Archives par mot-clé : SFS

Science Fiction Studies numéro 130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : « special issue on indian science fiction », dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 130

Science Fiction Studies numéro 129

Le numéro 129 de la revue Science Fiction Studies est paru. Il s’agit de la publication des actes du colloque « Retrofuturism » organisé par Science Fiction Studies en 2015, augmenté de quelques articles.

THE 2015 SFS SYMPOSIUM : RETROFUTURISM

Le cinquième et dernier Symposium de Science Fiction Studies s’est tenu le 15 octobre 2015, en association avec la conférence « Revising the Past, Remaking the Future », au Culver Center for The Arts à Riverside (Californie). Le sujet en était le rétrofutrisme et, quelque divers qu’en ait été le ton et les sujets, les trois contributions – d’Arthur Evans, Rachel Haywood Ferreira et Pawel Frelik – avaient en commun un interêt pour les manières, multiples et contradictoires, dont nos passés ont envisagé nos futurs, engendrant du même coup un imaginaire culturel qui, quoique dépassé, conserve une étrange et perturbante proximité. Comme pour les précédents discours de symposiums, ceux-ci étaient conçus pour inciter à la réflexion ou à la polémique, et la séance de discussion animée qui a suivi a montré qu’elles ont parfaitement atteint leur but.

J’aimerais formuler quelques mots de remerciement pour tous ceux qui ont soutenu ce cycle de symposiums, depuis sa conception en 2009. Je suis très reconnaissant à mes six collègues de Science Fiction Studies, en particulier Art Evans, chargé de la coordination, dont la générosité est restée profonde et sans faille, et aux trois intervenants (ce qui inclut, j’en suis heureux, Art lui-même) qui ont partagé leurs intuitions sur le rétrofuturisme. J’aimerais remercier Steve Cullenberg, ancien doyen du Collège des Humanités, Arts et Sciences Sociales, de l’UCR, pour tout ce qu’il a fait pendant des années afin d’encourager l’étude de la science-fiction à l’UCR. Je remercie tous les lieux qui ont accueilli cet événement à Riverside : la salle de lecture des Special Collections, la Spanish art Gallery au Mission Inn, et à présent le Culver Center. Et j’aimerais dédier ce symposium à Melissa Conway, Nalo Hopkinson, et Sheryl Vint, trois personnes exceptionnelles que j’ai eu la chance de pouvoir tenir pour des collègues et amies. Ave atque vale ! Rob Latham, California State University, Los Angeles

Cet essai porte sur des exemples d’anachronismes – intentionnels comme involontaires – dans plusieurs romans français “rétrofutristes” dans l’anticipation ancienne : L’Année 2440 de Louis Sébastien Mercier (1771), Le Monde tel qu’il sera d’Émile Souvestre (1845), et Le Vingtième Siècle d’Albert Robida (1882). J’étudie les nombreux anachronismes dans ces « récits du futur » en me concentrant sur deux types de public : les lecteurs contemporains et les lecteurs actuels, qui considèrent ces textes rétrospectivement depuis le XXIe siècle. En tant que membre de ce dernier groupe, nous avons tendance à projeter sur ces visions du future « à l’ancienne » nos sensibilités esthétiques et nos mèmes idéologiques actuels. Notre lecture rétrospective ne se contente pas d’observer, elle projette un regard qui est lui-même intrinsèquement anachronique.

L’Amérique latine a sauvé le monde – ou pas – à de nombreuses reprises dans des textes écrits pendant les années 1950, la période d’incubation pour la science-fiction dans cette zone. En regardant vers l’avenir, ces années 1950 ont produit beaucoup de matériaux pour les élans rétrofuturistes actuelles, même si elles n’ont pas directement produit ces élans d’elles-mêmes. Cet article s’appuie sur quelque vingt-cinq fictions d’auteurs d’Amérique latine publiées dans le magazine argentin Más Allá[Au-delà], un partenaire de Galaxy Science Fiction, entre 1953 et 1957. Je souhaite explorer ces images passées du futur pour réfléchir aux questions suivantes : à qui appartenait l’avenir dans la SF d’Amérique latine, à quoi ressemblaient ces avenirs et lesquels de ces futurs antérieurs nous habitons – ou pas – actuellement et pourquoi. Je m’intéresse en particulier à la manière dont les écrivains d’Amérique latine ont -ou pas – remis en cause les conceptions d’Amérique du Nord concernant l’avenir et la science-fiction, et à l’impact que cela a eu sur les écrivains et lecteurs de science-fiction ultérieurs.

De la même manière que le mégatexte de la science-fiction est une base de données regroupant des objets conceptuels, des personnages, des motifs et des scenarios, je propose un mégatexte visual, un repertoire des signaux visuels de la science-fiction: icônes, éléments, symboles et tableaux, qui circulent, se rejoignent, et évoluent. Du fait du tournant pictural et de l’importance centrale de l’audiovisuel dans la cilture contemporaine, les opérations du mégatexte visuel sont essentielles pour comprendre la science-fiction et précèdent très souvent le déploiement narratif de ses icônes et paraboles. Le mégatexte visuel n’est pas seulement constitué de signes visuels individuels, mais comprend aussi des ensembles d’élements visuels qui existent dans des supports individuels, sont liés à des temporalités différentes et suivent des filiations esthétiques distinctes. La seconde partie de l’article présente deux ensembles visuels choisis dans le passé de la science-fiction et qui sont restés extérieurs aux préoccupations de la science-fiction : les représentations visuelles des cultures des premiers jeux vidéo, et les œuvres d’artistes expérimentaux. En dépit de leur marginalité apparente, ces deux ensembles et d’autres sont essentielles pour comprendre parfaitement la science-fiction contemporaine. De plus, une attention portée aux formes et aux supports visuels au-delà du cinéma et de la télévision peut rééquilibrer et recentrer l’histoire de la science-fiction.

ARTICLES

  • Patrick Whitmarsh. “Imagine You’re a Machine”: Narrative  Systems in Peter Watts’s Blindsight and Echopraxia           Peter Watts est une figure relativement nouvelle dans le champ de la science-fiction, et son oeuvre récente a fourni à la communauté littéraire une approche rafraichissante d’innovation sur la question de l’essence de l’humain. La critique adressée par Watts à l’anthropocentrisme, néanmoins, dépasse les expériences de pensée passionnantes et parfois perturbantes qu’il représente dans sa fiction : au-delà de l’originalité de leur contenu, les romans récents de Watts Vision aveugle (2006) et Echopraxie (2014) s’attaquent aux valeurs de l’humanisme sur le plan de la forme narrative. Cet essai défend l’idée que la relation entre ces deux textes est bien plus complexe que celle qui lie un début et une suite, et que leur structure combinée remet en question les principes de la théorie narrative (telle qu’elle est pratiquée dans les études littéraires), et même la production de sens en soi, en reconfigurant le récit pour en fait un système évolutionnaire super-intelligent. En définitive ; le projet de science-fiction de Watts oblige la critique et la théorie littéraires à réexaminer les liens suivants : a)entre la stabilité de la perspective et la signification narrative b) entre la structure narrative et les exigences discursives de la science-fiction.    
  • Andrew Rose. The Unknowable Now: Passionate Science and Transformative Politics in Kim Stanley Robinson’s Science in the Capital TrilogyCet article s’attaque à la relation complexe entre les pratiques d’acquisition du savoir et les transformations socio-politiques en devenir dans la trilogie climatique de Kim Stanley Robinson. A partir d’une perspective éco-critique, et en dialogue spécifiquement avec le tournant néo-matérialiste dans la théorie des études éco-culturelles, je défends l’idée que la représentation de la science dans cette trilogue est étrangement sensible à deux concepts-clé : à savoir, la théorie néo-matérialiste très disputée de l’ « opération distribuée » (distributed agency) et le concept bien connu de Donna Haraway de « savoirs situés » (situated knowledges). Tandis que les notions humanistes reposantes d’objectivité, d’autonomie et d’intentionnalité sont anéanties à bon escient par ces théories néo-matérialistes, les théoriciens et activistes de l’environnement doivent veiller à ne pas sous-estimer la portée de ces perturbations. En fait, il sera indispensable de repenser les formes des pratiques d’acquisition des savoirs et leur lien à la subjectivité et aux activités politiques dans un cadre post-humain et post-naturel. Je suggère qu’une attention critique accordée au personnage de Frank Vanderwal – à la fois sa transformation personnelle appelée « modélisation optimale » (optimodality) et le tournant professionnel vers une « science passionnée » qu’il aide à mettre en place dans les romans – permet de mettre en valeur des opportunités-clés (et des défis) pour réinventer la science et la politique à l’époque du changement climatique. En définitive, c’est un processus de réorientation qui doit se dérouler dans ce que je propose d’appeler du nom fructueux du « présent inconnaissable » (Unknowable Now).
  • Paul Mountfort. The I Ching and Philip K. Dick’s The Man in the High Castle       Cet article répond à un manque dans la critique dickienne actuelle en entreprenant une lecture précise des douze mentions du Yi King qui s’entrelacent pour renforcer le fameux roman de Philip K. Dick, L’Homme du Haut-Château (1962). Je défends l’idée que le Yi King est l’instrument qui (littéralement et métaphoriquement) unifie les dimensions stylistique et philosophique du roman. À partir d’une synthèse des approches critiques essentielles, j’étudie les particularité oraculaires du Yi King, puis j’analyse précisément la structure unique du roman en me fondant sur ces douze consultations oraculaires essentielles. Ensuite, j’étudie les nombreuses conséquences que cela entraîne pour notre compréhension du Haut-Château. Deux choses apparaissent : les délimitations de la conception physique du roman et une série de synchronicités complémentaires, des associations alternées, et d’autres simultanéités qui distinguent le traitement de l’uchronie par Dick de la formule diachronique classique et même la forme synchronique de Fredric Jameson ou l’ « histoire alternative post-moderne » de Paul Alkon. Je conclus sur l’idée qu’en dépit d’une ambivalence critique, partagée par Dick, au sujet de sa conclusion ambiguë, c’est précisément cette ouverture, à partir de laquelle se déverse un multivers d’interprétations potentielles, que le roman maintient sa place importante dans la littérature contemporaine.
  • Gerry Canavan. “A Dread Mystery, Compelling Adoration”: Olaf Stapledon, Star Maker, and Totality     À partir de recherches entreprises aux archives Olaf Stapledon à l’Université de Liverpool, cet article étudie la tension entre l’optimisme cosmopolite et le pessimism cosmique qui structure le roman de Stapledon Créateur d’étoiles (1937) et se demande si le roman parvient à résoudre les problèmes philosophiques qui ont incité Stapledon à l’écrire. Je conclus, malheureusement, par la négative : même s’il s’agit d’une réalisation exceptionnelle, et en dépit de son optimisme apparent, la confrontation du livre avec l’infini, la totalité et le sublime est en définitive déprimante plutôt qu’elle ne produit un ordre cosmologique heureux, ce qui a entraîné un nouvel essai de Stapledon pour essayer de résoudre ce problème philosophique dans les livres ultérieures, de la deuxième moitié de sa carrière.
  • Cameron Awkward-Rich. The Fiction of Ethnography in Charlotte Perkins Gilman’s Herland       Dans l’introduction de Women Writing Culture (1995) – une anthologie d’écrits par des ethnologues féministes réunis en réponse, pour une part, au masculinisme de l’anthologie très influente Writing Culture (1986) – Ruth behar propose de voir en Charlotte Perkins Gilman le point de départ d’une généalogie alternative et féministe de la théorie sociale, une proposition qui n’est pas repris dans le corps de la démonstration de Behar. Ce genre de mention, néanmoins, montre bien en quoi Gilman a pu être associée aux sciences sociales : son importance est reconnue, et son utilité pour des projets féministes est proclamée, mais personne ne paraît savoir au juste en quoi. À partir d’une synthèse sur l’ethnographie considérée comme centrale dans Writing Culture et Women Writing Culture, cet article offre un type de réponse à la question de savoir en quoi Gilman pourrait être utile pour développer une ethnographie spécifiquement féministe, en reconnaissant l’importance de la fonction du narrateur-ethnographe de son roman utopique à succès, Herland (1915). En particulier, je défends l’idée que Gilman utilise l’ennui stratégiquement pour miner la domination géographique, culturelle et sexuelle intrinsèque au mode de narration de la quête du mâle (blanc) dans laquelle l’ethnologie contemporaine trouve ses racines.

REVIEW-ESSAYS

  • Arthur B. Evans. Surrealism and Science Fiction: Parkinson’s Futures of Surrealism and Surrealism, Science Fiction and Comics       
  • David Higgins. Coming to Terms with SF: Latham’s The Oxford Handbook of Science Fiction        
  • Rob Latham. Weaponizing the Imagination: Colignon’s Rocket States, Fanning’s Death Rays and the Popular Media, Case’s Calling Dr. Strangelove, Edwards’s The Atomic Bomb in Japanese Cinema, Oramus’s Grave New World, and McGrath’s Deep Ends    

BOOKS IN REVIEW

  • Baker’s Science Fiction (Michael M. Levy)            
  • Barbaro’s La fantascienza nella letteratura araba (Salvatore Proietti)   
  • Caroti’s The Culture Series of Iain M. Banks (Jerome Winter)     
  • Edwards’s Technogothics (Lorenzo Servitje)       
  • Grantham’s The Transhuman Antihero (Joshua Pearson)             
  • Gulyas’s Conspiratorial SF Television (Sarah M. Gawronski)        
  • Gutiérrez-Jones’s Suicide and Contemporary SF (Elana Gomel) 
  • Hottois/Missa/Perbal’s Encyclopédie du trans/posthumanisme: L’humain et ses préfixes (Annabelle Dolidon)
  • Iannuzzi’s Fantascienza italiana contemporanea (Umberto Rossi)
  • James’s Lois McMaster Bujold (Chad Andrews)
  • MacArthur’s Gothic Science Fiction (Steven Mollmann)   
  • Magerstädt’s Body, Soul, and Cyberspace in Contemporary Science Fiction (Colin Milburn)         
  • Page’s Creativity and Science in Contemporary Argentine Narrative (Silvia G. Kurlat Ares)           
  • Theiss’s Reading Science Fiction and Historiography (Rjurik Davidson)  
  • Turnock’s Plastic Reality and Whissel’s Spectacular Visual Effects (Justin Gautreau)       
  • Walter’s New Translation of Jules Verne’s Five Weeks in a Balloon (Peter Schulman)

NOTES AND CORRESPONDENCE

Science Fiction Studies numéro 128

Le numéro 128 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction numérique : « special issue on digital science fiction », dirigé par Pawel Frelik et Rob Latham.

ARTICLES

Paweł Frelik. Introduction: Digital Science Fiction(s) (texte en anglais)

Symposium on Digital SF

Lisa Swanstrom. « External Memory Drives: Deletion and Digitality in Agrippa (A Book of The Dead) » (présentation en anglais)

Bien que la fiction cyberpunk de Williamn Gibson soit essentielle pour saisir la relation entre la « digitality » [« condition numérique »] et la science-fiction, je postule que l’œuvre « numérique » [« digital »] la plus importante de Gibson n’est ni du cyberpunk, ni de la science-fiction, ni même de la fiction. C’est plutôt un poème autobiographique, « Agrippa:(A Book of the Dead) », publié en 1992. « Agrippa » correspond à un moment de basculement pour l’écriture de Gibson du fait de son implication avec des techniques d’édition numériques réelles – plutôt que spéculatives – non seulement en ce qui concerne le disque qui contient le poème qui y est encodé, mais en ce qui concerne la tendance de Gibson à établir une relation triangulaire entre la numérisation, l’identité et la mémoire. « Agrippa » dans son ensemble – c’est à dire comme œuvre poétique, livre imprimé, et objet numérique destiné à s’auto-effacer – fonctionne au départ comme un monument moderniste élevé à la subjectivité au moment même où elle est démantelée et, à cet égard, se trouve en parfaite cohérence avec la fiction cyberpunk de Gibson, qui tend à traiter la technologie numérique de manière analogique. Pour autant, durant les vingt ans et plus qui ont passé depuis sa publication initiale, « Agrippa » a continué à évoluer, et une analyse de ce texte étrange de nos jours apporte différentes possibilités. Dans ce qu’on pourrait appeler l’au-delà d’« Agrippa », une forme plus fluide de mémoire s’est manifestée, une forme collective, participative, collaborative, et bien plus en harmonie avec la nature de la « digitality » [« condition numérique »].

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 128

SCIENCE FICTION STUDIES N°126

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-sixième numéro.

SPECIAL ISSUE ON ITALIAN SCIENCE FICTION

Edited by Umberto Rossi, Arielle Saiber, and Salvatore Proietti

ARTICLES

Arielle Saiber and Umberto Rossi. « Introduction: Italian SF: Dark Matter or Black Hole?

Salvatore Proietti. The Field of Italian SF

Symposium on Italian SF            

 Valerio Evangelisti. Science Fiction: A Narrative in Line With the Times

 Domenico Gallo. Fantascienza Outside the Ghetto: The Science-Fictional Writings of Italian Mainstream Authors

Quelques-uns des plus importants spécimens de la SF italienne du vingtième siècle, écrits par des auteurs aussi prestigieux et mainstream qu’Italo Calvino, Mario Soldati, Ennio Flaiano, Corrado Alvaro et d’autres encore, ne furent pas publiés par la presse spécialisée ou des revues de science-fiction ; ils furent présentés comme des « narrativa » (des romans) sans caractéristiques de genre, bien qu’ils appartiennent indubitablement à la SF. Les raisons de cette production de SF et de sa circulation en-dehors de son « ghetto » sont liées aux aspects spécifiques de l’histoire et de la culture italiennes et dont il sera question dans la première partie de cet article.

Continuer la lecture de SCIENCE FICTION STUDIES N°126