Comptes rendus et recensions

La revue ReS Futurae accueille à chaque numéro des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction. Vous trouverez en suivant ce lien une liste, que nous tiendrons à jour régulièrement, des ouvrages reçus et/ou publiés, et qui pourront donner lieu à compte rendu.

N’hésitez pas à nous faire part d’ouvrages susceptibles de faire l’objet d’une étude dans un de nos numéros, ou à nous proposer des recensions ou comptes rendus spécifiques.

Appel à chercheurs de la Bibliothèque nationale de France (2016-2017)

Cette information publiée par la BNF pourrait bien intéresser les contributeurs du dossier Houellebecq  en préparation pour le huitième numéro de ResFuturae prévu pour l’hiver 2016.

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2016-2017. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de neuf bourses de recherche pour un montant total de 88.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes et de ses partenaires. L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse à tous pour les chercheurs invités et aux masterants et doctorants de moins de 35 ans pour les chercheurs associés. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, deux axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; étude de l’histoire du livre et des bibliothèques. S’ajoute également une proposition de recherche sur l’oeuvre du dernier lauréat du « Prix de la BnF », Michel Houellebecq.

L’information est publiée sur Calenda. Les dossiers de candidature sont à rendre pour le 15 avril 2016. Plus de détails pour les différents  appels à lire ici.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs de la Bibliothèque nationale de France (2016-2017)

La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe « para » réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Continuer la lecture de La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

Appel à contributions pour un colloque organisé du 20 au 22 mai 2016 à l’Espace théâtre de Mont-Laurier (Montréal).

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2016

Contact : villeneuve.mathieu.3@courrier.uqam.ca

Responsables : Mathieu Villeneuve (Université du Québec à Montréal), Paul Kawczak (Université du Québec à Chicoutimi), Amy Ransom (Central Michigan University), Samuel Archibald (Université du Québec à Montréal)

Programme détaillé et informations complémentaires, en particulier sur le Congrès Boréal, qui accueille le colloque.

Veuillez noter que le colloque ne peut s’engager à rembourser les dépenses des participants.

Argument

En septembre 2013, la sonde Voyager 1 devient officiellement le premier objet de fabrication humaine à sortir de notre système solaire. Porteuse d’un message symbolique de l’Humanité, elle devrait être, dans 40 000 ans, la première sonde spatiale à passer à proximité d’une autre étoile. Déjà, au IIe siècle, Samosate envoyait au moyen d’une vague géante, dans son Histoire véritable, ses héros humains dans l’espace, au-delà des limites du monde connu. En 2016, ce colloque aimerait interroger, des premiers rêves d’ailleurs aux réalisations actuelles, l’idée de voyage radical et infini dans les littératures et les pratiques de l’imaginaire. Continuer la lecture de Colloque Exodes et Voyages infinis – Congrès Boréal 2016

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil « Espaces Humains et Interactions Culturelles » (EA 1087), avec le soutien de l’école doctorale « Lettres, pensée, arts et histoire » (ED 525).

 

Comité scientifique : Loïc Artiaga (EHIC, université de Limoges) ; Anne Besson (Textes et Cultures, université d’Artois) ; Elsa Caboche (FoReLL, université de Poitiers) ; Émeline Chauvet (EHIC, université de Limoges).

Organisateurs : Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

Le projet de cette journée d’étude où communiqueront de jeunes chercheurs et des doctorants est d’interroger la conjugaison entre pratiques génériques et pratiques médiatiques dans le régime contemporain de la fiction. La journée s’inscrira dans le prolongement et au croisement de deux perspectives de recherche très productives depuis une trentaine d’années. D’une part, le renouvellement et le perfectionnement des outils de saisie des genres par les études littéraires depuis les années 1980 : esthétique de la réception et phénoménologie de la lecture, approches pragmatiques du genre, « savoir » et « compétences » génériques. D’autre part, le développement massif des études médiatiques et la revalorisation de l’attention portée aux supports comme matrices technologiques, sémiotiques et socio-économiques de notre culture. Matthieu Letourneux, conférencier invité de cette journée, proposera ainsi une réflexion sur « Les genres populaires dans le jeu des sérialités médiatiques ».

Continuer la lecture de GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

Informer_Theme_Technologie

Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (site Saint-Charles, Salle des Colloques 1), dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA 21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire, depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

imagesCAN0IR0A

Programme

Mercredi 7 octobre

13h30 Accueil des participants

14h00 Présentation du colloque par Marie-Ève Thérenty, Cédric Chauvin et Éric Villagordo

14h30 Conférence inaugurale d’Isabelle Krzywkowski (Université Stendhal – Grenoble 3), « L’ordinateur n’est pas une machine. À Jean-Pierre Balpe »

15h30 Discussion et pause

Séance 1. Imaginaire informatique et société

16h00 Jean-Paul Fourmentraux (Université Aix-Marseille), « Création numérique et médiactivisme »

16h30 David Peyron (Université Jean Moulin Lyon 3), « L’évolution de la figure du geek dans la fiction populaire »

17h00 Discussion

Jeudi 8 octobre

shutterstock_126474827

Séance 2. Spatialités cyberpunk

9h00 Henri Desbois (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Des cités hallucinées à la grille invisible, William Gibson et les métamorphoses du cyberespace »

9h30 Simon Bréan (Université Paris 4 – Sorbonne), « Hanter la machine : reconquêtes de la conscience humaine dans le cyberpunk à la française »

10h00 Isabelle Périer (Université du Maine), « Jouer dans un monde informatisé, ou l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk »

10h30 Discussion et pause

Séance 3. Imaginaire des langages informatiques

 avocat-informatique-libertes

11h00 Philippe Birgy (Université Toulouse – Jean Jaurès), « Les artifices de la pensée dans Permutation City de Greg Egan »

11h30 Irène Langlet (Université de Limoges), « Code is poetry »

12h00 Discussion et pause-déjeuner

Séance 4. Images d’hybrides

13h30 Bounthavy Corbaux-Suvilay (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « L’âme des machines dans The Ghost in the Shell »

14h00 Maxence Duarte (Université de Rouen), « Les super-ordinateurs des comic books américains : de l’homme-machine à l’homme-virtuel »

14h30 Discussion et pause

Séance 5. Imaginaire informatique et représentations du réel contemporain

15h00 Florence Thérond (Université Paul-Valéry Montpellier 3), «  L’ordinateur intime »

15h30 Natacha Levet (Université de Limoges), « Polar français et imaginaire informatique »

16h00 Sébastien Candelon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « L’évolution de l’informatique dans l’univers terroriste des blockbusters américains »

16h30 Discussion et pause

17h00 Assemblée générale 2015 de la LPCM

19h30 Rencontre avec Claude Ecken et Laurent Genefort, animée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne) et Olivier Legendre (Librairie Sauramps, Montpellier).

Claude Ecken
Claude Ecken
Laurent Genefort
Laurent Genefort

 

Vendredi 9 octobre

Séance 6. L’éros informatique

sexy_cyborg_by_mythicfx-d7sw1hf

9h30 Jean-Christophe Valtat (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La M-à-J des femmes : Il grande ritratto (1960), Galatea 2.2 (1995) »

10h Bruno Dupont (Université de Liège), « “KOMM – PROGRAMMIERE MICH / ICH LIEBE DICH !” Sensualité et érotique de l’ordinateur en littérature allemande »

10h30 Anthony Masure (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Pia Pandelakis (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux »

11h00 Discussion et pause

Séance 7. Informatique, magie et archaïsme

abstract-eyes-futuristic-steampunk-clocks-gears-lens-cyberpunk-photo-camera-tagnotallowedtoosubjective-optics-time-mechanism-hd-wallpaper

11h30 Anne Besson (Université d’Artois), « « Magie du numérique : l’ordinateur comme boîte à merveilles »

12h00 Arnaud Despax (Université Toulouse – Jean Jaurès), « « Les consoles de l’éternel, à l’ombre des ordinateurs : Les cordelettes de Browser de Tristan Garcia »

12h30 Discussion et pause-déjeuner

Séance 8. Représentations du jeu vidéo

14h00 Éric Villagordo (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Les Technopères : la carte informatique, un chemin initiatique »

14h30 Hélène Sellier (Université de Limoges), « Le personnage jeu vidéo dans la littérature contemporaine »

15h00 Discussion et pause

Séance 9. Réflexivités du jeu vidéo

15h30 Thierry Serdane (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « The Stanley Parable : questionner une pseudo-liberté »

16h00 Estelle Dalleu (Université de Strasbourg), « hacking > < jeu vidéo »

16h30 Discussion et clôture du colloque

 

 

SCIENCE FICTION STUDIES N°126

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-sixième numéro.

SPECIAL ISSUE ON ITALIAN SCIENCE FICTION

Edited by Umberto Rossi, Arielle Saiber, and Salvatore Proietti

ARTICLES

Arielle Saiber and Umberto Rossi. « Introduction: Italian SF: Dark Matter or Black Hole?

Salvatore Proietti. The Field of Italian SF

Symposium on Italian SF            

 Valerio Evangelisti. Science Fiction: A Narrative in Line With the Times

 Domenico Gallo. Fantascienza Outside the Ghetto: The Science-Fictional Writings of Italian Mainstream Authors

Quelques-uns des plus importants spécimens de la SF italienne du vingtième siècle, écrits par des auteurs aussi prestigieux et mainstream qu’Italo Calvino, Mario Soldati, Ennio Flaiano, Corrado Alvaro et d’autres encore, ne furent pas publiés par la presse spécialisée ou des revues de science-fiction ; ils furent présentés comme des « narrativa » (des romans) sans caractéristiques de genre, bien qu’ils appartiennent indubitablement à la SF. Les raisons de cette production de SF et de sa circulation en-dehors de son « ghetto » sont liées aux aspects spécifiques de l’histoire et de la culture italiennes et dont il sera question dans la première partie de cet article.

Continuer la lecture de SCIENCE FICTION STUDIES N°126

Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

Super-Héros, une histoire française

SH2

Ce que l’on peut désigner comme « le genre super-héroïque » constitue un domaine s’inscrivant tout à la fois en plein dans la science-fiction tout en en étant une marge mixant SF, fantastique et polar. C’est à ce titre que l’ouvrage de Xavier Fournier consacré à l’histoire de la création des super-héros français apparait comme doublement référentiel : il s’inscrit dans le cadre de recherches renouvelées sur le comic book de super-héros tout en émettant l’hypothèse que les super-héros français sont nés au sein de la littérature populaire du 19ème siècle. Au-delà du cas français, la figure américaine du super-héros est devenue depuis les années 80 un objet critique désigné comme le « metacomic ». Pour Camille Baurin, auteur d’une thèse de référence en France en sur le sujet, « Le super-héros est né dans le comic book, appellation anglo-saxonne traditionnellement employée pour désigner le support de la bande dessinée, mais qui se dissocie de ses homologues européens et asiatiques par la spécificité de ses critères. Le comic book est en effet un fascicule paraissant par les moyens de la presse et répond, à l’instar d’une revue traditionnelle, à une logique de périodicité. Le super-héros s’est donc développé en fonction de cette nature, ce qui a favorisé son retour régulier et l’instauration progressive d’une dynamique sérielle dans ses intrigues. Et de fait, s’il est un phénomène qu’on peut remarquer concernant cette figure, c’est bien sa faculté à épouser toutes formes de stratégie de relance et de duplication de sa fiction : d’un contexte à un autre, d’un médium à un autre, d’une mode à une autre, sa spécificité réside dans son pouvoir de résistance au temps, expliquant par là sa traversée du 20ème siècle et du début 21ème, ainsi que son accès au rang d’icône populaire. »[1] Le metacomic prend ainsi pour objets de sa fiction le comic book, la figure du super-héros et le genre qui lui est consacré, à travers le développement d’une diversité de stratégies, de l’intertextualité à la mise en abyme, en passant par des phénomènes transfictionnels ou des réflexions d’ordre ontologique sur les personnages. L’enjeu fondamental du metacomic est de travailler sur l’identité du genre auquel il appartient, par la revendication et la légitimation de son histoire et de son évolution au cours du 20ème siècle. Le travail de Xavier Fournier, qui fut précédé par celui de Jean-Marc Lainé, Super-héros ! La Puissance des masques, publié en 2011, révèle toute la profondeur générique et symbolique du super-héros, nourri d’une intertextualité historique, politique ou esthétique. Natacha Vas-Deyres a proposé à Xavier Fournier en 2015 cet entretien que nous vous livrons en intégralité.

 

Continuer la lecture de Xavier Fournier et l’histoire française des Super-héros

Appel à textes pour le prix à la mémoire de Jamie Bishop

jbishop

L’Association internationale pour le fantastique dans les arts va décerner le huitième prix annuel à la mémoire de Jamie Bishop, pour un article critique écrit dans une autre langue que l’anglais. L’IAFA (International Association for the Fantastic in the Arts) définit le fantastique de manière à inclure la science-fiction, le folklore et les genres qui y sont liés dans la littérature, le théâtre, le cinéma, l’art et le graphisme, et les disciplines afférentes.

Pour plus d’information sur le prix et sur les lauréats des années précédentes, veuillez consulter la page Jamie Bishop Memorial Award: http://www.fantastic-arts.org/awards/jamie-bishop-memorial-award/.

Critères de présentation :

  • Les articles doivent relever d’une haute qualité de recherche, similaire à celle qui est exigée pour les publications universitaires.
  •  Nous examinons les articles d’une longueur de 3000 à 10000 mots (notes et bibliographie incluses).
  • Les articles peuvent être des articles inédits soumis pour publication universitaire, ou déjà publiés, et présentés par l’auteur ou un autre chercheur (auquel cas  l’autorisation de l’auteur est requise avant présentation).
  • Les articles doivent avoir été écrits et (éventuellement) publiés en langue originale dans les trois dernières années précédent la présentation.
  • Un résumé en anglais doit accompagner chaque présentation, ainsi qu’une traduction du titre en anglais.
  • Un article seulement par personne par année.
  • Les articles doivent être présentés électroniquement au format Word.

Date limite de présentation : 1er septembre 2015

Récompense : $250 U.S. et la qualité de membre pour un an de l’IAFA remis lors de la Conférence internationale sur le fantastique dans les arts en mars. L’article gagnant sera mis en ligne sur le site de
l’IAFA dans sa langue d’origine et/ou sa publication examinée dans le  Journal of the Fantastic in the Arts en traduction anglaise.

Veuillez adresser toutes vos présentations et questions à :

Please direct all inquiries and submissions to:

Amy J. Ransom
Department of Foreign Languages, Literatures & Cultures
305 Pearce Hall
Central Michigan University
Mt. Pleasant, MI 48859  USA
ranso1aj@cmich.edu

 

ROSNY ET SES VISIONS DU FUTUR DE L’HOMME DANS LES NAVIGATEURS DE L’INFINI (1925).

« Les Hommes ne sont que des bestioles… mais quelles bestioles ! », Rosny et ses visions du futur de l’Homme dans Les Navigateurs de l’Infini (1925).

rosny-aine

J.-H. Rosny aîné est souvent considéré comme l’unique auteur de romans dits « préhistoriques » tels que Vamireh (1891) et La Guerre du feu (1911) ou encore de romans sociaux qui ont fait son succès au début de sa carrière littéraire. Pourtant sa plus importante facette d’écrivain et son plus grand legs à la littérature française vient indéniablement de ses nombreux récits de merveilleux scientifique  que l’on qualifie souvent aujourd’hui « d’anticipation ancienne » de « science-fiction primitive » ou encore de « proto-SF » (Richard Saint Gelais). Tout autant d’étiquettes dont il s’est toujours défendu, leur préférant des thèmes ou des scènes préhistoriques, sociales, merveilleuses qui peuvent se croiser, s’interpénétrer. Sa nouvelle Les Xipéhuz (1887) le propulse au-devant des premiers auteurs de science-fiction française : la reconnaissance de cette stature se marque par l’attribution d’un prix à son nom qui récompense depuis 1980 les œuvres de science-fiction francophones.

ob_bb825399d00b4a5870047e899af82c8f_scan611

Rosny aîné attache dans ses récits un soin tout particulier à décrire des mondes merveilleux, imaginaires, dans lesquels il serait capable de décrire ce que Jean-Michel Pottier nomme des « situations sociales complexes [1] ». Ces situations sociales complexes seraient ainsi observées par un narrateur-expérimentateur qui étudierait minutieusement des sociétés humaines mises en scène dans un récit comme le ferait le scientifique qui observerait des reptiles au sein d’un vivarium.

Ainsi, si les récits préhistoriques permettent de découvrir les prémisses des premières civilisations humaines grâce à l’apprentissage du langage dans Vamireh ou de l’échange de savoirs dans La Guerre du feu, c’est dans la spéculation de la destinée du règne humain que se pose l’auteur de La Mort de la Terre en 1910. Dans ce récit de fin du monde, les hommes ont su domestiquer la Terre, jusqu’à en maîtriser les territoires, les énergies et vaincre les autres règnes. Dans une très lointaine projection vers le futur, Rosny suggère qu’à l’image des empires millénaires, l’humanité va entrer dans une décadence faute de défis nouveaux à relever, pour se replier sur elle-même, incapable de faire face à la potentielle extinction totale des derniers hommes menacés par une Terre devenue aride et l’émergence d’une espèce nouvelle, les Ferromagnétaux, mystérieux produit des déchets métalliques laissés par l’activité humaine. Métonymie de ces Derniers Hommes, un personnage, Manô, est ainsi décrit :

Sa vie restait directe. Il ne songeait guère au passé, moins encore à l’avenir. Il goûtait la douceur uniforme des jours ; il vivait auprès de sa femme une existence aussi insoucieuse que celle des oiseaux argentés dont les groupes, chaque matin, planaient sur l’oasis. […] A peine si une mélancolie fugitive le saisissait en songeant au dépérissement des Hautes-Sources. [2] ob_9c567a_scan430

Ce personnage du temps présent ne désire que de mener une existence paisible avant de mourir en même temps que l’espèce humaine. Il contraste évidemment avec le personnage principal du récit, Targ, qui lui se bat jusqu’à ses dernières forces pour trouver un moyen de sauver les bribes d’humanité parsemées autour du globe. Opposés dans leur dualité, ils n’en connaîtront pas moins le même sort fatal. Le premier pourtant, résigné à son sort, se laissera avaler par le désert pour nourrir l’espèce minérale naissante, tandis que le second choisira de s’abandonner aux Ferromagnétaux : le fer présent dans son organisme sera absorbé par leur magnétisme, lui causant une anémie fatale. Alors que Manô s’abandonne à une fatalité sinistre, Targ fait le choix d’un sacrifice symbolique, ultime pulsion de vie permettant de transmettre à la nouvelle espèce son instinct et son désir de survie. Deux assimilations différentes mais dans un cas une assimilation nutritive et dans l’autre la promesse symbolique d’un futur glorieux et d’une réincarnation d’une espèce au sein d’une autre.

ob_86d432_scans298

Une quinzaine d’années après cet émouvant récit, Rosny aîné renouvelle ce dispositif dans un court roman, Les Navigateurs de l’Infini (1925). Sa suite, Les Astronautes, sera annoncée en même temps mais ne sera publiée que de façon posthume pour la première fois en 1960, conjointement avec son aîné, au Rayon Fantastique.

Cette fois, les hommes sont en pleine exploration spatiale et une équipe de scientifiques est envoyée sur Mars pour y chercher des traces de vie extra-terrestre. Ils y découvrent deux formes de vie inconnues, les Ethéraux et les Zoomorphes. Si les Ethéraux, créatures célestes, ne seront considérés que dans le second épisode, les Zoomorphes, bien que primitifs, seront une menace persistante pour les protagonistes à cause de leur proximité mortelle. A l’image des Ferromagnétaux pour les hommes, la nature de ces derniers met en péril la survie d’une troisième espèce intelligente, les Tripèdes. Les explorateurs parviennent à communiquer avec eux, apprenant qu’ils sont proches de l’extinction à cause des Zoomorphes d’une part, et de l’autre d’un long déclin provoqué par un fort atavisme inhibant leur instinct d’initiative et leur volonté de survie. Pierre Versins établit également un autre parallèle dans ces deux textes :

Quant aux Zoomorphes, ils sont dans le règne protoplasmique ce qu’étaient les Ferromagnétaux pour le règne métallique, et le danger qui accompagne leur progression est semblable. [3]

Ces récits répondent à une dialectique sur l’avenir de l’humanité et sa place en tant qu’espèce dominante commencée par Rosny depuis Les Xipéhuz où la civilisation humaine primitive est attaquée par des créatures nées de l’électricité. Suite à un affrontement massif des deux espèces et l’extermination des Xipéhuz, la conclusion célèbre de la nouvelle sera laissée à Bakhoûn, le personnage principal du récit :

J’ai enterré mon front dans mes mains, et une plainte est montée de mon cœur. Car, maintenant que les Xipéhuz ont succombé, mon âme les regrette, et je demande à l’Unique quelle Fatalité a voulu que la splendeur de la Vie soit souillée par les Ténèbres du Meurtre. [4]

Les aventures du trio d’explorateurs consisteront à aider matériellement cette espèce décadente à s’éteindre paisiblement en lui donnant de quoi se défendre contre leurs adversaires. Au début de Les Astronautes, sur Terre, un personnage leur déclare « vous avez hâte de le revoir [5], allez, chacun à votre manière : Jean avec exaltation, Antoine avec une curiosité insatiable, et vous, Jacques, avec amour.» [6]  Cette suite verra leur retour sur Mars et l’aboutissement d’une conclusion inattendue. Contrairement à La Mort de la Terre qui est un roman sur la survie des hommes dans un monde devenu inhospitalier, Les Navigateurs de l’Infini est un récit paisible à peine parsemé de quelques péripéties sans grande importance. A travers la bouche du narrateur Jacques et ses échanges avec ses compagnons et les Tripèdes, Rosny émet un certain nombre de réflexions sur la place des Hommes dans l’univers, confrontant la vision d’une espèce perdue dans l’immensité du monde à l’importance de la mémoire et du souvenir de ce qui aura marqué l’histoire d’une planète.ob_c96ce1f72f4bc39d1aa5c33b999187c5_scan431

Pour ce faire, Rosny utilise à plusieurs reprises un même dispositif romanesque qui consiste à faire disserter des personnages suite à une découverte ou un événement. L’intérêt de ces scènes consiste dans la multiplicité des points de vue entre les personnages humains ou non. Les habitants de la planète Mars ne s’exprimant pas par la parole, un code par geste est mis en place ; de plus, autre différence physiologique, les Tripèdes ne ressentent pas non plus les couleurs et les sons de la même façon que nous. Ce qui passe au début pour une difficulté de compréhension devient vite le sujet d’interprétations nouvelles et originales.

Jean-Guillaume Lanuque voyait chez Rosny un « fatalisme de l’évolution dont le caractère inexorable semble s’imposer au collectif. » [7] En étudiant ces scènes réflexives, véritables temps morts narratifs, nous verrons comment à cette idée très séduisante d’une fatalité du darwinisme chez Rosny il est possible de lui préférer l’exposition d’une pulsion de vie portée par la civilisation – non exclusivement occidentale – humaine.

Les Navigateurs de l'infini, adapté en feuilleton-bande dessinée par Raymonde Borel-Rosny et illustré par Jacques Bressy, paru dans L'Humanité du 5 décembre 1974 au 16 mai 1975. Tous droits réservés.
Les Navigateurs de l’infini, adapté en feuilleton-bande dessinée par Raymonde Borel-Rosny et illustré par Jacques Bressy, paru dans L’Humanité du 5 décembre 1974 au 16 mai 1975. Tous droits réservés.

Contempler, s’émerveiller

Dès le début du récit, avant qu’il n’y soit confirmé la présence de vie, Mars apparaît comme une grande sœur de la Terre dont l’âge avancé lui conférerait une beauté éternelle. Le narrateur imagine des paysages extraordinaires qui procurent une épiphanie à un des scientifiques, Jean, décrit au seuil du roman comme « vaguement artiste [haïssant] la métaphysique ».

Dans l’air raréfié, le crépuscule devait être plus bref encore que dans les régions tropicales de notre Terre. Au fond de l’occident, la fournaise croulait ; elle demeure un moment suspendue entre deux montagnes et à peine eut-elle disparu que les étoiles scintillèrent dans un ciel incomparablement pur. Ce spectacle était semblable, en somme, à celui que nous avions vu pendant tous les jours de notre voyage, mais, sur cette terre lointaine, il détermina une petite crise de poésie chez Jean, un flux d’épithètes et, je crois, la récitation de quelques vers. [8]

Et derechef, en découvrant l’existence de formes de vies éthérées que le narrateur peine à décrire, celui-ci déclare :

Donc, vous ne doutez plus de la vie de ces formations… si dissemblables de tout ce qui avait été imaginé par les plus imaginatifs de nos savants et de nos artistes. [9]

Les explorateurs-scientifiques arrivent sur la planète non pas en conquérants ou en premiers colons, mais avec un cœur artiste, conscients de découvrir des territoires inédits et de précéder une nouvelle ère d’exploration spatiale humaine. Ce sentiment artiste est renforcé par les spéculations fictionnelles de Rosny sur la beauté de ces paysages qu’aucun savants ni artistes n’a su imaginer jusqu’alors. Pourtant, si les explorateurs sont fascinés par la beauté de la planète, ils constateront au retour de leur rencontre avec les Tripèdes que ces derniers sont attirés par les paysages terrestres. L’attrait est ainsi moins causé par l’expression de la beauté que par la poésie de l’altérité.

Au cours du récit, les deux races intelligentes vont vite dépasser leurs différences physiologiques et les problèmes pouvant en découler (anthropomorphisme, langage et communication différents) pour ne plus se différencier fondamentalement que sur des aspects culturels. Comme leurs planètes respectives, une culture est jeune, l’autre âgée et elles échangeront de la sagesse d’un côté et une force revigorante de l’autre. Les scientifiques partageront aussi leur savoir-faire et leur matériel pour aider les martiens à se défendre contre les présences hostiles. Une idylle surprenante va même commencer entre une martienne, Grâce, et le narrateur, subjugué par son exceptionnelle beauté, mais qui doit moins à son élégance et son rayonnement qu’à son anthropomorphisme.

navtop

Comme au seuil du récit celui-ci évoquait l’incapacité  des « plus imaginatifs de nos savants et de nos artistes » à spéculer sur la beauté du paysage martien, il est victime à nouveau de cette perte de mots :

Il ne faut pas tenter de dépeindre leur grâce et leur séduction ; quand j’épuiserais toutes les métaphores des poètes, quand je ferais appel aux fleurs, aux étoiles, aux forêts, aux soirs d’été, aux matins de printemps, aux métamorphoses de l’eau, je n’aurais rien dit ! Aucun rappel de la beauté humaine ni de la beauté animale. En vain mon imagination cherchait les repères de l’évocation et les prestiges du souvenir. Pourtant, comme le charme était sûr ! [ 10]

En observant avec bienveillance cette idylle naissante, le chef des Tripèdes et père de Grâce ressent la flamme du souvenir de la jeunesse perdue. « Notre venue avait éveillé en lui des rêves ataviques et rendu à l’avenir, aux possibles, une séduction naguère éteinte. », [11] déclare le narrateur. L’occasion de comparer à nouveau Mars et la Terre dont l’évocation n’est pas celle du souvenir visuel mais de l’impression poétique résiduelle :

– Notre ciel est-il aussi beau que le vôtre ?

– Il est incomparablement plus beau la nuit, répondis-je ; nous n’avons rien de pareil à ces vies lumineuses qui s’agitent sous des étoiles plus brillantes que les nôtres… Vos nuits l’emporteraient en tout si elles étaient plus tièdes, comme le sont les nôtres, en été, jusque dans les pays où les hivers sont rudes.

– Et vos jours ?

– Je les trouve préférables aux vôtres, mais peut-être ne les aimeriez-vous point. Nos plantes sont plus colorées et plus nombreuses… Elles produisent des fleurs d’où naîtront d’autres plantes, et qui sont presque aussi éclatantes que vos compagnes… Les trois quarts de la Terre sont couverts d’eaux qui coulent ou qui palpitent ; l’heure qui précède le jour et celle qui le suit ont bien plus d’éclat que sur Mars.[12]

Identifiable très facilement comme une métonymie de son peuple, le chef Tripède ressent ce sursaut de jeunesse amorcé par les explorateurs terrestres, s’exprimant, sans surprise, par un désir de renouveau ravivé, mais étranglé par un engourdissement millénaire. Ce qui ne l’empêche pas de demeurer rêveur en observant le feu crépitant, image ô combien évocatrice sous la plume de l’auteur de La Guerre du feu. Présenté dans le roman comme l’historien dépositaire de la mémoire ancestrale de son peuple, il permet au narrateur et à ses compagnons de faire un point historique de la civilisation Tripède, expliquant leur déclin :

En somme les Tripèdes décelaient les vestiges d’une civilisation jadis comparable à la civilisation terrestre du 19e siècle ; nous conjecturâmes que, après l’abandon successif de maintes industries leur science avait décru de cycle en cycle.[13]

Mis à part des différences physiologiques et perceptives, Rosny achève ici de rapprocher les Tripèdes des Hommes ; si ce n’est dans l’état d’évolution, au moins dans l’état de civilisation. Mais alors, si l’apogée des Tripèdes serait l’équivalent de notre dix-neuvième siècle industriel, les Hommes sont-ils proches de la décadence de leurs cousins ou un brillant avenir leur est-il ouvert ?

nav072

La science et l’espoir

Alors que Rosny développe d’un côté la décadence d’une espèce et sa disparition programmée, le récit s’attarde à de nombreuses reprises, dans ces temps morts que sont les scènes contemplatives, à évoquer le futur glorieux de la jeune race humaine. Il faut remettre en contexte l’Histoire du futur voulue par Rosny dans son roman : si le contexte est celui de l’exploration spatiale au sein du système solaire (ce qui n’est pas sans faire allusion, sans doute, aux fictions de Camille Flammarion), le narrateur ne donne pas d’informations précises ou allusives dans l’ensemble du roman sur la projection dans le futur là où, généralement, une date éloignée peut constituer un novum littéraire. Pourtant, ses personnages sont tout aussi bien des savants érudits, des scientifiques que des explorateurs ; des aventuriers en somme, que rien ou presque ne distinguerait des membres de l’expédition du Docteur Samuel Fergusson ou de ces aventuriers perdus sur L’Île mystérieuse dans les romans de Verne. Avec un esprit d’aventures et une croyance aveugle en leurs moyens technologiques presque contemporains du temps de l’écriture, il semble difficile de croire que le narrateur et ses compagnons fussent nos lointains descendants. Si des vers de Hugo sont cités au cours du récit, attribués à un « poète de jadis », une mention à la toute fin du roman vient relativiser cet éloignement temporel :

Par une nuit claire, nous lançâmes les premiers signaux d’appel, selon le système des longues et brèves que nous ont transmis les hommes du dernier siècle, système si parfait et si simple qu’il peut traduire le langage humain d’autant de manières différentes qu’il y a de sens et presque de formes d’énergies.[14]

Mention qui est suivie d’une note de bas de page de la main de l’auteur :

Le système Morse, qui peut s’adresser à la vue, à l’ouïe, au tact, même à l’odorat et au goût, qui peut utiliser tous nos mouvements, employer presque toutes les énergies perceptibles.[15]

La question de la période à laquelle se déroule le récit ne sera tranchée que dans Les Astronautes, où le narrateur déclare à propos de ses contemporains : « La férocité native de nos semblables persiste encore en ce XXIe siècle. » [16] Bien sûr, sous la plume de Rosny aîné, l’utilisation du code Morse n’est pas anodine, ayant lui-même officié en tant que télégraphiste pour les services postaux londoniens dans sa jeunesse. Cette note personnelle en marge du texte reflète l’affection de l’auteur vieillissant (il a 70 ans à l’écriture du roman) pour ce langage alternatif créé artificiellement par les hommes et qu’il aura pratiqué toute sa vie dans ses documents personnels. Cette invention reflète sous sa plume l’ingéniosité des Hommes, maîtres des énergies et des communications et agit comme une métonymie de leur science.

Cette confiance, presque aveugle, en l’espoir d’un avenir brillant pour l’humanité passe ainsi essentiellement dans sa maîtrise de la nature et sa capacité à imaginer des inventions sans cesse meilleures. C’est ainsi qu’au début du récit le narrateur déclarait dans un poignant monologue intérieur :

Chaque soir, nous nous tournions vers Elle [la Terre] ; bientôt elle deviendrait une resplendissante étoile. La reverrions-nous, pauvres atomes vainqueurs de l’éther, humbles navigateurs de l’océan impondérable…

N’importe, nous ne regrettions rien ; la nostalgie n’éteignait pas la passion de connaître.

– Un temps viendra où des escadres de Stellarium [le vaisseau des explorateurs] iront de planète en planète ! … Les hommes ne sont que des bestioles… mais quelles bestioles ! [17]

Son regard est l’occasion d’exprimer un vitalisme puissant que Rosny n’a jamais renié. En effet, si l’auteur de La Guerre du feu et des Xipéhuz a souvent puisé son inspiration dans les thèses évolutionnistes du siècle précédent[18] en inventant des races nouvelles ou présentant des états d’évolution de l’Homme différents de l’homo sapiens, il ne prône nulle part la supériorité de l’Homme sur les autres. Ainsi par exemple les Hommes-Des-Eaux dans Nymphée (1893) et leur système de respiration sous-marin proche des branchies ou la conclusion de Bakhoûn à la fin des Xipéhuz suite à la victoire des Hommes sur leurs ennemis mortels que nous évoquions plus haut.

A nouveau dans Les Navigateurs de l’Infini, Rosny brouille tout manichéisme où il y aurait d’un côté les Zoomorphes et de l’autre les Hommes qui aident les Tripèdes à se défendre contre le danger qu’ils représentent. L’analogie des conflits est en effet évidente et suggère d’ailleurs chez Rosny la récurrence de thèmes dans son Histoire globale de l’humanité. S’il associe l’avenir glorieux des Hommes au développement des sciences, la même confiance paraît en évoquant les jeunes races martiennes :

La surface occupée par les Zoomorphes était plus étendue et remontait bien plus loin vers le nord ou vers le sud : l’avenir leur appartenait. [19]

Les pulsions de vitalité reviennent toujours à la conclusion que malgré les évolutions et les règnes (terrestres ou extra-terrestres), les êtres vivants ne sont que des animaux. On retrouve ce même émerveillement zoologique dans La Guerre du feu :

Maintenant qu’il connaissait les mammouths, il les trouvait moins durs, moins incertains, plus équitables que les hommes. Leur chef n’était pas, tel Faouhm, redoutable à ses amis mêmes : il conduisait le troupeau sans menaces et sans perfidie. […] Le fils du Lépoard [Naoh] hait la puissance de sa race. Il la sent plus implacable, plus venimeuse plus destructive que la puissance des félins, des serpents et des loups. [20]

De même dans Le Trésor dans la neige où l’explorateur Alglave, personnage récurrent des fictions de Rosny, découvre dans une enclave une tribu d’hommes préhistoriques. Alglave, explorateur occidental ayant parcouru presque tous les continents du globe parle de :

l’humanité blanche […] dont la puissance féroce asservit presque trois continents » et poursuit un peu plus loin : « Neuf fois sur dix (je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué) on peut s’entendre avec les sauvages [sic]. La brutalité vient presque toujours du côté des Blancs. [21]

En constatant la relative passivité de l’action dans Les Navigateurs de l’infini au profit d’une succession de réflexions sur le potentiel d’un avenir glorieux des espèces, on pourrait considérer ce roman comme un essai narrativisé, à l’image de La légende sceptique (1889) ou de Les Compagnons de l’univers (1934) [22]. Mais ce serait omettre sa suite directe, dont la lecture offre d’importantes clefs de compréhensions. Si du point de vue de l’enchaînement du récit cette suite est vraiment stupéfiante, elle perd de sa dimension discursive et réflexive. De retour sur Mars les scientifiques trouvent un moyen pour communiquer, en Morse, avec les Ethéraux en s’apercevant qu’ils ne vivent pas dans la même fréquence temporelle qu’eux; ils parviendront à les convaincre de les aider à freiner l’avancée des Zoomorphes et retourneront son Terre, accompagnés de Grâce et du chef Tripède. Pourtant la conclusion du roman revient à cette question entêtante de l’avenir de l’humanité sur le très long terme. Fort de leurs expériences inédites, les scientifiques y envisagent son destin :

– L’humanité ne vivra peut-être pas davantage [qu’un million d’années].

– Tels que nous sommes, sûrement non… D’ici un million d’années, nous pouvons avoir subi une transformation considérable…

– Progrès ou décadence ?

– Je ne sais… Pour mon compte, j’opine pour une décroissance d’activité mentale, comme chez les Martiens, mais certes pas de la même forme.

– Et moi, je crois à une activité supérieure pendant quelques millions d’années encore.images

En dépit des nombreuses analogies entre les Hommes et les Tripèdes dans Les Navigateurs de l’Infini et La Mort de la Terre, l’Histoire du futur que propose Rosny n’est pas nécessairement celle des hommes plutôt qu’une autre espèce intelligente. A la différence des théories évolutionnistes, c’est moins la faculté de l’espèce à survivre qui est valorisée que celle d’une civilisation. Réflexion évidemment très optimiste dans un climat d’écriture d’entre-deux guerres mais qui fait sens au sein de la globalité de sa production. Le diptyque Navigateurs de l’InfiniAstronautes fonctionne ainsi comme une œuvre matricielle où la pérennité d’une espèce intelligente est soumise à son respect des autres vies. Plutôt que la force et la bestialité, la connaissance et la science sont les outils nécessaires à une civilisation pour prospérer, cette civilisation qui traverse les étoiles grâce à sa vigoureuse jeunesse et son génie scientifique pour toujours parvenir à s’émerveiller.

Clément HUMMEL

[1] « La recherche d’un manifeste », Cahiers Naturalistes n° 80, 2006, p. 136

[2] J.-H. Rosny aîné, La Mort de la Terre, Récits de science-fiction, Paris, Marabout, 1975, p. 148. Sauf mention contraire, il s’agit de l’édition de référence.

[3] Pierre Versins, L’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires, L’Age d’homme, Lausanne, 1972, p.778. Voir l’article que nous avons consacré à Pierre Versins: http://resf.hypotheses.org/977

[4] Nous avons déjà fait l’étude de quelques spécificités de ce récit dans une réflexion lisible en ligne sur le blog dédié aux frères Rosny : http://jhrosny.overblog.com/2014/12/clement-hummel-variances-des-formes-et-formes-des-variants-2014.html.

[5] Mars, dans le récit, est masculin.

[6] Les Astronautes, in La Guerre des règnes, Bragelonne, 2012, p.606.

[7] Jean-Guillaume Lanuque, « Le fatalisme darwinien d’un vitaliste empathique », Quinzinzinzilli n°18, 2012.

[8] Les Navigateurs de l’infini, in Récits de science-fiction, op. cit., p. 46.

[9] Ibid. p. 48.

[10] Ibid. p. 72.

[11] Ibid. p. 83.

[12] Ibid.

[13] Ibid. p. 67.

[14] Ibid. p. 90.

[15] Ibid.

[16] Les Astronautes, in La Guerre des règnes, op. cit., p.625.

[17] Ibid. p. 69.

[18] Lire notamment le chapitre qui lui est consacré dans la thèse de Thomas F. Glick, The Literary and Cultural Reception of Charles Darwin in Europe, « Situating J.-H. Rosny ».

[19] Les Navigateurs de l’Infini, op. cit., p67.

[20] La Guerre du feu, in La Guerre des règnes, op. cit., p97 à p112

[21] Le Trésor dans la neige, in La Guerre des règnes, op. cit., p. 205.

[22] Versins écrivait d’ailleurs : « Rosny […] a l’avantage de n’avoir composé qu’un seul livre, et, qui mieux est, un roman dont la préface serai La légende sceptique et la conclusion Les Compagnons de l’univers. », op. cit.

Deux sites à consulter pour avoir accès à des documents inédits et des analyses de l’oeuvre rosnienne:

– le Blog de Fabrice Mundzik: http://jhrosny.overblog.com/

– le site de Jean-Luc Boutel Sur l’autre face du monde consacré au merveilleux scientifique: http://www.merveilleuxscientifique.fr/

Nineteenth-Century French Studies 43.3–4 : Romans d’anticipation: une évasion du présent

NCFS-header

NINETEENTH-CENTURY FRENCH STUDIES ASSOCIATION réunit des chercheurs anglo-saxons et francophones, dont les recherches se concentrent sur la littérature, l’histoire, les arts et les cultures en France et dans la francophonie française du dix-neuvième siècle.

Référence bibliographique : Nineteenth-Century French Studies 43.3–4 (Spring–Summer 2015), University of Nebraska Press, 2015. EAN13 : ISSN01467891.

The Editorial Board of Nineteenth-Century French Studies is pleased to announce the publication of volume 43 numbers 3–4 (Spring–Summer 2015). In addition to a special section edited by Claire Barel-Moisan entitled “Romans d’anticipation: une évasion du présent,” this issue continues the journal’s longstanding tradition of covering the full range of studies of nineteenth-century French literature and related fields, touching on topics such as diverse as madness, revolution, travel throughout the French-speaking world, gastronomy, talking parrots, God, Satan, and Victor Hugo. A full table of contents is below and also online (link) at: www.ncfs-journal.org.

All of the journal’s book reviews from volume 43 and all of the journal’s online reviews dating back to 2007 are accessible online and without subscription (link). In addition, the web site offers archives of the journal’s publications since it began in 1972: Table of Contents from every issue (link), abstracts of all of the articles (link), and all of the book reviews published online (link). Finally, the web site also provides complete information about subscriptions (link), about submitting articles (link) and book reviews (link), about the journal’s Editorial Board (link) and Advisory Board (link), and about the journal’s history (link).

Bonne lecture et bonne visite,

Nineteenth-Century French Studies

Continuer la lecture de Nineteenth-Century French Studies 43.3–4 : Romans d’anticipation: une évasion du présent

SCIENCE FICTION STUDIES N°125

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-cinquième numéro.

ARTICLES

Graham J. Murphy. « Archivization and the Archive-as-Utopia in H.G. Wells’s The First Men in the Moon and « The Empire of the Ants »».

En s’inspirant de la science-fiction rétrospective de Derrida (théorisée dans Mal d’archive : une impression freudienne (1995)), cet article revisite The Empire of the Ants (1905) et The First Men in the Moon (1901) d’ H.G. Wells : l’anticipation wellsienne, considérée comme l’état originel de la SF, a profondément déstabilisé la hiérarchie des espèces entre l’humain et l’animal et perturbé une utopie de la connaissance qui, à la fin du 19ème siècle,  pensait unifier tous les champs de la connaissance concernant l’humanité.

Continuer la lecture de SCIENCE FICTION STUDIES N°125

B. R. Bruss, ou l’humanisme résilient

 

Jean-Guillaume Lanuque analyse ici la récente anthologie de B.R. Bruss, Le Fleuve obscur de l’avenir (Paris, Critic, collection « La Petite bibliothèque SF », 2014, 704 pages), éditée et présentée par Laurent Genefort (avec lequel notre revue vient de publier un entretien).           le-fleuve-obscur-de-lavenir

Après l’arrêt malheureux de la collection « Trésors de la SF » chez Bragelonne, dont l’ultime fait d’arme fut la publication d’une belle intégrale des œuvres de Stefan Wul, Laurent Genefort semble avoir trouvé un nouveau havre chez les jeunes éditions Critic. Le Fleuve obscur de l’avenir est en effet conçu de la même manière qu’Escales en utopie pour Michel Jeury : une sélection de trois romans, que complète l’ajout d’une nouvelle et d’une étude critique signée de Genefort lui-même, « L’étrange Galaxie Bruss ». Dans ce texte aussi riche que passionnant, il passe en revue l’ensemble de la production science-fictive de B.R. Bruss, proposant des résumés des romans et des analyses, dont une des plus importantes concerne le positionnement politique de l’auteur, fait de « moralisme vieille France »[1] et d’un humanisme libéral affirmé[2]. A travers cette brève note de lecture, nous essaierons pour notre part d’effleurer la carrière et la singularité de l’œuvre de B.R. Bruss, alias Roger Blondel, de son vrai nom René Bonnefoy (1895-1980), familier de l’écriture dès l’entre-deux-guerres, mais qui s’efforça de se relancer sous pseudonyme après une période de la Seconde Guerre mondiale marquée par la collaboration, et qui se solda dans un premier temps par une condamnation à mort par contumace ; tant il est vrai que ce passé trouble ne suffit pas à juger et caractériser un individu, la collaboration répondant elle-même à une pluralité de motivations et d’explications… Si l’écriture fut, pour René Bonnefoy, dans l’après-guerre, un moyen de gagner sa vie, à travers des genres variés (fantastique horrifique, érotique, littérature blanche), la science-fiction devint un de ses terrains d’exercice privilégiés, en particulier à partir de son entrée au Fleuve noir, au mitan des années 1950.

Le premier roman retenu par Laurent Genefort pour ce recueil, Et la planète sauta…, est un véritable coup de maître. Livre inaugural de B.R. Bruss, sorti en 1946, il se révèle d’emblée captivant par son accroche : la découverte, dans les années 1920, par deux amis archéologues, d’un aérolithe tombé dans la propriété de l’un d’entre eux. Au cours d’une progression digne des investigations de Schliemann ou Carter, le lecteur assiste à l’exhumation d’un artéfact pris dans la gangue de pierre, un coffre en platine d’origine extra-terrestre qui contient de nombreux documents énigmatiques. La traduction laborieuse des enregistrements sonores découverts débouche sur un roman dans le roman, le journal de Morar, savant surdoué de la planète Rhama, située originellement entre les orbites de Mars et Jupiter. Arrivée à un stade technologique correspondant à l’âge atomique (le dragorek), conjugué à des progrès encore supérieurs à ceux de l’époque d’écriture du roman[3], l’espèce humanoïde qui la peuple, divisée en deux grandes nations, connaît une inéluctable marche à la guerre, qui se double de l’imposition d’un contrôle total de l’élite sociale sur les consciences des masses. A la fois victime et acteur de cette évolution funeste, Morar finit par faire exploser sa planète, dont il ne reste aujourd’hui que la ceinture principale d’astéroïdes. La destinée tragique de la civilisation rhaméenne est doublée d’une tragédie plus personnelle qui lui est étroitement imbriquée, à travers le triangle amoureux Morar – Hulmine – Rhars, deux éléments qui autorisent à invoquer une influence de Et la planète sauta… sur La Nuit des temps, de René Barjavel (1968). Très travaillé sur la forme, avec beaucoup d’expressions imaginaires renforçant l’altérité de Morar[4], ce roman est bien représentatif de son époque. S’en dégagent une hantise de la guerre, de la part d’un homme ayant traversé les deux conflits mondiaux[5], à un moment où la guerre froide n’est pas encore officielle, ainsi qu’une méfiance vis-à-vis de la technologie[6], un trait distinctif du merveilleux scientifique dont ce livre est la queue de comète. C’est bien d’une mise en garde à destination de l’humanité terrestre dont il est question ici, face au danger d’annihilation atomique, d’une Troisième Guerre mondiale et plus largement d’une abdication du libre-arbitre face aux pouvoirs technoscientifiques[7] ; une inquiétude profonde évoquant l’ombre du Paul Valéry de La Crise de l’esprit (1919), et qui s’effraye du décalage entre avancée technologique et retard moral : « Les civilisations, elles, savent qu’elles sont mortelles. Et les planètes elles-mêmes peuvent mourir. » (p. 84)[8]. La métaphysique partiellement brossée par le biais du narrateur terrestre, celle d’un « panthéisme constructeur » (autrement dit une divinisation de la nature au sein de laquelle la transcendance est à édifier), peut d’ailleurs être perçue comme un rejet partiel d’un rationalisme associé – à tort ou à raison – avec ces progrès technologiques jugés bien trop rapides par rapport aux mentalités. Il est à noter que Et la planète sauta… possède d’autres caractéristiques typiques de cette première science-fiction française : une ouverture sur la découverte d’un témoignage d’un autre temps[9], des personnages d’origine bourgeoise, une action spatiale ne sortant pas du système solaire, des créatures inconnues de nature minérale vivant aux pôles rappelant celles d’un Rosny aîné… De cette période antérieure aux publications du Fleuve noir date également un autre roman, Apparition des surhommes (1953), dont la dernière réédition remonte à 2006, dans l’anthologie de Serge Lehman, Chasseurs de chimères ; ce dernier voyait en effet ce roman comme l’exemple conclusif du « merveilleux scientifique » né au XIXe siècle, « (…) transition entre une époque et une autre, un style et un autre. »[10].

A côté de ce chef d’œuvre, les deux autres romans peuvent de prime abord paraître mineurs, car conçus selon un mode plus linéaire, moins original. Ils sont d’ailleurs séparés du premier par une vingtaine d’années, et furent tous les deux publiés au Fleuve noir, dans la collection « Anticipation », réputée moins ambitieuse que Le Rayon fantastique ou Présence du Futur. Pourtant, ils permettent assurément de mieux comprendre la vision du monde de l’auteur. L’Étrange Planète Orga, sorti en 1967, ressemble fort à un conte de fées, brossant l’histoire d’un individu lambda, Bur Olec, issu d’une planète rurale, qui parviendra à se hisser au sommet de l’évolution. Condamné par tradition familiale à devenir vétérinaire sur Fig, il réussit, suite à une série de hasards chanceux, à être recruté sur des vaisseaux successifs, à bord desquels il exerce des métiers divers et variés. Avec son ami Frio, il intègre même une expédition montée par un inventeur ayant fait fortune, dont le but n’est autre que la planète mystérieuse à la source de leur amour commun de la navigation spatiale : Orga. Une fois l’équipage parvenu à bon port, le sort malheureux semblant frapper ses membres, engloutis les uns après les autres dans l’océan, finit par laisser place à un monde véritablement idyllique. Les formes de vie extra-terrestre d’Orga sont en effet accueillantes, curieuses d’autrui, et soucieuses d’offrir aux humains en visite un cadre de vie idéal. Le seul danger planant sur Orga, c’est de nouveau la guerre, mais les affrontements successifs sont pondérés par la formation d’un couple inter-espèces et l’exécution de facéties teintées de surréalisme. Car à la différence de Et la planète sauta…, L’Étrange planète Orga est rempli d’humour, des réactions des divers personnages aux patronymes de certains astres, autant de clins d’œil aux auteurs contemporains du genre (planètes Versins, Carsac ou Bruss lui-même !). Il y a, dans ce roman, comme la rencontre entre différentes déclinaisons spatio-temporelles de la science-fiction. B.R. Bruss s’y révèle en effet d’une grande pudeur dans l’exposition des sentiments et de la relation amoureuse entre Bur et Seirel l’Orgélienne, comme c’était généralement le cas du merveilleux scientifique[11], mais dans le même temps, il met en scène, avec la planète Orga, un monde utopique et édénique qui partage bien des similitudes avec les rêves de 68. La fédération galactique mise en scène relève pour sa part clairement d’un thème central de la science-fiction étatsunienne d’alors, à l’instar de romans de Francis Carsac comme Ce Monde est notre ou Pour Patrie l’espace. Il est toutefois à relever que les explications scientifiques sont relativement délaissées, au profit d’une vision possible de l’évolution humaine, avec en fond un optimisme sensible[12]. La vie sur Orga est en effet harmonieuse (pas de conflits grâce à la télépathie), libertaire (aucun gouvernement au profit d’une forme d’autogestion naturelle, et une expression débridée des pulsions artistiques), écologique (leur source d’énergie réside dans une forme de géothermie radiante), dénuée de technologie mécanique, et surtout ouverte à l’humanité : le cœur de la nature humaine réside ainsi davantage dans une forme de mentalité, d’esprit même, démarche en partie idéaliste, puisque la transformation complète du corps de Bur en Orgélien -une transformation de la matière qui était également un des thèmes de Et la planète sauta…– ne conduit pas à l’abdication de sa personnalité originelle, mais à sa sublimation.

Parle, Robot !, publié en 1969, évoque furieusement les récits d’Asimov sur le même sujet, d’autant que sa machine, 901 NK, est soumis à un conditionnement l’empêchant d’attenter à la vie humaine, parallèle direct avec les fameuses lois de la robotique. Ce qui est plus étonnant, c’est que Bruss, loin de pasticher Asimov (y compris dans la première partie du roman, enquête policière comme le furent Les Cavernes d’acier ou Sous les feux du soleil), parvient à l’anticiper. Il place son robot au centre du récit, en le faisant parler à la première personne, pour mettre en scène l’éveil de sa conscience et de ses émotions, un thème qu’Asimov n’abordera que quelques années plus tard avec « L’homme bicentenaire » (1976). Dans le roman de Bruss, il y a toutefois manipulation de la mécanique dès l’origine, de façon à permettre une mémorisation totale des événements, censée permettre l’émergence de la conscience – ce que l’on peut d’ailleurs contester, la capacité à l’oubli étant une des conditions de l’équilibre mental humain. L’auteur ne prend pas non plus véritablement en considération l’apport de la psychanalyse, que ce soit avec ses personnages humains ou son robot, ce qui confirme la tendance de B.R. Bruss à traiter la psychologie de ses personnages d’une manière relativement sommaire, tout comme il présente souvent la science d’une manière relativement superficielle[13]. L’accès de 901 NK à une intelligence propre, qui passe par le libre-arbitre, se fait à travers un choc émotionnel, dont la réplique est la mort de son propre disciple mécanique, Edison. Le parcours chaotique de ce robot se révèle touchant, lui qui est balloté entre des maîtres successifs, pirates, scientifiques, universitaires, explorateurs, industriels ou collectionneurs, apprenant d’autant mieux à connaître cette humanité dont il se sent proche, et éprouvant souvent une terrible solitude liée à sa condition. C’est ici l’humanisme de l’auteur que l’on côtoie directement, le robot n’étant finalement que le miroir nous renvoyant ce constat sur les humains trop humains : « (…) il y en a un petit nombre d’admirables, un grand nombre de respectables, et beaucoup qui ne sont ni l’un ni l’autre. » (p. 617). La réflexion faite en passant sur les jeunes semble être comme un clin d’œil aux générations en révolte de Mai 68 : « J’avais pu aussi y [la Terre] observer longuement l’espèce humaine dans ce qu’elle a de plus vivant, de plus spontané et souvent de plus généreux : les jeunes. » (p. 547). Surtout, ce qui définit l’humanité, l’intelligence, se révèle pouvoir être partagé par d’autres formes de vie, organiques (comme sur la bien nommée Orga) ou mécanique, tant « L’intelligence, c’est ce que la nature a créé de plus intéressant dans son propre sein, peut-être pour des fins merveilleuses. (…) vivre, penser, sentir, comprendre, est une aventure difficile, mais merveilleuse. » (p. 509). Avec le risque, toujours présent, d’une involution, incarnée ici par l’espèce extra-terrestre des Houarls, qualifiée de « société de termites » (p. 592), ce qui rappelle explicitement le sort des Rhaméens sous la férule de Rhars… Là encore, d’ailleurs, on peut repérer quelques survivances de l’esthétique du merveilleux scientifique, en particulier dans la figure de Stepan Kalamir, inventeur génial mais solitaire par choix, aux antipodes du travail en équipes de la technoscience contemporaine. Et toujours, plane sur le récit l’ombre de la guerre, la guerre dernière, que l’humanité parvient finalement à surmonter pour aller à nouveau de l’avant.

Une unique nouvelle a été ajoutée aux trois romans, publiée dans la revue Fiction en 1967. « Le coupable » traite du même thème que Apparition des surhommes, l’émergence d’une branche mutante de l’humanité. À travers la douleur d’un père, dont la fille a été violée et étranglée, B.R. Bruss oppose l’atavisme ancestral à une forme d’idéalisme particulièrement exigeante : le père, ayant retrouvé la trace du meurtrier grâce à ses pouvoirs de télépathie, prend d’abord plaisir à le faire souffrir, avant de retrouver les impératifs moraux fixés par son groupe de mutants, parmi lesquels une non-violence absolue. Le dénouement de la nouvelle semble placer Bruss parmi les adversaires de la peine de mort, le père souhaitant que l’assassin de sa fille soit soigné et non puni… Le Fleuve obscur de l’avenir offre ainsi une sélection que l’on peut juger assez représentative de la persona de l’auteur B.R. Bruss : vision pessimiste d’un avenir possible, risque encouru par une humanité gâchant son potentiel dans Et la planète sauta… ; tête-bêche, un tableau résolument plus optimiste de la capacité individuelle et collective de se hisser vers l’émancipation à travers L’Étrange Planète Orga ; enfin, dans Parle, robot !, un point de vue a priori plus extérieur, celui d’une machine perfectionnée, confrontée à l’humanité dans toute sa diversité et sa richesse, qui fait le pari de l’émotion et de l’empathie, malgré tout : « (…) il n’est pas exclu, à la surface de cette chose fragile qu’on appelle la vie, et à la surface de cette chose non moins fragile qu’on appelle l’espèce humaine, que l’homme, sans devenir un ange, devienne un animal un peu meilleur qu’il l’a été jusqu’à maintenant, et c’est pourquoi je vois dans le futur, malgré toutes les embûches et tous les risques de catastrophe, des possibilités meilleures… »[14]. Autant de clefs de lecture qui ne constituent qu’autant d’hypothèses à confronter à l’ensemble de l’œuvre de l’auteur, forte de plus d’une cinquantaine de romans. Car c’est toujours l’humain, son fonctionnement, sa finalité, sa place dans l’univers, les mystères de son intelligence, qui intriguent et questionnent B.R. Bruss : comme le déclare Morar, « Mais nous voulons tout savoir. Et même tout faire. En sommes-nous plus heureux ? Et qu’est-ce qu’être heureux ? » (p. 97).

Jean-Guillaume Lanuque

Bibliographie et sitographie indicatives

  • Un site est tout entier consacré à B.R. Bruss et à son œuvre : http://www.brbruss.fr/
  • Dossier coordonné par Jean-Pierre Andrevon dans la revue Galaxies nouvelle série, n°20, septembre 2012.
  • Article de Jean-Pierre Andrevon, « B.R. Bruss avant le Fleuve noir », paru dans Fiction n°217, janvier 1972, et repris pour l’essentiel dans le dossier cité ci-dessus : http://www.noosfere.com/icarus/articles/article.asp?numarticle=282
  • Entretien inédit de 1977 avec Jacques Guiod et Alain Lacombe : http://lemondedufleuvenoir.blogspot.fr/2009/05/interview-inedite-de-b-r-bruss-roger.html
  • La bibliographie de B.R. Bruss est désormais entièrement épuisée, et ne se trouve que d’occasion. Nous souhaitons toutefois mentionner l’édition de 1971 de Et la planète sauta… chez Robert Laffont, collection « Ailleurs et demain », car elle comprend une intéressante préface de Gérard Klein.

[1] Page 670. « Les héros, immanquablement des hommes célibataires, possèdent les attributs de la jeunesse typiques de la société occidentale d’après-guerre. Téméraires et turbulents, ils trouvent dans l’institution du mariage le moyen de s’intégrer pleinement à la société. ». Nous verrons dans la suite de notre texte que cette caractérisation se fendille dans L’Étrange Planète Orga et Parle, robot !.

[2] « Peut-on pour autant classer l’auteur comme un simple conservateur, souscrivant à un darwinisme social entaché de racisme, comme l’a fait Jean-Marc Gouanvic ? [in La Science-fiction en France] Mes lectures m’ont au contraire convaincu que Bruss reste un libéral dans l’âme, confiant dans les ressources de l’individu. », p. 671.

[3] Les Rhaméens exploitent les énergies renouvelables, le soleil ou la géothermie, réchauffent les zones polaires afin de les exploiter (sic) et ont même réussi à prolonger la longévité jusqu’à plus d’un siècle, moyennant l’apparition de maux nouveaux et inexpliqués.

[4] « (…) j’ai peur qu’un jour l’espèce tout entière n’entre dans une impasse au fond de laquelle il y aurait des pièges plus terribles que ceux qui servent à prendre les galgareks. J’ai peur que nos richesses, un jour, ne nous écrasent, et que nous retombions aussi bas que l’insecte brusbur, qui mange ses propres pattes sans s’en apercevoir. », p.122. ; « Nous sommes entrés dans l’ère des hautes fantasmagories. Nous sommes semblables à l’enfant Cralsk qui joue avec la boule de feu nisnoss. », p. 141.

[5] Ses deux personnages initiaux sont d’anciens mobilisés de 1914-1918, suffisamment marqués par leur expérience combattante pour penser à un obus lorsque l’aérolithe s’écrase non loin d’eux. De même, les premières images filmiques de la planète Rhama sont des scènes de guerre, et le conflit final qui l’embrase a tout de la guerre moderne, à la violence anonyme et de masse (« Nos artilleurs, c’est un travail d’usine qu’ils font. », p. 149).

[6] Voir la note 3. Sur le contexte plus général du regard vis-à-vis de la technologie, voir François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014 (nous nous permettons de renvoyer à la recension que nous avons faite de cet ouvrage sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/4674).

[7] La prise de pouvoir de Rhars sur les dirigeants politiques plus traditionnels est particulièrement significative dans ce sens. Et la planète sauta… est ainsi à rapprocher en partie du 1984 d’Orwell, qui parut trois ans plus tard. La critique du totalitarisme est bien sensible dans la volonté de contrôle absolu des individus (« termites sans âme », p. 194), de leur organisation censément rationnelle et hiérarchisée, sans oublier un culte de la personnalité autour de Rahrs.

[8] B.R. Bruss, dans un entretien avec Jean-Pierre Andrevon daté de 1973, parlait justement de Valery comme « Un écrivain que je tiens pour un des plus grands de la langue française (…) », in Galaxies, op.cit., p. 122.

[9] On pense entre autres à « Edom », nouvelle posthume de Jules Verne (et surtout de son fils Michel) ou au récit de José Moselli, La Fin d’Illa, à ceci près que Bruss n’évoque pas une civilisation terrienne, mais extra-terrestre.

[10] Serge Lehman (sdd), Chasseurs de chimères. L’âge d’or de la science-fiction française, Paris, Omnibus, 2006, p. 1240.

[11] Les petits résumés proposés en tête de chaque chapitre évoquent également un mode d’écriture plus propre à la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècle.

[12] Grâce à la télépathie pratiquée sur les mondes humains, « Ce que j’y voyais n’était pas toujours très agréable. Mais malgré tout, les braves gens formaient la majorité. », p. 387.

[13] De même, il semble souvent négliger l’exposition dans le détail du monde de l’avenir, quelques évocations par un mot non explicité ou une phrase isolée y suffisant.

[14] Entretien cité à la note 6, p. 123.

RES FUTURAE N°5

resfuturae5-small250La revue ReS Futurae vient de mettre en ligne son numéro 5, dont le dossier est consacré à  la culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde.

La culture populaire comme l’avant-garde ont suscité des études riches et spécifiques. En faisant dialoguer des spécialistes des deux pôles, ce numéro explore comment, dans les images de la science-fiction, la culture populaire et, à travers l’avant-garde même, toutes les formes d’académisme, même oxymoriques, s’éclairent réciproquement.

Au sommaire :

Irène Langlet: Éditorial

DOSSIER CULTURE VISUELLE ET SCIENCE-FICTION

Mehdi Achouche et Samuel Minne: Introduction 

En direct de Science Fiction Studies

Carnet de recherches sur la science-fiction