Recherches germaniques, n° 44 , 2014 : Tendances de la science-fiction allemande contemporaine

RECHERCHES GERMANIQUES est une revue annuelle fondée en 1971 qui publie des études traitant de la littérature et de l’histoire culturelle des pays de langue allemande. Sensible à la vocation européenne de Strasbourg et désirant servir de forum aussi bien à la germanistique française qu’à la germanistique internationale, la revue publie des articles en français et en allemand.

Die 1971 gegründete Zeitschrift RECHERCHES GERMANIQUES erscheint jährlich und veröffentlicht Beiträge zu Literatur- und Kulturwissenschaften im deutschsprachigen Raum. Sie versteht sich als Forum für den Dialog zwischen französischer und internationaler Germanistik. Die Beiträge erscheinen in französischer und deutscher Sprache.Perry

Lire la suite Recherches germaniques, n° 44 , 2014 : Tendances de la science-fiction allemande contemporaine

Congrés de Ciència i Ficció 2/09/2015

International Conference Science and Fiction

Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, September 2-4, 2015.

IEC_DosJunts_COLOR

Vilanova i la Geltrú, Biblioteca-Museu Víctor Balaguer, September 5th, 2015.

Science and Fiction: A Creative Exploration of Real and Fantastic Worlds, is an International conference hosted by the Catalan Society for History of Science and Technology and the Catalan Society for SF and Fantasy. The main goal of the conference is to analyze and discuss the relations between science and fiction (literature, theatre, cinema, arts…), introducing them in the topics of the Catalan academic environment.

Lire la suite Congrés de Ciència i Ficció 2/09/2015

(In)déchiffrables futurs. Sciences et image des sciences dans le récit bref dans l’espace européen et au-delà (Université de Toulouse2-Jean Jaurès)

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Appel à communication pour la Journée d’Étude du séminaire de l’IRPALL « Fictions de mondes possibles » (Sciences, science-fiction, utopies et Histoire dans le récit bref), qui aura lieu le vendredi 29 mai 2015.

Les propositions de communication, d’une page, accompagnée d’une brève notice biographique, sont à expédier à Yves Iehl (iehl.yves@free.fr) avant le 20 avril 2015.

Responsables/comité scientifique : Yves Iehl, Université Toulouse 2 (iehl.yves@free.fr), Jean Nimis, Université Toulouse 2 (jean.nimis@univ-tlse2.fr)

« Que rêvera l’indéchiffrable futur ? » ce vers de Borgès pourrait servir d’épigraphe à toute réflexion sur la littérature d’anticipation ; et il ne suffirait pas de répondre, en songeant à Philip K. Dick : il rêvera de moutons électriques. La littérature s’est surtout intéressée aux sciences dans le sillage des découvertes des XIXe et XXe siècles. Les territoires scientifiques se sont ainsi souvent prêtés au survol et à l’exemplification par l’imagination, de même qu’ils invitent aux « expériences de pensée », aux réflexions philosophiques et critiques sur l’évolution d’une civilisation dominée par la technique. Les fictions qui touchent à ces territoires, tantôt orientées vers le positivisme et la vulgarisation, tantôt vers l’utopie ou l’uchronie, jouent fréquemment avec le rêve, l’aventure, le paradoxe et réinventent des mondes.

L’enjeu de la journée d’étude de mai 2015 sera d’explorer certaines des orientations que la thématique scientifique a imprimées au récit bref, au carrefour de la littérature traditionnelle et de la littérature de science-fiction ou d’anticipation, à travers les catégories de l’utopie, de la dystopie ou de l’uchronie.

On pourra par exemple s’interroger sur la spécificité de ces orientations dans les diverses aires géo-linguistiques de l’espace culturel européen, ainsi que sur les relations qu’elles entretiennent entre elles ou, modèle dominant dans ce domaine à partir des années 1920, sur leur rapport avec les tendances de la littérature américaine d’anticipation. On pourra également envisager ensemble les « mondes possibles » de deux ou plusieurs écrivains, afin de dégager les caractéristiques de leurs « biotopes » (linguistique et poétique) respectifs.

La période retenue étant celle des XXe et XXIe siècles, on pourra se demander quelles années ont été les plus fécondes et en quelle mesure les rythmes de l’histoire littéraire ont été, dans ce domaine précis, influencés par les grands bouleversements politiques et par les avancées scientifiques majeures.

Les répercussions que cette orientation particulière du récit bref peut avoir, au plan de son écriture, sur tout ce qui constitue son économie interne (catégories formelles, structures, …), pourront être également envisagées. La question de l’inventivité potentielle de ce type de narration au plan linguistique ne manquera pas de se poser : l’innovation scientifique et technique induit-elle un phénomène analogue de renouvellement au plan de la fiction et du langage ? Plus généralement, il conviendra de s’interroger quant aux liens que les dimensions fictionnelle, poétique et linguistique établissent entre elles dans ce type de récit bref.

Les communications de cette journée d’étude feront l’objet d’une publication en 2016.

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme “Le Présent et ses doubles“.

LIEUX DE VIE EN SCIENCE-FICTION (APPEL A CONTRIBUTIONS)

Appel à contribution pour un colloque de l’Université de La Rochelle/Association Stella Incognita du 9 au 11 avril 2015.

Blade runner

Ce colloque propose d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de “lieux de vie” pour la discuter, la redéfinir et porter un regard différent sur notre monde (social, politique, architectural, urbain, etc.)

Responsable: Danièle André, Université de La Rochelle, CRHIA (Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique EA 1163),  en association avec la COMUE Limousin Poitou-Charentes, et la Maison de l’Étudiant.

Comité Scientifique: Agnès Aminot (Université d’Amiens), Danièle André (Université de La Rochelle), Claire Cornillon (Université Paris3-Sorbonne Nouvelle), Samuel Minne (Dijon), Isabelle Perier (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines), Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne), Aurélie Villers (Université d’Amiens).

 Echéances: les propositions de communications (entre 250 et 400 mots) sont à envoyer avant le 20 février 2015 à Danièle André à l’adresse suivante: daniele.andre@univ-lr.fr accompagnées d’une courte présentation de l’auteur.

Un lieu de vie peut être un espace restreint, clos et très délimité, ou il peut être aussi vaste que l’univers. La notion de « lieu de vie » pose la question du point de vue ; en effet qui détermine ce qu’est le/un lieu de vie : celui qui y réside ou celui qui, d’un œil extérieur, le désigne comme tel ? En outre, cet espace est celui où un individu/des individus vivent, mais est-il librement choisi, est-il imposé, et si oui par qui ou quoi ? Et en quoi cela va-t-il déterminer la manière de le concevoir, construire, de le percevoir, de l’habiter, de le faire vivre et/ou de le quitter ?

Nous comprenons alors que la notion de « départ » est intrinsèquement liée à celle de « lieu de vie » car soit cet espace est lieu de vie à vie (et donc il peut devenir lieu de mort, les deux ne seraient-ils pas inséparables ?) ou il est  lieu de transition vers un ailleurs (géographique et final tel l’hôpital pour une fin de vie) et une autre époque (de sa vie, par exemple un déménagement pour le travail, ou pour installer sa famille, etc.). En quoi cette différence a-t-elle une influence sur sa représentation et son appropriation ?

Cependant, le lieu de vie ne se limite pas à un espace géographique, il est aussi, parfois, un espace plus abstrait uniquement délimité par des liens sociaux. Ainsi, un certain nomadisme n’a pas de lieu de vie géographique, ce dernier est constitué par les membres du groupe qui deviennent le « lieu »  dans lequel les individus se reposent, luttent, aiment, pleurent, vivent et meurent. Lire la suite LIEUX DE VIE EN SCIENCE-FICTION (APPEL A CONTRIBUTIONS)

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Il faut saluer la réédition par la maison Nilsane des nouvelles de Carl Grunert, auteur d’anticipation allemand de la fin du XIXème siècle,  admirateur du père de la littérature allemande de science-fiction, Kurd Laßwitz. Né en allemagne à Naumburg an der Saale en 1865 et décédé à Eckner en 1918, Grunert est essentiellement connu pour ses nouvelles d’anticipation (dont le recueil Der Marsspion und andere Novellen [L’espion de Mars et autres nouvelles], 1908) même s’il a publié des pièces de théâtre (Judas Ischariot, 1888) de la poésie (Liebe und Leben [Amour et vies], 1910), sous le pseudonyme de Carl Friedland. Il a publié trente-deux “nouvelles du futur” [Zukunftsnovellen] entre 1903 et 1914, partiellement reprises dans le volume des éditions Nilsane. Il appartient à une génération d’écrivains d’anticipation allemands, Albert Daiber, Oskar Hoffman et Robert Heymann, précurseurs d’une science-fiction allemande reconnue notamment à partir des années 1920 grâce au travail de Théa von Harbou, épouse de Fritz Lang, scénariste de Metropolis (1926) ou encore de Die Frau im Mond [La femme dans la Lune](1929) qui  seront traduits et adaptés en romans dans de nombreuses versions.

Pour en savoir plus sur la littérature utopique, l’anticipation et la science-fiction allemande: Daniel Walther, préface au Livre d’Or de la science-fiction : Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Presses pocket, Paris, 1980 (http://www.noosfere.org/icarus/articles/article.asp?numarticle=202)

livre-or-science-fiction-allemande

Les éditions Nilsane, qui se qualifient elles-mêmes fort joliment de « passeur de futurs antérieurs », cherchent, en cette période de redécouverte de la première science-fiction française, à porter leur attention sur sa consoeur d’outre-Rhin. Après la réédition – en nombre limité, semble-t-il – d’Utopolis, roman profondément politique de 1930 dû à Werner Illing, et en attendant celle de Lesabéndio. Un roman d’astéroïde (1913) de Paul Scheerbart prévu pour 2015, elles ont choisi de proposer une édition en un volume unique de trois recueils de nouvelles, écrites par Carl Grunert (1865-1918) entre 1905 et 1908.

148755auroyaumedenullepart

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908, éditions Nilsane, collection « Arche de Noé », 2012, 364 pages 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Dinomaniaques (appel à contributions)

Canne de Jurassic ParkAppel à contribution pour un colloque de l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse)

Responsables : Matthieu Freyheit et Frédérique Toudoire-Surlapierre
Institut de Recherche en langues et littératures européennes (ILLE – E.A. 4363)

Comité scientifique : Vanessa Besand (Université de Bourgogne); Christian Chelebourg (Université de Lorraine); Antonio Dominguez-Leiva (Université du Québec à Montréal); Florence Fix (Université de Lorraine); Matthieu Freyheit (Université de Lorraine); Sébastien Hubier (Université de Reims); Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute-Alsace)

Échéances

  • Envoi des propositions : Les propositions, d’une quinzaine de lignes environ et suivies de quelques lignes de présentation de l’auteur, sont à envoyer pour le 1er avril 2015 à matthieu.freyheit@gmail.com et frederique.toudoire@free.fr
  • Dates du colloque : Vendredi 25 et samedi 26 septembre 2015

Modalités de soumission

Des propositions émanant de spécialistes en littérature, arts visuels (cinéma, théâtre, peinture, bande dessinée, albums), cultures matérielles, cultures de jeunesse, mais aussi de cultures scientifiques sont les bienvenues, le projet s’inscrivant dans une perspective méthodologique relative aux études culturelles.

Dinomaniaques !

« Big, fierce and extinct » : on connaît la réponse faite à Stephen Jay Gould par un collègue interrogé sur la fascination qu’exercent les dinosaures sur les enfants et, plus généralement, sur notre culture. Pourtant, rappelle Gould dans La Foire aux dinosaures, si les dinosaures ont toujours été gros, féroces et éteints, ils n’ont pas toujours suscité la même émotion que celle éveillée récemment par le trailer officiel de Jurassic World. Attendu pour le 10 juin 2015 et devenu, à quelques jours près, un nouveau D(inosaur)-Day, le film constitue aussitôt un horizon d’attente collectif. Serions-nous dinomaniaques ? Lire la suite Dinomaniaques (appel à contributions)

La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de “l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction”, un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen “Formation des adultes: champ de recherches”, à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : “l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé”, comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Lire la suite La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Poste de chercheur post-doctoral (ANR anticipation)

Recrutement d’un poste de chercheur post-doctoral

dans le cadre du programme ANR « Anticipation » : Romans d’anticipation au tournant du XIXe  siècle (1860-1940)

Poste de chercheur en contrat post-doctoral de 1 an (renouvelable 2 fois, pour une durée totale de 3 ans)

Robida-ingénieur médicalLe programme ANR « Anticipation » se propose d’analyser la naissance d’un genre nouveau à la fin du XIXe  siècle et au début du XX, le roman d’anticipation scientifique. L’objectif de cette recherche collective est de modéliser le déploiement du genre sur une période de quatre-vingts ans, entre 1860 et 1940, en étudiant un corpus d’environ 600 œuvres grâce à l’élaboration d’une base de données qui sera intégrée à un site ouvert au public.  Une analyse interne des textes s’attachera plus particulièrement à trois axes de recherche. On analysera les supports éditoriaux afin d’élaborer une première définition du genre passant par son étude matérielle, en incluant l’exploration de la composante visuelle du genre (notamment ses illustrations). Le deuxième axe visera à produire une théorisation du genre du roman d’anticipation scientifique en s’appuyant sur une étude poétique du corpus et sur l’analyse de la réception critique des œuvres. Le troisième axe de recherche interrogera enfin les enjeux épistémologiques et idéologiques des romans.

Le programme se déroulera sur une période de 4 ans, de l’automne 2014 à l’automne 2018. Animé par Claire Barel-Moisan (CNRS. UMR LIRE, ENS-Lyon), il réunira une équipe internationale de dix chercheurs et universitaires ainsi qu’un chercheur post-doc. Les réunions auront lieu à Paris et à Lyon.

Début du contrat

Le contrat débutera à l’automne 2014, dès que possible. Les dossiers de candidature (voir ci-dessous) sont à envoyer jusqu’au 1er  octobre. Une première prise de contact est souhaitée dès que possible, avant même l’envoi du dossier.

Rémunération

2 500 € brut mensuels (modifiable dans le cas d’un chercheur post-doc ayant plus de trois années d’ancienneté).

Missions du chercheur post-doc

  • Le chercheur post-doc contribuera à l’élaboration du corpus d’étude. Il participera au dépouillement de la presse pour réaliser l’inventaire des romans d’anticipation scientifique publiés sur support périodique. Il dépouillera également les catalogues des éditeurs engagés dans ce genre pour constituer le corpus de travail du programme.
  • Le chercheur post-doc contribuera à l’indexation progressive de l’ensemble du corpus, conjointement avec les membres de l’équipe, pour produire une base de données.
  • Le chercheur post-doc participera à la préparation d’une exposition sur les romans d’anticipation scientifique.
  • Le chercheur post-doc sera associé à l’ensemble des travaux de recherche de l’équipe qui pourront se déployer dans une optique d’histoire littéraire, de sociologie de la littérature, de poétique romanesque, ou d’analyse des enjeux épistémologiques et poétiques des œuvres.
  • Le chercheur post-doc sera invité à présenter les résultats de ses recherches lors des journées d’études et colloques organisés dans le cadre du programme « Anticipation ».

Compétences requises :

Le candidat aura soutenu une thèse de littérature française portant sur la littérature du XIXe  siècle ou de la première moitié du XXe siècle.
La thèse et/ou les travaux de recherche devront mettre en évidence des connaissances dans un ou plusieurs des champs suivants :

  • la presse de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle
  • la littérature populaire/ la littérature de genre
  • la vulgarisation et les relations entre science et littérature
  • l’édition de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle
  • l’histoire des sciences et des techniques
  • l’histoire des représentations
  • la poétique romanesque
  • la théorie des genres littéraires (roman d’aventures, science-fiction, utopie/dystopie, uchronie, fantastique)
  • la sociologie de la littérature

Dossier de candidature

Pour tout renseignement, prendre contact avec Claire Barel-Moisan : claire.barel-moisan[at]ens-lyon.fr
Les candidatures seront évaluées par un comité de recrutement. Elles sont à envoyer sous forme électronique à Claire Barel-Moisan, et comprendront un curriculum vitae, le rapport de soutenance de thèse, une publication (ou un bref exemple de production scientifique, au maximum 15 pages) ainsi qu’une lettre de motivation.

ReS Futurae n°4 – Philippe Curval

Crédits : Philippe Curval

La revue ReS Futurae vient de mettre en ligne son numéro 4, dont le dossier est consacré à Philippe Curval.

Au sommaire :

Irène Langlet – Éditorial

Philippe Curval

Simon Bréan – Philippe Curval : entre plaisir et liberté

En direct de Science Fiction Studies

Varia

Entretien

Lectures

Sur quelques infortunes dans les représentations de la circulation des âmes : à propos de “Transcendance”

transcendance afficheUn billet de Yannick Rumpala (université de Nice)

En dépit des critiques peu encourageantes, on peut décider d’aller voir un film en raison du sujet traité, en espérant malgré tout y trouver matière à réflexion. Prenons le récent Transcendance, par exemple. Le récit est en effet censé aborder la thématique de l’intelligence artificielle et traiter l’hypothèse du « mind uploading », autrement dit du téléchargement de l’esprit humain sur un support informatique. C’est en l’occurrence le sort que va connaître le personnage central du film, dont le ressort dramatique va tourner autour des doutes sur les véritables intentions de ce scientifique, une fois « téléchargé » dans une machine multipliant ses capacités. Au lieu de mourir après avoir été touché par une balle irradiée, tirée par le membre d’un groupe de résistance aux technologies de type NBIC (nano- et biotechnologies, informatique, sciences cognitives), le Dr. Will Caster, ou plutôt son esprit, va avoir la possibilité d’entrer dans une nouvelle existence : en fait, s’il peut survivre, c’est en étant transféré par sa femme dans un ordinateur qui laissait entrevoir une possibilité proche de devenir la première forme d’« intelligence artificielle ». Mais le mari (son avatar, plus exactement) entraîne alors la tout aussi brillante scientifique dans un projet qui semble finir par la dépasser, jusqu’à éroder profondément sa confiance initiale.

Alors que le film a majoritairement suscité des commentaires plutôt condescendants, on peut aussi trouver des raisons d’être plus clément, malgré ses défauts évidents (scénario bancal, incohérences narratives, sentimentalité envahissante, surcharges symboliques, etc.). Faire de la science-fiction, ou plus justement de l’anticipation, dans un contexte d’évolution technologique rapide n’a rien de facile. Comment rendre visuellement des recherches en « intelligence artificielle » et leurs avancées ? Leurs possibilités supposées ? Comment donner à voir les travaux qui ont lieu dans les laboratoires informatiques (mais pas seulement), notamment les travaux qui sont les plus exploratoires ? Idem pour l’agencement proliférant de connexions informatiques : ce qui se passe dans les réseaux, ce qui y circule ne se voit pas. Dans notre monde à la densité technologique croissante, beaucoup de dispositifs techniques n’apparaissent plus que comme des « boîtes noires », qui de fait demandent souvent un investissement important avant d’arriver à un début de compréhension de leur fonctionnement.

Un des services rendus par le registre hypothétique de la science-fiction est justement d’amener à se poser des questions. Et, de ce point de vue, Transcendance est un film qui peut au moins avoir quelques arguments à faire valoir (au-delà de la citation d’Albert Einstein pompeusement reprise sur l’affiche). Par exemple, comme métaphore de l’absorption ou de la dissolution de l’humain dans la technique. Que reste-t-il encore d’humain dans cette transplantation machinique, a fortiori lorsqu’elle peut augmenter par elle-même ses capacités ? Qu’est-ce qu’un contact de plus en plus intime change dans le rapport aux machines ? Le philosophe Günther Anders, inquiet de certaines avancées techniques, avait déjà souligné l’enjeu qu’il y a à pouvoir représenter les conséquences des inventions humaines.

Maladroitement, les concepteurs du film essayent aussi de rentrer dans les débats éthiques, voire les interrogations métaphysiques, que ces technologies peuvent susciter. Les humains, avec plus ou moins de conscience, semblent prêts à faire confiance à des algorithmes ou des artefacts hautement évolués. Aux limites des évolutions envisageables, l’intelligence ultime touche au divin (d’où les nombreuses et parfois lourdes allusions christiques dans le film). Comme si, en devenant une puissance transcendante, une intelligence en croissance exponentielle finissait par pouvoir saisir l’ensemble des paramètres du monde, agir sur eux, dominer la matière…

Et encore, le film n’aborde qu’une partie de certains enjeux, comme la surveillance généralisée et les prolongements médicaux des nanotechnologies. En creux, par l’opposition violente des activistes du R.I.F.T. (« Revolutionary Independence From Technology »), le groupe néo-luddite qui décime quelques équipes de chercheurs et tue le personnage joué par Johnny Depp, le film permet de pointer l’absence d’espace de débats sur ces nouvelles technologies. Quelles capacités vise ce type de recherches ? Pour quels usages ? Avec quels risques ?

Comparé à la littérature de science-fiction, le film souffre d’ailleurs d’un retard notable. Cette dernière a de fait déjà problématisé la question de la régulation du niveau d’intelligence des machines. Dans l’univers de Neuromancien de William Gibson (1984), c’est le rôle de la « police de Turing ». Toutes les intelligences artificielles sont en effet censées être inscrites dans un « registre » et leurs capacités sont contrôlées pour pouvoir être maintenues dans certaines limites. Dans Le fleuve des dieux, roman d’Ian McDonald (2004), les intelligences artificielles ont été classées en trois niveaux et celles du niveau le plus élevé (la « Génération Trois ») sont interdites et même pourchassées par un service policier spécialisé.

En définitive, on peut comprendre que beaucoup de spectateurs partis voir Transcendance terminent les presque deux heures de film avec une espèce de frustration. Peut-être en s’interrogeant alors sur ce qui n’a pas fonctionné et sur les raisons pour lesquelles le film n’a pas été poussé plus loin (y compris dans la forme, qui reste relativement plate). Mais idéalement, et comme souvent pour les objets étudiés en sciences sociales, il ne faudrait pas analyser simplement une œuvre cinématographique comme un produit fini ; il faudrait pouvoir aussi rentrer dans ses conditions d’élaboration.

Yannick Rumpala
rumpala@unice.fr

Vintage Visions et l’étude de la proto-science-fiction

À l’occasion de la sortie de l’anthologie d’articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l’étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l’apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d’autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d’érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l’écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d’auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l’éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

Albert Robida et l’Anticipation (19-20 juin 2014)

robida_affiche-2_01Colloque organisé par Claire Barel-Moisan (CNRS. UMR LIRE. ENS-Lyon) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest).

Il se tiendra à l’Institut des Sciences de l’Homme (Lyon).

Argumentaire

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Ce colloque se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

robida XXe.Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

 Programme

Télécharger le programme complet.

Jeudi 19 juin

Une écriture de l’anticipation — (10h30-13h)

  • 10h30 — Ouverture du colloque : Accueil et introduction par Claire Barel-Moisan (CNRS)
  • 10h45Valérie Stiénon (Université Paris 13) : « Un panorama du temps. Robida chroniqueur des expositions universelles »
  • 11h30Yves Citton (Université Grenoble 3) : « Médiation et simulation chez Albert Robida à la lumière de l’archéologie des media »
  • 12h15Carine Goutaland (INSA) : « Robida et la cuisine du XXe siècle : un réalisme d’anticipation ? »

La société du futur — (14h30-18h30)

  • 14h30Amélie Chabrier (Université Montpellier 3) : « Satire de presse et écriture romanesque. La femme “moderne” d’Albert Robida »
  • 15h15Caroline Grubbs (Université de Pennsylvanie) : « Dépêches du front d’une guerre imaginaire : les récits de guerre au vingtième siècle d’Albert Robida »
  • 16h15Jean-Claude Viche (Société des Amis d’Albert Robida) : « La Campagne de Jujubie, manuscrit inédit de la première anticipation guerrière de Robida. » Présentation de l’Association des Amis d’Albert Robida.
  • 17h30 Projection de films en lien avec l’oeuvre d’Albert Robida

Vendredi 20 juin

L’anticipation en images — (9h30-13h)

  • 9h30Sandrine Doré (Université Paris Ouest) : « L’art pictural à l’épreuve de l’anticipation dans Le Vingtième siècle de Robida. »
  • 10h 15Bertrand Tillier (Université de Bourgogne) : « Robida et la conquête du futur par les airs »
  • 11h 15Philippe Willems (Northern Illinois University) : « Généalogie du texte illustré robidien : l’héritage de la littérature panoramique des années 1830-1840 »
  • 12hClaudine Grossir (ESPE) : « Le Vingtième siècle en images : imagination poétique et réalisme satirique »

Robida et le livre — (14h30- 17h)

  • 14h30Dominique Lacaze (Société des Amis d’Albert Robida) : « Un roman inédit d’anticipation politique : Le Petit Lendemain du grand soir ». Présentation de la revue Le Téléphonoscope.
  • 15h15Heinrich Raatschen (Heinrich Heine Universität. Dusseldorf) : « Le Vingtième Siècle et la culture parisienne du spectacle au XIXe siècle : positionnement, stratégie marketing, et genre littéraire »
  • 16h00 — Conclusion par Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest)

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c’est à juste titre que son étude s’est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s’est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c’est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d’É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L’étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d’être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L’étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l’art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l’ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d’art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co… mics» à la Maison d’ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l’art, et son étude mérite d’être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d’enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d’éclairer ses modes d’expression visuelle. Les propositions d’articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Un auteur de space opera, par Philippe Curval

Un auteur de space opera2
Illustration de Philippe Curval (mai 2014).

Pour son quatrième numéro à paraître courant juin 2014, la revue ReS Futurae  aura pour illustration une image inédite réalisée par Philippe Curval, “Un auteur de space opera” (créée en mai 2014). Vision lyrique ou critique ironique ? L’écrivain effondré sur son ordinateur reçoit-il une révélation, symbolisée par le rayonnement issu de ce trou noir, ou au contraire assistons-nous à l’aspiration finale des derniers feux jetés par l’esprit d’un auteur épuisé ? Comme souvent dans les illustrations de Curval, l’ambiguïté du support visuel est exploitée au maximum, suggérant un moment de suspens temporel, à la symbolique équivoque.

En parallèle, ou plutôt en complément essentiel de son écriture, Philippe Curval cultive depuis longtemps un intérêt actif pour la création visuelle. Entre 1956 et 1958, il a réalisé plusieurs illustrations de couverture pour la revue Fiction, des collages révélant son goût de l’insolite et du bizarre. Amateur d’art contemporain, on lui doit également des catalogues d’exposition, sur Yann Kersalé ou Télémaque. La photographie lui a souvent servi d’inspiration : “parfois, comme je l’ai fait pour certains livres, l’idée d’une enquête sur un sujet particulier (…) me pousse à le traduire en images. Alors je fais plusieurs centaines de photos et j’écris d’après ces photos” (entretien dans SFphère n°10, décembre 1983, p.  9). Attention les yeux (1972) fait un usage plus direct encore de la photographie, car ses clichés, attribués à son personnage principal, sont à la fois des manifestations de ce que ce dernier voit et capture dans la fiction, et le point de départ d’une fictionnalisation de sa propre existence.

Quatre de ses ouvrages ont été illustrés de sa main : Lothar Blues, L’Homme qui s’arrêta, Juste à temps et Histoires de lire, son “auto-bibliographie”, où sont reproduites les nombreuses illustrations qu’il a imaginées rétrospectivement pour ses propres textes, nouvelles ou romans.

 

 

 

Carnet de recherches sur la science-fiction