Mort de Roland C. Wagner

C’est avec une grande douleur que nous apprenons la mort de Roland C. Wagner, le dimanche 5 août 2012, dans un accident de voiture.

Né le 6 septembre 1960 à Bab El Oued en Algérie, il était l’un des auteurs les plus reconnus et une figure emblématique de la science-fiction française contemporaine, récompensé à six reprises par le prix Rosny aîné, pour deux de ses nouvelles et pour les romans Le Serpent d’angoissePoupée aux yeux morts, L’Odyssée de l’espèce et La Saison de la sorcière. Le grand prix de l’Imaginaire a couronné deux de ses plus grandes réussites : le cycle des Futurs Mystères de Paris en 1999, et Rêves de gloire, uchronie sur la guerre d’Algérie, en 2012.

Membre très tôt du fandom français, il commence à publier des nouvelles dès 1981, certaines sous pseudonymes, dont quelques-unes en collaboration avec Emmanuel Jouanne. Il publie plusieurs romans dans la collection Anticipation du Fleuve noir, où il collabore avec Jimmy Guieu sous le nom de Richard Wolfram, et avec Jean-Marc-Ligny sous un pseudonyme collectif. C’est surtout dans cette collection qu’il crée le personnage du détective privé transparent Tem (pour Temple Sacré de l’Aube Radieuse), dans La Balle du néant, premier volume des Futurs Mystères de Paris, en 1996. Très engagée, sa science-fiction oscille entre humour picaresque et anticipation sombre. Riche et variée, son œuvre illustre aussi bien la dystopie (La Saison de la sorcière, 2003 ; Pax americana, 2005) que le space opera (Le Chant du cosmos, 1999 ; Le Temps du voyage, 2005) ou l’uchronie (H.P.L., 1995 ; Rêves de gloire, 2011 ; Le Train de la réalité et les morts du général, 2012).

Traducteur depuis l’allemand, il a traduit quelques volumes de la série Perry Rhodan. Avec sa compagne, l’écrivain Sylvie Denis, il a traduit de l’anglais notamment Flux, Temps et Origine de Stephen Baxter, et Bleue comme une orange et Il est parmi nous de Norman Spinrad.

Musicien, il était membre du groupe de rock psychédélique Brain Damage.

Il était également l’un des rédacteurs du site Génération science-fiction, qui réédite plusieurs de ses textes sur la science-fiction. Il participait aussi aux journées d’études Sciences & Fictions à Peyresq, notamment aux sessions « La technologie est-elle impérialiste ? » et « La science-fiction, expérience de pensée pour les sciences humaines et politiques ? »

Auteur majeur mais aussi personnalité attachante et acteur inoubliable du fandom, sa disparition plonge dans le deuil l’ensemble du monde de la science-fiction française. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches.