Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, « Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae » dont voici le premier billet.

 

Après un BTS design graphique au lycée La Martinière Diderot (Lyon) et un DNAP dans le même domaine à l’isdaT (Toulouse), je suis actuellement étudiante en quatrième année à l’ENSBA Lyon.

Les projets menés au cours de ces trois années m’amènent aujourd’hui à m’intéresser à l’utilisation du document dans le design graphique, un thème qui s’affinera dans l’écriture d’un mémoire à partir de 2018 et dans la mise en place du projet de diplôme par la suite. Le premier semestre s’articule autour de divers ateliers principalement axés sur le domaine éditorial. C’est dans le cadre de l’un de ces ateliers, intitulé Identité : texte image, que j’ai eu choisi ReS Futurae comme potentiel client.

La science-fiction est un domaine que je connais assez peu, néanmoins, j’ai récemment eu la volonté d’approfondir les connaissances basiques que j’ai sur le sujet. Le répertoire visuel que proposent les différents médiums et documents autour de la science-fiction, qu’ils soient plus ou moins anciens, m’apparaît déjà comme une base riche à explorer. Voilà pourquoi j’ai pris la décision de me pencher sur ReSF, revue découverte pendant mes recherches.

Continuer la lecture de Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Samuel Estier, chercheur à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’oeuvre de Maurice G. Dantec qu’il a côtoyé pendant son exil à Montréal lors de ses dernières années d’existence, nous transmet cette information :

Le 15 novembre, en la fête de saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec a ouvert ses portes.

En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec.

www.mauricegdantec.net

En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l’écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d’elle figure en page d’accueil.

Un bref entretien présentant le projet est accessible à l’adresse suivante : https://lincorrect.org/dantec-le-site/

Crédits « Image à la Une » : « L’écrivain Maurice G. Dantec, en 2006. » / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Programme de colloque :

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

18-19 octobre 2017

Université Paris-Sorbonne

« Uchronie », d’après le lécythe CA 2220 du Louvre (dessin AQB).

Organisé par Alexandre Grandazzi et Anne Queyrel Bottineau
Equipe EDITTA (EA 1491) (Édition, Interprétation, Traduction des textes Anciens).

L’uchronie, cette réécriture du passé à partir de la modification fictive d’un événement, devient aujourd’hui une méthode très utilisée dans le domaine des sciences humaines. Mais, si l’uchronie est maintenant familière aux historiens des époques récentes, elle est restée presque totalement absente des études sur l’Antiquité classique, alors même que les problématiques sur la mémoire,  l’identité et le recours au passé dans les sociétés anciennes sont au cœur des préoccupations actuelles sur cette période. Il est donc nécessaire de consacrer une manifestation scientifique à caractère pluridisciplinaire, regroupant historiens, philologues et philosophes, à cette forme de rapport au passé dans l’Antiquité.

 

Mercredi 18 octobre 2017
Université Paris-Sorbonne
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Bibliothèque de l’UFR de Latin (escalier E, 3ème étage)

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Ouverture du colloque

Le vraisemblable, les possibles du passé et l’advenu

14h-14h30 Marie-Pierre Noël (Univ. Paul-Valéry UM3, CRISES – EA 4424) : « Usage des preuves et réécriture(s) de l’histoire dans l’éloquence attique, d’Antiphon à Isocrate »

14h30-15h Christine Hunzinger (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : « Quand le récit aurait pu bifurquer… Bribes d’uchronie dans le corpus hésiodique et les hymnes homériques »

15h-15h30 Élisabeth Buchet (Editta) : « La multiplicité des étiologies dans les Fastes d’Ovide : une forme d’uchronie ? »

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 Pierre-Alain Caltot (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : « L’uchronie comme échappatoire devant le nefas dans la Pharsale de Lucain et les tragédies de Sénèque »

Continuer la lecture de Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Hommage à Isabelle Périer

La rédaction de ReS Futurae souhaite se joindre aux hommages dédiés à Isabelle Périer, en adressant ses condoléances à sa famille, ses proches et ses amis.

C’est une personnalité harmonieuse et sereine qui s’efface de nombreux réseaux et lieux où elle a apporté sa passion et ses compétences, notamment la communauté des jeux de rôle (en particulier pour le jeu Nephilim et ses abords, avec un intérêt constant pour la création française contemporaine), l’enseignement des lettres et des humanités classiques (un exemple parmi d’autres dans la collection Etonnants Classiques). Outre l’amie chaleureuse qu’elle était pour beaucoup, les chercheurs en science-fiction et en fantasy perdent en elle une collègue et une camarade engagée, qui s’est investie avec enthousiasme et sincérité au côté de plusieurs laboratoires (CRI, 3L.AM) et associations de recherche, en particulier comme secrétaire du CERLI et membre active de la LPCM.

Ses recherches ont d’abord porté sur la science-fiction, avec sa thèse de littérature comparée soutenue en 2010 et portant sur « Mythe et épopée en science-fiction. Technoscience, sacré, idéologie dans les cycles de Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal » (dir. Michel Viegnes, CRI, Grenoble-Stendhal 3). Outre les rapports entre épopée et science-fiction, elle avait depuis étendu considérablement le champ de ses intérêts pour y inclure « la mythocritique, la science-fiction, la fantasy, la littérature contemporaine, les séries TV, les jeux de rôle et les jeux vidéo, la transmédialité et d’une manière générale les cultures de l’imaginaire » (source LPCM), et dans tous ces domaines, avait entrepris de faire entendre sa voix singulière.

Isabelle Périer a régulièrement contribué à ReS Futurae, avec deux articles sur Maurice G. Dantec, l’un de ses auteurs de prédilection : l’un s’interroge sur les mécanismes d’hybridation postmoderne à l’œuvre dans ses romans, l’autre explore le présentisme paradoxal du diptyque Liber Mundi. Un troisième article doit paraître dans le n° 10 de la revue, « Imaginaire informatique et science-fiction » : il approfondit une communication sur l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk.

L’IMAGINAIRE ET LE PRIX GONCOURT (2017)

« QUELQUE PART, LE JEUDI 6 JUILLET 2017 »

C’est avec cette  mention que s’ouvre le communiqué de presse, que nous reproduisons plus bas, adressé à l’Académie Goncourt par les éditeurs et acteurs de l’édition des littératures de l’imaginaire en France.

Rappelons-nous Baudelaire, qui ouvrait un des Petits Poèmes en prose par un appel à l’ailleurs : « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. » Cherchant le dialogue avec son âme malade qui refuse de lui répondre, il propose de l’emmener à Lisbonne, en Hollande, en Inde, en Laponie, à l’extrême-bout de la Baltique… et cette âme finit par exploser sagement : « N’importe où, pourvu que ce soit hors de ce monde ! »

Ce « quelque part » serait-il une façon de répondre au « Anywhere out of the world » qui donne son titre au poème de Baudelaire ?

Comme l’indique justement le communiqué de presse, les littératures de l’imaginaire, qui partagent pourtant une relative proximité avec l’histoire du prix Goncourt, se sont séparées, petit à petit, de la littérature blanche. Mais « quelque part » ce n’est pas « n’importe où » et il est en effet tout à fait légitime que toutes les formes de littératures romanesques soient représentées dans l’attribution du fameux prix.

Le communiqué cite le roman de John-Antoine Nau, Force ennemie, qui est récompensé du premier prix Goncourt, mais il n’est pas le seul : en 1905 c’est le roman d’anticipation de Claude Farrère Les Civilisés qui obtient le prix, la conjecture reposant sur un conflit futur entre la France et la Grande-Bretagne. Par ailleurs, certains lauréats verseront ultérieurement dans l’anticipation comme Henri Barbusse (Goncourt 1916 pour Le Feu) avec les nouvelles La Force et L’Au-delà (1926) et George Duhamel (Goncourt 1918 pour Civilisation) dans Les Voyageurs de l’espérance (1953)[1]. Et puis, l’Académie Goncourt s’est justement constituée à son origine avec plusieurs littérateurs ayant un lien plus ou moins évident avec ces littératures : Maupassant, décédé en 1893, était sur le testament de Goncourt, de même qu’Alphonse Daudet, lui aussi décédé en 1897 et remplacé par son fils Léon, sans parler des frères Rosny dont le nom de l’aîné est aujourd’hui associé au prix littéraire récompensant les meilleures œuvres de science-fiction francophones parues dans l’année.

Dans une tribune publiée dans La Revue hebdomadaire en date du 06 juillet 1907, « Le Prix Goncourt », Rosny aîné, qui était alors secrétaire-trésorier de l’Académie, rappelait les fondements du prix :

Il apparaît d’abord que beaucoup de littérateurs ignorent dans quelles conditions doit être attribué le prix Goncourt. Les statuts de la Société portent, à l’article II, que le prix dit « des Goncourt » doit être attribué au meilleur ouvrage d’imagination en prose parut dans l’année.  […] Pour éclairer [ce texte], il faut se reporter au testament d’Edmond de Goncourt. Et là nous voyons que ce prix sera donné à la jeunesse, à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme.

Dans le contexte littéraire dans lequel nous sommes, il est bien difficile de lire cette dernière phrase sans penser aux fulgurances des auteurs de science-fiction et de fantasy. Si le talent est une donnée bien subjective propre à chaque auteur et à la façon dont ils sont reçus par leur public, l’originalité et les « tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme » sont, elles, caractéristiques de ces littératures.

Dans le même esprit, Rosny poursuit sa tribune en réflechissant à une question qui fait alors beaucoup d’envieux : la rétribution financière qui accompagne le prix. Aujourd’hui, les cinq mille francs sont bien plus symboliques qu’ils ne l’étaient à l’époque. Cependant, quand on connaît les difficultés financières des petites maisons d’éditions (pensons, de façon non-exhaustive et sans se focaliser exclusivement à l’Imaginaire, aux Editions de la Différence récemment placées en liquidation judiciaire ou aux Editions Voy’el qui ont eu recours au financement participatif pour garder leur indépendance), par rapport aux ténors de l’édition que peuvent être Gallimard, Grasset ou Albin Michel, c’est une question toujours d’actualité. Car, quel que soit son prestige,  un prix littéraire fait vendre et il est tout à fait légitime que même les maisons d’édition les plus modestes puissent présenter leur poulain, l’auteur qui, selon elles, serait en mesure de marquer l’année littéraire, quel que soit le genre littéraire dont elles se revendiquent, selon le respect de la volonté de Goncourt.

Dans l’esprit de notre Maître, les cinq mille francs du prix étaient destinés à donner au lauréat « le temps et le loisir d’écrire un nouveau volume ». […] Le prix serait donc particulièrement institué pour les écrivains mal traités par la fortune. C’est, on l’avouera, un sujet de trouble et de scrupule. Plusieurs d’entre nous ne croient pas remplir tout à fait leur devoir en votant pour un homme pourvu de rentes, ni même pour un fonctionnaire ou un officier — à moins qu’ils ne sachent de source certaine que ces derniers ont l’intention d’abandonner leur emploi pour se consacrer à la littérature.

Rappelons que ces maisons d’édition ont lancé en début d’année un appel « pour promouvoir ces genres, trop souvent déconsidérés en France », comme l’annonçait Le Point le 27 mars 2017 et qu’aux Imaginales d’Epinal en mai dernier ont eu lieu les « États généraux de l’imaginaire ».

Clément Hummel.

 

 

[1] Source : http://archeosf.blogspot.fr/2015/11/le-prix-goncourt-et-le-merveilleux.html

Altérité et étrangeté dans le récit bref de science-fiction – Journée d’études 8 juin 2017

Responsables scientifiques : Yves Iehl, Jean Nimis

Télécharger le programme

L’altérité est explorée dans le récit bref de science-fiction ou d’anticipation avec des analyses dans quelques-unes des facettes proposées par les textes : «terres étrangères», «temps parallèles», «figures de l’autre», questions philosophiques et scientifiques posées par l’identité en tant que telle.

Il s’agit d’observer comment le récit bref de science-fiction et d’anticipation donne «un visage neuf à de vieilles questions» (Roger Bozzetto), dans le cadre de narrations qui se présentent et comme regards sur les cultures et comme sources de contre-culture.

Les convergences entre œuvres d’aires linguistiques diverses (et dans des supports comme la narration littéraire ou la série TV) permettent de voir comment se mettent en place les représentations de phénomènes de changement de paradigme (linguistique, stylistique, philosophique, social, politique, technologique) au fil des XXe et XXIe siècles.

Résultats du prix Mullen 2017-2018

I can see

Chaque année depuis 2009-2010,  la revue Science Fiction Studies récompense avec le prix Mullen les recherches menées sur des fonds d’archives relatifs à la science-fiction en ouvrant depuis 2014-2015 les candidatures internationales et proposant une récompense de $3000 aux étudiants bien avancés dans leurs travaux de master et de doctorat.

Parmi les candidats primés cette année, nous avons le plaisir de retrouver Fleur Hopkins, doctorante à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui mène depuis 2014 une thèse sous la direction de Pascal Rousseau intitulée « Aux frontières de l’invisible : culture visuelle et instrumentation optique dans le récit merveilleux-scientifique au passage du siècle (1875-1930) ».  L’objectif de sa thèse est de redécouvrir un genre littéraire oublié du grand public, le merveilleux-scientifique théorisé par Maurice Renard dans un article resté célèbre (« Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », Le Spectateur, n°6, octobre 1909).

Depuis le début de sa thèse, Fleur Hopkins est à l’origine de nombreux articles et communications sur Maurice Renard, le merveilleux-scientifique et la science-fiction dont la plupart sont consultables en ligne avec une présentation détaillée de son projet de thèse sur sa page Academia.

Le financement obtenu lui permettra de se rendre une semaine à Yverdon (Suisse) pour travailler sur les nombreuses et précieuses archives de La Maison d’Ailleurs. Elle aura ainsi un accès privilégié aux livres rares d’auteurs français d’avant-guerre (Varlet, Couvreur, Thévenin, La Hire, etc.) et aux précieuses collections déposées par Pierre Versins, Brian Stableford et Andrew Watts.

Nous renvoyons à ces articles  publiés sur les carnets de Res Futurae pour une lecture complémentaire :

Compte rendu de l’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires (1972) de Pierre Versins par Natacha Vas-Deyres et Marc Atallah.

– Souvenirs du futur à la Maison d’Ailleurs (Suisse).

Rappelons aussi que l’année dernière, Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick) et Natacha Vas-Deyres (Université  de Bordeaux Montaigne) ont obtenu le prix Jamie Bishop pour un article écrit en collaboration (« Des fourmis et des hommes : voyage entomologique au cœur de la proto-science-fiction (1890-1950 »), ce qui atteste de la reconnaissance outre-Atlantique des travaux menés par les chercheurs et chercheuses francophones ces dernières années.

ReSF N°8 Michel Houellebecq

Le numéro 8 de ReS Futurae est paru.

Depuis la parution de son premier roman en 1994, Michel Houellebecq n’a eu de cesse de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffracte et se réfléchit la condition de l’homme postmoderne. Ces utopies empruntent des motifs et procédés aux traditions discursives de l’utopie et de la science-fiction pour permettre à ses romans de critiquer, grâce à l’hybridation générique, le substrat utopique d’une « Modernité sans gouvernail » (Heisenberg).

Irène Langlet : Éditorial

LES UTOPIES DE MICHEL HOUELLEBECQ

Sous la direction de Marc Atallah

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

LECTURES

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Science Fiction Studies numéro 130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : « special issue on indian science fiction », dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 130

Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

captureLe colloque « Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » doit se tenir du 16 au 18 novembre 2016 à Lyon. Consacré à l’étude des représentations associées à l’énergie et aux appareils électriques, ce colloque inclut notamment des contributions sur Raymond Roussel et Jules Verne, et explore de manière générale les liens entre science, littérature et culture médiatique.

Le programme peut être consulté ici

Continuer la lecture de Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

resfuturae 7
Daylon, CLEER, 2010

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueille un dossier issu de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXe et XXIe siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015), enrichi par de nouvelles contributions. Il s’agit d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre.

Irène Langlet, Éditorial

LE PRÉSENT ET SES DOUBLES

Continuer la lecture de ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

Carnet de recherches sur la science-fiction