Robida-ingénieur médical

Poste de chercheur post-doctoral (ANR anticipation)

Recrutement d’un poste de chercheur post-doctoral

dans le cadre du programme ANR « Anticipation » : Romans d’anticipation au tournant du XIXe  siècle (1860-1940)

Poste de chercheur en contrat post-doctoral de 1 an (renouvelable 2 fois, pour une durée totale de 3 ans)

Robida-ingénieur médicalLe programme ANR « Anticipation » se propose d’analyser la naissance d’un genre nouveau à la fin du XIXe  siècle et au début du XX, le roman d’anticipation scientifique. L’objectif de cette recherche collective est de modéliser le déploiement du genre sur une période de quatre-vingts ans, entre 1860 et 1940, en étudiant un corpus d’environ 600 œuvres grâce à l’élaboration d’une base de données qui sera intégrée à un site ouvert au public.  Une analyse interne des textes s’attachera plus particulièrement à trois axes de recherche. On analysera les supports éditoriaux afin d’élaborer une première définition du genre passant par son étude matérielle, en incluant l’exploration de la composante visuelle du genre (notamment ses illustrations). Le deuxième axe visera à produire une théorisation du genre du roman d’anticipation scientifique en s’appuyant sur une étude poétique du corpus et sur l’analyse de la réception critique des œuvres. Le troisième axe de recherche interrogera enfin les enjeux épistémologiques et idéologiques des romans.

Le programme se déroulera sur une période de 4 ans, de l’automne 2014 à l’automne 2018. Animé par Claire Barel-Moisan (CNRS. UMR LIRE, ENS-Lyon), il réunira une équipe internationale de dix chercheurs et universitaires ainsi qu’un chercheur post-doc. Les réunions auront lieu à Paris et à Lyon.

Début du contrat

Le contrat débutera à l’automne 2014, dès que possible. Les dossiers de candidature (voir ci-dessous) sont à envoyer jusqu’au 1er  octobre. Une première prise de contact est souhaitée dès que possible, avant même l’envoi du dossier.

Rémunération

2 500 € brut mensuels (modifiable dans le cas d’un chercheur post-doc ayant plus de trois années d’ancienneté).

Missions du chercheur post-doc

  • Le chercheur post-doc contribuera à l’élaboration du corpus d’étude. Il participera au dépouillement de la presse pour réaliser l’inventaire des romans d’anticipation scientifique publiés sur support périodique. Il dépouillera également les catalogues des éditeurs engagés dans ce genre pour constituer le corpus de travail du programme.
  • Le chercheur post-doc contribuera à l’indexation progressive de l’ensemble du corpus, conjointement avec les membres de l’équipe, pour produire une base de données.
  • Le chercheur post-doc participera à la préparation d’une exposition sur les romans d’anticipation scientifique.
  • Le chercheur post-doc sera associé à l’ensemble des travaux de recherche de l’équipe qui pourront se déployer dans une optique d’histoire littéraire, de sociologie de la littérature, de poétique romanesque, ou d’analyse des enjeux épistémologiques et poétiques des œuvres.
  • Le chercheur post-doc sera invité à présenter les résultats de ses recherches lors des journées d’études et colloques organisés dans le cadre du programme « Anticipation ».

Compétences requises :

Le candidat aura soutenu une thèse de littérature française portant sur la littérature du XIXe  siècle ou de la première moitié du XXe siècle.
La thèse et/ou les travaux de recherche devront mettre en évidence des connaissances dans un ou plusieurs des champs suivants :

  • la presse de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle
  • la littérature populaire/ la littérature de genre
  • la vulgarisation et les relations entre science et littérature
  • l’édition de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle
  • l’histoire des sciences et des techniques
  • l’histoire des représentations
  • la poétique romanesque
  • la théorie des genres littéraires (roman d’aventures, science-fiction, utopie/dystopie, uchronie, fantastique)
  • la sociologie de la littérature

Dossier de candidature

Pour tout renseignement, prendre contact avec Claire Barel-Moisan : claire.barel-moisan[at]ens-lyon.fr
Les candidatures seront évaluées par un comité de recrutement. Elles sont à envoyer sous forme électronique à Claire Barel-Moisan, et comprendront un curriculum vitae, le rapport de soutenance de thèse, une publication (ou un bref exemple de production scientifique, au maximum 15 pages) ainsi qu’une lettre de motivation.

Sur quelques infortunes dans les représentations de la circulation des âmes : à propos de "Transcendance"

transcendance afficheUn billet de Yannick Rumpala (université de Nice)

En dépit des critiques peu encourageantes, on peut décider d’aller voir un film en raison du sujet traité, en espérant malgré tout y trouver matière à réflexion. Prenons le récent Transcendance, par exemple. Le récit est en effet censé aborder la thématique de l’intelligence artificielle et traiter l’hypothèse du « mind uploading », autrement dit du téléchargement de l’esprit humain sur un support informatique. C’est en l’occurrence le sort que va connaître le personnage central du film, dont le ressort dramatique va tourner autour des doutes sur les véritables intentions de ce scientifique, une fois « téléchargé » dans une machine multipliant ses capacités. Au lieu de mourir après avoir été touché par une balle irradiée, tirée par le membre d’un groupe de résistance aux technologies de type NBIC (nano- et biotechnologies, informatique, sciences cognitives), le Dr. Will Caster, ou plutôt son esprit, va avoir la possibilité d’entrer dans une nouvelle existence : en fait, s’il peut survivre, c’est en étant transféré par sa femme dans un ordinateur qui laissait entrevoir une possibilité proche de devenir la première forme d’« intelligence artificielle ». Mais le mari (son avatar, plus exactement) entraîne alors la tout aussi brillante scientifique dans un projet qui semble finir par la dépasser, jusqu’à éroder profondément sa confiance initiale.

Alors que le film a majoritairement suscité des commentaires plutôt condescendants, on peut aussi trouver des raisons d’être plus clément, malgré ses défauts évidents (scénario bancal, incohérences narratives, sentimentalité envahissante, surcharges symboliques, etc.). Faire de la science-fiction, ou plus justement de l’anticipation, dans un contexte d’évolution technologique rapide n’a rien de facile. Comment rendre visuellement des recherches en « intelligence artificielle » et leurs avancées ? Leurs possibilités supposées ? Comment donner à voir les travaux qui ont lieu dans les laboratoires informatiques (mais pas seulement), notamment les travaux qui sont les plus exploratoires ? Idem pour l’agencement proliférant de connexions informatiques : ce qui se passe dans les réseaux, ce qui y circule ne se voit pas. Dans notre monde à la densité technologique croissante, beaucoup de dispositifs techniques n’apparaissent plus que comme des « boîtes noires », qui de fait demandent souvent un investissement important avant d’arriver à un début de compréhension de leur fonctionnement.

Un des services rendus par le registre hypothétique de la science-fiction est justement d’amener à se poser des questions. Et, de ce point de vue, Transcendance est un film qui peut au moins avoir quelques arguments à faire valoir (au-delà de la citation d’Albert Einstein pompeusement reprise sur l’affiche). Par exemple, comme métaphore de l’absorption ou de la dissolution de l’humain dans la technique. Que reste-t-il encore d’humain dans cette transplantation machinique, a fortiori lorsqu’elle peut augmenter par elle-même ses capacités ? Qu’est-ce qu’un contact de plus en plus intime change dans le rapport aux machines ? Le philosophe Günther Anders, inquiet de certaines avancées techniques, avait déjà souligné l’enjeu qu’il y a à pouvoir représenter les conséquences des inventions humaines.

Maladroitement, les concepteurs du film essayent aussi de rentrer dans les débats éthiques, voire les interrogations métaphysiques, que ces technologies peuvent susciter. Les humains, avec plus ou moins de conscience, semblent prêts à faire confiance à des algorithmes ou des artefacts hautement évolués. Aux limites des évolutions envisageables, l’intelligence ultime touche au divin (d’où les nombreuses et parfois lourdes allusions christiques dans le film). Comme si, en devenant une puissance transcendante, une intelligence en croissance exponentielle finissait par pouvoir saisir l’ensemble des paramètres du monde, agir sur eux, dominer la matière…

Et encore, le film n’aborde qu’une partie de certains enjeux, comme la surveillance généralisée et les prolongements médicaux des nanotechnologies. En creux, par l’opposition violente des activistes du R.I.F.T. (« Revolutionary Independence From Technology »), le groupe néo-luddite qui décime quelques équipes de chercheurs et tue le personnage joué par Johnny Depp, le film permet de pointer l’absence d’espace de débats sur ces nouvelles technologies. Quelles capacités vise ce type de recherches ? Pour quels usages ? Avec quels risques ?

Comparé à la littérature de science-fiction, le film souffre d’ailleurs d’un retard notable. Cette dernière a de fait déjà problématisé la question de la régulation du niveau d’intelligence des machines. Dans l’univers de Neuromancien de William Gibson (1984), c’est le rôle de la « police de Turing ». Toutes les intelligences artificielles sont en effet censées être inscrites dans un « registre » et leurs capacités sont contrôlées pour pouvoir être maintenues dans certaines limites. Dans Le fleuve des dieux, roman d’Ian McDonald (2004), les intelligences artificielles ont été classées en trois niveaux et celles du niveau le plus élevé (la « Génération Trois ») sont interdites et même pourchassées par un service policier spécialisé.

En définitive, on peut comprendre que beaucoup de spectateurs partis voir Transcendance terminent les presque deux heures de film avec une espèce de frustration. Peut-être en s’interrogeant alors sur ce qui n’a pas fonctionné et sur les raisons pour lesquelles le film n’a pas été poussé plus loin (y compris dans la forme, qui reste relativement plate). Mais idéalement, et comme souvent pour les objets étudiés en sciences sociales, il ne faudrait pas analyser simplement une œuvre cinématographique comme un produit fini ; il faudrait pouvoir aussi rentrer dans ses conditions d’élaboration.

Yannick Rumpala
rumpala@unice.fr

Vintage Visions et l'étude de la proto-science-fiction

À l'occasion de la sortie de l'anthologie d'articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l'étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l'apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d'autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d'érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l'écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d'auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l'éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

Albert Robida et l'Anticipation (19-20 juin 2014)

robida_affiche-2_01Colloque organisé par Claire Barel-Moisan (CNRS. UMR LIRE. ENS-Lyon) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest).

Il se tiendra à l'Institut des Sciences de l’Homme (Lyon).

Argumentaire

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Ce colloque se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

robida XXe.Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

 Programme

Télécharger le programme complet.

Jeudi 19 juin

Une écriture de l’anticipation — (10h30-13h)

  • 10h30 — Ouverture du colloque : Accueil et introduction par Claire Barel-Moisan (CNRS)
  • 10h45Valérie Stiénon (Université Paris 13) : « Un panorama du temps. Robida chroniqueur des expositions universelles »
  • 11h30Yves Citton (Université Grenoble 3) : « Médiation et simulation chez Albert Robida à la lumière de l’archéologie des media »
  • 12h15Carine Goutaland (INSA) : « Robida et la cuisine du XXe siècle : un réalisme d’anticipation ? »

La société du futur — (14h30-18h30)

  • 14h30Amélie Chabrier (Université Montpellier 3) : « Satire de presse et écriture romanesque. La femme “moderne” d’Albert Robida »
  • 15h15Caroline Grubbs (Université de Pennsylvanie) : « Dépêches du front d’une guerre imaginaire : les récits de guerre au vingtième siècle d’Albert Robida »
  • 16h15Jean-Claude Viche (Société des Amis d’Albert Robida) : « La Campagne de Jujubie, manuscrit inédit de la première anticipation guerrière de Robida. » Présentation de l’Association des Amis d’Albert Robida.
  • 17h30 Projection de films en lien avec l’oeuvre d’Albert Robida

Vendredi 20 juin

L’anticipation en images — (9h30-13h)

  • 9h30Sandrine Doré (Université Paris Ouest) : « L’art pictural à l’épreuve de l’anticipation dans Le Vingtième siècle de Robida. »
  • 10h 15Bertrand Tillier (Université de Bourgogne) : « Robida et la conquête du futur par les airs »
  • 11h 15Philippe Willems (Northern Illinois University) : « Généalogie du texte illustré robidien : l’héritage de la littérature panoramique des années 1830-1840 »
  • 12hClaudine Grossir (ESPE) : « Le Vingtième siècle en images : imagination poétique et réalisme satirique »

Robida et le livre — (14h30- 17h)

  • 14h30Dominique Lacaze (Société des Amis d’Albert Robida) : « Un roman inédit d’anticipation politique : Le Petit Lendemain du grand soir ». Présentation de la revue Le Téléphonoscope.
  • 15h15Heinrich Raatschen (Heinrich Heine Universität. Dusseldorf) : « Le Vingtième Siècle et la culture parisienne du spectacle au XIXe siècle : positionnement, stratégie marketing, et genre littéraire »
  • 16h00 — Conclusion par Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest)

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l'espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c'est à juste titre que son étude s'est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s'est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c'est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d'É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L'étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d'être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L'étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l'art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l'ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d'art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co... mics» à la Maison d'ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l'industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l'art, et son étude mérite d'être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d'enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d'éclairer ses modes d'expression visuelle. Les propositions d'articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Un auteur de space opera, par Philippe Curval

Un auteur de space opera2

Illustration de Philippe Curval (mai 2014).

Pour son quatrième numéro à paraître courant juin 2014, la revue ReS Futurae  aura pour illustration une image inédite réalisée par Philippe Curval, "Un auteur de space opera" (créée en mai 2014). Vision lyrique ou critique ironique ? L'écrivain effondré sur son ordinateur reçoit-il une révélation, symbolisée par le rayonnement issu de ce trou noir, ou au contraire assistons-nous à l'aspiration finale des derniers feux jetés par l'esprit d'un auteur épuisé ? Comme souvent dans les illustrations de Curval, l'ambiguïté du support visuel est exploitée au maximum, suggérant un moment de suspens temporel, à la symbolique équivoque.

En parallèle, ou plutôt en complément essentiel de son écriture, Philippe Curval cultive depuis longtemps un intérêt actif pour la création visuelle. Entre 1956 et 1958, il a réalisé plusieurs illustrations de couverture pour la revue Fiction, des collages révélant son goût de l'insolite et du bizarre. Amateur d'art contemporain, on lui doit également des catalogues d'exposition, sur Yann Kersalé ou Télémaque. La photographie lui a souvent servi d'inspiration : "parfois, comme je l’ai fait pour certains livres, l’idée d’une enquête sur un sujet particulier (...) me pousse à le traduire en images. Alors je fais plusieurs centaines de photos et j’écris d’après ces photos" (entretien dans SFphère n°10, décembre 1983, p.  9). Attention les yeux (1972) fait un usage plus direct encore de la photographie, car ses clichés, attribués à son personnage principal, sont à la fois des manifestations de ce que ce dernier voit et capture dans la fiction, et le point de départ d'une fictionnalisation de sa propre existence.

Quatre de ses ouvrages ont été illustrés de sa main : Lothar Blues, L'Homme qui s'arrêta, Juste à temps et Histoires de lire, son "auto-bibliographie", où sont reproduites les nombreuses illustrations qu'il a imaginées rétrospectivement pour ses propres textes, nouvelles ou romans.

 

 

 

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Appel à textes pour le numéro 5 de ReS Futurae

Direction du dossier : Mehdi Achouche et Samuel Minne.

Échéances

- envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com
- réponse de ReSF le 30 juillet au plus tard.
- remise des articles le 15 octobre 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

 La culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde

Traditionnellement opposées, la culture populaire et l’avant-garde ont cependant une riche histoire d’interactions, de reprises et d’inspiration réciproque. C’est particulièrement vrai dans le cas de la science-fiction : attachée à la culture populaire, elle a aussi sa propre avant-garde, tout en nourrissant l’avant-garde artistique, tant dans l’art contemporain que cinématographique.

Loin de ne s’exprimer que sous forme littéraire, la science-fiction le fait aussi sous forme visuelle, apparaissant aussi bien dans l’art contemporain que dans le street art, la bande dessinée, le cinéma et de nombreux courts-métrages, les jeux-vidéos, la publicité, l’illustration, le Web Art, la peinture ou la série télévisée. Elle peut même prendre corps dans le design ou l’architecture, irriguant de son imaginaire tous les pans du réel et représentant pour beaucoup leur appréhension principale, voire unique, de la science-fiction. Or cette science-fiction spécifiquement visuelle n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tendant à être perçue comme tributaire de la science-fiction littéraire et comme étant purement illustrative et contingente et donc dénuée d’intérêt analytique propre. Souvent associée à la culture populaire, les liens qui l’unissent aux œuvres et courants d’avant-garde ont en particulier été très peu étudiés jusqu’à ce jour.

La présence de la science-fiction dans la culture visuelle s’affirme historiquement plus particulièrement au sein de la culture dite populaire, qu’il s’agisse des couvertures des pulp magazines, des comics et des petits formats de bandes dessinées, des « séries Z » ou du « cinéma bis », héritant pour une part de l’inspiration du roman populaire, et pour une autre part des traditions visuelles de leurs supports spécifiques. Cette science-fiction visuelle dite populaire n’est pas exempte de dissonances l’éloignant d’une science-fiction mainstream plus sage ou plus sérieuse. Le sense of wonder s’accompagne ainsi volontiers de sadisme ou d’érotisme, où l’horreur et le sublime coexistent de manière brutale et sans ménagement sans tout à fait pouvoir être assimilés aux genres du fantastique ou de l’horreur, même si les convergences existent. Plus que dans ces derniers genres, ces représentations apparaissent souvent comme exprimant sans filtre les peurs, les fantasmes et les problématiques d’une société ou d’une époque, au-delà même de l’impact du progrès et de la technologie, auquel la science-fiction ne se réduit pas ou plus. Leur forme et leur esthétique, cependant, n’est pas exempte d’une polysémie qui reste à explorer, et qui dément précisément la réification thématique qui leur est couramment réservée.

Par ailleurs, la science-fiction sous sa forme visuelle ne se cantonne pas à la culture populaire mais apparaît aussi dans des œuvres et des courants se revendiquant peu ou prou de l’avant-garde. À ce titre, la science-fiction visuelle, dont ont été partiellement soulignés les liens historiques et iconographiques avec le surréalisme, devient un lieu d’expérimentation formelle, recourant à l’abstraction, à des procédés esthétiques plus audacieux, renouvelant des procédés narratifs et proposant une alternative à un imaginaire visuel souvent dominé par le cinéma commercial et ses codes. Cette science-fiction d’avant-garde joue souvent des références avec la culture populaire, ouvrant parfois un véritable dialogue avec celle-ci, jusqu’à parfois s’y confondre. Dans le même temps, l’avant-garde s’inspire depuis au moins le pop art de l’imaginaire et des stéréotypes de la science-fiction pour nourrir sa réflexion, renouveler son esthétique ou décrire le monde contemporain, tandis que ces mêmes artistes d’avant-garde vont par la suite œuvrer eux-mêmes en science-fiction (Eduardo Paolozzi et Richard Hamilton illustrant New Worlds dans les années soixante, par exemple), chacune se nourrissant ainsi de l’autre.

Ainsi, entre stéréotypes et innovation, originalité et reprise, la culture visuelle de la science-fiction, ou la science-fictionnalité de la culture visuelle, suscite de nombreux axes d’études dans son rapport à l’avant-garde : parodie et détournement, pastiche au second degré, intericonicité, transmédialité...

Nous proposons d’étudier pour ce cinquième numéro de ReS Futurae la culture visuelle de la science-fiction dans ses relations multiples à l’avant-garde. D’abord dans la façon dont la science-fiction dite populaire et commerciale témoigne de l’influence de l’avant-garde, manifestant des convergences esthétiques ou thématiques ou des inspirations communes avec celle-ci. Ensuite comme science-fiction d’avant-garde ou avant-garde de science-fiction, en étudiant la manière dont l’avant-garde s’inspire de la science-fiction ou rejoint celle-ci, la façon dont cette dernière devient pour l’avant-garde le moyen de repousser les limites du réalisme, de dépasser ou de subvertir l’esthétique de l’époque, de provoquer le public ou encore de brouiller les frontières culturelles et sociétales. Enfin, l’attention peut se porter sur un mélange plus complexe des deux pôles, leur combinaison ou les tensions pouvant apparaître dans des œuvres spécifiques, populaires ou avant-gardistes.

Il s’agit entre autres d’examiner la science-fiction visuelle aussi bien dans ces contextes historiques, nationaux, culturels, technologiques et artistiques spécifiques que les rapports que ceux-ci peuvent entretenir, par exemple :
- les rapports entre science-fiction et sensationnalisme ou cinéma d’exploitation (nudités, couleurs vives, cruauté, kitsch, satire...),
- le rôle, les spécificités et les ambitions grandissantes des courts-métrages, plus ou moins expérimentaux, de science-fiction,
- l’influence d’artistes d’avant-garde (peintres, sculpteurs, designers, affichistes, etc.) sur le cinéma commercial et ses représentations,
- les enjeux et l’apport spécifiques du numérique à une science-fiction visuelle plus exigeante et tendant vers plus d’abstraction (renouvellement des effets spéciaux, de l’esthétique),
- l’apport de la science-fiction à l’art contemporain (land art, hyperréalisme, art cinétique, installations, performances, édifices, art éphémère...),
- la culture underground (hippie et psychédélique, rock, punk, DIY...),
- la tension existant entre la marchandisation et les velléités artistiques de la science-fiction visuelle,
- les spécificités de la science-fiction visuelle européenne et/ou les convergences et divergences entre SF visuelle et avant-gardes américaines et européennes (ou issues d’autres continents),
- l’évolution de la place et du rôle des œuvres illustratives et plus généralement du paratexte iconique (couvertures, affiches, etc.)

 Ouvrages et études suggérés

Ash Brian (dir.), The Visual Encyclopedia of Science Fiction, Londres : Pan Books/New York : Harmony Books, 1977.
Booker M. Keith, Alternate Americas: Science Fiction Film and American Culture, Westport : Praeger, 2006.
Bosson Yves et Abdelouahab Farid, Dictionnaire visuel des mondes extraterrestres, Paris : Flammarion, 2010.
Britain David, Eduardo Paolozzi at New Worlds. Science Fiction and Art in the Sixties, Londres : Savoy Books, 2013
Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda, Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997.
Chion Michel, Les Films de science-fiction, Paris : Les Éditions de l’étoile, 2008.
Dufour Éric, Le Cinéma de science-fiction, Paris : Armand Colin, 2011.
Holland Steve et Summersby Alex, Sci-Fi Art: A Graphic History, New York : Harper Design, 2009.
Johnston-Smith Jan, American Science Fiction TV: Star Trek, Stargate, and Beyond, Middletown : Wesleyan University Press, 2012.
Kripal Jeffrey J., Mutants & Mystics: Science Fiction, Superhero Comics, and the Paranormal, Chicago : Chicago University Press, 2011.
Poussin Gilles et Marmonnier Christian, Métal Hurlant, la machine à rêver, 1975-1987, Paris : Denoël, 2005, collection « Graphic ».
Simon Richard Keller, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
Strauven Wanda (dir.), The Cinema of Attractions Reloaded, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2006.
Westfahl Gary, Slusser George, Plummer Kathleen Church, Unearthly Visions: Approaches to Science Fiction and Fantasy Art, Westport : Greenwood Press, 2002.

Green Planets: Ecology and Science Fiction

Parution de l'ouvrage Green Planets: Ecology and Science Fiction, sous la direction de Gerry Canavan et Kim Stanley Robinson, Wesleyan University Press, avril 2014, 280 p.

Présentation de l'éditeur :
Essays exploring the relationship between environmental disaster and visions of apocalypse through the lens of science fiction

Contemporary visions of the future have been shaped by hopes and fears about the effects of human technology and global capitalism on the natural world. In an era of climate change, mass extinction, and oil shortage, such visions have become increasingly catastrophic, even apocalyptic. Exploring the close relationship between science fiction, ecology, and environmentalism, the essays in Green Planets consider how science fiction writers have been working through this crisis. Beginning with H. G. Wells and passing through major twentieth-century writers like Ursula K. Le Guin, Stanislaw Lem, and Thomas Disch to contemporary authors like Margaret Atwood, China Miéville, and Paolo Bacigalupi—as well as recent blockbuster films like Avatar and District 9—the essays in Green Planets consider the important place for science fiction in a culture that now seems to have a very uncertain future. The book includes an extended interview with Kim Stanley Robinson and an annotated list for further exploration of “ecological SF” and related works of fiction, nonfiction, films, television, comics, children’s cartoons, anime, video games, music, and more.

Contributors include Christina Alt, Brent Bellamy, Sabine Höhler, Adeline Johns-Putra, Melody Jue, Rob Latham, Andrew Milner, Timothy Morton, Eric C. Otto, Michael Page, Christopher Palmer, Gib Prettyman, Elzette Steenkamp, Imre Szeman.

Sitographie

Wordle sito 4

Une bibliographie de sites internet autour de la recherche sur la science-fiction est accessible dans le carnet.
L'idée provient de la sitographie du carnet Sciences Dessinées.
Cette page ne prétend pas à l'exhaustivité, mais elle a pour vocation d'évoluer et de s'enrichir, et sera régulièrement mise à jour. Vous pouvez contribuer à la compléter en proposant vos suggestions de sites (avec leurs liens), dans la durée d'un mois, en commentaires de ce billet, ou de façon permanente en commentaires de la page.

Les sites pouvant y figurer doivent répondre à des critères stricts. De manière générale, ils ne doivent pas contenir de liens publicitaires ou un contenu commercial (seule exception : ce qui concerne les ouvrages des auteurs et les créations des artistes sur leurs pages).

  • Les dictionnaires, encyclopédies et lexiques ou glossaires doivent représenter un travail complet, objectif, vérifiable et de préférence non amateur.
  • Il en est de même pour les sites bibliographiques, dont la volonté d'exhaustivité et la fiabilité sont impératives.
  • La page ne présente pas de revues grand public sur la science-fiction, mais uniquement des revues d'études et de recherches.
  • Les ressources pédagogiques peuvent provenir aussi bien de sites officiels que de sites indépendants, mais doivent toujours montrer une présentation sérieuse et adaptée.
  • Les sites d'auteurs reconnus ou d'artistes professionnels doivent être complets (présentation, bibliographie, actualités) et avoir fait la preuve de leur longévité, pour éviter à court ou moyen terme les liens morts ou redirigeant vers des sites différents.
  • Les blogs d'auteurs doivent proposer un contenu orienté vers la science-fiction (réflexions, avis argumentés), en plus du contenu personnel propre aux blogs. Ils doivent être régulièrement alimentés et témoigner d'une activité récente.

Cette page se veut une aide pour les chercheurs, afin de trouver rapidement des sources et des instruments fiables et sérieux sur internet. N'hésitez pas à nous signaler tout oubli ou erreur.

4e Journées enseignement et science-fiction

Quatrièmes Journées Enseignement et Science-fiction de l'ESPE de l'Académie de Nice-Célestin Freinet :
« Espaces et Temps : la science-fiction, un outil transversal pour l'histoire et la géographie »
Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2014, ESPE de Nice, centre Liégeard, 43 avenue Stephen Liégeard

Programme du Jeudi 10 avril

Conférence introductive d'Ugo Bellagamba

Session Temps et Uchronie
avec Éric Vial, Estelle Blanquet et Anne Monnier

Session Science-fiction et Enseignement de l'Histoire
avec Michel Pagel, Christine Bovari, Marianne Carrière, Brigitte Garavagno et Véronique Thuin

Session Jeux et Enjeux de société
avec Isabelle Collet, Yannick Rumpala, Rania Hanafi, Gilles Menegaldo, Michel Pagel, Sandra Plantier et Joëlle Wintrebert

Programme du vendredi 11 avril

Conférence introductive de Gilles Menegaldo

Session Régionalisme
avec Bertrand Roussel, Frédéric Boyer et Ugo Bellagamba

Session Science-fiction et Géographie
avec Joëlle Wintrebert, Arnaud Pontillo, Laura Weiss, Ugo Bellagamba et Éric Picholle

 

Métaphysique d'Alien

Métaphysique d'AlienParution de l'ouvrage collectif Métaphysique d’Alien, sous la direction de Jean-Clet Martin, éditions Léo Scheer, coll. Philosophie, parution 19 mars 2014, 228 pages.

Présentation de l'éditeur :
Pour toute une génération, la saga des films consacrés à Alien, « le huitième passager » est devenue emblématique du monde en devenir. La nature de sa monstruosité est si puissante qu’il a fini par pénétrer la pensée des philosophes dont il a marqué la jeunesse. Ce recueil s’attache ainsi à montrer l’épouvante que suscite notre rapport au réel, tel que nous l’avons domestiqué. Dans la violence de ce prédateur, nous nous percevons nous-mêmes, avec notre rage destructrice. L’alien est certes inhumain, mais il partage avec la proie que nous sommes un pouvoir d’anéantissement qui nous imite en tant qu’envahisseur de la nature.

L’alien, meurtrier des dieux, nous extermine, mais laisse vivre les chats et les androïdes auxquels il est indifférent. Dans cette valorisation de l’animal et de la machine au détriment des humains, il semblerait que se dévoile une autre vie, sous les traits d’une femme. En elle, se rejouent une chance, une hybridation avec l’univers pour laisser monter comme une «  nouvelle alliance  », un nouvel avenir des machines associées aux hommes.

Métaphysique d’Alien réunit des textes d’Elie During, Jean-Clet Martin, Raphaël Bessis, Charles H. Gerbet, Laurent de Sutter, Frédéric Neyrat, Marika Moisseeff, Antoine Hatzenberger, Véronique Bergen et Peter Szendy.

Présentation de Jean-Clet Martin.

Fiche commerciale avec un court extrait de « Comment faire muter un alien » d'Elie During.

Lecture de Jean-Philippe Cazier.

Anarres 2

La revue italienne Anarres vient de faire paraître son deuxième numéro, pour l'hiver 2013-2014.

Après un éditorial de son directeur, Salvatore Proietti, elle propose une partie critique de composée de six articles.

Le premier est une traduction de l'article de David Ketterer « Locating Slipstream », paru en 2011 dans la revue Foundation. Paru peu de temps après le dossier de Science Fiction Studies sur le slipsteam, il revient sur ce nouveau type de récit à partir de sa propre théorie des trois mégatextes ontologiques narratifs, qu'il applique en fin d'article à Identification des schémas de William Gibson et State of Wonder d'Ann Patchett.

Un article de Salvatore Proietti étudie de son côté l'œuvre de Philip K. Dick comme intertexte en réseau avec la contre-culture des années 1960, en relation dialogique avec celle-ci.

Avec « la contamination ésotérique dans la science-fiction américaine », Stefano Carducci part du cas de l'ingénieur en fusées et occultiste John (ou Jack) Parsons. Aussi bien fan de science-fiction que disciple d'Aleister Crowley, ce personnage révèle par sa biographie un courant oublié de la science-fiction, qui a inspiré de nombreux auteurs, dont plusieurs classiques.

« La littérature de genre à l'époque de sa reproductibilité technique » d'Antonino Fazio revient sur le double statut de la science-fiction comme littérature populaire et comme instrument conceptuel et spéculatif. À partir de la réflexion de Walter Benjamin, c'est l'occasion de remettre en cause la distinction entre littérature basse et élevée, avant de revoir le de méta-genre de la science-fiction à la lumière du « New Italian Epic » de Wu Ming 1.

Avec « Hommes mécaniques et mariages interplanétaires », Paolo Bertetti propose un article sur la science-fiction dans le cinéma muet italien. De 1906 (avec Viaggio a una Stella) à 1937, il revisite plusieurs sujets tels que le voyage dans l'espace, les figures du savant et de l'inventeur, la médecine, la guerre ou la comédie.

Enfin, Fulvio Ferrari étudie dans « Une bande de dieux alcooliques au sex-appeal proche de zéro » le rôle des dieux nordiques dans la fantasy contemporaine, à travers les exemples d'American Gods de Neil Gaiman, Gudenes Fall de Cornelius Jakhelln, et Norse Code de Greg van Eekhout.

Une partie intitulée « Forum » propose une série de lectures du dernier recueil d'essais de Darko Suvin, Defined by a Hollow: Essays on Utopia, Science Fiction and Political Epistemology, paru en 2011.

De très utiles recensions complètent ce numéro, d'ouvrages parus en italien sur la mythologie antisémite, le mythe de Conan, la métaphysique de l'évolution chez A. E. van Vogt, et les écrits critiques de H. P. Lovecraft.

Le numéro s'achève sur deux études de points précis : la germanistique italienne et Meyrink (par Alessandro Fabrini), et le mot « robot » au Canada (par Salvatore Proietti), et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

Les super-héros à la Maison d'Ailleurs (Yverdon, Suisse)

comics yverdon

Les univers colorés des super-héros nous sont aujourd’hui familiers, du moins dans leur veine cinématographique : Superman, Batman, Spider-Man et autres Avengers se rencontrent sur grand écran – sans oublier de se disputer, saison après saison, la première place au box-office. Il faudrait vraiment choisir de se tenir en marge des salles obscures pour ne pas reconnaître que ces films constituent un phénomène sans précédent – un phénomène qui a d’ailleurs modifié le paysage culturel contemporain, comme le rappelle Jean-Marc Lainé (in Super- héros ! La Puissance des masques, 2011) : « il n’y a pas un été sans qu’un grand film de super- héros n’attire les foules, ni une semaine sans que la télévision n’en propose des rediffusions ».

Tout droit sortis de ce que l’on appelle les comic books, ces personnages hauts en couleur – au croisement des aventuriers qui ont fait la gloire des pulp magazines de science-fiction au début du XXe siècle, des monstres de foire et des héros de la littérature populaire – se sont en effet emparés des blockbusters hollywoodiens. Or, s’ils investissent autant notre quotidien, si leurs signes distinctifs se déclinent dans tant d’horizons différents (jouets, publicités, vêtements, anthologies...) et s’ils sont devenus les sources de l’imaginaire d’un nombre croissant d’artistes – pensons à Adrian Tranquilli (IT), Gilles Barbier (FR), Mathias Schmied (CH/FR), Alexandre Nicolas (FR) et Audrey Piguet (CH) –, c’est apparemment parce qu’en eux se joue quelque chose d’essentiel à propos de la condition humaine.

La Maison d’Ailleurs a décidé de rendre hommage à cette « culture comics »... lire la suite sur le site de la Maison d'Ailleurs

Télécharger le dossier de presse en PDF: Yverdon 2014 Dossier de presse

Contact: Marc Atallah, directeur du musée.

L'utopie de la Culture d'Iain M. Banks

 

Iain M. Banks, Excession (1996), Le Livre de poche, 2007. Illustration de Manchu.

TRANS-, revue de littérature générale et comparée, propose dans son dernier numéro, intitulé « Au-delà », un article d'Alice Carabédian consacré au cycle de la Culture d'Iain M. Banks, « Utopie, l'essence de l'au-delà ».

Le cycle d'Iain M. Banks entre dans le sujet de l'au-delà en raison de l'utopie qu'il décrit. Imaginant un monde sans travail, dépassant la mort par l'accès à l'immortalité des individus, la Culture représente un au-delà au regard de notre monde. « L’utopie apparaît selon trois registres différents qui, pourtant, se rejoignent : elle est décentrement spatial ; elle est une forme inédite de société ; et enfin, elle est une attitude, un dépassement continué. »

La Culture est aussi une utopie  « éthico-politique » dans son élan « contre les dominations et les injustices » et dans sa recherche de l'altérité. Cette altérité prend forme de manière significative avec le BDO d'Excession, qui « devient l’Excès radical qui manquait à l’utopie ».

Enfin, pour Alice Carabédian, l'utopie selon Banks est partout. Décentrée, voyageuse, elle est nomade comme l'écrit René Scherer. Banks parvient même « à mettre en abyme l’utopie » dans La Sonate hydrogène, avec le Sublime, un stade virtuel qu'on peut voir comme une utopie dans l'utopie. Un dernier stade présenté non sans ironie par l'auteur.

Cet article monographique témoigne de la richesse de l'œuvre de science-fiction d'Iain Banks, un auteur déjà abordé dans ReS Futurae à travers les articles d'Emmanuel Boisset et de Denis Mellier.

Le Livre d'or de la science-fiction soviétique

Leonid Heller (dir.) Science-fiction soviétique, Pocket. Illustration de Marcel Laverdet.

Dans le carnet de la revue Dissidences, Jean-Guillaume Lanuque propose une lecture du Livre d'or de la science-fiction soviétique, une anthologie  dirigée par Leonid Heller et parue en 1983.

« Leonid Heller fut, à la fin des années 1970, l’auteur d’une thèse de référence portant sur la science-fiction soviétique, publiée en 1979 par L’Âge d’Homme et depuis épuisée. Prolongement naturel de ce travail, il a eu l’opportunité quelques années plus tard de réaliser un volume de la collection dirigée par Jacques Goimard, « Le Livre d’or de la science-fiction », mettant à l’honneur aussi bien des auteurs, en majorité, que des pays. En dehors d’une préface érudite sur l’histoire de la science-fiction soviétique, de ses lointaines origines médiévales à sa périodisation qui suit d’assez près celle de son nouveau pays (vitalité divergente des années léninistes, repli stalinien, puis dégel plus ou moins marqué), et d’un dictionnaire des auteurs dont les notices biographiques sont relativement détaillées, seize textes, d’inégale longueur, ont été sélectionnés, classés chronologiquement pour les premiers, puis plus librement pour les années 1960 et 1970.

Avec d’emblée un problème de définition du genre. Le fantastika est en effet plus poreux que la science-fiction entendue dans son acception anglo-saxonne, et intègre parfois une forte dose de fantastique... »

La suite est à lire sur le billet : Leonid Heller (sous la direction de), Science-fiction soviétique, Paris, Presses Pocket, collection « Le Livre d’or de la science-fiction », 1983, 320 pages.

Le billet de Jean-Guillaume Lanuque rappelle la vitalité de la science-fiction dans l'union soviétique. Un domaine que nous invitons à explorer dans cette page de ressources.

Le sommaire de l'anthologie est disponible sur NooSFere.

Carnet de recherches sur la science-fiction


Carnets de recherche