Archives de catégorie : Divers

6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

affiche-lecture-d-image-et-estrangement-visuel-100dpi-4-page-001

Les 18 et 19 octobre 2016 auront lieu les 6journées internationales « Enseignement et Science-Fiction ». Le thème cette année sera « Lecture d’image et estrangement visuel ».

Programmation, inscription, plan d’accès et informations complémentaires sont accessibles directement sur le site Internet.

Un outil interdisciplinaire, une discipline pivot

Faire appel à la science-fiction pour l’enseignement de l’image procède par essence d’une démarche transdisciplinaire. C’est dans cet esprit que se sont construites les Journées Enseignement & Science-fiction, sans équivalent en France.

 Universitaires, enseignants, auteurs et artistes y interviennent dans des sessions composées de conférences invitées et de retours d’expérience et explorent chaque année une discipline-pivot différente. Après la physique, les langues, la philosophie, l’histoire et la géographie, les mathématiques, c’est l’enseignement de l’image qui sera l’objet de l’édition 2016.

 Dépassant les clivages disciplinaires et professionnels, ouvertes à tous, les Journées Enseignement & Science-fiction offrent un espace de partage. Elles font chaque année l’objet d’actes dont les articles témoignent de la richesse des échanges et qui incluent des exemples pratiques et des outils pour les enseignants désireux de se lancer avec leurs élèves, de l’école primaire à l’université.

La science-fiction est un puissant générateur d’images et de référents esthétiques qui ont profondément influencé notre rapport visuel au monde et aux objets.

Souvent considérée comme un genre mineur, la science-fiction a néanmoins largement contribué au développement de techniques narratives spécifiques basées sur des processus cognitifs comme la distanciation (cognitive estrangement) et la suspension volontaire d’incrédulité, pour aider le lecteur à “entrer” dans des univers spéculatifs parfois déroutants et à s’en approprier les “clefs” conceptuelles dont il ne dispose pas a priori. 

Or cette situation présente des points communs avec celle de l’élève auquel on demande de s’approprier des connaissances absolument nouvelles pour lui. Pour l’enseignant, la science-fiction peut donc constituer un outil d’appoint très apprécié des étudiants, pour développer des stratégies originales de contournement de certains obstacles épistémologiques.

Continuer la lecture de 6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

L.L. Kloetzer, double et présent-e

Lors des journées d’étude « Le présent et ses doubles », les deux organisateurs (Simon Bréan et Irène Langlet) proposèrent l’étude d’une œuvre résolument double et présente : celle de L.L. KLoetzer, jeune écrivain-e suisse formé-e de Laure et Laurent Kloetzer, époux à la ville. Pour d’évidentes raisons de conflit d’intérêt, les auteurs étant tout à la fois les organisateurs de la journée d’étude et membres de la rédaction de ReSF, l’étude de L.L. Kloetzer paraîtra ailleurs ; on donne ici seulement son introduction. La revue Res Futurae publie dans son numéro 7 un entretien avec Laurent Kloetzer, issu de cette rencontre.

Daylon mandala1

 

Bréan S. et Langlet I., « L. L. Kloetzer, double et présent » [introduction d’un article à paraître]

L. L. Kloetzer est une persona littéraire Continuer la lecture de L.L. Kloetzer, double et présent-e

Science Fiction Studies numéro 128

Le numéro 128 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction numérique : « special issue on digital science fiction », dirigé par Pawel Frelik et Rob Latham.

ARTICLES

Paweł Frelik. Introduction: Digital Science Fiction(s) (texte en anglais)

Symposium on Digital SF

Lisa Swanstrom. « External Memory Drives: Deletion and Digitality in Agrippa (A Book of The Dead) » (présentation en anglais)

Bien que la fiction cyberpunk de Williamn Gibson soit essentielle pour saisir la relation entre la « digitality » [« condition numérique »] et la science-fiction, je postule que l’œuvre « numérique » [« digital »] la plus importante de Gibson n’est ni du cyberpunk, ni de la science-fiction, ni même de la fiction. C’est plutôt un poème autobiographique, « Agrippa:(A Book of the Dead) », publié en 1992. « Agrippa » correspond à un moment de basculement pour l’écriture de Gibson du fait de son implication avec des techniques d’édition numériques réelles – plutôt que spéculatives – non seulement en ce qui concerne le disque qui contient le poème qui y est encodé, mais en ce qui concerne la tendance de Gibson à établir une relation triangulaire entre la numérisation, l’identité et la mémoire. « Agrippa » dans son ensemble – c’est à dire comme œuvre poétique, livre imprimé, et objet numérique destiné à s’auto-effacer – fonctionne au départ comme un monument moderniste élevé à la subjectivité au moment même où elle est démantelée et, à cet égard, se trouve en parfaite cohérence avec la fiction cyberpunk de Gibson, qui tend à traiter la technologie numérique de manière analogique. Pour autant, durant les vingt ans et plus qui ont passé depuis sa publication initiale, « Agrippa » a continué à évoluer, et une analyse de ce texte étrange de nos jours apporte différentes possibilités. Dans ce qu’on pourrait appeler l’au-delà d’« Agrippa », une forme plus fluide de mémoire s’est manifestée, une forme collective, participative, collaborative, et bien plus en harmonie avec la nature de la « digitality » [« condition numérique »].

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 128

Science Fiction Studies numéro 127

Le numéro 127 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

J.P. Telotte. « Animation, Modernism, and the Science Fiction Imagination » . (présentation en anglais)

Cet article étudie une absence curieuse dans les récits du développement cinématographique de la science-fiction – les nombreux exemples de film d’animation ayant des thèmes de SF pendant les années 1920 et 1930. Pendant cette période de formation, alors que la science-fiction peinait à trouver sa place dans le cinéma en prises de vue réelles, beaucoup de ses manifestations se limitant aux serials, l’imagination de science-fiction s’est vigoureusement implantée dans les travaux des studios d’animation les plus important de la période, qui ont tous produit des dessins animés sur les sujets alors en vue dans les nouveaux pulps – voyage spatial, rencontres du troisième type, robots, inventions fantastiques. Envisagés dans la perspective d’un « modernisme conservateur », ces dessins animés reflètent et critiquent en même temps  la présence de la science et de la technologie et leur influence sur la vie moderne, et du même coup apportent au genre émergent de la science-fiction un terrain tout à fait adéquat et fertile pendant les décennies précédant la Seconde Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 127

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

 ReSF n°6 : Pierre Boulle

Responsables du dossier : Arnaud Huftier et Irène Langlet

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. On avance souvent que ses récits de science-fiction doivent être interprétés à l’aune de sa production « blanche » ; on propose ici de s’autoriser la proposition inverse Continuer la lecture de Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Il faut saluer la réédition par la maison Nilsane des nouvelles de Carl Grunert, auteur d’anticipation allemand de la fin du XIXème siècle,  admirateur du père de la littérature allemande de science-fiction, Kurd Laßwitz. Né en allemagne à Naumburg an der Saale en 1865 et décédé à Eckner en 1918, Grunert est essentiellement connu pour ses nouvelles d’anticipation (dont le recueil Der Marsspion und andere Novellen [L’espion de Mars et autres nouvelles], 1908) même s’il a publié des pièces de théâtre (Judas Ischariot, 1888) de la poésie (Liebe und Leben [Amour et vies], 1910), sous le pseudonyme de Carl Friedland. Il a publié trente-deux « nouvelles du futur » [Zukunftsnovellen] entre 1903 et 1914, partiellement reprises dans le volume des éditions Nilsane. Il appartient à une génération d’écrivains d’anticipation allemands, Albert Daiber, Oskar Hoffman et Robert Heymann, précurseurs d’une science-fiction allemande reconnue notamment à partir des années 1920 grâce au travail de Théa von Harbou, épouse de Fritz Lang, scénariste de Metropolis (1926) ou encore de Die Frau im Mond [La femme dans la Lune](1929) qui  seront traduits et adaptés en romans dans de nombreuses versions.

Pour en savoir plus sur la littérature utopique, l’anticipation et la science-fiction allemande: Daniel Walther, préface au Livre d’Or de la science-fiction : Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Presses pocket, Paris, 1980 (http://www.noosfere.org/icarus/articles/article.asp?numarticle=202)

livre-or-science-fiction-allemande

Les éditions Nilsane, qui se qualifient elles-mêmes fort joliment de « passeur de futurs antérieurs », cherchent, en cette période de redécouverte de la première science-fiction française, à porter leur attention sur sa consoeur d’outre-Rhin. Après la réédition – en nombre limité, semble-t-il – d’Utopolis, roman profondément politique de 1930 dû à Werner Illing, et en attendant celle de Lesabéndio. Un roman d’astéroïde (1913) de Paul Scheerbart prévu pour 2015, elles ont choisi de proposer une édition en un volume unique de trois recueils de nouvelles, écrites par Carl Grunert (1865-1918) entre 1905 et 1908.

148755auroyaumedenullepart

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908, éditions Nilsane, collection « Arche de Noé », 2012, 364 pages 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de « l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction », un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen « Formation des adultes: champ de recherches », à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : « l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé », comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Continuer la lecture de La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c’est à juste titre que son étude s’est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s’est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c’est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d’É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L’étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d’être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L’étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l’art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l’ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d’art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co… mics» à la Maison d’ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l’art, et son étude mérite d’être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d’enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d’éclairer ses modes d’expression visuelle. Les propositions d’articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Un auteur de space opera, par Philippe Curval

Un auteur de space opera2
Illustration de Philippe Curval (mai 2014).

Pour son quatrième numéro à paraître courant juin 2014, la revue ReS Futurae  aura pour illustration une image inédite réalisée par Philippe Curval, « Un auteur de space opera » (créée en mai 2014). Vision lyrique ou critique ironique ? L’écrivain effondré sur son ordinateur reçoit-il une révélation, symbolisée par le rayonnement issu de ce trou noir, ou au contraire assistons-nous à l’aspiration finale des derniers feux jetés par l’esprit d’un auteur épuisé ? Comme souvent dans les illustrations de Curval, l’ambiguïté du support visuel est exploitée au maximum, suggérant un moment de suspens temporel, à la symbolique équivoque.

En parallèle, ou plutôt en complément essentiel de son écriture, Philippe Curval cultive depuis longtemps un intérêt actif pour la création visuelle. Entre 1956 et 1958, il a réalisé plusieurs illustrations de couverture pour la revue Fiction, des collages révélant son goût de l’insolite et du bizarre. Amateur d’art contemporain, on lui doit également des catalogues d’exposition, sur Yann Kersalé ou Télémaque. La photographie lui a souvent servi d’inspiration : « parfois, comme je l’ai fait pour certains livres, l’idée d’une enquête sur un sujet particulier (…) me pousse à le traduire en images. Alors je fais plusieurs centaines de photos et j’écris d’après ces photos » (entretien dans SFphère n°10, décembre 1983, p.  9). Attention les yeux (1972) fait un usage plus direct encore de la photographie, car ses clichés, attribués à son personnage principal, sont à la fois des manifestations de ce que ce dernier voit et capture dans la fiction, et le point de départ d’une fictionnalisation de sa propre existence.

Quatre de ses ouvrages ont été illustrés de sa main : Lothar Blues, L’Homme qui s’arrêta, Juste à temps et Histoires de lire, son « auto-bibliographie », où sont reproduites les nombreuses illustrations qu’il a imaginées rétrospectivement pour ses propres textes, nouvelles ou romans.

 

 

 

RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544
Extrait de L’Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Appel à textes pour le numéro 5 de ReS Futurae

Direction du dossier : Mehdi Achouche et Samuel Minne.

Échéances

– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com
– réponse de ReSF le 30 juillet au plus tard.
– remise des articles le 15 octobre 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

 La culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde

Traditionnellement opposées, la culture populaire et l’avant-garde ont cependant une riche histoire d’interactions, de reprises et d’inspiration réciproque. C’est particulièrement vrai dans le cas de la science-fiction : attachée à la culture populaire, elle a aussi sa propre avant-garde, tout en nourrissant l’avant-garde artistique, tant dans l’art contemporain que cinématographique.

Loin de ne s’exprimer que sous forme littéraire, la science-fiction le fait aussi sous forme visuelle, apparaissant aussi bien dans l’art contemporain que dans le street art, la bande dessinée, le cinéma et de nombreux courts-métrages, les jeux-vidéos, la publicité, l’illustration, le Web Art, la peinture ou la série télévisée. Elle peut même prendre corps dans le design ou l’architecture, irriguant de son imaginaire tous les pans du réel et représentant pour beaucoup leur appréhension principale, voire unique, de la science-fiction. Or cette science-fiction spécifiquement visuelle n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tendant à être perçue comme tributaire de la science-fiction littéraire et comme étant purement illustrative et contingente et donc dénuée d’intérêt analytique propre. Souvent associée à la culture populaire, les liens qui l’unissent aux œuvres et courants d’avant-garde ont en particulier été très peu étudiés jusqu’à ce jour.

La présence de la science-fiction dans la culture visuelle s’affirme historiquement plus particulièrement au sein de la culture dite populaire, qu’il s’agisse des couvertures des pulp magazines, des comics et des petits formats de bandes dessinées, des « séries Z » ou du « cinéma bis », héritant pour une part de l’inspiration du roman populaire, et pour une autre part des traditions visuelles de leurs supports spécifiques. Cette science-fiction visuelle dite populaire n’est pas exempte de dissonances l’éloignant d’une science-fiction mainstream plus sage ou plus sérieuse. Le sense of wonder s’accompagne ainsi volontiers de sadisme ou d’érotisme, où l’horreur et le sublime coexistent de manière brutale et sans ménagement sans tout à fait pouvoir être assimilés aux genres du fantastique ou de l’horreur, même si les convergences existent. Plus que dans ces derniers genres, ces représentations apparaissent souvent comme exprimant sans filtre les peurs, les fantasmes et les problématiques d’une société ou d’une époque, au-delà même de l’impact du progrès et de la technologie, auquel la science-fiction ne se réduit pas ou plus. Leur forme et leur esthétique, cependant, n’est pas exempte d’une polysémie qui reste à explorer, et qui dément précisément la réification thématique qui leur est couramment réservée.

Par ailleurs, la science-fiction sous sa forme visuelle ne se cantonne pas à la culture populaire mais apparaît aussi dans des œuvres et des courants se revendiquant peu ou prou de l’avant-garde. À ce titre, la science-fiction visuelle, dont ont été partiellement soulignés les liens historiques et iconographiques avec le surréalisme, devient un lieu d’expérimentation formelle, recourant à l’abstraction, à des procédés esthétiques plus audacieux, renouvelant des procédés narratifs et proposant une alternative à un imaginaire visuel souvent dominé par le cinéma commercial et ses codes. Cette science-fiction d’avant-garde joue souvent des références avec la culture populaire, ouvrant parfois un véritable dialogue avec celle-ci, jusqu’à parfois s’y confondre. Dans le même temps, l’avant-garde s’inspire depuis au moins le pop art de l’imaginaire et des stéréotypes de la science-fiction pour nourrir sa réflexion, renouveler son esthétique ou décrire le monde contemporain, tandis que ces mêmes artistes d’avant-garde vont par la suite œuvrer eux-mêmes en science-fiction (Eduardo Paolozzi et Richard Hamilton illustrant New Worlds dans les années soixante, par exemple), chacune se nourrissant ainsi de l’autre.

Ainsi, entre stéréotypes et innovation, originalité et reprise, la culture visuelle de la science-fiction, ou la science-fictionnalité de la culture visuelle, suscite de nombreux axes d’études dans son rapport à l’avant-garde : parodie et détournement, pastiche au second degré, intericonicité, transmédialité…

Nous proposons d’étudier pour ce cinquième numéro de ReS Futurae la culture visuelle de la science-fiction dans ses relations multiples à l’avant-garde. D’abord dans la façon dont la science-fiction dite populaire et commerciale témoigne de l’influence de l’avant-garde, manifestant des convergences esthétiques ou thématiques ou des inspirations communes avec celle-ci. Ensuite comme science-fiction d’avant-garde ou avant-garde de science-fiction, en étudiant la manière dont l’avant-garde s’inspire de la science-fiction ou rejoint celle-ci, la façon dont cette dernière devient pour l’avant-garde le moyen de repousser les limites du réalisme, de dépasser ou de subvertir l’esthétique de l’époque, de provoquer le public ou encore de brouiller les frontières culturelles et sociétales. Enfin, l’attention peut se porter sur un mélange plus complexe des deux pôles, leur combinaison ou les tensions pouvant apparaître dans des œuvres spécifiques, populaires ou avant-gardistes.

Il s’agit entre autres d’examiner la science-fiction visuelle aussi bien dans ces contextes historiques, nationaux, culturels, technologiques et artistiques spécifiques que les rapports que ceux-ci peuvent entretenir, par exemple :
– les rapports entre science-fiction et sensationnalisme ou cinéma d’exploitation (nudités, couleurs vives, cruauté, kitsch, satire…),
– le rôle, les spécificités et les ambitions grandissantes des courts-métrages, plus ou moins expérimentaux, de science-fiction,
– l’influence d’artistes d’avant-garde (peintres, sculpteurs, designers, affichistes, etc.) sur le cinéma commercial et ses représentations,
– les enjeux et l’apport spécifiques du numérique à une science-fiction visuelle plus exigeante et tendant vers plus d’abstraction (renouvellement des effets spéciaux, de l’esthétique),
– l’apport de la science-fiction à l’art contemporain (land art, hyperréalisme, art cinétique, installations, performances, édifices, art éphémère…),
– la culture underground (hippie et psychédélique, rock, punk, DIY…),
– la tension existant entre la marchandisation et les velléités artistiques de la science-fiction visuelle,
– les spécificités de la science-fiction visuelle européenne et/ou les convergences et divergences entre SF visuelle et avant-gardes américaines et européennes (ou issues d’autres continents),
– l’évolution de la place et du rôle des œuvres illustratives et plus généralement du paratexte iconique (couvertures, affiches, etc.)

 Ouvrages et études suggérés

Ash Brian (dir.), The Visual Encyclopedia of Science Fiction, Londres : Pan Books/New York : Harmony Books, 1977.
Booker M. Keith, Alternate Americas: Science Fiction Film and American Culture, Westport : Praeger, 2006.
Bosson Yves et Abdelouahab Farid, Dictionnaire visuel des mondes extraterrestres, Paris : Flammarion, 2010.
Britain David, Eduardo Paolozzi at New Worlds. Science Fiction and Art in the Sixties, Londres : Savoy Books, 2013
Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda, Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997.
Chion Michel, Les Films de science-fiction, Paris : Les Éditions de l’étoile, 2008.
Dufour Éric, Le Cinéma de science-fiction, Paris : Armand Colin, 2011.
Holland Steve et Summersby Alex, Sci-Fi Art: A Graphic History, New York : Harper Design, 2009.
Johnston-Smith Jan, American Science Fiction TV: Star Trek, Stargate, and Beyond, Middletown : Wesleyan University Press, 2012.
Kripal Jeffrey J., Mutants & Mystics: Science Fiction, Superhero Comics, and the Paranormal, Chicago : Chicago University Press, 2011.
Poussin Gilles et Marmonnier Christian, Métal Hurlant, la machine à rêver, 1975-1987, Paris : Denoël, 2005, collection « Graphic ».
Simon Richard Keller, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
Strauven Wanda (dir.), The Cinema of Attractions Reloaded, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2006.
Westfahl Gary, Slusser George, Plummer Kathleen Church, Unearthly Visions: Approaches to Science Fiction and Fantasy Art, Westport : Greenwood Press, 2002.

Sitographie

Wordle sito 4

Une bibliographie de sites internet autour de la recherche sur la science-fiction est accessible dans le carnet.
L’idée provient de la sitographie du carnet Sciences Dessinées.
Cette page ne prétend pas à l’exhaustivité, mais elle a pour vocation d’évoluer et de s’enrichir, et sera régulièrement mise à jour. Vous pouvez contribuer à la compléter en proposant vos suggestions de sites (avec leurs liens), dans la durée d’un mois, en commentaires de ce billet, ou de façon permanente en commentaires de la page.

Les sites pouvant y figurer doivent répondre à des critères stricts. De manière générale, ils ne doivent pas contenir de liens publicitaires ou un contenu commercial (seule exception : ce qui concerne les ouvrages des auteurs et les créations des artistes sur leurs pages).

  • Les dictionnaires, encyclopédies et lexiques ou glossaires doivent représenter un travail complet, objectif, vérifiable et de préférence non amateur.
  • Il en est de même pour les sites bibliographiques, dont la volonté d’exhaustivité et la fiabilité sont impératives.
  • La page ne présente pas de revues grand public sur la science-fiction, mais uniquement des revues d’études et de recherches.
  • Les ressources pédagogiques peuvent provenir aussi bien de sites officiels que de sites indépendants, mais doivent toujours montrer une présentation sérieuse et adaptée.
  • Les sites d’auteurs reconnus ou d’artistes professionnels doivent être complets (présentation, bibliographie, actualités) et avoir fait la preuve de leur longévité, pour éviter à court ou moyen terme les liens morts ou redirigeant vers des sites différents.
  • Les blogs d’auteurs doivent proposer un contenu orienté vers la science-fiction (réflexions, avis argumentés), en plus du contenu personnel propre aux blogs. Ils doivent être régulièrement alimentés et témoigner d’une activité récente.

Cette page se veut une aide pour les chercheurs, afin de trouver rapidement des sources et des instruments fiables et sérieux sur internet. N’hésitez pas à nous signaler tout oubli ou erreur.

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)
mardi 11 mars 2014, 14h00-20h00
BnF François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

La BnF a reçu un don de 2 000 volumes venant du médiéviste Pierre Couperie, qui fut le premier à faire un séminaire sur la BD à l’EHESS. Ce don, réceptionné en 2012, concerne essentiellement des livres de science-fiction, pratiquement tous en anglais, des années 1950-1980, presque tous étant absents de ses fonds.

À cette occasion, la BnF propose un colloque sur Pierre Couperie, la science-fiction et la bande-dessinée. Historien et théoricien de la bande dessinée, amateur passionné de science-fiction, Pierre Couperie a été l’un des premiers à donner au neuvième art ses lettres de noblesse. Une après-midi d’étude lui est consacrée à l’occasion du don de ses livres de science-fiction à la BnF.

14h : Pierre Couperie, historien
Par Danièle Alexandre-Bidon et Nicolas Vessey, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Le don Couperie et la cote Z Couperie à la Bibliothèque nationale de France
Par Roger Musnik, BnF

14h30 : Le don Couperie et le fonds science-fiction de la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI)
Par Catherine Ferreyrolle et Jean-Pierre Mercier, CIBDI

15h : La légitimation des « arts mineurs » : un sport national français ? Les exemples de la bd et de la sf
Par Pascal Ory, historien

15h45 : Extraits d’une interview de Pierre Couperie du 23 avril 1997

16h : Pierre Couperie, l’homme, le collectionneur
Dialogue entre Dominique Petitfaux, historien de la bande dessinée et Nicole Lambert, auteur, animé par Eric Walbecq, BnF

16h30 : Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie
Par Thierry Groensteen, CIBDI

17h : Dessins de Pierre Couperie
Par Jean-Pierre Dionnet, historien de la bande dessinée

17h30 : Les extraterrestres : imaginaire ou illusion ?
Par Michel Viso, exobiologiste au Centre national d’études spatiales (CNES)

18h30 : Projections
Découvrons comment le cinéma a traité le voyage vers la lune à travers un florilège d’extraits de films et de dessins animés :

La Lune à un mètre / Georges Méliès – 1898 © Lobster films
Excursion sur la lune / Segundo de Chomon – 1908 © Lobster films
Destination Moon / Irving Pichel – 1950 © Universal
De la Terre à la lune / Byron Haskins – 1958 © Artus films
La Femme sur la lune / Fritz Lang – 1929 © Transit Films
Fly me to the Moon / Ben Stassen – 2008 © 2008 Fly me to the moon SPRL
Silent Running / Douglas Trumbull – 1972 © Universal
Cat-women of the Moon / Arthur Hilton – 1953 © Bach films
Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion / Ken Finkleman – 1982 © Paramount
Conquistador de la luna / Rogelio A. Gonzalez – 1960 D.R
Mouse on the Moon / Richard Lester – 1962 © MGM
Flash Gordon (épisode 2 : Le Tunnel de la terreur) / Frederic Stephani – 1936 © Bach films