. Traduction par A. Rosenblum.
Marune : Alastor 933 (Marune: Alastor 933, 1975), Paris, J’ai lu (n° 1435), 1983. Traduction de B. Martin.
Wyst : Alastor 1716 (Wyst: Alastor 1716, 1978), Paris, J’ai lu (n° 1516), 1983. Traduction de M. Demuth.
Madouc (Madouc, 1989), Paris, Presses Pocket (n° 5394), 1990. Traduction par E. C. L. Meistermann.
Bonne Vieille Terre (Ecce and Old Earth, 1991), Paris, Presses Pocket (n° 5521), 1995. Traduction par E. C. L. Meistermann.
Escales dans les étoiles (Ports of Call, 1998), Paris, Payot & Rivages, 1997. Traduction par A. Rosenblum.
« La Guerre des écologies » (« Ecological Onslaught », 1953, puis « The World Between », 1965) in Vance Jack, Pagaille au loin, Paris, Presses Pocket (n° 5404), 1994, p. 169-208. Traduction par G. Abadia, B. Martin et E. C. L. Meistermann.

Entretiens avec Jack Vance
Pour tous les textes suivants, textes ou traductions françaises disponibles sur le site vancéen de Jacques Garin à http://www.jackvance.fr/ [date de consultation : 6 juin 2013].

Note éditoriale d’introduction faite par l’auteur lui-même in Thrilling Wonder Stories, 1945.
Interview sur SF Buzz, émission consacrée aux auteurs de science-fiction sur Sci-Fi Channel, 1997.
Interview avec Rhoads Paul et Dhondt Damien in « Dossier Jack Vance » in Slash n° 17, La Compagnie X, Crau, octobre 1998.
Interview par Bohbot Nicolas in Centre-Presse, édition de la Vienne, vendredi 30 octobre 1998.
« Interview avec le maître » in Delos n° 62, Italie, décembre 2000-janvier 2001.
« Des bénévoles du projet VIE bavardent avec Jack », traduction par Dusoulier Patrick d’un article paru dans le n°42 de la revue du projet VIE, Cosmopolis, USA, septembre 2003.

Textes concernant Jack Vance
Asimov Isaac, Préface à l’édition américaine de « The Last Castle », traduction française disponible à http://membres.lycos.fr/jackvance [page inaccessible, sans doute supprimée].
Chambon Jacques, Préface (1981) in Vance Jack, Papillon de lune, Paris, Presses Pocket, 1988 (1981), p. 7-37.
Chambon Jacques et Fontana, Jean-Pierre « Le Faiseur d’univers » in Fiction n° 200-2001, Paris, Opta, Paris, août-septembre 1970, disponible à http://members.lycos/jackvance.
Dick Philip Kindred, « Projet Argyronète » (1963) in L’Homme doré, Paris, J’ai Lu, 1982, p. 49-95.
Duveau Marc, Notice biographique in Le Manoir des roses, Paris, Presses Pocket, 1978, p. 414.
Goimard Jacques, « Derrière le fétiche, le néant », Postface à Vance Jack, Un Tour en Thaery (Maske : Thaery, 1976), Paris, Presses Pocket (n° 5124), Paris, 1981, p. 243-253.
Jamoul Jean-François, « La S-F et les grands mythes de l’humanité » in Univers 13, Paris, J’ai lu, 1978, p. 130-146.
Jamoul Jean-François, « Les Singulières Arcadies de John Holbrook Vance » in Univers 1984, Paris, J’ai Lu, 1984, p. 292-324.
Rhoads Paul, « L’Etre ailé cueille un fruit à l’Arbre de la Vie », Postface à Vance Jack, La Mémoire des étoiles (Night Lamp, 1996), Paris, Presses Pocket, 1998, numérotation en chiffres romains après la page 473, pp. I-XXXVIII.
Rosenblum Arlette, « Interview d’Arlette Rosenblum » in Graal, HS n° 4 spécial Jack Vance, 1990, p. 14-15.
Simmons Dan, « Jack Vance : Maître des dragons » (2000) in Les Univers de Jack Vance, numéro hors-série de la revue Bifrost, Avon/Fontainebleau, Bélial, 2003, p. 122-137.

Autres textes
Butor Michel, « Le Roman comme recherche » (1960) in Essais sur le roman, Paris, Gallimard, 1992 : pp. 7-14.
Paulhan Jean, Les Incertitudes du langage, Paris, Gallimard, 1970 (transcription d’entretiens radiophoniques de 1952).
Sapir Edward, Le Langage (Language, 1921), Paris, Payot & Rivages, 2001.

1 Par exemple, concernant la musique de Bach : « Il suggère le thème par de petites touches au piano, des échappées indépendantes. Puis se produit une explosion d’harmonies… les premières échappées luisent comme des prismes, prennent de la stature, basculent graduellement ensemble pour former une miraculeuse pyramide de sons (p. 107) » ; celle de Beethoven : « Un dieu parmi les hommes. Sa musique est la voix du monde, la parade de toutes les splendeurs imaginables. Les sons qu’il conjure sont des forces du même ordre que les couchers de soleil, les tempêtes en mer, les panoramas du haut des sommets les plus vertigineux (p. 107-108) » ; ou encore celle de Leon Bismarck Beiderbecke : « Sa trompette déverse un tel torrent d’extase, un tel triomphe, de telles joies supérieures que le cœur de l’homme se fige de douleur de ne pouvoir y participer » ( p. 108).