Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

La science-fiction française: quelques avatars hauts en couleur
 

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 janvier 2013, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>


2 réflexions au sujet de « Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013) »

  1. Je suis scandalisé qu’aucune couverture Ailleurs et demain ne figure sur le bandeau (contre deux Denoël) alors qu’Ailleurs et demain a relancé la sf française: Klein, Sternberg, Léourier, Jeury, Curval,Ruellan,Brouillaud, Christin,Demuth, Pelot, Y. et A. Rémy, Murail, Jouanne, etc. alors que durant les années 1970 aucune autre collection (sauf le Fleuve mais c’est autre chose) ne faisait cet effort. Ailleurs et demain a été également lancé la vague des rééditions: de classiques: Wul, Sciences et Voyages, Bruss, Spitz, Drode, et alii.
    Le redémarrage de la sf française se confond avec la collection, Présence du Futur ayant renoncé à publier des français jusqu’à l’arrivée d’Élisabeth Gille et le cas Kesselring étant plus un éteignoir qu’autre chose. J’ai lu et Presses Pocket (également absents) qui ont joué un rôle important ne sont intervenus que bien plus tard et dans la foulée.

  2. merci pour ce rappel salutaire : les collections, qui ont joué et jouent encore un rôle crucial dans l’expression de la SF française, sont peu visibles dans l’appel : pourtant nous en connaissons l’importance et espérons également des articles pour les plus essentielles d’entre elles, en particulier Ailleurs et Demain. Un article de cadrage général est de toute façon prévu, qui rappellera la part essentielle des collections dans l’évolution de la SF.
    Le bandeau d’illustration, en revanche, n’a pas vocation à représenter la totalité de l’appel, ni à indiquer une orientation scientifique : sa fonction est d’égayer un billet un peu austère, et ce sont les illustrations de couverture plus que la réalité physique des livres qui ont guidé le choix très subjectif de la sélection.
    A cet égard, la légende est excessive, nous allons la corriger.

Les commentaires sont fermés.